Navigation – Plan du site
DOSSIER

« Provocateurs et semeurs de ragots » : les immigrés au prisme des débats syndicaux

Adrien Thomas
p. 89-104

Résumé

L’article met en lumière les enjeux des débats autour de la participation des immigrés à l’action syndicale, à l’exemple du Luxembourg. Après avoir souligné l’apport des migrations du travail à l’émergence des premières organisations syndicales au xixe siècle, il met en évidence, à travers les débats entre les courants syndicaux socialistes et communistes, les catégorisations ethniques et les oppositions politiques qui caractérisent les relations entre syndicats et étrangers durant l’entre-deux-guerres et l’immédiat après-guerre. Dans ces débats, les immigrés sont considérés, en fonction de leur origine nationale, comme plus ou moins proches du modèle syndical social-démocrate prédominant. Au cours des dernières décennies, ces clivages politiques se sont progressivement atténués, pour faire place à des représentations des migrants comme porteurs de cultures nationales homogènes des relations professionnelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mike Davis, Prisoners of the American Dream : Politics and Economy in the History of the U.S. Worki (...)
  • 2 Sidney Webb et Beatrice Webb, Industrial Democracy, Londres, Longmans, 1902 ; Gérard Noiriel, Les o (...)

1Les débats autour de la définition des frontières du groupe social à organiser et à représenter occupent une place centrale dans l’histoire du syndicalisme européen et nord-américain1. Les frontières du groupe, de même que ses intérêts, peuvent être définis de manière plus ou moins large. Au xixe siècle, les premières organisations syndicales ont trouvé leur origine dans des métiers qualifiés dotés d’une forte cohésion, tels que les ouvriers typographes ou les gantiers dans lesquels les qualifications se transmettaient fréquemment de père en fils dans une hérédité professionnelle dont les racines remontent au corporatisme médiéval. Le découpage de marchés du travail partiels et le contrôle de leurs frontières, à travers l’exclusion des femmes ou la limitation du nombre d’apprentis, pouvaient apparaître comme des stratégies viables aux yeux de ces groupes homogènes d’ouvriers et d’artisans maîtrisant des savoir-faire complexes2.

2Avec l’essor de la mécanisation et de l’industrialisation, les tentatives de contrôler le nombre de concurrents du côté de l’offre de travail afin d’élever le prix du travail deviennent obsolètes. Alors que les tentatives de restreindre l’accès à certaines professions allaient généralement de pair avec une syndicalisation focalisée sur des groupes limités de travailleurs et l’exclusion des femmes et des ouvriers non qualifiés, la lutte pour l’obtention de protections collectives et la construction d’une représentation collective des intérêts ouvriers présupposent l’élargissement de la syndicalisation à de nouveaux groupes de travailleurs.

3L’extension des frontières de la syndicalisation ne s’est pas faite sans débats. Aux clivages initiaux entre travailleurs qualifiés et travailleurs non qualifiés s’ajoutent, avec la consolidation des États-nations et l’ancrage des droits sociaux à l’échelle nationale au xxe siècle, les divisions entre travailleurs nationaux et étrangers, qui sont aiguisées par des politiques de protection de l’emploi national que les syndicats peuvent également réclamer ou soutenir une fois qu’elles sont en place. Avec la structuration des systèmes politiques nationaux, les clivages politiques et, dans certains pays, confessionnels deviennent également des lignes de division potentielles.

  • 3 Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy, Sociologie des cl (...)

4Le rapport des organisations syndicales aux immigrés est emblématique des débats qu’implique l’extension des frontières de la syndicalisation. Étendre la syndicalisation revient à redéfinir les intérêts et les identités collectives incarnés et défendus par l’organisation syndicale, et à remettre en question les équilibres organisationnels et politiques établis dans les syndicats. L’intégration des immigrés engage de manière plus précise la relation du syndicalisme à l’État et à la nation, ainsi qu’aux modes d’institutionnalisation nationaux des relations de travail. Ces enjeux n’ont rien perdu de leur acuité à l’heure de l’exacerbation des clivages internes des classes populaires, selon le statut socioprofessionnel, le genre, le lieu d’habitation ou encore la nationalité3.

5Cet article met en lumière les enjeux des débats autour de la participation des immigrés au syndicalisme, à l’exemple du Luxembourg. Davantage que d’autres pays européens, le Luxembourg a connu et connaît encore une importante immigration économique, attirée d’abord par l’emploi dans les mines et la sidérurgie, ensuite par le développement de la place financière. Aujourd’hui, 44 % des emplois sont occupés par des travailleurs frontaliers (qui habitent dans un pays voisin et viennent travailler au Luxembourg), 27 % par des immigrés résidant au Luxembourg et 29 % par des résidents de nationalité luxembourgeoise.

6En nous appuyant sur des entretiens conduits avec des responsables et militants syndicaux, ainsi que sur des archives documentaires, nous montrerons, à l’exemple du Luxembourg, que les attitudes des organisations syndicales vis-à-vis de l’immigration ne sont pas homogènes. Le rapport aux immigrés a, au contraire, fait l’objet de luttes de concurrence entre courants politiques et syndicaux, en particulier, dans le cas du Luxembourg, entre militants syndicaux socialistes et communistes. À partir des années 1960, les clivages politiques s’atténuent dans le syndicalisme et un discours sur les différences entre syndicalismes nationaux et cultures des relations professionnelles se substitue aux catégorisations ethniques et aux oppositions politiques frontales.

7Nous reviendrons dans cette contribution d’abord sur le rôle des migrations du travail dans la constitution des premières organisations du mouvement ouvrier au xixe siècle. Ensuite, nous mettrons en évidence les catégorisations ethniques et les oppositions politiques qui caractérisent durant l’entre-deux-guerres et l’immédiat après-guerre les relations entre syndicats et étrangers. Finalement, nous analyserons l’émergence, dans la période récente, d’un discours sur les différences entre syndicalismes nationaux et cultures des relations professionnelles.

Migrations du travail et circulation internationale des idées politiques

  • 4 Gilbert Trausch, Contributions à l’histoire sociale de la question du Luxembourg (1914-1922), Luxem (...)
  • 5 Gérard Noiriel, op. cit. ; Paul Zahlen, La sidérurgie de la région Sarre-Lorraine-Luxembourg dans l (...)

8L’historiographie dominante du syndicalisme luxembourgeois a, pendant longtemps, vu dans la présence des étrangers avant tout un obstacle à la syndicalisation. Des historiens, mais aussi de nombreux syndicalistes, ont établi un lien entre la forte présence des étrangers sur le marché du travail et l’organisation relativement tardive du syndicalisme au Luxembourg4. L’émergence d’un syndicalisme de masse à partir de 1916 est dépeinte comme résultat de l’homogénéisation de la force de travail, suite au départ de nombreux immigrés au début de la Première Guerre mondiale. En réalité, comme le montrent un certain nombre de travaux d’histoire sociale et économique, le développement tardif du syndicalisme dans les mines et la sidérurgie au Luxembourg, comme d’ailleurs aussi dans la Lorraine voisine, s’explique d’abord par la conjonction de facteurs défavorables dont le fractionnement des tâches, le cloisonnement des groupes professionnels, les stratégies paternalistes des employeurs et la place du travail saisonnier5. En outre, le caractère tardif de l’unification de la classe ouvrière est aussi lié aux ambiguïtés du développement du mouvement socialiste au Luxembourg, dont les dirigeants avaient constitué une alliance avec les représentants politiques de la bourgeoisie libérale de 1908 à 1915, au nom de l’opposition à l’Église catholique.

9L’idée que les étrangers constituent un obstacle à la syndicalisation fait également écran au rôle de militants étrangers dans la mise en place des premières organisations du mouvement ouvrier au xixe siècle (syndicats de métiers, sociétés de secours mutuel). En effet, les idées politiques ne circulent pas seulement à travers des documents écrits et des débats intellectuels, mais aussi à travers des militants qui migrent pour des raisons économiques ou politiques. Les premiers syndicats se forment au Luxembourg dans des métiers artisanaux qui avaient gardé une tradition des migrations professionnelles et du compagnonnage. Des brasseurs de Munich venus introduire leurs recettes de fabrication de la bière ont par exemple été des pionniers du syndicalisme au Luxembourg lorsqu’ils se sont affiliés autour de 1860 au syndicat des brasseurs bavarois. De même, les ouvriers de l’industrie gantière, restés attachés aux migrations professionnelles, s’inspirent de leurs expériences internationales en France, Belgique et Allemagne au moment de fonder un syndicat en 1871.

  • 6 Henri Wehenkel, « Le Tour de France d’un typographe luxembourgeois », dans Henri Wehenkel (dir.), L (...)

10Les ouvriers typographes, qui ont été le premier groupe professionnel à obtenir une convention collective du travail au Luxembourg, sont particulièrement emblématiques de la circulation internationale des militants au xixe siècle. L’historien Henri Wehenkel a montré, à l’exemple des mémoires du typographe luxembourgeois François Martin (né en 1848), que le compagnonnage a non seulement été un système d’entraide et de formation professionnelle par le voyage, mais aussi un moyen de « comparer les conditions de travail, de s’affranchir de son patron et de s’appuyer sur un réseau de soutien national et international »6.

  • 7 Cité dans Henri Wehenkel, op. cit.
  • 8 Ibid.

11Lorsque le syndicat des typographes s’est formé en 1864, ses fondateurs avaient auparavant appartenu à des syndicats professionnels en Allemagne, en Suisse et en France, notamment à la Société typographique parisienne. La grande grève menée en 1862 dans les imprimeries parisiennes a contribué à inciter les typographes luxembourgeois à former un syndicat selon les mémoires de Martin : « L’issue heureuse de la grève de Paris eut pour résultat en 1863 la fondation de la Société typographique du Grand-Duché de Luxembourg. »7 Le premier trésorier du syndicat des typographes luxembourgeois, Pierre Merl, quitte d’ailleurs le Luxembourg quelques mois après avoir contribué à fonder le syndicat. Il se fait embaucher à Paris dans l’une des entreprises à la pointe de la grève parisienne de 1862, tout en restant en contact avec les typographes luxembourgeois. Lors d’une réunion du syndicat des typographes luxembourgeois en décembre 1868, une lettre de Merl est lue dans laquelle il rend compte de « l’heureux déroulement de l’arrêt du travail des typographes de Paris » et expose ses réflexions sur les possibilités d’améliorer la situation au Luxembourg8.

  • 9 Fabian Trinkaus, Arbeiterexistenzen und Arbeiterbewegung in den Hüttenstädten Neunkirchen/Saar und (...)

12Dans les années 1900, des militants socialistes italiens au Luxembourg contribuent à renouveler le répertoire des actions syndicales au Luxembourg en organisant des manifestations du 1er Mai ou des grèves. Ces grèves sont souvent spontanées, circonscrites à un seul atelier et de courte durée, à l’exemple de la sidérurgie à Dudelange9. À la même époque, un premier syndicat de la métallurgie se constitue et adhère en 1904 à la puissante fédération allemande Deutscher Metallarbeiterverband, contribuant ainsi aux premières tentatives de créer des syndicats non de métier, mais de branches industrielles. Dans les années qui suivent, des socialistes luxembourgeois essaient de lancer des actions concertées avec des militants italiens en organisant des réunions publiques où des militants syndicaux tentent de gagner à leur cause tant des ouvriers luxembourgeois qu’italiens.

13Dans un petit pays comme le Luxembourg, aux institutions étatiques récentes (l’indépendance du Luxembourg date de 1839) et avec une classe ouvrière en formation, les migrations du travail et l’exemple de mouvements syndicaux étrangers ont joué un rôle crucial dans la transmission de techniques d’organisation et de mobilisation durant la période de constitution des premières organisations syndicales. Avec la consolidation de l’État-nation et des systèmes de sécurité sociale, qui intervient au Luxembourg avec la création de l’assurance maladie en 1901, de l’assurance accidents en 1902 et de l’assurance vieillesse et invalidité en 1911, le cadre national occupe une place de plus en plus importante et on assiste à une nationalisation progressive du mouvement ouvrier.

Les oppositions politiques frontales dans le rapport aux étrangers

  • 10 Gilbert Trausch, op. cit.

14Au Luxembourg, la consolidation du mouvement ouvrier moderne à partir de la création en 1916 des premiers syndicats de masse, dans la sidérurgie et les mines, est caractérisée par l’imbrication de revendications nationales et sociales. Dans un contexte de dépendance de l’économie luxembourgeoise, d’abord de l’Allemagne (le Luxembourg avait adhéré en 1842 à l’union douanière allemande), ensuite, à partir de la fin de la Première Guerre mondiale, de la France et de la Belgique, les revendications sociales butent de manière répétée sur les limites de la souveraineté nationale. Ainsi les troupes allemandes interviennent au Luxembourg en 1917 pour faire cesser un mouvement de grève dans la sidérurgie et les mines, et l’armée française intervient en 1919 et 1921 pour maintenir l’ordre10. Au sortir de la guerre, alors que le gouvernement rompt l’union douanière avec l’Allemagne, les syndicats font pression sur les pouvoirs publics afin d’obtenir une préférence nationale à l’embauche et une limitation de l’immigration. Par la suite, alors que les gouvernements successifs mettent en place des politiques protectionnistes sur le marché de l’emploi, la question du rapport aux immigrés devient un objet et un enjeu des luttes de concurrence entre les courants communiste et socialiste au sein du mouvement syndical, comme nous allons le montrer à l’exemple des débats syndicaux de l’entre-deux-guerres et de l’immédiat après-guerre.

  • 11 BMIAV, Protokoll des 7. Ordentlichen Verbandstages des Industrieverbandes der Berg- und Metallarbei (...)

15Durant l’entre-deux-guerres, le courant social-démocrate, qui prédomine dans le syndicalisme luxembourgeois, regarde avec méfiance les immigrés d’Europe du Sud ou de l’Est, tandis que les communistes voient en eux des soutiens potentiels à leur action. Ainsi, les responsables du principal syndicat, le Berg und Metallindustriearbeiter-Verband (Fédération des mineurs et ouvriers métallurgistes, BMIAV), social-démocrate, soulignent en 1928 les difficultés que leur organisation rencontre dans la syndicalisation de l’immigration de « langue latine ». Ils attribuent ces difficultés à des différences de langues et de « mentalités » qui renverraient à des conceptions divergentes de l’action syndicale : « En ce qui concerne la syndicalisation des immigrés, des difficultés se présentent en particulier en ce qui concerne les camarades de langue latine. Il est relativement facile de syndiquer les germanophones parce qu’ils comprennent notre journal syndical et qu’ils viennent aussi de pays où l’organisation syndicale est déjà puissante. »11

  • 12 Parti communiste luxembourgeois, « Aktionsprogramm für die Arbeitsmigration M.O.E », non daté, data (...)

16À la même époque, le parti communiste luxembourgeois estime que les immigrés italiens, espagnols, de même que les Polonais et les Hongrois, lui sont le plus favorables, alors que les Allemands et Autrichiens sont jugés l’être le moins12.

  • 13 Ibid.
  • 14 BMIAV, « Bericht des Luxemburger Berg- und Metallarbeiter-Verbandes pro 1927-1929 », dans Internati (...)

17Les représentations hiérarchisantes des migrations se doublent d’appréhensions en ce qui concerne l’orientation politique d’une partie des immigrés. Un dirigeant du BMIAV affirme ainsi : « Un autre obstacle est que beaucoup de provocateurs et de semeurs de ragots se trouvent parmi les travailleurs étrangers, comme l’expérience nous l’a montré. Cela doit nous inciter à être prudents, sans pour autant renoncer à syndiquer les étrangers afin d’obtenir de meilleures conditions de vie pour eux, et afin d’éviter qu’ils n’exercent une influence négative sur nos conditions de vie et de travail. »13 À la fin des années 1920, le BMIAV estime dans un rapport adressé à la fédération syndicale internationale de la métallurgie que « à peine 5 % des ouvriers étrangers sont membres du syndicat »14.

  • 15 Sur l’histoire de l’ISR : Reiner Tosstorff, « Moscou contre Amsterdam. L’Internationale syndicale r (...)
  • 16 Secrétariat européen de l’Internationale syndicale rouge, « An die RGO in Luxemburg », non daté, da (...)

18Au tournant des années 1920 et 1930, le Parti communiste luxembourgeois anime la Revolutionäre Gewerkschaftsopposition (Opposition syndicale révolutionnaire, RGO) qui essaie de se faire une place à côté du BMIAV, proche du parti socialiste. Alors que le Luxembourg compte 19 % d’étrangers en 1930, le secrétariat européen de l’Internationale syndicale rouge, fondée à Moscou en 192115, conseille à la jeune RGO luxembourgeoise, à l’influence encore marginale, de mener un travail de propagande spécifique en direction de l’immigration : « Parmi les ouvriers étrangers, qui sont durement exploités, se trouvent la majorité des partisans du mouvement syndical révolutionnaire de votre pays. »16 La propagande de la RGO sur la question des étrangers développe deux grands thèmes : les dirigeants du BMIAV sont accusés, d’une part, de marginaliser les adhérents étrangers à l’intérieur du syndicat, d’autre part, de diviser la classe ouvrière en défendant uniquement les ouvriers luxembourgeois.

19La première édition du journal de la RGO, Der Rote Gewerkschaftler (Le syndicaliste rouge), parue en décembre 1929, consacre un article à la question des relations entre syndicats et immigrés. Les dirigeants du BMIAV sont accusés de ne pas s’opposer aux expulsions de militants étrangers et d’être, de façon générale, hostiles à leur participation politique : « À leurs yeux, les étrangers sont tout juste bons à boire de la bière dans les locaux syndicaux et à payer leurs cotisations. Pour le reste, ils doivent fermer leur gueule. » (Der Rote Gewerkschaftler, 8 décembre 1929).

  • 17 Marc Lentz, « Die freien Gewerkschaften auf dem Weg zur Sozialpartnerschaft (1921-1937) », dans Mar (...)

20Entre 1930 et 1935, pendant la crise économique mondiale, la moitié des étrangers employés dans la sidérurgie et les mines perdent leur emploi au Luxembourg. La RGO réussit à s’implanter durant ces années de crise dans un certain nombre de mines et dans deux des principales usines sidérurgiques17. Dans sa propagande, la RGO met l’accent sur le manque de solidarité de la part des deux syndicats majoritaires, le BMIAV et le syndicat chrétien Lëtzebuerger Chrëschtleche Gewerkschaftsbond (Confédération luxembourgeoise des syndicats chrétiens, LCGB), proche de la droite politique. Selon les communistes, le BMIAV divise la classe ouvrière en demandant des cotisations trop élevées et en se concentrant, au détriment des ouvriers non qualifiés et des immigrés, sur la défense d’une aristocratie ouvrière, bénéficiant de salaires plus élevés et de logements fournis par l’employeur.

  • 18 Serge Bonnet, L’Homme du fer. Mineurs et sidérurgistes lorrains : 1930-1959, tome 2, Nancy, Édition (...)

21Au-delà des frontières du Luxembourg, les flux transnationaux de main-d’œuvre dans le bassin industriel constitué par la Sarre, la Lorraine et le Luxembourg soulèvent la question de la coopération syndicale internationale. En 1933, les mines de fer du nord du département de la Moselle ont occupé 3 424 ouvriers, dont 597 Français, 632 Luxembourgeois et Belges, 1 055 Italiens, 743 Polonais, 246 Allemands et 151 étrangers d’autres nationalités. 1 124 de ces ouvriers résidaient au Luxembourg et devaient par conséquent traverser la frontière pour se rendre au travail18. Un comité regroupant des syndicats allemand, français, belge et luxembourgeois, instauré lors d’une conférence syndicale internationale tenue au Luxembourg en 1927, essaie de mener des campagnes de syndicalisation dans la sidérurgie et les mines en Lorraine.

  • 19 La Fédération internationale des ouvriers sur métaux (FIOM) est l’un des plus anciens regroupements (...)
  • 20 Internationaler Metallarbeiterbund, op. cit.

22La Fédération internationale des ouvriers sur métaux (fondée en 1893 comme regroupement international de syndicats19), à laquelle est affiliée le BMIAV, décrit en 1930 les difficultés rencontrées dans la syndicalisation des travailleurs, souvent peu ou pas qualifiés, dans le bassin industriel de la Sarre, de la Lorraine et du Luxembourg : « Après la fin de la guerre, une masse d’ouvriers très arriérés du point de vue culturel et intellectuel a déferlé vers les syndicats. Les organisations syndicales de l’époque manquaient de force et d’influence pour faire face à ce soudain afflux désordonné. [...] De cette manière, un mouvement de masse chassait l’autre, et tous ont été violemment subjugués par la police, l’armée et l’État. Pour couronner le tout, l’empoisonnement bolchevique-communiste a commencé en ces temps de confusion, et il a eu un effet dévastateur sur cette masse affluée de tous les pays et animée d’une confusion et d’illusions sans bornes. »20 Ainsi, à nouveau, l’immigration est vue comme un obstacle à la syndicalisation et les immigrés sont identifiés à des vecteurs de la radicalisation politique.

  • 21 Cité dans Henri Wehenkel, « 1945-47 : les communistes aux portes du pouvoir », Forum, septembre 201 (...)
  • 22 . Tract du LAV, « An die Escher Kameraden », non daté, datant probablement de janvier 1945.

23Encore après la Seconde Guerre mondiale, les relations continuent à être tendues entre socialistes et communistes, comme le montrent les débats autour de la création d’une centrale syndicale unifiée. Ce projet va échouer avec la scission en 1945 du principal syndicat, le Lëtzebuerger Arbechterverband (Fédération des ouvriers du Luxembourg, LAV), et la fondation du Freie Lëtzebuerger Arbechterverband (Fédération ouvrière luxembourgeoise libre, FLA), proche du parti communiste. Pendant quelques années, le FLA devient le premier syndicat en nombre d’adhérents au Luxembourg. La scission du mouvement syndical a lieu de manière précoce par rapport à d’autres pays européens comme la France et l’Italie où elle intervient quelques années plus tard, en 1947 et 1948. Renforcé par sa participation à la Résistance et s’appuyant sur la volonté de renouveau après la Libération, le Parti communiste incite dès octobre 1944, dans un bulletin interne, ses membres « à élire de nouveaux comités syndicaux en éliminant ceux des anciens fonctionnaires et hommes de confiance qui ont collaboré avec les fascistes ou ont été simplement lâches ou passifs »21. Les anciens dirigeants du LAV, majoritairement des membres du parti socialiste, veulent rester à la direction du syndicat et reprochent aux communistes de poursuivre une stratégie concertée de prise de contrôle des sections locales du syndicat, en s’appuyant en particulier sur des « étrangers non syndiqués et ennemis du pays » (« Unorganisierte und landesfeindliche Ausländer »22).

  • 23 Lëtzebuerger Arbechterverband, Der Verband und seine Tätigkeit. Bericht von Antoine Krier, Esch-sur (...)
  • 24 Antoine Krier, 1916-1976 : Werden und wirken, Lëtzebuerger Arbechterverband, Esch-sur-Alzette, Letz (...)

24Dans la lignée de cette tonalité nationaliste des débats, les dirigeants du LAV stigmatisent le FLA comme un syndicat d’étrangers. Ainsi, lorsqu’en septembre 1946, le LAV et le FLA organisent des manifestations séparées pour commémorer le trentième anniversaire des syndicats libres, le secrétaire général du LAV, Antoine Krier, insiste sur les « visages étrangers » qui auraient défilé avec le FLA. Krier oppose le cortège du FLA, en qui il voit une « tentative de subversion des ouvriers luxembourgeois par des éléments étrangers », à la manifestation du LAV, qu’il décrit comme le « témoignage d’une classe ouvrière luxembourgeoise consciente de ses intérêts de classe, qui sait et savait ce qu’elle doit à sa cause et au pays »23. Le LAV souligne l’ancienneté de nombre de ses adhérents, membres du syndicat depuis vingt ou trente ans, pour se légitimer. Cette mise en opposition des nouveaux adhérents et des adhérents les plus anciens, qui sont aussi les plus stables sur le plan professionnel et dont la présence sur le territoire national est la plus ancienne, transparaît également dans les discussions autour du montant des cotisations des adhérents. Les nouveaux adhérents de 1944 et 1945 payaient en effet une cotisation provisoire moins élevée que la cotisation d’avant-guerre. Le secrétaire général du LAV, Antoine Krier, revient dans ses mémoires sur cet épisode en évoquant des « adhérents à cinq sous » (Fünffrankenmänner) devenus des « révolutionnaires à cinq sous » (Fünffrankenrevolutionäre) prêts à « livrer » le syndicat au Parti communiste24.

25Les débats syndicaux des années 1920 aux années 1950 montrent la prégnance des clivages nationaux et politiques, avec des représentations différenciées des travailleurs migrants en fonction de leur proximité perçue avec le courant social-démocrate prédominant du syndicalisme luxembourgeois. Ensuite, on assiste à un passage graduel à des discours qui mettent en scène des différences entre cultures nationales des relations professionnelles.

L’émergence d’un discours des différences culturelles

26À partir des années 1970, un discours focalisé sur la diversité des « cultures » syndicales et des « modèles » nationaux de relations professionnelles prend la place des catégorisations ethniques et des oppositions politiques frontales. Le discours des différences culturelles s’appuie sur l’idée qu’il existe des modèles nationaux homogènes des relations professionnelles. Il retraduit en termes d’oppositions culturelles les clivages centraux dans le mouvement ouvrier, qui engagent le rapport à la négociation et au conflit. Actuellement, les relations établies par les syndicats luxembourgeois avec les travailleurs frontaliers français sont particulièrement emblématiques de ces discours centrés sur les modèles nationaux des relations professionnelles.

  • 25 Christophe Sohn (dir.), Luxembourg. An Emerging Cross-border Metropolitan Region, Bruxelles, Peter (...)
  • 26 Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, Presses universit (...)

27Depuis les années 1980, l’économie luxembourgeoise dépend de manière croissante de travailleurs frontaliers habitant en France, Belgique ou Allemagne, qui viennent travailler au Luxembourg25. Les syndicats luxembourgeois ont notamment créé des sections syndicales spécifiques pour syndiquer les travailleurs frontaliers. Dans le cas des frontaliers français, un certain nombre d’animateurs de ces sections syndicales ont été socialisés à la politique dans le bassin minier et sidérurgique de Longwy en Lorraine, durant les années 1970 et 198026, avec une proximité familiale et politique vis-à-vis de la Confédération générale du travail en France. Aujourd’hui, ces travailleurs frontaliers interrogés lors d’entretiens sont nombreux à évoquer des différences entre syndicalisme luxembourgeois et français, interprétées en termes de cultures syndicales nationales plus qu’en termes de conceptions de l’action syndicale en concurrence. Le président d’une section de travailleurs frontaliers français affiliés au principal syndicat luxembourgeois l’Onofhängege Gewerkschaftsbond Lëtzebuerg (Confédération syndicale indépendante du Luxembourg, OGBL), qui a pris la suite du LAV en 1979 et compte 72 000 adhérents en 2016 (sur un nombre total de 387 000 salariés au Luxembourg), affirme ainsi durant un entretien : « Ce n’est pas du tout la même culture syndicale. Nous, on est plus pour l’action que pour la négociation, alors qu’au Luxembourg on privilégie la négociation plutôt que l’action. En France c’est le contraire. C’est surtout là-dessus que ça coince. » (Entretien, 2012).

28Le discours sur les différences de cultures est également porté par les responsables syndicaux luxembourgeois. L’idée d’une homogénéité nationale des conceptions et pratiques syndicales peut notamment être utilisée pour tenter d’imposer une définition du militantisme syndical légitime à l’intérieur des frontières d’un pays. Si le syndicalisme international est pluriel, les pratiques et représentations dans les différents pays sont censées être uniformes. Le président du syndicat chrétien LCGB, qui est la deuxième organisation syndicale au Luxembourg en nombre d’adhérents, affirme ainsi à propos des travailleurs frontaliers français : « En fait, ils viennent d’une tradition revendicative et ont plutôt tendance, disons, à rapidement faire grève. Cela dit, en aucun cas je ne veux laisser entendre que je désapprouve cela. Chaque pays doit savoir comment il opère et possède sa propre tradition du dialogue social. Mais il est clair que des Français qui viennent de ce mouvement syndical-là ont parfois des difficultés à comprendre comment nous voyons les choses. » (Entretien, 2012).

29Du côté des organisations d’employeurs et du gouvernement luxembourgeois, l’idée que les étrangers risquent de mettre en danger la paix sociale dans les entreprises reste présente. Le principal représentant de l’organisation faîtière des employeurs luxembourgeois, l’Union des entreprises luxembourgeoises, a ainsi affirmé récemment que le principal syndicat, l’OGBL, « change peu à peu dans une direction un peu plus à gauche, plus contestataire » et a attribué cette évolution à l’influence de la « culture syndicale française » qui ferait bouger « le soubassement idéologique » du syndicalisme luxembourgeois (Lëtzebuerger Land, 4 décembre 2015).

30Une méfiance similaire vis-à-vis de la base syndicale, et en particulier des travailleurs étrangers, est présente chez le gouvernement luxembourgeois. L’exposé des motifs de la loi sur les relations collectives de travail, adoptée en 2004, affirme ainsi encore que les travailleurs étrangers « importent aussi des cultures sociales et syndicales différentes » qui risquent de mettre à l’épreuve le dialogue social « tel qu’il a fait ses preuves au Luxembourg ». Afin de contrer ce risque et d’éviter l’émergence de syndicats catégoriels, la loi privilégie la signature d’accords collectifs par des syndicats multisectoriels disposant d’une large représentativité.

  • 27 Claude Wey, « De l’émergence du soi-disant modèle social luxembourgeois 1880-1940 », dans Serge All (...)

31Le discours sur le « modèle social luxembourgeois »27, supposément caractérisé par la concertation sociale et la paix sociale, s’est construit dans un double mouvement : d’une part, en tant que rationalisation de pratiques de concertation sociale tripartites entre syndicats, employeurs et État au moment de la crise de la sidérurgie des années 1970 ; d’autre part, en tant que discours de justification de la concentration des syndicats sur les arènes de négociation nationales. Cette concentration a impliqué, en particulier dans les cas de luttes de concurrence entre travailleurs de différents sites de production, une relativisation de la pertinence des pratiques de la collaboration syndicale internationale, voire même une opposition aux mouvements syndicaux d’autres pays.

32Alors que la crise de la sidérurgie touche à la fois le Luxembourg, la Lorraine et la Wallonie durant la deuxième moitié des années 1970, on assiste à une définition du « modèle social luxembourgeois » en opposition aux pratiques syndicales des pays voisins. Un éditorialiste du quotidien Tageblatt, détenu par les syndicats, évoque ainsi l’échec des mobilisations syndicales contre le plan « Acier » de 1977, en particulier à Thionville, ville française située à quelques kilomètres du Luxembourg : « La direction du LAV a été la première à reconnaître la possibilité de poser certaines limites à la volonté patronale de rationalisation à travers une conférence tripartite institutionnalisée, limites qui n’existent pas dans le Thionville voisin. Et c’est pourquoi, 17 000 personnes y sont jetées à la rue sans ménagement, en dépit de nombreuses manifestations, grèves et protestations. » (Tageblatt, 6 juillet 1977).

33À de nombreuses reprises, le Tageblatt, qui est le deuxième quotidien du pays en termes de circulation, soutient que l’efficacité de cadres de négociation tripartite entre les syndicats, les employeurs et l’État ferait toute la différence avec la France.

  • 28 Marie-Louise Opdenberg (dir.), L’Année sociale 1977, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxell (...)

34L’exemple d’une grève menée à la fin des années 1970 dans une usine sidérurgique située à Athus sur la frontière belgo-luxembourgeoise est emblématique de la définition du modèle social en opposition aux pratiques syndicales des pays voisins28. Alors que les ouvriers du côté belge de l’usine sont en grève pour préserver leur emploi lors de cette première restructuration lourde dans la sidérurgie belge, la production continue du côté luxembourgeois. Les journalistes du journal syndical Tageblatt opposent dans leur couverture de cette grève la « tactique de lutte » des syndicats belges à la « tactique de négociation » des syndicats luxembourgeois (Tageblatt, 11 août 1977), lesquels feraient preuve d’une « capacité de manœuvre et d’un argumentaire habiles » (Tageblatt, 6 août 1977).

35On voit ainsi se substituer aux catégorisations ethniques et aux oppositions politiques frontales un discours sur les différences entre syndicalismes nationaux et cultures des relations professionnelles. Cette substitution correspond également à un enracinement de l’idée de modèles nationaux homogènes des relations professionnelles et d’un « modèle social luxembourgeois » marqué par son caractère non conflictuel.

Conclusion

36Le cas du Luxembourg paraît emblématique des ambivalences plus larges de l’internationalisation des syndicats, caractérisée par des tensions entre protection de l’emploi national et solidarité internationale, ainsi qu’entre espaces nationaux de négociation et collaboration syndicale européenne.

37Durant la période de constitution des premières organisations syndicales au xixe siècle, les migrations internationales jouent un rôle crucial dans le transfert de pratiques militantes et la réception des débats d’idées internationaux. Le compagnonnage, en tant que pratique de formation professionnelle à travers le voyage, et les migrations contribuent à la circulation des idées politiques et des techniques d’organisation durant cette période, qui voit l’émergence de syndicats de métiers et de sociétés de secours mutuel.

38Avec la constitution des systèmes de protection sociale à l’échelle nationale et l’approfondissement des divisions politiques dans le mouvement syndical, le rapport aux étrangers devient l’objet de luttes de concurrence entre courants syndicaux, en particulier entre militants socialistes et communistes. Au cours de ces luttes, qui sont encore aiguisées par les politiques de protection de l’emploi national, les immigrés peuvent être identifiés à des clivages venus de l’extérieur du système politique national et étrangers au modèle syndical social-démocrate prédominant au Luxembourg. Ces conflits ne mettent ainsi pas nécessairement en présence des « étrangers » et des « nationaux », mais aussi, et peut-être surtout, des militants qu’opposent des conceptions politiques et syndicales en concurrence.

  • 29 Barbara Bechter, Bernd Brandl, Guglielmo Meardi, « Sectors or countries ? Typologies and levels of (...)

39Au cours des dernières décennies, un discours sur les différences entre syndicalismes nationaux et institutions nationales des relations professionnelles se substitue peu à peu aux catégorisations ethniques et aux oppositions politiques frontales entre autochtones et immigrés. Le discours sur les cultures nationales des relations professionnelles voit les responsables syndicaux, mais aussi des représentants politiques et patronaux, assigner des identités sociopolitiques homogènes aux adhérents syndicaux en fonction de leur origine nationale. À l’encontre de telles visions homogénéisantes des « modèles nationaux » des relations professionnelles, des travaux récents ont mis l’accent sur les diversités sectorielles des relations professionnelles au sein même des pays29.

40L’interprétation territorialisée des débats syndicaux contribue à la production de stéréotypes sociaux et culturels, notamment quand les travailleurs frontaliers français sont vus comme porteurs d’une conception conflictuelle des relations professionnelles. De telles représentations suggèrent également des légitimités inégales à participer, puisqu’elles impliquent que les étrangers doivent d’abord s’adapter au système luxembourgeois des relations professionnelles. La persistance des territoires nationaux dans les représentations des acteurs syndicaux illustre les difficultés à faire émerger au niveau européen un espace transnational des débats politiques.

Haut de page

Notes

1 Mike Davis, Prisoners of the American Dream : Politics and Economy in the History of the U.S. Working Class, New York, Verso, 1986 ; Jean-Louis Robert, Friedhelm Boll, Antoine Prost (dir.), L’invention des syndicalismes : le syndicalisme en Europe occidentale à la fin du xixe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997.

2 Sidney Webb et Beatrice Webb, Industrial Democracy, Londres, Longmans, 1902 ; Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française xixe-xxe siècles, Paris, Le Seuil, 1986.

3 Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy, Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin, 2015.

4 Gilbert Trausch, Contributions à l’histoire sociale de la question du Luxembourg (1914-1922), Luxembourg, Imprimerie Saint-Paul, 1974 ; Serge Hoffmann, « L’immigration dans la tourmente de l’économie (1913-1940) », dans Galerie : revue culturelle et pédagogique, n° 3, 1988, p. 339-353 ; Michel Pauly, Histoire du Luxembourg, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2013.

5 Gérard Noiriel, op. cit. ; Paul Zahlen, La sidérurgie de la région Sarre-Lorraine-Luxembourg dans les années 1920, Thèse de doctorat, Institut universitaire européen, Florence, 1988.

6 Henri Wehenkel, « Le Tour de France d’un typographe luxembourgeois », dans Henri Wehenkel (dir.), Luxembourg-Paris-Luxembourg 1871. Migrations au temps de la Commune, Luxembourg, Publications scientifiques du Musée d’histoire de la ville de Luxembourg, 2001, p. 71-96.

7 Cité dans Henri Wehenkel, op. cit.

8 Ibid.

9 Fabian Trinkaus, Arbeiterexistenzen und Arbeiterbewegung in den Hüttenstädten Neunkirchen/Saar und Düdelingen/Luxemburg (1880-1935/40). Ein historischer Vergleich, Saarbrücken, Kommission für Saarländische Landesgeschichte, 2014.

10 Gilbert Trausch, op. cit.

11 BMIAV, Protokoll des 7. Ordentlichen Verbandstages des Industrieverbandes der Berg- und Metallarbeiter stattgefunden in Dommeldingen am 25. und 26. August 1928, Esch-sur-Alzette, Genossenschaftsdruckerei, 1928 [Toutes les citations ont été traduites par l’auteur].

12 Parti communiste luxembourgeois, « Aktionsprogramm für die Arbeitsmigration M.O.E », non daté, datant probablement de 1930.

13 Ibid.

14 BMIAV, « Bericht des Luxemburger Berg- und Metallarbeiter-Verbandes pro 1927-1929 », dans Internationaler Metallarbeiterbund, Berichte des Sekretärs und der Landesorganisationen 1927-1929 an den 12. Internationalen Metallarbeiter Kongress in Kopenhagen, Berne, Unionsdruckerei, 1930.

15 Sur l’histoire de l’ISR : Reiner Tosstorff, « Moscou contre Amsterdam. L’Internationale syndicale rouge (1920-1937) », dans Tania Régin et Serge Wolikow (dir.), Les syndicalismes à l’épreuve de l’international, Paris, Syllepse, 2002, p. 43-56.

16 Secrétariat européen de l’Internationale syndicale rouge, « An die RGO in Luxemburg », non daté, datant probablement de 1931.

17 Marc Lentz, « Die freien Gewerkschaften auf dem Weg zur Sozialpartnerschaft (1921-1937) », dans Marc Lentz et al., 75 Joër fräi Gewerkschaften. Contributions à l’histoire du mouvement syndical luxembourgeois, Esch-sur-Alzette, OGBL, p. 185-262.

18 Serge Bonnet, L’Homme du fer. Mineurs et sidérurgistes lorrains : 1930-1959, tome 2, Nancy, Éditions Serpenoise/Presses universitaires de Nancy, 1977 ; Arnaud Sauer et Denis Scuto, « Le travail frontalier dans l’industrie lourde de l’entre-deux-guerres aux années 1970. Bilan historiographique, sources et pistes de recherche », dans Hémecht. Revue d’histoire luxembourgeoise, vol. 64, n° 4, 2012, p. 75-99.

19 La Fédération internationale des ouvriers sur métaux (FIOM) est l’un des plus anciens regroupements syndicaux internationaux. Durant la période de l’entre-deux-guerres, elle joue surtout un rôle d’échange d’informations et de soutien à certaines organisations nationales affiliées. Après la Seconde Guerre mondiale, la FIOM est proche de la Confédération internationale des syndicats libres. Elle fusionne en 2012 avec d’autres syndicats internationaux dans IndustriALL (Voir : Hans Wolfgang Platzer et Torsten Müller, Die globalen und europäischen Gewerkschaftsverbände : Handbuch und Analysen zur transnationalen Gewerkschaftspolitik. 1. Halbband, Berlin, Éditions Sigma, 2009.

20 Internationaler Metallarbeiterbund, op. cit.

21 Cité dans Henri Wehenkel, « 1945-47 : les communistes aux portes du pouvoir », Forum, septembre 2010, p. 22-28.

22 . Tract du LAV, « An die Escher Kameraden », non daté, datant probablement de janvier 1945.

23 Lëtzebuerger Arbechterverband, Der Verband und seine Tätigkeit. Bericht von Antoine Krier, Esch-sur-Alzette, Luxemburger Genossenschaftsdruckerei, 1948.

24 Antoine Krier, 1916-1976 : Werden und wirken, Lëtzebuerger Arbechterverband, Esch-sur-Alzette, Letzebuerger Arbechter Verband, 1976, p. 116.

25 Christophe Sohn (dir.), Luxembourg. An Emerging Cross-border Metropolitan Region, Bruxelles, Peter Lang, 2012.

26 Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

27 Claude Wey, « De l’émergence du soi-disant modèle social luxembourgeois 1880-1940 », dans Serge Allegrezza et al. (dir.), L’histoire, le présent et l’avenir du modèle luxembourgeois, Luxembourg, Institut d’études européennes et internationales du Luxembourg, 2003, p. 3-18.

28 Marie-Louise Opdenberg (dir.), L’Année sociale 1977, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1979.

29 Barbara Bechter, Bernd Brandl, Guglielmo Meardi, « Sectors or countries ? Typologies and levels of analysis in comparative industrial relations », dans European Journal of Industrial Relations, vol. 18, n° 3, 2012, p. 185-202.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Thomas, « « Provocateurs et semeurs de ragots » : les immigrés au prisme des débats syndicaux », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 132 | 2016, 89-104.

Référence électronique

Adrien Thomas, « « Provocateurs et semeurs de ragots » : les immigrés au prisme des débats syndicaux », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5384

Haut de page

Auteur

Adrien Thomas

Luxembourg Institute of Socio-Economic Research

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page