Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

« L’année 36 », un cycle du Forum des images

Laurence Briot, Jean-Yves De Lépinay et Johann Petitjean
p. 193-197

Résumé

Entretien avec Laurence Briot, programmatrice Forum des images, et Jean-Yves De Lépinay, directeur des programmes, à l’occasion du cycle « L’année 36 » (4-27 mai 2016)1, réalisé par Johann Petitjean (comité de rédaction des Cahiers d’histoire-RHC)2

Haut de page

Texte intégral

1Pourriez-vous, pour commencer, nous présenter le Forum des images, son histoire, sa politique éditoriale et scientifique, ses missions ainsi que ses publics ?

2Laurence Briot :

3Le Forum des images est une institution subventionnée par la Ville de Paris, ouverte au public en 1988. Destinée à préserver originellement la mémoire audiovisuelle de Paris, la Vidéothèque de Paris est devenue en 1998 le Forum des images, avec pour mission d’organiser également des festivals et des cycles thématiques qui questionnent l’histoire du cinéma, tout en mettant en valeur son actualité la plus récente.

4Le Forum des images présente cinq ou six grands cycles thématiques par an, un portrait de ville tous les deux ans (Séoul par exemple en 2015, Les villes indiennes pour 2017) et organise de nombreux festivals, notamment sur les séries télé, comme Séries Mania, qui porte sur les séries télé, ou Un État du monde et du cinéma, qui traite des relations entre géopolitique et cinéma de fiction. Il faudrait également citer, pour être complet, Carrefour de l’animation, Tout petits cinéma, Cinéma au clair de lune

5Depuis un an, le Forum des images consacre une part importante de ses activités à la diffusion et la mise en valeur des films documentaires, avec un nouveau rendez-vous régulier qui s’appelle 100 % Doc. Il accueille par ailleurs de nombreuses manifestations, professionnelles et cinéphiles, comme La Quinzaine des Réalisateurs lors du festival de Cannes ou Le Cinéma du Réel. Des cours de cinéma hebdomadaires accompagnent les programmes, ils sont gratuits et ouverts à tous. La communication des programmes s’effectue sur Internet, via le site du Forum des images, ainsi que par les réseaux sociaux, mais aussi grâce au programme mensuel publié sur papier et envoyé aux abonnés.

6Nos programmes s’adressent à tous les passionnés des salles obscures, aux curieux de tous âges : de l’enfant qui fréquente les séances « jeune public » aux retraités qui ont du temps, en passant par les cinéphiles de tous bords, les professionnels, les chercheurs, etc.

7En quoi consiste précisément le métier de programmateur de cinéma dans une institution comme le Forum des images ? Quelles en sont les responsabilités, les tâches journalières ? Quel type de formation est généralement privilégié ?

8Laurence Briot :

9Le Forum des images et le métier de programmateur de cinéma ont une histoire particulière. En effet, depuis sa création, les documentalistes qui participaient à la création et à l’enrichissement de la base de données des films sur Paris s’occupaient également de leur diffusion en salle. Ils sont ainsi devenus documentalistes-programmateurs. Un métier à double casquette, en somme.

10L’activité de programmateur a ensuite pris progressivement le dessus, même si nous poursuivons des activités documentaires. La plupart d’entre nous ont d’ailleurs un diplôme de documentaliste, en plus d’un parcours en lettres ou en histoire le plus souvent.

11Contrairement à un programmateur de salle commerciale, ou même d’art et d’essai, la préparation d’un cycle thématique nécessite de trouver constamment des correspondances entre les films dans l’histoire du cinéma, ses formes et ses interprétations. C’est la mise en commun d’un ensemble de films qui fabrique le programme. Et il existe donc un parti pris dans l’assemblage des films, parti pris que nous assumons.

  • 3 Leurs interventions ont eu lieu respectivement les 13, 19, 20 et 22 mai 2016.

12Au quotidien, nous effectuons beaucoup de visionnages, beaucoup de lectures également. Il s’agit de trouver et d’inviter les spécialistes qui correspondent le mieux à notre projet, comme les historiens Danielle Tartakowsky, Michel Winock, Serge Wolikow ou Georges Vigarello, par exemple3. Les débats, toujours passionnants, sont nombreux et portent en général sur ce qu’il nous appartient de montrer au public, ce qui relève de notre mission, la signification des films.

13Une part importante de notre travail consiste enfin à veiller au budget, renseigner les logiciels internes qui permettent aux autres directions de travailler sur les programmes, respecter scrupuleusement les calendriers de remise de textes. Des questions de procédure donc.

14Comment comptez-vous aborder l’année 1936, et comment vous positionnez-vous par rapport aux autres événements commémoratifs prévus cette année ?

15Laurence Briot :

16Nous n’avons pas voulu limiter le programme aux commémorations du Front populaire, que d’autres institutions, comme la Ville elle-même, feront très bien. Nous avons voulu nous mettre à la place d’un spectateur de 1936. Qu’allait-il voir ? Que passait-on en salle ? Nous avons pensé replacer les événements français dans leur contexte international, toujours par l’éclairage cinématographique. Avec les actualités et l’arrivée des films étrangers, les spectateurs n’étaient pas coupés du monde.

17Au fond, en 1936, l’offre cinématographique est diverse et ressemble à la nôtre, et le comportement des spectateurs aussi, avec quelques différences toutefois. On trouve à l’affiche beaucoup de films d’aventures américains, mais il existe aussi une mode pour les films russes, ainsi que des bluettes françaises que l’histoire du cinéma a oubliées, des films militants également, des comédies sociales qui font véritablement date. Sacha Guitry côtoie Jean Renoir, Swing Time avec Fred Astaire est visible tout comme La Jeunesse de Maxime de Grigori Kosintsev et Leonid Trauberg. Si on lit Ciné-Liberté, le journal de la coopérative militante du même nom, on y voit les annonces des projections gratuites de La Vie est à nous de Renoir, « Le grand film populaire qui partout déchaîne l’enthousiasme » annonce la publicité. Pagnol est en tête du box-office, mais, dans le même temps, Ozu réalise son premier film parlant, les spectateurs européens découvrent Les Temps modernes de Chaplin, Fritz Lang signe Fury et Marcel Carné son premier film : Jenny. 1936, c’est aussi l’année de Jean Gabin, qui devient le visage des ouvriers des faubourgs.

  • 4 Jean-Pierre Jeancolas, Le cinéma des Français : 15 ans d’Années Trente, 1929-1944, Paris, Nouveau M (...)

18Il y a bien sûr des limites à ce procédé car, premièrement, nous n’avons pas pu réunir le corpus de films idéal. Parmi la grande quantité de films russes diffusés en salle ainsi que pour Le Mouchard, qui est un des premiers John Ford, comme pour Les Révoltés du Bounty avec Clark Gable – film jugé pourtant « écrit directement pour le peuple » par les critiques de Ciné-Liberté – peu de copies de qualité satisfaisante, voire pas de copies disponibles sous-titrées en français. Par ailleurs, nous nous sommes limités aux films sortis ou tournés en 1936. On pourra juger le procédé un tant soit peu artificiel, car étaient toujours ponctuellement projetés des films plus anciens et qui ont marqué les esprits, comme Le Cuirassé Potemkine d’Eisenstein par exemple, qui date de 1925. Et ce, d’autant que, comme l’explique l’historien du cinéma Jean-Pierre Jeancolas, l’esprit du Front populaire se trouve dans les films postérieurs à 1936 ou 1937, comme on sent déjà la nostalgie et la tristesse d’une période perdue du cinéma de l’Occupation dans le réalisme poétique des années trente4.

19Ce que nous proposons, c’est une « capture d’écran » de l’année 36, ce qui laisse évidemment des films et des explications historiques hors-champ. Par ailleurs, tous les événements historiques survenus en 1936 n’ont pas fait l’objet d’un film. Rien sur les congés payés, pas de fiction concluante sur la guerre d’Espagne non plus. Je crois qu’en procédant ainsi, nous nous posons la question de ce qui reste, de ce qui nous parvient de l’histoire du cinéma et de ses archives, et surtout du regard contemporain que nous portons sur ces œuvres. Les films ont traversé des époques, mais nous les regardons aujourd’hui.

20Jean-Yves De Lépinay :

21Élaborer et proposer au public un programme de films autour d’une thématique historique peut prendre des sens multiples, et simultanés. Un programme, comme nous avons déjà eu l’occasion de le faire, sur la guerre d’Algérie, ou sur la rafle du Vel d’hiv, par exemple, prend une dimension commémorative forte qui doit nécessairement faire l’objet d’une attention toute particulière, car certaines sensibilités peuvent être très vives. Nous l’avons senti aussi bien lorsque nous avons traité de la question des colonies que du génocide arménien. Mais on peut considérer que cela fait partie des missions d’une institution comme la nôtre de permettre une reconnaissance publique à partir d’une programmation de films dans un lieu culturel important.

22Il me semble cependant que cette approche peut être risquée si l’on ne prend pas en compte suffisamment la question de « l’image manquante ». Il y a en effet une puissance du film, bien connue, qui est de se faire passer pour la réalité. Or, un film n’est qu’un point de vue sur cette réalité, une représentation. La façon la plus appropriée sans doute pour ne pas tomber dans cette confusion – avec les conséquences que cela peut directement ou indirectement provoquer (filtres idéologiques, concurrence des mémoires, etc.) – est d’ajouter au devoir de mémoire un « devoir d’histoire ». Les films sont avant tout des documents et peuvent être soumis à l’analyse selon les méthodes de l’historien : mis en relation entre eux, rapportés à leur origine, à leurs conditions de production, confrontés à d’autres sources.

23Pour notre programme sur l’année 36, il était ainsi important de réunir des films d’origine, de formes et de points de vue très variés tout en accompagnant la présentation par des historiens à même d’en contextualiser la production et la réception. Notre objectif principal n’est pas de commémorer le Front populaire ou la guerre d’Espagne, ni de concentrer toute l’attention sur le triomphe de la mise en scène nazie aux Jeux olympiques. Il est avant tout, à travers le plaisir de la découverte des films, de produire les conditions d’une compréhension meilleure de la complexité d’une époque, et de provoquer peut-être des résonances avec notre monde actuel. Il ne s’agit pas d’instrumentaliser le passé au service d’un projet idéologique ou de pouvoir, mais bien plutôt de réunir les conditions d’un regard critique, condition sine qua non du développement de moyens d’action. Devoir d’histoire donc, plus que devoir de mémoire.

Haut de page

Notes

1 Informations sur le site : < http://www.forumdesimages.fr/les-programmes/annee-36>.

2 Entretien réalisé par échanges de courriers électroniques au mois de mars 2016.

3 Leurs interventions ont eu lieu respectivement les 13, 19, 20 et 22 mai 2016.

4 Jean-Pierre Jeancolas, Le cinéma des Français : 15 ans d’Années Trente, 1929-1944, Paris, Nouveau Monde, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Briot, Jean-Yves De Lépinay et Johann Petitjean, « « L’année 36 », un cycle du Forum des images », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 132 | 2016, 193-197.

Référence électronique

Laurence Briot, Jean-Yves De Lépinay et Johann Petitjean, « « L’année 36 », un cycle du Forum des images », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5429

Haut de page

Auteurs

Laurence Briot

Programmatrice au Forum des images

Jean-Yves De Lépinay

Directeur des programmes au Forum des images

Johann Petitjean

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page