Navigation – Plan du site
DOSSIER

Migrations et intégrations urbaines des verriers italiens en France, xvie-xviiie siècles

Corine Maitte
p. 25-44

Résumé

Le discours politique et médiatique français est saturé par la thématique de l’intégration des migrants : nécessaire, recherchée, incomplète, imparfaite, refusée, toutes les variations existent ; elle reste néanmoins un impératif prescriptif dont l’absence suscite débats et marque, pour tous les bords ou presque, un échec. Au contraire de nos sociétés contemporaines, l’intégration des migrants n’est pas un but clairement poursuivi à l’époque moderne, ni par les autorités publiques, ni par les migrants eux-mêmes. À partir de l’exemple des verriers italiens des xvie et xviiie siècles, l’article illustre la gamme assez variée des rapports possibles entre migrants et « société d’accueil » à l’époque moderne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment les travaux d’Alain Tarrius, depuis Les fourmis d’Europe. Migrants riches, migrants (...)
  • 2 Laurence Fontaine, « Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (xve-xxe s (...)
  • 3 Laurence Fontaine, art. cit.

1Sociologues, géographes et anthropologues contemporains ont largement analysé les phénomènes de mobilités transnationales et d’« entrepreneuriat ethnique » qui semble l’une des caractéristiques nouvelles des migrations contemporaines1. Le renouveau des recherches sur les migrations anciennes a montré que des processus comparables sont à l’œuvre bien avant le xixe siècle. Les réseaux de colporteurs, de libraires, de maçons ont été étudiés à nouveaux frais et des comparaisons stimulantes ont été dressées entre anciennes et nouvelles « diasporas »2. Alors que l’on avait souvent pris l’habitude de considérer les migrations comme un phénomène de déplacement d’un lieu de départ à un lieu d’arrivée, d’une sédentarité à une autre, « l’étude des réseaux de migrants montre que la mobilité peut être un mode d’occupation du territoire et que la sédentarité n’est pas le but nécessaire et la référence obligée de toutes les migrations »3. Dans cette perspective, on voit se mettre en place à l’époque moderne, et parfois avant, dans de nombreux secteurs qui vont de l’artisanat très qualifié aux métiers les plus humbles (porteurs, portefaix ou autres ramoneurs) des réseaux de travail segmentés qui traversent et lient entre elles les villes européennes, bien au-delà des frontières. Partir, revenir, repartir est le lot commun de ces travailleurs dont les mobilités inquiètent parfois les autorités publiques, de façon différente et contrastée selon les échelles (l’État, la ville) et la position (lieux de départ, lieux d’arrivée… ou de passage).

  • 4 Corine Maitte, Les chemins de verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise, xvixixe si (...)
  • 5 Jutta-Annette Page (dir.), Beyond Venice, New York, The Corning Museum of Glass, 2004.

2C’est dans la lignée de ces travaux que s’inscrit cet article qui porte sur des flux relativement réduits d’artisans très spécialisés, dont certains partent d’une île bien connue de l’archipel vénitien, Murano, et d’autres d’un petit village de Ligurie, Altare, dont la population ne dépasse jamais 1 000 habitants mais qui se présente également comme une véritable « communauté verrière »4. Tous sont spécialisés dans le travail du verre creux, renouvelé à partir du xve siècle par de nombreuses innovations techniques que l’on a pris l’habitude d’appeler « façon de Venise » : ces objets servent essentiellement au service des banquets et à l’ornementation des tables de l’aristocratie, puis des habitants fortunés des villes européennes5. Les artisans italiens possèdent donc en quelque sorte une spécialité de niche qui leur permet de valoriser leur savoir-faire dans les villes européennes. Partir travailler ailleurs n’est pas pour eux le reflet d’une situation de crise, mais la tentative d’individus, de petits groupes, d’une communauté entière dans le cas d’Altare, de profiter de la mode de la « façon » de Venise parmi les élites urbaines : une sorte d’exploitation des consommations ostentatoires des objets de verre.

  • 6 Corine Maitte, « Manufactures royales et débauchage des compétences : les ouvriers qualifiés d’orig (...)

3Ces verriers circulent donc à travers l’Italie puis à travers l’Europe en étant informés, par la correspondance notamment, des possibilités d’emploi qui s’offrent à eux, quand ce ne sont pas les représentants des États qui les débauchent pour le service de leurs souverains. L’exemple des verriers muranais attirés en France par Colbert pour fonder la manufacture de glaces constitue sans doute l’exemple le plus célèbre, mais il n’est pas forcément le plus représentatif, car la plupart des mouvements sont à la seule initiative des verriers6. Quelles sont alors les attitudes des autorités par rapport à ces migrants ? Laisser partir ou retenir pour les États italiens ? Les accueillir ou les rejeter pour les États et les villes où ils s’installent plus ou moins temporairement ? Peut-on parler d’intégration ? Les migrants la recherchent-ils dans les villes où ils s’installent plus ou moins longuement ? Cela dépend beaucoup, nous allons le voir, du type de migrations dont ils sont les acteurs.

Des politiques contrastées par rapport aux migrants

Laisser partir ?

  • 7 En ce qui concerne par exemple l’industrie de la soie, voir Luca Molà, « Oltre i confini della citt (...)

4Les autorités des localités de départ ont des attitudes contrastées vis-à-vis des migrations de travail de l’époque moderne. Elles oscillent entre trois attitudes très différentes, en fonction essentiellement de la valeur économique, sociale et symbolique attribuée aux activités et aux travailleurs concernés. La première, la plus fréquente sans doute, est une très large indifférence vis-à-vis de mouvements qu’elles ne contrôlent ni, souvent, ne connaissent ; la seconde se développe à mesure que certaines activités sont identifiées comme économiquement et symboliquement importantes pour le territoire : en relation avec le développement des politiques mercantilistes, mais parfois bien avant, prévaut de plus en plus la volonté de retenir dans le pays les ouvriers qualifiés, considérés comme de potentiels « traîtres » en cas d’expatriation et soumis de ce fait à des peines variables, allant des amendes à l’emprisonnement7 ; la troisième enfin, plus rare, est celle qui voit les autorités autoriser, voire encadrer les migrations.

  • 8 Corine Maitte, op. cit., chap. 4.

5Le cas des verriers italiens montre à l’œuvre les politiques tout à fait opposées de la République de Venise et du duché de Mantoue. Alors que la première tente, vainement, d’interdire l’expatriation des verriers, la communauté d’Altare met en place une gestion des migrations par le biais d’une corporation verrière reconnue en 1495 par le duc de Mantoue. J’ai expliqué ailleurs les raisons d’une telle différence8 : d’un côté, le point de vue sédentaire des autorités de la République soucieuses de retenir sur place ses spécialistes pour en conserver les « secrets » et vendre au plus cher ses produits ; de l’autre, un village qui compte autant, si ce n’est plus, sur les revenus du travail « à l’étranger » de ses hommes que de la vente des produits fabriqués sur place ; un groupe donc qui ne se considère pas – ou pas uniquement – comme sédentaire et prend en compte la réalité des mobilités à l’intérieur d’un territoire initialement défini, puis de plus en plus vaste, reliant entre elles un nombre toujours plus grand de villes.

Accueillir ? Les relations parfois conflictuelles entre verriers migrants et autorités urbaines

  • 9 L. Lex, « Projet d’établissement d’une fabrique de verre de Venise à Mâcon en 1583 », Annales de l’ (...)
  • 10 L. Armand-Caillat, « Une verrerie de Venise fondée au xvie siècle à Chalon », Annales de Bourgogne, (...)
  • 11 C’est aussi le cas à Nantes et à Turin.

6Les autorités urbaines des villes d’implantation jouent-elles un rôle moteur dans ces phénomènes d’immigration verrière ? Tout porte à croire que non. Une histoire trop fortement politique a souvent considéré que les mouvements des artisans qualifiés à l’époque moderne étaient principalement déterminés par l’appel des autorités, qu’elles soient urbaines ou princières. Mais les villes ne sont en fait pas toujours bien disposées à recevoir cette industrie nouvelle et les étrangers qui la mettent en œuvre. Différents arguments se mêlent souvent pour justifier l’intervention du pouvoir public local et son refus d’accueillir les acteurs des nouvelles activités. L’épisode connu de Mâcon est emblématique des peurs réelles ou feintes que peut susciter l’installation de ces verriers9 : en 1583, les échevins de la ville refusent la proposition qui leur est faite, sans doute à l’initiative d’un Altarais, de développer l’activité. Ils s’inquiètent à la fois du possible renchérissement du prix du bois, des fumées nocives qui s’échappent des fours, soupçonnées de contribuer à la propagation de la peste, et des rumeurs qui pourraient naître de la présence des étrangers. Ces arguments sont repris en 1584 à Chalon-sur-Saône10. Même en faisant la part de la rhétorique, il est clair que des négociations souvent tendues doivent être menées par les verriers avec les autorités politiques citadines. Dès le xvie siècle, la question de l’approvisionnement en bois apparaît au cœur du possible contentieux entre ces industries « de luxe » et les besoins vitaux des populations urbaines11, la question de l’intégration problématique des étrangers en est une autre. Les autorités urbaines sont plus souvent contraintes que très désireuses de les accueillir.

L’argument du prestige : un argument adressé aux princes pour obtenir des privilèges

  • 12 J. Houdoy, Verres à la façon de Venise. La fabrication flamande d’après des documents inédits, Pari (...)
  • 13 Sur l’ancienneté de ces privilèges, cf. Maureen Fennel Mazzaoui, « Artisan Migration and Tecnology (...)
  • 14 Corine Maitte, op. cit., chap. 6.
  • 15 Les verriers s’installent à peu près partout dans des villes dépourvues de corporations verrières. (...)

7Pour assurer la réussite de leur projet, la tendance récurrente et précoce des verriers migrants est de s’adresser de façon préférentielle aux autorités princières plutôt qu’aux autorités urbaines, parfois dans une claire logique de contournement de celles-ci. L’argument du prestige est souvent mis en avant. Ainsi, quand en 1623 Antonio Miotti, Vénitien, veut s’installer à Bruxelles, pour l’heure sans atelier, il interpelle les autorités sur l’inconvenance de l’absence d’une verrerie dans une capitale et met en avant cette concurrence de prestige qui s’établit à l’échelle de l’Europe de l’Ouest12. L’entrepreneur verrier donne une leçon de prestige au souverain et tente d’en obtenir le soutien, notamment par le biais de « privilèges ». Ceux-ci peuvent être de deux types13 : les plus courants leur accordent l’exclusivité de la production des verres « façon de Venise » (et parfois de leurs imitations en verre plus commun) dans un rayon déterminé, pour une durée donnée, souvent assortie de l’exclusivité de la vente de ces produits. Les seconds sont ceux que demandent en France les verriers altarais : ils ont la particularité d’être des privilèges personnels exonérant de toutes taxes les verriers réputés nobles ; différents de l’exclusivité, ils assurent à leurs détenteurs, pendant toute leur vie, des avantages fiscaux fort appréciables en même temps qu’ils leur reconnaissent de facto un statut social dont ils ne jouissaient pas en Italie14. Quoi qu’il en soit, ce sont bien plus souvent les artisans qui sollicitent les autorités que celles-ci qui les attirent. Cela montre que les artisans verriers conçoivent les privilèges comme les instruments indispensables de la réussite économique de leurs entreprises : ils permettent en effet leur insertion sur des marchés inconnus, à la fois en leur conférant des avantages économiquement significatifs et en leur permettant de dépasser les oppositions urbaines et/ou corporatives15.

8En échange, les autorités demandent de plus en plus fréquemment aux verriers de remplir un certain nombre de conditions : limitation des prix, quantité de production, mais surtout apprentissage à des « naturels du pays ». C’est autour de cette question des apprentissages que des conflits peuvent apparaître entre les logiques migratoires de ces verriers, fondées sur une endogamie presque totale, et les exigences de naturalisation des techniques défendues par les autorités. Cela peut conduire à des conflits dans lesquels la naturalité a parfois été une arme aux mains des gouvernements pour tenter de faire plier les artisans.

Les pièges de la naturalité

  • 16 Gérard Noiriel, Population, immigration et identité nationale en France, xixe-xxe siècles, Paris, H (...)
  • 17 Peter Sahlins, « La nationalité avant la lettre. Les pratiques de naturalisation en France sous l’A (...)
  • 18 Simona Cerutti, « À qui appartiennent les biens qui n’appartiennent à personne ? Citoyenneté droit (...)
  • 19 Corine Maitte, op. cit., p. 197 et suiv., 12,5 % des verriers italiens présents dans le royaume sel (...)
  • 20 Archivio di Stato di Venezia (ASV), Inquisitori di Stato, Busta 824 : lettre d’Antonio Rivetta dit (...)
  • 21 N. Albot, « Verreries et verriers italiens dans les Ardennes », dans Revue historique ardennaise, 1 (...)
  • 22 Corine Maitte, art. cit., dans lequel se trouve également l’abondante bibliographie consacrée à ce (...)

9Les questions de naturalisation ont acquis aujourd’hui une telle acuité qu’il n’est pas inutile de les mettre en perspective. Si la « nationalité » naît logiquement avec la nation au xixe siècle16, Peter Sahlins a cependant montré que l’Ancien Régime était « malgré tout riche en “pratiques de la nationalité” » qu’il a saisies à partir des lettres de naturalité par lesquelles un étranger au royaume pouvait demander au roi de devenir « naturel français » pour ne plus être soumis au droit d’aubaine qui l’empêchait de tester et de transmettre ses biens à qui il voulait dans le royaume17. Sans revenir ici sur les enjeux historiographiques forts des discussions autour du droit d’aubaine et de l’éventuelle construction d’un « sujet absolu » typiquement français18, deux choses méritent d’être soulignées : d’une part, très peu de verriers migrants ont effectué une telle démarche et seulement ceux qui demandaient à bénéficier de privilèges19 ; d’autre part, cela a parfois été une arme contre certaines de leurs « prétentions au secret », une intégration forcée qu’ils ne souhaitaient pas forcément. De fait, pour justifier de ne divulguer leurs connaissances à personne, Muranais comme Altarais invoquent la fidélité à leur « prince naturel », car leur présence en France ne les délivre pas de l’obéissance qu’ils lui doivent. Le passage de la frontière ne suffit pas à les faire changer de souveraineté. « J’ai conservé, dit un verrier muranais débauché par Colbert, ma fidélité de sujet… la dévotion fidèle et inaltérable qu’avec constance j’ai toujours su devoir à mon Auguste Prince Naturel »20. Cet argument est fort habile car il est en théorie inattaquable par les autorités françaises. L’unique riposte dont elles disposent est la naturalisation. Celle-ci peut donc être, non une faveur accordée aux ouvriers qualifiés, comme cela a souvent été présenté, mais une arme destinée à combattre leur refus de communiquer leur savoir. Utilisée contre les Altarais au début du xviie siècle21, elle explique sans doute aussi l’empressement avec lequel Colbert accorde la naturalisation aux miroitiers vénitiens qu’il fait venir à grands frais en France pour fonder la manufacture de glaces : ils n’en retournent pas moins à Venise assez rapidement, peu soucieux de se plier aux exigences d’enseignement auxquelles on veut ainsi les obliger et ayant réussi à négocier les conditions d’un retour avantageux à Venise22. De toute évidence, l’intégration était le cadet de leurs soucis.

S’intégrer ou ne faire que passer : les attitudes variées des migrants

  • 23 Encore une fois, les comparaisons avec les situations contemporaines sont intéressantes. Cf. Alain (...)

10Le discours politique et médiatique français est saturé par la thématique de l’intégration des migrants : nécessaire, recherchée, incomplète, imparfaite, refusée, toutes les variations existent ; elle reste néanmoins un impératif prescriptif dont l’absence suscite débats et marque, pour tous les bords ou presque, un échec. Au contraire de nos sociétés contemporaines, l’intégration des migrants n’est pas un but clairement poursuivi à l’époque moderne, ni par les autorités publiques, ni par les migrants eux-mêmes. On peut en effet repérer plusieurs types de relations qui illustrent la gamme assez variée des rapports possibles entre migrants et société d’accueil à l’époque moderne. D’une part existent des relations ponctuelles, assez brèves, de quelques mois à quelques années, qui n’entraînent pas de véritable « enracinement » et supposent des contacts finalement assez réduits avec la société urbaine. Dans le cas des verriers, cela peut correspondre à deux types de situations : soit aux mobilités individuelles d’un certain nombre d’entre eux qui passent de ville en ville sans se fixer véritablement dans aucune d’entre elles, soit au passage saisonnier des équipes qui n’y séjournent qu’une partie de l’année. Si ces migrations sont assez différentes, elles ont en commun de ne laisser que très peu de traces dans les archives et sont par conséquent très difficiles à repérer23. Enfin, le troisième cas est constitué par les installations plus durables de certains verriers chanceux, qui font souche et constituent à l’étranger comme des antennes de réseaux de migrations transterritoriales, pour ne pas dire transnationales. Entre ces situations extrêmes, mobilité permanente ou installation définitive, il existe évidemment de très nombreuses situations intermédiaires qui complexifient la gamme des possibles ; il existe surtout des relations de complémentarité, car la fixation définitive ou temporaire des uns rend possible la mobilité des autres entre ces différents points d’un réseau toujours mobile. Avant d’entrer dans le détail, il faut rapidement revenir sur les acteurs de ces mobilités.

Qui part ? Pourquoi partir ? Pas les plus pauvres ; l’espoir d’une ascension

  • 24 Laurence Fontaine, « Montagnes… », art. cit.

11Aucun journal intime, aucune correspondance même, ne nous a permis de pénétrer dans le secret des décisions migratoires des acteurs que nous étudions. En ce qui concerne les Muranais, elles doivent se faire dans la plus grande discrétion, à l’insu des autorités très vigilantes de la corporation et de la République de Venise. Il semble qu’elles soient largement individuelles, même si le travail d’équipe que nécessite la production verrière entraîne également l’appel de proches pour former et compléter les équipes de travail, si une situation enviable se dessine. Ce désengagement des contraintes communautaires est sans doute ce qui caractérise les mobilités des verriers muranais, non seulement par rapport à ceux d’Altare, mais également par rapport à la plupart des migrations spécialisées de cette époque24. En effet, les migrations des verriers d’Altare sont souvent des décisions prises au village par des groupes structurés, ayant éventuellement passé contrat avec un entrepreneur installé à l’étranger ou constitué entre eux une association pour reprendre une verrerie, ou tenter de le faire. La gamme des âges comme des spécialités est sans doute plus complète dans le cas des Altarais.

  • 25 L’expression est d’Antoinette Fauve-Chamoux qui distingue, dans le cadre des migrations urbaines, l (...)

12Mais pourquoi partir ? La plupart le font pour valoriser leur savoir-faire. Les verriers muranais sont rémunérés dix fois plus à Londres que dans la Lagune. Ce sont donc assurément des « migrations de la brioche »25, visant à améliorer la situation économique et sociale des acteurs, effectuées par des maîtres éventuellement accompagnés de leurs aides, bien plus souvent que par des patrons de four. Pour tous, l’horizon est de s’installer à leur compte, en profitant d’un savoir-faire réputé bien plus que d’un capital assez souvent réduit. Ce ne sont pourtant pas les plus pauvres qui partent. Quelques cas, minoritaires, semblent liés à des condamnations de droit public bannissant des maîtres hors de la République et les contraignant à vivre de leur travail hors de Murano.

Des parcours individuels chaotiques : de ville en ville, la désintégration communautaire

  • 26 Cesare Moretti, Carlo Stefano Salerno, Sabina Tommasi Ferroni, Ricette vetrarie muranesi. Gasparo B (...)
  • 27 AST, Materie economiche, IV, II Addizione, M. 28.
  • 28 Moretti et al., op. cit.

13C’est peut-être ce qui a poussé Gasparo Brunoro sur les routes de l’Europe du xviie siècle. Ce verrier était inconnu jusqu’à la redécouverte récente d’un livre de recettes verrières resté manuscrit, rédigé à Dantzig en 1645, retrouvé à Rome et publié en 200426 : né à Murano en 1599, marié à Venise en 1622, il appartient à une famille assez connue de verriers de l’île. Mais, pour des raisons inconnues, il choisit de partir. Sa première apparition connue en dehors de Murano date de 1628-1629 : il est alors à Namur où il collabore avec son compatriote Antonio Miotti, qui a obtenu un privilège de production pour une partie des Pays-Bas. À la mort de Miotti en 1629, il est chargé par sa veuve d’enseigner l’art à son fils : mais tous deux sont poursuivis pour atteinte à la morale et doivent quitter la ville. De retour en Italie, Brunoro ne va pas à Venise, mais à Turin où il propose en vain ses services au duc en 1632-163327. Comment décide-t-il ensuite de se rendre à Londres ? La question reste entière, mais on l’y retrouve en tous cas embauché sept ans de suite (1637-1644) dans la verrerie de Sir Robert Mansell. Nouveau départ ensuite, puisqu’en 1645 il est à Danzig où il écrit sans doute une partie de ses recettes verrières. Son périple européen se poursuit peut-être jusqu’à Copenhague, où on le suppose en 1649. Sa présence est ensuite attestée à Liège en 1653 et 165528, avant que ses traces ne se perdent. Cette reconstruction en pointillé d’un itinéraire assez chaotique aide à comprendre où se dirige un verrier vénitien décidé à valoriser son travail en dehors de Murano. Les grandes villes sont les principaux lieux de prospection, particulièrement les capitales où se concentrent la mode et la production de la « façon de Venise ». On imagine les tentatives, semble-t-il infructueuses, pour devenir entrepreneur privilégié, les mobilités au gré des offres et, qui sait, des condamnations ou des scandales. Seule la reconnaissance de son savoir-faire lui permet de maintenir une situation relativement enviable dans un parcours de mobilité sans doute en partie forcé.

  • 29 Ce verrier porte constamment au cou un collier d’or que lui a donné un duc anglais, sans doute Buck (...)
  • 30 Ibid. ; Janine Lefrancq prépare la publication de ce manuel dont elle m’a donné à lire quelques ext (...)
  • 31 ASV, Inquisitori di stato, B. 436, 31/07/1665.

14Si l’itinéraire de Brunoro est unique, son cas n’a rien d’exceptionnel. Ainsi, Paolo Mazzolao, autre verrier vénitien, semble suivre des chemins tout aussi erratiques. En 1665, il retrouve à Paris ses compatriotes vénitiens débauchés par Colbert : il a alors trente-cinq ans et a déjà travaillé lui aussi à Londres. Il est ensuite passé dans l’État de Liège, embauché par les entrepreneurs locaux en 1655, la même année que Brunoro29. Est-ce pour eux qu’il a travaillé deux ans à Maastricht ? Sans doute, car ces entrepreneurs tentent de monopoliser la fabrication verrière dans la région et embauchent des ouvriers vénitiens pour « imiter de plus proche (les verres) qui viennent de Venise, comme l’on a toujours fait à Anvers, à Bruxelles et même depuis quelques années à Liège et un peu de temps à Maastricht »30. À Maastricht, Mazzolao s’est marié à une autochtone : intégration ? Non, puisque sa nouvelle compagne le suit au contraire dans un parcours qui le porte à Rouen, puis à Paris, avant Orléans. Malgré ses intentions déclarées à l’ambassadeur vénitien de Paris de « se restituer à la grâce de son prince, s’assujettir de nouveau à son vrai sang et à sa patrie »31, il continue son périple en France. C’est vraisemblablement dans le royaume qu’il finit sa vie et laisse finalement des héritiers.

  • 32 Corine Maitte, « Les migrations de travail comme ressources : verriers vénitiens et altarais, xvie-(...)
  • 33 Janine Lefrancq, Travail et quotidien des verriers italiens au service des Bonhomme, colloque de l’ (...)

15Ces deux itinéraires, qui en résument bien d’autres que l’on peut suivre au xviie siècle mais encore au xviiie siècle32, montrent une mobilité parfois contrainte – fuite devant la justice ou exil forcé – mais le plus souvent choisie, au gré des lettres des proches, de l’interconnaissance ou des appels des entrepreneurs à la recherche de main-d’œuvre. Les entrepreneurs locaux qui désirent produire du verre « façon de Venise » préfèrent clairement les artisans qui ont déjà une expérience à l’étranger, ainsi que l’indique Jean Bonhomme dans une sorte de « manuel » du parfait entrepreneur verrier : « Les ouvriers qui ont travaillé dans la France, l’Angleterre et lieux circonvoisins sont toujours plus propres pour travailler à la mode d’Allemagne et des Dix-Sept Provinces que ne sont ceux qui ne sont jamais sortis d’Italie »33. L’expérience internationale, pourrait-on dire, est un gage d’emploi ultérieur. Ces parcours montrent la mise en place de réseaux européens du travail qui permettent une valorisation des savoir-faire dans ce secteur très spécialisé.

  • 34 Pour le cas des verriers muranais recrutés en France, cf. Elphège Frémy, Histoire de la manufacture (...)
  • 35 Paul-André Rosental, « Maintien/rupture : un nouveau couple pour l’analyse des migrations », dans A (...)

16Les liens avec la ville d’origine sont-ils pour autant définitivement perdus dès lors que la lagune ou les murs en sont franchis ? Certes, certains semblent finir tragiquement leurs jours, poignardés ou empoisonnés par des émissaires de la République34, d’autres, plus nombreux, finissent leurs jours à l’étranger ; mais un certain nombre négocient aussi chèrement avec les autorités de la République leur retour à Venise. Par des voies détournées, certains verriers espèrent donc que leur parcours de mobilité leur assure une chance de promotion sociale… dans leur patrie d’origine. Pour ceux-là, Venise reste un « horizon d’attente » tout à fait primordial. Leurs migrations sont alors, contrairement aux apparences, des migrations « de maintien35 ». Leur investissement dans les villes de passage semble marqué du sceau de l’éphémère. Le mariage ne suffit pas à les fixer, puisque leurs compagnes peuvent les suivre dans leurs pérégrinations.

17D’une façon tout à fait différente, le rapport à l’espace et à la société urbaine des équipes de travail venues d’Altare est également assez faible.

Les équipes altaraises : des relations saisonnières limitées avec les sociétés urbaines

  • 36 Laurence Fontaine, « Montagnes… », art. cit.
  • 37 Bordoni Ernesto, L’industria del vetro in Italia, l’arte vetraria in Altare, Altare, 1884 ; Henri S (...)
  • 38 Henri Schuermans, art. cit., L. 11, p. 102 : mention de la maîtrise de Ferrare en 1548. On voit aus (...)
  • 39 AST, Confini con Genova, M. 1, inserto 11, 13/06/1676 : il s’agit d’obtenir une baisse de la gabell (...)
  • 40 AST, materie economiche, IV, M. 18, inserto 2, sans numérotation.
  • 41 Gilbert Chabrol de Volvic, Statistique des provinces de Savone, d’Oneille, d’Acqui et de partie de (...)

18Les migrations temporaires sont extrêmement importantes à l’époque moderne et constituent des modes de relations pérennes, bien que périodiques, entre villes mais surtout entre villes et campagnes36. Les verriers s’inscrivent donc dans la longue liste des métiers exercés dans la mobilité. Au contraire des précédentes, ces mobilités sont fortement encadrées par les structures familiales et communautaires. Parmi les anciennes archives de la corporation d’Altare, existaient les registres des équipes qui partaient chaque année du village, le lieu de leur destination, le chef d’équipe et les droits acquittés à leur retour37. Ces documents montraient le rôle de véritable fournisseur de main-d’œuvre que jouait la communauté, et que gérait la corporation. Ces belles archives ont malheureusement entièrement disparu. Il n’en reste trace que dans les écrits des érudits du xixe siècle. Le système des maîtrises semble néanmoins avoir fonctionné largement et précocement en Italie : dès le milieu du xvie siècle, il semble déjà bien en place et trouve sans doute ses origines au siècle précédent38. Selon une affirmation des responsables de la communauté en 1676, c’est ainsi « la majeure partie des personnes qui habitent en dehors (d’Altare) plus des deux tiers de l’année »39. Au xviiie siècle, le nombre de places où travaillent les équipes d’Altarais est toujours important. Un document de 1775 indique plus d’une centaine d’ouvriers du verre répartis en sept équipes qui vont à Bologne et Modène, Milan (deux équipes), Turin et la Chiusa, Intra et Côme, sans compter les nouvelles verreries installées dans la République de Gênes, à peu de kilomètres d’Altare40. Les sources de l’époque française au tout début du xixe siècle, elles, évoquent neuf à dix équipes41.

  • 42 Les documents du xvie siècle montrent qu’une équipe vénitienne est composée de dix ou onze personne (...)
  • 43 Ce dont s’acquittent, par exemple, les entrepreneurs Bonhomme de Liège, même si les contrats sont i (...)

19Chaque équipe, ou maîtrise, est composée de dix-huit personnes, du cuisinier au chef d’équipe, si l’on en croit les témoignages du xviiie siècle42. Le chef d’équipe est en général le maître de cristal. Il a un rôle fondamental : c’est lui qui passe contrat avec les entrepreneurs, fixe le prix du travail, recrute ensuite les hommes, se porte également garant de leur savoir-faire et de leur comportement. Il semble beaucoup plus rare que les entrepreneurs s’adressent directement aux consuls de la corporation pour leur demander de la main-d’œuvre. Mais, de toute façon, les consuls ont un droit de regard et de tutelle à la fois sur les expatriés, qui doivent obtenir une licence de départ, et sur les patrons de four, qui doivent accepter les règlements corporatifs et payer un droit pour disposer de la main-d’œuvre nécessaire à leur entreprise43.

  • 44 Selon un modèle souvent décrit, voir par exemple Giovanni Levi, « Carrières d’artisans et marché du (...)
  • 45 Sur les équipes de briquetiers, voir Piet Lourens & Jan Lucassen, « Labour mediation among seasonal (...)

20Les chefs d’équipes peuvent rester longtemps en poste et effectuer chaque année une tournée désormais régulière. Ainsi, certains ouvriers sont durablement engagés dans les migrations saisonnières : il ne s’agit donc pas d’une tâche de jeunesse ensuite abandonnée au profit d’un travail sédentaire dans les ateliers du village44. La stabilité dans la migration annuelle concerne sans doute également les différents membres de l’équipe, car la composition des équipes semble fréquemment reconduite d’une année sur l’autre, même si les accords tacites sont renouvelés en juin, quand les verriers rentrent à Altare et que se font les contrats pour la saison à venir45. Cette organisation montre l’existence de réseaux de travail, cette fois-ci relativement stables – contrairement au précédent –, qui lient entre elles les villes italiennes.

  • 46 Les familles verrières sont les plus grosses propriétaires selon le cadastre réalisé au xviiie sièc (...)

21L’organisation des équipes, qui comprend donc aussi un cuisinier, indique pourtant que les interactions sont ici aussi limitées avec la société urbaine. Les caractéristiques de la main-d’œuvre captive des entreprises ethniques peuvent être mobilisées pour comprendre le mode de relation de ces verriers de passage avec une société urbaine qu’ils ne font que frôler sans s’y insérer. Comme beaucoup de migrants temporaires, les verriers rejoignent sans doute dans les villes des habitations usuelles. En l’occurrence elles leur sont sûrement réservées par leurs employeurs, puisque les contrats de travail prévoient en général le logement, le blanchiment, voire le couvert de ces ouvriers spécialisés. Les relations sont donc essentiellement internes au groupe, d’autant plus que les horaires de travail, basés sur des tours de six heures, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, ne facilitent sans doute pas les contacts extérieurs à la verrerie. Le travail en ville n’est qu’un moyen pour gagner sa vie. L’argent des saisons sert à maintenir la famille au village et peut éventuellement être investi dans des terres ou des maisons46.

22Toute différente est bien entendu la situation de ceux qui tentent et réussissent à s’installer comme patrons de verrerie à l’étranger.

L’intégration du petit nombre : l’exemple de Nevers, le « petit Murano » français

23Parmi les nombreux exemples d’installation pérenne de verriers italiens en France, nulle n’est plus fameuse que Nevers, appelé de façon involontairement ironique « le petit Murano » français, alors que sa verrerie est essentiellement peuplée de verriers altarais. Elle peut servir de fil conducteur.

  • 47 Arch. comm. Nevers, BB 20, f° 319-324 ; Arch. dép. Loire-Atlantique, B. 65, f° 297.

24C’est en 1583 qu’une association de verriers altarais va s’installer à Nevers, en provenance de Lyon, capitale économique très italianisée du royaume, mais alors touchée par la peste. La ville est bien placée, au centre de la France, à la confluence de voies fluviales navigables et, surtout, centre d’un territoire dont le duc est alors à la fois un homme influent de la cour française et un Gonzague, parent de la famille régnante à Mantoue, dont dépend Altare. Malgré cet appui, le nombre d’enregistrements de privilèges témoigne à la fois de la fragilité potentielle de la situation des verriers et du difficile dialogue avec les autorités urbaines47.

L'Hôtel de la Verrerie à Nevers (Source : Wikipedia, "Maisons anciennes à Nevers")

  • 48 Arch. dép. Nièvre, 3 E 1 549/1, Geoffroy, 29/10/1592.

25L’installation à Nevers ne signifie d’ailleurs pas la fermeture de l’atelier lyonnais, qui continue à fonctionner un certain temps, puisque le frère de Jacopo y est recensé à la fin du siècle avec seize « valets » qui sont en fait les travailleurs de la verrerie. Mais surtout, le groupe continue de prospecter le terrain français et ambitionne de s’installer à Paris ou au plus près de la capitale, qui représente sans nul doute le plus grand marché français : c’est chose faite à la toute fin du xvie siècle. Une fois encore, cela ne signifie pas l’abandon de l’installation de Nevers, mais la multipolarité d’une organisation familiale qui peut s’appuyer non seulement sur un nombre important de membres, presque tous verriers, mais qui est surtout capable de faire venir d’Altare l’éventuelle main-d’œuvre supplémentaire dont elle a besoin. Notons que ces entrepreneurs ne recherchent pas seulement des maîtres déjà formés, mais aussi des apprentis, voire des enfants48 : c’est bien toute la gamme des compétences qui leur est nécessaire et qu’ils recrutent, en exclusivité, à Altare. Liens entre parents et contrôle de la main-d’œuvre sont les principales forces de ces entreprises « ethniques ».

  • 49 Arch. dép. Nièvre, 3 E 1 547, Geoffroy, 1585.

26À Nevers comme à Paris, les locaux, initialement pris en location49, sont proches des pouvoirs centraux : juste derrière la résidence du duc à Nevers, faubourg St-Germain-des-Près à Paris, près du Luxembourg. L’installation parisienne faisant long feu à la suite du refus des verriers italiens de prendre des apprentis français et de « naturaliser » leurs secrets de fabrication, le groupe se replie à Nevers où l’appui du duc continue de leur être assuré. Le neveu de Jacopo Saroldi, Horace Ponte, s’installe durablement dans la ville dont il devient un notable. Tout comme d’autres Altarais installés à Milan ou à Rome, il a réussi une intégration sociale qui le place dans la « bonne société » urbaine.

27À un moment hélas inconnu, entre fin xvie et début xviie siècle, est construit l’hôtel de la Verrerie, encore en place aujourd’hui. Toujours au cœur de la ville, cet immeuble est à la fois un espace productif et l’édifice de représentation d’une certaine réussite sociale. En effet, pour Horace Ponte, comme pour un certain nombre d’autres, la mobilité a été une occasion d’ascension sociale et la migration définitive est finalement venue sanctionner la réussite dans le pays d’accueil : on est bien face à des migrations « de la brioche ». Parti jeune avec son père, sa mère, ses oncles, orphelin de père en 1588, il a dû à ses oncles maternels la réussite de son installation à Nevers. Eux-mêmes, partis d’Altare « maîtres de verrerie », dotés d’un capital essentiellement familial et relationnel, ont su saisir la chance offerte par le développement considérable de la demande de produits de verre à l’italienne et sont devenus patrons de leur propre four : c’est le cas de tous ceux qui ont repris des verreries à l’étranger. Mieux encore, en France, ces verriers italiens sans blason s’en sont inventé et ont, par contagion avec la situation française, été considérés comme nobles. Tous ces chanceux s’enracinent dans le pays d’accueil et ne retournent pas vivre à Altare. Leur ville d’accueil les voit alors multiplier les relations sociales avec les gens du cru, que l’on peut saisir au fil des parrainages.

  • 50 Il s’agit de Bernard Dubuisson. On ne sait d’où vient ce titre. Le duc de Nevers le conteste d’aill (...)
  • 51 Abbé Boutillier, op. cit., p. 33-38 pour l’intégralité de la défense de verriers prononcée par Char (...)

28Se trouve-t-on pour autant alors face à des migrations de rupture ? Ce n’est pas aussi simple. Les liens mettent du temps à se dénouer et les réseaux, de travail notamment, restent longtemps communautaires : l’hôtel de la verrerie de Nevers est aussi un espace d’hébergement des verriers de passage venus y travailler. À Nevers, comme à Milan, Rome ou Turin, l’installation d’un « patron » altarais n’a en effet pas coupé les ponts avec le village qui continue, jusqu’au xviiie siècle, de fournir une bonne partie de la main-d’œuvre. Voici donc un exemple d’insertion urbaine, de naturalisation française en ce qui concerne Horace, qui n’empêche pas le fonctionnement communautaire de la production pendant encore de très longues années. C’est d’ailleurs ce que dénoncent les verriers français en 1619, demandant que les apprentis soient français50. Comme à leur habitude, les Altarais jouent en cette occasion des rivalités entre les différents pouvoirs politiques. Charles de Gonzague se fait leur avocat et explique que l’application de la décision royale est impossible : « par ce moyen ladite verrerie dépériroit en la perfection qu’elle a toujours eu aux ouvrages divers, veu qu’il est certain que les Italiens sont d’ordinaire plus experts et adroictz audict art que non pas les Français, desquels néanmoins ils se servent lorsqu’il se rencontre de bons ouvriers »51.

29Gageons qu’ils n’étaient pas nombreux. D’ailleurs, si malgré tout les liens proprement familiaux se distendent avec le village, il est relativement fréquent de voir les enfants se marier au sein du groupe des familles immigrées. Horace, par exemple, s’est marié à Lyon avec une descendante d’une famille d’autres migrants italiens, les D’Albane, également implantés à Paris. Le couple étant sans enfants, la pérennité de la verrerie se pose. Après la mort d’Horace Ponte en 1645, deux verriers d’Altare, Giovanni Castellano et Bernardo Perroto, concluent entre eux l’année suivante une association destinée à « relever » cette verrerie, puis ils sollicitent la souveraine, à Mantoue, pour faciliter leur accueil par le conseil de ville de Nevers et leur faire accorder des exemptions de droits sur les subsistances, le logement des gens de guerre et les contributions locales, la veuve d’Horace leur louant, elle, les locaux. Ainsi, le réseau se maintient et les transmissions restent internes au groupe. Sans entrer ici dans des détails inutiles, la continuité communautaire altaraise, y compris donc à travers une certaine discontinuité familiale, s’est ainsi maintenue à Nevers, comme dans d’autres places de Bretagne par exemple, pendant plus d’un siècle et demi. Elle est allée de pair avec un double mouvement : l’intégration des « patrons » de four dans la société locale, le caractère au contraire toujours très largement transitoire de la main-d’œuvre y travaillant.

Conclusion

  • 52 Alain Tarrius, Étrangers…, op. cit., 2015, p. 13.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid., p. 125.

30En amont et en aval de l’État-nation, les comparaisons sont sans doute d’autant plus fécondes qu’elles mettent en jeu des populations qui sont au-delà de « l’ordre des sédentarités »52. C’est pour cela que le mode d’organisation et de fonctionnement de certains réseaux migrants de l’époque moderne peut être comparé à ceux transnationaux des entreprises ethniques contemporaines, notamment dans le caractère à la fois transterritorial des mobilités et essentiellement communautaires des identités, qui ne cherchent pas à tout prix une intégration que seuls les plus fortunés réussissent. Certes, il ne s’agit pas d’un commerce « par les pauvres et pour les pauvres »53, mais au contraire de mobilités liées aux savoir-faire et aux consommations d’un nouveau luxe qui se répand dans toute l’Europe. Pourtant, au cœur des villes, ces migrants dessinent les contours variés d’individus ou de communautés de passage, dont l’intégration n’est pas le but. Pour les quelques-uns qui s’installent durablement, on pourrait aussi dire que « prenant place au cœur de la ville, ils attirent les populations locales dans leurs commerces et services »54.

31Le mouvement des hommes peut d’ailleurs entraîner, outre des circulations techniques, celles des conditions de travail et de rémunération. L’étude d’un certain nombre de contrats de travail permet notamment de voir se mettre en place de façon précoce des clauses contractuelles communes qui sont la plus directe conséquence des interconnexions établies par les mobilités de travail. Il s’agit souvent plus de ce qu’on considère comme annexe – le logement, le blanchiment, les modalités du paiement – que du niveau des rémunérations, lui plus variable. S’agit-il pour autant de marchés de travail ? Sûrement pas d’un marché impersonnel où les acteurs anonymes contracteraient librement entre eux, car les liens d’interconnaissance, de présentation, de recommandations restent toujours essentiels.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment les travaux d’Alain Tarrius, depuis Les fourmis d’Europe. Migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan, 1992, jusqu’à Étrangers de passage : poor to poor, peer to peer, Paris, Éditions de l’Aube, 2015 ; sur l’entrepreneuriat ethnique, voir notamment Alejandro Portes (dir.), The Economic Sociology of Immigration. Essays on Networks, Ethnicity, and Entrepreneurship, New York, Russel Sage Foundation, 1995 ; Yan Rath (dir.), Immigrant Business : The Economic, Political and Social Environment, 2000.

2 Laurence Fontaine, « Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (xve-xxe siècles) », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2005, 52-2, p. 26-49. ; Corine Maitte, Manuela Martini, Issiaka Mandé, Didier Terrier (dir.), Entreprises en mouvements. Migrants, pratiques entrepreneuriales et diversités culturelles dans le monde (xve-xxe siècles), Presses universitaires de Valenciennes, 2009.

3 Laurence Fontaine, art. cit.

4 Corine Maitte, Les chemins de verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise, xvixixe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

5 Jutta-Annette Page (dir.), Beyond Venice, New York, The Corning Museum of Glass, 2004.

6 Corine Maitte, « Manufactures royales et débauchage des compétences : les ouvriers qualifiés d’origine italienne (xviie-xviiie siècles) », dans Gérard Gayot et Philippe Minard (éd.), « Les ouvriers qualifiés de l’industrie. Formation, emploi, migrations (xvie-xxe siècles) », Revue du Nord, n° 15 hors-série, 2001, p. 43-65.

7 En ce qui concerne par exemple l’industrie de la soie, voir Luca Molà, « Oltre i confini della città. Artigiani e imprenditori della seta fiorentini all’estero », dans Franco Franceschi, Gloria Fossi, Arti fiorentine. La grande storia dell’artigianato, II : Il Quattrocento, Firenze, 1999, p. 102 et suiv. : les statuts de l’art de la soie florentine interdisent à partir de 1416 toute migration ou toute sortie des instruments utiles au travail ; en 1419, une loi du gouvernement menace de décapitation et de la confiscation de tous les biens les candidats au départ ; même sévérité à Gênes au xve siècle, ou à Lucques depuis 1314.

8 Corine Maitte, op. cit., chap. 4.

9 L. Lex, « Projet d’établissement d’une fabrique de verre de Venise à Mâcon en 1583 », Annales de l’Académie de Mâcon, 3e série, t. V, 1900, p. 250-254.

10 L. Armand-Caillat, « Une verrerie de Venise fondée au xvie siècle à Chalon », Annales de Bourgogne, XV, 1943, p. 127-135.

11 C’est aussi le cas à Nantes et à Turin.

12 J. Houdoy, Verres à la façon de Venise. La fabrication flamande d’après des documents inédits, Paris, 1873, p. 54-55 (07/01/1623). Un argumentaire semblable est utilisé au Piémont en 1633 par le Vénitien Gaspare Brunoro, dont il sera question ensuite : cf. Archivio di Stato di Torino (AST), materie economiche, IV, Vetri, mazzi d’addizione, 13, 20/09/1633.

13 Sur l’ancienneté de ces privilèges, cf. Maureen Fennel Mazzaoui, « Artisan Migration and Tecnology in the Italian Textile Industry in Late Middle Ages (1100-1500) », dans Rinaldo Comba, Gabriella Piccino, Guiliano Pinto (a cura di), Strutture familiari, epidemi, migrazioni nell’Italia medievale, Napoli, 1984, p. 530 et suiv.

14 Corine Maitte, op. cit., chap. 6.

15 Les verriers s’installent à peu près partout dans des villes dépourvues de corporations verrières. Il faut dire qu’elles sont très peu nombreuses.

16 Gérard Noiriel, Population, immigration et identité nationale en France, xixe-xxe siècles, Paris, Hachette, 1992, et l’ensemble de ses travaux.

17 Peter Sahlins, « La nationalité avant la lettre. Les pratiques de naturalisation en France sous l’Ancien Régime », dans Annales. Histoire, sciences sociales, année 2000/5, p. 1081-1108.

18 Simona Cerutti, « À qui appartiennent les biens qui n’appartiennent à personne ? Citoyenneté droit d’aubaine à l’époque moderne », dans Annales. Histoire, sciences sociales, 2007/2, p. 355-383, et réponse de Peter Sahlins : « Sur la citoyenneté et le droit d’aubaine à l’époque moderne. Réponse à Simona Cerutti », dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2008/2, p. 385-398.

19 Corine Maitte, op. cit., p. 197 et suiv., 12,5 % des verriers italiens présents dans le royaume selon mes estimations.

20 Archivio di Stato di Venezia (ASV), Inquisitori di Stato, Busta 824 : lettre d’Antonio Rivetta dit Cimegotto aux magistrats vénitiens (sans date).

21 N. Albot, « Verreries et verriers italiens dans les Ardennes », dans Revue historique ardennaise, 1906 ; Corine Maitte, art. cit.

22 Corine Maitte, art. cit., dans lequel se trouve également l’abondante bibliographie consacrée à ce sujet.

23 Encore une fois, les comparaisons avec les situations contemporaines sont intéressantes. Cf. Alain Tarrius, Étrangers…, op. cit., 2015, p. 11 et 23.

24 Laurence Fontaine, « Montagnes… », art. cit.

25 L’expression est d’Antoinette Fauve-Chamoux qui distingue, dans le cadre des migrations urbaines, les migrations de la faim, celles du lait (les nourrissons) et celles dites « de la brioche », qui visent à améliorer les situations de départ : Antoinette Fauve-Chamoux, « Female mobility and urban population in preindustrial France (1500-1900) », Internal Migrations and medium distance Migrations in Historical Europe, A. Eiras-Roel and O. Rey Castelao (eds), Santiago de Compostela, CIDH, p. 43-71.

26 Cesare Moretti, Carlo Stefano Salerno, Sabina Tommasi Ferroni, Ricette vetrarie muranesi. Gasparo Brunoro e il manoscritto di Danzica, Florence, 2004.

27 AST, Materie economiche, IV, II Addizione, M. 28.

28 Moretti et al., op. cit.

29 Ce verrier porte constamment au cou un collier d’or que lui a donné un duc anglais, sans doute Buckingham, qui détient alors le privilège de fabrication. Ce n’est pas la première fois que l’on trouve mention d’un collier d’or donné par un prince à un maître vénitien : cf. Detlef Heikamp, Studien zur Medicieschen Glaskunst, Florence, 1986, p. 370.

30 Ibid. ; Janine Lefrancq prépare la publication de ce manuel dont elle m’a donné à lire quelques extraits, ce dont je la remercie. Cf. Manuel, f° 166.

31 ASV, Inquisitori di stato, B. 436, 31/07/1665.

32 Corine Maitte, « Les migrations de travail comme ressources : verriers vénitiens et altarais, xvie-xviiie siècles », dans Mélanges de l’École française de Rome, 123/1, 2011, p. 29-43.

33 Janine Lefrancq, Travail et quotidien des verriers italiens au service des Bonhomme, colloque de l’Association française d’archéologie du verre, Orléans, mai 2010.

34 Pour le cas des verriers muranais recrutés en France, cf. Elphège Frémy, Histoire de la manufacture royale des glaces de France aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1909. Ce ne sont pas les seuls cas de morts « suspectes », cf. ASV, Inquisitori di stato, B. 197 : Michiel Spirilli, verrier, demande, le 27 mars 1658, à être absous de sa condamnation et de son exil de Venise pour avoir « dans le terme de deux mois, fait priver de la vie à Pise Domenico Battaglia, Muranais, maître dans l’art de tirer les cannes pour faire des patenôtres ou marguerites de verre ».

35 Paul-André Rosental, « Maintien/rupture : un nouveau couple pour l’analyse des migrations », dans Annales ESC, 1990, n° 6, p. 1403-1431.

36 Laurence Fontaine, « Montagnes… », art. cit.

37 Bordoni Ernesto, L’industria del vetro in Italia, l’arte vetraria in Altare, Altare, 1884 ; Henri Schuermans, « Verres “façon de Venise” fabriqués aux Pays-Bas », Bulletin des Commissions royales d’Art et d’Archéologie, Bruxelles, L. 1 : 1883a, L. 2 : 1883b, L. 3 : 1884a, L. 4 : 1884b, L. 5 : 1885, L. 6 : 1887a, L. 7 : 1887b, L. 8 : 1888, L. 9 : 1889, L. 10 : 1890, L. 11 : 1892, L. 12 : 1893.

38 Henri Schuermans, art. cit., L. 11, p. 102 : mention de la maîtrise de Ferrare en 1548. On voit aussi comment, en 1531, un patron de four de Gaeta, Andrea de Landato, fait appel à Altare pour trouver des maîtres : cinq sont ainsi recrutés, payés ensemble, et astreints à fabriquer au moins 25 cottes de verre. Cf. Guido Malandra, I vetrai di Altare, Savona, Cassa di Risparmio, 1983, p. 166-168.

39 AST, Confini con Genova, M. 1, inserto 11, 13/06/1676 : il s’agit d’obtenir une baisse de la gabelle.

40 AST, materie economiche, IV, M. 18, inserto 2, sans numérotation.

41 Gilbert Chabrol de Volvic, Statistique des provinces de Savone, d’Oneille, d’Acqui et de partie de la province de Mondovì formant l’ancien département de Montenotte, Paris, 1814 (rééd. Savona 1994).

42 Les documents du xvie siècle montrent qu’une équipe vénitienne est composée de dix ou onze personnes : six maîtres, un fondeur, deux grands garçons, deux tailleurs de bois. Cf. convention entre Bortolo di Luigi delle Tre Mori et Côme 1er, dans Detelf Heikamp, op. cit., p. 343-44.

43 Ce dont s’acquittent, par exemple, les entrepreneurs Bonhomme de Liège, même si les contrats sont individuels.

44 Selon un modèle souvent décrit, voir par exemple Giovanni Levi, « Carrières d’artisans et marché du travail à Turin », dans Annales ESC, 1990/6, p. 1351-1364.m.

45 Sur les équipes de briquetiers, voir Piet Lourens & Jan Lucassen, « Labour mediation among seasonal workers, in particular the Lippe brick makers 1650-1900 », à paraître dans Sigrid Wadauer, Thomas Buchner, Alexander Mejstrik (eds.), History of Labour Intermediation. Institutions and Individual Ways of Finding Employment (19th and 20th centuries), New York, Berghahn, 2015 ; il y a au contraire dans leur cas d’assez grandes mobilités internes aux équipes.

46 Les familles verrières sont les plus grosses propriétaires selon le cadastre réalisé au xviiie siècle.

47 Arch. comm. Nevers, BB 20, f° 319-324 ; Arch. dép. Loire-Atlantique, B. 65, f° 297.

48 Arch. dép. Nièvre, 3 E 1 549/1, Geoffroy, 29/10/1592.

49 Arch. dép. Nièvre, 3 E 1 547, Geoffroy, 1585.

50 Il s’agit de Bernard Dubuisson. On ne sait d’où vient ce titre. Le duc de Nevers le conteste d’ailleurs puisque, dit-il, Dubuisson n’a « communiqué aucune procuration valable et authentique justifficative de sa dicte prétendue quallité de sindic des autres verriers de France… », cité par abbé Boutillier, Les gentilshommes verriers de Nevers, 1885, p. 36.

51 Abbé Boutillier, op. cit., p. 33-38 pour l’intégralité de la défense de verriers prononcée par Charles de Gonzague. Celui-ci vient de créer, en 1606, une ville, Charleville, près de Mézières, où les verriers altarais se rendent assez rapidement.

52 Alain Tarrius, Étrangers…, op. cit., 2015, p. 13.

53 Ibid.

54 Ibid., p. 125.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5344/img-1.png
Fichier image/png, 361k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5344/img-2.png
Fichier image/png, 287k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5344/img-3.png
Fichier image/png, 374k
Légende L'Hôtel de la Verrerie à Nevers (Source : Wikipedia, "Maisons anciennes à Nevers")
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5344/img-4.png
Fichier image/png, 965k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corine Maitte, « Migrations et intégrations urbaines des verriers italiens en France, xvie-xviiie siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 132 | 2016, 25-44.

Référence électronique

Corine Maitte, « Migrations et intégrations urbaines des verriers italiens en France, xvie-xviiie siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5344

Haut de page

Auteur

Corine Maitte

Université Paris-Est, ACP (EA 3350), UPEM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page