Navigation – Plan du site
DÉBATS

Femmes, genre et violence

Florys Castan-Vicente et Laurie Benevent
p. 207-218

Résumé

Le présent article s’attache à comparer deux ouvrages sur la violence et les femmes, parus à quinze ans d’intervalle : De la violence et des femmes (1997)1 et Penser la violence des femmes (2012)2. Il s’agira de dégager de cette comparaison des conclusions sur l’évolution, entre ces deux dates, de ce champ détude, très neuf lors de la parution du premier ouvrage, et ayant connu un développement important par la suite.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle, XXIe siècle

Schlagwortindex :

femmes, violence, genre, guerre, historiographie

Palabras claves :

femmes, violence, genre, guerre, historiographie
Haut de page

Texte intégral

  • 3 Arlette Farge, « Préface », dans Coline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), op. cit.
  • 4 Les deux ouvrages comprenant un nombre d’articles important, il nous est impossible de tous les cit (...)

1En 1997 paraît l’ouvrage De la violence et des femmes, qui revendique une volonté militante de rompre avec le tabou de la violence des femmes. Mal reçu, selon le témoignage d’Arlette Farge dans l’ouvrage suivant3, il permet cependant de lancer une dynamique qui aboutit quinze ans plus tard à un second ouvrage, Penser la violence des femmes (2012), qui s’inscrit d’ailleurs volontairement dans la filiation du premier. Les deux ouvrages soulignent en introduction l’existence d’un tabou sur la violence des femmes, niée car elle ne correspond pas à « l’éternel féminin ». L’étude de cette violence est aussi rendue difficile par un conflit d’intérêts au sein du féminisme : la violence des femmes a été longtemps éludée car elle était jugée contre-productive pour la cause féministe, la priorité – ou l’urgence – étant à la dénonciation des violences subies. Aujourd’hui, la perspective est différente : on pense violence contre les femmes et par les femmes comme étant liées, et non opposées. Les études qui suivent ont également montré que le présupposé de non-violence est aussi ce qui a pu justifier, selon les contextes historiques, l’exclusion de l’armée, assimilée au refus des droits politiques. Cette analyse comparée permettra donc de montrer l’évolution d’un champ historiographique et interdisciplinaire – encore récent – et donnera un exemple précis de l’évolution générale des études sur les femmes et le genre4.

De victimes à actrices de la violence

2Le premier ouvrage, De la violence et des femmes, se présente comme pluridisciplinaire, malgré une grande majorité d’articles historiques. Il affiche une volonté militante de mettre en valeur l’historicité des violences faites aux femmes, de les décrire comme une réalité construite et donc « déconstructible » (on parle d’un monde « transformable »), afin d’affirmer la possibilité d’une mixité apaisée (p. 13-14). Quant à la violence des femmes, il s’agit ici de briser un tabou, de la donner à voir et d’analyser tant son occultation que ses conséquences. L’objectif fixé est de traiter conjointement – si possible en soulignant les liens entre les deux – violences par les femmes et violences faites aux femmes, ce qui a pu se révéler complexe.

3La première partie met en parallèle histoire grecque et histoire de la Révolution française, entre question des violences et exclusion de la citoyenneté.

4Dans l’Antiquité grecque, Pauline Schmitt-Pantel montre que les violences contre les femmes, notamment sexuelles, sont omniprésentes, tandis que la violence des femmes est rarement évoquée et souvent très symbolique. Elle exprime la crainte que les femmes prennent un quelconque pouvoir politique. En effet, leur exclusion de la citoyenneté se justifie par leur interdiction de faire couler le sang, à la guerre comme dans les rituels religieux.

5À l’inverse, durant la période révolutionnaire, selon Dominique Godineau, les femmes sont tenues éloignées de la vie politique sous prétexte de leur comportement violent jugé irrationnel : les sources rédigées par des hommes les présentent comme des « furies » ou « mégères », tandis que les accusées évoquent des revendications politiques construites et argumentées. Cette exclusion, et les insultes dont les femmes sont l’objet, peuvent également être interprétées comme des violences à leur égard. Cette première partie, fondatrice, justifie la démarche d’un point de vue scientifique et militant, en montrant l’existence de la violence des femmes, son occultation, et sa signification politique. L’ouvrage suivant consacrera d’ailleurs également sa première partie au même thème.

  • 5 Arlette Farge, article cité, p. 86.

6La deuxième partie témoigne plus directement de la volonté de mettre l’accent sur les déplacements de la norme : l’inégalité entre les sexes n’est pas immuable, et certains contextes historiques ont pu favoriser de réelles « brèches », donnant naissance à des conceptions de la violence des femmes tout comme de celle contre les femmes, moins défavorables à ces dernières. Toujours dans une logique militante, il s’agit de pouvoir s’appuyer sur ces exemples pour « influer sur l’avenir »5.

7Danielle Haase-Dubosc souligne que la violence des femmes a pu être perçue comme positive, et les violences faites aux femmes comme négatives, dans un contexte très particulier. En effet, au début du xviie siècle, deux régentes, Marie de Médicis et Anne d’Autriche, ont assumé la royauté, tandis que l’Église catholique mettait en place la Contre-Réforme et souhaitait s’appuyer sur les femmes pour la relayer. Les femmes commettant des violences pour défendre la foi, ou leur vertu, ont pu apparaître ainsi comme des héroïnes de l’Église, dotées de « vertu » (dérivé de la virtus, virilité latine).

8Arlette Farge choisit quant à elle d’étudier les « espaces possibles » de liberté féminine dans le Paris du xviie siècle. Elle s’attache à montrer la réalité derrière l’image des femmes violentes, comme celle, comique, des disputes entre femmes sur les marchés. Celle-ci témoigne d’un espace laissé aux femmes pour négocier fermement en l’absence du mari. Entre femmes, la violence ne remet pas en cause l’autorité des hommes et peut ainsi paraître risible. En ce qui concerne les violences faites aux femmes, la proximité et la visibilité des corps dans la capitale ont un rôle important. Alors que la « badinerie » est acceptée dans la rue, les violences, dont les voisins sont également témoins, sont dénoncées, rendant possible l’exercice de la justice face à la violence du mari. Arlette Farge conclut que ce contexte a laissé plus de libertés aux femmes, sans remettre en cause la hiérarchie des sexes.

9Cécile Dauphin, à propos du xixe siècle, tente de lier violences et séduction, « notamment à travers l’image des femmes séduites et séductrices ». Elle rappelle qu’à cette époque, la violence ou l’innocence des femmes sont interprétées comme liées à la biologie, alors même que l’éducation des jeunes filles est alors très axée sur l’apprentissage d’une norme non violente, et qui leur fait acquérir des techniques de maîtrise de soi, ce qu’il aurait été intéressant de développer.

10Nancy L. Green, à partir de la synthèse de deux ouvrages, étudie la figure des jeunes filles délinquantes aux États-Unis, entre la fin du xixe siècle et les années 1930. Ce qui est appelé alors le girl problem concerne en réalité principalement la revendication d’une sexualité hors mariage, ce qui est alors considéré comme une violence morale contre la famille. Il nous semble qu’ici la violence du système judiciaire envers ces jeunes filles aurait pu être analysée, autant que la perception de leur sexualité comme une violence.

11Ainsi, certaines périodes permettent un déplacement de la norme. Ce concept de « moment » ou de « brèche » temporaire sera retenu et réapparaîtra dans le second volume.

12La troisième partie se spécialise plutôt dans les violences faites aux femmes, autour du thème des violences sexuelles lors des guerres du xxsiècle, thème beaucoup plus classique.

  • 6 Nous reprenons ici la terminologie volontairement simplifiée de l’auteure.

13Yannick Ripa traite de la guerre d’Espagne et montre comment réalité et propagande se répondent en miroir : alors que le camp républicain6 tente de minimiser les violences sexuelles, le camp nationaliste construit sa propagande sur la menace de viol par les soldats de l’autre camp, tout en étant le camp qui pratique dans la réalité les viols systématiques. Les femmes en armes ne sont présentes que dans le camp républicain, au début des combats, avant d’être appelées à retourner travailler tandis que les hommes combattent.

14Danièle Voldman s’interroge sur la pratique du bombardement durant les deux guerres mondiales : les deux sexes étant touchés de la même manière par cette nouvelle forme de violence, cela a-t-il « engendré des hommes aux attributs féminins et des femmes aux “vertus” masculines » ? L’engagement des femmes dans la Résistance en est-il une manifestation ? Ces questions restent ouvertes.

15Ainsi, le premier ouvrage pose les bases qui vont permettre l’émergence de ce nouveau champ de recherches. Les articles (courts) se veulent plutôt un premier « défrichement » d’un sujet encore peu traité. Les sources sont rares et présentent les points de vue des hommes, menant à des études encore plutôt centrées sur les violences dans les rapports femmes-hommes. Enfin, on retiendra des articles un aboutissement parfois inégal et l’on aurait apprécié plus de prises de risques dans les tentatives d’interprétation et d’analyse. Cet ouvrage en appelait donc un suivant, qui bénéficie de ce premier défrichement et de quinze années de recherches actives, ce qui permet au second opus de développer davantage l’analyse.

Du constat à l’interprétation : épanouissement d’un champ de recherche

  • 7 Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard et alii, Figures de femmes criminelles de l’Antiquit (...)

16Le second ouvrage, Penser la violence des femmes (2012), permet de constater les changements d’un champ historiographique qui en était encore à ses débuts quinze ans plus tôt. Plus véritablement interdisciplinaire, il est dirigé par deux sociologues. Changements majeurs évidents : les notions de genre et les couples de femmes ont fait leur apparition, tandis que les femmes victimes sont laissées de côté au profit des femmes actrices des violences, aspect le plus neuf. La préface est rédigée par Arlette Farge. Elle revient sur la mauvaise réception qu’a reçue l’ouvrage précédent. Nous pouvons avancer l’hypothèse qu’en tant qu’ouvrage pionnier sur le sujet, il a pu laisser une impression d’inachevé. Cependant, son objectif semble avoir été atteint puisqu’à sa suite, les recherches sur le sujet ont commencé à apparaître7, jusqu’à ce nouvel ouvrage. Le thème est moins tabou, la violence des femmes mieux acceptée, d’autant que sa négation apparaît désormais comme un moyen de renforcer les normes de genre.

17L’introduction de Coline Cardi et Geneviève Pruvost, magistrale, permet de prendre de la hauteur et synthétise les résultats de ces années de recherches afin de proposer des grilles de lecture à l’usage des futurs travaux appelés à se multiplier. On y revient sur le « déni d’antériorité », ou déni de l’existence historique d’une violence des femmes, qui témoigne de l’importance de l’analyse historique dans le traitement du sujet. Les femmes ont toujours été violentes et ont participé aux guerres, au sein des armées. Les conclusions du premier ouvrage sont ici reprises pour ce qui concerne le rapport aux sources : les faits sont niés, sous-enregistrés, requalifiés. Ils sont traités de manière très différente selon qu’ils correspondent ou non aux normes de genre. Les auteures soulignent aussi la même contradiction qu’en 1997 : alors que le silence sur la violence des femmes a pu renforcer les normes de genre, les féministes ont tout de même maintenu à distance cette violence, peu stratégique et non prioritaire par rapport aux femmes victimes de violences. Elles ajoutent que celle-ci est également compatible avec leur pacifisme et nuancent le propos. Selon Geneviève Pruvost, c’est le féminisme d’État, dans les années 1980, qui va porter cette revendication : rôle politique et usage de la violence sont ici liés, comme on le constate dans les deux ouvrages, et dans des contextes historiques extrêmement variés. Le champ détude sélargit aux objets moins classiques, aidé en cela par l’interdisciplinarité (système judiciaire actuel, cinéma) ; il s’ouvre également à de nouvelles aires géographiques (Palestine, Brésil…). Malgré « l’impossible exhaustivité » admise, cet élargissement montre une volonté d’ouvrir le sujet dans diverses directions, tout en gardant une cohérence importante permettant une introduction qui s’élève réellement au-dessus des cas d’études pour généraliser, étudier au-delà, des structures qu’on retrouve à travers les époques, les cadres, les lieux, les catégories sociales. Plutôt que de se contenter de montrer que la violence des femmes existe, il s’agit désormais d’analyser l’assignation, pour les femmes, à l’« a-violence » dans le maintien de l’ordre social. Comment arrive-t-on à la création de deux groupes sociaux, l’un menaçant, l’autre inoffensif ? Cette ambivalence souligne bien l’enjeu social de cette violence des femmes. Il s’agit ensuite d’identifier les moments où ces règles se « brouillent », ce qui permet aussi de s’interroger sur la légitimité de la violence : dans certains cas, prendre les armes peut paraître légitime ; dans d’autres, elle apparaît comme une grave et dangereuse transgression. Quelles sont les conditions rendant possible cette rupture ? La perspective historique permet notamment de dégager des « moments » propices, qui correspondent aux « brèches » évoquées dans le premier ouvrage. Les auteures peuvent ainsi distinguer trois principaux récits de la violence des femmes : soit la violence des femmes est niée, occultée ; soit elle est « sous tutelle » et ne perturbe pas l’ordre des genres (déresponsabilisation par la nature, la pathologisation, ou l’influence d’un homme) ; soit elle apparaît comme renversant l’ordre des sexes (domination des femmes sur les hommes, ou accès à l’émancipation et à légalité par l’exercice de la violence), revêtant ainsi un caractère beaucoup plus problématique.

18La première partie de l’ouvrage pose la question des « Violences politiques » menées par les femmes. L’introduction de Dominique Godineau revient sur les conclusions tirées lors du précédent opus : les sources, émises par des hommes, parlent peu de la violence des femmes, et il s’agit pour l’analyser de lire les silences, comprendre les mécanismes de l’invisibilité. Ces femmes peuvent être utilisées par la propagande de guerre, qui cherche à humilier les hommes moins courageux qu’elles, ou en les présentant comme des monstruosités, dénaturées. L’analyse des trois premiers chapitres, portant respectivement sur les xvie et xviiie siècles, révèle hésitations et paradoxes quant à la perception de la violence féminine. Les auteurs insistent sur une image des femmes entièrement créée par les hommes et distinguent dans un deuxième temps une image « positive », ou du moins tolérée, de la violence féminine vue au prisme du rang social, d’une image « négative », ou du moins non considérée comme en accord avec les qualités auxquelles doit répondre la femme, celle-ci vue au prisme de son genre. Ces analyses encadrent, complètent, et confirment celle de Danielle Hasse-Dubosc sur le xviie siècle dans le précédent ouvrage.

19Nicole Dufournaud (« Femmes en armes au xvie siècle ») insiste sur l’approbation accordée à certaines femmes, souvent de haut rang, qui prennent les armes ou lèvent des compagnies mais dans un but purement défensif. En revanche, une femme ne peut trouver sa place sur un champ de bataille puisqu’elle est alors en position d’agresseur. C’est donc sa condition dans la société qui appuie sa légitimité, ou non, à s’armer.

20Dans « Des émeutières passées sous silence ? », Clara Chevalier se penche sur une émeute vivrière qui a eu lieu à Paris en mai 1775. Elle utilise le terme d’« invisibilisation », et montre comment s’orchestre l’éviction des femmes dans les archives, ici policières. Elle parle d’un « sous-enregistrement de leurs délits » et décrit les conditions particulières dans lesquelles étaient recueillis leurs propos ou le tri des témoignages à leur sujet. Taire ces actions violentes permet de justifier leur irresponsabilité.

21Dans « La Violence des femmes pendant la période révolutionnaire : un paradoxe persistant », Jean-Clément Martin insiste sur l’image négative associée à la révolutionnaire en armes, sanguinaire, et souligne que la contre-révolutionnaire est, quant à elle, mieux considérée, voire plus vertueuse. Il explique cette distinction par la façon de les envisager. Soit on se place du côté du genre pour ce qui est des révolutionnaires : les femmes n’ont pas à être violentes car cela entre en contradiction avec la douceur et les vertus qu’on leur attribue. Soit on se place du côté du statut social : la contre-révolutionnaire, du fait de ses ascendances, a tout à fait la légitimité de prendre les armes (cela renvoie à la même image qu’au xvie siècle) : il s’agit de « Refuser la Méduse, [et d’] accepter Judith ». Il souligne enfin qu’il ne s’agit pas de laisser les femmes prendre leur indépendance, car cela ne se traduit pas par des droits politiques.

22Autres figures de révolutionnaires : Quentin Deluermoz se penche sur la question des femmes en armes sous la Commune, considérée comme l’un des moments d’une possible libération. Leur présence, sur les barricades et au sein du bataillon des fédérées, est rare mais réelle. Action politique et action militaire sont une fois de plus intimement liées dans cet exemple. L’auteur lie en conclusion événement révolutionnaire et violence des femmes.

23À la lecture de l’article de Camille Boutron, on se demande s’il ne faudrait pas plutôt parler d’une spécificité, plus large, des guerres civiles, comme dans les luttes entre militantes subversives et miliciennes paysannes au Pérou. Maritza Felices-Luna parle quant à elle plutôt d’une spécificité des mouvements indépendantistes, révolutionnaires, de résistance ou insurrectionnels, ce à quoi répond plus loin Jane Freedman, qui retient surtout les « armées non étatiques » (p. 331). Lorsque la violence des femmes est acceptée par des tiers, comme par exemple la famille, cela recompose les rapports de genre et peut permettre aux femmes de jouer de nouveaux rôles sociaux. Dans les autres cas, plus fréquents, la violence est rejetée, critiquée, et les rapports sociaux de sexe restent inchangés.

24L’article de Sonia Dayan-Herzbrun va également dans ce sens, tout en affirmant l’antériorité de la lutte des femmes – y compris armée – pour la défense de la Palestine et du Liban, ce qui implique de contredire les stéréotypes de genre, mais aussi la pensée orientaliste. Les femmes prenant les armes dans cette région du monde sont souvent perçues comme soumises, sous influence, plus encore qu’ailleurs. Les femmes hutus accusées de génocide, interrogées par Violaine Baraduc, tentent d’ailleurs de profiter des mêmes stéréotypes pour apparaître comme des victimes, ou de faibles femmes sous influence, et échapper ainsi aux condamnations.

25Dans une unité remarquable, tous ces articles montrent que la prise des armes peut s’apparenter, pour des femmes, à une prise de position politique, qui joue en faveur d’une plus grande participation au pouvoir.

  • 8 Voir pour plus de précision : Marie-Josèphe Bonnet, Violette Morris : histoire d’une scandaleuse, P (...)

26Pour introduire et compléter la deuxième partie, axée sur le lien entre privé et politique, ou sur la question des violences dans le cadre de la famille et de la sexualité, Marie-Élisabeth Handman s’interroge sur les sociétés matrilinéaires et constate que la violence des femmes dans ce contexte est souvent passée sous silence. Elle offre des pistes pour une étude ethnographique de ce sujet, par une approche originale conjuguant violence des femmes et mode de résidence. Cette introduction met bien en lumière l’un des problèmes rencontrés pour étudier la violence dans la sphère de l’intime : le manque de sources sera ici encore plus évident qu’ailleurs. Alors que dans la description de leur terrain, les ethnologues omettent de mentionner les violences des femmes (Marie-Élisabeth Handman, Nehara Feldman), les sociologues manquent cruellement de statistiques fiables, comme le montre Vanessa Watremez sur la question des violences conjugales lesbiennes. Lorsque les sources existent, elles peuvent être interprétées de manière caricaturale : c’est ce que montre Marie-Josèphe Bonnet à propos de Violette Morris, remettant en cause sa légende noire8. Les tabous liés aux représentations sont également très présents : les femmes pédophiles sont représentées soit comme n’étant pas des femmes, soit comme ne pouvant pas être pédophiles parce qu’elles sont mères. Jean-Raphaël Bourge explique l’incapacité à percevoir les femmes comme coupables de viols sur des hommes ou des garçons par une vision très hétérocentrée de la sexualité. Nehara Feldman, à propos de Bako au Mali, met en évidence que des violences omniprésentes restent très peu étudiées, occultées par le mythe de « la » famille africaine solidaire et conviviale. Dans le cas étudié, celui des mères, isolées et dominées, qui battent fréquemment leurs enfants, l’interprétation en est discutée. S’agit-il d’une intériorisation des violences subies, d’une tentative de subversion de leur place au sein du groupe, ou simplement d’un mode de survie ? La violence domestique des femmes et celle des hommes ne peuvent donc pas, dans ce cas comme dans d’autres, être traitées de manière symétrique. Les Algériennes étudiées par l’anthropologue Clotilde Lebas sont violentes envers elles-mêmes, leurs enfants, ou leurs maris, en réponse aux violences qu’elles subissent de la part de ces derniers. La violence des femmes et des hommes se trouve, à l’inverse, en grande partie identique, bien que davantage défensive pour les femmes, selon Dominique Duprez : dans le cas original des favelas de Belo Horizonte, la logique du trafic de drogue semble prévaloir sur les normes de genre.

27Dans une troisième partie, l’accent est mis sur le rapport aux institutions, leur manière de traiter la violence des femmes.

28En introduction, Colette Parent revient sur l’évolution des études de criminologie depuis les années 1970. Celles-ci se sont d’abord peu penchées sur la violence des femmes, puis l’ont analysée comme un phénomène récent, en croissance, en lien avec la libération des femmes, négligeant de constater que les statistiques reflètent davantage l’augmentation de la prise en charge que celle de la criminalité. Dans les années 1980-1990, on retrouve des catégories de récits définies en introduction : les femmes violentes sont soit déresponsabilisées et psychologisées, soit considérées comme monstrueuses. L’auteure estime tout de même que des progrès récents permettent de considérer les actrices comme des sujets à part entière, ayant diverses motivations pour leurs actes, tout comme les hommes.

  • 9 Jane Freedman, « La violence des femmes pendant les conflits armés et la (non-)réaction des organis (...)

29Les discours des criminologues du xixe siècle, étudiés par Martine Kaluszynski, montrent sans surprise des criminelles toujours ramenées à leur « nature » féminine. Les femmes sont jugées plus morales que les hommes : leur basculement dans la criminalité (souvent ramené à la folie, l’hystérie) met en danger la famille, et donc la République. Les articles suivants confirment que ces préjugés sont toujours présents et actifs dans le monde judiciaire, ce qui explique qu’il y ait moins de femmes condamnées que d’hommes. Les femmes sont vues comme peu violentes, plus passives. Cette invisibilité de leur violence enferme les femmes dans une image de victime, ce qui renforce les stéréotypes de genre et, dans le cas des conflits armés où les organisations internationales sont présentes, empêche les femmes de participer aux programmes de démobilisation9.

30La quatrième et dernière partie porte sur les représentations de femmes violentes. Elle est introduite par Éric Fassin, qui attire notre attention sur le fait que le genre mène à interroger les rapports de pouvoir dans les violences. Reprenant Gayle Rubin, il pose la question d’une violence à investir. En tant que féministe, doit-on se réjouir que les femmes puissent être violentes ? Ne vaut-il pas mieux continuer à revendiquer avec fierté « la singularité du féminisme qui, à la différence de tant d’autres mouvements, n’a jamais tué personne » (p. 345) ? À partir de Frantz Fanon, il évoque la violence comme moyen de libération. Mais le féminisme ne revendique que la violence symbolique, la parodie de violence, à l’image des Guerrilla Girls, comme moyen de défaire la violence de la domination masculine, en la donnant à voir de manière inversée. La représentation de la violence des femmes est donc un enjeu important qui correspond à un fantasme féministe et permet, par la performance, de déconstruire les rapports de pouvoir.

31L’étude de ces représentations s’ouvre sur un chapitre historique. Dans son article « La baignoire et le couteau. L’assassinat de Marat », Guillaume Mazeau, en s’appuyant sur le tableau de David illustrant le meurtre du Montagnard, insiste sur le glissement qui s’est opéré concernant l’interprétation de cet acte. De politique, on a voulu en atténuer les conséquences en le présentant comme un simple incident relevant de l’intime. Trop de transgressions sont relevées dans le rapport au genre de la part de la meurtrière, mais également de la victime : un acte politique réalisé par une noble, présentée comme une femme fatale, tuant avec un couteau, une arme masculine, « l’Ami du peuple » qui ne répond pas à l’idéal de la virilité et qui, toujours entouré de femmes, les traite en égales… À une époque où l’on tente de refuser aux femmes l’accès à la politique, la tentation a été de réduire le meurtre opéré par Charlotte Corday à une pure « bagatelle ».

32Fanny Bugnon étudie ensuite la médiatisation de la violence des militantes d’Action directe. On retrouve ici le récit de dénégation, et celui de déresponsabilisation, qui passe par la mise en cause de l’influence néfaste d’un homme, ou de la folie. Mais on découvre également un récit décrivant ce terrorisme des femmes comme une conséquence du féminisme, produisant une peur de ce mouvement.

33Dominique Lagorgette souligne la continuité des représentations de femmes violentes en groupe : de la sorcière médiévale (voire de la figure biblique de Lilith) aux militantes d’Action directe, en passant par les tricoteuses révolutionnaires et les pétroleuses communardes, on retrouve les mêmes stéréotypes, les mêmes récits. Ces femmes violentes sont perverses, des « mégères » ou des « furies », exact opposé de léternel idéal féminin, la « bonne mère de famille », stéréotype qui définit le genre féminin. Raphaëlle Guidée arrive à la même conclusion à partir des représentations littéraires de femmes violentes, dont les revendications politiques ne sont pas reconnues. Dans le domaine du cinéma, François-Xavier Molia retrace l’historique des femmes d’action dans les films étatsuniens, de la confidentielle – mais mythique – Blaxploitation, reprise par Quentin Tarantino, au passage au grand public avec le lieutenant Ripley d’Alien, puis à Terminator, objet central de la présente étude. De femme soumise et passive dans le premier opus, Sarah Connor devient femme d’action musclée et agressive dans le deuxième, avant qu’apparaisse dans le troisième film la « Terminatrix », robot à la plastique féminine qui se bat contre Arnold Schwarzenegger. Ce dernier remporte le combat final, ce qui peut être interprété comme un retour à l’ordre, à moins que la figure de la femme robot, au physique très stéréotypé, n’apparaisse comme une dénonciation d’un fantasme masculin tournant au « cauchemar punitif ».

34La postface, signée Rose-Marie Lagrave, qualifie l’ouvrage de « pavé dans la mare » face au « déni scientifique » de la violence des femmes. Sa prise en compte permet de contrer une vision essentialiste de la naturelle douceur des femmes. Elle évoque la possibilité d’établir une chronologie des moments de la violence des femmes, et conclut par un retour sur l’idéal de non-violence, pour des raisons politiques et non essentialistes.

  • 10 Joan Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, n° 37-38, 19 (...)
  • 11 Coline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), op. cit., p. 55, reprenant ici Michel Foucault.

35Entre les deux volumes comparés, nous sommes donc passés d’un ouvrage pionnier, nécessairement moins abouti, mais ayant permis le développement qui suivit, à un ouvrage ayant bénéficié de quinze ans de recherches dynamiques et interdisciplinaires, et de nouveaux champs et outils d’analyse (gender studies). Ce deuxième ouvrage témoigne de l’intérêt pour les études historiques de s’enrichir en s’appuyant sur l’interdisciplinarité et les réflexions théoriques sur le genre. L’interdisciplinarité y est réelle : histoire, sociologie, anthropologie, criminologie et étude littéraire se répondent et partagent concepts, catégories et grilles d’analyse, comme le montre l’introduction qui souligne la récurrence des trois principaux types de récits mis au jour grâce à cette pluralité d’approches. Il apparaît également à la lecture de cet ouvrage que le genre est bien une catégorie d’analyse « utile »10, permettant un approfondissement de la réflexion théorique sur les rapports de pouvoir, leur construction, leur représentation. L’emploi du terme n’a pas, ici, empêché ni même appauvri la portée militante de cette étude : au contraire, l’usage du concept de genre permet de souligner le fait que montrer la violence des femmes, son antériorité, sa réalité, en plus de justifier a posteriori des droits politiques, rend possible la déconstruction d’un rapport de pouvoir fondé sur la norme de l’« a-violence » des femmes. Bien que riches des apports de l’interdisciplinarité et du genre, on regrette tout de même que certains articles n’aient pas davantage pris en compte l’intersectionnalité (imbrication des rapports de pouvoir) dans leur analyse. Enfin, aussi considérable que soit la somme du second volume, il appelle tout de même à une poursuite du développement de ce champ de recherches, désormais bien engagé, par des études qui pourront s’appuyer sur des bases solides et des grilles de lecture éprouvées. Pour conclure sur l’usage militant potentiel de ces études, comme le font les auteures, cet ouvrage appelle au « grondement de la bataille »11, mais une bataille symbolique, des idées et des représentations, afin que le féminisme conserve son pacifisme mais que les femmes cessent d’être représentées uniquement comme victimes, et vulnérables.

Haut de page

Notes

1 Cécile Dauphin et Arlette Farge (dir.), De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, 1997, 201 p.

2 Coline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012, 442 p.

3 Arlette Farge, « Préface », dans Coline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), op. cit.

4 Les deux ouvrages comprenant un nombre d’articles important, il nous est impossible de tous les citer. Nous nous concentrerons donc en priorité sur les articles d’histoire et, de manière plus subjective, sur ceux qui nous paraissent les plus pertinents.

5 Arlette Farge, article cité, p. 86.

6 Nous reprenons ici la terminologie volontairement simplifiée de l’auteure.

7 Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard et alii, Figures de femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, 352 p. Cet ouvrage fait suite à un colloque « Femmes criminelles », organisé par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (7-8 mars 2008), qui lui-même suit le projet interdisciplinaire « Femmes criminelles » dirigé par Yvonne Flour et Myriam Tsikounas (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris 7 Denis Diderot et Institut Universitaire de France).

8 Voir pour plus de précision : Marie-Josèphe Bonnet, Violette Morris : histoire d’une scandaleuse, Paris, Perrin, 2011, 378 p.

9 Jane Freedman, « La violence des femmes pendant les conflits armés et la (non-)réaction des organisations internationales », dans Coline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), op. cit., p. 330-340.

10 Joan Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, n° 37-38, 1988, p. 125-153.

11 Coline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), op. cit., p. 55, reprenant ici Michel Foucault.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florys Castan-Vicente et Laurie Benevent, « Femmes, genre et violence », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 132 | 2016, 207-218.

Référence électronique

Florys Castan-Vicente et Laurie Benevent, « Femmes, genre et violence », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5433

Haut de page

Auteurs

Florys Castan-Vicente

Doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire sociale du xxe siècle

Articles du même auteur

Laurie Benevent

Master « Histoire des Temps Modernes » à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page