Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

1936. Nouvelles images, nouveaux regards sur le Front populaire

Exposition au musée de l’Histoire vivante de Montreuil - Entretien avec Éric Lafon, co-commissaire de l’exposition, réalisé par Pascal Guillot
Éric Lafon et Pascal Guillot
p. 185-191

Résumé

Éric Lafon, co-commissaire avec Frédéric Cépède et Jean Vigreux de l’exposition « Nouvelles images, nouveaux regards sur le Front populaire », qui se tient actuellement au musée de l’Histoire vivante de Montreuil (jusqu’au 31 décembre 2016), nous éclaire sur les motivations de cette exposition, à loccasion du 80e anniversaire du Front populaire. Il insiste sur le couple de l’histoire et de la mémoire, sur les choix scientifiques de l’exposition et sur les images, parfois inédites, révélées par l’exposition. Il nous montre l’originalité de la démarche du musée, évitant de répéter ce qui a déjà été dit et montré si souvent, pour mettre en évidence ce qu’est dire et faire de la politique au temps du Front populaire.

Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi réaliser aujourd’hui cette exposition ? Pourriez-vous nous dire, selon vous, le rôle historique des musées, le lien avec la mémoire ?

2D’abord, une évidente raison : le 80  anniversaire du Front populaire, qui s’inscrit dans une séquence historique très courte, en l’occurrence 1936-1938 ; l’association pour la création du musée est créée en 1937, au cœur de cette séquence, et le musée est inauguré en mars 1939, occasion de revenir sur cette politique culturelle développée au temps du Front populaire, qui passe aussi par l’éducation populaire. Trois communistes montreuillois ont l’idée de créer un musée d’éducation populaire qui s’inscrit par cette politique, mise en place aussi par les municipalités ouvrières. Celles-ci ouvrent des bibliothèques, des théâtres, des musées. Ainsi, Saint-Denis ouvre son musée en 1935. Ce qui a été aussi un élément de questionnement, d’interrogation, c’est comment on allait procéder pour travailler sur cet anniversaire et ne pas refaire ce qui avait été fait auparavant, ne pas rééditer les expositions de 1986, 1996 et 2006.

3D’où le titre de l’exposition : « Nouvelles images, nouveaux regards » ? Comment cela se traduit-il dans l’exposition ?

4J’ai d’abord réfléchi seul, puis je me suis associé à Jean Vigreux, Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Dijon, et à Frédéric Cépède, de lOffice universitaire de recherche socialiste (OURS) avec qui je travaille depuis longtemps sur la relation histoire/mémoire, et en particulier sur les images. Jean Vigreux, qui a publié pour sa part un « Que sais-je ? » en 2011 sur le Front populaire, préparait un nouvel ouvrage. Nous avons monté un commissariat puis nous sommes partis sur l’idée d’une exposition « Nouvelles images, nouveaux regards », qui s’ouvrent sur ce couple de l’histoire et de la mémoire, pour montrer qu’il y a entre les deux à la fois de la complicité mais aussi des tensions. Dans notre société actuelle, la question de la mémoire est toujours convoquée socialement pour commémorer telle ou telle période. Ce qui nous intéressait, c’était de travailler sur cette question des mémoires et la façon dont les mémoires se construisent quand on parle du Front populaire.

5Avez-vous fait preuve d’œcuménisme ? Avez-vous pu surmonter, précisément, les pressions mémorielles et éviter une vision unilatérale de cette période ?

6Notre a priori est d’abord historien, hors des contingences partisanes et politiques, même si je travaille dans un musée créé par les communistes et Frédéric Cépède dirige l’OURS. Toutefois, nous sommes bien obligés de prendre en compte les historiographies des mouvances d’extrême gauche, communiste et socialiste. Nous ne reprenons pas la thèse de Daniel Guérin et Jean Rabaut sur le mouvement révolutionnaire étouffé par la gauche réformiste, pas davantage l’historiographie communiste qui donne leur place aux mouvements, aux grèves, ni celle du Parti socialiste qui met en avant les réformes, les élections, le gouvernement Blum. Toutes ces historiographies ont été remises en cause par les travaux récents d’historiens qui ne correspondent pas à ces approches.

7L’ouvrage de Michel Margairaz et Danielle Tartakowski, les articles scientifiques des revues Vingtième siècle et Le Mouvement social, sont plutôt nos références. Nous avons rejeté toute forme de pression. Notre parti pris est avant tout scientifique, avec un commissariat large de trente personnes et la direction du musée qui porte l’exposition. Et nous avons délimité les soutiens et partenaires qui reprenaient toute cette gauche quon retrouve dans les fondations et instituts de recherche, comme la Fondation Jean-Jaurès, la fondation Gabriel-Péri, lInstitut CGT dhistoire sociale, la BDIC, le Musée socialet, bien sûr, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (Maitron). D’ailleurs, sur le catalogue et l’affiche de l’exposition apparaissent les logos de tous ces centres et fondations, que l’on ne voyait pas avant. On est sortis des temps de l’affrontement et tous souhaitaient participer à un projet de réflexion. Aucun n’a demandé de relire les textes en préparation. On leur a présenté la scénographie, le chemin de fer de l’expo plus ou moins accepté, qui bousculait certaines de leurs approches mémorielles. Nous sommes en 2016, pas au temps de la guerre froide.

8On observe un éclairage particulier sur la guerre d’Espagne, au centre de l’exposition, sur le contexte international. On ne se contente pas d’un regard francocentré. Est-ce nouveau ?

9J’ai eu l’idée de mettre l’Espagne au milieu de l’exposition, au cœur même. Certes, le Front populaire ne se termine pas sur cette question, mais sur les problèmes économiques. Une fracture se produit dans cette majorité de circonstance, fragile car portée par trois partis que beaucoup de choses opposent. À la moindre embûche, cela peut exploser, et au bout de trois mois on est dans les difficultés face aux réalités du pouvoir. Nous avons replacé cette situation politique dans la complexité de la situation internationale, le rôle joué par l’URSS et la pression exercée par les fascistes. Nous expliquons au public que l’unité du Front populaire s’est faite après la prise de pouvoir et le 6 février 1934, un tournant stratégique pour que la France ne soit pas déstabilisée par le fascisme.

10Quel rôle joue l’iconographie dans l’exposition ? Avez-vous eu recours à des archives inédites ou des fonds peu ou pas explorés ?

11Si l’on évoque des photographies nouvelles, ce sont les photos de grèves et d’occupations d’usines. C’est un corpus qu’on connaissait déjà, mais cette fois, en 2014-2015, nous sont arrivées des photos d’amateurs par achats sur Internet ou par dons. Nous en avons 120, un tiers d’entre elles sont montrées dans l’expo. Dans la salle sur les grèves et occupations, les photos de petit format (6x8 cm) – car cela revient cher à lépoque – sont présentées dans un cadre, mais c’est compliqué ; nous avons donc privilégié les grands formats et numérisé les petits formats sous forme d’une animation vidéo commentée, qui montre des gestuelles, des usines – parfois sans nom – pour décrire la variété des situations dans l’entreprise, des visages, des corporations, des tenues ouvrières, la mixité ou non-mixité des ateliers.

12Puis nous présentons trois photographes dont nous avons l’exclusivité. D’abord Pierre Jamet, exposé voici quelques années à Montpellier, puis à Clermont-Ferrand grâce à Pierre Borhan. Un magnifique catalogue, La Volonté du bonheur, a été édité chez Hazan. Le Centre d’histoire sociale (CHS, Université Paris 1) nous a prêté des images grâce aux fonds qu’il conserve (fonds Marceau Pivert, Bernadette Cattanéo, fonds Marty). Rossana Vaccaro et Claude Pennetier ont déniché des pépites. Nous voulions rajouter de nouveaux visages, ou d’autres qui avaient été peu éclairés. Ainsi, il n’y a pas dans l’exposition de biographies de Blum ou de Thorez, qui avaient déjà été faites, mais celles de Tangui Prigent, Renaud Jean, Bernadette Cattanéo ou Marcel Cerf. De même, nous avons choisi Simone Weil sur l’Espagne.

13Nous exposons également des photographies de Marcel Cerf. Certes, il y avait eu l’expo au musée du Jeu de Paume, mais on y montrait peu de photographies sur le Front populaire. Le fonds avait été déposé par Roger Viollet à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. C’est la première fois que l’on montre, conjointement avec l’exposition présentée à Paris, autant de photos de Marcel Cerf, notamment celles peu connues (par exemple, les militants algériens de l’Étoile nord-africaine, ou encore Suzanne Lacore à un meeting sur l’enfance). La Marianne bien connue en couverture du magazine communiste des années 1930 Regards (qui ouvre le hors-série du quotidien Le Monde) est en fait une photographie de Marcel Cerf. Dans l’exposition, nous présentons les trois photos en studio d’une jeune femme en Marianne pour Regards. Notre touche personnelle, c’est de rassembler des photos, ce sont les cadrages pour tenir un discours sur ces images-là. Par exemple, nous présentons les photographies de la tribune du 14 juillet 1936 où l’on voit Thorez avec son écharpe tricolore qui ne lève pas le poing, il salue seulement la foule ; Blum, en revanche, tient la lampe des mineurs de Carmaux et lève le poing. Nous avons reconstitué la séance avec différents photographes, dont Marcel Cerf, Robert Capa et Willy Ronis, et ajouté comme une sorte de storyboard les photos prises du défilé dans la rue en amont. Nous avons proposé un long cadrage, partant de la rue, de ceux que l’on va retrouver à la tribune. Nous montrons ainsi cette théâtralité du mouvement ouvrier, cette mise en scène des élus du peuple qui rejoignent Léon Blum à la tribune. Nous expliquons au public que le Front populaire se met en scène. Cela dit beaucoup de la politique avec un soin appliqué de la gestuelle militante, ce que l’on appelle « dire et faire la politique ». Personne ne l’avait jamais fait auparavant.

14Le troisième photographe présenté, France Demay, amateur et grand sportif, membre de la FSGT, avait été présenté lors du mois off de la photo à Paris en 2014. Il a fait des photographies sportives de grande qualité. Son petit-fils nous a fourni un certain nombre de clichés.

15Nous avons ajouté à ces images connues des documents peu ou pas exploités. Dans une exposition de ce type, il faut nécessairement des « documents béquilles », des icônes qui correspondent à l’horizon d’attente du public, mais aussi des images moins connues ou inédites. En revanche, je regrette l’absence des femmes photographes, comme Germaine Krull, sur lesquelles le musée de l’Orangerie a fait une exposition récemment, « Qui a peur des femmes photographes ? ».

16Par rapport à un musée classique ou au public large, quel public visez-vous en présentant cette exposition ?

17Dans un petit musée de banlieue, il serait inconscient ou présomptueux de cibler un public. On essaie de toucher tous les publics. En revanche, on ne monte pas les expos en fonction des programmes de l’Éducation nationale, dans lesquels le Front populaire a peu d’épaisseur. On vise la totalité de la société française en quête d’une histoire des gauches. Car comment imaginer que l’on ne parle pas du Front populaire en 2016 ? Notre rôle, ce n’est pas d’énoncer une vérité, mais d’apporter des éléments à un débat qui va se tenir.

18Il nous faut donner à lire et à voir où en est la recherche historique, où on en est de l’état des fonds, des images, de proposer un chemin de fer qui suscite la réflexion et le débat. Pour l’instant, cela marche. C’est-à-dire que les discussions s’engagent sur les questions du temps de travail et de loisir, de l’éducation, de la culture et du sport grâce aux congés payés, sur la réduction du temps de travail. Le public aborde également la question de la gauche au pouvoir en fonction des réalités, du contexte, des difficultés. Et le Front populaire, c’est un cas exemplaire de ce qui peut arriver aux gauches quand elles arrivent au pouvoir.

19En ouverture de l’exposition, vous avez donné la parole sur la mémoire du Front populaire à toutes les composantes de la gauche, sans exception, à travers le choix dune image à commenter. Que disent ces choix du rapport des gauches à cette expérience inédite d’exercice du pouvoir et des luttes sociales ?

20C’est pour faire le lien. On en revient aux mémoires, des choses partagées mais aussi conflictuelles. Cela nous dit beaucoup sur l’état des mémoires. Ainsi, sur l’Espagne, dans le PCF, on ne tient plus le même discours en 2016 qu’en 1966. Car entre les deux, il y a eu la chute du Mur et la disparition de l’URSS. Pour le PS, on se réfère toujours à Jean Jaurès et Léon Blum, mais on n’en parle pas de la même façon dans le cadre d’un parti socialiste tiraillé. Il est intéressant aussi de voir comment l’extrême gauche ne dit rien de nouveau et ne varie pas son discours. Ainsi, le texte écrit aujourd’hui par Lutte Ouvrière aurait pu être écrit il y a quarante ans. En revanche, à la Fédération anarchiste, on choisit une image non pas sur la guerre d’Espagne, mais sur les grèves et occupations. La radicale de gauche Sylvia Pinel, première femme à la tête du parti, a choisi Cécile Brunschvicg, Pierre Laurent a choisi un tableau de Magritte et Jean-Christophe Cambadélis, une photo de Léon Blum. Le texte de Pierre Laurent n’utilise pas le terme « communisme ». En revanche, Patrice Bessac, maire PCF de Montreuil, plus jeune que Pierre Laurent, a choisi une photo de grève avec un bal masculin et cite les communistes, le PCF et Maurice Thorez. C’est intéressant. Si on demandait aujourd’hui à vingt socialistes ou vingt communistes d’évoquer le Front populaire, on aurait vingt textes différents. Jadis, le texte du maire et le texte du secrétaire général auraient été identiques, le maire aurait simplement joué la carte du local.

21Le premier étage de l’exposition s’ouvre sur l’installation d’un collectif d’artistes autour de l’héritage sportif du Front populaire, à l’occasion de l’Euro 2016. Que nous apporte le télescopage de ces deux époques ?

22Le travail de l’association Gongle répond précisément à notre souci d’attirer un public jeune. Or, le public jeune, d’emblée, peut avoir du mal à se familiariser avec l’expo présentée au rez-de-chaussée. Grâce à la confrontation d’images, cela nous permet d’entrer en matière. Nous leur montrons la partie culture, loisirs et sports et les images du football des années 1930. La diversité des origines géographiques est certes modeste, mais elle existe (espagnole, italienne et marginalement d’Afrique noire). On valorise ainsi l’histoire personnelle d’une partie de cette jeunesse issue de l’immigration.

23Signalons la belle scénographie de l’exposition. Quel est le parti pris pour la rendre si fluide et articuler efficacement les différents thèmes abordés ?

24Trois personnes indépendantes les unes des autres ont travaillé sur la scénographie. Les commissaires ont réfléchi à une structure, puis on la confrontée au travail des scénographes. Le parti pris est celui de la déambulation. Seule la salle Espagne est étroite, car c’est une zone de tension, on voulait que cela crée un certain trouble dans le public. Juste après, on a la grande salle carrée sur les loisirs : cela fonctionne.

25Quels sont les prolongements de l’exposition ? L’exposition itinérante que vous proposez touche quel type de public et par qui est-elle commandée ?

26Nous disposons d’une exposition itinérante en quinze panneaux, en partenariat avec les fondations Gabriel-Péri et Jean-Jaurès et le quotidien La Marseillaise. Deux jeux de l’exposition circulent : La Marseillaise se charge du sud de la France et nous du nord. Elle s’installe en vingt minutes et peut être louée de un à huit jours avec un tarif associations à 500 euros et un tarif collectivités à 800 euros. Elle circule. Des mairies et des fédérations de partis la commandent, comme le PCF de l’Ariège ou le PS de l’Yonne. Des demandes spécifiques peuvent être faites à l’occasion d’un événement, comme un congrès fédéral de la CGT ou la célébration de Léon Blum par la section du Parti socialiste de Jouy-en-Josas, où se trouve sa maison. En fait, des familles politiques diverses s’en emparent, de la Fédération anarchiste au NPA.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Lafon et Pascal Guillot, « 1936. Nouvelles images, nouveaux regards sur le Front populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 132 | 2016, 185-191.

Référence électronique

Éric Lafon et Pascal Guillot, « 1936. Nouvelles images, nouveaux regards sur le Front populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5428

Haut de page

Auteurs

Éric Lafon

Directeur scientifique au musée de l’Histoire vivante de Montreuil

Articles du même auteur

Pascal Guillot

CHRHC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page