Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Gabriel Martinez-Gros, Brève histoire des empires. Comment ils surgissent, comment ils s’effondrent

Paris, Seuil, 2014, 210 p.
Guy Lemarchand
Référence(s) :

Gabriel Martinez-Gros, Brève histoire des empires. Comment ils surgissent, comment ils s’effondrent, Paris, Seuil, 2014, 210 p.

Texte intégral

1Voici un travail singulier, aux vastes horizons spatiaux, la planète, et temporels, de l’empire assyrien des ixe-viie siècles av. J.C.  jusqu’à 2012 et ses guerres américaines et européennes au Moyen-Orient et en Afrique. Il ne sagit pas dune histoire suivie et détaillée des empires qui se sont succédé de Ninive à Washington, mais d’une réflexion d’histoire universelle comparée sur ce qu’il y avait de commun entre les grands États conquérants qui se sont constitués et défaits, de la Méditerranée au Pacifique, sans estomper pour autant les différences importantes qu’il y avait entre eux. Servie par une expression dense et toujours claire, une telle ambition ne peut qu’aider à mieux comprendre l’évolution de l’humanité au sens de l’intitulé de la collection fondée par Henri Berr, d’en saisir les orientations majeures avec les facteurs de réussite et de disparition. On est sur les pas de Fernand Braudel et de Pierre Vilar, loin de l’empirisme moléculaire de la pensée libérale et proche d’une nouvelle manière d’histoire globale.

2Effectivement, la grille de lecture de l’auteur n’est pas d’idéalisme, même rafraîchi, elle n’est pas non plus tirée de Marx, sans y être nécessairement opposée ; elle est quelque chose de plus. Elle provient de la spécialisation de Gabriel Martinez : la connaissance de l’islam médiéval, sans d’ailleurs ignorer ni Byzance, ni l’Europe occidentale des paysans picards de Robert Fossier ou les croisades d’Albert Dupront, ni même la conquête de l’Amérique par les Ibériques. Il s’inspire, en en mesurant les limites, de la théorie de l’histoire d’Ibn Khaldun (1337-1404), « le seul grand philosophe de lhistoire qui ne soit pas Européen », selon l’auteur. Le comparant à Max Weber, il définit les empires comme des formations politiques autoritaires, monarchiques, de dimension quasi continentale, lÉtat est le seul détenteur de la violence légitime dont il use pour conquérir et garder le pouvoir. Soutenu par une asabiya, force armée faite de tribus guerrières nomades aux marges arides ou accidentées du territoire qu’elles ont conquis ou s’y sont imposées par leur supériorité au combat, le souverain qui est issu de leurs rangs règne sur les masses paysannes sur lesquelles il prélève limpôt. Mais peu à peu les maîtres se sédentarisent, perdent leur efficacité militaire et, au bout généralement de quelques centaines d’années, après avoir arrêté les conquêtes pour éviter les dangers des batailles et même avoir appelé de nouveaux peuples nomades pour veiller aux frontières, il suffit de quelques catastrophes, invasions, épidémies, soulèvements des populations surexploitées fiscalement, révoltes des gouverneurs de province tentés par l’indépendance, pour abattre l’empire qui sera remplacé par un autre aux mains d’une autre ethnie belliqueuse. Réapparaît donc le vieux conflit cultivateurs sédentaires/nomades pasteurs venu de la Mésopotamie antique, complexifié par les considérations économiques, le développement du luxe et du commerce pour le satisfaire, les douanes pour garnir les caisses de l’État, aussi les considérations démographiques, les densités de population, la diffusion des pestes avec l’urbanisation et les mouvements des armées, enfin les considérations idéologiques avec la religion qui doit faire le ciment entre dominants et dominés et qui semble être avant tout celle des vainqueurs animés de l’intransigeance des néophytes.

3Par conséquent, après les Assyriens qui n’ont rien construit de durable parce que leur férocité a suscité contre eux un soulèvement général à la mesure de la peur qu’ils avaient provoquée, vient la Perse achéménide que renverse la petite troupe d’Alexandre, puis l’empire de Rome de bien plus grande longévité, arrêté dans son expansion vers l’est par les Parthes et les Sassanides, qui au Nord ne va pas au-delà du Rhin, et absorbe peu à peu les Germains. Après l’édit de Caracalla (212), il perd peu à peu sa romanité, référence de plus en plus formelle, pour se fractionner en deux entités impériales avec Constantin (313-337), puis, en Occident, en royaumes aux mains des barbares que la Ville avait employés autrefois. En Chine, avec les Tang (618-907), apparaît un premier empire véritablement unifié constitué par des conquérants qui, partis du Nord pauvre et tribal, prennent le Sud à la riche agriculture, le pouvoir abandonnant la steppe aux Turcs islamisés et s’appuyant sur le bouddhisme autochtone. Au Moyen-Orient, des bédouins arabes, lançant le jihâd, s’emparent en vingt ans (634-655) de l’Arabie, l’Irak, la Syrie, la Palestine, l’Égypte, et établissent un premier État déclaré califat, profitant de laffaiblissement de Byzance lié à la surfiscalité que celle-ci a imposée ; ils ne sont que 2 à 3 % des populations qu’ils dominent. Après avoir été de l’Espagne, l’Afrique du Nord, l’Iran, l’Afghanistan et le Penjab, leur suprématie se restreint et se fractionne en trois États, Abbassides à Bagdad, Omeyyades à Cordoue, Fatimides en Égypte, tandis que surgit la force nouvelle des nomades turcs Gaznévides, puis Sedjoukides (1040).

4Aux xive-xve siècles, les invasions des Mongols avec Gengis Khan et Tamerlan et la réapparition brutale de la peste à partir de 1350 bouleversent les formations en place et créent une nouvelle puissance qui va de la Russie du Sud à l’Irak et à la Chine. Elle éclatera à son tour définitivement en plusieurs khanats dès le milieu du xve siècle. Enfin se recrée en Chine contre les vainqueurs Mongols, avec les Ming, un pouvoir à l’origine étranger mais qui se veut chinois (1368-1644), écrasé plus tard par les barbares de Mandchourie qui prennent Pékin en 1644 et vont régner jusqu’à 1911. Quant à l’Inde, demeurée longtemps périphérique après la destruction du sultanat de Delhi par Tamerlan (1398), Akbar (1556-1605) et Awrangzeb (1658-1707) y bâtissent un empire musulman tolérant vis-à-vis du peuplement bouddhiste, tout en renouvelant et élargissant leur puissance militaire en recourant successivement et à la fois aux Afghans, Turcs, Mahrattes qu’ils avaient combattus un moment. Après 1720, comme l’Empire romain d’Occident, l’État du Grand Moghol se dissout lentement, alors que les Britanniques investissent de plus en plus le pays.

5Empruntant à peu près les mêmes cheminements et moyens, subissant les mêmes avancées foudroyantes et des chutes en quelques décennies ou même quelques années, on pourrait ajouter d’autres empires : les Turcs d’Osman (1295-1909) comme le suggère Gabriel Martinez, et je dirai avec beaucoup de réserve la Russie d’Yvan III à Nicolas II. En tous cas, ces empires n’ont jamais représenté moins du tiers de l’humanité et souvent un peu plus de la moitié, c’est dire l’intérêt du sujet. Ce qui importe est de saisir les facteurs essentiels de ces montées et effondrements spectaculaires. De la lecture du livre se dégagent au moins cinq forces principales. D’abord l’importance de la pesée démographique : ces empires se sont appuyés sur les régions les plus peuplées du monde. La Chine des Mandchous en 1800 compte 300 millions d’habitants, un tiers de l’humanité, ce qui signifie qu’ils peuvent réunir des armées énormes pour l’époque, mais qui ne représentent qu’une bien petite part du nombre des hommes à nourrir à l’intérieur des frontières. Les troupes du Grand Moghol en 1600 sont 200 000, plus que celles de Philippe II, mais pour 80 millions d’habitants en Inde. Les Tang bénéficient de la diffusion en Chine de la technique du repiquage du riz, qui gonfle les rendements. Cependant, à l’inverse, il y a la pression fiscale : l’État indien vers 1600 prélève 30 à 50 % des récoltes, autant que l’empereur de Byzance, ce qui précipite les fuites de paysans, hausse la mortalité par sous-alimentation et épidémies, conduit à l’appauvrissement et la baisse des moyens du souverain. Potentiel économique et état du peuplement restent plus importants que les talents militaires ! Second facteur : selon un ancien cliché, ce serait l’ardeur de leur conviction religieuse, souvent nouvelle, qui aurait donné aux conquérants le courage nécessaire pour triompher, ainsi pour l’islam avec le jihad au sens littéral fanatique. Par contre, le bouddhisme et le christianisme, religions du respect de la vie, auraient réduit les capacités de résistance des peuples soumis. Douceur et pardon d’un côté, violence intolérante de l’autre, ces images pieuses ne tiennent pas devant la réalité des faits, croisades chrétiennes d’un côté, notion de religion du Livre de l’autre. La conversion de la majorité des populations d’Asie conquises du xe au xiie siècles fait que les paysans nouvellement islamisés sont sous le joug de Turcs ou Mongols de religiosité moins dogmatique. C’est le genre de vie fondé sur l’expédition de pillage et la razzia d’esclaves qui forge les cavaliers des raids des asabiya et les rend accessibles au complexe justificatif de la supériorité religieuse. Et l’ardeur intransigeante dure peu. On est plus ouvert aux religions étrangères à Pékin ou à Delhi au xviie siècle que sous Louis XIV. Autre facteur qui, lui, explique la longévité relative des empires en dépit de l’exploitation subie et de la situation juridique minorée des masses soumises, c’est la dialectique entre minorité armée gouvernante et producteurs soumis. Malgré les frustrations diverses subies, les producteurs trouvent des avantages jusqu’à un certain point dans la situation : paix intérieure, monétarisation propice aux échanges, commandes de luxe à l’artisanat local par l’aristocratie guerrière, urbanisation qui appelle la consommation des produits du plat pays. Même la culture des vaincus n’est pas totalement rejetée par les conquérants : en 1722-1782 le Palais impérial chinois fait recenser et recopier 800 000 œuvres de la littérature ancienne, tout en interdisant les mariages mixtes mandchous-chinois.

6Toute cette aventure des empires du « despotisme oriental » va se terminer aux xixe-xxe siècles avec, comme l’écrit Gabriel Martinez, dernière force, la supériorité technique et commerciale de la révolution industrielle, amorcée en Grande-Bretagne à travers la Compagnie des Indes orientales. La cotonnade de Manchester qui détruit le textile du Bengale, les canons rapides et, j’ajouterai, la lettre de change endossable. Le capitalisme nouveau l’a finalement emporté sur les variantes du « mode de production asiatique ». Le livre reposé, une question demeure : quelle place introduire dans le système explicatif aux variations de longue durée du climat sur lesquelles Emmanuel Le Roy Ladurie a récemment encore attiré l’attention (2004-2009) ? On le voit, le propos de l’auteur dépasse de beaucoup l’histoire médiévale et attirera tous les historiens, au-delà de leur spécialité. Un regret pourtant, mettant en cause l’éditeur, qui n’est pourtant pas une boutique de village : pas de bibliographie ni d’index, ni de chronologie, ni de carte. Ces carences feront que les étudiants rebutés pourront ne pas lire le livre, les bibliothèques ne pas l’acheter et la ministre socialiste de l’enseignement supérieur sera satisfaite de faire une économie en réduisant le crédit afférent. Le meilleur des mondes selon le bon docteur Pangloss.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Gabriel Martinez-Gros, Brève histoire des empires. Comment ils surgissent, comment ils s’effondrent », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 29 septembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5442

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page