Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les enjeux d’une meilleure articulation entre immigration, travail, histoire et mémoire

Interview de Mohammed Ouaddane, délégué général du Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France, réalisée par David Hamelin
Mohammed Ouaddane et David Hamelin
p. 123-136

Résumé

Depuis une trentaine d’années, une foule d’initiatives et de mobilisations participent à l’émergence d’une mémoire de l’immigration. La question du travail, essentielle pour comprendre les phénomènes migratoires, autrefois oubliée, est progressivement saisie par un nombre toujours plus grand d’acteurs du monde associatif, militant et universitaire. Mohammed Ouaddane, délégué général du Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France, a contribué à la visibilité des questions de mémoire de l’immigration depuis le début des années 1990. Il revient pour nous sur les conditions favorisant l’appropriation par les immigrés ou descendants d’immigrés de leur propre histoire, ainsi que sur les enjeux actuels pour ces acteurs. Mohammed Ouaddane nous éclaire également sur certains conflits et impasses actuels, avec les institutions notamment, qui sont autant de révélateurs de représentations différentes de la place de l’immigration dans la société, et plus globalement de la place des acteurs dans l’élaboration de l’histoire et dans les réflexions sur la mémoire.

Haut de page

Texte intégral

1Mohammed, peux-tu nous expliquer comment le réseau que tu animes a pu émerger en Île-de-France ?

2Il existe une histoire avant l’histoire de ce réseau, bien sûr. Plusieurs acteurs associatifs et culturels travaillaient déjà sur les questions de mémoire et d’histoire dès les années 1990. Certaines associations avaient une vocation nationale et d’autres une vocation plus locale.

  • 1 Site Internet de l’association : <www.generiques.org>.
  • 2 Cette exposition retrace plus de 150 ans d’histoire de présence étrangère en France au travers de p (...)

3L’une de ces associations, identifiée sur la place publique, est Génériques1, créée en 1987, notamment par Saïd Bouziri et Driss El Yazami. Cette association s’est préoccupée de travailler sur des questions d’histoire et de mémoire de l’immigration, tout en ayant une attention particulière à l’égard des sources de l’histoire, des sources à collecter, à sauvegarder, à protéger et à valoriser comme archives. Très rapidement, après avoir réalisé une première exposition intitulée France des étrangers, France des libertés2, Génériques a ouvert ses activités sur la sauvegarde des archives, en se lançant dans une campagne qui a donné lieu à une convention entre l’association et les Archives de France en 1992 pour recenser les sources publiques et privées sous forme d’inventaire.

4J’ai participé au démarrage de cette association en tant que chargé de mission, au tout début des années 1990. Il s’agissait d’une mission plutôt à vocation culturelle. Très vite, l’association s’est spécialisée sur les questions de sources, en mettant en place une opération d’inventaire qui a duré plusieurs années et qui a vu la publication d’inventaires régionaux. Les premiers concernaient la Bourgogne, la Lorraine… Cette association est ainsi devenue identifiable sur la place publique via ce type de démarches orientées sur la collecte, la sauvegarde et la protection des archives liées à la présence étrangère en France. Cela se traduisit par des expositions et la création en 1993 d’une revue intitulée Migrance.

  • 3 Site Internet de l’association : <www.aidda.com/index.html>.

5D’autres structures travaillent évidement sur ces questions, mais d’un point de vue différent. Par exemple, l’AIDDA3 est une agence photographique mise en place il y a plus de vingt ans, qui regroupe des photographes soucieux de mieux faire connaître la réalité des populations immigrées, dont Brahim Chenchabi, malheureusement disparu ce début de 2016.

6D’autres associations, nombreuses, plus généralistes, existent aussi telles que la Fédération des associations espagnoles (FACEEF), ou des associations italiennes comme Italia in rete, marocaines comme l’AMF (Association des Marocains de France), tunisiennes comme la FTCR (Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives) et bien d’autres. Elles abordent les questions de l’accès aux droits, de l’intégration ou des discriminations, tout en développant des actions sur les questions mémorielles. Ces associations diverses et variées ouvrent leurs regards sur différentes populations immigrées, en se centrant sur l’aspect migratoire, sans les inscrire forcément dans une analyse plus globale du rapport social.

  • 4 Site Internet de l’association : <www.trajectoires-memoires.com>.

7Avec l’historien Pierre-Jacques Derainne, que j’ai croisé à Génériques, et la politologue Marie Poinsot, qui est devenue rédactrice en chef de la revue Hommes et Migrations, nous avons décidé à la fin des années 1990 de créer une association que nous avons baptisée Trajectoires. Mémoires et cultures, qui n’avait pas simplement pour objet l’histoire et la mémoire des migrations, mais dont l’ambition était d’inclure les questions urbaines et le monde du travail dans une démarche à la fois de médiation sociale et culturelle, mais aussi une démarche de recherche4. Ce profil disciplinaire varié constitue le ciment de l’association : outre des chercheurs aux profils différents (historiens, sociologues, géographes…), des photographes, des réalisateurs, des formateurs ou animateurs sociaux, se sont agrégés à l’équipe fondatrice. Cette nouvelle structure devait nous permettre de croiser de manière transversale ces thématiques.

8Pourquoi créer une nouvelle association comme Trajectoires, alors que d’autres associations étaient déjà impliquées sur le champ de la mémoire ?

9Ces structures étaient identifiées dans le paysage. Elles avaient leur orientation et nous ne pouvions pas venir leur demander de changer d’orientation en travaillant de façon plus transversale. J’ai eu l’occasion de travailler à l’institut de recherche de la CGT, à l’ISERES, l’Institut syndical d’études et de recherches économiques et sociales, par exemple, sur les questions de la discrimination liée à l’origine, au genre… À cette occasion, j’ai croisé le collectif Immigration qui travaillait sur la mémoire ouvrière et j’ai débattu avec les syndicalistes qui l’animaient. En échangeant avec ces syndicalistes, qui sont à la fois des travailleurs et des salariés migrants s’intéressant à la mémoire ouvrière, je saisissais bien qu’il y avait quelque chose à articuler. Les autres structures étaient plutôt « migrationnistes » : les questions du travail n’étaient certes pas abandonnées mais elles nétaient pas considérées comme une problématique à articuler prioritairement.

  • 5 Voir le rapport non publié de Narguesse Keyhani, « Une initiative mémorielle à Boulogne-Billancourt (...)

10Nous avons décidé de créer Trajectoires. Mémoires et cultures suite à une demande de l’Association des travailleurs de l’île Séguin (ATRIS). Ces derniers nous avaient sollicités par le biais du collectif Immigration qui était en lien avec la CGT, afin de les aider à réaliser un travail sur leur action mémorielle, sur la mémoire ouvrière et, singulièrement, la mémoire des métallos5.

11En lançant cette association, nous souhaitions accompagner ces acteurs et leurs projets en les outillant, mais aussi en mettant en place des ateliers, des séminaires, en favorisant la mobilisation d’acteurs et, parallèlement, nous voulions répondre à des appels d’offres en matière de recherche et d’études. Il s’agissait d’ouvrir sur une dimension à la fois transversale et interdisciplinaire (histoire, anthropologie, sciences politiques, sociologie, mais aussi apport de la photographie, du film documentaire).

12Des rencontres et des projets ont pu être développés dès le début des années 2000. Avec l’aide de photographes, de réalisateurs, nous avons monté des expositions, réalisé des films et des actions de médiation culturelle sur différents territoires. En 2007, Trajectoires. Mémoires et cultures a lancé Les Escales de la mémoire. C’est en fait la préfiguration d’une possible fédération d’acteurs, via des forums associatifs, au niveau de la région Île-de-France. Nous avons décliné notre programme sur trois week-ends avec des expositions, des projections de films, des rencontres thématiques. Nous en avons profité pour faire intervenir nombre d’acteurs qui participeront à la création du futur Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France.

13C’est la Région Île-de-France qui a rendu possible ces initiatives en nous finançant. Il faut noter le rôle et le volontarisme de Claire Villiers, qui était vice-présidente de la Région et qui contribua à créer la direction « démocratie et citoyenneté » au sein de cette collectivité locale. Elle favorisa la réunion de plusieurs dizaines d’acteurs qui travaillaient sur les questions mémorielles. J’ai participé à toutes les réunions et réalisé les comptes rendus de celles-ci. Cela s’est traduit par l’organisation d’une rencontre nationale en avril 2009, sous forme de forums et d’ateliers thématiques reprenant les thèmes d’histoire et de mémoire des migrations, les questions urbaines et les questions du travail, avec des structures qui étaient spécialisées sur ces questions. Cette rencontre a vu la participation de plus de 200 acteurs associatifs et culturels et a constitué la préfiguration de la création du Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France. Quelques mois après, à quelques-uns, nous avons rédigé une charte synthétisant les motivations de la multiplication des actions mémorielles sur les questions des migrations, sur les questions du travail… en rappelant la nécessité d’investir ces questions en raison des enjeux éducatifs, culturels et aussi politiques. Claire Villiers, qui a donné l’impulsion décisive et fortement appuyé le lancement de cette initiative, en avait une lecture politique que nous partagions, ce qui a rendu possible, quelques mois après cette rencontre, la création du Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France, en mars 2010. Cette création est en définitive la suite logique du travail et de l’engagement de nombre d’acteurs associatifs et culturels qui étaient mobilisés, depuis plus d’une trentaine d’années pour certains, sur ces questions.

14Comment expliques-tu que, depuis une trentaine d’années, il ait été possible d’assister à l’éclosion d’un aussi grand nombre de structures associatives sur ces sujets, puis de réaliser un rassemblement de celles-ci au sein d’un réseau comme le Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France ?

  • 6 Gérard Noiriel, Le creuset français : histoire de l’immigration (xixe-xxe siècles), Paris, Le Seuil (...)

15Plusieurs facteurs permettent d’expliquer cela. Le premier selon moi est lié à des trajectoires individuelles préoccupées par ces questions, par la reconnaissance des relations et des identités culturelles. Ce sont des acteurs associatifs militants qui, pour certains, sont aussi des acteurs culturels militants. Il ne faut pas oublier le monde de la recherche. En effet, plusieurs historiens ont commencé à défricher les questions d’histoire et de mémoire. Aujourd’hui, ils sont relativement nombreux mais ils étaient très peu à la fin des années 1970. Le plus identifié dans l’espace public est évidemment Gérard Noiriel, avec Le Creuset français6. Il était très engagé en tant qu’historien dans la lutte pour que puisse voir le jour en France un lieu dédié à l’histoire et à la mémoire des migrations. Il fait partie du groupe d’historiens et de chercheurs qui étaient pionniers à l’époque. Il faut ensuite rappeler le rôle important de l’équipe qui s’est créée autour de l’historien Claude Liauzu. Celui-ci a, parmi bien d’autres initiatives, lancé au début des années 1990 le DESS Migrations et relations interethniques à l’université Paris 7.

16Enfin, plusieurs historiens ou sociologues se sont progressivement intéressés à ces questions. À mon sens, c’est la convergence, il y a une trentaine d’années, entre le monde associatif et culturel et le monde scientifique qui a rendu possible l’expression de cette problématique : citons, pour exemple, sur le volet migrations, des institutions comme le CEDEI (Centre d’études et de documentation de lémigration italienne dans le cadre de l’Institut culturel italien), le CIEMI (Centre d’information et d’études sur les migrations internationales), créé entre 1971 et 1973 et support de la revue Migrations Société, créée en 1989, lADRI (Association pour le développement des relations interculturelles), Génériques… D’ailleurs, à chaque fois que Gérard Noiriel est interrogé sur ces questions, il rappelle que sans le monde associatif, il ne se serait pas spécialement centré sur ces sujets. En fait, le monde associatif a été à la fois défricheur, initiateur et condensateur. Derrière les personnalités se cachaient des militants qui mesuraient l’enjeu politique que constituaient ces questions. Les associations ont investi ces thématiques aussi de manière politique et pas simplement pour « amuser la galerie ».

17Tu insistes sur l’apport décisif de certains acteurs politiques pour faire émerger ces thématiques. Comment expliques-tu cette reconnaissance des associations pour leur travail sur l’articulation mémoire, histoire et migration ?

  • 7 Le Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations (FASILD), (...)
  • 8 Voir Histoire(s), mémoires et transmission en Île-de-France, ACSÉ et Région Île-de-France, 2009.

18Sans la reconnaissance et l’accompagnement politique, je pense que le réseau francilien n’aurait pas vu le jour. Pour moi, il est clair que la touche décisive a été apportée par Claire Villiers qui, par l’intermédiaire de ses services, a accompagné la tenue de ces réunions qui ont rassemblé régulièrement 80 structures pour discuter et pour aboutir à une rencontre nationale. Elle a ensuite fait en sorte que ce réseau voie le jour avec un soutien financier et que les associations qui composaient ce réseau soient aussi soutenues par le biais des différents appels à projets. De ce fait, la question des mémoires ouvrières, des mémoires des migrations, apparaissait comme une question fondamentale et identifiée au sein des appels à projets. Sans ce soutien et sans l’intelligence de certaines institutions ou de personnes qui travaillent en leur sein, à l’image du FASILD7, cela aurait été beaucoup plus difficile. Le FASILD a en effet lancé des études régionales au début des années 2000 sur les questions de l’histoire et de l’immigration. Ces acteurs étaient en attente d’un relais politique : la congruence et la connexion se sont faites et cela transparaît très clairement dans les contributions et les communications de la journée de 20098.

19Quels sont les principaux axes de travail et les principales actions développées par le réseau ?

20Dès le départ, nous avons souhaité orienter les thématiques de manière transversale, en articulant les questions des migrations, les questions du travail ou les questions urbaines avec cette pluridisciplinarité. Les premiers ateliers thématiques que nous avons mis en place dès 2010 portaient sur les questions d’éducation et de transmission. Il nous apparaissait fondamental de savoir comment l’histoire était transmise, et quels en étaient les enjeux. C’est une problématique récurrente. Les premières rencontres thématiques que nous avons organisées avec les Cahiers d’histoire portaient sur les enjeux de l’éducation et de la transmission. Très rapidement, une autre question s’est imposée : comment valoriser les actions de toutes ces associations ? L’idée de mettre en place une biennale qui permette de présenter à un public large les actions portées par les acteurs sur le territoire francilien et de permettre à ces acteurs de se rencontrer s’est alors imposée. La première biennale, Le Printemps de la mémoire, a été lancée en 2011 (du 15 mars au 31 mai). Cela permettait de rendre compte de tout ce qui se produisait sur le territoire francilien en matière d’action mémorielle. Nous ne voulions pas d’une construction particulière, avec des thématiques limitatives. La deuxième édition du Printemps de la mémoire (13 mai-13 juin 2013) a articulé les questions thématiques avec un ancrage territorial sur quatre départements franciliens (Val-de-Marne, Val-d’Oise, Seine-Saint-Denis et Paris), en lien avec les institutions et acteurs locaux. La biennale 2016, quant à elle, a développé quatre axes thématiques : la mémoire du travail, la question du Grand Paris, les lieux de mémoire, la question des frontières.

  • 9 Site du réseau qui organise la Semaine anticoloniale : <www.anticolonial.net>. Voir le programme de cette journée coordon</www> (...)

21Il est important de souligner que ces moments de valorisation sont aussi des moments de confrontation, de rencontres et de mises en évidence de pratiques singulières, collectives, émanant aussi bien des acteurs culturels que du monde de la recherche. Nous souhaitons continuer à croiser les regards et les approches, à l’image de la journée inaugurale du Printemps de la mémoire 2016, le 12 mars dernier, co-organisée avec les Cahiers d’histoire et le réseau Sortir du colonialisme sur les questions des « trous de mémoire » et des politiques de la mémoire9.

22Il y a une pertinence effective à croiser ces regards en raison du cloisonnement réel des savoirs et des expériences, qui est un obstacle à l’intervention sociale, culturelle, politique sur ces questions. Ce sont en effet des questions à enjeux politiques, et nous évitons de faire appel à des historiens qui tendent à minimiser les dimensions conflictuelles des rapports sociaux. Nous avons plutôt envie de faire appel à des historiens qui ont un point de vue critique, qui mènent un travail de longue haleine sur ces questions, et qui ne dépolitisent pas l’objet. Si nous parvenons à faire passer le message auprès du monde associatif et culturel qui embrasse ces thématiques, nous serons gagnants dans la structuration et la constitution d’une intelligence collective qui peut infléchir les rapports de force en faveur des acteurs sociaux. Il est pour nous fondamental que les mondes associatif et scientifique se croisent pour avoir plus de pertinence dans l’intervention. Les retours dont nous disposons à l’issue des différentes rencontres que nous avons organisées nous laissent penser que ces interactions portent leurs fruits.

23Cette articulation entre mémoire et histoire, ce dialogue particulier prend-il quelquefois la forme d’impasses ou paraît-il toujours fécond ?

24Il n’y a impasse qu’à partir du moment où nous ne savons pas d’où nous parlons. Par exemple, l’acteur associatif qui a des prétentions scientifiques doit pouvoir se mettre à l’épreuve de la rigueur scientifique pour pouvoir comprendre qu’il a parfois des connaissances incomplètes ou qu’il fait un usage approximatif des notions. A contrario, un scientifique qui affiche une posture de mépris à l’égard de l’acteur associatif doit comprendre que l’acteur associatif a lui aussi un savoir et que l’acquis de ses expériences fournit des outils de compréhension sérieux. C’est prosaïque et, en même temps, en recadrant les choses, nous avons eu la préoccupation de comprendre et maîtriser les notions en usage, les catégories utilisées, en particulier du moment où on parle de mémoire, d’histoire, de travail de mémoire. Ces questions de définition sont au cœur même des rencontres que nous organisons.

  • 10 Surnom donné à un artiste sans nom, esclave d’origine cubaine, arrivé à Paris en 1886, qui a révolu (...)

25Chacun sait d’où il parle, de la place sociale où il parle, et essaie de voir la complémentarité dans laquelle il peut se situer vis-à-vis d’autres approches. Ainsi, l’articulation de l’approche mémorielle et de l’approche scientifique est à construire et à structurer. Le cloisonnement entre ces mondes ne permet pas d’avancer. Nous travaillons au contraire à les rapprocher, pour qu’une appropriation par les acteurs associatifs et culturels des notions, des concepts utilisés par les chercheurs se fasse et qu’ils soient mieux outillés pour intervenir dans la réalité sociale présente. De plus en plus d’associations ou d’acteurs culturels font appel à des historiens. Cela traduit une démarche rigoureuse dans l’approche de leurs projets, qui va dans le sens de notre travail. Gérard Noiriel, par exemple, travaille depuis quatre ou cinq ans avec un collectif de metteurs en scène et comédiens, le collectif Daja. Au départ, sa démarche pouvait apparaître un peu maladroite. Sur certains thèmes comme le clown Chocolat, il réalisait des conférences assez académiques10. Aujourd’hui, il est plus en retrait par rapport à la scène. Il réécrit et nourrit autrement ces sujets pour pouvoir faire passer des messages, avec une rigueur scientifique : en 2012, il a publié Chocolat clown nègre. L’histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française, puis cette année, Chocolat, la véritable histoire d’un homme sans nom. Cela montre que la collaboration entre le monde scientifique et celui des acteurs associatifs et culturels peut passer par le théâtre, le film, la photographie, le récit, et qu’elle est possible. Il faut seulement la structurer pour que la mutualisation et la confrontation des pratiques soient possibles.

26Le travail que vous avez mené en Île-de-France semble se déployer avec des associations non franciliennes. Assiste-t-on à l’émergence d’un réseau disposant d’une dimension nationale ?

27La dimension nationale s’est imposée de fait. Les associations qui ont participé à la création du réseau, que ce soit Génériques ou l’AIDDA, appartenaient au réseau de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration créé en 2007. Ainsi, une place devait être accordée aux associations pour qu’elles puissent rendre compte de leurs démarches, de leurs actions et de leur travail. Il se trouve que les acteurs institutionnels ont un peu cloisonné cette capacité de médiation et que les associations se sont retrouvées comme les parents pauvres de cette dynamique, confrontées à des institutions qui affichaient progressivement une façon de voir verticale. Le plus souvent, les militants associatifs qui ont décidé de créer le réseau francilien font partie du réseau de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, devenu depuis 2012 Musée de l’histoire de l’immigration, mais ne trouvant pas leur compte au sein de la dynamique du réseau institutionnel, deux attitudes sont apparues : certains continuent à évoluer au sein des deux réseaux, alors que d’autres se sont démarqués de l’institution. C’est vrai sur le territoire francilien, mais c’est aussi le cas des associations qui se sont constituées en réseau dans d’autres régions de France (PACA, Aquitaine, Alsace, Rhône-Alpes).

28En 2013, le Musée de l’histoire de l’immigration a initié une enquête, afin de disposer d’une photographie des dynamiques mémorielles dans les différents territoires régionaux. Les responsables ont diligenté comme pilotes les réseaux régionaux ou des acteurs associatifs identifiés dans différentes régions, qui pouvaient être des chercheurs ou des historiens. Plus de 16 000 questionnaires assez directifs ont été envoyés, avec un nombre total de retours de 350 questionnaires sur l’ensemble. Ce qui laisse très dubitatif sur le suivi méthodologique et scientifique de cette enquête ! Ces retours d’enquête devaient donner lieu à une rencontre nationale sous forme d’assises sur les dynamiques mémorielles au niveau des différents territoires et aider à formuler des préconisations.

29Le réseau francilien a été le seul à avoir refusé la démarche du questionnaire, car nous proposions d’organiser des ateliers en faisant venir des associations, en menant des échanges et en privilégiant l’interactivité, en vue d’atteindre un rendu plus qualitatif. Nous avons rendu un rapport en ce sens, mais il n’a pas été pris en compte car il ne correspondait pas à la norme. Or, cette norme n’était fondée sur rien. Les résultats étaient affligeants en termes de retour de questionnaires et ces assises, au lieu d’être construites avec les réseaux régionaux, le furent sans eux, avec à la clé des préconisations qui étaient celles de l’institution plutôt que celles émanant d’une construction collective.

  • 11 Lors de l’assemblée constitutive du 17 octobre 2015, il y avait six réseaux régionaux : le RAHMI po (...)

30Les critiques à l’égard de cette enquête de la part des réseaux régionaux furent très vives. Au préalable, nous nous sommes contactés entre membres actifs des réseaux pour exprimer notre désaccord et imaginer une alternative. Et c’est à partir de ces échanges qu’est née la première réunion nationale, puis les suivantes. J’ai rédigé à cette occasion une synthèse des chartes respectives, donnant lieu à une nouvelle charte, des différents réseaux régionaux formalisés, qui participaient au réseau du Musée de l’histoire de l’immigration. Cela a débouché sur la création d’un réseau alternatif qui s’appelle l’Inter-réseaux Mémoires-Histoires. C’est un réseau à vocation nationale. Aujourd’hui, il compte sept réseaux régionaux11 et de nouveaux réseaux régionaux en constitution s’apprêtent à rejoindre cette dynamique. L’Inter-réseaux a été créé de manière emblématique le 17 octobre 2015, date anniversaire de la terrible répression meurtrière en 1961 de la manifestation des Algériens par la police française. Il s’agissait d’inscrire notre nouvelle structure dans l’histoire. L’articulation migrations, travail et questions urbaines, évoquée à propos de notre réseau Île-de-France, est également au centre de ce réseau.

31Aujourd’hui de quelles façons les associations travaillent-elles les questions liées au monde du travail, au monde syndical ou ouvrier ? Existe-t-il également des écueils en la matière ?

32Les collaborations restent en grande partie à construire. Certaines associations qui font partie du Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France font leur l’histoire et la mémoire ouvrière, à l’image de Périphérie, qui organise depuis plus de quinze ans des rencontres sur ces questions.

33Par ailleurs, dans le cadre du Printemps de la mémoire de 2016, nous avons organisé une action intitulée Les mémoires en mouvement, la marche des sidérurgistes du 23 mars 1979, à laquelle furent notamment associés Gérard Noiriel et le cinéaste Marcel Trillat. Ils sont revenus sur la marche du 23 mars 1979, qui a vu la mobilisation des sidérurgistes lorrains et leur venue sur Paris. Ils ont permis d’évoquer à nouveau cette période avec les mots d’ordre, les slogans utilisés lors de cette mobilisation. La question de l’unité de la classe ouvrière, si importante alors, peut paraître pittoresque, voire exotique aujourd’hui, à des militants qui occultent dans leurs démarches cette dimension de la mémoire et de l’histoire des travailleurs dans leur ensemble, qu’ils soient migrants ou non. Pourtant, cela devrait faire sens pour des militants associatifs qui disent se préoccuper d’histoire, de mémoire et de migrations qui sont principalement des migrations ouvrières. L’idée est de favoriser la rencontre entre ces différentes histoires, pour montrer qu’il existe des convergences à prendre en compte pour mieux analyser les rapports sociaux tels qu’ils se sont construits.

34Dans le Sud-Ouest, un réseau se formalise actuellement, le Réseau des acteurs de la mémoire Midi-Pyrénées. Il est notamment porté par l’association Tactikollectif basée à Toulouse. Il a mis en place un collectif culturel qui essaie de fédérer un réseau d’acteurs culturels et associatifs mobilisés sur ces questions. Ces acteurs sociaux ont organisé à Toulouse, le 9 avril 2016, un forum sur la mémoire où j’ai été invité. Ils ont thématisé de la façon suivante : mémoire et histoire urbaine, mémoire et histoire ouvrière, mémoire et lieux de mémoire. Les ouvriers de l’usine Job participaient à ce forum pour raconter la période de restructuration de l’usine et du formidable mouvement de mobilisation qui a tenté d’empêcher la liquidation de l’usine en 2001. Mais ils évoquaient aussi le combat qu’ils ont mené depuis pour faire en sorte que ce lieu de mémoire du travail soit réaffecté à une dynamique associative, culturelle, portant cette mémoire, et ce, tout en racontant leur propre récit, leur propre témoignage.

35Ces rencontres ont favorisé des échanges entre membres de l’Institut d’histoire sociale de la CGT et des militants qui s’occupent plutôt des quartiers populaires. Pour pouvoir articuler ces sujets et ces acteurs, il faut favoriser encore davantage de rencontres et outiller les associations et les acteurs en notions et en concepts. Le fait d’associer des historiens spécialistes doit permettre de sortir du ronronnement institutionnel qui est mortifère pour la dynamique associative.

36Tu soulignes à plusieurs reprises que les institutions ont tendance à priver les structures de leur libre arbitre. Peux-tu nous en dire plus sur ce phénomène ?

37Je pense que l’institution, sans le dire, dépolitise en fait l’objet, dépolitise les luttes sociales. Certains acteurs associatifs et responsables de réseaux pensaient que la nomination de Benjamin Stora à la présidence du conseil d’orientation de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration en août 2014 permettrait un nouveau souffle d’indépendance critique, mais hélas rien ne s’est produit.

38J’ai envie qu’une institution soit intelligente, qu’elle ne neutralise pas les initiatives, qu’elle ne cadenasse pas l’objet et qu’elle ne le dépolitise surtout pas. Or, le rapport de force est tel aujourd’hui que les soutiens apportés par les pouvoirs publics se font de façon discrétionnaire. Effectivement, si des acteurs sont mal vus, s’ils ne rentrent pas dans la ligne, ils peuvent être menacés de suspension de soutien financier et leur existence est mise en péril. La précarisation n’est pas simplement liée à la baisse globale des budgets publics, elle est volontaire et vise à neutraliser toute structure associative dynamique qui se positionne un peu de manière critique. Il est certain qu’une institution comme le Musée de l’histoire de l’immigration voit d’un très mauvais œil la constitution parallèle d’un réseau national alternatif composé d’acteurs associatifs et culturels.

39La question des moyens techniques et financiers est sous-jacente dans ton approche. Les changements de politiques publiques à l’œuvre ne risquent-ils pas de priver de précieux subsides les associations qui contribuent à faire vivre les réseaux que tu évoques ?

40Il est certain que nous assistons à une baisse terrible de moyens depuis les dix dernières années. Une forme de confusion de genre s’est installée. Les pouvoirs publics préfèrent disposer d’un opérateur national, réalisant de l’expertise à tout va et qui peut produire très rapidement des résultats d’expertise « bidon », proposant de « mettre du sparadrap » et de faire du spectaculaire, au lieu de favoriser une dynamique portée par des acteurs de terrain sur la durée. Nous assistons donc à une précarisation et à une fragilisation évidente. C’est d’ailleurs la situation que connaît le monde associatif aujourd’hui en général. Sur la question de la mémoire et de l’histoire, il se trouve que s’il n’y avait pas eu le volontarisme politique de certains élus, l’intelligence de plusieurs chargés de mission et des responsables de service de certaines collectivités territoriales, nous n’aurions pas pu tenir. La direction politique a changé en Île-de-France lors des dernières élections régionales et nous n’avons aucune vue sur ce qui pourrait venir. Nous avons juste pu concrétiser l’édition 2016 du Printemps de la mémoire.

41Aussi, nous réorientons ailleurs les stratégies de demande de soutien et, en cas de difficultés extrêmes à nous maintenir, nous essayons de mutualiser avec une structure au sein de laquelle les acteurs acceptent le jeu de la mutualisation au regard de l’enjeu politique que cela constitue. Toutes les associations ne l’acceptent pas. Certaines associations à vocation nationale sont assez prédatrices et se transforment en opérateurs nationaux incontournables et surmédiatisés. Si, de notre côté, nous parvenons à structurer cette dynamique collective, c’est la meilleure manière de continuer à nous maintenir en créant du contre-pouvoir. De cette façon, 300 associations fédérées en un réseau national, cela pèse. Ce n’est pas un opérateur, ce n’est pas une institution.

42La précarisation apparaît inévitable. On assiste à un jeu de dupes sur les appels à projets ou les appels d’offres. Nous sommes complètement piégés par cette logique de financiarisation de l’intervention sociale. Nous souhaitons être reconnus d’utilité publique, mais nous n’avons rien obtenu à ce jour. On ne peut dénoncer efficacement ces évolutions lourdes en tant qu’associations isolées ou en petits collectifs. Nous ne pouvons le faire efficacement qu’à une dimension plus large.

43Cette problématique est profondément politique : des lois, à l’instar de l’alinéa 9 de l’article 1er sur les questions d’histoire et de mémoire dans les quartiers populaires dans le cadre de la nouvelle politique de la ville, ont suscité notre opposition. En effet, on ne peut pas inscrire selon nous ces questions de manière « saucissonnée », sans considérer leur dimension globale. Des enveloppes existent et sont ventilées entre différentes administrations. Cette situation renvoie aussi à la mise aux oubliettes des rapports récents sur la proposition d’une nouvelle politique d’intégration et, plus globalement, des différents dispositifs d’intervention interministériels sur ces questions. On assiste donc à une forme de dispersion orientée de l’intervention publique, qui est d’un grand danger pour les structures associatives et démocratiques de l’intervention sociale, aussi bien dans le champ des histoires des migrations que dans celui des histoires du travail, champs, répétons-le, qui ne peuvent être disjoints.

Haut de page

Notes

1 Site Internet de l’association : <www.generiques.org>.

2 Cette exposition retrace plus de 150 ans d’histoire de présence étrangère en France au travers de productions écrites, notamment de la presse produite par les différentes populations qui ont migré en France entre 1830 et 1962. Elle fut présentée au Musée d’histoire de Marseille en 1989, puis à l’Arche de la Défense.

3 Site Internet de l’association : <www.aidda.com/index.html>.

4 Site Internet de l’association : <www.trajectoires-memoires.com>.

5 Voir le rapport non publié de Narguesse Keyhani, « Une initiative mémorielle à Boulogne-Billancourt : l’association des anciens travailleurs Renault de l’île Seguin (l’ATRIS) » dans le cadre de l’étude sur les patrimoines de l’immigration commanditée par le ministère de la Culture à Trajectoires, 2007-2008.

6 Gérard Noiriel, Le creuset français : histoire de l’immigration (xixe-xxe siècles), Paris, Le Seuil, 1988.

7 Le Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations (FASILD), créé en 2001, est un établissement public issu du Fonds d’action sociale pour les travailleurs musulmans d’Algérie en métropole et pour leur famille (FAS), fondé en 1958. Le FASILD est devenu l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSÉ) en 2006, agence qui ne reprend pas en totalité les attributions du FASILD.

8 Voir Histoire(s), mémoires et transmission en Île-de-France, ACSÉ et Région Île-de-France, 2009.

9 Site du réseau qui organise la Semaine anticoloniale : <www.anticolonial.net>. Voir le programme de cette journée coordonnée pour les Cahiers d’histoire par Anne Jollet, directrice de la revue, et Didier Monciaud, spécialiste de l’histoire du monde arabe.

10 Surnom donné à un artiste sans nom, esclave d’origine cubaine, arrivé à Paris en 1886, qui a révolutionné la comédie clownesque. Après avoir connu une très grande notoriété, il est mort dans l’oubli en 1917 à Bordeaux. Depuis plusieurs années, Gérard Noiriel a engagé un travail sur cet artiste, visant notamment à sa réhabilitation, et qui a donné lieu à des créations théâtrales – dont celle de « Chocolat Blues » –, une exposition et des publications de livres, dont le dernier en 2016.

11 Lors de l’assemblée constitutive du 17 octobre 2015, il y avait six réseaux régionaux : le RAHMI pour Nouvelle Aquitaine, le Réseau Traces pour l’Auvergne/Rhône-Alpes, le RHMIT pour la région PACA, le Réseau Mémoires plurielles pour la région Centre/Val de Loire, le Réseau Strasbourg Méditerranée/Grand Est, le Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France. Un autre réseau, le Réseau des acteurs de la mémoire Midi-Pyrénées, s’y est joint le 24 juin 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohammed Ouaddane et David Hamelin, « Les enjeux d’une meilleure articulation entre immigration, travail, histoire et mémoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 132 | 2016, 123-136.

Référence électronique

Mohammed Ouaddane et David Hamelin, « Les enjeux d’une meilleure articulation entre immigration, travail, histoire et mémoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5397

Haut de page

Auteurs

Mohammed Ouaddane

délégué général du Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France

David Hamelin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page