Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-11

Texte intégral

  • 1 Voir Pierre Goubert, Cent mille provinciaux au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1968 ; Pierre Goube (...)
  • 2 Relire, sur ce changement de sensibilité, l’introduction de Daniel Roche à son Peuple de Paris : Da (...)

1Problématique cruciale de notre temps : « partir ». Signification neutre, légère ou lourde selon les contextes. Légèreté de celles et ceux qui partent par curiosité, par désir de renouvellement et à qui notre temps de technologie sophistiquée et de marketing commercial offre tant de possibles. Horizons sombres de celles et ceux que la misère, la guerre, la terreur poussent sur les routes. Souvent aussi sur la mer, nous ne le savons que trop aujourd’hui. Certes, on peut toujours dire que l’espoir se mêle dans toute action des humains au désespoir. À défaut de meilleur, l’idée de moins pire motive les départs. Sources de renouvellements permanents, selon des tempos irréguliers, des sociétés. Masses migrantes ou départs singuliers, la constance de l’importance sociale des déplacements en même temps que l’extrême diversité de leurs formes et motivations ont saisi les historiens depuis quelques décennies. Après la valorisation de l’enracinement par les travaux des historiens ruralistes des années 1960, les historiens, rattrapés comme toujours par leur temps et l’extrême intensité des mouvements migratoires d’aujourd’hui, sont comme saisis par l’intensité, la complexité des circulations des hommes dans les sociétés passées. En France, les amateurs d’histoire n’ont pas oublié Pierre Goubert et ses habitants du Beauvaisis, majoritairement cernés par un horizon fait d’interconnaissances, ou les fameux paysans du Languedoc d’Emmanuel Le Roy Ladurie1. Ils n’ont pas oublié non plus l’impatience exprimée par le Parisien Daniel Roche, face à cette omniprésence des paysans dans un monde où lui-même voyait davantage le triomphe de la ville et de vies de consommateurs de plus en plus avisés et dépendants d’horizons lointains2. Depuis, l’engouement des historiens ne s’est pas démenti, prenant des tonalités diverses selon les auteurs et les temps, de l’étude du voyage d’agrément à celle des exils religieux, politiques, ou des départs aventureux vers les terres nouvellement découvertes par les Européens et aux migrations de plus en plus massives du travail. Désormais, visée d’histoire globale aidant, les historiens scrutent le mouvement partout et le trouvent partout.

  • 3 Sur ce renouveau, voir notamment l’entretien réalisé par David Hamelin avec Nicolas Hatzfeld, Miche (...)
  • 4 Gérard Noiriel, Longwy, immigrés et prolétaires (1880-1980), Paris, PUF, 1984. L’importance de l’im (...)

2De notre côté, nous avons choisi de poursuivre les approches développées dans plusieurs dossiers des Cahiers d’histoire concernant les réalités du travail, elles aussi en renouvellement historiographique3. Comme le signale David Hamelin dans son introduction au dossier qu’il coordonne ici, les études des migrations liées au travail ne sont pas nouvelles, même si, comme l’histoire du travail, leur inscription dans les productions académiques suit les aléas des rapports de force sociaux. Le travail pionnier de Gérard Noiriel est resté en France longtemps isolé. Mais depuis la publication de Longwy, immigrés et prolétaires (1880-1980), livre issu de sa thèse en 1984, la problématique a petit à petit trouvé une place dans la recherche universitaire, en même temps que se développait d’ailleurs, non sans résistance, une histoire sociale de la colonisation et de ses conséquences aussi pour les métropoles4. Depuis une vingtaine d’années, les recherches se sont multipliées, émanant de géographes, de sociologues et aussi d’historiens. Les textes rassemblés dans ce dossier par David Hamelin sont un écho de cet extraordinaire renouvellement des travaux, dont on prend la mesure à travers l’ampleur des bibliographies auxquelles chaque auteur peut faire référence. On mesurera notamment l’importance des recherches désormais accumulées sur l’histoire de l’immigration italienne en France ! Son importance quantitative (Xavier Daumalin rappelle ici que plus de 50 % des ouvriers de Marseille à la veille de la Première Guerre mondiale en sont issus), mais aussi sa diversité et son ancienneté, sont désormais bien connues. L’article de Corinne Maitte rappelle dans le dossier que le recours à cette main-d’œuvre voisine est de longue durée. Le dossier inscrit, en effet, à travers cette évocation des verriers italiens les mouvements migratoires liés au travail comme une dimension sociale qui, en dépit des rhétoriques démagogiques, n’est pas propre à notre présent, mais est bien une structure de toute société humaine. Une autre dimension saillante à travers le dossier, comme le met en avant David Hamelin dans son introduction, est la permanence du rôle des États comme acteurs cruciaux des migrations, tant pour les stimuler que pour les limiter, les maîtriser, les discriminer. L’analyse de Corinne Maitte met, parmi d’autres choses, cette dimension politique des immigrations en évidence. Mais on la retrouve concernant les émigrations d’Afrique du Nord, qui sont évoquées ici par Anne-Sophie Bruno à travers l’immigration tunisienne d’après l’indépendance. De façon moins centrale, la problématique de la place des politiques est évidemment également présente dans les approches de l’immigration par le syndicalisme, autre dimension cruciale de la question. Qu’est-ce que l’immigration fait à la défense des travailleurs, à leur capacité d’intervention collective ? La question n’est pas neuve, mais les recherches permettent d’en préciser les termes. Les articles d’Adrien Thomas sur la situation au Luxembourg et de Claude Roccati sur les choix de la CFDT dans la France des années 1970 contribuent à élargir la compréhension des débats syndicaux quant à la place à donner à la défense des travailleurs longtemps dits « étrangers » au sein de mouvements qui se réclament de l’internationalisme prolétarien. Ces problématiques, du rôle de l’État comme de la nécessité de la réflexion et de l’éducation collective sur les migrations, se retrouvent dans les propos de l’entretien qui clôt le dossier. Le coordonnateur du réseau associatif Mémoires-Histoires en Île-de-France, Mohammed Ouaddane, insiste sur l’importance des connaissances à faire partager dans la société française à propos de l’histoire des immigrations et sur les responsabilités des dirigeants politiques, des acteurs associatifs comme des chercheurs dans la construction de ces interventions sociales.

3L’article publié dans « Chantiers » vient corriger ce qui apparaît comme une limite du renouvellement des études historiennes sur ces migrations du travail, une faiblesse persistance de l’approche genrée. L’article de « Chantiers », co-écrit par deux dix-neuvièmistes, Charlotte Cosset et Gilles Malandain, propose en effet une synthèse neuve sur le travail de journaliste de l’auteure socialiste et féministe, André Léo. Il analyse les conditions qui permettent à cette femme d’entrer dans un monde très masculin et très peu ouvert aux femmes, celui de la presse. Les auteurs montrent combien la présence des femmes dans l’écriture journalistique est liée à la conjoncture politique. André Léo publie une trentaine d’articles entre janvier et mai 1871, autant que pendant les huit années qui suivirent. Cette intense production traduit sa passion politique dans la grande ouverture des possibles – y compris pour les femmes – que fut la Commune de Paris. La répression et l’exil en Suisse mettent fin à cette production, mais la question de l’écriture des femmes, en particulier politique, est posée comme question politique qui s’ouvrira à nouveau dans tous les moments révolutionnaires du xxe siècle.

  • 5 <http://www.histoire-immigration.fr/musee/collections/greve-avec-occupation-a-l-usine-girosteel-du-bourget-24-fevrier-1972>.

4« Métiers » poursuit ses enquêtes à travers la diversité des formes de présence sociale de l’histoire. Ici, un entretien du grand photographe et militant, haïtien et internationaliste, Gérald Bloncourt, avec notre collègue Johann Petitjean, fournit l’évocation d’un itinéraire de vie à travers le xxe siècle, vie d’un exilé politique, hantée par les violences que des gouvernants iniques imposent aux peuples, vie de révolté qui traduit sa révolte en compassion et en soutien généreux pour ses frères humains dominés, malmenés, que ce soit à Haïti, en Afrique ou dans les banlieues de la France des années 1950-1960, devant les usines ou dans les cortèges de manifestants. Grâce à la formidable confiance de Gérald Bloncourt qui nous a laissé un accès libre à ses clichés, nous avons le bonheur de publier ici quelques-unes des œuvres de ce photographe tellement sensible aux conditions de vie des plus fragiles socialement, souvent les déracinés. À travers les photographies des bidonvilles, on retrouve la problématique du dossier, partir pour travailler. Et habiter où ? Dans cet immense œuvre qui est aussi un immense fonds documentaire, on aurait pu trouver aussi l’évocation des luttes des travailleurs immigrés. Ainsi, au musée de l’Histoire de l’immigration, c’est une photographie de Gérald Bloncourt qui illustre la présentation des luttes des travailleurs immigrés, photographie prise lors de l’occupation de l’usine Girosteel du Bourget en 1972, celle qu’évoque Claude Roccati dans le dossier5.

  • 6 « 1936, nouveaux regards, nouvelles images sur le Front populaire », musée de l’Histoire vivante, p (...)
  • 7 « 1936, Le Front populaire en photographies », exposition à l’hôtel de ville de Paris, 19 mai-23 ju (...)
  • 8 La photo a été choisie par Peggy Derder, responsable du département « Éducation », pour illustrer s (...)
  • 9 Voir en ligne : <http://www.forumdesimages.fr/les-programmes/annee-36>.
  • 10 Voir le site de Ciné-Archives : <www.cinearchives.org>.

5Dans « Métiers », les Cahiers ont voulu également faire place à l’anniversaire du Front populaire. Nous avons demandé à divers passeurs de cette histoire de revenir sur la façon dont ils ont voulu rendre présent ce grand mouvement social et politique. Éric Lafon, le directeur scientifique du Musée de l’histoire vivante, musée associé par sa création et son inauguration en 1939 au volontarisme culturel du Front populaire, a bien voulu répondre aux questions de Pascal Guillot. L’exposition mise en place par le musée à l’occasion de l’anniversaire, « 1936, nouveaux regards, nouvelles images sur le Front populaire », traduit la volonté des responsables du musée de proposer une lecture différente de celle du soixante-dixième anniversaire, en valorisant les acquis documentaires neufs, confiés au musée, souvent par les descendants, notamment des séries de photographies prises par des photographes professionnels, dont Marcel Cerf, comme par des militants6. Éric Lafon montre comment l’exposition à travers le fonds documentaire très riche du musée (qui a été mis à profit également dans l’exposition initiée par la Mairie de Paris7) met en valeur la diversité des mobilisations : celle des femmes, y compris pour le droit de vote, si près d’être enfin arraché, celle des paysans, mieux connues depuis quelques années grâce aux travaux autour de Renaud Jean, celle des travailleurs immigrés, mais aussi mobilisations dans l’empire colonial, en particulier en Algérie. On retrouve ici encore la photographie comme un ressort du militantisme du xxe siècle, notamment communiste, ainsi que l’attention au militantisme des travailleurs immigrés. Convergence des thématiques qui s’exprime, par exemple, avec le portrait de 1936 de ce militant de l’Étoile algérienne lisant son journal, prise par Marcel Cerf8. Les images tiennent décidément beaucoup de place dans cet anniversaire : le cinéma de 1936 a également retenu notre attention. Johann Petitjean a rencontré les responsables de la programmation du Forum des images de Paris autour de la construction du cycle « L’année 36 » qui a été présenté au Forum du 4 au 27 mai cette année9. Laurence Briot, programmatrice, explique les choix d’une programmation qui a souhaité rappeler la diversité de ce qui était vu par un spectateur de 1936, des films soviétiques, des films à fort contenu social, mais aussi des fictions arrivant des États-Unis et de nombreux films sentimentaux français. Les programmateurs ont également souhaité rappeler que le cadre culturel de 1936 n’est pas seulement un cadre national. Mais, il faut rappeler la fragilité du support et de nombreux films de « 36 », notamment des films soviétiques, n’ont pu être projetés du fait de l’absence de copies en bon état. Le directeur des programmes, Jean-Yves De Lépinay, rappelle salutairement que les films, comme toute autre trace du passé, doivent être soumis à « un devoir d’histoire », ce pourquoi le Forum fait appel à des historiens pour venir présenter les films, les contextualiser, préciser les conditions de leur production et de leur diffusion. Cette programmation a donc été une occasion de travailler sur l’histoire de 1936, qui ne fut pas seulement l’année du Front populaire français, mais aussi des tragiques événements espagnols, des succès pour les dictatures allemandes et italiennes. Notre chronique sur l’actualité de « 36 » se conclut sur la présentation par le collectif qui coordonne l’activité de Ciné-Archives de la structure elle-même et de son travail pour produire pour cet anniversaire du Front populaire un ensemble de trois DVD rassemblant, à côté de multiples documents d’actualité, deux films emblématiques de l’engagement communiste de l’époque, Le Temps des cerises de Jean-Paul Le Chanois et une version restaurée de La Vie est à nous dirigé par Jean Renoir10. Ainsi se trouve mis à la disposition d’un vaste public, non seulement le film de Renoir, tombé dans l’oubli jusqu’à une première restauration en 1969, mais aussi tout un ensemble de films initiés par le PCF et la CGT qui, dans la lutte rude qu’ils mènent contre les menaces fascistes, choisissent, comme le rappellent les auteurs, de faire du cinéma un outil de propagande de premier plan, d’autant plus qu’artistes et techniciens sont nombreux à se mobiliser pour soutenir les communistes dans cette production. Un peu de l’enthousiasme, des tensions et du volontarisme unitaire du PCF nous parvient à travers cette somme, bien contextualisée par les propos des historiens rassemblés dans le livre joint. Espérons que 2017 donnera lieu à d’autres récits et analyses de sources diverses, qui permettront de revenir sur les conditions des extraordinaires conquêtes sociales de 1936, les congés payés, la semaine de 40 heures, les conventions collectives, toutes réalités sociales structurantes des sociétés contemporaines et menacées par le libéralisme triomphant. Mais aussi d’évoquer les résistances, les divisions qui mettent à mal les ambitions sociales de 1936 dès 1937 et plus encore en 1938.

6L’actualité de l’histoire, c’est aussi les « recommandations » des Cahiers qui concluent le numéro. C’est encore la production des livres d’histoire, les comptes rendus qui en sont faits, dont on trouve l’écho dans « Livres lus », et les réflexions sur les évolutions, les débats qui en découlent. « Débats » présente ici la synthèse réalisée par deux jeunes historiennes, Laurie Benevent et Florys Castan-Vicente, sur les transformations historiographiques concernant la question des violences des femmes, ceci à partir de deux livres, l’un de 1997 et l’autre de 2012.

7La question de ce que le temps fait à l’histoire que nous faisons tenaille particulièrement ce numéro des Cahiers d’histoire. Sans doute parce que les périls de notre présent nous rendent particulièrement conscients de l’absolue nécessité de comprendre les enjeux de ce que nous publions. Et pour avancer dans cette compréhension, plus que jamais nous savons que nous avons besoin de l’interaction entre chercheurs d’horizons culturels, géographiques, sociaux divers, mais aussi de l’interaction avec nos amis lecteurs, lectrices. À cette fin, nous poursuivrons la mise en œuvre de rencontres-débats, nous serons cet automne 2016 dans les échanges de la fête de l’Humanité, aux « Rendez-vous de l’histoire » de Blois et dans bien d’autres espaces de débats publics. Et nous aurons bientôt le plaisir, amis lecteurs et lectrices, de vous convier à la création de l’association des Amis des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, association qui amplifiera, nous l’espérons, ces indispensables rencontres entre historien/nes et citoyen/nes soucieux de débattre en raison et connaissance des faits sociaux.

Haut de page

Notes

1 Voir Pierre Goubert, Cent mille provinciaux au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1968 ; Pierre Goubert, La vie quotidienne des paysans français, Paris, Hachette, 1982 ; Emmanuel Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris, Flammarion, 1969.

2 Relire, sur ce changement de sensibilité, l’introduction de Daniel Roche à son Peuple de Paris : Daniel Roche, Le Peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, Aubier, 1981.

3 Sur ce renouveau, voir notamment l’entretien réalisé par David Hamelin avec Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna, initiateurs de l’Association française pour l’histoire des mondes du travail (AFHMT) dans les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 124, 2014, p. 147-158.

4 Gérard Noiriel, Longwy, immigrés et prolétaires (1880-1980), Paris, PUF, 1984. L’importance de l’immigration dans la population française – et spécifiquement dans le monde du travail – a été synthétisée dans le désormais classique : Gérard Noiriel, Le Creuset français. Histoire de l’immigration (xix-xxe siècles), Paris, Seuil, 1988. La réédition en livre de poche dès 1992 témoigne de l’écho rencontré par le livre.

5 <http://www.histoire-immigration.fr/musee/collections/greve-avec-occupation-a-l-usine-girosteel-du-bourget-24-fevrier-1972>.

6 « 1936, nouveaux regards, nouvelles images sur le Front populaire », musée de l’Histoire vivante, parc Montreau, Montreuil, 9 avril-31 décembre 2016, commissaires : Éric Lafon, Frédéric Cépède, Jean Vigreux. Site : <http://www.museehistoirevivante.fr/expositions/exposition-en-cours/exposition-itinerante-1936-nouvelles-images-nouveaux-regards-sur-le-front>.

7 « 1936, Le Front populaire en photographies », exposition à l’hôtel de ville de Paris, 19 mai-23 juillet 2016, commissaire Françoise Desnoyelle. Site : <http://www.paris.fr/actualites/le-front-populaire-vu-par-de-grands-noms-de-la-photographie-3665>.

8 La photo a été choisie par Peggy Derder, responsable du département « Éducation », pour illustrer sa page de présentation de l’immigration algérienne en France sur le site du Musée de l’histoire de l’immigration : <http://www.histoire-immigration.fr/histoire-de-l-immigration/dossiers-thematiques/caracteristiques-migratoires-selon-les-pays-d-origine/l-immigration-algerienne-e->.

9 Voir en ligne : <http://www.forumdesimages.fr/les-programmes/annee-36>.

10 Voir le site de Ciné-Archives : <www.cinearchives.org>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 132 | 2016, 5-11.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5318

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page