Navigation – Plan du site
CHANTIERS

André Léo journaliste. Engagement et témoignage (1866-1871)

Charlotte Cosset et Gilles Malandain
p. 139-154

Résumé

L’article propose une contribution à l’histoire du journalisme au xixe siècle à travers le corpus d’un auteur, André Léo, c’est-à-dire Léodile Champseix, née Béra (1824-1900), longtemps oubliée mais aujourd’hui reconnue comme une des voix majeures du féminisme et du socialisme des années 1860 et 1870. S’intéresser à ce corpus, c’est prendre la mesure de l’importance de la presse comme support de l’engagement politique mais aussi comme enjeu d’écriture pour les écrivains du second xixe siècle. Car si le journalisme de reportage n’est pas encore défini comme tel et instauré en modèle dominant, la presse est bien, dès la fin du Second Empire, le vecteur privilégié d’une littérature de témoignage, étroitement articulée au cours des événements et parfois aux urgences de l’heure, comme le montre en particulier le journalisme communard tel que le pratiqua André Léo.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À l’origine de cet article, le mémoire de master 1 de Charlotte Cosset, André Léo (1824-1900). Redé (...)
  • 2 Les Vies d’André Léo, romancière, féministe, communarde, sous la direction de Frédéric Chauvaud, Fr (...)
  • 3 L’association, créée dans une perspective féministe en 1983, a été relancée en 1999-2000 (centenair (...)

1Au terme d’une trentaine d’années de véritable « redécouverte », André Léo peut être considérée aujourd’hui comme une figure majeure du féminisme et du socialisme du second xixe siècle1. Après avoir été presque totalement oubliée entre sa mort et les années 1980, c’est non seulement son importante œuvre littéraire, essentiellement romanesque et comparable à celle de George Sand, qui a été exhumée et réappréciée, mais aussi une pensée originale, extrêmement ferme, constante et influente dans l’effervescence des dernières années du Second Empire et jusqu’à la Commune. C’est enfin l’ensemble de la vie et du parcours de cette femme engagée qui a été réinvesti par la recherche, jusqu’à un récent volume collectif, Les vies d’André Léo, publié en 2015 dans la collection « Archives du féminisme » des Presses universitaires de Rennes2. Ce volume présente un bon panorama des connaissances accumulées et des réflexions menées aujourd’hui sur cette actrice de l’histoire comme sur son œuvre prolixe. Sans revenir en détail sur les étapes de cette exhumation de l’œuvre et du parcours d’André Léo, qui s’est accélérée dans les années 2000, soulignons le rôle majeur joué en l’occurrence par des acteurs locaux, implantés dans le sud du département de la Vienne, pays natal de l’écrivain, en particulier des éditeurs – les Éditions du Lérot et les Publications chauvinoises (APC) – et l’association André Léo, créée à Lusignan, qui a progressivement élargi son optique en développant notamment, depuis 2006, un riche site internet consacré à l’écrivain (andreleo.com)3. Cette impulsion locale a trouvé un relais à l’université de Poitiers et a favorisé la convergence de travaux menés à d’autres échelles, pas forcément tous focalisés sur la seule figure d’André Léo, une focalisation qui a évidemment ses limites et ses inconvénients heuristiques, dont nous sommes conscients.

  • 4 Aux éditions du Lérot, à Tusson (Charente), dans une série intitulée Le Lérot rêveur.
  • 5 Alain Dalotel, André Léo (1824-1900). La Junon de la Commune, Chauvigny (Vienne), APC, « Cahiers du (...)
  • 6 Marie-Ève Thérenty (dir.), George Sand journaliste, Publications de l’Université de Saint-étienne, (...)
  • 7 Alain Vaillant et Marie-Ève Thérenty (dir.), 1836, l’an 1 de l’ère médiatique : étude littéraire et (...)
  • 8 Michèle Riot-Sarcey, « La presse féministe », dans La Civilisation du journal, op. cit., p. 543-555

2Notre article se propose de revenir sur le versant journalistique de l’activité et de l’œuvre d’André Léo, indissociable de son engagement politique. Non que ce versant ait été ignoré jusqu’ici, loin de là : l’une des toutes premières rééditions de textes de l’écrivain, en 1987, s’intitulait André Léo, une journaliste de la Commune4. Surtout, depuis lors, la biographie de référence d’Alain Dalotel, ainsi que les travaux d’Alice Primi sur le féminisme des années 1860, ont été des apports considérables, qui ont largement nourri notre réflexion5. Malgré tout, l’écrivain, romancière ou essayiste, a été plutôt privilégiée par rapport à la journaliste. Sans doute cela s’explique-t-il par la relative modestie de son corpus connu : avec un total d’environ 140 textes répertoriés, on est assez loin, par exemple, des quelque 400 articles de George Sand, dont l’étude systématique ne s’est d’ailleurs imposée que très récemment6. Si elle a participé à l’avènement de « l’ère médiatique » ou de la « civilisation du journal », pour reprendre les termes qui ont récemment cristallisé le regain d’intérêt des historiens dix-neuviémistes pour la presse7, on ne peut néanmoins pas dire qu’André Léo ait marqué d’une manière spécifique l’histoire du journalisme, à l’instar de Delphine de Girardin, alias « le vicomte de Launay », avant elle, ou de Séverine (Caroline Rémy), pionnière du reportage moderne, après elle. Significativement, elle n’est mentionnée par exemple qu’une seule fois dans la récente somme La Civilisation du journal, à propos de la « presse féministe8 ».

  • 9 Voir notamment Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe s (...)

3Pourtant, pour être composite, discontinu ou déséquilibré, ce corpus n’est nullement négligeable, surtout si l’on prend en compte les nombreux obstacles qu’André Léo a pu rencontrer (l’exil, les échecs et les refus, en particulier après la Commune) et qui ont de fait entravé ses ambitions. Elle mérite donc assurément d’être aussi envisagée/interrogée comme journaliste, et singulièrement comme femme journaliste, à la lumière des nouveaux questionnements de l’histoire culturelle et littéraire9. On essaiera, dans ces quelques pages, de donner une vue d’ensemble de sa production et de proposer quelques pistes, en privilégiant les quelques mois de 1871 où l’activité journalistique d’André Léo prend un tour nouveau, en termes de rythme (une vingtaine d’articles en 38 jours, en avril-mai) comme en termes de nature. C’est durant cette brève et intense période de la Commune, plus qu’à aucune autre, qu’on peut la dire « journaliste », et c’est également sur cette notion alors en gestation qu’on souhaite s’interroger.

Une vue d’ensemble

  • 10 En analysant le manuscrit intitulé La Province, dans les archives André Léo (voir infra, note 27), (...)

4Les efforts conjugués des chercheurs pour établir et consolider le corpus des œuvres d’André Léo, et notamment de ses articles, dispersés dans de nombreux journaux ou « feuilles » parfois peu durables, et pas toujours de surcroît clairement signés, permettent de donner aujourd’hui une vue d’ensemble assez sûre quoique appelée à se préciser encore. Mise à jour à la fin de l’année 2013 sous la direction de Cecilia Beach, la bibliographie générale consultable sur le site de l’association André Léo répertorie en effet quelque 136 contributions attribuables à l’écrivain. Si l’on y ajoute cinq articles de février-mars 1871 récemment inventoriés10, on peut observer la ventilation chronologique suivante :

Nombre d’articles

Rythme mensuel

1866-printemps 1868

18

0,6

Été 1868-1870

48

1,6

Janvier-mai 1871

35

7

Octobre 1871-1879

34

0,34

1880-1897

6

0,03

  • 11 Voir notamment Cecilia Beach, « André Léo feuilletoniste : guerre, révolution et religion », dans L (...)

5Certes, ces textes sont de formats et de types très divers. Quelques-uns d’entre eux sont de brèves lettres insérées dans un journal, d’autres sont des textes collectifs, parfois repris dans plusieurs périodiques… Le décompte global n’en donne pas moins une idée assez juste de l’activité d’André Léo « journaliste » et permet de la périodiser. Précisons encore que la publication de feuilletons n’est pas comprise dans cet ensemble : il ressortit au versant romanesque de son œuvre11.

  • 12 Voir Cecilia Beach et Louis Vibrac, « Élan d’une trajectoire » et Alice Primi, « Une journaliste dé (...)
  • 13 Voir notamment l’inventaire des papiers Beluze conservés à l’Institut international d’histoire soci (...)

6André Léo, née en 1824, d’abord auteure de romans, a commencé assez tardivement à écrire dans et pour des périodiques – pas avant 1866-1867 – même si l’hypothèse de textes antérieurs, à la signature incertaine, n’est pas sans consistance12. Elle signe alors une dizaine de textes dans L’Association, « bulletin international des sociétés coopératives » (1864-1866), et surtout dans son successeur, La Coopération, « journal du progrès social », qui paraît entre 1866 et juin 1868 et qui est lié au mouvement du « crédit au travail » de Jean-Pierre Béluze, gendre et successeur de Cabet13. Elle donnera encore des contributions à l’Almanach de la Coopération pour 1869 et 1870.

  • 14 Puis ses textes sur la « médaille John Brown », en souvenir du combattant anti-esclavagiste pendu e (...)
  • 15 La Situation publia malgré tout plusieurs articles de Jules Vallès : Roger Bellet, Jules Vallès, jo (...)
  • 16 Sur ce mouvement, voir Renaud Quillet, « L’internationalisme républicain (1852-1870) », dans Parlem (...)

7À l’été 1867, elle collabore également à La Situation, éphémère « journal politique quotidien du soir » (il disparaît dès avril 1868), auquel elle fournit, assez étonnamment, trois articles sur « la situation aux États-Unis » au lendemain de la guerre de Sécession. Rédigés à partir de journaux américains, ces articles témoignent d’un intérêt d’André Léo pour la jeune nation américaine que d’autres textes confirment, en particulier sa contribution sur la « colonie américaine à Paris » dans le fameux Paris-Guide de 1867 préfacé par Victor Hugo14. D’après Alice Primi, cette commande permet aussi à l’auteure de défendre, par la bande, des idées démocratiques, ce qui met rapidement fin à sa collaboration à ce journal bonapartiste15. On la retrouve ensuite au début de 1868 dans l’hebdomadaire Les États-Unis d’Europe, l’organe de la Ligue internationale pour la paix et la liberté16 : elle y publie trois grands articles politiques (transcrits par Pierre Rossignol sur le site André Léo), tout en défendant « les États-Unis de l’Europe » dans La Coopération du 9 février 1868.

8Il est possible de considérer que le printemps 1868 marque un tournant dans la mesure où la loi du 11 mai 1868, en libéralisant considérablement le régime de la presse, très corseté depuis le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, entraîne une rapide augmentation du nombre de périodiques et des occasions offertes à une militante républicaine de s’exprimer. De fait, la production d’André Léo s’intensifie nettement dès l’été suivant et pendant deux ans. Débordant un peu du cadre strictement militant, elle accède alors aux colonnes de grands quotidiens d’opinion, tous clairement orientés à gauche : d’abord L’Opinion nationale, puis Le Siècle et Le Rappel. Cette extension de son audience s’accompagne d’une logique de radicalisation politique qui conduit à son engagement révolutionnaire de 1870-1871.

  • 17 Voir Alice Primi, « La Ligue en faveur du droit des femmes (1868-1870) : un humanisme universaliste (...)
  • 18 « The Revolution. », L’Opinion nationale, 7 juillet 1868, p. 1 ; « Séances du Vauxhall » [à Paris] (...)
  • 19 André Léo, La femme et les mœurs : monarchie ou liberté, édité par M. Biarnais, Éditions du Lérot, (...)
  • 20 « Livres d’éducation », L’Opinion nationale, 25 décembre 1868, p. 2 ; « Mes Droits par Paul Lacombe (...)

9Entre juillet 1868 et mars 1869, elle collabore avec régularité à L’Opinion nationale, organe de l’aile gauche du bonapartisme, fondé en 1859 par le saint-simonien Adolphe Guéroult et ouvert à des idées libérales, voire franchement démocratiques. Elle y signe alors une douzaine d’articles en tout, presque tous consacrés à la question du droit des femmes. Elle est au même moment l’une des plus actives chevilles ouvrières de l’organisation des revendications féminines (on ne dit pas encore féministes), sous leur forme alors la plus radicale17. Tandis qu’elle rend compte dans le quotidien de l’actualité nationale et internationale alors vive sur le sujet18, elle prépare son essai La Femme et les mœurs (sous-titré Liberté ou monarchie), dont des extraits paraissent dans Le Droit des Femmes, de Léon Richer et Maria Deraismes, fondé au printemps 186919. Notons que L’Opinion nationale accueille également trois recensions d’ouvrages qui débordent de la question des femmes au sens strict20.

10À partir de là, elle n’écrit quasiment plus pour L’Opinion nationale. Ses articles paraissent plutôt dans La Démocratie, dirigé par Charles-Louis Chassin, farouche opposant à l’Empire, qui arbore fièrement la devise républicaine et se veut « organe de la Fédération européenne », et surtout dans Le Siècle. Ce quotidien déjà vénérable (fondé en 1836, « l’an 1 de l’ère médiatique »), était resté républicain malgré la censure impériale et passait pour très influent, même si son tirage avait baissé tout au long des années 1860. D’André Léo, toujours présentée avec une respectueuse sympathie, Le Siècle accueille plusieurs courriers, certains anecdotiques – une protestation enjouée contre le prix des « bateaux-mouches » à Saint-Cloud le 28 juillet 1869 – mais d’autres liés à des événements politiques importants, comme l’enterrement de Victor Noir et surtout la déclaration de guerre à la Prusse. Mais de la collaboration de l’écrivain au Siècle ressortent surtout quelques courts articles politiques – sur les conférences de Maria Deraismes au début de 1870, sur « l’Association internationale [c’est-à-dire la section française de l’AIT] et l’empire » le 10 juillet de la même année –, et deux contributions plus longues, l’une sur le pèlerinage d’Auray (au rez-de-chaussée des numéros du 16 et du 17 juin 1869), l’autre sur « l’invasion de 1814 », en quatre parties, du 15 juillet au 2 août 1870. Ces deux textes, déconnectés du contexte immédiat (même si la défaite qui se dessine en août 1870 donne bien sûr au rappel historique de 1814 une forte valeur d’actualité), permettent évidemment à André Léo de défendre des idées qui lui sont chères, contre la religion traditionnelle d’une part, contre les « guerres de rois » menées aux dépens des peuples d’autre part. Ainsi, on voit que la question des femmes, si elle disparaît rarement, est progressivement débordée.

11À partir de janvier 1870 et de l’affaire Victor Noir, elle intervient également dans Le Rappel, quotidien d’opposition plus radical que L’Opinion nationale et Le Siècle. Fondé par des proches de Victor Hugo en 1869, il se caractérise aussi par un style lyrique à contre-courant de l’évolution de la presse de l’époque. Après une série d’articles intitulés « Éducation républicaine » (Le Rappel, 10 février, 15 février et 5 mars 1870), sa contribution la plus marquante à ce journal est sans doute le texte assez long – un peu plus de deux colonnes – qui ouvre l’édition du 16 mars 1870, intitulé « Les Souffrants. Enquête sociale. Mme Graindgens. » Elle y expose en détail la situation pathétique d’une habitante de son quartier (les Batignolles) abandonnée par son mari avec trois enfants en bas âge. Ce témoignage direct et vigoureux lui permet de dénoncer l’absence d’assistance et surtout le trop faible revenu du travail des femmes, ainsi que la situation de dépendance dans laquelle se trouvent confinées de nombreuses mères de famille. La dénonciation semble avoir eu un certain retentissement (au moins sous forme d’offres de secours particulières), à en croire le texte « L’Égalité pour la femme », par lequel elle répond dans Le Rappel du 3 avril (p. 2) aux critiques que lui avait adressées « un des rédacteurs du Siècle » (jugeant qu’elle n’avait pas assez blâmé le mari défaillant), en précisant fermement son point de vue féministe.

  • 21 Alain Dalotel, André Léo, op. cit., p. 62. Voir aussi désormais Alice Primi, « L’été où la révoluti (...)
  • 22 Voir notamment sa lettre aux rédacteurs dans L’Égalité. Journal de l’Association internationale des (...)

12Globalement, l’intensité de sa production augmente encore dans les huit mois qui précèdent la défaite de Sedan : Alain Dalotel a souligné cette « accélération des événements » au cours de l’année 1870, et singulièrement d’ailleurs en juillet-août dans le contexte de la guerre, où elle retrouve notamment les colonnes du Siècle dont elle semblait s’être un peu éloignée au printemps pour Le Rappel21. C’est aussi le moment (juin 1870) où elle dessine, avec ses amis politiques (Toussaint, Reclus et Lacombe), le projet d’un « journal du dimanche » destiné aux paysans, L’Agriculteur, marque de son intérêt – largement partagé au xixe siècle – pour la presse comme instrument d’éducation politique populaire. Nul doute à cet égard qu’elle n’ait ressenti une certaine frustration à publier dans des journaux dont le public, quelle que soit leur ambition, restait presque exclusivement urbain et plutôt bourgeois, sans pour autant parvenir à s’imposer dans la presse militante, comme le montre son entrée manquée dans la rédaction du journal bakouniniste L’Égalité en mars 186922.

  • 23 Alice Primi, Femmes de progrès, op. cit., p. 143 et suiv.

13Au total, avec une bonne soixantaine de textes publiés dans divers journaux entre 1866-1867 et août 1870, André Léo fait partie de la douzaine de femmes à avoir écrit régulièrement dans la presse française de ce moment, avec la volonté de soutenir une opinion politique et en particulier « d’inscrire la cause des femmes dans le progrès général »23. Il s’agit certes, dans l’ensemble, de textes de réflexion et d’opinion, relevant de l’essayisme autant que du journalisme, mais souvent articulés à l’actualité du moment (événement, publication) et dans des formats adaptés. Du point de vue thématique, si la question des femmes occupe une place prépondérante dans sa production, on observe clairement une volonté d’aller au-delà, de traiter de l’actualité politique plus largement, y compris à une échelle internationale, échelle peut-être d’ailleurs moins politisée et par conséquent plus accessible aux plumes féminines.

14Alice Primi a bien montré les obstacles structurels qui s’opposent, dans ces années, à l’accès des femmes au journalisme et en particulier au journalisme politique, et les limites quasi infranchissables de leur contribution aux grands journaux. Ces limites bien marquées jusqu’à la défaite de Sedan éclairent l’originalité du moment d’ouverture que constitue la Commune : entre janvier et mai 1871, c’est une trentaine d’articles en moins de cinq mois que publie André Léo, une intense production de surcroît exclusivement consacrée à l’actualité dramatique dans laquelle la France est alors plongée.

  • 24 Voir par exemple « Pourquoi nous sommes collectivistes », dans Le Socialisme Progressif, n° 3, 1er  (...)
  • 25 Sur ces derniers articles, voir la note d’Alice Primi, « André Léo à la fin de sa vie » (9 mars 201 (...)
  • 26 Entre 1878 et 1892, André Léo réside le plus souvent dans le Latium : Jean-Pierre Bonnet, « L’Itali (...)

15En revanche, le retour de bâton postcommunard est, comme on s’en doute, terrible : le second départ pour l’exil (où elle a déjà vécu de 1851 à 1860), après la Semaine sanglante, ouvre une longue période de quasi-silence. On répertorie une dizaine d’articles, très dispersés, entre octobre 1871 et mai 1877 ; puis une production soudain beaucoup plus intense avec les 24 articles publiés au cours de l’année 1878 dans Le Socialisme progressif, « revue des idées sociales et des faits économiques » publiée par les militants exilés en Suisse et en Italie. Mais on peut difficilement parler là de journalisme, il s’agit bien plus de réflexion théorique, au demeurant d’un grand intérêt pour l’histoire des socialismes du second xixe siècle24. Cette revue s’arrête après à peine un an d’existence. Enfin, quasiment plus rien jusqu’à sa mort : un beau texte titré « La citoyenne » dans la très éphémère Tribune des femmes (un seul numéro) en février 1881, puis trois articles en 1897, dans trois périodiques socialistes, La Petite République, La Revue socialiste et L’Aurore, qui venait d’être fondé et qui allait devenir le grand quotidien dreyfusard25. Si la correspondance de l’écrivain témoigne d’un désir récurrent de s’exprimer dans la presse, ce désir reste largement inabouti et, même rentrée d’exil, André Léo demeure largement à l’écart26.

Porte-parole ou observatrice de la Commune ?

16À l’automne 1870, puis surtout à partir de janvier 1871, elle participe activement à l’événement insurrectionnel et en particulier par la plume, dans les journaux où se répercutent au jour le jour les intenses combats du moment. Dans les derniers jours du siège de Paris, elle joue d’abord un rôle de premier plan dans l’aventure vite avortée de La République des travailleurs, « organe de l’Association internationale (sections des Batignolles et des Ternes) ». Après avoir cosigné l’article inaugural « Notre programme » (avec notamment Ferdinand Buisson, Benoît Malon, Élie et Élysée Reclus), elle fournit sept articles dans les six numéros du périodique (du 10 janvier au 4 février 1871), dont le dernier au titre encore mobilisateur : « Non, tout n’est pas fini ». Après les élections du 8 février, on retrouve ponctuellement sa signature dans L’Opinion nationale (« Un prophète méconnu », 16 février 1871 : témoignage d’une germanophobie désormais virulente) et dans Le Rappel (« Représentants de Paris. Malon », 19 février 1871).

  • 27 Voir à ce sujet le manuscrit inédit intitulé « La Province », conservé dans le riche fonds Descaves (...)
  • 28 Presque tous ces articles ont été publiés dans André Léo, Écrits politiques, Paris, Dittmar, 2005, (...)
  • 29 Selon la formule de Pierre Giffard (Le Sieur de Va-partout, Paris, 1880), citée par Marie-Eve Thére (...)
  • 30 Jeremy Popkin, La presse de la Révolution : journaux et journalistes, 1789-1799, Odile Jacob, 2011.
  • 31 Pierre Guiral, « La presse de 1848 à 1871 », dans Claude Bellanger (dir.), Histoire générale de la (...)

17Après l’intermède d’un voyage dans la Vienne, bien décrit par Alain Dalotel27, André Léo revient courageusement à Paris au début d’avril. Alors, avec quinze à vingt textes en cinq semaines28, elle s’engage comme jamais auparavant dans une forme de « couverture » de l’événement, marquée par l’urgence et l’indignation. Si le nouveau journalisme de reportage consiste à « faire le compte rendu d’une catastrophe dans laquelle on est tué »29, avec la guerre pour terrain de prédilection, on peut se demander dans quelle mesure les journaux de la Commune participent – après les grands conflits du Second Empire – de son émergence. Lié à l’avènement de la photographie, un « régime de la chose vue » succéderait alors à celui de la « chose dite », pour reprendre les termes de Marie-Ève Thérenty, tournant qui s’esquisse notamment avec La Rue de Vallès (1867-1868). En effet, conjuguant la tendance du siècle avec l’héritage révolutionnaire30, la presse communarde est certes une presse engagée, militante31, qui se crie autant qu’elle se lit, mais elle se veut aussi une presse d’observation et de témoignage, du moins à parcourir les journaux où l’on trouve la signature d’André Léo.

  • 32 Jacques Rougerie, La Commune de 1871, 3e éd., PUF, « Que sais-je ? », 1997, p. 98. Quelque 90 journ (...)
  • 33 Voir Maxime Jourdan, « Le Cri du peuple », 22 février-23 mai 1871, L’Harmattan, 2005, ainsi que Cor (...)
  • 34 Voir Maxime Vuillaume, Mes Cahiers rouges. Souvenirs de la Commune, édition intégrale par Maxime Jo (...)
  • 35 Les titres des articles de Barrère – né en 1851 et élevé à Londres où son père s’était exilé après (...)
  • 36 On y trouve aussi des textes anciens, signés de Proudhon, Lamennais, Hugo ou Pyat, et un roman-feui (...)

18Ceux-ci sont au nombre de trois, que Jacques Rougerie classe parmi les six « grands journaux révolutionnaires » qui couvrent peu ou prou l’ensemble de la période insurrectionnelle32 : La Sociale principalement, mais aussi La Commune (journal réputé « proudhonien », dont le rédacteur le plus célèbre est Jean-Baptiste Millière) et plus discrètement Le Cri du peuple de Vallès, le plus diffusé des journaux communards33. Dans le premier cité, « La Sociale, quotidien politique du soir à un sou », avec 15 textes signés, tous en première page, elle fait figure d’éditorialiste vedette à partir de mi-avril et jusqu’au 16 mai (date de l’avant-dernier numéro du quotidien). Elle reste pourtant, soulignons-le, en dehors de la rédaction, envoyant ses articles par la poste, s’adressant parfois « aux rédacteurs », selon la forme épistolaire encore souvent usitée dans la presse de l’époque. Ces rédacteurs semblent avoir été d’abord ceux du Père Duchêne, comme Eugène Vermeersch et Maxime Vuillaume. Ce dernier évoque en effet La Sociale dans ses fameux Cahiers rouges, en notant que « ce n’était qu’un demi-succès » qui absorbait une partie des bénéfices du populaire Père Duchêne34. La Sociale n’adopte pas le « parler-peuple » et les vociférations caractéristiques du journal hébertiste, notamment sous la plume élégante d’André Léo, la seule – avec le jeune Camille Barrère (en mai35) – à signer ses articles dans ce journal, surtout rempli par la transcription des débats de la Commune et les nouvelles militaires venues chaque jour des points de défense de Paris36.

  • 37 Voir à cet égard son article « Les neutres », dans La Sociale du 30 avril.
  • 38 Voir par exemple « Un soufflet prussien au grand orateur », dans La Sociale du 26 avril.
  • 39 Voir son analyse des articles d’avril-mai 1871 dans Les vies d’André Léo, op. cit., p. 43-46.

19La plupart des articles écrits par André Léo durant cette période sont des textes d’analyse et de commentaire politique articulés sur l’actualité brûlante du moment. Loin de toute neutralité, et hostile à la neutralité37, leur auteure s’y montre clairement engagée et très virulente à l’égard des Versaillais38. On discerne malgré tout une légère distance, du fait qu’elle ne fait pas partie elle-même (notamment parce qu’elle est une femme) des acteurs politiques majeurs ou en tout cas des dirigeants de l’insurrection. Même si elle cherche à agir directement par ailleurs, en particulier dans le cadre des « comités de citoyennes » ou à travers des offres de service auprès des combattants, comme on le verra, son engagement relève souvent d’une forme d’observation participante ou d’immersion marginale, qui l’amène à témoigner autant qu’à combattre. Cette position d’entre-deux, ou encore cette « triple posture [d’]actrice, observatrice et censeure », comme le dit Nicole Pellegrin39, doit être bien sûr prise en compte pour comprendre le type de journalisme qu’André Léo peut mettre en œuvre, en partie à son corps défendant.

  • 40 Sur la vision de la Commune dans la presse poitevine : Charles-Alexandre Krauskopf, « La haine de l (...)

20Ce n’est pas seulement son sexe qui marginalise l’écrivain dans l’événement communard, c’est aussi le fait qu’elle n’a pas participé aux combats du mois de mars et qu’elle a eu d’abord un point de vue extérieur à la révolte parisienne (tout en adhérant entièrement aux principes de celle-ci). En témoigne son premier article, « La France avec nous », un long texte publié en deux parties dans La Commune des 9 et 10 avril 1871. Forte du séjour qu’elle vient de faire en province, elle y souligne l’isolement de la capitale, qu’elle déplore bien évidemment et qu’elle voudrait conjurer40. « Paris en ce moment hait et maudit la province, et la province hait et maudit Paris. On a élevé entre eux une montagne de mensonges et de calomnies », s’inquiète-t-elle. En position d’entre-deux, elle se montre alors soucieuse d’informer, dans les deux sens, pour réduire l’incompréhension et l’hostilité qu’elle perçoit entre les deux mondes : informer d’abord les paysans pour contrecarrer la propagande versaillaise ; mais informer aussi ses compagnons parisiens contre les préjugés trop simplistes et les invectives lancées à l’encontre des « ruraux ». Loin de jeter la pierre aux paysans trop désireux de paix, elle s’emploie à expliquer leur position et met en demeure la Commune de « se comprendre soi-même pour se faire comprendre ».

  • 41 La formule figure dans l’article « La France avec nous » (La Commune du 9 avril).

21Cette préoccupation – nouer le dialogue entre le prolétariat urbain et les travailleurs ruraux, déjouer le discours antiparisien de Thiers – est l’une des thématiques dominantes des textes d’André Léo durant l’insurrection. On la retrouve notamment dans « Appel aux consciences » (La Commune du 22 avril et La Sociale du 23) et bien sûr dans « Le socialisme aux paysans », qui présente, dans La Sociale du 3 mai, l’« Appel aux travailleurs des campagnes » (signé « Les travailleurs de Paris » mais attribué à André Léo) que la Commune tente de diffuser par ballon en province. Le « terrible malentendu » entre Paris et les campagnes est encore au cœur de la dernière grande analyse que livre André Léo, « Le complot monarchique en province » (La Sociale, 12 et 16 mai), quelques jours avant l’effondrement de la Commune, lorsque se confirme que la révolution parisienne va « périr terrassé[e] sous le robuste genou du paysan, son frère égaré »41.

  • 42 Sur les communardes, deux bilans récents : Jacques Rougerie, « 1871. La commune de Paris », dans Ch (...)

22La participation des femmes au combat communard est un deuxième axe directeur des interventions de l’écrivain, dans le prolongement de son engagement féministe. Remarquons cependant qu’un tiers seulement des articles écrits pendant la Commune traitent spécifiquement de la thématique féminine, ce qui est moins que dans les années précédentes. Il s’agit néanmoins de textes importants, dans la mesure où la mise à l’écart des femmes, ou leur insuffisante intégration dans la lutte insurrectionnelle, est pour André Léo l’une des clés principales de son échec inexorable42.

  • 43 Ces deux textes sont plus concis mais dans le même esprit que l’anonyme « Appel aux citoyennes de P (...)

23En effet, « c’est par les femmes surtout que jusqu’ici la démocratie a été vaincue, et la démocratie ne triomphera qu’avec elle[s] », avertit-elle dans « Toutes avec tous », article en quelque sorte programmatique, publié simultanément dans quatre journaux (La Sociale, Le Cri du peuple, Le Rappel et La Commune), les 12, 13 et 14 avril. Elle y propose le concours actif des femmes à la lutte militaire, au moins pour secourir les blessés et pour préparer les repas dont manquent cruellement les combattants : « J’ai vu, à la porte Maillot, un bataillon qui avait passé trois jours en batailles hors des remparts ne recevoir pour nourriture que du pain et du lard cru. […] N’est-il pas lamentable que ces braves […] manquent ainsi du nécessaire à nos portes ? Et en est-il de celles dont le cœur bat, qui ne s’honorât de les servir ? » Passant à l’action avec ses camarades des xviie et xviiie arrondissements, elle cosigne deux brefs textes collectifs, « Les Femmes » et « Appel aux citoyennes », dans Le Cri du peuple des 26 avril et 2 mai. Il y est toujours question, pour les femmes, de « témoigner par des actes de leur dévouement à la Révolution »43.

  • 44 Le témoignage d’André Léo nourrit donc le scepticisme de Robert Tombs sur la part des femmes dans l (...)

24André Léo affiche pourtant rapidement sa désillusion devant l’insuccès de ces offres de service. Dans La Sociale du 6 mai, presque toute la première page est occupée par son article au titre insolite, « Aventures de neuf ambulancières à la recherche d’un poste de dévouement ». C’est le texte le plus long et le plus narratif du corpus, un récit sur le vif, assez détaillé, des déconvenues rencontrées par un petit groupe de militantes au fil d’un périple accompli le 2 mai sur le front nord-ouest de la capitale (de Clichy à Neuilly). L’écrivain y décrit, navrée, une implication rendue en quelque sorte impossible, imposant une forme de distance avec l’événement paradoxalement propice à un témoignage critique. À rebours de ce qui leur sera ô combien reproché par la suite, les communards se méfient des femmes et n’hésitent pas à refuser leur aide, à un moment où pourtant la situation militaire parait déjà très compromise44. Du moins leurs chefs, car la fin du texte introduit une dichotomie chère à la militante « libertaire » entre les officiers, seuls vrais « militaires » (le terme n’est évidemment pas laudatif), méprisants, voire insultants, et les citoyens combattants (gardes nationaux), plus respectueux et même fraternels à l’égard des femmes, dont ils regrettent qu’on les éconduise. « En somme, conclut-elle, et malgré l’insulte brutale faite à nos enrôlées du dévouement, l’impression que nous avons rapportée de cette excursion est profondément heureuse ; car à côté de cet esprit bourgeois et autoritaire, si étroit et si mesquin, qui se trouve encore malheureusement chez beaucoup de chefs, éclate chez nos soldats citoyens le sentiment vif, élevé, profond de la vie nouvelle. Ils croient, eux, aux grandes forces qui sauvent le monde, et les acclament au lieu de les proscrire ».

  • 45 Louis Nathaniel Rossel, officier de métier rallié à la Commune, fait figure fin avril de sauveur po (...)

25Le surlendemain, 8 mai, c’est ainsi au général Dombrowski, l’un des principaux chefs militaires de la Commune, que s’adresse l’article d’André Léo dans La Sociale, sous le titre « La Révolution sans la femme ». Elle y relate rapidement le rôle des femmes dans « la révolution du 18 mars » avant de revenir sur son idée-force (celle de La Femme et les mœurs) : pas de révolution et donc de démocratie sans une véritable égalité des droits impliquant logiquement l’émancipation des femmes. Ce que trahit l’anecdote des « ambulancières en quête d’un poste de dévouement », c’est finalement « les inconséquences du Parti révolutionnaire », capable de rejeter une partie de ses plus ardents soutiens. Au contraire, le jeune colonel Rossel, nommé délégué à la Guerre le 30 avril, prête une attention plus favorable aux offres de service des femmes, et André Léo lui apporte son soutien le 9 mai. Mais il est finalement destitué le même jour45. On entre, à ce moment, dans une phase de crise et de confusion politique aiguë, où la Commune se divise et paraît se saborder, au grand dam de La Sociale. Dans ses derniers textes, les 14 et 15 mai, André Léo rend compte de cette débâcle politique, qu’elle assimile à une véritable trahison des chefs, tout en réclamant « une enquête urgente » et une clarification qui semble déjà rendue dérisoire par l’imminence de la défaite militaire. Sans véritable espoir dans les chances de succès final de la Commune, au moins après l’échec de Rossel, sceptique sur la valeur de ses dirigeants, elle exige jusqu’au bout « la vérité », soit une forme de transparence due à ceux qui, obscurs et sans-grade, s’apprêtent à « se faire tuer pour une grande idée ».

26C’est à ces combattants anonymes qu’elle consacre d’ailleurs son texte le plus poignant dans cette période. Intitulé « Les soldats de l’idée », il ouvre La Sociale du 28 avril. André Léo y évoque les pertes journalières de la garde nationale de Paris : « En parcourant la liste de nos morts, de nos blessés, une émotion profonde saisit le cœur. Au nom de chacun, l’indication de sa profession est jointe. Nicolas Châtelain, cordonnier, 4 enfants ; Louis Daniel, tailleur de pierre, 2 enfants ; Hutte, homme de peine, etc. » La journaliste esquisse une sociologie de l’insurrection : « De temps en temps, mais rarement, apparaît la qualification d’employé, qui indique le petit-bourgeois. C’est surtout le manœuvre qui se bat. Le soldat de la Révolution actuelle, c’est le peuple ». Surtout, elle héroïse in vivo ce peuple en armes, exalte son sacrifice : « Hier encore, il était dans son échoppe. […] Aujourd’hui, ce tailleur, ce cordonnier, ce menuisier, ce mouleur, se redressant tout à coup et déposant l’outil et le tablier, s’est porté au champ de bataille. Il fait la plus grande chose que puisse faire un être humain, il se dévoue pour sa foi. […] Ce pauvre donne à l’Humanité le plus précieux des biens de l’homme, sa vie ». Le courage de ces « pauvres artisans sublimes » fonde bien sûr, et exige en quelque sorte, un messianisme révolutionnaire : « Ce sang généreux, qui coule aujourd’hui, féconde le sillon de la grande récolte, sang de martyrs populaires, appauvris par la misère, mais riche de ses éléments impalpables, qui sont ceux de la véritable vie ».

  • 46 La formule figure dans l’article « Appel aux consciences », dans La Commune du 22 avril et La Socia (...)
  • 47 Voir sa réédition, présentée par Michelle Perrot, aux éditions Le Passager clandestin, en 2011.
  • 48 Voir les perspectives très ouvertes sur la genèse du reportage journalistique que propose Denis Rue (...)

27Comme le suggère Alain Dalotel, ce texte exprime sans doute l’essentiel du projet d’André Léo durant ces cinq à six semaines. Consciente que la victoire militaire est peu probable dans une « lutte inégale » dont le succès ne lui paraît assuré qu’à long terme (« le peuple vaincra »), elle mène dans la presse de « Paris libre » la bataille de l’opinion et de l’avenir, érigeant par avance les insurgés en victimes et en martyrs. On sait qu’elle portera avec courage, dans les mois et les années qui suivront, la mémoire et la postérité de « la grande, la vraie, la seule révolution sérieuse de ce siècle »46, en particulier dans La Guerre sociale, cinglant antiréquisitoire prononcé – et interrompu – à Lausanne en septembre 187147. Cette volonté de témoigner, alternant défense de l’idéal et souci de précision, de « chose vue », fonde une posture de journaliste qui doit autant à la tradition révolutionnaire d’engagement qu’à la conscience de l’histoire et du progrès, qui s’est développée au long du xixe siècle et peut préfigurer à certains égards le « journalisme debout » des premiers grands noms du reportage48.

Conclusion

  • 49 Voir l’introduction de Marie-Ève Thérenty dans George Sand journaliste, op. cit.
  • 50 Signalons à ce propos deux collectifs récents : Jean-Claude Caron (dir.), Paris : l’insurrection ca (...)

28Retracer l’itinéraire d’André Léo journaliste, c’est donc faire l’histoire d’un échec révélateur, d’un élan tardif et interrompu, d’abord par la longue proscription des communards, puis de façon plus spécifique par l’isolement d’une inclassable, plutôt intransigeante de surcroît sur les principes. À cet égard, André Léo rejoint dans l’inaudibilité la plupart des grandes voix du féminisme socialiste du xixe siècle, telles Jeanne Deroin ou Hubertine Auclert, aux destins assez comparables. Seule George Sand, exception confirmant la règle, put conquérir et occuper durablement une position d’autorité et de liberté dans les médias du siècle, en s’émancipant en partie des contraintes de l’écriture journalistique, mais aussi en effaçant souvent – au moins après le printemps 1848 – son engagement politique49. Pour sa part, l’attachement persistant d’André Léo à une écriture ample et théorique, souvent didactique, à rebours de l’évolution de la presse dans le second xixe siècle, ne fait que lui fermer encore un peu plus les portes de la presse et l’oblige à renoncer à y défendre directement les idées auxquelles elle ne cessa jamais de tenir. Revenir sur le bref apogée de sa carrière de journaliste permet néanmoins de soulever des questions de plus grande portée, notamment sur l’émergence très progressive d’une posture spécifique de témoignage et d’exposition du réel et sur la façon dont elle s’articule avec le « protagonisme révolutionnaire ». L’ensemble de la presse de la Commune, relativement peu étudiée, mériterait sans doute d’être réexaminé sous cet angle, et mis en rapport avec d’autres formes d’écriture, de « sténographie » ou de représentation de l’événement insurrectionnel en train de se faire. Nombre de chercheurs, littéraires ou historiens du politique, s’attachent aujourd’hui à mieux comprendre les langages spécifiques de l’insurrection, et ce que l’insurrection fait au langage50.

Haut de page

Notes

1 À l’origine de cet article, le mémoire de master 1 de Charlotte Cosset, André Léo (1824-1900). Redécouverte d’une journaliste, université de Poitiers, 2011. Son auteure étant désormais elle-même engagée dans le métier de journaliste, c’est Gilles Malandain, directeur de son mémoire, qui a assuré la rédaction de l’article.

2 Les Vies d’André Léo, romancière, féministe, communarde, sous la direction de Frédéric Chauvaud, François Dubasque, Pierre Rossignol et Louis Vibrac.

3 L’association, créée dans une perspective féministe en 1983, a été relancée en 1999-2000 (centenaire de la mort de l’écrivain) et a notamment œuvré à inscrire sa mémoire dans le patrimoine local.

4 Aux éditions du Lérot, à Tusson (Charente), dans une série intitulée Le Lérot rêveur.

5 Alain Dalotel, André Léo (1824-1900). La Junon de la Commune, Chauvigny (Vienne), APC, « Cahiers du pays chauvinois », 2004 ; Alice Primi, Femmes de progrès : Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, 1840-1870, Rennes, PUR, 2010 ; « La “porte entrebaillée du journalisme”, une brèche vers la Cité ? (1830-1870) », Le Temps des médias, n° 12, 2009, p. 28-40.

6 Marie-Ève Thérenty (dir.), George Sand journaliste, Publications de l’Université de Saint-étienne, 2011.

7 Alain Vaillant et Marie-Ève Thérenty (dir.), 1836, l’an 1 de l’ère médiatique : étude littéraire et historique du journal « La Presse », d’Émile de Girardin, Paris, Nouveau Monde, 2001 ; Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La Civilisation du journal, Paris, Nouveau Monde, 2011.

8 Michèle Riot-Sarcey, « La presse féministe », dans La Civilisation du journal, op. cit., p. 543-555.

9 Voir notamment Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Seuil, 2007 ; et sur la question du genre, Christine Planté et Marie-Ève Thérenty, « Séparatismes médiatiques : identités de genre », dans La Civilisation du journal, op. cit., p. 1443-1465.

10 En analysant le manuscrit intitulé La Province, dans les archives André Léo (voir infra, note 27), Jean-Pierre Bonnet a en effet mis au jour cinq articles publiés sous la rubrique « À travers les départements » dans Le National les 27, 28 février, 1er, 6 et 19 mars 1871.

11 Voir notamment Cecilia Beach, « André Léo feuilletoniste : guerre, révolution et religion », dans Les vies d’André Léo, op. cit., p. 247-259.

12 Voir Cecilia Beach et Louis Vibrac, « Élan d’une trajectoire » et Alice Primi, « Une journaliste démocrate sous le Second Empire », dans Les vies d’André Léo, op. cit., p. 51-63 et 127-135.

13 Voir notamment l’inventaire des papiers Beluze conservés à l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam.

14 Puis ses textes sur la « médaille John Brown », en souvenir du combattant anti-esclavagiste pendu en Virginie en 1859 : Les États-Unis d’Europe, 22 mars 1868, et La Démocratie, 11 avril 1869).

15 La Situation publia malgré tout plusieurs articles de Jules Vallès : Roger Bellet, Jules Vallès, journalisme et révolution, t. 1, Tusson, Éditions du Lérot, 1987, p. 152-153.

16 Sur ce mouvement, voir Renaud Quillet, « L’internationalisme républicain (1852-1870) », dans Parlement(s), hors-série n° 4, 2008, p. 132-144.

17 Voir Alice Primi, « La Ligue en faveur du droit des femmes (1868-1870) : un humanisme universaliste et socialiste », dans Les vies d’André Léo, op. cit., p. 147-156.

18 « The Revolution. », L’Opinion nationale, 7 juillet 1868, p. 1 ; « Séances du Vauxhall » [à Paris] sur le travail des femmes (6 articles entre le 18 juillet et le 3 septembre 1868) ; « La Question des femmes en Angleterre » (21 décembre 1868) ; « La Ligue des femmes en France » (30 janvier 1869).

19 André Léo, La femme et les mœurs : monarchie ou liberté, édité par M. Biarnais, Éditions du Lérot, 1990.

20 « Livres d’éducation », L’Opinion nationale, 25 décembre 1868, p. 2 ; « Mes Droits par Paul Lacombe », 18 février 1869, p. 3 ; « Méthode curative du bégaiement par M. Chervin, instituteur », 20 mars 1869, p. 2-3.

21 Alain Dalotel, André Léo, op. cit., p. 62. Voir aussi désormais Alice Primi, « L’été où la révolution échoua. Le regard d’André Léo sur le début de la guerre de 1870 », dans Les Républicains et la guerre de 1870-1871, textes rassemblés par Gérard Gâcon et Claude Latta, Lyon, Amis de Benoît Malon/J. André Éditeur, 2014, p. 181-188.

22 Voir notamment sa lettre aux rédacteurs dans L’Égalité. Journal de l’Association internationale des travailleurs de la Suisse romande, 13 mars 1869, ainsi que l’annonce qu’elle ne collaborera pas au journal, le 10 avril suivant.

23 Alice Primi, Femmes de progrès, op. cit., p. 143 et suiv.

24 Voir par exemple « Pourquoi nous sommes collectivistes », dans Le Socialisme Progressif, n° 3, 1er février 1878, p. 43-51. Dans sa conclusion des Vies d’André Léo (op. cit., p. 295-300), Nathalie Brémand souligne l’attachement d’André Léo à « un changement social progressif et pacifique qui la rattache dans une certaine mesure aux premiers socialistes ». Ajoutons sa préférence pour le versant « libertaire » du socialisme et sa méfiance à l’égard du marxisme.

25 Sur ces derniers articles, voir la note d’Alice Primi, « André Léo à la fin de sa vie » (9 mars 2014), publiée sur le site de l’association André Léo : <http://andreleo.com/IMG/pdf/TestamentCreteil_Texte_et_introduction.pdf>.

26 Entre 1878 et 1892, André Léo réside le plus souvent dans le Latium : Jean-Pierre Bonnet, « L’Italie de la solitude et de l’exil, André Léo à Formia », dans Les vies d’André Léo, op. cit., p. 93-108.

27 Voir à ce sujet le manuscrit inédit intitulé « La Province », conservé dans le riche fonds Descaves de l’IIHS d’Amsterdam et récemment retranscrit par Jean-Pierre Bonnet.

28 Presque tous ces articles ont été publiés dans André Léo, Écrits politiques, Paris, Dittmar, 2005, avec quelques erreurs de transcription et des incertitudes sur l’attribution de deux ou trois textes publiés anonymement.

29 Selon la formule de Pierre Giffard (Le Sieur de Va-partout, Paris, 1880), citée par Marie-Eve Thérenty, La Littérature au quotidien, op. cit., p. 319.

30 Jeremy Popkin, La presse de la Révolution : journaux et journalistes, 1789-1799, Odile Jacob, 2011.

31 Pierre Guiral, « La presse de 1848 à 1871 », dans Claude Bellanger (dir.), Histoire générale de la presse française, t. II, PUF, 1969, p. 370 et suiv.

32 Jacques Rougerie, La Commune de 1871, 3e éd., PUF, « Que sais-je ? », 1997, p. 98. Quelque 90 journaux, la plupart éphémères, furent créés à Paris pendant la Commune.

33 Voir Maxime Jourdan, « Le Cri du peuple », 22 février-23 mai 1871, L’Harmattan, 2005, ainsi que Corinne Saminadayar-Perrin, Jules Vallès, Gallimard, 2013, p. 308-321. Soulignons la ligne relativement modérée et rigoureuse de ce journal : ainsi, dans « Est-ce vrai ? », son dernier article signé, Jules Vallès écrit le 19 avril 1871 : « Le Cri du peuple s’est imposé comme devoir de ne rien défendre qui ne lui parût juste, de ne rien affirmer qui ne lui parût exact et vrai : il sait que le sang-froid vaut autant que la passion, dans les moments d’angoisse suprême et de bataille décisive. Aussi sommes-nous à l’aise pour juger la situation, dans le brouhaha solennel des coups de fusil et des coups de canon ».

34 Voir Maxime Vuillaume, Mes Cahiers rouges. Souvenirs de la Commune, édition intégrale par Maxime Jourdan, La Découverte, 2011, p. 9 et p. 183.

35 Les titres des articles de Barrère – né en 1851 et élevé à Londres où son père s’était exilé après le coup d’État – sont bien caractéristiques : « L’avenir est à nous » (3 mai), « La colonne » (10 mai), « Versaillades » (11 mai) et « L’union fait la force » (13 mai). Barrère deviendra ambassadeur de France à Rome.

36 On y trouve aussi des textes anciens, signés de Proudhon, Lamennais, Hugo ou Pyat, et un roman-feuilleton, Les pauvres bougres, signé du pseudonyme « Jacques Cousin », du 30 avril au 17 mai.

37 Voir à cet égard son article « Les neutres », dans La Sociale du 30 avril.

38 Voir par exemple « Un soufflet prussien au grand orateur », dans La Sociale du 26 avril.

39 Voir son analyse des articles d’avril-mai 1871 dans Les vies d’André Léo, op. cit., p. 43-46.

40 Sur la vision de la Commune dans la presse poitevine : Charles-Alexandre Krauskopf, « La haine de la Commune : un exemple provincial », dans Frédéric Chauvaud et Ludovic Gaussot (dir.), La Haine : histoire et actualité, Rennes, PUR, 2008, p. 85-99.

41 La formule figure dans l’article « La France avec nous » (La Commune du 9 avril).

42 Sur les communardes, deux bilans récents : Jacques Rougerie, « 1871. La commune de Paris », dans Christine Fauré (dir.), Nouvelle encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, Belles Lettres, 2010, p. 502-532, ainsi que Quentin Deluermoz, « Des communardes sur les barricades », dans Coline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes, La Découverte, 2012, p. 106-119.

43 Ces deux textes sont plus concis mais dans le même esprit que l’anonyme « Appel aux citoyennes de Paris » publié dans le Journal officiel de la Commune du 11 avril, en prélude à la création de l’Union des femmes pour la défense de Paris.

44 Le témoignage d’André Léo nourrit donc le scepticisme de Robert Tombs sur la part des femmes dans l’insurrection de 1871 : voir Robert Tombs, Paris, bivouac des révolutions. La Commune de 1871, Paris, Libertalia, 2014, p. 270-295.

45 Louis Nathaniel Rossel, officier de métier rallié à la Commune, fait figure fin avril de sauveur potentiel aux yeux des proches d’André Léo, mais au prix d’une sorte de putsch contre l’assemblée communale, qui peine à assurer efficacement la défense de Paris. Le « complot du 9 mai » (dont André Léo journaliste ne dit rien) est finalement déjoué, dans des conditions confuses, par la « majorité » de la Commune, et Delescluze succède à Rossel. Sur cet épisode, et plus largement sur l’entourage d’André Léo, voir Claude Latta, « Benoît Malon pendant la Commune », dans La Commune de 1871. L’événement, les hommes, la mémoire, Publications de l’Université de Saint-étienne, 2004, p. 107-126.

46 La formule figure dans l’article « Appel aux consciences », dans La Commune du 22 avril et La Sociale du 23.

47 Voir sa réédition, présentée par Michelle Perrot, aux éditions Le Passager clandestin, en 2011.

48 Voir les perspectives très ouvertes sur la genèse du reportage journalistique que propose Denis Ruellan, « Gustave Courbet, reporter ? », dans Questions de communication, n° 17, 2010, p. 291-312.

49 Voir l’introduction de Marie-Ève Thérenty dans George Sand journaliste, op. cit.

50 Signalons à ce propos deux collectifs récents : Jean-Claude Caron (dir.), Paris : l’insurrection capitale, Paris, Champ Vallon, 2015 (en particulier la 2e partie : « Par le mot et par l’image ») ; Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer (dir.), L’insurrection entre histoire et littérature (1789-1914), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Cosset et Gilles Malandain, « André Léo journaliste. Engagement et témoignage (1866-1871) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 132 | 2016, 139-154.

Référence électronique

Charlotte Cosset et Gilles Malandain, « André Léo journaliste. Engagement et témoignage (1866-1871) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5402

Haut de page

Auteurs

Charlotte Cosset

Université de Poitiers (CRIHAM)

Gilles Malandain

Université de Poitiers (CRIHAM)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page