Navigation – Plan du site
DOSSIER

Marxisme et patriotisme dans les régimes militaires de libération nationale : les « Officiers Libres » et les communistes égyptiens

Sherif Younis
Traduction de Didier Monciaud
p. 145-174

Résumé

Cet article interprète les complexes relations entre les marxistes égyptiens et le régime nassérien au travers d’une double analyse structurelle et idéologique du mouvement. Il examine les fondements politiques et sociaux qui conduisent à l’auto-dissolution des organisations communistes en 1965 en soutien au régime nassérien, sur la base de son caractère patriotique et progressiste. L’hypothèse est que cet appui du mouvement marxiste égyptien au pouvoir de Nasser s’explique tant par l’orientation idéologique de ce dernier que par sa nature sociale.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Égypte

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1En 1965, les deux plus grandes organisations communistes ont décidé leur auto-dissolution en soutien au régime nassérien. Ceci a été fait sur la base du caractère patriotique et progressiste du régime, certains communistes considérant même qu’il était socialiste. Ils exprimaient ainsi la volonté de voir les membres des organisations communistes rejoindre individuellement les différentes institutions du régime, en particulier l’organisation politique unique, l’Union Socialiste Arabe (USA).

2Mais ce système, pour lequel le mouvement communiste sacrifiait son existence, ne les accueillit pas favorablement. De plus, il ne tarda pas à mener le pays à une effroyable défaite, en 1967. Après leur sortie de prison, les communistes furent confrontés à la crise du régime et à sa corruption interne. Dans les années 1970, certains acteurs évoquèrent les terribles tortures subies dans les geôles nassériennes, traduisant la position confuse des communistes, entre ennemis et soutiens du régime, à partir de 1955 ou 1956.

3Cet article essaie d’interpréter les relations compliquées entre les marxistes égyptiens et le régime au travers d’une double analyse structurelle et idéologique du mouvement. L’hypothèse est que le mouvement marxiste égyptien a été soumis dès l’arrivée au pouvoir de Nasser, tant en raison de son idéologie que de sa nature. Nous débuterons par la présentation en deux parties de ces protagonistes et de leurs relations complexes.

Le mouvement communiste égyptien

4Les idées communistes ont pénétré en Égypte après que le marxisme fut devenu le courant principal au niveau international, c’est-à-dire après la constitution et l’essor du parti social-démocrate allemand, parti qui avait des millions d’adhérents, et après la victoire de la révolution bolchevique en Russie. Cette diffusion s’est faite en dépit des accusations des autres forces politiques égyptiennes contre la gauche, forces qui dénonçaient ses idées comme « importées » et non authentiquement égyptiennes. Le développement de l’idée communiste suit la même trajectoire que les autres idées modernisatrices comme la démocratie, les droits de l’homme, le pouvoir de la loi, le fonctionnement pénal moderne. Certains membres de l’intelligentsia égyptienne se saisirent des idées communistes, diffusant certains travaux et écrits depuis le début du vingtième siècle.

5Par ailleurs, les principales villes égyptiennes comptaient une part importante d’habitants d’origine européenne depuis l’époque khédiviale. Les grandes villes comprenaient, en particulier, une classe d’ouvriers européens. Certains intellectuels égyptiens et certains intellectuels et ouvriers européens furent influencés par les idées communistes et marxistes, celles-ci souvent mêlées à diverses autres idées européennes.

6Le soulèvement de 1919 contre l’occupation britannique fut un tournant dans la formation d’organisations communistes disposant d’une certaine base populaire. Le Parti Communiste égyptien, à Alexandrie notamment, se lia à un groupe de syndicats et, à partir de là, élargit ses activités aux autres villes et même à certains villages. Sans doute le soulèvement de 1919 fut-il favorisé par la révolution bolchevique qui avait annoncé son soutien au droit de tous les peuples à l’autodétermination et à l’émancipation du colonialisme. Elle devint le grand exemple pour de nombreux socialistes à travers le monde.

7Cependant, ce mouvement subit une très forte répression en 1924 lors du premier gouvernement patriotique. Ce dernier avait été mis en place dans le cadre de l’indépendance conditionnelle dont bénéficia l’Égypte suite à la déclaration britannique unilatérale de février 1922. Le Wafd, qui dirigeait le mouvement national, dominait de larges secteurs de la classe ouvrière égyptienne. Dès cet instant, le mouvement syndical devint le lieu d’une lutte entre les différentes forces politiques égyptiennes : le Wafd, les partis de la minorité et le Palais, puis dans les années 1940, les Frères Musulmans et d’autres formations politiques, dont les communistes. Au cours des années 1940, de nouvelles organisations communistes se formèrent en effet. Elles comprenaient des activistes des années 1930. En Égypte, ces organisations sont appelées le « second mouvement communiste ». Sans aucun doute, le mouvement des années 1940 fut le plus influent dans les milieux ouvriers, dans la culture et dans la société égyptiennes. En dépit de la domination du Wafd sur nombre de syndicats, domination contestée par les Frères Musulmans, les organisations communistes des années 1940 ont pu gagner une réelle influence parmi les étudiants, les gens instruits et les membres de nombreux syndicats ouvriers de premier plan dans les principales villes.

  • 1  Voir Gilles Perrault, Un homme à part, Paris, Bernard Barrault, 1984.

8Le « second mouvement » a été fondé par des étrangers, la plupart des Juifs, dont le plus célèbre fut Henri Curiel (1914-1978) 1. Cette fondation a été influencée par les circonstances de la Seconde Guerre mondiale. En premier lieu, il s’agissait de la polarisation entre le fascisme italien, le nazisme allemand et les autres états bourgeois en Europe, défenseurs de la démocratie. Lorsque ce dernier camp s’allia avec l’URSS en 1941, les autorités militaires britanniques et les gouvernements égyptiens alliés laissèrent se développer les activités communistes parmi les étrangers et dans certains milieux égyptiens, car elles représentaient une force réelle contre la propagande fasciste et nazie dans ces milieux.

9Ce contexte de guerre amena les communistes étrangers en Égypte, tout particulièrement les Juifs, à un intérêt croissant pour la politique égyptienne. Ils s’opposèrent à l’appui donné par de nombreux Égyptiens aux forces de l’Axe, par haine de l’occupation britannique, selon la logique : « l’ennemi de mon ennemi est mon ami ». De même, la progression des forces armées nazies vers l’Égypte représenta un danger immédiat pour les Juifs et les communistes.

10Ces événements éveillèrent certains aux problématiques de la paix, de l’anti-fascisme et l’anti-nazisme. Le lien établi entre la défense de la sécurité nationale égyptienne et les revendications de la classe ouvrière permit aux mots d’ordre en faveur de la paix mondiale de gagner en influence dans l’opinion publique. Certains communistes étrangers réussirent à recruter des Égyptiens, puis les Égyptiens finirent par devenir majoritaires dans la plupart des organisations. Finalement le plus souvent, la majorité égyptienne se débarrassa des cadres fondateurs étrangers, suite aux attaques des forces politiques hostiles : le fondement de ces attaques était l’existence d’un pseudo-complot communiste ou juif.

11La contribution fondamentale du mouvement communiste consista en sa réussite à dépasser l’opinion nationaliste traditionnelle qui limitait l’ennemi colonialiste à la Grande-Bretagne et pensait trouver dans les camps oriental et occidental, y compris les États-Unis, des partisans possibles de sa cause. Les communistes réussirent à transposer la position communiste classique d’alors reposant sur l’appui du camp oriental à la cause patriotique contre le camp occidental. Ils le firent en mettant l’accent sur le premier des deux éléments, l’appui du camp du progrès et de l’émancipation face au colonialisme. Dans le cadre de la confrontation avec le colonialisme, la critique portait particulièrement sur les États-Unis d’Amérique. En effet, les États-Unis représentaient la nouvelle figure de proue des forces colonialistes. La politique d’alliances militaires occidentales contre le bloc oriental était dénoncée comme le maintien, sous une autre forme, du colonialisme.

12Finalement, cette transposition, que le « second mouvement communiste » réalisa avec un grand succès, conduisit à la réduction du marxisme égyptien à une position sur la question nationale et sur le néocolonialisme américain. Au sein du mouvement communiste, ce positionnement devint plus important que les luttes ouvrières et les luttes de classes. Les continuelles accusations faisant du mouvement communiste un agent de l’Union soviétique et même, après sa création, de l’État d’Israël, favorisèrent cette prise de position. Ainsi, la réalisation essentielle du mouvement des années 1940 fut l’imposition d’un registre patriotique égyptien au marxisme. Mais cette réussite était aussi son point faible.

13Cette construction idéologique, que nous pouvons nommer « marxisme patriotique », renvoie à la structure de ce mouvement dont la majorité des adhérents appartenaient aux couches de l’intelligentsia moderne. Ces couches sociales, cadres, employés, étudiants, lycéens, plus des intellectuels au sens strict du terme, producteurs et diffuseurs d’idées, avaient une activité essentiellement théorique. Bien que le « second mouvement » ait été le mouvement communiste ayant le mieux réussi à attirer des ouvriers, l’intelligentsia resta toutefois hégémonique sur sa direction et constitua toujours plus des deux tiers de ses membres.

14L’intelligentsia est une couche sociale spécifique en raison de son penchant pour l’élaboration théorique et l’abstraction et de sa prétention à représenter « la société » ou « l’intérêt général », du fait tout particulièrement d’une incapacité politique des classes possédantes. Cela est important dans l’analyse de sa tendance à élaborer des idéologies abstraites qui tournaient autour de ce qui était patriotique.

15La montée du « second mouvement » s’est ainsi déroulée dans un contexte qui vit l’essor de nombreuses organisations issues de l’intelligentsia égyptienne comme Misr al-Fatah, les Frères Musulmans, le nouveau parti Watani. Ces différents courants s’opposaient aux partis parlementaires traditionnels. Ceux-ci s’appuyaient sur les grands propriétaires fonciers et la bourgeoisie montante, en particulier le Wafd, qui bénéficiait d’une immense popularité. Le développement de ces organisations se déroula donc essentiellement aux dépens du Wafd tout en profitant tactiquement des partis de la minorité et du Palais. Le Wafd reposait sur l’alliance et l’équilibre entre grands et moyens propriétaires fonciers et intelligentsia. Cette dernière était très présente dans ses rangs mais pas dans sa direction.

16La révolte de l’intelligentsia contre l’ancienne alliance avec les propriétaires fonciers se traduisit par la rupture d’une partie de celle-ci avec les Libéraux Constitutionnels et la formation de l’association Misr al-Fatah en 1933, puis par les manifestations des étudiants en 1935. Ces dernières contraignirent les partis parlementaires à se rassembler sous la direction de Mustafa al-Nahhâs, chef du Wafd, et à signer l’accord égypto-britannique de 1936. Les mobilisations étudiantes exprimaient la condamnation claire des luttes des partis parlementaires et témoignaient d’une tendance politique centrée sur l’unité nationale et comportant de fortes dimensions étatistes. C’est à la suite de cela que se produisirent les scissions du Wafd : la plus importante étant celle des Sa’adistes, d’autres débouchant sur une poignée de petits partis parlementaires, coupés de fait des masses étudiantes et de l’intelligentsia.

17Avec l’aggravation de la crise sociale et économique pour l’intelligentsia dans les années 1940 et l’augmentation du chômage en son sein, une partie de celle-ci fut attirée par les nouvelles organisations. L’intelligentsia cependant ne disposait pas d’un poids de classe important. Ces organisations ne purent traduire leur popularité croissante par une présence effective au parlement, unique institution politique qui aurait pu mettre en œuvre certains aspects de leurs programmes en matière de justice sociale, de responsabilité gouvernementale envers les non-propriétaires et en faveur de l’emploi des jeunes instruits.

18à la différence de l’idée très répandue dans les milieux de gauche aujourd’hui selon laquelle les organisations marxistes furent en échec dans la classe ouvrière égyptienne, cet article propose l’hypothèse qu’elles représentaient réellement une couche de l’intelligentsia égyptienne et que l’idéologie patriotique que l’intelligentsia élabora circula parmi les cadres ouvriers qu’elle avait réussi à recruter. Mais sa position concrète en matière de droits politiques pour la classe ouvrière était fortement dépendante de sa position sur la question nationale.

19Dans le cadre de l’hégémonie idéologique nationaliste, les organisations du second mouvement communiste ont oscillé entre deux positions, démocratique et étatiste. Ces deux positions reposaient sur un élément important du marxisme, la notion de « tâches historiques ». Elles signifiaient que la logique du développement historique mondial et local impose des tâches historiques particulières aux sociétés à un moment historique donné. Selon cette analyse, les communistes avaient une double dimension : ils étaient d’abord l’élément conscient du mouvement de l’histoire ou son représentant selon un déterminisme historique ; ils étaient aussi la direction politique de la classe ouvrière.

  • 2  Roel Meijer, Al-Bahth ‘an al-hadâtha, Le Caire, Merit, 2003, p. 144.

20Le « second mouvement communiste » élabora d’abord l’idée que la « tâche historique » en Égypte était la réalisation de la révolution nationale démocratique, c’est-à-dire se débarrasser du colonialisme, éradiquer les relations féodales, créer une société bourgeoise moderne sur la base des valeurs de l’individualisme et d’un système politique démocratique. La bourgeoisie participerait à la première étape de la révolution avec d’autres classes. Le slogan mis en avant était « le front national démocratique »2. La bourgeoisie était considérée comme capable de réaliser la tâche historique patriotique et était donc dénommée « bourgeoisie nationale ». Le mouvement communiste devait s’allier avec elle comme représentant, selon son analyse, de la classe ouvrière. Cette conception signifiait que la démocratie parlementaire et les libertés d’une manière générale étaient une partie indivisible de la tâche historique. De par son importance, la classe ouvrière devait poursuivre son combat dans le cadre de la société bourgeoise après la révolution.

21Une ambivalence fondamentale existait donc dans la pensée des communistes. D’un côté, ils épousaient la théorie interprétant le mouvement de l’histoire comme le cadre de leur action et de leurs objectifs. Il s’agissait d’un déterminisme historique, ne débouchant pas immédiatement sur la réalisation du socialisme. D’un autre côté, eux, représentaient spécifiquement la classe ouvrière. Dans ces circonstances historiques, il leur revenait d’être à la tête de la participation des ouvriers à la révolution nationale et démocratique, c’est-à-dire d’une révolution qui ne conduirait pas au pouvoir de la classe ouvrière.

  • 3  Op. cit., p. 173 ; p. 176-177.
  • 4  Fakhrî Labîb, Al-shuyû’yûn wa ‘abdel nâser, vol 1, Le Caire, Charika al-amal lil-tabâ’a wa al-nash (...)

22Mais une autre conception se développa : elle considérait la bourgeoisie locale comme « traître » à sa mission historique parce que cette dernière était en effet devenue l’allié du colonialisme et du féodalisme. La mission historique passait ainsi à une autre alliance de classe, la bourgeoisie s’éloignant du camp de la révolution nationale. Ainsi donc, il revenait à l’organisation marxiste, également représentante de la classe ouvrière, de démasquer les organisations politiques bourgeoises et de diriger la classe ouvrière pour réaliser la tâche historique en alliance avec les paysans et la petite bourgeoisie. Cette idée était assortie d’un mépris pour le parlement et les systèmes démocratiques 3. Dans l’ensemble, cette ligne était appelée « la ligne de la démocratie populaire ». Cette ligne était présente de manière continue dans les différentes scissions de HADITU. Elle se cristallisa tout particulièrement au sein de l’organisation du « parti communiste égyptien al-Raya (le drapeau) », constituée en 1950 par des scissionnistes aux tendances plus radicales. Selon cette thèse, c’était au prolétariat, et donc à son parti communiste, de réaliser les tâches historiques à la place des autres classes. L’ensemble de la tâche historique se situait au-dessus de l’intérêt pour les questions de la classe ouvrière elle-même. Le mouvement communiste devenait lui-même plus proche d’un populisme dans la mesure où il devait agir au nom de forces théoriques, répondant à « l’appel supérieur » de l’histoire. La réalisation de la tâche patriotique et modernisatrice devenait donc l’incarnation de la démocratie. À tel point que la démocratie en elle-même devenait une question accessoire et marginale 4.

23La position double des communistes se retrouvait dans leur analyse du Wafd. L’organisation Talî’a al ‘Ummâl était extrêmement proche de l’aile gauche du Wafd. HADITU, elle, soutenait pratiquement le Wafd. Quant à l’organisation al-Raya, elle accusait de manière extrêmement sectaire le Wafd d’être sorti du mouvement national, et elle aspirait à la constitution d’un système socialiste qui réaliserait les tâches de l’étape historique.

24Le mouvement communiste se retrouva donc confronté au coup d’État des Officiers Libres en juillet 1952 à la suite d’un processus de renforcement idéologique et organisationnel du fait de son activité dans l’action de masse. Cette confrontation posa un problème complètement nouveau car la politique des officiers était à la fois dictatoriale et patriotique, selon les critères mêmes du mouvement communiste. Cela revenait à accorder la priorité à ce qui était patriotique et aussi à céder devant le régime car celui-ci se trouvait à la place du parti communiste pour réaliser les tâches historiques. Cela imposait soit de le soutenir soit de conserver l’idée du changement par la classe ouvrière. Finalement, cela déboucha sur les décisions de dissolution.

Le coup d’état des officiers libres

25Les futurs membres des « Officiers Libres », organisation formée au sein de l’armée égyptienne, avaient intégré l’Académie militaire après le traité de 1936 qui accorda à l’État égyptien une large part d’indépendance. En effet, la politique du Wafd permit l’entrée d’enfants des couches moyennes à l’Académie, qu’ils soient issus de leurs strates supérieures ou parfois même du peuple, comme Gamâl ‘Abdel Nâser lui-même. Ils appartenaient à des groupes montants des couches moyennes. Au début de leur jeunesse, la plupart d’entre eux furent au contact des organisations de l’intelligentsia rebelle contre les grands propriétaires terriens, Misr al-Fatah, le nouveau parti Watani, les Frères Musulmans, HADITU. Nombre d’entre eux rejoignirent la branche des Frères ou de HADITU au sein de l’armée. C’est dans ces organisations qu’ils puisèrent leur idéologie et leurs opinions sur la crise du régime politique égyptien.

  • 5  Târeq al Bishrî, Al-dimoqrateya wa nizâm 23 yuliu 1952-1970, première édition, Beyrouth, Mo’asasa (...)

26Cependant, l’organisation des Officiers Libres se distinguait des autres groupes politiques dans l’armée : elle imposait, en effet, la rupture de ses membres avec les autres organisations politiques pour devenir un mouvement indépendant et exclusivement militaire 5.

27Le coup d’État de 1952 bénéficia de l’appui initial de certaines organisations de l’intelligentsia rebelle dont HADITU ou les Frères Musulmans. Mais le nouveau pouvoir se caractérisa par le refus de tout lien avec les courants politiques existants et aboutit à l’élimination de toutes les organisations existantes. Les Officiers Libres décidèrent la dissolution de tous les partis politiques, imposèrent la censure sur la presse et la radio. Ils contrôlèrent ensuite l’ensemble des domaines idéologiques. Leur pouvoir structura sa popularité par la formation d’une organisation politique nouvelle, appelée d’abord « l’Organe de Libération (hay’a al tahrir) », puis en 1957 l’Union Nationale (itithad al qawmi) et enfin l’Union Socialiste Arabe en 1962.

28Cette organisation unique n’était ni un parti ni un front mais un immense rassemblement des partisans du régime. Ceux-ci adhéraient en raison des avantages obtenus ou des différentes réformes mises en œuvre. Cette organisation était un canal de transmission entre les officiers et le peuple, considéré comme un bloc unique. Seuls les « ennemis du peuple », c’est-à-dire les élites qui nuisaient politiquement ou économiquement, ainsi que l’ensemble des courants politiques réprimés, en étaient rejetés. Ce lien reposait sur un échange : l’appui (de la part du « peuple ») contre des services (de la part du régime), comme tout régime avant tout clientéliste.

29Sur cette base, les officiers recrutèrent dans les courants de l’intelligentsia favorable au renforcement de l’État. Ils réprimèrent les organisations politiques par le contrôle de toutes les structures de la société civile et par les moyens de l’État policier. De là, les scissions et les divergences qui se succédèrent au sein des courants de l’intelligentsia. D’un côté se trouvaient ceux qui soutenaient le régime sur la base des objectifs communs et de la position du régime face au colonialisme et aux anciennes classes dirigeantes, des idées de justice sociale, de la défense d’un État national fort. D’un autre côté, se trouvaient les opposants au régime, sur la base de la critique de l’influence prise par d’autres courants étatistes ou à cause de la répression de leur propre courant. Ces clivages concernèrent les communistes comme les Frères Musulmans.

30Cependant, le régime absorba avec facilité les cadres souhaitant collaborer en provenance de Misr al-Fatah ou du nouveau parti Watani. Ce phénomène produisit aussi une multiplication des perspectives politico-idéologiques parmi les partisans du régime : communistes, Frères ou nationalistes. La confrontation idéologique se déroula entre eux. Chaque courant essayait de convaincre le régime de réprimer l’autre, tâchait de rester du côté du pouvoir pour l’aider et le convaincre à agir ainsi.

Entre rapprochement, méfiance et confrontation

  • 6  Rifa’t al-Sa’îd, Monazamât al yasâr al misrî, 1950-1957, Le Caire, Dâr al-Thaqâfa al-Gedîda, 1983, (...)

31Quelques mois après le coup d’État, le choc entre le mouvement communiste et les Officiers Libres se produisit. Les Officiers exclurent les communistes emprisonnés de l’amnistie générale en faveur des internés politiques. L’argument avancé était que leurs crimes n’étaient pas politiques mais sociaux 6. Le 7 septembre 1952, ils exécutèrent aussi deux ouvriers après un procès militaire vengeur et rapide sans aucune assistance juridique parce qu’ils avaient simplement dirigé une protestation dans l’usine de Kafr al-Dawwâr contre les patrons, non contre les officiers. La période vit également un rapprochement net entre les officiers et les États-Unis qui étaient dans les écrits du mouvement communiste la tête du néocolonialisme.

  • 7  Op. cit., p. 107 en ce qui concerne HADITU ; p. 335-336 pour Talî’a al ‘Ummâl.
  • 8  Propos de ‘Abdel Nâser lors de la fête du syndicat des ouvriers et des employés des transports en (...)
  • 9  Discours de ‘Abdel Nâser lors de la conférence de presse de l’organe de libération (hay’a al tahrî (...)
  • 10  Discours de ‘Abdel Nasser au siège de l’organe de libération (hay’a al tahrîr) au Caire, le 05.09. (...)

32À la lumière de tout cela, la plupart des communistes considérèrent le nouveau régime soit comme une dictature militaire réactionnaire favorable aux États-Unis soit comme un système fasciste. Les deux analyses pouvaient être utilisées. Ils s’allièrent donc avec différentes forces politiques pour le renverser 7. De leur côté, les Officiers libres pourchassèrent les communistes, en emprisonnèrent un grand nombre. La presse s’activa pour les diffamer. ‘Abdel Nâser les accusa même d’être des agents du sionisme 8, des adversaires de l’amélioration des conditions de vie des pauvres et des ouvriers 9 et d’être des agents de la dissolution morale 10.

  • 11  Voir, par exemple, ‘Abdel Rahmân al-Charqâwî, Bandoeng, Le Caire, Dâr al-Fikr, s.d., p. 30-53. Il (...)
  • 12  Voir l’évolution progressive de la position de HADITU envers le régime dans R. al-Sa’îd, op. cit., (...)
  • 13  Op. cit., p. 280-284.
  • 14  Op. cit, p. 293-297.

33Cependant entre 1955 et 1957, les positions des différentes organisations communistes envers le régime s’inversèrent progressivement. Un tel changement n’avait pour cause aucune mesure intérieure du régime. Il était, en fait, motivé par la politique extérieure du régime et sa prise de distance par rapport au camp occidental, se traduisant par l’achat d’armes tchèques, la prise de position neutraliste au congrès de Bandoeng en 1955 11 et la nationalisation du canal de Suez en juillet 1956. De ce fait, les réserves des communistes disparurent 12. Par exemple, le « mowahad », organisation formée entre HADITU et les groupes qui l’avaient quitté précédemment, appela les ouvriers à « l’appui au gouvernement du président ‘Abdel Nâser » et à la poursuite de l’action ouvrière dans le cadre toléré par le régime. Il faisait porter la responsabilité de toutes les positions anti-ouvrières du régime sur les organes policiers et non sur le système lui-même 13. Finalement, des cadres du « mowahad » jouèrent un rôle direct dans la résistance populaire à Port Sa’îd en 1956. Des mots d’ordre de soutien à la personne d’‘Abdel Nâser furent lancés alors sans la moindre réticence 14.

34Cette posture ne changea pas quand le régime approfondit son contrôle policier sur le mouvement ouvrier en intégrant les syndicats dans une organisation unique sous sa domination en 1957. Dans sa grande majorité, le mouvement communiste finit par soutenir le régime, s’appuyant sur sa position patriotique, indépendamment de sa domination sur la classe ouvrière et de sa répression des mouvements indépendants.

  • 15  Voir la définition de sa politique dans le premier numéro du journal « Min agl hadha tusdir al-mis (...)
  • 16  Ceci reflétait le choix de HADITU et autres partisans (al-sâ’î) de l’arrêt (tagmîd) de la lutte de (...)
  • 17  Selon certains, le régime des officiers s’ingéra même dans cette circonscription par la fraude au (...)

35Les Officiers répondirent à ce soutien en accordant aux communistes qui les soutenaient une tribune dans la presse. En octobre 1956, les officiers publièrent al-Misâ’, quotidien du soir et tribune de gauche dans une maison d’édition dépendant d’eux. Ils nommèrent à sa tête Khâled Mohî Eddîn, un des Officiers Libres, ancien membre de HADITU, qui conservait des liens avec les communistes. Toutefois, ce journal n’était pas leur tribune : il exprimait leurs opinions tant qu’elles ne s’opposaient pas aux positions du régime 15. Tout ce qui concernait la lutte de classe des ouvriers était rejeté 16. Le journal fut même obligé de soutenir l’éviction par le régime de plus de la moitié des candidats aux élections de 1957, y compris les candidats communistes 17.

  • 18  Par exemple, en ce qui concerne la question des élections parlementaires de 1957, voir Khâled Mohî (...)

36Le plus important dans ce positionnement restait la logique d’acceptation, avec la primauté accordée au programme patriotique sur la démocratie et les revendications ouvrières 18. Fou’ad Morsy, chef du mouvement al-Raya qui était le défenseur le plus résolu de la logique des « tâches historiques », présenta naturellement la défense la plus forte d’une telle priorité :

  • 19  « Al-dimoqratia fi misr », al-Misâ’, 13.07.1957, p. 5.

« La démocratie n’est pas un objectif en elle-même, cependant elle est un moyen pour engager le combat du progrès social… car la démocratie se réalise par la capacité de participation de l’ensemble du peuple à la réalisation des tâches historiques […] La liberté politique pour le peuple… [est] sa liberté dans l’expression de ses buts historiques et son auto-organisation pour les réaliser [et la majorité doit] disposer de ses libertés naturelles dans la constitution, l’appui et la protection de son gouvernement… Donc, cela ne donne pas de sens à l’opposition… ceci est un des critères de la démocratie »19.

37La démocratie consistait donc dans les mesures qui permettaient au gouvernement de conduire la tâche patriotique. Il était donc possible de considérer les mesures répressives du régime comme la juste expression de la liberté pendant ce moment historique, y compris dans ce qu’elles signifiaient comme acceptation fondamentale du régime. Dans cette logique, cet auteur considéra les élections de 1957 comme les « premières élections démocratiques dans notre histoire ».

  • 20  « Al-dimoqratia fi misr - ma’arakabunâ alm intikhâbia (3) », al-Misâ’, 15.07.1957, p. 5.
  • 21  « Al-dimoqratia fi misr – mostaqbal dimoqratiyatunâ  (4) », al-Misâ’, 16.07.1957, p. 5.

38En dépit de cela, Fou’ad Morsy dans la même série d’articles exprimait des ambitions différentes concernant le système politique, en dépit de son accord avec les opérations de radiation et de « fermeture » de certaines circonscriptions lors des élections pour les hommes du régime et de son appel à pardonner la radiation des candidats communistes. Il préférait que le régime revienne à la mise en place d’un parlement après avoir constitué l’Union Nationale comme une véritable organisation de manière à ce que les radiations n’aient plus de caractère « bureaucratique » comme cela s’était produit. Il exprimait aussi son espoir dans l’apparition « d’une opposition patriotique au sein de notre front national » au parlement 20. Plus encore, il demandait des réformes démocratiques diverses, dont « la réforme de l’appareil gouvernemental dans un esprit démocratique » et que « la démocratie règne » au sein de l’Union Nationale, et entre l’Union Nationale et le peuple 21.

39Cette divergence nette renvoie, malgré l’appui total, à une différence fondamentale entre le mouvement communiste et le régime dans ce moment de soutien et de convergence. C’est ainsi que Fou’ad Morsy interprèta le retour du conflit entre les communistes et le régime. Le conflit avec les communistes revint pour plusieurs raisons, dont la non-soumission des communistes syriens aux conditions d’‘Abdel Nâser sur la dissolution des partis, la fuite de Khâled Bakdâche, le secrétaire général du PC syrien, vers le bloc oriental et l’utilisation par les communistes égyptiens de certains congrès de l’Union Nationale pour se construire une influence politique aux dépens des cadres du régime.

  • 22  Pour une analyse de cet affrontement avec ‘Abdel Karîm Qâsem, voir Malcom H. Kerr, The Arab cold w (...)

40Mais le facteur décisif fut la position à propos du coup d’État d’‘Abdel Karîm Qâsem en Irak en juillet 1958. Ce coup d’État porta sur le devant de la scène un chef de libération nationale, rival de ‘Abdel Nâser dans la région arabe. Dans le même temps, Qâsem s’allia avec les communistes irakiens qui, eux, le soutinrent contre un coup de force militaire pro-Nâser en Irak, connu comme le coup d’État d’al-Chawwâf, du nom de son dirigeant 22.

  • 23  Sur la dénonciation par l’Irak de l’accord militaire entre l’Iran et les États-Unis, voir, par exe (...)
  • 24  al-Misâ’, 11.03.1959.
  • 25  Par exemple, « Les manifestations partout désavouent le terrorisme communiste en Irak », manchette (...)

41Les communistes égyptiens soutinrent, certes avec réticence, ‘Abdel Karîm Qâsem car, dans leur analyse, il était le chef d’un des mouvements arabes de libération nationale tout comme ‘Abdel Nâser et en raison de ses bonnes relations alors avec les communistes irakiens. al-Misâ’exprima la position des communistes. Il s’agissait d’une tentative pour empêcher le développement de l’hostilité envers le régime irakien et pour favoriser tout ce qui pouvait permettre un rapprochement entre les deux régimes 23. Quand al-Misâ’ publia une manchette sur l’échec du coup d’État d’al-Chawwâf 24, tous les communistes disparurent du journal le jour suivant. Le quotidien se transforma en une tribune qui participa avec enthousiasme à la virulente campagne contre le communisme. Elle fut particulièrement avilissante pour Khâled Mohî Eddîn dont le nom, comme directeur du journal, fut maintenu une semaine environ 25.

  • 26  Fakhrî Labîb, Al-Shuy’iyun wa ‘abdel nâser. Al-Tahâluf wa al-mowâgaha 1958-1965, vol. 1, Le Caire, (...)

42En outre, le Parti Communiste Égyptien, fusion de la plupart des organisations communistes en 1958, était d’accord avec l’idée de l’union entre la République Arabe Unie et l’Irak. Le parti exprima sa position lors des congrès de l’Union Nationale. Il y gagna le soutien des présents en raison des compétences de ses cadres, comparées à celles des « fonctionnaires politiques » du régime. Cela poussa le régime à arrêter provisoirement ses congrès en septembre 1958 26. Il était évident que la formation de fonctionnaires de la politique ne signifiait pas « la production de cadres disposant de compétences politiques les rendant capables d’agir pour ce que le régime nommait "l’action de masse" ».

  • 27  Fakhrî Labîb, op. cit., p. 110.
  • 28  Voir Fathî ‘Abdel Fattâh, Shuyu’yun wa nâseriyun, Le Caire, Rûz al-Youssef, 1975, p. 19-20. Pour c (...)

43Face à tout cela, le régime laissa aux communistes le choix entre la dissolution de leur parti ou son écrasement. Sâdâte, secrétaire général de l’Union Nationale, expliqua cette position à Mahmoud Amîn al-‘Âlem. Ce dernier essaya de convaincre Sâdâte de retirer cette menace en raison de la loyauté des communistes envers le régime et de leur appui 27. Mais l’avertissement était définitif. Lors de la nuit de la nouvelle année 1959, des milliers de communistes égyptiens furent arrêtés, y compris les journalistes de al-Misâ’28.

  • 29  Fakhrî Labîb, op. cit., p. 114. Voir aussi p. 92.
  • 30  Voir en ce qui concerne l’assassinat de Shuhdi ‘Atteya al-Shâfe’î en prison le 15.06.1960, Fakhrî (...)

44Avant ceci, les communistes s’étaient à nouveau divisés en deux grandes organisations et des petits groupes. Le PCE HADITU et le PCE al-Takattul étaient les deux principales formations. Toutes les deux se considéraient comme le parti communiste légal. Tout particulièrement, le PCE HADITU ne s’attendait pas à une telle répression, alors qu’il soutenait le régime des Officiers de façon presque inconditionnelle 29. En dépit de ce soutien, les opérations de tortures ciblées et continues contre les prisonniers communistes de toutes les organisations sans distinction et la mort de certains communistes qui en furent victimes ne cessèrent qu’avec l’assassinat sous la torture de Chuhdy ‘Atteya l’al-Châfe’î, un des plus grands dirigeants de HADITU. Cette mort plaça ‘Abdel Nâser dans une position embarrassante au cours de son voyage en Yougoslavie en 1960 30.

  • 31  La campagne débuta par un discours de ‘Abdel Nâser à Port Sa’îd lors de la commémoration du jour d (...)
  • 32  Par exemple, al-Ahrâm, 28.03.1959.
  • 33  La campagne impliquait d’autres institutions qui n’étaient pas, au départ, des appareils idéologiq (...)

45La litanie qui faisait des communistes des agents du sionisme et quelquefois aussi du colonialisme, sans compter leur nature d’agents du communisme international, reprit. En dépit de leur anéantissement, cette dénonciation s’exprimait dans les discours officiels 31 ou dans les nombreux congrès populaires où des officiers et des ministres intervenaient en lançant des slogans du genre « non au communisme, non à l’athéisme ! »32 dans le cadre d’une vaste campagne33.

En dehors des prisons : la « marxisation » du nasserisme et ses limites

46Bien que le nouveau régime ait reposé sur le principe de l’unité du peuple et qu’il ait considéré le système partisan comme un complot colonialiste, il n’avait ni une conception unique ni une idéologie claire. Son orientation politico-idéologique était plurielle. Il est nécessaire de distinguer au moins les deux extrémités du spectre. D’un côté, une tendance bureaucratique penchait vers le lancement de slogans socialistes. Elle bénéficiait de l’hégémonie croissante des services de sécurité, de l’attaque du grand secteur privé et se dénommait elle-même progressiste face à une autre aile conservatrice. Celle-ci défendait la protection du secteur privé, particulièrement les propriétaires fonciers, une interprétation conservatrice et religieuse de l’idéologie du régime. Son fondement était l’existence d’une identité arabe authentique, source des systèmes politique, social et culturel.

  • 34  Kamâl Zohîrî, un journaliste appartenant à ce qui est connu comme l’aile gauche du régime, « Ihtîr (...)

47L’arrestation des communistes favorisa l’essor d’un courant, au sein du régime, qui s’inspirait du marxisme dans sa confrontation avec le courant conservateur de l’identité. Sans être accusé de communisme, finalement, ce courant conduisit à l’élaboration de la « Charte ». Son idée essentielle était de pratiquer le recours au marxisme dans la mesure où il correspondait à ses besoins. Sa justification était que le marxisme disposait de lois scientifiques, « qui n’étaient pas la propriété exclusive [des marxistes]… ». Il était possible de les utiliser efficacement pour « l’étude du réel »34.

48L’importance de ce courant augmenta quand le pouvoir entra en conflit croissant avec le grand secteur privé et alla jusqu’à la nationalisation de sa plus grande partie en juillet 1961. Cette évolution coïncida avec l’approfondissement des relations avec l’Union soviétique puis avec le choc de la rupture de la Syrie après les nationalisations. Tout ceci eut pour résultat l’évolution du régime qui se traduisit dans la « Charte d’action patriotique » de juin 1962, considérée comme un document politique majeur se situant au-dessus de la constitution.

  • 35  Propos du président ‘Abdel Nâser aux membres des conseils d’administration de la presse au palais (...)
  • 36  Discours du président ‘Abdel Nâser du palais présidentiel au peuple après la séparation, le 16.10. (...)

49Le renouvellement du discours officiel se fit par la greffe d’éléments marxistes ou quasi marxistes pour justifier son évolution politique. Au début, cela passa par la reconnaissance de la lutte des classes, mais en affirmant qu’il existait une alternative à celle-ci, la diminution des « différences entre les classes de manière pacifique »35. La séparation de la Syrie conduisit à considérer les classes propriétaires comme réactionnaires et tout compromis avec elles comme impossible 36.

  • 37  Voir les articles suivants de Haykal : « Tawra fellâhîn wa ummal », (cinquième dans la série « azm (...)

50Cependant, cette conception limitée de l’idée de lutte sociale, comprise en réalité comme une lutte des pauvres contre les riches, réclamait la préservation de l’idéologie de l’identité arabe, la réinterprétation du marxisme prenant en compte les réserves exprimées à son égard. Cette position s’exprima dans la thèse présentée par Sadate à la direction de l’Union soviétique en juin 1961 et publiée par al-Ahrâm, publication d’ailleurs contraire à l’usage diplomatique en la matière. Cette lettre et d’autres écrits, dont la charte, équivalaient à une annonce officielle aux masses de la position du régime sur le marxisme, particulièrement dans sa version soviétique. Il est possible de résumer ainsi le contenu de ces écrits. Plusieurs idées fondamentales du marxisme soviétique étaient rejetées : l’idée du développement historique selon la théorie des cinq étapes ; le déterminisme de la lutte de classe ; la dictature du prolétariat ; le communisme comme réalisation de l’humanité ; la direction de l’État par le parti communiste ; la critique marxiste du nationalisme ; la conception de la propriété privée comme cœur de l’exploitation. Le caractère inhumain de la planification de l’industrialisation rapide en Union soviétique était dénoncé. Des idées alternatives étaient avancées : le rôle des religions dans l’Histoire ; le rapprochement entre les classes dans le cadre d’un régime patriotique comme solution à la lutte des classes ; le maintien d’une propriété privée ; l’indemnisation des propriétaires lors de nationalisations ; le progrès scientifique, voie du socialisme et alternative à l’industrialisation rapide ; la non-domination de la politique par le parti communiste, parce que la politique est un droit pour l’ensemble de la nation ; la préservation de l’unité nationale qui se justifie par l’expression « l’individu libre est la base de la société libre ». Tout ceci constituait une singulière affirmation de la part du représentant idéologique d’un régime policier, mais son objectif ici était d’atteindre les organisations de masse du régime, de al-haya’al-tahrîr à l’Union Socialiste 37.

51Cela limitait de fait le rapprochement à la reconnaissance de la lutte des classes comme réalité et moteur de l’histoire, avec les réserves mentionnées ci-dessus, au refus du capitalisme, au refus de l’exploitation de classe et au slogan du socialisme.

52L’analyse présentée par le régime comportait donc une série d’accords et de divergences avec le marxisme soviétique. Les divergences clairement exprimées ne nécessitaient pas de discussion pour le régime. Le marxisme devait justifier l’approfondissement du conflit avec les classes possédantes et l’élargissement du secteur public. L’analyse devait aussi confirmer que le régime n’était pas marxiste.

Sortie de prison

53Après plus de cinq années, le régime libéra les communistes restant dans les camps et les prisons (mars 1964), en partie pour complaire à Khrouchtchev lors de sa présence à la fête qui marqua la fin de la première étape du haut barrage d’Assouan. La construction du barrage reposait en effet sur le financement et la présence d’experts soviétiques. La libération des communistes s’expliquait aussi par le sentiment de stabilité du régime. Celle-ci se traduisit en 1964 par la promulgation de la constitution et la tenue des élections parlementaires, interrompue depuis 1957. Le pouvoir pouvait libérer une grande partie des prisonniers politiques sans avoir peur de leur prise de contrôle de l’action publique. Le régime libéra, quasiment dans le même temps, de nombreux Frères Musulmans, dont Sayed Qotb, en raison de l’intervention de ‘Abdel Salâm ‘Âref, président de l’Irak de tendance islamiste.

  • 38  Par exemple, Ragâ’al-Naqqâch, « Al-Mithâq wa al-mothaqafûn », Akhbâr al Yôm, 02.06.1962. Youssef I (...)
  • 39  Interventions du président Gamâl ‘Abdel Nâser dans les discussions du comité préparatoire les 27.1 (...)

54La sortie de prison des communistes n’était pas particulièrement liée à ce que l’on nomma « le tournant socialiste ». Certaines voix se levèrent à partir de 1962, après les nationalisations et lors de la promulgation de la charte nationale, pour demander l’intégration des « socialistes » au régime et pour bénéficier de leur expérience politique. Cette demande portait aussi sur la possibilité d’action politique pour les membres des anciennes organisations d’avant 1952. On y voyait un moyen de limiter la corruption du régime engendrée par le recours aux « profiteurs » et aux « opportunistes »38. ‘Abdel Nâser refusa toutefois une telle logique : « Non, je veux pour le socialisme des gens qui ne soient ni des réactionnaires ni des capitalistes exploiteurs, des gens tout autres que cela. Je veux donc des hommes qui marchent sur la voie que nous, nous voulons prendre »39. Convaincu de préserver l’idée d’alliance patriotique générale comme un assemblage d’orientations diverses sans aucun pouvoir, il éloigna donc tous les cadres politiques.

  • 40  Par exemple, sur la base de la reconnaissance par Khrouchtchev du socialisme du système. Mustafa a (...)

55La libération des communistes encouragea cependant les voix qui demandaient au régime de leur permettre d’agir en son sein 40. Mais l’intégration des communistes libérés ne se réalisa pas de manière collective dans les institutions du régime. Aucun accord global ne leur fut proposé. Le régime n’était pas contraint à une telle concession, car il était satisfait de la pression administrative et des campagnes quasi officielles de critiques et des virulentes accusations développées sous la plume de Hassanein Haykal. Ce journaliste était le porte-parole officieux d’‘Abdel Nâser. Il faisait du mouvement communiste « un groupe qui avait des idées inconsistantes et flottantes ». Il liait de manière délibérée ces accusations au pouvoir du sexe et de l’argent, le sexe menant les étudiants et l’argent les ouvriers. Il accusait même le mouvement communiste d’être un groupe de « maquereaux » (qawâdîn),  de « roulures » (mômasât), de constituer un « bordel ».

  • 41  « Hadîth yatagadadu ‘ann al-‘amal al-dâlhilî wa machâkilahu (10) », al-Ahrâm, 29.01.1965. Voir aus (...)

56Il les accusa aussi de ne pas permettre la compréhension « des mouvements authentiques de révolution dans les conditions de l’ensemble du Tiers Monde ». Pour finir, il concluait sa dénonciation : « La libération des communistes signifie leur donner l’occasion d’exprimer leur opinion dans les limites de la « Charte patriotique » avec le maintien de la solution policière en réserve s’ils essayaient « de constituer un parti politique public ou secret en Égypte » ou s’ils essayaient « de porter atteinte à la religion »41.

57Dans ces limites, certains communistes, spécialement les intellectuels, se virent accorder des fonctions au sein des médias, particulièrement dans la presse. Cette expérience avait débuté avant la libération par le recours à des communistes qui avaient capitulé très tôt devant le régime, comme Lotfî al-Khôlî. Ainsi la revue al-Talî’a sortit en janvier 1965 au sein du groupe al-Ahrâm, principal groupe de presse du régime, sous la direction du même Lotfî al-Khôlî. On leur accorda encore d’autres tribunes dans la presse comme aux autres courants. Ainsi Mahmoud Amîn al-‘Âlem devait diriger plus tard l’institution Akhbâr al-Yôm, la plus grande des structures de presse du régime après al-Ahrâm. Les plumes communistes s’activèrent pour la défense du socialisme, considérant que le régime était devenu, à leur avis, socialiste. Du moins, ils acceptèrent de se conformer à cette idée dans leur propagande socialiste.

  • 42  « Al-hizb al-chuyû’î yuhal nafsu », al-Ahrâm, 25.04.1965. « Lâ tanzîmât shuyu’ia fî misr », Rûz al (...)

58En mars et avril 1965, les deux organisations communistes se sont donc auto-dissoutes. Al-Ahrâm publia la nouvelle et la commenta ainsi : « Quoi qu’on dise, c’est la première fois dans le monde qu’un parti communiste met un terme à son existence autonome avec le consentement de la direction révolutionnaire des forces socialistes et patriotiques »42.

La « nasserisation » du marxisme et ses limites

  • 43  Voir le compte rendu, par un journaliste anciennement marxiste, d’un débat en Europe orientale à p (...)

59Il est utile de mentionner que les communistes n’avaient pas une vision unifiée du régime en dépit de leur quasi-unanimité dans le soutien. Une minorité était convaincue que le régime représentait une sorte de capitalisme d’État. Le soutien au régime patriotique devait être conditionnel, les communistes devant continuer la lutte en faveur des intérêts de la classe ouvrière. Une opinion identique était présente dans le mouvement communiste ouvrier. Il n’était pas permis aux voix communistes qui partageaient cette opinion, à l’intérieur comme à l’extérieur, de s’exprimer dans les médias égyptiens. L’intégration limitée des communistes dans le régime ne concernait que les partisans de l’idée que le régime était socialiste ou qu’il s’orientait « sur la voie non-capitaliste »43. Ce sont eux qui décidèrent de la dissolution des deux grands partis.

60Dans les paragraphes suivants, nous remettons en cause l’interprétation dominante dans les milieux communistes sur la décision de dissolution. Il faut remarquer d’abord que la décision de la dissolution fut prise en dehors des prisons comme des cercles de discussion militants. Elle fut le couronnement de cinq années de violente répression continue dans les prisons, et d’isolement complet par rapport à la classe ouvrière et à la société, même après la libération des prisonniers communistes. Cela s’explique par le succès du régime à accorder à l’ensemble des syndicats et des organisations de la société civile un cocktail de corruption sociale et d’ingérence sécuritaire tout en éloignant l’ensemble des masses de toute libre discussion politique sous l’effet de la terreur policière organisée.

61Dans ces circonstances, l’idée de représentation des ouvriers et d’action politique en général restait théorique, sans rapport avec la réalité du pays. Ceci influa sur la confirmation du choix des communistes. Si les dissolutions furent prises par les seules directions, l’absence de forte réaction des cadres s’explique par le désespoir.

62Revenons aux fondements de la décision de dissolution. Nous avons plus haut mentionné le caractère ambigu de la position des communistes sur la bourgeoisie. Les réussites du régime face au colonialisme en Égypte et dans la région arabe firent diminuer les divergences. Cela confirmait aux yeux des communistes le caractère patriotique du régime et sa qualité de représentant de la bourgeoisie nationale qui réalisait les tâches historiques nationales. Les communistes se divisèrent avant leur arrestation et dans les prisons en trois tendances fondées sur trois analyses du régime en place.

  • 44  Fakhrî Labîb,, Al-Shuy’iyun wa ‘abdel nâser. Al-Tahâluf wa al-mowâgaha 1958-1965, vol. 1, op. cit. (...)

63La première tendance est à la base celle des anciens membres de Talî’a al ‘Ummâl. Elle confirmait l’importance de la démocratie, car la bourgeoisie dominante était opposée à la fois au colonialisme et aux masses. L’affaiblissement de la tendance bourgeoise reposait alors sur la pression des masses qui ne pouvaient se réaliser que si « se développaient les libertés politiques véritables des masses pour qu’elles puissent agir et influer ». Cette tendance appela à la formation d’un front patriotique avec le régime, car il était un régime bourgeois patriotique. Les classes patriotiques seules avaient le droit de constituer leurs propres partis, « ceci peut être nommé la démocratie guidée »44. On gardait ainsi la ligne minimale démocratique du programme national démocratique, comme base nécessaire au mouvement de la classe ouvrière et de ses alliés dans la défense de leurs intérêts.

  • 45  Op. cit., p. 68-69, p. 75.

64À droite, la seconde tendance était celle de Fou’ad Morsy et des membres de l’organisation al-Raya avant l’unité. La bourgeoisie au pouvoir était patriotique, « gouvernée par le patriotisme », c’est-à-dire historiquement contrainte à l’être. Il fallait donc s’allier avec elle, accepter l’idée de l’organisation unique et tenter de la changer, de l’intérieur, en un front patriotique 45. Cette idée est clairement bâtie sur le déterminisme historique. Le régime, immanquablement patriotique, réaliserait les tâches historiques : il était donc acceptable sans réticence.

65La troisième tendance, intermédiaire, était celle de HADITU. Ce courant représentait, à lui seul, près de la moitié des cadres communistes. Il affirmait qu’il existait au sein du pouvoir une aile droite et une aile gauche. ‘Abdel Nâser représentait cette dernière. Il fallait s’allier à elle en agissant au sein de l’Union Nationale.

  • 46  Op. cit., p. 76-78.

66Une telle idée développée après les nationalisations et dans les prisons alla jusqu’à affirmer la présence « d’un groupe socialiste au pouvoir ». Cependant, ce courant continuait à considérer que l’arrivée au socialisme se ferait par l’unité entre les communistes et le groupe socialiste sous la direction de ‘Abdel Nâser 46, les communistes conservant un rôle indépendant.

  • 47  Op. cit., p. 79.
  • 48  A la fin de 1963, l’élaboration de cette orientation se fit dans une petite brochure rédigée en pr (...)

67Au sein de HADITU, un groupe se cristallisa. Il comprenait ‘Adel Hussein, qui devait devenir dans les années 1980 le rédacteur en chef du journal al-Cha’b, de tendance nationaliste, et Ahmed ‘Alî Naguîb. Il déclarait même que le système était effectivement socialiste et incarnait le socialisme 47. HADITU n’exprima pas officiellement cette idée de l’aile droite car elle avait besoin, selon lui, d’amendements. Cela éclaire sur les justifications de la dissolution. Ces justifications se traduisirent ensuite à travers les écrits des communistes dans la presse du régime 48.

  • 49  Op. cit., p. 2.
  • 50  Op. cit., p. 41 ; p. 47-49.
  • 51  Op. cit., p. 58.

68L’idée fondamentale était que la révolution en Égypte et dans les autres pays du Tiers Monde se déroulait selon deux étapes liées : « La libération nationale et l’évolution sociale autant que la montée du rôle patriotique dynamisaient l’évolution sociale… »49. Le régime évoluait effectivement vers le socialisme au travers de la nationalisation des intérêts anglais et français en 1957, leur non-vente au secteur privé, puis les nationalisations de 1961. Pour Ahmed ‘Alî Naguîb, elles signifiaient le passage de la propriété étatique du capitalisme d’État à un secteur socialiste qui se développait 50. Avec ce tournant, le pouvoir patriotique montrait que « la bourgeoisie nationale était incapable d’assurer le développement économique et incapable de s’autonomiser à l’égard du colonialisme51. Le régime se développait vers le socialisme en raison de son engagement à réaliser les tâches patriotiques historiques.

  • 52  Op. cit., p. 61-63.

69Dans une telle optique, la classe ouvrière, elle, gagnerait à la fin avec l’essor du secteur d’État et « ses rapports de production socialistes ». Les classes reposant sur la petite propriété viendraient à disparaître. Cela conduirait le pouvoir à se débarrasser de son analyse inconséquente de l’exploitation et à développer une approche marxiste. En résumé, « le pouvoir du peuple travailleur donne naissance à la direction de la classe ouvrière », mais progressivement 52.

  • 53  Op. cit., p. 77.
  • 54  Op. cit., p. 72.
  • 55  Op. cit., p. 75.

70Ces résultats politiques se traduisaient par l’affirmation que la société ne connaîtrait pas deux révolutions. Depuis le 23 juillet 1952, elle était en effet en situation de transition progressive vers le socialisme. Ainsi donc, pour Ahmed ‘Alî Naguîb, « il n’y a pas de place pour former une autre organisationrévolutionaire »53. On ne trouvait donc pas d’argument en faveur de la construction d’un parti communiste 54. La classe ouvrière était effectivement représentée dans l’alliance au pouvoir au travers de la charte, « l’alliance des forces du peuple travailleur ». Elle recevrait donc le pouvoir progressivement. Il était possible de dire que « le parti communiste dans ce modèle de révolution est simplement une erreur historique, car l’organisation des officiers libres est la véritable organisation révolutionnaire adéquate pour ce type de révolution »55. La dissolution des organisations communistes était ainsi l’unique position communiste juste car les tâches historiques étaient passées dans d’autres mains qui étaient les bonnes.

71De cette manière, la justification des dissolutions reposait sur l’association entre le programme maximum, la réalisation du socialisme directement, mais appliqué aux Officiers Libres au pouvoir, et l’idée des tâches historiques que l’Histoire réalisait par des moyens astucieux sur le mode hégélien. Ainsi, magiquement, se trouve choisi un type d’organisation capable de faire gagner la Révolution, selon un mode qui correspond aux circonstances historiques.

  • 56  Voir l’argument de Lotfî al-Khôlî en ce qui concerne l’évolution du régime vers le socialisme en r (...)
  • 57  « Dimoqratia al-Thawra al-watania al-mozdawga », al-Ahrâm, 06.01.1963.
  • 58  Voir aussi les différents articles de communistes dans al-Talîa et al-Kâteb, autres périodiques me (...)

72Ces changements ne se limitaient pas aux communistes emprisonnés mais ils touchèrent aussi, et cela même plus tôt, les communistes qui avaient rallié précocement le régime. À leur tête se trouvait Lotfî al-Khôlî 56 qui chercha à fonder les bases intellectuelles de l’alliance entre les communistes et le régime. Cela aboutit à une définition du régime comme représentant « une tendance non capitaliste qui s’appuyait sur des bases socialistes »57. Ces analyses reposaient sur ce que nous appellerons une méthode fonctionnaliste à dimension magique : les tâches historiques choisissent ceux qui les servent, les font gagner et poussent les patriotes au pouvoir à la réalisation du socialisme par en haut. Cette conception du pouvoir des officiers exprime une conception métaphysique de l’histoire. Elle dépasse le besoin de la lutte des classes et annule l’héritage du mouvement communiste au profit d’une lutte de masse. Elle fonde une conception indispensable à la consolidation des régimes patriotiques socialistes que l’histoire a choisis 58.

  • 59  Lotfî al-Kholî, « Khatawât al talî’a », al-Talî’a, n° 1, janvier 1965, p. 6.
  • 60  « Molâhazât… hawla al sirâ’al fikri fî mogtama’nâ », al-Talî’a, décembre 1966, p. 25.
  • 61  « Radd‘ala khâled bakdach », Akhîr Sâ’a, 13.04.1966.

73Finalement, les intellectuels communistes, à l’intérieur et à l’extérieur des prisons, obtinrent un périodique théorique mensuel publié par al-Ahrâm, sous la direction de Lotfî al-Khôlî, pour constituer une tribune intellectuelle dans le cadre « de notre engagement positif et conscient pour laCharte »59. Les résultats politiques logiques furent la condamnation de toute tentative de construction d’organisations communistes, car cela était considéré comme un complot contre la cause de la construction du socialisme60. En effet, la loyauté à l’organisation en place était « un des critères avec lesquels on pouvait évaluer le mouvement révolutionnaire dans les pays arabes aujourd’hui »61.

74La nassérisation du marxisme avait toutefois ses limites. Le régime n’a pas laissé le champ libre aux communistes, même dans les limites de leur soutien. Les communistes ne sont pas devenus non plus, en dépit de tout ce que nous avons mentionné, de simples serviteurs du régime.

  • 62  Voir, par exemple, ce qu’écrivit Zaki Mourad, un des dirigeants communistes dans « bayna wihda al (...)

75L’acceptation par le régime de la participation des intellectuels marxistes au soutien intellectuel à l’aile bureaucratique du régime s’accompagne donc de l’interdiction d’activité pour les militants communistes au contact des masses. Ces penseurs tentèrent d’utiliser les tribunes disponibles au sein du régime pour favoriser l’acceptation des communistes dans l’Union Socialiste62.

  • 63  Par exemple, Ahmed Hamrouche, officier et communiste, « al-wihda al-watania », Rûz al-Youssef, 18. (...)
  • 64  Voir « hiwâr maftôh ma’a ‘alî sabrî (3) », al-Ahrâm, 24.04.1967, p. 7. Il était alors secrétaire g (...)
  • 65  Voir « Chahadât al chuyu’yin al misryin », dans ‘Asem al-Dessouqi dir., Chahâdât wa ro’a, Le Caire (...)

76En dépit des incitations et des espoirs 63, le régime ne cessait de tergiverser et d’ajourner 64. Cela aboutit, finalement, à l’acceptation d’un nombre réduit d’intellectuels communistes dans « l’organisation d’avant-garde », organisation secrète constituée de plusieurs sensibilités, fondée par ‘Abdel Nâser au sein de l’Union Socialiste Arabe. Les cadres ouvriers non seulement ne purent adhérer à l’Union, mais ils furent également pourchassés jusque dans la quête de leur pain quotidien : les possibilités de trouver un emploi dans le secteur privé étaient pour eux limitées et leur recrutement dans les usines du régime extrêmement difficile, voire rarissime 65.

  • 66  Discussions des propos du président ‘Abdel Nâser à la réunion de l’organisme parlementaire de l’Un (...)
  • 67  « Dirâsat fî al thawrî wa al thawra wa wihda al quwa al thawria », al-Kâteb, mars 1967, p. 57. Voi (...)

77L’intégration, même limitée, des communistes suscita l’hostilité d’autres courants du régime. Cela allait de certains membres du conseil de la nation 66 jusqu’à Ahmed Sa’îd, le célèbre animateur qui dirigeait la station de radio Sawt al-‘Arab et était un des porte-voix essentiels du régime 67.

78De manière générale, le problème du régime avec les communistes n’était pas lié à leur loyauté. En effet, depuis l’année 1955, la plupart des tendances communistes, y compris la plus importante, soutenaient le pouvoir et leur appui s’accentua encore après les nationalisations. De même, l’absence complète de danger communiste se confirma avec la dissolution des grandes organisations. Le problème était que le régime reposait sur le pouvoir de la bureaucratie, elle-même sous direction des organes de sécurité. Sa perception sécuritaire ne laissait pas d’espace à l’action politique, même dans le cadre d’un appui au régime.

  • 68  Discussions des propos du président ‘Abdel Nâser à la réunion de l’organisme parlementaire de l’Un (...)

79Le système n’était pas pour autant apolitique en lui-même. Il fut capable d’intégrer les communistes en raison de leur formation politique orientée vers l’action de masse. Il sut récompenser ceux qui collaboraient avec lui, dont des ouvriers, en les associant à des initiatives politiques et en leur accordant des postes. A ce moment-là, le régime était en effet incapable de former des cadres politiques qui lui soient propres. Ceci était le nœud gordien que le régime ne trancha pas. ‘Abdel Nâser répondait toutefois au doute sur « l’activité communiste notoire ». Il demandait « pourquoi nous n’avons pas d’activités, nous, dans l’Union Socialiste ? » Rassurant l’auditoire, il répondait : « L’entrée des anciens communistes au sein de l’Union se fera après une étude précise »68. Cette approche méfiante s’est perpétuée bien qu’avec leurs années dans les prisons du régime les communistes aient été connus dans les moindres détails.

  • 69  Par exemple, l’historien Mohammad Anîs écrivait que la démocratie est ce qui permettra « aux ouvri (...)
  • 70  Salâh Hâfez, « quf ! », Akhîr Sâ’a, 04.03.1964. Voir ce qu’écrivit al-Akhbâr dans le même sens un (...)
  • 71  Salâh Hafez, « Tanzîm al usra », Akhîr Sâ’a, 26.01.1966.
  • 72  Sa’d Kâmel, « laysa bil qanûn wahahu », Akhîr Sâ’a, 11.05.1966.
  • 73  Fawzy Mansour, professeur d’économie, « Al tanmia al iqtisadya wa an dimoqratia », Al-Akhbâr, 07.1 (...)
  • 74  Ahmed Hamrouche, « Al-idkhâr wa ashâb al dawla al ‘ilmia », Rûz al Youssef, 14.06.1965.

80Les écrits communistes éclairent sur leurs tentatives pour que le régime recourre à l’action politique au lieu des services de sécurité. Leur espoir reposait sur la mise en action de l’Union Socialiste comme organe de politisation des masses. Les communistes appelaient à sa transformation en une véritable organisation politique active. Ils utilisèrent l’ensemble des arguments possibles pour convaincre le régime. Ces mesures étaient jugées nécessaires pour que le peuple puisse défendre « ses acquits socialistes »69, qu’il puisse agir avec l’aide du gouvernement dans les crises économiques. Il s’agissait, par exemple, de lui donner un rôle dans le contrôle de l’application de la loi abaissant le loyer des logements 70, un rôle pour amener les paysans au contrôle des naissances 71, pour dénoncer ceux qui cherchaient à échapper à l’application de la loi sur la réforme agraire 72, pour contrôler le secteur public et s’opposer à la corruption existante 73, pour convaincre la population de limiter la consommation ou d’augmenter l’épargne, tout cela au lieu de l’imposer par des décisions administratives 74.

  • 75  Par exemple, Lotfî al Khôlî critiqua le fait de choisir des omdahs et des machayekh (chefs de vill (...)
  • 76  « Al Tarîq li momârasa al dimoqratia », Akhbâr al-Yôm, 05.12.1964, p. 5. Voir aussi l’article d’Ah (...)
  • 77  « Al ittihâd al ichtirâki wa al suberman », Al-Ahrâm, 13.01.1963.
  • 78  Salâh Hafez, « qof ! », Akhîr Sâ’a, 19.01.1966.

81Certains communistes appelèrent à la séparation d’avec l’Union Socialiste du pouvoir exécutif en se débarrassant d’un grand nombre de ses responsables. Ils critiquèrent le caractère bureaucratique de l’Union Socialiste et son fonctionnement sur la base du piston, réclamant que les organes administratifs réalisent leur mission 75. Khâled Mohî Eddîn demanda même que les services de sécurité renoncent à leur domination sur l’action politique, pour que les gens cessent d’avoir peur de faire de la politique. « Ainsi, l’Union (socialiste) peut éloigner les structures administratives (il vise ici celles de sécurité) de l’action de masse, sauf dans de rares cas qui […] concernent la sécurité nationale »76. Les communistes demandèrent la transformation de l’Union Socialiste, organisation molle de millions d’adhérents, en un parti. Cela passait par la suppression de l’élection des structures par l’ensemble des électeurs et la mise en place d’élections internes. Les responsables devaient bénéficier de la confiance des membres. Le slogan « Pas de base populaire inorganisée »77, signifiait recourir à l’action de masse par des initiatives auto-organisées par les adhérents au lieu qu’elles soient imposées par les structures administratives 78.

  • 79  Discours du président Gamâl ‘Abdel Nâser lors de la réunion qui se tint avec l’organe parlementair (...)

82Mais la divergence allait plus loin que la question de l’Union Socialiste : les communistes se trouvaient confrontés à une conception étatiste qui annulait la politique et la remplaçait par l’action politique, c’est-à-dire l’action de l’exécutif et du législatif. Cela signifiait le maintien d’un étroit contrôle des activités sociales. ‘Abdel Nâser définissait ainsi l’action politique : « La direction, elle, connaît les problèmes des masses et leurs solutions »79. Il était demandé à l’Union Socialiste d’être un outil d’aide dans la connaissance des différents problèmes locaux des masses et de les faire remonter au pouvoir exécutif pour prendre en charge leur solution selon les possibilités et les choix politiques. Les membres de l’Union Socialiste pouvaient essayer de trouver des solutions propres. Les gens devaient les appliquer sous la direction des exécutifs, dans leur majorité organes de sécurité, sans qu’il y ait la moindre discussion des politiques elles-mêmes.

  • 80  « Tanâqudât yuhiluhâ al-‘amal al-siyasi », Rûz al-Youssef, 21.06.1965.

83Les communistes avaient naturellement une conception complètement différente de l’action politique. Par exemple, examinons la définition d’Abu Seif Youssef : « Toute action des masses populaires est liée à leurs capacités larges et organisées, et ceci dans la perspective de changements profonds ». Il essaya de convaincre le régime en disant que, de cette manière, « les masses seraient convaincues sur la base de leur propre expérience parce qu’elles portent véritablement le destin de leur patrie ». Cela fonderait la loyauté, objectif de la construction de l’Union Socialiste, et diminuerait le fardeau du pouvoir en plaçant le « peuple travailleur » (autre expression nassérienne) au centre des responsabilités. Ainsi, « le peuple exercerait ses droits mais il remplirait aussi son devoir »80.

  • 81  « Hezbal-ichtirakyin », Akhîr Sâ’a, 20.07.1966.
  • 82  Par exemple, Salâh Hâfez mit en garde sur le « danger que le peuple s’appuie exclusivement sur l’a (...)
  • 83  Zaki Mourad, « Al-ta’aba’wa al taw’ia wa al gamâhir », Rûz al-Youssef, 02.08.1965.

84Cette dernière expression exprime la défense de la loyauté des communistes envers le régime pendant les nombreuses crises subies en raison de ses méthodes étatiques et sécuritaires et de sa peur permanente de toute initiative d’en bas. Une telle conception s’exprime clairement dans un article de Sa’d Kâmel : « Une autre chose importante a disparu avec les classes anciennes : la construction complète des relations et des valeurs spirituelles et psychologiques… Le parti est l’alternative la plus élevée qui doit remplir ce vide énorme dans notre vie […]. Le parti est donc le nouveau pouvoir qui repose sur une construction spirituelle et psychologique et un pouvoir sacré dans tous les domaines »81. Pour les communistes, la force du système « socialiste » c’est qu’il signifie l’octroi au peuple d’une part de pouvoir qu’il exerce lui-même de manière démocratique 82 et la participation des masses à l’action effective 83.

  • 84  ‘Abdel Tawwâb Youssef, « Dôr al mothaqafîn fî al ma’araka al intikhabia », al-Ahrâm, 03.03.1964.

85Il est utile de présenter ici un exemple de cette conception étatiste et sécuritaire de la politique à laquelle les communistes résistaient. Elle se manifestait dans « la dénonciation des gens opposés à la cause patriotique de manière générale », leur anéantissement car « dans les cas d’épidémie, l’élément douteux est isolé », par crainte que les masses ne soient trompées par ses ennemis 84.

  • 85  « Moftâh al gamâhir al îmân bihâ », Akhîr Sa’â, 16.02.1966.

86Dans un tel contexte, les communistes subirent une forte pression de l’aile droite du régime qui voulait les éloigner complètement et conserver l’idée étatiste et paternaliste au cœur des moyens d’action du régime. Sa’d Kamal expliqua qu’il existait là deux écoles dans la construction d’une organisation politique, « une école qui croit dans le peuple… une autre se réclamant des pouvoirs. Le pouvoir contrôle les masses et se moque de ses capacités »85.

  • 86  « Azmat ibdâ’… wa ‘omq nazra… wa manhâg » (cinquième article de la série « azmat al mothaqafîn al (...)

87Les communistes voulaient profiter de la lutte au sein du régime pour tenter de le réforme selon leur conception. Leur idée fondamentale était qu’il y avait une lutte interne importante et non l’harmonie au sein de l’Union. La lutte interne était un moyen à utiliser pour régler les problèmes, même au niveau des idées. Le régime n’accepta bien sûr jamais cette analyse. Lotfî al Khûli écrivit, par exemple : « Il faut que nous liions la création intellectuelle aux circonstances de la vie et du mouvement… Le mouvement fait des fautes. Le mouvement a traduit ceci pratiquement en donnant l’occasion de la lutte entre les tendances intellectuelles… (et il) est la voie juste pour traiter les questions de pensée »86.

  • 87  « Al Khâ’if min al thawra wa al kha’if ‘alayhâ », Akhbâr al-Yôm, 23.01.1965 p. 7. Voir aussi le re (...)

88Face à l’aile conservatrice, le journaliste Salâh Hâfez écrivit que « celui qui a peur de la révolution la considère comme un cheval fougueux. Tout ce qui lui importe est de lui fabriquer une bride. […] Celui qui a peur de la révolution considère qu’elle est un enfant qui grandit »87. La vie est en effet une lutte permanente et la lutte est une chose utile et naturelle. Cela n’a aucun sens de demander sa limitation. C’est l’état d’esprit qui animait les communistes, mais ils échouèrent à convaincre le régime.

  • 88  Voir, par exemple, le refus par Lotfî al-Khôlî des critiques non constructives et non liées au soc (...)

89Les marxistes n’étaient pas pour autant des démocrates au sens commun du terme. Leur conception de la liberté était limitée par le souci de préserver le régime, y compris en ce qui concerne la liberté d’action politique des ouvriers et des classes laborieuses. La réaction, quant à elle, ne devait pas disposer du tout du droit à la critique 88.

90Mais la dimension nécessaire de la lutte et des libertés était présente dans leur discours d’alors, car leur problème, dans le cadre du régime, n’était pas l’excès de libertés mais leur limitation dans la confrontation avec l’aile conservatrice du régime. Les communistes considéraient que « les forces réactionnaires dans le régime et dans l’ensemble de ses institutions sont responsables de la non-réalisation de leur espoir de faire évoluer le régime vers la gauche ». Au travers de cette expérience, ils comprirent que le régime ne penchait pas vers une diminution du recours aux services de sécurité. Progressivement, ils furent réduits à la déception accompagnée de l’affaiblissement de leur capacité d’intervention politique.

  • 89  Sherif Hatata, « Tanzîm al usra… ‘amalia siyasia », Rûz al-Youssef, 17.01.1966, p. 28-29. De même, (...)

91Certains d’entre eux évoluèrent donc vers la simple revendication d’un rôle de l’Union Socialiste à côté des services gouvernementaux, placés sous sa responsabilité 89. L’Histoire « magique » leur présentait quelque chose sur quoi ils ne pouvaient pas prendre position : un régime patriotique dictatorial, pauvre politiquement et impuissant sur le long terme, mais capable d’éradiquer toute alternative. L’histoire les laissait dans le dénuement du fait de la dissolution des organisations communistes et de la démobilisation de la plupart de leurs cadres, avec comme perspectives soit l’attente de prochaines catastrophes, soit la tentative de sauver ce qui pouvait l’être de ce qu’ils considéraient être une aile patriotique, progressiste et démocratique du régime.

Conclusion

92Cet article a montré le lien entre la nature du mouvement communiste égyptien de l’intelligentsia et son idéologie patriotique. Il a analysé au travers de ce lien le rapprochement avec le régime nassérien, les limites de ce rapprochement et les facteurs de divergences fondamentales qui durèrent jusqu’à la rupture de l’alliance dans les années 1970 avec la victoire de « l’aile droite » et le coup d’état au sommet en 1971.

93Cette contribution a montré que la dissolution des deux organisations du mouvement n’était pas un indicateur de la fin de l’action de ses militants, en particulier de ses intellectuels. Ceci s’exprima clairement avec la reconstruction d’organisations communistes. Suite au constat des limites révolutionnaires du régime, certains se regroupèrent à nouveau autour des éléments qui avaient refusé de céder au caractère socialiste du régime. Ainsi, à partir de 1966, des communistes furent épisodiquement arrêtés. Un nombre important de cadres du second mouvement se réorganisèrent au sein du PCE (parti communiste égyptien) en 1975 ou du PCE-8 janvier. Ils recrutèrent certains jeunes de l’université et des cadres ouvriers. De même, se formèrent d’autres organisations dans les années 1970 à l’initiative de certains communistes qui avaient toujours refusé la dissolution. Ces organisations construisirent leur réputation sur la critique du second mouvement : la plus importante était le PCOE (parti communiste ouvrier égyptien).

94Cet ensemble, connu comme le « Troisième mouvement », était une sorte de condensé du second et une incarnation de son échec. Il s’est fondamentalement constitué au travers du mouvement étudiant et sur des slogans patriotiques et démocratiques à partir de 1968. Il a gagné une influence beaucoup moins importante dans les milieux ouvriers. De même, il centra ses mots d’ordre sur la cause patriotique, conçue sur le mode de la confrontation, incarnée par l’occupation israélienne du Sinaï.

95Cette histoire postérieure à notre sujet exprime avec clarté la conclusion principale de cet article : les slogans socialistes communs aux communistes et au régime nassérien ne firent pas disparaître les importantes divergences entre eux. Il est possible ici de les résumer en deux types. Le premier concerne l’impossible conciliation entre un courant qui considérait comme nécessaire le recours à une organisation politique structurant les masses, même si elle était loin d’être démocratique, et un État fondamentalement sécuritaire. Le second, lié relativement au premier, concerne la nature du discours politique que proposaient les deux camps et la place des masses en son sein. Dans l’idéologie nassérienne, les masses assistent à leur propre émancipation des mains du régime. En contrepartie, elles devaient exprimer leur loyauté et « la coopération », par exemple du point de vue politique, en évitant les idées politiques elles-mêmes ou, si elles voulaient coopérer avec le régime, elles devaient participer à la stabilité du régime, en l’informant sur tout problème ou tout élément douteux, y compris au sein du pouvoir. Cela était cohérent avec la conception sécuritaire de la politique du régime.

96Pour les communistes, les masses étaient l’objectif et l’outil de l’émancipation. À elles, sous leur direction, de combattre pour s’émanciper en gagnant en expérience grâce à l’organisation et à la mobilisation.

97En résumé, dans une organisation, elle-même bloc qui choisit d’être dirigé par les communistes. Dans l’idéologie des officiers, les masses étaient les bénéficiaires des mesures du régime, qu’elles soient patriotiques ou « socialistes ». Ces masses étaient les pauvres et non des classes actives. C’était avant toute chose des paysans, c’est-à-dire ceux qui sont incapables en raison de leur éclatement de se défendre sur le plan politique. Ceux-ci recherchaient un héros assurant leur libération. La propagande nassérienne leur présenta cela très généreusement, par exemple, dans la personne même d’‘Abdel Nâser. Pour les communistes, les masses étaient les classes pauvres les plus organisées et actives socialement, particulièrement les ouvriers, en plus de l’intelligentsia. Les paysans pauvres, avec leur éclatement, leur paralysie et leur soumission à une hégémonie sécuritaire, représentaient, eux, l’armature de ce type de régime étatiste et populiste.

Haut de page

Notes

1  Voir Gilles Perrault, Un homme à part, Paris, Bernard Barrault, 1984.

2  Roel Meijer, Al-Bahth ‘an al-hadâtha, Le Caire, Merit, 2003, p. 144.

3  Op. cit., p. 173 ; p. 176-177.

4  Fakhrî Labîb, Al-shuyû’yûn wa ‘abdel nâser, vol 1, Le Caire, Charika al-amal lil-tabâ’a wa al-nashr, 1990, p. 56-80. Un des cadres du mouvement a proposé cette interprétation : « La position envers la démocratie était une position sociale plus que politique ».

5  Târeq al Bishrî, Al-dimoqrateya wa nizâm 23 yuliu 1952-1970, première édition, Beyrouth, Mo’asasa al-abhâth al-‘arabeya, 1987, p. 51-57.

6  Rifa’t al-Sa’îd, Monazamât al yasâr al misrî, 1950-1957, Le Caire, Dâr al-Thaqâfa al-Gedîda, 1983, p. 101.

7  Op. cit., p. 107 en ce qui concerne HADITU ; p. 335-336 pour Talî’a al ‘Ummâl.

8  Propos de ‘Abdel Nâser lors de la fête du syndicat des ouvriers et des employés des transports en commun à l’occasion de l’inauguration du nouveau siège du syndicat, le 29.04.1954, dans Gamâl ‘Abdel Nâser, al Qaras al madghout, Le Caire.

9  Discours de ‘Abdel Nâser lors de la conférence de presse de l’organe de libération (hay’a al tahrîr) le 21.08.1954 dans Gamâl ‘Abdel Nâser, op. cit.. Il répéta le propos selon lequel « les communistes sont des agents du sionisme ».

10  Discours de ‘Abdel Nasser au siège de l’organe de libération (hay’a al tahrîr) au Caire, le 05.09.1954, dans Gamâl ‘Abdel Nâser, op. cit.

11  Voir, par exemple, ‘Abdel Rahmân al-Charqâwî, Bandoeng, Le Caire, Dâr al-Fikr, s.d., p. 30-53. Il affirme que toute position défavorable au régime des officiers est au service du colonialisme. Voir aussi la dédicace au début de ce livre.

12  Voir l’évolution progressive de la position de HADITU envers le régime dans R. al-Sa’îd, op. cit., p. 269-278.

13  Op. cit., p. 280-284.

14  Op. cit, p. 293-297.

15  Voir la définition de sa politique dans le premier numéro du journal « Min agl hadha tusdir al-misâ’», al-Misâ’, 06.10.1956, p. 2.

16  Ceci reflétait le choix de HADITU et autres partisans (al-sâ’î) de l’arrêt (tagmîd) de la lutte de classe pour ne pas provoquer (istifzâz) le régime : par exemple, on demandait aux ouvriers du parti « unifié » de ne pas faire de grève, de ne pas provoquer protestation ou manifestation, de ne pas recourir aux tribunaux, de ne pas défendre les revendications ouvrières au profit des questions nationales, R. al-Sa’îd, op. cit., p. 280-292.

17  Selon certains, le régime des officiers s’ingéra même dans cette circonscription par la fraude au profit du candidat de HADITU, le plus proche du pouvoir. R. al-Sa’îd, Monazamât al-yasâr al-masri 1950-1957, Le Caire, Dâr al-Thaqâfa al-Gedîda, 1983, p. 347. ‘Abdel ‘Azîm Anîs, Dhikrayât min hayâtîu, Le Caire, Dâr al-Hilâl, p. 130 et suivantes.

18  Par exemple, en ce qui concerne la question des élections parlementaires de 1957, voir Khâled Mohî Eddîn, « Al-intikhâbât al-qâdima », al-Misâ’, 05.07.1957 ; voir son article « al-ma’âraka al-intikhâbia… wa nuwwâb al-mostaqbal », al-Misâ’, 05.06.1957. Voir aussi l’opinion de ‘Abdel ‘Azîm Anîs dans « Hadha al-barâmig al-intiqhâbia », al-Misâ’, 05.06.1957, où il écrivit que les élections étaient « un combat patriotique de premier degré avant d’être un combat démocratique. [….] Le problème du socialisme n’est pas le problème immédiat aujourd’hui ». Voir aussi Adîb Dimitrî, « Dor al-niqâbât fî intikhâbât maglis al-umma », al-Misâ’, 21.05.1957.

19  « Al-dimoqratia fi misr », al-Misâ’, 13.07.1957, p. 5.

20  « Al-dimoqratia fi misr - ma’arakabunâ alm intikhâbia (3) », al-Misâ’, 15.07.1957, p. 5.

21  « Al-dimoqratia fi misr – mostaqbal dimoqratiyatunâ  (4) », al-Misâ’, 16.07.1957, p. 5.

22  Pour une analyse de cet affrontement avec ‘Abdel Karîm Qâsem, voir Malcom H. Kerr, The Arab cold war : Gamal’Abd al-Nasir and his rivals, 1958-1970, Londres et New York, 3° édition, Oxford University Press, 1971, p. 17-18.

23  Sur la dénonciation par l’Irak de l’accord militaire entre l’Iran et les États-Unis, voir, par exemple, al-Misâ’, 20.12.1958, télégramme de ‘Abdel Karîm Qâsem pour féliciter ‘Abdel Nâser à l’occasion de sa fête, al-Misâ’, 23.12.1958. Voir aussi les articles de Sa’d al-Tâna dans al-Misâ’dans sa propre rubrique, par exemple al-Misâ’, 05 et 09.01.1959.

24  al-Misâ’, 11.03.1959.

25  Par exemple, « Les manifestations partout désavouent le terrorisme communiste en Irak », manchette du 16.03.1959 ; « Les communistes ouvrent le feu sur les gens », manchette du 14.03.1959 ; « Les formations communistes commencent leur action », manchette du 19.03.1959.

26  Fakhrî Labîb, Al-Shuy’iyun wa ‘abdel nâser. Al-Tahâluf wa al-mowâgaha 1958-1965, vol. 1, Le Caire, Charika al-amal lil-tabâ’a wa al-nashr, 1990, p. 107-109. Voir aussi les témoignages de communistes égyptiens dans ‘Asem al Dessouqi dir., Chahâdât wa ro’a, Le Caire, Markaz al-buhûth al-‘arabia, témoignage Bahîg Nassâr, vol. 4, p. 84-88 ; témoignage de Ismâ’îl ‘Abdel Hakkâm, vol. 6, p. 52- 53.

27  Fakhrî Labîb, op. cit., p. 110.

28  Voir Fathî ‘Abdel Fattâh, Shuyu’yun wa nâseriyun, Le Caire, Rûz al-Youssef, 1975, p. 19-20. Pour ce qui concerne les journalistes de gauche restant dans le journal, voir p. 22. Fathî ‘Abdel Fattâh y était lui-même journaliste.

29  Fakhrî Labîb, op. cit., p. 114. Voir aussi p. 92.

30  Voir en ce qui concerne l’assassinat de Shuhdi ‘Atteya al-Shâfe’î en prison le 15.06.1960, Fakhrî Labîb, Al-Shuy’iyun wa ‘abdel nâser. Al-tahâluf wa al-mowâgaha 1958-1965, vol. 2, Le Caire, Charika al-tabâ’a al-‘arabia al-hadîtha, 1992, p. 145-149. ‘Abdel Nâser était alors en voyage en Yougoslavie. Il revint le 23 juin donnant l’ordre d’arrêter la torture après l’assassinat de Shuhdî tué par l’officier ‘Abdel Latîf Ruchdî, op. cit., p. 153.

31  La campagne débuta par un discours de ‘Abdel Nâser à Port Sa’îd lors de la commémoration du jour de la victoire le 23.12.1958. Voir aussi son discours lors des funérailles symboliques en honneur aux victimes du coup d’État de Al-Chawwâf, le 13.03.1959, dans lequel les communistes furent désignés comme « agents de l’étranger » (‘umalâ’) 32 fois.

32  Par exemple, al-Ahrâm, 28.03.1959.

33  La campagne impliquait d’autres institutions qui n’étaient pas, au départ, des appareils idéologiques, par exemple, le ministère des Affaires Sociales et le mouvement coopératif, « Al-haraka al-ta’âwunia tukâfihu al-shuiû’ia », al-Ahrâm, 30.03.1959.

34  Kamâl Zohîrî, un journaliste appartenant à ce qui est connu comme l’aile gauche du régime, « Ihtîram al-wâqe’», Rûz al-Youssef, 21.08.1961. Voir aussi l’article de Mohammad ‘Awda, de la même sensibilité, « Al-nazaria al-thawria », al-Akhbâr, 05.12.1961. Voir aussi ceux de Clovis Maqsoud, « Al-ichtirâkia al-‘arabia…. Ichtirâkia ‘ilmia », Akhbâr al-Yôm, 21.01.1961, « Al-ichtirâkia al-‘arabia wa mawqifuhâ min al-mârkisia », Akhbâr al-Yôm, 18.02.1961, « Al-ichtirâkia al-‘arabia bayna al-omamia wa al-insânia », Akhbâr al-Yôm, 28.01.1961.

35  Propos du président ‘Abdel Nâser aux membres des conseils d’administration de la presse au palais présidentiel le 28.05.1960 dans Gamâl ‘Abdel Nâser, al Qors al madghout, Le Caire.

36  Discours du président ‘Abdel Nâser du palais présidentiel au peuple après la séparation, le 16.10.1961. Voir aussi son discours au comité préparatoire du conseil de la nation, le 25.11.1961, dans lequel il affirma l’existence de la lutte des classes.

37  Voir les articles suivants de Haykal : « Tawra fellâhîn wa ummal », (cinquième dans la série « azmat al-mothaqafin »), al-Ahrâm, 07.07.1961., « nahnu wa al chuyu’ia », al-Ahrâm, 04.08.1961. Voir aussi son article publié au même moment que la Charte, « wa al-tarîq al-thâlith lâ yusalehu linâ », al-Ahrâm, 22.06.1962. La Charte réitérait ces critiques, par exemple p. 21, p. 72, p. 117-118.

38  Par exemple, Ragâ’al-Naqqâch, « Al-Mithâq wa al-mothaqafûn », Akhbâr al Yôm, 02.06.1962. Youssef Idrîss a proposé la même idée dans un autre article. Voir aussi les articles de Mohammad ‘Awda, « al-gîl alladhî dâqa bi ahzâb al-nawâdî wa al-sâlônât wa al-intikhâbât », ‘Akhir Sâ’a, 05.12.1962., « Môqawamât al-tanzîm al-cha’bi », ‘Akhir Sâ’a, 26.09.1962.

39  Interventions du président Gamâl ‘Abdel Nâser dans les discussions du comité préparatoire les 27.11 et 03.12.1961. Voir aussi l’article d’Ahmed Baha Eddîn, dans le même sens, « Hadhâ al donia », ‘Akhbâr al-Yôm, 09.06.1962.

40  Par exemple, sur la base de la reconnaissance par Khrouchtchev du socialisme du système. Mustafa al-Hussayni, « Al-ichtirâkia laysat da’îmân al-markisia ! », Rûz al-Youssef, 18.05.1964. Voir aussi l’opinion de Khâled Mohî Eddîn, « Liqâ’khâs ma’a nikîtâ khotchov », Rûz al-Youssef, 01.06.1964. Ahmed Baha Eddîn explique que, depuis le début, il défend le rôle de ceux qui agissaient politiquement avant la révolution, « Kalîm ât hawla al-‘amal al-siyâsî », al-Mosawwar, 04.11.1964.

41  « Hadîth yatagadadu ‘ann al-‘amal al-dâlhilî wa machâkilahu (10) », al-Ahrâm, 29.01.1965. Voir aussi son article précédent dans la même série « Hadîth yatagadadu ‘ann al-‘amal al-dâlhilî wa machâkilahu (2) », al-Ahrâm, 27.11.1964.

42  « Al-hizb al-chuyû’î yuhal nafsu », al-Ahrâm, 25.04.1965. « Lâ tanzîmât shuyu’ia fî misr », Rûz al-Youssef, 12.04.1965.

43  Voir le compte rendu, par un journaliste anciennement marxiste, d’un débat en Europe orientale à propos de la nature des nouveaux régimes du Tiers Monde : deux opinions s’affirmaient, l’une caractérisait ces régimes comme capitalistes d’État, l’autre disait qu’ils étaient en transition vers le socialisme. Mustafa al-Husaynî, « Nahnu al-chuyu’iyûn ayna nakhtalifu ? », Rûz al-Youssef, 24.02.1964, p. 22-25 et p. 59. Mustafa al-Husaynî commença sa vie politique au sein de HADITU puis il quitta le mouvement communiste et travailla au journal al-Gomhôrîa avec Anouar al-Sadâte. Mustafa al-Husayni, « Al-Takouîn », al-Hilâl, mars 2004, p. 208-210.

44  Fakhrî Labîb,, Al-Shuy’iyun wa ‘abdel nâser. Al-Tahâluf wa al-mowâgaha 1958-1965, vol. 1, op. cit., p. 65-67.

45  Op. cit., p. 68-69, p. 75.

46  Op. cit., p. 76-78.

47  Op. cit., p. 79.

48  A la fin de 1963, l’élaboration de cette orientation se fit dans une petite brochure rédigée en prison sur du papier de cigarette, car les feuilles de papier et les stylos étaient interdits dans les camps de détention. Elle fut éditée 17 années après, voir ‘Alî Ahmed Naguîb, Ra’y fî al-thawra al-watania : misr, Le Caire, Al ‘Arabi lil nachar wa al tawzî’, 1980.

49  Op. cit., p. 2.

50  Op. cit., p. 41 ; p. 47-49.

51  Op. cit., p. 58.

52  Op. cit., p. 61-63.

53  Op. cit., p. 77.

54  Op. cit., p. 72.

55  Op. cit., p. 75.

56  Voir l’argument de Lotfî al-Khôlî en ce qui concerne l’évolution du régime vers le socialisme en raison de l’incapacité du capitalisme à réaliser les tâches historiques. Il qualifia ce régime comme « ni capitaliste ni communiste » dans son ouvrage Al-Mithâq al watani : qadayâ’wa niqâch, série al-maktaba al-thaqâfia, n° 66, Le Caire, Al-mo’asasa al-misria al-‘âma lil-ta’lîf wa al-targama wa al-tabâ’a wa al-nachr, 1962, p. 55-57. Ce volume est un recueil d’articles publiés dans la page opinion de al-Ahrâm en juin 1962.

57  « Dimoqratia al-Thawra al-watania al-mozdawga », al-Ahrâm, 06.01.1963.

58  Voir aussi les différents articles de communistes dans al-Talîa et al-Kâteb, autres périodiques mensuels gouvernementaux allant dans la même direction : Mustapha Tiba, « Dor al tabaqa al ‘âmela fî al tahâluf al sha’bi », al-Talî’a, mai 1965, p. 45. Voir aussi Mohammad ‘Abbâs Sîd Ahmed, « Simât gedîda lil thawrât al mo’âsira », al-Kâteb, février 1965, p. 13, p. 17-18. Fou’ad Morsî, « tahâluf quwa al cha’b al ‘âmila wihda wa sirâ’ », al-Talî’a, juin 1966, p. 77.

59  Lotfî al-Kholî, « Khatawât al talî’a », al-Talî’a, n° 1, janvier 1965, p. 6.

60  « Molâhazât… hawla al sirâ’al fikri fî mogtama’nâ », al-Talî’a, décembre 1966, p. 25.

61  « Radd‘ala khâled bakdach », Akhîr Sâ’a, 13.04.1966.

62  Voir, par exemple, ce qu’écrivit Zaki Mourad, un des dirigeants communistes dans « bayna wihda al fikr wa wihda al ‘amal », Rûz al-Youssef, 24.05.1965.

63  Par exemple, Ahmed Hamrouche, officier et communiste, « al-wihda al-watania », Rûz al-Youssef, 18.07.1966.

64  Voir « hiwâr maftôh ma’a ‘alî sabrî (3) », al-Ahrâm, 24.04.1967, p. 7. Il était alors secrétaire général de l’Union Socialiste. L’argument employé était que l’examen des demandes avait été effectué au plus haut niveau.

65  Voir « Chahadât al chuyu’yin al misryin », dans ‘Asem al-Dessouqi dir., Chahâdât wa ro’a, Le Caire, Markaz al-Buhuth al-‘arabyeya, tout particulièrement la non-embauche des ouvriers : témoignages de Francis Labîb Kirilos, vol. 2, p. 101 ; témoignage de Bahig Nassâr, vol. 4, p. 104, témoignage de Ma’arouf ‘Abdel Hamîd, vol. 4, p. 214 ; témoignage de Makram Allah de Morqos, vol. 6, p. 234. Pour les refus d’adhésion à l’Union Socialiste, voir le témoignage de Youssef Darwiche, vol. 2, p. 265 et le témoignage de Khâled Hamza, vol. 6, p. 72.

66  Discussions des propos du président ‘Abdel Nâser à la réunion de l’organisme parlementaire de l’Union Socialiste du 25.02.1965 dans ‘Abdel Nâser, Al-Qors al madghout, op cit. Un des membres de cet organisme est Ahmed Sa’îd, le speaker de la radio Sawt al-‘Arab, connu pour son hostilité envers les communistes.

67  « Dirâsat fî al thawrî wa al thawra wa wihda al quwa al thawria », al-Kâteb, mars 1967, p. 57. Voir aussi la défense d’Ahmed Nabîl al-Hilâlî, « Wihda quwa thawria amm haraka ‘arabia wâheda ? », al-Kâteb, mai 1967, p. 51.

68  Discussions des propos du président ‘Abdel Nâser à la réunion de l’organisme parlementaire de l’Union Socialiste du 25.02.1965 in ‘Abdel Nâser, al Qaras al madghout, op. cit.

69  Par exemple, l’historien Mohammad Anîs écrivait que la démocratie est ce qui permettra « aux ouvriers, aux paysans et leurs alliés de former un large front qui défie (tatasadi) la réaction : « Al dimoqratia dâkhil al tanzîm al cha’bî wa khârigahu », al-Ahrâm, 10.12.1962.

70  Salâh Hâfez, « quf ! », Akhîr Sâ’a, 04.03.1964. Voir ce qu’écrivit al-Akhbâr dans le même sens un mois après, « Kalima al yom », 04.04.1965.

71  Salâh Hafez, « Tanzîm al usra », Akhîr Sâ’a, 26.01.1966.

72  Sa’d Kâmel, « laysa bil qanûn wahahu », Akhîr Sâ’a, 11.05.1966.

73  Fawzy Mansour, professeur d’économie, « Al tanmia al iqtisadya wa an dimoqratia », Al-Akhbâr, 07.12.1964, p. 3-4.

74  Ahmed Hamrouche, « Al-idkhâr wa ashâb al dawla al ‘ilmia », Rûz al Youssef, 14.06.1965.

75  Par exemple, Lotfî al Khôlî critiqua le fait de choisir des omdahs et des machayekh (chefs de village et de quartier) au lieu de favoriser la formation de syndicats d’ouvriers agricoles ou la diffusion des publications de l’Union Socialiste dans les villages, « fî al tagriba al misria li binâ’al tanzîm al thawri », al-Talî’a, février 1965, p. 48.

76  « Al Tarîq li momârasa al dimoqratia », Akhbâr al-Yôm, 05.12.1964, p. 5. Voir aussi l’article d’Ahmed Hamrocuhe « limâdha al gihâz al siyasi », Rûz al-Youssef, 08.08.1966.

77  « Al ittihâd al ichtirâki wa al suberman », Al-Ahrâm, 13.01.1963.

78  Salâh Hafez, « qof ! », Akhîr Sâ’a, 19.01.1966.

79  Discours du président Gamâl ‘Abdel Nâser lors de la réunion qui se tint avec l’organe parlementaire de l’Union Socialiste Arabe le 25.11.1964. Cette tournure a été répétée de nombreuses fois, que ce soit dans les discours ou dans la presse.

80  « Tanâqudât yuhiluhâ al-‘amal al-siyasi », Rûz al-Youssef, 21.06.1965.

81  « Hezbal-ichtirakyin », Akhîr Sâ’a, 20.07.1966.

82  Par exemple, Salâh Hâfez mit en garde sur le « danger que le peuple s’appuie exclusivement sur l’action de la direction ». Il ajoutait qu’il fallait que le peuple dispose « d’un pouvoir d’agir par lui-même… au village, à l’usine, au champ et au bureau », « Qof ? Ayhuhâ Al ittihâd al ichtirâkî », Akhîr Sâ’a, 24.07.1963, p. 72. Hussein Fahmy écrivit que le socialisme « cependant se réalisera… par la direction effective des masses sur le gouvernement et sur l’administration et par la gestion des outils de production », « Al Tathqîf al siyâsi », al-Akbâr, 03.01.1964. Voir aussi l’historien marxiste Mohammad Anîs, « Al quwwa al selbiya wa al igâbiya fi al ma’âraka », al-Ahrâm, 15.04.1962, p. 9, où il encourage le régime à avoir « confiance dans les masses ».

83  Zaki Mourad, « Al-ta’aba’wa al taw’ia wa al gamâhir », Rûz al-Youssef, 02.08.1965.

84  ‘Abdel Tawwâb Youssef, « Dôr al mothaqafîn fî al ma’araka al intikhabia », al-Ahrâm, 03.03.1964.

85  « Moftâh al gamâhir al îmân bihâ », Akhîr Sa’â, 16.02.1966.

86  « Azmat ibdâ’… wa ‘omq nazra… wa manhâg » (cinquième article de la série « azmat al mothaqafîn al ‘arab »), al-Ahrâm, 16.03.1961.

87  « Al Khâ’if min al thawra wa al kha’if ‘alayhâ », Akhbâr al-Yôm, 23.01.1965 p. 7. Voir aussi le refus de l’idée d’Ihsân ‘Abdel Qoddous de publier l’interprétation officielle de la charte « tarîq ihsân al masdôd », Akhbâr al-Yôm, 26.12.1964 p. 7. Voir également pour comparaison l’article d’Ihsân ‘Abdel Qoddous, « Wihda al mothaqafîn », Rûz al-Youssef, 21.12.1964.

88  Voir, par exemple, le refus par Lotfî al-Khôlî des critiques non constructives et non liées au socialisme dans « Houreya al naqd : al farq bayna rafa’al chi’âr… wa bayna momârasatahu ‘amaliyân », al-Ahrâm, 24.06.1964.

89  Sherif Hatata, « Tanzîm al usra… ‘amalia siyasia », Rûz al-Youssef, 17.01.1966, p. 28-29. De même, Zaki Mourad limita les revendications à une simple suggestion au pouvoir sur le rôle de l’organisation « politique », outil pour convaincre les gens du bien-fondé des mesures « administratives révolutionnaires », voir « Al‘aqlya al siyâsia wa al ‘aqlya al idâria », Rûz al-Youssef, 12.07.1965, p. 28-29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sherif Younis, « Marxisme et patriotisme dans les régimes militaires de libération nationale : les « Officiers Libres » et les communistes égyptiens », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 105-106 | 2008, 145-174.

Référence électronique

Sherif Younis, « Marxisme et patriotisme dans les régimes militaires de libération nationale : les « Officiers Libres » et les communistes égyptiens », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/543

Haut de page

Auteur

Sherif Younis

Maître de conférences en Histoire, Université d’Helwân

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page