Navigation – Plan du site
DOSSIER

Aux sources de la segmentation du marché du travail

Le rôle des réseaux dans l’intégration des migrants de Tunisie sur le marché du travail parisien dans la seconde moitié du xxe siècle
Anne-Sophie Bruno

Résumé

Cet article analyse les trajectoires socioprofessionnelles de migrants français, italiens ou tunisiens, qui quittent la Tunisie postcoloniale pour s’installer en région parisienne dans la seconde moitié du xxe siècle. Il montre qu’une approche théorique décloisonnée, qui puise aux théories de la segmentation du marché du travail et à l’analyse des réseaux, permet de rendre compte de la complexité du phénomène migratoire et de mieux saisir les formes et les temporalités de l’insertion socio-économique de ces migrants. Cette approche théorique décloisonnée nécessite de recourir à des méthodes d’analyse elles aussi combinées, qui croisent les démarches qualitative et quantitative. Elle montre comment le jeu des réseaux interpersonnels donne de la force aux décisions institutionnelles de l’État et des employeurs, qui président à l’enclenchement et à la régulation des flux migratoires, contribuant ainsi à la constitution d’un marché du travail segmenté et à son maintien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une revue de littérature des théories de l’immigration, voir « Immigration, emploi et chômage. (...)

1Les mouvements migratoires ont suscité une abondante littérature scientifique, qui a vu émerger un ensemble de propositions cherchant à établir une théorie des migrations1. Formalisée dans les années 1960, la théorie du push and pull, ou modèle d’attraction-répulsion, a constitué l’une des premières tentatives d’explication des migrations de populations. Cette approche théorique – fréquemment mobilisée dans le débat public – repose sur un modèle d’analyse simple qui s’inscrit dans le cadre du modèle économique standard : les migrations relèveraient de décisions prises par des individus à la recherche d’une maximisation de leur revenu, qui les inciterait à migrer vers les régions présentant un niveau de vie plus élevé que le leur. Longtemps prédominante, cette approche simplifiée a suscité d’importantes critiques, qui mettent en cause les postulats du modèle standard. L’analyse en termes de push and pull ne permet en effet pas d’expliquer les voies spécifiques qu’empruntent les flux, ni leur temporalité, c’est-à-dire, dans le cadre de cette étude, pourquoi les migrations de la Tunisie vers la France interviennent après l’accession de la Tunisie à l’indépendance. Elle ne permet pas davantage de comprendre pourquoi tel individu migre plutôt que tel autre.

  • 2 Oded Stark et David E. Bloom, « The New Economics of Labor Migration », American Economic Review, 1 (...)
  • 3 Peter Doeringer & Michael Piore, Internal Labour Market and Manpower Analysis, Lexington, D. C. Hea (...)
  • 4 Douglas S. Massey et al., « Theories of international migrations… », art. cit.

2Ces critiques ont donné naissance à une « nouvelle économie des migrations2 », qui introduit la possibilité de stratégies collectives et la notion d’incertitude, dans le cadre du modèle standard aménagé. D’autres approches ont également été développées, notamment la théorie de la segmentation du marché du travail, qui met davantage l’accent sur le facteur d’attraction et les politiques de recrutement mises en œuvre par les employeurs des pays d’immigration3 : les migrations internationales seraient ainsi essentiellement motivées par les besoins structurels de l’économie des pays développés. Un autre courant inscrit les migrations internationales dans le fonctionnement général de l’économie monde, insistant sur le rôle des liens historiques tissés entre les États, en particulier à la période coloniale. Parmi les approches sociologiques, c’est sans conteste la théorie des réseaux qui a connu les développements les plus importants. Elle a notamment montré que les réseaux donnaient aux flux migratoires un effet cumulatif4, qui leur permet, une fois enclenchés, de s’auto-entretenir : le jeu des réseaux, qui offre aux migrants des facilités d’installation dans le pays d’accueil, explique ainsi pourquoi des flux migratoires peuvent perdurer, même quand les raisons premières – économiques par exemple – de la migration ont perdu de leur force.

  • 5 Étienne Piguet, « Les théories des migrations. Synthèse de la prise de décision individuelle », dan (...)
  • 6 Cet article se fonde sur les principales conclusions d’une recherche réalisée dans le cadre d’une t (...)

3Ce rapide panorama des théories économiques et sociologiques dressé, on voit bien ce que chacune d’entre elles peut apporter à la compréhension du phénomène migratoire. L’enjeu est sans doute désormais de voir comment elles peuvent se combiner les unes aux autres pour rendre compte de la complexité du phénomène migratoire. En écho aux appels récents en ce sens5, il s’agit de montrer comment une prise en compte de ces divers courants théoriques est à même de nous aider à mieux comprendre les parcours socioprofessionnels de migrants : cette démarche décloisonnée est appliquée ici au cas des migrants de Tunisie – Français, Tunisiens ou Italiens – qui quittent la Tunisie postcoloniale pour s’installer et travailler en région parisienne entre les années 1950 et les années 19906. Pour procéder à une analyse globale de leurs parcours de vie, il est nécessaire de recourir à des méthodes elles aussi combinées, qui croisent une démarche qualitative, fondée sur l’analyse du détail des parcours et sur des entretiens, et une approche quantitative sur données appariées, à partir d’un échantillon aléatoire de 421 individus nés en Tunisie, d’où est extrait un sous-échantillon générationnel de 193 personnes nées entre 1913 et 1938 : les données mobilisées ont pour particularité de croiser des informations sur les trajectoires socioprofessionnelles et familiales des migrants de notre échantillon, mentionnées dans leurs dossiers de carrière de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), avec les caractéristiques des espaces de travail dans lesquels elles prennent place, qui sont fournies par les données annuelles de déclarations sociales (DADS) faites chaque année à l’URSSAF par leurs employeurs.

L’entrée sur le marché du travail français, un moment crucial

4À la veille de son indépendance, la société tunisienne est une société multiculturelle de quelque trois millions d’habitants, qui compte près de 144 000 Français, 100 000 Européens – dont 85 000 Italiens – et 87 000 « autres Musulmans », pour l’essentiel algériens, marocains ou libyens. Cette mosaïque de populations prend fin avec la société coloniale qui a contribué à la modeler. Après le passage à l’indépendance, la recomposition de l’économie et de la société tunisiennes conduit au départ de la très grande majorité des Français de Tunisie, mais aussi des populations de l’entre-deux-colonial les plus intégrées au système colonial par leur parcours scolaire ou professionnel, dont les Européens installés dans le protectorat mais aussi bon nombre de juifs tunisiens. En raison des particularités du processus de décolonisation de la Tunisie, ces départs s’échelonnent sur une dizaine d’années, entre le milieu des années 1950 et la deuxième moitié des années 1960. Le milieu des années 1950 voit aussi s’amorcer un premier courant de migration de travailleurs tunisiens, jusque-là bloqué par des autorités coloniales soucieuses d’éviter une émigration massive à une époque où la mise en valeur du protectorat nécessitait une main-d’œuvre abondante, venue de l’ensemble du Maghreb et du bassin méditerranéen. Ces premiers flux d’émigration s’amplifient ensuite après la signature en 1963 d’un accord bilatéral destiné à faciliter et à encadrer l’installation de travailleurs tunisiens en France.

5Pour les individus de notre échantillon, qui sont déjà en âge de travailler au moment où ils arrivent en France, la migration entraîne des ruptures de trajectoire plus ou moins fortes selon les catégories de population. Les pouvoirs publics français mettent en place une série de mesures de reclassement institutionnalisé, qui bénéficient principalement aux actifs les mieux intégrés à l’économie coloniale, au premier rang desquels les employés de l’administration coloniale, mais aussi les ouvriers commissionnés de l’État tunisien et les agents du secteur semi-public, pour lesquels l’État passe des conventions avec certaines sociétés nationales ou d’économie mixte. Les travailleurs indépendants et les agriculteurs, principaux détenteurs des avoirs français en Tunisie, font également l’objet d’aides spécifiques en vue de faciliter leur réinstallation, par un accès privilégié au crédit ou aux sociétés d’économie mixte chargées de la mise en valeur agricole des Midis de la France à partir des années 1950.

  • 7 Entretien du 16 mars 2005, réalisé au domicile de l’enquêtée, à Paris.

6Ces voies de reconversion sont particulièrement importantes pour les Français originaires de l’ancien protectorat, nombreux à travailler dans ces secteurs de l’emploi public ou parapublic. Dans notre échantillon CNAV-DADS, près de 90 % des Français de Tunisie étaient employés avant l’indépendance par des entreprises bancaires, industrielles ou commerciales engagées dans la mise en valeur du protectorat et détenues par des Français. Ces formes institutionnelles de reclassement bénéficient en particulier au père de l’une de nos enquêtées, Jacqueline Choquet7. Fonctionnaire à l’enregistrement, il était en effet détaché du ministère des Finances ; il lui suffit, à expiration de son contrat, de ne pas en demander le renouvellement pour obtenir sa réintégration dans le corps métropolitain en 1957. Son frère cadet, greffier, obtient lui aussi son reclassement en France.

  • 8 Yann Scioldo-Zürcher, Devenir métropolitain. Politique d’intégration et parcours de rapatriés d’Alg (...)

7La grande majorité des Français de Tunisie ne peut toutefois bénéficier de ces dispositifs ciblés. Pour autant, leur reclassement sur le marché du travail métropolitain s’opère sans difficulté majeure. La continuité des structures entrepreneuriales entre la France et la Tunisie permet notamment aux salariés des grandes entreprises implantées de part et d’autre de la Méditerranée de retrouver un emploi en France dans la même entreprise. Il en est de même pour bon nombre de salariés de petites entreprises commerciales ou artisanales qui se réimplantent en métropole après l’installation de leur dirigeant. Pour tous les autres, l’essor économique sans précédent qui caractérise la France des années 1950 leur permet de retrouver relativement facilement un emploi dans le même secteur d’activité ou dans la même spécialité professionnelle. Même si, pour nombre d’entre eux, les premières années de l’installation en métropole riment souvent avec déclassement, les taux de reclassement sont supérieurs à ceux observés chez les rapatriés d’Algérie8 : le plus faible nombre de Français en provenance de Tunisie et le relatif étalement des arrivées, sans commune mesure avec celles des Français d’Algérie qui affluent en métropole entre la fin de l’année 1961 et l’été 1962, permettent sans doute à la plupart des Français de Tunisie de s’intégrer sans difficulté dans une économie en pleine croissance.

  • 9 Albert Memmi, article paru dans L’Arche en février 1961, cité par Colette Zytnicki, « Les Juifs de (...)
  • 10 Paul Sebag, Histoire des juifs de Tunisie des origines à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1991 ; Andr (...)

8La disparition de la société coloniale entraîne dans son sillage la déstabilisation des populations de l’entre-deux-colonial. Mais pour la plupart des individus qui les composent, le départ de Tunisie n’entraîne pas de véritable rupture professionnelle. Tel est notamment le cas des juifs tunisiens qui quittent en masse la Tunisie, faute de trouver une place dans le nouvel État indépendant qui se constitue alors sur un modèle d’État-nation fondé sur une identité arabe et musulmane dans laquelle ils ne se reconnaissent pas9. Originaires pour la plupart des villes de la Tunisie côtière, dans un pays majoritairement rural, les juifs tunisiens se distinguaient déjà à l’époque coloniale des autres « indigènes » par un plus fort taux de scolarisation et par une concentration dans les activités économiques urbaines, en particulier dans le commerce de détail et dans les secteurs de l’habillement, du textile, de la confection et des cuirs et peaux, qui occupaient 30 % des actifs juifs tunisiens au début des années 195010.

  • 11 Nancy Green, Du Sentier à la 7e Avenue. La confection et les immigrés. Paris-New York, 1880-1980, P (...)

9Après leur installation en France, les chemins empruntés par leur reconversion professionnelle aboutissent à une forme de transposition de cette segmentation professionnelle en France, les juifs tunisiens venant notamment occuper une place laissée par leurs prédécesseurs d’Europe de l’Est dans les activités de confection, qui connaissent un essor considérable à l’heure de l’extension du prêt-à-porter et de la démocratisation de la mode vestimentaire11. Les populations issues de l’entre-deux-colonial, dont beaucoup acquièrent la nationalité française après leur installation en France, s’inscrivent ainsi sur un segment particulier du marché du travail francilien, caractérisé par une plus faible taille des entreprises et par une prédominance des activités commerciales et artisanales, qui les distinguent des Français de naissance davantage intégrés à l’emploi public et parapublic ou au monde des grandes entreprises bancaires et industrielles où ils occupent des postes d’employés ou de cadres. Mais, comme les Français de Tunisie, la très grande majorité des populations issues de l’entre-deux-colonial réussit à maintenir une continuité de l’activité professionnelle par-delà la migration. La différence avec les Français de naissance tient essentiellement à l’absence de dispositifs de reclassement des salariés des services publics, qui s’appliquent de façon systématique aux titulaires, de nationalité française, mais présentent un caractère bien plus aléatoire pour les agents tunisiens ou européens engagés sous un statut de temporaires ou d’auxiliaires.

10Pour les Tunisiens, bien moins intégrés à l’économie coloniale, la migration en France constitue en revanche une rupture dans leur parcours professionnel. Embauchés en France comme travailleurs étrangers, la place qu’ils occupent sur le marché du travail français est liée à leur statut d’étranger, c’est-à-dire à leur distance avec l’économie et la société françaises, en Tunisie comme en France. Les entretiens montrent qu’à l’origine – directe ou indirecte – de la migration en France des Tunisiens, on trouve souvent une décision de recrutement organisé.

  • 12 Entretien du 1er septembre 2005, réalisé au domicile d’Abdelmajid, dans la région rurale du nord-ou (...)
  • 13 Pour des raisons de respect de la vie privée, tous les noms de villes et de personnes ont été anony (...)
  • 14 Entretien du 1er juillet 2005, réalisé au domicile de l’enquêté en banlieue parisienne.

11Abdelmajid Bellamine12 est arrivé en France en 1957. Sa venue s’inscrit dans le cadre de la coopération technique entre la France et la Tunisie nouvellement indépendante. « Je suis parti en 1957. J’ai fait la formation professionnelle pour adultes, sous l’égide des Affaires sociales tunisiennes ». Le processus de décolonisation et le départ des Français de Tunisie obligent en effet le nouvel État à penser la question de la formation des cadres techniques et administratifs. « La Tunisie a demandé des gens qui savent lire et écrire, qui ont une capacité niveau certificat d’études primaires », ce qui est le cas d’Abdelmajid, scolarisé à l’école française du bourg rural dont il est originaire. Le recours aux centres français de formation professionnelle pour adultes (FPA) répond à un impératif de construction du jeune État tunisien, ainsi qu’à des considérations d’ordre conjoncturel, liées à un fort taux de chômage qui conduit les autorités tunisiennes à encourager les formations de stagiaires tunisiens en France. La formation qu’Abdelmajid suit au centre de Rennes dure six mois, au terme desquels il obtient son certificat avec la mention très bien. À la fin de la formation, les candidats sont libres de rester en France ou de revenir en Tunisie. Parmi les dix personnes de T…13 recrutées en 1957 à la suite d’Abdelmajid pour suivre une formation professionnelle en France, un seul, d’après lui, est revenu en Tunisie, où il est devenu moniteur FPA jusqu’à sa retraite. La logique de recrutement par les centres de formation professionnelle est donc assez proche de celle développée à la même époque par l’Office national d’immigration, qui procède au recrutement du frère aîné de Sadok Ghareb, un autre de nos enquêtés14.

12En 1960, les premiers contrats ONI arrivent à la mairie de M…, ville du sud-est tunisien d’où est originaire la famille Ghareb. Le frère de Sadok, qui est alors employé à la mairie, est l’un des premiers à prendre connaissance des possibilités d’emploi offertes en France et à décider d’émigrer. Les types de contrats proposés sont similaires à l’offre faite par les centres de formation professionnelle. Le frère de Sadok est recruté pour un emploi du bâtiment. Comme dans le cas d’Abdelmajid, ces formes de recrutement collectif sont guidées par un principe d’encadrement du migrant, accompagné tout au long de son voyage jusqu’à son lieu d’activité où il bénéficie d’un logement collectif. Avant même la signature d’un accord de main-d’œuvre entre la Tunisie et la France, en 1963, l’ONI joue donc un rôle décisif dans les premiers mouvements d’émigration vers la France, d’autant plus intéressants pour les employeurs français que les Tunisiens bénéficient jusqu’à cette date d’un régime dérogatoire qui leur permet d’entrer et de s’installer librement en France, sans avoir à payer la redevance exigée pour l’introduction des travailleurs étrangers soumis au régime commun.

  • 15 Jean-Charles Bonnet, Les pouvoirs publics français et l’immigration dans l’entre-deux-guerres, Cent (...)

13Le recours aux contrats ONI n’offre toutefois aucune possibilité de sélection des candidats par les employeurs français et certains d’entre eux n’hésitent pas à faire appel aux services d’intermédiaires officieux, qui procèdent à une sélection directe, en Tunisie comme au Maroc, selon une longue tradition de recours à des agents recruteurs qui remonte à la fin du xixe siècle15. Dans ces opérations de recrutement, les Français de Tunisie qui se reclassent dans les entreprises métropolitaines à partir de 1956 sont autant d’intermédiaires possibles. Le directeur du centre de FPA de Rennes qui accueille Abdelmajid Bellamine est ainsi un Français originaire de Sfax, ce qui explique que les Tunisiens étaient « privilégiés » dans le centre.

  • 16 Pour une description plus fine des formes prises par cette segmentation du marché du travail, voir (...)

14Ces formes de recrutement organisé des premiers travailleurs tunisiens conduisent à une forte concentration dans quelques secteurs d’activité, au premier rang desquels le BTP et la construction mécanique et électrique. Le marché du travail des Tunisiens de notre échantillon se distingue ainsi des emplois occupés par les Français de notre échantillon par leur caractère massivement ouvrier16.

Le jeu des réseaux, ou comment donner de la force à des décisions institutionnelles

  • 17 Entretiens des 24 et 31 mars 2006, réalisés au restaurant tenu par son épouse à Paris.

15Les enquêtes orales menées auprès de migrants de Tunisie mentionnent toutes le rôle de l’entourage dans l’intégration sur le marché du travail français après le départ de Tunisie. Dans la semaine qui suit son installation en France en 1964, Claude Bellaiche17, juif tunisien naturalisé français dans les années 1970, trouve un emploi d’enseignant dans un collège de la banlieue parisienne par l’intermédiaire de son frère aîné. Celui-ci, enseignant dans un lycée français de Tunisie, a obtenu sa mutation pour la rentrée scolaire 1964-1965. Lorsque Claude arrive en France, un poste de professeur de mathématiques est vacant dans l’établissement de son frère. Celui-ci intervient auprès du proviseur en faveur de son frère, avec succès. Cette expérience de l’enseignement public est cependant de courte durée. À la rentrée suivante, Claude et son frère acceptent une proposition plus intéressante financièrement pour enseigner respectivement la physique et les mathématiques dans un établissement privé hors contrat. C’est là encore un membre de leur entourage, M. Berdah, qui les informe de cette opportunité.

16Claude a connu M. Berdah en Tunisie. Leur relation personnelle est une longue histoire, qui a conduit Claude, alors étudiant, à rejoindre le cours privé créé par Berdah à Tunis. Si le réseau relationnel permet au salarié d’obtenir des informations sur les possibilités d’emplois à pourvoir, pour l’employeur, il est une façon de s’assurer de la qualité du recrutement. C’est en effet le réseau d’élèves suivis en cours particuliers par Claude à Tunis qui informe Berdah de la valeur de son enseignement. En cela, le recours aux réseaux fait diminuer les coûts de recrutement, pour les salariés comme pour les employeurs.

17Dans un contexte d’information incomplète, le marché du travail est une donnée bien abstraite pour l’individu qui n’en a qu’une connaissance partielle. Les informations fournies par l’entourage lui permettent d’élargir sa représentation du marché du travail et de disposer d’éléments de comparaison qui lui donnent l’occasion de développer une stratégie plus efficace. Sadok Ghareb précise les avantages du recours au réseau de relations. Tous les emplois qu’il a occupés depuis son arrivée en France en 1972 ont été trouvés par l’intermédiaire d’une connaissance, plus ou moins proche. Deux jours après son arrivée en France, il trouve son premier emploi dans une imprimerie parisienne. C’est un ami de son frère qui lui a donné l’information : « Il cherchait du boulot. Il a été chercher l’embauche et quand il a demandé au patron [de cette imprimerie] s’il avait de l’embauche, il lui a dit : Oui, mais pas pour des gens âgés. Il faudrait des jeunes. Nous, on était deux [chez mon frère], moi et un autre. Quand il est revenu, il nous a dit, bon voilà, à tel endroit, ils cherchent des jeunes ».

18Tout ce que Sadok connaît de l’état du marché du travail, il l’a appris en parlant avec les autres, au travail ou ailleurs. Ces discussions lui permettent certes de se tenir au courant des possibilités d’emploi, mais plus encore des conditions, notamment salariales, offertes par les différents employeurs et les différents secteurs. Dans cette circulation de l’information, certains acteurs du marché jouent un rôle privilégié, en raison de leurs fonctions d’intermédiaires. Dans les entreprises, les livreurs occupent en particulier une position d’informateurs informels, soulignée par Sadok : « On parle avec les gens. Il y a les chauffeurs qui viennent. À cette époque, on ne parle que de salaires. Telle boîte elle paye bien, telle boîte elle paye mieux, telle boîte il y a [tel avantage]. Donc par connaissance, comme ça, on sait que : Tiens, ils ont besoin de quelqu’un. Tu vas te présenter et puis finalement, ça marche comme ça. Le chauffeur, il transmet. S’ils savent qu’il y a du boulot ailleurs, ils le disent ».

  • 18 Maurizio Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du siècle, Par (...)

19Le réseau de relations permet également d’assurer une transmission du capital, économique mais aussi culturel. Le rôle des aînés dans la transmission des métiers est une constante des marchés du travail, attestée dès le xixe siècle18. À son arrivée en France, Sadok Ghareb occupe un emploi d’ouvrier imprimeur. À la première occasion, il abandonne cet emploi trop peu rémunéré pour devenir préparateur de commandes. Le choix de ce métier est certes dû aux opportunités du marché, mais il est aussi une façon de s’inscrire dans une dynamique familiale. Son frère aîné, venu avant lui en France, exerçait ce même métier de préparateur de commandes. La perception qu’a Sadok de sa situation professionnelle est en grande partie fondée sur une comparaison avec son aîné. Sadok exprime une certaine fierté à l’évocation de son parcours : recruté pour occuper un poste d’ouvrier du bâtiment, comme la plupart des Tunisiens venus dans le cadre d’un recrutement collectif, il parvient cependant à échapper à cette condition « imposée » : « Dans le temps, y a des contrats de travail. La France, elle a besoin de tant d’ouvriers, mais quand il est ici, il n’est pas obligé d’aller travailler dans le bâtiment. Il l’a fait une semaine ou deux et puis après il a quitté, parce que mon frère c’est vrai qu’il a fait des études, il s’est bien débrouillé. Alors il est allé tout de suite dans les usines. Tandis que les autres, les pauvres, ceux qui ne parlent pas [le français], ils sont obligés de rester dans le bâtiment. C’est pour ça que ça a marché pour lui, parce qu’il a été à l’école ».

20Pour Sadok, quitter l’imprimerie pour devenir préparateur de commandes, c’est donc suivre la voie de la réussite esquissée par son frère.

21Essentiels par le rôle qu’ils jouent dans la circulation de l’information, des capitaux et des compétences, les réseaux sont toutefois une ressource inégalement mobilisée.

Les réseaux, une ressource inégalement mobilisée

  • 19 Voir par exemple Paul-André Rosental, Les sentiers invisibles…, op. cit., ou encore Alain Corbin, A (...)

22La plupart des analyses portant sur des bassins d’emploi particuliers ou sur des monographies d’entreprise soulignent l’importance des réseaux relationnels sur le marché du travail. La mise en lumière de leur rôle est également une constante des travaux sur les migrations, qu’il s’agisse de migrations internes19 ou internationales. Dans le cas des migrants étrangers, l’analyse des réseaux a notamment donné lieu à une importante littérature sur les réseaux « ethniques », qui mettent en lumière la formation de filières migratoires et le rôle qu’elles jouent dans l’insertion des migrants dans la société d’accueil, en fournissant logement et travail aux nouveaux venus. Le rôle central joué par les réseaux « ethniques » dans le développement de la sociologie économique a cependant contribué à faire des réseaux une particularité des outsiders, c’est-à-dire des individus qui, par leurs caractéristiques sociales, occupent une position périphérique dans l’organisation sociale. Ces derniers trouveraient dans leur entourage une sorte de substitut d’un capital économique et culturel qui leur ferait défaut. Le recours aux réseaux serait ainsi un révélateur du degré d’intégration – ou, inversement, du degré de communautarisme – des outsiders.

  • 20 Nous faisons ainsi l’hypothèse que l’information sur la présence d’un emploi dans cette entreprise (...)
  • 21 Ces résultats sont issus d’une régression logistique menée sur les épisodes d’emploi des individus (...)
  • 22 Notamment les études menées par Mark Granovetter sur les cadres de Boston et par Michel Forsé sur l (...)

23Cette hypothèse semble toutefois invalidée par nos données : si l’on se rapporte à la probabilité qu’il y ait déjà un originaire de Tunisie dans l’entreprise au moment où l’individu de l’échantillon y entre20, il apparaît que, toutes choses égales par ailleurs21, les trois catégories de population qui composent notre échantillon de migrants de Tunisie – à savoir les Français de naissance, les Français par acquisition, parmi lesquels les populations issues de l’entre-deux-colonial sont majoritaires, et les étrangers, tunisiens ou italiens de Tunisie – recourent de façon équivalente au réseau de relations pour trouver un emploi par le biais d’un informateur direct, originaire lui aussi de Tunisie. À supposer que les Tunisiens fassent figure d’outsiders par rapport aux Français de Tunisie, l’analyse montre ainsi qu’ils ne recourent pas de façon privilégiée au réseau communautaire pour trouver un emploi. Si l’on fait une interprétation socio-économique de la distinction entre outsiders et insiders, la relation entre position sociale et recours aux réseaux s’inverse. Les employés et les ouvriers qualifiés ont en effet sept fois plus de chance de trouver un emploi par le biais d’un informateur direct que les ouvriers non qualifiés, manœuvres et ouvriers spécialisés. Cette conclusion rejoint les résultats des études menées sur les réseaux des salariés qualifiés22.

24On note cependant un fort contraste entre la perception sociale du phénomène et sa réalité. Alors que les insiders recourent tout autant, sinon plus que les autres aux réseaux de relation, ils semblent plus réticents à le reconnaître. Les outsiders admettent en revanche aisément l’importance de cette ressource, apparentée à un « système D » dont ils ont parfaitement intériorisé le rôle. À la question « Comment avez-vous trouvé ce travail ? », posée alors qu’il évoque son premier emploi en France, Sadok Ghareb répond implicitement à une double interrogation, sur les réseaux mais aussi sur leur nature : « Ce travail, je l’ai trouvé… Quand on arrive, on est groupés, on est presque tous groupés ». On l’a vu, c’est un autre Tunisien, qui habite avec lui chez son frère, qui lui donne l’information sur les possibilités d’embauche dans cette imprimerie parisienne. Aux questions sur la façon dont on trouve un emploi, Sadok répond donc par une évocation du rôle des réseaux, et en particulier de celui de son groupe d’appartenance sociale, celui des Tunisiens. Cette attitude contraste avec les réticences de Jacqueline Choquet à ce sujet. Lorsqu’on l’interroge sur la façon dont elle a trouvé son premier emploi dans un cabinet d’avocats avant d’intégrer la haute fonction publique, Jacqueline n’évoque ni réseau, ni « Tunisiens ». À la question « Qui vous a fait rentrer chez X ? », la réponse est simple, presque cinglante : « Personne, sinon moi toute seule ». Jacqueline est diplômée de droit, elle n’a donc besoin de personne ; elle est parvenue à sa position à force de travail, en conjuguant ce premier travail salarié avec la poursuite de ses études, puis en menant plusieurs activités de front. Ce n’est qu’au bout de la troisième tentative qu’elle consent à fournir l’information demandée : ce premier travail salarié, elle l’a trouvé par l’intermédiaire d’un garçon de Tunis, un camarade d’université, qu’elle a rencontré à la bibliothèque. Son ton indique cependant qu’il s’agit d’un pur hasard, qui n’est guère pertinent pour comprendre ce qui l’a conduite dans cet emploi. Pourtant, fraîchement arrivée, elle connaissait encore peu de monde à Paris et la présence de ce jeune homme à la bibliothèque lui donne à l’évidence une première occasion d’étendre son expérience professionnelle. Plusieurs anciens camarades de Tunis suivent d’ailleurs son exemple et travaillent dans des entreprises similaires. Sur ce point, la trajectoire de Jacqueline est conforme aux résultats de l’analyse statistique de notre échantillon : Français et Tunisiens recourent de façon semblable aux réseaux d’originaires de Tunisie dans la recherche d’un emploi.

25Tous les éléments de l’analyse statistique concordent en revanche pour mettre en valeur une diminution du rôle du réseau des originaires de Tunisie à mesure que le temps passe. Ainsi, les relations fondées sur une origine géographique commune semblent surtout valoir dans les premières années d’arrivée en France. Dans cette première phase, le réseau de migrants est une ressource essentielle pour les individus qui viennent d’arriver. Dans une seconde phase, les migrants mobilisent en revanche moins les réseaux communautaires, suivant en cela un schéma d’intégration progressive, qui vaut pour tous les migrants de Tunisie, français comme tunisiens.

26Cette temporalité des réseaux invite par conséquent à s’interroger sur les ressources dont disposent les premiers arrivants. En 1957, Abdelmajid Bellamine est l’un des premiers habitants de T… à venir s’installer en France. Il ne peut donc s’appuyer sur un dense réseau communautaire. Le directeur du centre de FPA, un Français de Tunisie, est son seul contact en France, quoique ce lien soit indirect dans la mesure où, en Tunisie, la ville d’où Abdelmajid est originaire est éloignée de plusieurs centaines de kilomètres de la ville de naissance du directeur. En 1957, c’est néanmoins le contact le plus proche dont Abdelmajid dispose en France et c’est lui qui lui fournit les informations indispensables pour trouver son premier emploi. Au sortir de sa formation, le directeur du centre le dirige vers Paris et l’adresse à un syndicat patronal du bâtiment, avec une lettre de recommandation. À ce moment de son parcours migratoire, les réseaux sur lesquels s’appuie Abdelmajid sont donc essentiellement des réseaux institutionnels, plus que personnels. Venu en France dans le cadre d’un recrutement collectif, il lui faut un certain temps pour constituer ses premiers contacts personnels, si utiles on l’a vu dans la recherche d’un emploi ou d’un logement. Lors de ses premières années en France, il est donc logé dans des foyers pour travailleurs, au centre de Rennes comme en région parisienne. Le frère aîné de Sadok Ghareb, lui aussi recruté par contrat anonyme, a connu une expérience similaire des baraques destinées aux travailleurs étrangers. Ce n’est qu’à la cohorte suivante de migrants que l’arrivée en France s’inscrit directement dans le cadre des réseaux personnels. Salah Bellamine rejoint son frère Abdelmajid en 1965. À son arrivée, il est hébergé par son frère qui lui trouve son premier emploi.

27Ce cycle d’installation n’est pas propre aux Tunisiens. Les premiers contacts professionnels de Jacqueline en France avaient toutes les chances d’être des individus rencontrés en Tunisie, seul pays dans lequel elle ait vécu jusqu’en 1956. Première venue de sa famille en région parisienne, Jacqueline a elle aussi fait l’expérience des logements de transition pour migrants, habitant dans un petit hôtel meublé pendant 17 mois. C’est là que ses parents et son frère la rejoignent un an plus tard. À mesure que la cellule familiale se renforce, l’accès à l’information se fait moins rare et c’est son frère qui lui indique l’existence d’un immeuble en construction dans le quartier. Jacqueline et ses parents y emménagent, dans deux appartements séparés. Le temps où « on est tous groupés » prend alors fin.

Aux sources d’une segmentation durable du marché du travail

  • 23 Voir Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, « Repères », 2004.

28L’apport essentiel de l’analyse des réseaux réside dans la réflexion engagée sur les structures des réseaux de relation. La théorie des réseaux a ainsi mis au jour plusieurs règles de fonctionnement. Granovetter a établi deux règles principales, celle des liens faibles, qui relient des individus présentant une faible ressemblance, et celle de l’horizontalité des réseaux, qui assure l’égalité et une plus grande autonomie des partenaires. L’alternative principale à la théorie de Granovetter est celle proposée par Burt, qui insiste davantage sur la notion de trous structuraux. Selon Burt, l’avantage fourni par le réseau relationnel n’est pas proportionnel au nombre de contacts établis par un individu ; la marge d’autonomie d’une personne dépend essentiellement de la non-redondance de ses contacts, qui lui permet de se situer au cœur des circuits de circulation des biens, et de l’information en particulier23. Dans sa réflexion sur les relations de pouvoir qui sous-tendent le recours aux réseaux relationnels. Burt rejoint ainsi l’analyse faite par Granovetter des avantages présentés par le recours aux liens dit « faibles », qui désignent les relations fondées sur de simples contacts occasionnels, par opposition aux liens « forts », qui unissent structurellement des individus entre eux, par des liens de parenté ou d’amitié, et qui donnent lieu à des contacts fréquents. Du fait de l’endogamie sociale, deux individus qui entretiennent un lien fort ont toutes les chances de présenter des caractéristiques sociales similaires. Ainsi, la fréquence et l’intensité des contacts sont souvent un signe de proximité sociale.

29Loin d’être un facteur d’anomie, les liens faibles sont le meilleur moyen d’établir des connexions entre plusieurs sous-groupes et de fournir aux individus les informations pertinentes qu’ils cherchent à obtenir par le biais de leurs réseaux personnels. À l’inverse, le recours aux liens forts apparaît comme un facteur de cloisonnement de l’espace social. L’analyse des trajectoires des migrants de Tunisie en atteste : elle montre que le recours aux liens forts, privilégiés par les migrants de Tunisie, est l’une des principales raisons de la constitution d’un marché du travail durablement segmenté.

30Les réseaux auxquels les migrants de Tunisie recourent présentent en effet des connexions si fortes qu’on en trouve de nombreuses traces dans l’échantillon aléatoire des retraités de la CNAV. Les 421 individus qui le composent ont en effet travaillé au cours de leur carrière dans 2 025 entreprises différentes. Parmi ces entreprises, au moins 7 % d’entre elles se situent au croisement d’une pluralité de réseaux extrêmement denses, au point de réapparaître à plusieurs reprises dans notre échantillon aléatoire, pourtant fondé sur un très faible taux de sondage. Ces entreprises sont pour les deux tiers d’entre elles des entreprises du BTP ou de l’hygiène et du nettoyage. Mais rien ne dit que d’autres originaires de Tunisie ne travaillent pas dans les 93 % restants. Pour s’en convaincre, il suffit de se pencher sur les 1 477 entreprises qui ont fait l’objet d’une recherche spécifique dans le cadre du sous-échantillon générationnel : parmi elles, seules 16 % n’emploient qu’un seul natif de Tunisie.

31L’importance des liens forts permet de mettre en lumière les contraintes exercées par la structure des réseaux. De l’entretien réalisé avec Salah et Abdelmajid Bellamine, il ressort que les entreprises qui emploient les deux frères présentent une similarité très forte. Pourtant, cette étonnante ressemblance n’est pas liée à leurs préférences personnelles. Comme l’explique Abdelmajid, « on ne cherche pas les entreprises, on cherche le travail », et peu importe si ces entreprises ont toutes un air de famille : au cours de leurs années passées en France, près de vingt ans pour Abdelmajid, et douze pour Salah, les deux frères ont en effet essentiellement travaillé pour de grandes entreprises du BTP recourant à une main-d’œuvre quasi exclusivement étrangère et marquées par une très grande instabilité de la relation salariale, nouée pour le seul temps du chantier.

  • 24 Nicolas Jounin, Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La  (...)

32On peut supposer que ces régularités résultent de la façon dont Abdelmajid et Salah effectuent leur recherche d’emploi. Le plus souvent, ils utilisent leurs contacts personnels. Lorsque Salah rejoint Abdelmajid en France en 1965, c’est son frère qui lui trouve son premier emploi, dans une entreprise de travaux publics similaire à celle qui l’embauche. Les informations proviennent aussi des salariés qu’ils côtoient sur les chantiers. Les liens entretenus avec ces informateurs, familiaux ou non, peuvent être qualifiés de liens forts en ce qu’ils reposent sur une forte homologie des membres du réseau. S’informant auprès de gens qui leur ressemblent, Abdelmajid et Salah retombent par conséquent toujours sur le même type d’emploi. Le rôle crucial joué par les réseaux dans la recherche d’emploi contribue donc de façon décisive à la non-fluidité du marché du travail et à la constitution d’espaces de travail homogènes en termes de main-d’œuvre employée. Dans le BTP, les affectations des stagiaires dans les centres de FPA et le jeu des réseaux aboutissent ainsi à l’émergence, dans les années 1960, de spécialisations par nationalité, dans laquelle les Maghrébins sont particulièrement nombreux dans le ferraillage, tandis que les Portugais sont surreprésentés dans les activités de coffrage24.

33Il suffit donc aux employeurs d’impulser un mouvement de recrutement de main-d’œuvre, par exemple d’embaucher par contrat anonyme des travailleurs tunisiens pour le BTP, pour que, par l’effet des réseaux, d’autres individus de ce groupe s’orientent ensuite vers ce même secteur. Ces formes particulières d’entrée dans l’emploi créent ainsi des chemins de dépendance. De la même façon que le recrutement collectif d’Abdelmajid conduit Salah à un emploi du bâtiment, la mutation obtenue dans un collège de région parisienne par le frère aîné de Claude a des répercussions sur la trajectoire de ce dernier et sur son premier emploi d’enseignant. Plus que le seul recours aux réseaux, c’est donc la structure des réseaux qui contribue à modeler les contours du marché du travail.

Conclusion

34Le marché du travail des natifs de Tunisie installés en région parisienne apparaît ainsi comme un espace hétérogène, aux sous-ensembles inégalement occupés par les différentes catégories de populations qui constituent les originaires de Tunisie. Cette segmentation du marché du travail résulte d’une articulation complexe entre phénomènes macroscopiques et décisions individuelles, dans laquelle les facteurs macroscopiques ont une importance considérable.

35La constitution d’espaces de travail hétérogènes, sur le plan des règles de fonctionnement et de la main-d’œuvre qui les compose, résulte directement de politiques distinctes de gestion de la relation d’emploi, qui rejaillissent sur leur attractivité respective. Elle résulte aussi des modalités particulières de recrutement propres à chaque segment. Seule une minorité des migrants étudiés fait l’objet de mesures institutionnelles d’introduction en France. Les dispositifs de reclassement en métropole s’appliquent aux seuls détenteurs de la nationalité française titulaire d’un emploi public ou parapublic. La venue des premiers migrants tunisiens s’inscrit également dans le cadre de dispositifs qui organisent le recrutement collectif de travailleurs étrangers dans des emplois ouvriers en plein essor, mais largement délaissés par la main-d’œuvre nationale. Ces décisions de l’État et de certains employeurs viennent renforcer la construction d’un marché du travail hétérogène, orientant de façon spécifique chaque catégorie de main-d’œuvre. On peut donc voir dans ces facteurs institutionnels les conditions nécessaires à la construction d’un marché du travail segmenté.

36Cependant, si l’hétérogénéité du marché du travail apparaît à la fois comme un phénomène massif, visible sur le plan macroscopique, et comme le résultat de libres décisions individuelles non contraintes, c’est parce que ces décisions institutionnelles sont relayées par les individus au moyen de leurs relations personnelles, qui leur donnent un effet cumulatif. Les formes de recrutement institutionnalisé qui président au départ des pionniers n’ont donc pas besoin de concerner l’ensemble des migrants pour être efficaces sur le plan macroscopique. Par le biais des réseaux et du rôle qu’ils jouent dans la recherche d’emploi, ces contraintes institutionnelles influent sur les contours de l’ensemble du marché du travail et concourent à la constitution d’un marché du travail segmenté en espaces socialement homogènes, mais aussi à son maintien, en contraignant la mobilité sectorielle des individus. C’est donc le jeu permanent entre individus, groupes sociaux et institutions qui contribue à modeler les positions des individus sur le marché du travail.

Haut de page

Notes

1 Pour une revue de littérature des théories de l’immigration, voir « Immigration, emploi et chômage. Un état des lieux empirique et théorique », Les Dossiers du CERC, 3, 1999, p. 27-34. On se reportera aussi à Douglas S. Massey and Kristin E. Espinosa, « What’s driving Mexico-U.S. Migration ? A Theoretical, Empirical and Policy Analysis », dans American Journal of Sociology, vol. 102, n° 4, janvier 1997, p. 939-999, et à Douglas S. Massey, Joaquin Arango, Graeme Hugo, Ali Kouacouci, Adela Pellegrino, J. Edward Taylor, « Theories of international migrations : a review and appraisal », dans Population and development Review, vol. 19, n° 3, septembre 1993.

2 Oded Stark et David E. Bloom, « The New Economics of Labor Migration », American Economic Review, 1985, vol 75, p. 173-178.

3 Peter Doeringer & Michael Piore, Internal Labour Market and Manpower Analysis, Lexington, D. C. Heath, 1971 ; pour une application de la théorie de la segmentation aux flux migratoires, voir Alejandro Portes, 1981, « Modes of structural incorporation and present theories of labor migration », dans Mary M. Kritz., Charles B. Keely & Silvano M. Tomasi (dir.), Global Trends in Migration : Theory and Research on International Population Movements, New York, The Center for Migration Studies, p. 79-297, cité par Victor Piché, « Les théories migratoires contemporaines au prisme des textes fondateurs », dans Population, 2013, vol. 68, n° 1, p. 153-178.

4 Douglas S. Massey et al., « Theories of international migrations… », art. cit.

5 Étienne Piguet, « Les théories des migrations. Synthèse de la prise de décision individuelle », dans Revue européenne des migrations internationales, 2013, vol. 29, n° 3, p. 141-161.

6 Cet article se fonde sur les principales conclusions d’une recherche réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat (voir Anne-Sophie Bruno, Les chemins de la mobilité. Migrants de Tunisie et marché du travail parisien depuis 1956, Paris, Éd. de l’EHESS, 2010).

7 Entretien du 16 mars 2005, réalisé au domicile de l’enquêtée, à Paris.

8 Yann Scioldo-Zürcher, Devenir métropolitain. Politique d’intégration et parcours de rapatriés d’Algérie en métropole (1954-2005), Paris, Éd. de l’EHESS, 2010.

9 Albert Memmi, article paru dans L’Arche en février 1961, cité par Colette Zytnicki, « Les Juifs de Tunisie à l’heure des choix », dans Jacques Alexandropoulos et Patrick Cabanel (dir.), La Tunisie mosaïque, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2000, p. 157-169.

10 Paul Sebag, Histoire des juifs de Tunisie des origines à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1991 ; André Chouraqui, Marche vers l’Occident. Les juifs d’Afrique du Nord, Paris, PUF, 1952 ; Claude Tapia, Les juifs sépharades en France (1965-1985). Études psychologiques et historiques, Paris, L’Harmattan, 1986.

11 Nancy Green, Du Sentier à la 7e Avenue. La confection et les immigrés. Paris-New York, 1880-1980, Paris, Seuil, 1998.

12 Entretien du 1er septembre 2005, réalisé au domicile d’Abdelmajid, dans la région rurale du nord-ouest de la Tunisie.

13 Pour des raisons de respect de la vie privée, tous les noms de villes et de personnes ont été anonymisés.

14 Entretien du 1er juillet 2005, réalisé au domicile de l’enquêté en banlieue parisienne.

15 Jean-Charles Bonnet, Les pouvoirs publics français et l’immigration dans l’entre-deux-guerres, Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, Lyon, 1976, ou Janine Ponty, Polonais méconnus. Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-guerres, Publ. de la Sorbonne, Paris, 1988. Pour l’après-1945, voir Marie-Claude Henneresse, Le patronat et la politique française d’immigration, 1945-1975, thèse de doctorat de sciences politiques, IEP de Paris, 1979.

16 Pour une description plus fine des formes prises par cette segmentation du marché du travail, voir Anne-Sophie Bruno, « Analyser le marché du travail par les trajectoires individuelles. Le cas des migrants de Tunisie en région parisienne dans le second xxe siècle », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, janvier-mars 2014, p. 35-47.

17 Entretiens des 24 et 31 mars 2006, réalisés au restaurant tenu par son épouse à Paris.

18 Maurizio Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du siècle, Paris, Éd. de l’EHESS, 1987, et Paul-André Rosental, Les sentiers invisibles. Espace, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Paris, Éd. de l’EHESS, 1999.

19 Voir par exemple Paul-André Rosental, Les sentiers invisibles…, op. cit., ou encore Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle (1845-1880), Limoges, PULIM, 1999.

20 Nous faisons ainsi l’hypothèse que l’information sur la présence d’un emploi dans cette entreprise a été fournie par cet informateur direct, déjà présent dans la place.

21 Ces résultats sont issus d’une régression logistique menée sur les épisodes d’emploi des individus de notre échantillon. Le croisement des données relatives aux individus mais aussi aux espaces de travail dans lesquels ils évoluent permet de disposer d’informations sur les principales caractéristiques sociales de leurs collègues de travail.

22 Notamment les études menées par Mark Granovetter sur les cadres de Boston et par Michel Forsé sur le marché du travail français, citées par Philippe Steiner, La sociologie économique, Paris, La Découverte, « Repères », 1999.

23 Voir Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, « Repères », 2004.

24 Nicolas Jounin, Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Sophie Bruno, « Aux sources de la segmentation du marché du travail », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 24 septembre 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5395

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Bruno

Centre d’histoire sociale du xxe siècle, Université Paris I-Panthéon Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page