Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les coopérations syndicales internationales en matière d’immigration : étude de cas autour de la CFDT (1966-1982)

Claude Roccati
p. 67-88

Résumé

Cet article étudie les collaborations internationales mises en œuvre par la CFDT en matière d’immigration, en se focalisant sur les accords de coopération conclus avec la Confédération des syndicats yougoslaves, puis avec des organisations algériennes. La confédération a alors organisé son secrétariat national aux travailleurs immigrés au sein de son secteur « International », faisant ainsi de l’immigration un objet de sa politique internationale. Les deux cas examinés sont bien différents du fait du contexte dans lequel ils se sont déroulés et de leur insertion dans les relations bilatérales de la CFDT. En effet, ils dépendent autant des liens créés par la CFDT avec ces organisations étrangères qu’ils contribuent à redessiner ces liens. Ils éclairent les positions fluctuantes de la confédération française face aux projets gouvernementaux yougoslave et algérien à l’égard de leurs ressortissants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Léon Gani, Syndicats et travailleurs immigrés, Paris, Éditions sociales, 1972, p. 51.

1Dans le paysage syndical français, la CFDT se singularise par le caractère relativement tardif de la prise en charge des travailleurs immigrés. Après la Seconde Guerre mondiale, alors que la CGT organisait son premier secrétariat « Immigrés », celle qui était encore la CFTC – elle prendra le nom de CFDT en 1964 – avait mis en œuvre un secrétariat destiné aux seuls réfugiés d’Europe de l’Est. À cette époque, le discours tenu à l’égard de l’immigration était particulièrement prudent. La main-d’œuvre étrangère était acceptée uniquement là où elle était un appoint nécessaire et à condition que le travailleur immigré dispose des mêmes conditions de salaire et des mêmes droits sociaux que les autochtones1.

  • 2 Principalement celles du secteur « International » (SI) et celles du Secrétariat national aux trava (...)
  • 3 Même s’il ne s’agit pas d’accord à proprement parler, on peut évoquer l’INCA (Instituto Nazionale C (...)
  • 4 La CFDT a signé d’autres accords, en particulier avec l’UGTT (Tunisie), mais ils datent d’après 198 (...)

2Au début des années 1960, le discours évolue. Il témoigne d’un intérêt neuf qui entraîne une nouvelle structuration de l’organisation avec des organes exclusivement dédiés à une prise en charge spécifique des travailleurs immigrés. Un secrétariat « Immigrés » voit donc le jour en 1966. Celui-ci est inséré au sein du secteur « International » et le restera pendant plus de quinze ans. Se dessine ainsi une période homogène dans la façon de prendre en charge l’immigration, qui devient un domaine de l’action internationale. C’est cette période que nous souhaitons étudier, à partir des archives confédérales de la CFDT2. L’immigration relève alors de la diplomatie syndicale, c’est-à-dire des relations bilatérales qu’entretient la CFDT avec ses homologues étrangers. Elle donne lieu, en particulier, à la signature d’accords de coopération. Si ce type de coopération n’est pas nouveau au sein du syndicalisme français, pour la CFTC-CFDT, ces accords sont inédits3. Ceux passés pendant cette période avec la Confédération des syndicats yougoslaves (CSY), puis avec l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) seront au cœur de cette étude4. Après avoir détaillé la manière dont le secrétariat a été mis en place, nous nous intéresserons spécifiquement à ces accords en les replaçant dans leur contexte géopolitique et en les insérant dans les relations internationales entretenues par la confédération.

L’organisation de la prise en charge des travailleurs immigrés au sein de la confédération CFDT

  • 5 Ce que décrit la note de la commission internationale de la confédération : La CFTC et les travaill (...)

3La CFTC du début des années soixante est une organisation en mutation, dont l’évolution débute par une refonte de ses structures. Cette restructuration globale a un impact sur l’organisation de la prise en charge des travailleurs immigrés. En refondant le secteur « International », l’équipe d’Eugène Descamps, nouveau secrétaire général élu en 1961, décide de placer en son sein un secrétariat spécifique, nouvellement créé, qui prendrait en charge les questions relatives aux travailleurs immigrés. À première vue, cette décision se situe dans la continuité des choix des années précédentes. Depuis 1950, il existe au sein de la CFTC un « secrétariat aux travailleurs étrangers » rattaché au service des relations internationales. Mais ce secrétariat concerne exclusivement les exilés d’Europe de l’Est (Ukraine, Biélorussie, Russie, Pologne, Hongrie) qui sont organisés en sections nationales. Surtout, la mission de ce secrétariat se borne à leur apporter une aide sociale et juridique, ainsi qu’une assistance matérielle. Il s’agit essentiellement de préparer leur retour et de les familiariser avec un syndicalisme « libre » dont ils pourraient être les maîtres d’œuvre dans leurs pays après la chute des régimes communistes5.

  • 6 Gérard Espéret, « La CFTC et les travailleurs étrangers en France. Ébauche de plan » (notes manuscr (...)

4Les motivations qui président à la création d’un nouveau secrétariat au début des années soixante sont radicalement différentes. L’initiative en revient, semble-t-il, à Gérard Espéret, vice-président de la confédération, depuis longtemps en charge des questions d’outre-mer et à la tête du secteur « International » nouvellement formé. En 1963, il rédige une note à l’intention du bureau exécutif de la confédération pour évoquer la situation des « travailleurs étrangers » – comme il les appelle alors – afin de leur faire une place au sein de l’organisation. Ses notes personnelles, dans lesquelles il déploie davantage son argumentaire, dévoilent ses motivations6. Selon lui, les travailleurs étrangers doivent faire l’objet d’un « effort spécial » parce qu’ils sont les « travailleurs les plus exploités ». Espéret met en avant les valeurs de « justice » et de « solidarité humaine », mais il s’agit bien d’une mission syndicale. Si la CFTC doit créer un secrétariat spécifique, celui-ci ne saurait être un service d’assistance ; les travailleurs doivent être intégrés dans des syndicats existants, car « leurs problèmes sont ceux des travailleurs français dont ils doivent partager la lutte ». L’organisation des sections nationales n’a plus lieu d’être. Par ailleurs, Espéret milite pour une insertion au sein du secteur « International », car « un tel service doit coller aux réalités, la prise en charge des étrangers étant un aspect, sous des formes diverses, de notre politique bilatérale ».

  • 7 « Les travailleurs immigrés », Nouvelles CFDT n° 177, 20 mai 1966. La CGT avait organisé, elle auss (...)

5Il faut finalement encore quelques mois pour que ce secrétariat voie le jour. Le congrès confédéral de 1965 aurait pu être l’occasion de l’organisation d’une conférence sur l’immigration mais, signe de l’importance donnée au sujet, il est décidé de lui donner une audience particulière et de ne pas le « noyer » dans la multitude des débats. C’est finalement en mars 1966 que la première conférence nationale des immigrés – le vocable immigré remplaçant celui d’étranger – est organisée par la CFDT. À son issue est immédiatement mise en place une commission nationale qui comprend des responsables immigrés, représentants de leurs nationalités (algérienne, espagnole et italienne, les postes pour le Portugal et l’Afrique étant encore à pourvoir en mai 1966), trois représentants fédéraux (métallurgie et bâtiment), un représentant régional de l’union départementale de Moselle, ainsi que deux représentants de secteurs confédéraux (le secteur « action sociale et professionnelle » et le secteur « International »7). Pierre Manghetti est désigné comme secrétaire. Travaillant sous la responsabilité du président de la commission, Robert Duvivier, également secrétaire général de l’Union régionale parisienne (URP), il prend en charge la gestion quotidienne du secrétariat.

  • 8 Rapport général de la conférence nationale des immigrés, Paris, 26 au 27 mars 1966 (7H730).

6La résolution rédigée lors de la conférence souligne l’évolution des représentations de l’immigration à l’origine de cette restructuration. Elle affirme notamment « pour tout homme le droit élémentaire et universel à vivre, travailler, s’épanouir dans un pays autre que celui où il est né ou qu’il considère comme le sien »8. Elle fait des migrants d’abord des travailleurs, ce qui oblige le syndicat à agir :

  • 9 Idem.

7« Le syndicalisme français […] a un devoir de solidarité à remplir à leur égard. La CFDT, en vertu de l’idéal humaniste qui l’anime, considère comme l’une de ses tâches prioritaires la participation des immigrés à ses luttes et à ses combats pour l’avancée de la classe ouvrière. […] Pour nous syndicalistes, un travailleur immigré est un camarade qu’il faut entraîner vers la solidarité et la fraternité internationale du mouvement ouvrier »9.

  • 10 René Gallissot, Nadir Boumaza, Ghislaine Clément (dir.), Ces migrants qui font le prolétariat, Pari (...)
  • 11 Gérard Espéret, « La CFTC et… », doc. cit.
  • 12 Cf. Frank Georgi, L’invention de la CFDT, Paris, Éditions de l’Atelier, 1995, p. 46.

8L’historien René Gallissot a vu dans ce discours le « glissement sinueux » de l’universalisme chrétien vers « un humanisme de fraternité »10. Cet appel, ainsi que les tonalités d’un discours qui ne se défait pas d’un certain misérabilisme, pourrait lui donner raison : ainsi lorsque Espéret parle de cette « catégorie de travailleurs » qui « viennent exécuter en France des travaux que les ouvriers français veulent de moins en moins faire »11. Néanmoins, Espéret porte son attention d’abord vers les travailleurs « les plus exploités », aliénés, qu’il faut aider à « libérer ». En ce sens, son attention s’inscrit dans la continuité de ses combats passés lorsque, convaincu de la nécessité de promouvoir l’autonomie des peuples colonisés, il avait œuvré à leur organisation bien avant les indépendances politiques. Ces positions anticolonialistes sont d’ailleurs également partagées par Robert Duvivier, qui a été à la pointe du combat syndical pour la paix en Algérie. Il s’était notamment distingué par le discours tenu lors des obsèques des morts de Charonne du 8 février 1962, au cours duquel il avait également salué les morts algériens d’octobre 196112.

  • 13 Résolution générale adoptée par la conférence nationale des immigrés (7H729).

9L’ambition de réaliser cette « fraternité internationale » suffit-elle à expliquer l’insertion de ce premier secrétariat au sein du secteur « International » ? Certes, la décision repose sur des considérations pratiques : il s’agit d’abord de fournir au secrétariat des moyens matériels qui permettent de coordonner la prise en charge des immigrés. Le secteur « International » offre cette possibilité : un permanent doit y consacrer la moitié de son temps et surtout le secrétariat, c’est-à-dire les sténodactylographes, peut l’aider dans sa tâche. Aussi, l’« International » a l’habitude de collaborer avec les organismes de formation, particulièrement utiles pour les immigrés. Mais le choix n’est pas anodin pour autant. Si les autres secteurs de la confédération, représentés au sein de la commission « Immigrés », n’ont pas été retenus, c’est également parce que la prise en charge des travailleurs immigrés relève d’une conception de l’action syndicale où l’international, dans ses différents aspects, devient important. La résolution générale adoptée par la conférence nationale l’indique : en amont des dénonciations et de la présentation des revendications concrètes, le texte est d’abord un appel. Les travailleurs immigrés doivent « rejoindre les rangs de la CFDT afin de mener solidairement, au coude à coude avec les travailleurs français, un seul et unique combat pour l’avancée de la classe ouvrière internationale ». La résolution est aussi l’occasion de saluer non seulement « tous les travailleurs immigrés vivant en France », mais aussi « tous les travailleurs qui, de par le monde, construisent un syndicalisme démocratique ou luttent pour l’instaurer »13. Or, la mission du secteur « International » est d’activer cette solidarité, il est donc le secteur indiqué pour prendre en charge les travailleurs immigrés.

L’élaboration des accords internationaux sur l’immigration

10L’insertion du secrétariat au sein du secteur International a favorisé des collaborations bilatérales avec des organisations syndicales étrangères, également intéressées par les problèmes d’émigration. Deux collaborations, en particulier, ont abouti, entre 1966 et 1982, à des accords : l’un avec la CSY, l’autre avec l’UGTA, mais ces accords relèvent de contextes et de motivations très différents.

  • 14 Doc. SNTI qui utilise les chiffres fournis par Hommes et migrations, Quelques chiffres sur l’immigr (...)
  • 15 Doc. SNTI, Les immigrants par nationalités, 1964 (7H727).

11C’est d’abord avec la Confédération des syndicats yougoslaves (CSY) que la CFDT a entamé une collaboration, ce qui, étant donné la faible importance des travailleurs yougoslaves en France, peut paraître étonnant. Au 1er janvier 1970, ils étaient 51 629, ce qui représente bien peu en comparaison, par exemple, des 600 000 Algériens présents au même moment sur le territoire national14. D’ailleurs, les premiers documents du secrétariat détaillant la présence des immigrés en France selon les nationalités ne mentionnent pas les Yougoslaves15. Au sein même de la confédération, ces derniers sont peu présents. Aucun, par exemple, n’est membre de la commission « Immigrés ».

  • 16 Doc. SNTI, Échanges intersyndicaux sur l’immigration yougoslave, 21 au 22 novembre 1967 (7H715).
  • 17 Cf. Cedetim, Contribution à l’histoire politique de l’immigration, Paris, Stock, 1975, p. 135-149.
  • 18 Cf. Mariana Morokvasic, « Des migrants temporaires : les Yougoslaves », Sociologie du travail, n° 4 (...)

12C’est pourtant bien avec la CSY que le premier accord est signé, moins d’un an après la conférence nationale, à l’occasion de la visite d’une délégation de syndicalistes yougoslaves comprenant notamment le président du comité de la CSY pour les questions de placement à l’étranger16. Le programme et l’ordre du jour des réunions font apparaître que l’initiative en revient à la CSY : les discussions se concentrent sur les conditions de vie et de travail des travailleurs yougoslaves en France. Cet accord, en effet, suit de peu la négociation entre l’État français et l’État yougoslave qui a conduit en 1965 à autoriser 10 000 travailleurs yougoslaves par an à venir travailler en France17. Cette décision a été souhaitée par les Yougoslaves, qui ne parvenaient pas à empêcher le départ de leurs ressortissants provoqué par la crise économique. Ne pouvant l’éviter et afin de soulager le régime incapable d’assurer les besoins en emplois de ses travailleurs, les dirigeants yougoslaves avaient choisi d’organiser cette émigration et de lui donner un caractère circulatoire. Le temps de l’émigration, l’émigré devait bénéficier d’une formation afin qu’à son retour au pays il soit devenu un travailleur qualifié et qu’il « laisse sa place » à un non-qualifié18. Or, la Yougoslavie est à l’époque un régime socialiste structuré par des organisations de masse, le parti comme le syndicat y sont uniques et collaborent ensemble. La CSY agit donc alors dans la continuité de son gouvernement.

  • 19 Doc. SNTI, Accord intersyndical entre la CSY et la CFDT (7H715).

13Par cet accord, les deux organisations s’engagent à collaborer, l’essentiel portant sur la diffusion d’informations, en particulier à propos des droits des travailleurs yougoslaves19. Tout d’abord, la CSY doit avertir la CFDT des contingents de travailleurs yougoslaves devant arriver en France. En retour, la confédération l’informe de leurs conditions de vie et de travail. La confédération CFDT doit prévenir les fédérations de la CSY de la teneur des accords et des conventions collectives. Elle s’engage aussi à informer les organisations de la CSY des contenus des accords bilatéraux, en particulier ceux concernant la sécurité sociale, afin qu’elles défendent au mieux ces travailleurs immigrés. La CFDT favorise la création de permanences destinées aux travailleurs yougoslaves et doit amener ses organisations syndiquant des Yougoslaves à s’abonner aux revues conçues par la CSY pour ses travailleurs à l’étranger. La tâche principale, néanmoins, réside dans l’élaboration par la CFDT d’un document synthétisant les droits obtenus dans l’accord négocié entre les deux États et proposant un modèle de contrat type « garantissant aux travailleurs yougoslaves des conditions acceptables de travail et de vie », qui permettra « de préparer les interventions des deux parties auprès de leurs gouvernements respectifs en vue de la solution de leurs problèmes », dépassant le cadre fixé par les États. Il sera très vite diffusé par le secrétariat « Immigrés » avec l’objectif avoué de le faire appliquer à tous les travailleurs yougoslaves et pas seulement aux 30 % contrôlés par l’Office national de l’immigration.

  • 20 Une note de la commission « Immigrés » de la fin de l’année 1967 indique le nombre de 70 000 à 80 0 (...)
  • 21 Nous remercions Vincent Gay de nous avoir rapporté ce fait mentionné dans une note des renseignemen (...)

14Au-delà de la solidarité internationale, l’enjeu principal de cet accord réside dans la syndicalisation des Yougoslaves à la CFDT, l’entente entre les deux organisations et les échanges d’informations assurant une bonne prise en charge et les moyens de faire respecter les droits des travailleurs immigrés. La CFDT compte donc sur cet apport pour se renforcer20. Pour encourager cette syndicalisation, l’accord précise que la CSY devra traduire et diffuser auprès de ses militants en Yougoslavie une plaquette présentant le syndicat. Cela passe aussi par la collaboration avec les autorités, comme le montre l’exemple de la section CFDT de Citroën, se rendant en 1975 à l’ambassade yougoslave afin de solliciter son aide pour la syndicalisation de ses ressortissants dans l’entreprise21.

  • 22 Note de la commission « Immigrés », doc. cit.

15Ce premier accord signé en 1967, la confédération espère qu’il puisse servir de modèle pour atteindre d’autres nationalités davantage présentes sur le territoire national, en premier lieu les Algériens. Une vingtaine d’entre eux étaient déjà présents à la première conférence nationale, et parmi eux Omar Ouadj, militant particulièrement actif, permanent de l’Union régionale parisienne et de plus en plus impliqué au sein de la confédération. Diverses sessions de formation à l’intention des travailleurs algériens sont organisées (une en 1967, trois sont prévues pour l’année 1968-196922). Il faudra toutefois attendre près de treize ans avant de voir se concrétiser un accord avec l’UGTA, finalement signé en 1980.

  • 23 Abdelkader Maachou avait rencontré Paul Vignaux au congrès des syndicats enseignants belges en 1956 (...)

16Il est préparé en amont par des accords de coopération signés entre la CFDT et l’Amicale des Algériens en Europe (AAE), organisation qui a succédé à l’Amicale générale des travailleurs algériens (AGTA), créée en 1957 par la Fédération de France du FLN. À l’époque, ses membres devaient avoir une double affiliation, à l’organisation algérienne et aux syndicats français. Même si la majorité d’entre eux ont adhéré à la CGT, la CFTC a été sollicitée et a aidé l’organisation à diverses reprises. Plusieurs militants algériens, dont Mohammed Farès et Abdelkader Maachou, étaient en contact suivi avec des membres du SGEN, en particulier Paul Vignaux, figure tutélaire de la minorité de la CFTC. Des sessions de formation ont été organisées à leur intention à Bierville23.

  • 24 Communiqué commun UGTA-CFDT, 19 mars 1971 (8H1941).
  • 25 Déclaration commune UGTA-CFDT, 1er juin 1971 (8H1941).

17L’accord avec l’AAE s’est dessiné au début des années 1970. Lors du voyage d’une délégation CFDT en Algérie en mars 1971, le communiqué rédigé à cette occasion par les deux organisations fait état de leurs préoccupations communes face au sort des émigrés algériens, à leurs conditions de vie et de travail. Il évoque aussi leurs inquiétudes face à la montée du racisme. Tout cela amène les deux parties à annoncer leur volonté de « renforcer la lutte syndicale » pour éliminer les discriminations entre travailleurs français et immigrés24. Quelques mois plus tard, la réception en retour confirme ces intentions : le responsable de l’émigration fait partie de la délégation et rencontre Pierre Evain. La visite donne lieu à une « déclaration commune contre le racisme et pour la solidarité » qui reprend les termes du précédent communiqué25. Ces intentions aboutissent à la signature d’un protocole d’accord l’année suivante, en 1972.

  • 26 Note commune de l’AAE et de la CFDT, Modalités de la coopération établie entre l’AAE et la CFDT, ad (...)
  • 27 D’après Youcef Fatès, « La politique centrifuge d’intégration des jeunes par le sport de l’Amicale (...)

18Cependant, celui-ci ne ressemble pas à l’accord signé avec la CSY. Alors que ce dernier a été conclu très rapidement, après seulement deux journées de travail, il a fallu trois rencontres avec les Algériens, étalées sur l’année 1972, pour parvenir à l’élaboration d’un texte et établir les bases communes et les conditions d’une coopération. Le texte de l’accord, qui est officiellement une « note commune », explicite le rôle de chaque organisation et expose autant les motivations de la démarche que les décisions prises dans le traitement de l’émigration26. La nature de l’AAE, dont les activités ne se limitent pas aux problèmes syndicaux mais s’assurent surtout de la promotion sociale et culturelle des travailleurs algériens (cours d’alphabétisation, associations sportives), est soigneusement précisée. Le texte avertit aussi que cet accord de coopération ne saurait limiter « l’autonomie respective et la liberté d’expression » des deux organisations. Il est aussi ajouté que la CFDT « s’interdit toute immixtion dans les affaires intérieures des organisations des travailleurs algériens ». Ces précautions prouvent à tout le moins la méfiance existant entre les deux organisations et la nécessité ressentie d’encadrer soigneusement la coopération27. Preuve que l’entente n’a rien d’évident, le premier principe de la coopération affirme l’engagement commun à rechercher « en permanence une unité de vue et d’action sur les problèmes spécifiques concernant les travailleurs immigrés et de confronter régulièrement leurs positions concernant les rapports entre la France et l’Algérie ».

  • 28 Voir le communiqué commun CFDT-UGTA, 12 décembre 1973, demandant à l’État français de faire « respe (...)

19En matière d’immigration, le texte indique peu de points d’accord. Pour l’heure, il est seulement décidé de tenir des réunions trimestrielles au niveau confédéral et de favoriser les rapports aux échelons régionaux. La coopération est donc bien maigre, même si la CFDT s’est engagée par ailleurs à « permettre aux travailleurs immigrés d’être à part entière dans l’action et l’organisation », à constituer des groupes de nationalités et des commissions mixtes à tous les échelons et plus globalement à « faciliter l’insertion normale des travailleurs immigrés dans les structures de l’organisation ». Cet accord n’interdit pas, par ailleurs, d’autres formes de collaboration sur l’immigration avec l’UGTA, notamment par des appels en commun sur les conditions d’accueil : la CFDT se fait à ces occasions le porte-parole en France des préoccupations de l’organisation algérienne à l’égard des ressortissants de son État28.

  • 29 Circulaire du secrétariat « Immigrés » aux responsables et organisations de la CFDT, Rencontre entr (...)
  • 30 Communiqué de presse CFDT, Contact entre l’AAE et la CFDT, 16 novembre 1976 (15P121).
  • 31 Communiqué commun UGTA-CFDT, 22 décembre 1976 (8H1941).

20Les changements amenés par la décision du gouvernement français de restreindre les entrées sur le territoire amènent les organisations syndicales à rechercher davantage la collaboration entre elles. Une impulsion importante est donnée en 1976, alors que les immigrés se mobilisent dans les foyers de travailleurs et font la grève des loyers, ce qui crée parfois des tensions avec les syndicats. Une semaine d’action est engagée, en mai 1976, en commun avec l’AAE, l’UGTA, la CGT et la FEN29. Cette campagne commune lance une nouvelle dynamique : à la rencontre qui suit, entre Edmond Maire et le secrétaire général de l’UGTA, la possibilité d’étendre l’accord de coopération est discutée. Il est question notamment d’encourager les formations professionnelles des travailleurs immigrés30. Ainsi, lors de la visite d’une délégation « de sommet » en Algérie à la fin de l’année, le communiqué commun présente « la défense des travailleurs algériens en France » comme la « préoccupation commune dominante » des deux organisations31.

  • 32 Voir le communiqué de presse CFDT, La politique de M. Stoléru : l’expulsion massive, 16 février 197 (...)
  • 33 Les raisons qui ont conduit la CFDT à s’adresser à l’UGTA, au lieu de l’AAE, ne sont pas explicitée (...)
  • 34 Intervention de René Salanne-CFDT, Ve congrès de l’UGTA, 25 au 29 mars 1978 (8H2086).
  • 35 « Algérie. Des “intérêts contradictoires” » (interview d’Hubert Lesire-Ogrel), Syndicalisme hebdo, (...)

21En 1978, un nouveau pas est franchi, dont l’initiative semble encore venir de la CFDT. À ce moment-là, les combats sont rudes. La CFDT, qui a été en 1974 la seule organisation à s’opposer à la fermeture des frontières, combat les mesures du secrétaire d’État aux Travailleurs immigrés32. La CFDT sollicite alors, non plus l’AAE, mais directement l’UGTA, une première fois à l’occasion du Ve congrès de l’organisation algérienne33. À la tribune, le représentant de la CFDT, soulignant l’importance du combat commun en faveur des émigrés, rappelle les progrès qu’il reste à accomplir dans la lutte contre le racisme et dans la prise en charge de la formation professionnelle, de même que pour la scolarisation de la deuxième génération34. Ainsi, au mois de septembre, quand une délégation de la CFDT dirigée par Edmond Maire est envoyée en Algérie, d’après l’interview réalisée par le responsable CFDT à son retour, il semble que celle-ci se soit montrée particulièrement entreprenante sur le sujet : « Quant à l’immigration, il était indispensable que nous en discutions rapidement avec l’UGTA, car nous sommes à un moment clé dans ce domaine. La crise économique atteint de plein fouet les travailleurs étrangers, et particulièrement les Algériens. D’autre part, la politique d’immigration française nous inquiète de plus en plus. »35 Sont en cause notamment la question du renouvellement des cartes de résident des Algériens bientôt à expiration et les négociations que cela entraîne entre gouvernements pour préparer le « retour organisé » de centaines de milliers d’individus. La nécessité de « mettre au point une stratégie commune » est réaffirmée.

  • 36 Communiqué commun CFDT-UGTA 12 janvier 1979, et note SI, Compte rendu de la semaine d’action immigr (...)
  • 37 Le contenu de l’accord et le détail des discussions sont synthétisés dans une note de Roger Briesch (...)
  • 38 Doc. SNTI, Additif à l’accord de coopération syndicale. Pour un développement de la coopération syn (...)

22Cette initiative permet d’aboutir à la signature d’un accord sur l’immigration avec l’UGTA, pour la première fois, le 18 novembre 1980. L’année précédente, une rencontre spécifique avait eu lieu entre secrétariats chargés de l’immigration, ce qui avait débouché sur l’affirmation d’une position commune et sur des initiatives multilatérales36. Là aussi, l’accord a été longuement débattu puisqu’il a fallu près d’une année de discussions dépassant largement les questions d’immigration37. Les dernières semaines, en novembre, ont ainsi été occupées à discuter de la qualification de la crise économique ou encore du contenu du préambule, révélateur de l’esprit dans lequel devait s’inscrire cet accord, entre dénonciation du colonialisme et de l’impérialisme, opposition « à toutes les formes de domination et d’exploitation » et autre « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » (défendu par la CFDT). Plusieurs points du texte demeurent d’ailleurs insatisfaisants, de sorte que les deux organisations décident, avant même la signature de l’accord, le principe d’une nouvelle discussion. Dans le protocole d’accord, les questions d’immigration ne représentent qu’une partie, assez réduite, des thématiques nécessitant une coopération. Il est ainsi question d’entamer une réflexion sur les conditions de travail, d’hygiène et de sécurité, sur un nouveau type de développement dans le cadre du nouvel ordre économique international, etc. En ce qui concerne l’immigration, l’accord engage les deux organisations sur le long terme avec la décision de programmer deux réunions par an et vise le contrôle syndical des dispositions de la loi Bonnet de janvier 1980 et de l’accord gouvernemental franco-algérien de septembre 1980. Ainsi la CFDT et l’UGTA entendent défendre ensemble le respect des renouvellements automatiques des certificats de résidence et la préparation des retours, en faisant en sorte d’impliquer les organismes socioprofessionnels dans la réalisation d’œuvres sociales dans le pays d’origine et en veillant à la préservation des droits sociaux acquis par les travailleurs algériens. Enfin, il est décidé d’« approfondir l’échange de points de vue sur le problème de la deuxième génération » afin de dégager une position commune. L’ensemble paraît ambitieux dans sa rédaction, mais peu précis pour ce qui est de son application concrète. Il n’est notamment pas question d’échanges d’informations, de brochures, ou d’efforts de syndicalisation. L’accord ne développe pas non plus certains points énoncés dans la déclaration commune adoptée deux ans plus tôt (septembre 1978), points qui concernaient la deuxième génération (enseignement de la langue maternelle, conditions de scolarisation). Il sera suivi de peu de réalisations, au point que la rencontre bilatérale suivante donnera lieu à l’ajout d’un additif réaffirmant les principes déjà énoncés38.

Les accords sur l’immigration au cœur de la diplomatie syndicale

  • 39 « Le secrétariat “immigré” dépend de moi et je n’ai rien à voir avec le secteur “International” du (...)

23Le long cheminement pour parvenir à cet accord avec l’UGTA témoigne de l’étendue des difficultés à surmonter pour finaliser une entente sur des problématiques pourtant communes. Pour les responsables « Immigrés », leur travail n’est en rien une action « diplomatique ». Le président de la commission « Immigrés », qui fait office de responsable politique du secrétariat, n’est pas membre du secteur « International » et n’y exerce aucune responsabilité. Ce choix est voulu et même réaffirmé par l’un des présidents suivants, Hubert Lesire-Ogrel39. Pourtant, la nature des relations bilatérales explique en grande partie la mise en œuvre des accords avec la CSY et l’UGTA et leurs différences.

  • 40 Pour plus de détails sur cette relation entre la CFDT et la CSY, nous renvoyons à notre thèse, Un i (...)
  • 41 Lettre de Skendzic à la CFDT, 3 mars 1967 (7H715).

24En 1967, la CFDT a déjà noué une relation forte avec la CSY, mais cette relation ne s’est pas construite autour d’un intérêt commun pour la gestion des migrations. Les responsables de la CFDT sont à l’époque davantage intéressés par la spécificité du régime autogestionnaire yougoslave. Plusieurs délégations d’étude se sont déjà rendues dans le pays. Le secrétaire général, Eugène Descamps, s’y est lui-même rendu alors qu’il se déplace peu hors des frontières nationales40. L’accord est cependant d’abord né de la volonté des Yougoslaves et, d’ailleurs, la CFDT n’a pas été la seule centrale à être sollicitée. D’après les lettres des responsables yougoslaves, la CSY a en effet pris des contacts avec les organisations des pays d’accueil, telles l’OGB autrichienne, les centrales italiennes ou le DGB, la confédération des syndicats allemands41. La rapidité de la signature vient donc surtout confirmer la confiance réciproque entre les deux organisations, puisqu’il faut à peine six mois entre la demande yougoslave et la conclusion de l’accord. La question de l’immigration reste présente dans les années suivantes, mais elle ne semble pas centrale. Certes, en mai 1969, la CFDT reçoit une délégation spécifique sur l’immigration. En 1975, alors que la politique d’immigration a considérablement évolué, une autre délégation est envoyée en Yougoslavie, dirigée par le nouveau président de la commission « Immigrés », Hubert Lesire-Ogrel, et Pierre Evain, nouveau secrétaire. Il est alors question de réactualiser l’accord, mais cela n’aboutit pas. Cependant la relation entre les deux organisations est nourrie par l’étude de l’autogestion, puis par l’insertion dans le mouvement non-aligné.

  • 42 Cf. Michel Branciard, op. cit. (p. 253-255 sur la rencontre). D’après les notes de Descamps, cité p (...)
  • 43 Rapport d’Albert Détraz (membre du secteur « politique », président de la fédération « Bâtiment », (...)
  • 44 « Intervention du secrétaire général de l’UGTA devant le XXXIIIe congrès confédéral », Syndicalisme (...)

25L’accord avec l’organisation algérienne s’inscrit dans un tout autre contexte. On peut d’abord s’étonner de la date tardive des accords, autant celui de 1980 que celui de 1972 avec l’AAE, alors qu’à l’indépendance, la CFTC se montrait particulièrement intéressée par les évolutions du syndicalisme algérien. Durant la guerre, en mai 1961, elle avait été la première organisation étrangère à être reçue par l’UGTA en exil, dans le prolongement de l’action accomplie en métropole et en Algérie par certains militants de la CFTC en soutien aux nationalistes algériens. En outre, au cours de cette rencontre, il avait déjà été question « de l’amélioration morale et matérielle du sort des Algériens en France »42. La confédération avait également envoyé en Algérie, dès l’indépendance, deux de ses responsables afin d’évaluer l’avenir du mouvement syndical et la contribution que la centrale française pouvait apporter à son redéploiement. Impressionnés par « la maturité, la formation et la sérénité de l’équipe dirigeante qui a consacré cinq ou six années de camps et prisons à se préparer aux tâches qu’elle affronte », l’espoir d’une évolution positive est palpable43. Les responsables de l’UGTA avaient d’ailleurs évoqué à cette occasion la création d’un bureau permanent en France, qui aurait pu servir de point d’appui pour une future collaboration. Les accords apparaissent donc d’autant plus tardifs que les responsables algériens avaient rapidement manifesté leur intention de s’entendre avec les syndicalistes français sur la prise en charge de leurs ressortissants. Il faut lire à ce sujet le discours du secrétaire général de l’UGTA au XXXIIIe congrès de la CFDT en 1965, reproduit – rare privilège – dans les colonnes de l’hebdomadaire de la CFDT : après avoir, selon la tradition, remercié l’organisation invitante et salué ses travaux, Slimane Rebah évoque les problèmes des travailleurs algériens qui ont « besoin du concours » de la CFDT, notamment pour les former et les aider à préparer leur retour44.

  • 45 Cette rencontre à Bierville est mentionnée dans un projet d’article de Gérard Espéret « Difficulté (...)
  • 46 Rapport de Paul Caspard, Congrès de l’UGTA 17 au 20 janvier 1963 (7H661).
  • 47 Circulaire confidentielle de Gérard Espéret à propos de la situation algérienne, 8 mars 1963 (7H661 (...)
  • 48 « L’AGTA et les centrales syndicales françaises », Révolution et travail, n° 16, 17 octobre 1963, p (...)

26Cependant, les difficultés du début de l’indépendance, notamment les conflits entre l’UGTA et le pouvoir, ont freiné puis totalement interrompu ces échanges. Dès les lendemains de l’indépendance, les responsables de la CFTC ont eu connaissance de l’accroissement des tensions en métropole, notamment lorsque la confédération a hébergé à Bierville, son centre de formation, une rencontre de « pacification » entre l’UGTA et l’AGTA, au moment même où les militants agissant en France dénonçaient la mainmise du pouvoir sur l’organisation syndicale45. Les responsables de la CFTC ont alors préféré adopter une posture en retrait. Deux représentants de la CFTC sont présents au premier congrès de l’organisation algérienne, mais le compte rendu, rédigé par un responsable du SGEN, Paul Caspard, révèle leur déception. Indigné par un congrès perçu comme un « coup de force » du gouvernement, Caspard dénonce les méthodes employées pour « domestiquer l’UGTA » et « la mort provisoire du syndicalisme libre en Algérie »46. Deux mois plus tard, au mois de mars 1963, après avoir reçu diverses délégations de l’UGTA et de l’AGTA, la confédération recommande à ses membres de revenir à des attitudes « purement syndicales » avec les camarades algériens. Elle entend poursuivre la coopération avec l’AGTA pour contribuer à l’intégration des travailleurs algériens, mais dans le cadre de l’accord passé avec l’organisation, c’est-à-dire auprès des camarades algériens syndiqués à la CFTC47. Toutefois, les responsables encouragent leurs militants à favoriser parmi eux ceux qui défendent une direction encore « autonomiste » vis-à-vis du pouvoir algérien, notamment dans le choix des délégués du personnel. Ainsi n’est-il pas étonnant de lire dans la presse de l’UGTA un avis critique sur ces rencontres et une contestation de leurs conclusions : « Durant ces derniers mois, nous avons observé dans les milieux dirigeants CFTC une certaine retenue à l’égard de l’AGTA, nuancée par une attitude sinon hostile du moins tout à fait négative quant aux bons rapports militants que nous désirions voir établis. […] Lors de la visite au siège en mars 1963, nous nous sommes heurtés à une fin de non-recevoir. »48

  • 49 François Weiss, op. cit., p. 301.
  • 50 Cette délégation était composée de cadres fédéraux, mais la confédération en était informée (CR du (...)
  • 51 Lettre de René Salanne (membre du SI) à Jean-Marie Conraud (comité régional de Lorraine) le 29 mai (...)

27Ainsi la CFTC – comme la CGT – n’assiste pas au congrès constitutif de l’AGTA après la guerre. Les relations confédérales avec l’Algérie sont également arrêtées, la CFTC-CFDT ne participant pas à la « vie brillante, faite de voyages et de réceptions » de l’UGTA entre 1963 et 1965, au moment où Alger se voit « capitale syndicale de l’Afrique »49. Même si l’année 1964 marque un renouveau des relations avec l’envoi d’une nouvelle délégation en Algérie et si les contacts auraient pu se multiplier avec l’arrivée au ministère du Travail de Safi Boudissa, ancien responsable de l’AGTA, bien connu de la confédération, ceux-ci sont interrompus brutalement après le coup d’État de 1965, qui met fin au régime de Ben Bella50. En France, même si toute collaboration n’a pas disparu, il n’y a pas de relations confédérales avec l’AGTA. La CFDT s’engage occasionnellement dans des campagnes d’alphabétisation qu’elle aide à financer, lorsqu’elles sont entreprises par le courant plus « syndical », le secteur « International » étant régulièrement en contact avec Omar Ouhadj. Encore en 1967, ses responsables sont dubitatifs devant l’émergence de l’AAE, qui est vue comme le nouvel instrument de la Fédération de France du FLN pour reprendre en main l’organisation des travailleurs51.

  • 52 La résolution sur l’immigration est publiée dans Syndicalisme hebdo, 7 juin 1973.
  • 53 Les deux organisations ont commencé à publier des communiqués et des tracts communs à partir du moi (...)

28Dans un tel contexte de défiance, malgré l’intérêt qu’aurait présenté un accord, une collaboration durable n’était pas envisageable. Avant d’y parvenir, il aura fallu plusieurs évolutions, au sein de la CFDT comme au sein des organisations syndicales algériennes, en France et en Algérie. Depuis son XXXVe congrès, la CFDT s’est donné comme perspective la construction d’une société socialiste fondée sur l’appropriation sociale des moyens de production, la planification et l’autogestion. La perspective du socialisme autogestionnaire la conduit à porter son regard vers l’Algérie qui se revendique du socialisme. En outre, dans la continuité des discours tenus depuis le milieu des années 1960 et alors que les luttes syndicales menées par des immigrés se multiplient (société minière Peñarroya, usine Girosteel du Bourget), les travailleurs immigrés se voient attribuer une place de plus en plus importante dans le combat anticapitaliste, comme le montre la résolution spécifique sur l’immigration adoptée au XXXVIe congrès de la CFDT52. La centrale signe en 1970 un accord d’unité d’action avec la CGT et, si tout n’est pas simple, les campagnes d’action en faveur des travailleurs immigrés et contre le racisme sont parmi les plus aisées à mettre en œuvre53. En Algérie, l’arrivée au secrétariat général de l’UGTA en 1969 d’un nouveau dirigeant, Abdelkader Bennikous, permet d’inaugurer de nouveaux rapports. Ainsi en 1971, pour la première fois depuis 1964, une nouvelle délégation française se rend en Algérie pour observer les réalisations du socialisme d’État et l’UGTA est reçue à deux reprises au siège de la confédération, rue Montholon à Paris.

  • 54 Notes manuscrites de Laurent Lucas « Préparation du voyage en Algérie », mars 1971 (8H1941).
  • 55 Lettre d’Yves Arcadias (membre du SI) à Ali Felali, 24 mars 1971 (8H1941).
  • 56 Analyse présentée dans les notes manuscrites de Laurent Lucas, doc. cit.
  • 57 Cf. supra. Circulaire de Michel Rolant et Pierre Evain, distribuée par Nouvelles CFDT, bulletin int (...)

29Dès ces échanges, le sujet de l’immigration est intégré aux discussions. La réunion préparatoire au premier voyage de la CFDT en Algérie en 1971 est organisée avec les responsables du secrétariat « Immigrés », qui sont alors les plus à même de présenter aux membres de la délégation les caractéristiques du syndicalisme algérien54. Lors de cette visite, le secrétaire général « chargé des relations extérieures et de l’émigration », Ali Felali, est à la tête de la délégation algérienne dans les réunions de travail. Au retour de la délégation, la CFDT reconnaît la nécessité « de demeurer en liaison permanente » pour se coordonner, entre autres choses, dans la prise en charge des travailleurs immigrés55. La conscience de l’importance du sujet, ainsi que la pression de l’UGTA, sont donc suffisamment fortes pour que le rapprochement soit entamé alors même que l’AAE ne présente pas, aux yeux de la CFDT, toutes les garanties56. C’est d’ailleurs pourquoi, lorsque le protocole d’accord est signé et présenté aux militants de la CFDT, la confédération affirme respecter le choix des Algériens adhérents de la CFDT « qui ne partagent pas les perspectives et les analyses de l’AAE », une condition qui a conduit à affirmer l’autonomie de chaque organisation57.

  • 58 Discours de Hubert Lesire-Ogrel, Message de la CFDT à l’assemblée des cadres de l’AAE, 15 décembre (...)

30Le communiqué publié à cette occasion annonce aussi l’engagement des deux organisations « à renforcer leurs relations sur la base de la solidarité ouvrière internationale […] en développant entre elles une franche coopération dans les différents domaines de l’action du syndicalisme ». Ainsi l’immigration représente un point d’appui pour davantage de collaboration entre les deux organisations. Les échanges avec l’AAE permettent de souligner la qualité des rapports avec l’UGTA comme un rappel à chaque fois des liens et des ambitions communes. Lorsque le responsable de la commission « Immigrés » se rend à l’assemblée des cadres de l’AAE, il y vante la qualité des relations entre la centrale et l’organisation syndicale algérienne, rappelant les dernières visites de délégations et les déclarations portées ensemble, félicitant l’AAE des progrès accomplis par la « révolution algérienne »58. Les relations entre l’UGTA et la CFDT se poursuivent ainsi de façon très régulière pendant les années suivantes et se structurent, entre autres, autour de l’immigration : les responsables sont membres de chaque délégation, des appels sont rédigés en commun pour dénoncer la politique gouvernementale française.

  • 59 Doc. SI, Compte rendu de la semaine d’action « immigrés » en Algérie, Maroc, Portugal du 18 au 29 n (...)
  • 60 Ce dont avaient bien conscience les responsables de la CFDT, comme l’indique Le protocole de coopér (...)
  • 61 Ibid. Les membres du courant « ami » de l’UGTA avaient même un temps envisagé une signature sans se (...)

31L’accord de 1980 se situe néanmoins dans un contexte bien particulier, marqué par la concurrence entre les centrales françaises et la division de l’UGTA en différents courants. Le Ve congrès de l’UGTA avait conduit, avec l’élection de Demène Debbih, au renforcement du courant communiste au sein de la centrale, encore plus proche d’un gouvernement toujours plus soviétophile. D’ailleurs, lorsque l’année précédente, en 1979, une délégation CFDT s’était rendue en Algérie, son jugement avait été des plus négatifs : le compte rendu dénonçait pêle-mêle la démagogie des responsables, « l’inefficience » du responsable algérien de l’émigration et l’exagération des propos de ces responsables lorsqu’il s’agissait de dépeindre la situation des immigrés en France59. La CGT venait alors de signer un accord de coopération avec l’UGTA et les deux organisations affichaient leur entente. Dès lors, pour les courants « dissidents » de l’UGTA, l’accord avec la CFDT était apparu indispensable pour rééquilibrer les pouvoirs au sein d’une organisation plus réactive que ne semblait l’indiquer l’action de sa direction60. C’est pourquoi, après plus d’une année de discussions, la signature avait été réalisée de façon précipitée, lorsqu’une délégation de l’UGTA était venue à Paris pour assister à une réunion de travail préparatoire à la conférence syndicale mondiale sur le développement, et qu’il avait été convenu du caractère provisoire de plusieurs points du texte qui devaient être modifiés à court terme61.

  • 62 Cf. Angéline Escafré-Dublet, « Préserver les loyautés nationales. Le rôle des États d’origine dans (...)
  • 63 Rapport moral et d’activité…, doc. cit.
  • 64 Entretien de Jean Saglio avec Denis Jacquot (secrétaire « Immigrés »), « Syndicalisme et immigratio (...)

32Ainsi, on peut dire que les accords sur l’immigration dépendent de la nature des relations de la CFDT avec ses partenaires. Cependant, ces accords tendent également à attribuer un rôle spécifique à la confédération française dans ses relations internationales avec la CSY et l’UGTA, qui n’est pas sans ambiguïté pour l’organisation syndicale. En effet, par ces accords, la CFDT se trouve confrontée à des projets qui sont de nature autant gouvernementale que syndicale. Certes, ces accords prêtent intérêt aux travailleurs, mais ils conduisent à faire de l’immigré le perpétuel ressortissant de son pays d’origine. L’accord avec la CSY relève de la volonté de l’État yougoslave de contrôler l’émigration qu’il ne peut éviter. De même, l’État algérien, dont on connaît l’attention qu’il porte à l’émigration de ses citoyens62, a un rôle également essentiel, tant son emprise est importante sur l’AAE et sur l’UGTA, même si cela n’est vrai que dans une moindre mesure. En acceptant ces accords et bien que leurs contenus révèlent les précautions prises, notamment vis-à-vis de l’AAE, la CFDT participe de fait aux politiques gouvernementales à l’égard des ressortissants yougoslaves et algériens. C’est particulièrement le cas avec ces derniers à la fin des années 1970, lorsqu’il est question du rapatriement des émigrés. L’UGTA souhaite que ces retours profitent à l’économie du pays et cela passe nécessairement par le développement de formations pour les travailleurs, la promotion de la langue et de la culture nationale au sein de la communauté émigrée en France, en particulier au sein de la deuxième génération63. De ce fait, les responsables de la CFDT adoptent eux aussi ce regard sur les enfants d’immigrés, comme le montre l’analyse de son secrétaire national qui évoque la « stabilité de la double appartenance. »64

  • 65 Doc. SNTI, Compte rendu de la commission 16-17 décembre 1969 (7H733).
  • 66 Rencontre nationale des travailleurs immigrés de la CFDT, Rapport introductif aux débats, 16 avril (...)
  • 67 Doc. SNTI, Compte rendu de la commission nationale des travailleurs immigrés des 16-17 septembre 19 (...)
  • 68 Critique formulée par Pierre Manghetti dans son rapport Des travailleurs immigrés dans la CFDT en j (...)

33Une telle attitude ne va pas de soi de la part d’un syndicat qui entend agir au nom de la classe ouvrière. Même si elle correspond à la volonté de respecter les spécificités culturelles de chacun, elle tend à renvoyer le fils d’immigré à sa nationalité d’origine et contribue à sa nationalisation « à distance ». C’est d’ailleurs un élément dont avaient bien conscience les responsables de la confédération, comme le prouvent les débats au sein de la commission « Immigrés ». D’ailleurs, les Espagnols de l’UPR revendiquaient en 1969 le fait d’être « travailleurs en France » et encourageaient à ne pas rechercher de liaisons avec les organisations gouvernementales de leur pays d’origine65. Huit ans plus tard, un rapport de cette commission reconnaît le droit des travailleurs immigrés à adhérer à une organisation différente de celle du pays d’origine. Elle souligne aussi que « comme adhérents CFDT, ils ont droit comme les autres à participer à l’élaboration des positions de la CFDT avec leur pays d’origine »66. Le souci est manifeste de ne pas enfermer le travailleur immigré dans sa dimension étrangère, et aussi de ne pas permettre que l’action syndicale elle-même soit dictée par l’appartenance nationale. Quelques mois plus tard, il est réaffirmé que « les rapports de la CFDT avec tel ou tel pays ne peuvent pas être déterminés uniquement par les immigrés appartenant à la CFDT »67. La structuration de la commission le confirme : des représentants par nationalité y siègent, mais leur influence proprement syndicale, déterminée par les fonctions occupées dans les syndicats, n’a pas de poids particulier. Elle est une sorte de caisse de résonance des questions spécifiques qui touchent ces travailleurs, mais elle ne parvient pas à améliorer l’intégration de ces immigrés dans la classe ouvrière française68.

  • 69 Doc SNTI, Fiches-réglementation des travailleurs immigrés n° 5. Accord de main-d’œuvre réglementant (...)

34On comprend donc mieux pourquoi c’est seulement avec la CSY et l’UGTA que des accords sur l’immigration ont été signés. Toutes deux sont des organisations appartenant à un régime socialiste dans lequel les responsables de la CFDT ont pu reconnaître la mise en œuvre des principes dont ils se revendiquaient : les deux incarnaient une troisième voie entre les deux blocs, ce qui est particulièrement vrai pour la Yougoslavie. Celle-ci n’est-elle pas, comme le note l’introduction de l’accord, « un des très rares pays fournisseurs de main-d’œuvre ayant exigé de la France la signature d’un accord comprenant un certain nombre de garanties pour leurs ressortissants »69 ? C’est la raison essentielle qui explique que la CFDT ait accepté de contribuer à la politique de ces États sans que cela apparaisse comme une compromission. Le régime algérien suscitait davantage de doutes, ce qui permet de comprendre pourquoi les accords signés avec l’AAE et l’UGTA ont été moins développés. En même temps, l’importance numérique des immigrés algériens en France était telle, les enjeux si importants, qu’il aurait été difficile de refuser – ou en l’occurrence de ne pas rechercher – une quelconque forme de coopération.

35En 1982, le secrétariat « Immigrés » « déménage », au sein de la confédération, de l’« International » au secteur « Société ». Cette évolution s’inscrit dans celle de la conception de l’immigration : l’illusion du retour s’efface et les migrants tendent à s’installer en France. Dès lors, la collaboration internationale n’est plus nécessaire et c’est désormais à l’intégration du travailleur étranger dans la société française que le syndicat doit contribuer. C’est donc une période qui se clôt, période qui avait débuté par la reconnaissance tardive, au sein de la confédération, d’un statut particulier du travailleur immigré, après des années où l’étranger n’avait été considéré que dans la mesure où il représentait une victime des régimes communistes.

36Cette période est cependant significative : la prise en charge des immigrés s’est faite en partie par la collaboration avec des organisations syndicales étrangères avec lesquelles des accords de coopération ont été conclus. Ces accords ont pu voir le jour parce qu’ils s’inséraient dans une diplomatie syndicale. La CSY et l’UGTA étaient deux partenaires avec lesquelles des relations s’étaient peu à peu construites, créant un climat de confiance indispensable. Néanmoins, le sujet de l’immigration n’occupe pas la même place dans ces relations bilatérales. Alors qu’avec les Yougoslaves l’accord vient confirmer la bonne entente et consolider davantage encore une alliance fondée sur des domaines d’intérêts communs, l’immigration elle-même a été le moteur du rapprochement entre l’organisation française et son homologue algérienne. Après des années de turbulence et alors même que tous les doutes qui entourent l’organisation algérienne et surtout la nature de sa « filiale » française ne sont pas dissipés, le pragmatisme a conduit les deux organisations à reprendre contact. Leur communauté d’intérêts a permis la reprise d’échanges qui se poursuivront dans le cadre du mouvement des non-alignés. Les deux organisations participeront notamment ensemble à l’organisation de la conférence syndicale mondiale sur le développement en 1980.

37Le contenu de ces accords permet une dernière réflexion : dans celui que la CFDT conclut avec les Yougoslaves, même s’il n’en est pas fait état explicitement, transparaît l’adhésion au modèle politique. L’accord lui-même, dans le cadre d’une émigration circulatoire, est conçu comme un moyen de contribuer à sa réalisation. L’immigration est alors bien un combat « international ». Cette vision s’efface entre la fin des années 1970 et le début des années 1980. Des régimes qui avaient pu paraître prometteurs s’enlisent dans les difficultés et leurs faiblesses démocratiques apparaissent de plus en plus problématiques. La CFDT elle-même poursuit sa mue vers le recentrage et, dès lors, les partenariats qui peuvent encore prendre forme – ils ne disparaissent pas après 1982, comme le montre l’exemple tunisien – ont avant tout des ambitions concrètes, sans dimension idéologique. L’immigration ne relève plus directement de l’international, elle devient en priorité une question de société.

Haut de page

Notes

1 Cf. Léon Gani, Syndicats et travailleurs immigrés, Paris, Éditions sociales, 1972, p. 51.

2 Principalement celles du secteur « International » (SI) et celles du Secrétariat national aux travailleurs immigrés (SNTI), auxquelles se réfèrent les cotes indiquées.

3 Même s’il ne s’agit pas d’accord à proprement parler, on peut évoquer l’INCA (Instituto Nazionale Confederale di Assistenza) cogéré par la CGIL et la CGT en France, chargé d’assister les travailleurs italiens en France. Sur ce sujet, voir Jean-Marie Pernot, Dedans, dehors. La dimension internationale dans le syndicalisme français, thèse de doctorat, Université Paris X, 2001, p. 312.

4 La CFDT a signé d’autres accords, en particulier avec l’UGTT (Tunisie), mais ils datent d’après 1982.

5 Ce que décrit la note de la commission internationale de la confédération : La CFTC et les travailleurs étrangers, 14 février 1950 (7H727). Voir aussi Léon Gani, op. cit., p. 124-125.

6 Gérard Espéret, « La CFTC et les travailleurs étrangers en France. Ébauche de plan » (notes manuscrites), 7 janvier 1963, et Note aux membres du bureau confédéral et de la commission internationale. La CFTC et les travailleurs étrangers en France, 10 janvier 1963 (7H727).

7 « Les travailleurs immigrés », Nouvelles CFDT n° 177, 20 mai 1966. La CGT avait organisé, elle aussi, une conférence sur « Les problèmes de la main-d’œuvre immigrée » en 1963 (Léon Gani, op. cit., p. 110).

8 Rapport général de la conférence nationale des immigrés, Paris, 26 au 27 mars 1966 (7H730).

9 Idem.

10 René Gallissot, Nadir Boumaza, Ghislaine Clément (dir.), Ces migrants qui font le prolétariat, Paris, Méridiens Klincksieck, 1994, p. 64.

11 Gérard Espéret, « La CFTC et… », doc. cit.

12 Cf. Frank Georgi, L’invention de la CFDT, Paris, Éditions de l’Atelier, 1995, p. 46.

13 Résolution générale adoptée par la conférence nationale des immigrés (7H729).

14 Doc. SNTI qui utilise les chiffres fournis par Hommes et migrations, Quelques chiffres sur l’immigration (7H734).

15 Doc. SNTI, Les immigrants par nationalités, 1964 (7H727).

16 Doc. SNTI, Échanges intersyndicaux sur l’immigration yougoslave, 21 au 22 novembre 1967 (7H715).

17 Cf. Cedetim, Contribution à l’histoire politique de l’immigration, Paris, Stock, 1975, p. 135-149.

18 Cf. Mariana Morokvasic, « Des migrants temporaires : les Yougoslaves », Sociologie du travail, n° 4, juillet-septembre 1972, p. 260-277.

19 Doc. SNTI, Accord intersyndical entre la CSY et la CFDT (7H715).

20 Une note de la commission « Immigrés » de la fin de l’année 1967 indique le nombre de 70 000 à 80 000 travailleurs yougoslaves pouvant être syndiqués (7H731).

21 Nous remercions Vincent Gay de nous avoir rapporté ce fait mentionné dans une note des renseignements généraux aux archives de la préfecture de police de Paris.

22 Note de la commission « Immigrés », doc. cit.

23 Abdelkader Maachou avait rencontré Paul Vignaux au congrès des syndicats enseignants belges en 1956 (Mohammed Farès, Aissat Idir. Contribution à l’histoire du mouvement syndical algérien du PPA à l’UGTA, Alger, ENAP-ENAL, 1990, p. 119). Voir aussi Michel Branciard, qui évoque les liens étroits entre Mohammed Farès et Paul Vignaux (Un syndicat face à la guerre d’Algérie. La CFTC qui deviendra la CFDT, Paris, Syros, 1984, p. 231).

24 Communiqué commun UGTA-CFDT, 19 mars 1971 (8H1941).

25 Déclaration commune UGTA-CFDT, 1er juin 1971 (8H1941).

26 Note commune de l’AAE et de la CFDT, Modalités de la coopération établie entre l’AAE et la CFDT, adoptée le 5 septembre 1972 (8H1722).

27 D’après Youcef Fatès, « La politique centrifuge d’intégration des jeunes par le sport de l’Amicale des Algériens en France », dans Marc Falcoz et Michel Koebel (dir.), Intégration par le sport : représentations et réalités, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 189-209. L’AAE, créée en 1963, est bien un « parti politique étranger » faisant office d’embrigadement et d’endoctrinement de la population algérienne. Mais rien n’indique dans les archives de la CFDT que ses responsables la perçoivent ainsi en 1972.

28 Voir le communiqué commun CFDT-UGTA, 12 décembre 1973, demandant à l’État français de faire « respecter la dignité des travailleurs immigrés » confrontés à la montée d’actes racistes (8H1941).

29 Circulaire du secrétariat « Immigrés » aux responsables et organisations de la CFDT, Rencontre entre l’AAE et la CFDT le 3 mars 1976 (8H1738).

30 Communiqué de presse CFDT, Contact entre l’AAE et la CFDT, 16 novembre 1976 (15P121).

31 Communiqué commun UGTA-CFDT, 22 décembre 1976 (8H1941).

32 Voir le communiqué de presse CFDT, La politique de M. Stoléru : l’expulsion massive, 16 février 1978 (8H2086). Sur l’opposition de la CFDT en 1974, voir Patrick Weil, La France et ses étrangers, Folio Histoire, 2004, p. 113-115.

33 Les raisons qui ont conduit la CFDT à s’adresser à l’UGTA, au lieu de l’AAE, ne sont pas explicitées. Il faut peut-être y voir la volonté de s’éloigner d’une organisation instrumentalisée par le pouvoir algérien. Néanmoins, l’accord prend soin de préciser qu’il engage également l’AAE, qui sera associée aux discussions et à l’action commune.

34 Intervention de René Salanne-CFDT, Ve congrès de l’UGTA, 25 au 29 mars 1978 (8H2086).

35 « Algérie. Des “intérêts contradictoires” » (interview d’Hubert Lesire-Ogrel), Syndicalisme hebdo, 28 septembre 1978.

36 Communiqué commun CFDT-UGTA 12 janvier 1979, et note SI, Compte rendu de la semaine d’action immigrés en Algérie, Maroc, Portugal du 18 au 29 novembre 1979, 20 décembre 1979 (8H2086).

37 Le contenu de l’accord et le détail des discussions sont synthétisés dans une note de Roger Briesch et Alain Benlezar (deux « négociateurs » délégués par la CFDT) à la Commission exécutive, Le protocole de coopération UGTA/CFDT enfin signé, 26 novembre 1980 (8H2086).

38 Doc. SNTI, Additif à l’accord de coopération syndicale. Pour un développement de la coopération syndicale entre l’UGTA et la CFDT, 3 octobre 1981 (8H2086).

39 « Le secrétariat “immigré” dépend de moi et je n’ai rien à voir avec le secteur “International” du point de vue des responsabilités politiques. Ceci a été voulu. Il y a à la fois présence dans le secteur “International” au niveau de l’information, de la réflexion, de la formation, et indépendance au niveau de la décision » (entretien de Jean Saglio avec Hubert Lesire-Ogrel, « Syndicalisme et immigration à la CFDT », Économie et humanisme, n° 257, janvier-février 1981, p. 39).

40 Pour plus de détails sur cette relation entre la CFDT et la CSY, nous renvoyons à notre thèse, Un internationalisme entre discours et pratiques. La politique internationale de la CFDT (1964-1988), Université du Havre, 2014, en particulier p. 299-304.

41 Lettre de Skendzic à la CFDT, 3 mars 1967 (7H715).

42 Cf. Michel Branciard, op. cit. (p. 253-255 sur la rencontre). D’après les notes de Descamps, cité par Michel Branciard, cela n’empêchera pas la CFTC de recevoir « un flot de reproches concernant l’attitude des organisations syndicales françaises face au problème algérien ».

43 Rapport d’Albert Détraz (membre du secteur « politique », président de la fédération « Bâtiment », très impliqué dans la lutte pour l’indépendance de l’Algérie) et Louis Marchetti (secrétaire général de la Fédération des fonctionnaires), Note sur la mission en Algérie (24 au 27 juillet 1962) (7H649).

44 « Intervention du secrétaire général de l’UGTA devant le XXXIIIe congrès confédéral », Syndicalisme Hebdomadaire, 1er janvier 1966, p. 16.

45 Cette rencontre à Bierville est mentionnée dans un projet d’article de Gérard Espéret « Difficulté dans l’AGTA » (sans date), proposé à Eugène Descamps et Albert Détraz (7H661). L’article ne semble pas avoir été publié. Pour plus de détails sur les difficultés d’après-guerre de l’AGTA, voir François Weiss, Doctrine et action sociale en Algérie, Paris, Cujas, 1970, p. 309.

46 Rapport de Paul Caspard, Congrès de l’UGTA 17 au 20 janvier 1963 (7H661).

47 Circulaire confidentielle de Gérard Espéret à propos de la situation algérienne, 8 mars 1963 (7H661).

48 « L’AGTA et les centrales syndicales françaises », Révolution et travail, n° 16, 17 octobre 1963, p. 10.

49 François Weiss, op. cit., p. 301.

50 Cette délégation était composée de cadres fédéraux, mais la confédération en était informée (CR du séjour dans 7H657). En était membre André Soulat, qui deviendra le conseiller de Safi Boudissa, voir son article « Contacts avec l’Algérie Nouvelle », Voix des métaux, septembre 1964, p. 8.

51 Lettre de René Salanne (membre du SI) à Jean-Marie Conraud (comité régional de Lorraine) le 29 mai 1967 (7H661).

52 La résolution sur l’immigration est publiée dans Syndicalisme hebdo, 7 juin 1973.

53 Les deux organisations ont commencé à publier des communiqués et des tracts communs à partir du mois de janvier 1971 avant de lancer en octobre les premières campagnes d’action.

54 Notes manuscrites de Laurent Lucas « Préparation du voyage en Algérie », mars 1971 (8H1941).

55 Lettre d’Yves Arcadias (membre du SI) à Ali Felali, 24 mars 1971 (8H1941).

56 Analyse présentée dans les notes manuscrites de Laurent Lucas, doc. cit.

57 Cf. supra. Circulaire de Michel Rolant et Pierre Evain, distribuée par Nouvelles CFDT, bulletin interne de la confédération, septembre 1972.

58 Discours de Hubert Lesire-Ogrel, Message de la CFDT à l’assemblée des cadres de l’AAE, 15 décembre 1974 (15P121).

59 Doc. SI, Compte rendu de la semaine d’action « immigrés » en Algérie, Maroc, Portugal du 18 au 29 novembre 1979, 20 décembre 1979 (8H2086).

60 Ce dont avaient bien conscience les responsables de la CFDT, comme l’indique Le protocole de coopération…, doc. cit.

61 Ibid. Les membres du courant « ami » de l’UGTA avaient même un temps envisagé une signature sans secrétaires généraux, directement à l’issue de la dernière réunion de travail du 4 novembre, afin de l’acter au plus vite.

62 Cf. Angéline Escafré-Dublet, « Préserver les loyautés nationales. Le rôle des États d’origine dans l’immigration en France, 1962-1975 », Annales de démographie historique, 2/2012, n° 124, p. 141-160.

63 Rapport moral et d’activité…, doc. cit.

64 Entretien de Jean Saglio avec Denis Jacquot (secrétaire « Immigrés »), « Syndicalisme et immigration… », art. cit.

65 Doc. SNTI, Compte rendu de la commission 16-17 décembre 1969 (7H733).

66 Rencontre nationale des travailleurs immigrés de la CFDT, Rapport introductif aux débats, 16 avril 1977 (8H1722).

67 Doc. SNTI, Compte rendu de la commission nationale des travailleurs immigrés des 16-17 septembre 1977, 22 décembre 1977 (8H1722).

68 Critique formulée par Pierre Manghetti dans son rapport Des travailleurs immigrés dans la CFDT en janvier 1969 et leur devenir (7H733). Voir aussi René Gallissot (dir.), op. cit., p. 68.

69 Doc SNTI, Fiches-réglementation des travailleurs immigrés n° 5. Accord de main-d’œuvre réglementant l’emploi des travailleurs yougoslaves, 1967 (7H731).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Roccati, « Les coopérations syndicales internationales en matière d’immigration : étude de cas autour de la CFDT (1966-1982) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 132 | 2016, 67-88.

Référence électronique

Claude Roccati, « Les coopérations syndicales internationales en matière d’immigration : étude de cas autour de la CFDT (1966-1982) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5367

Haut de page

Auteur

Claude Roccati

Université du Havre, CNRS, IDEES

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page