Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Claire Maingon, L’art face à la guerre

Presses universitaires de Vincennes, Saint-Denis, 2015, 172 p.
Georges Vayrou
Référence(s) :

Claire Maingon, L’art face à la guerre, Presses universitaires de Vincennes, Saint-Denis, 2015, 172 p.

Texte intégral

1Tout art est conjuration : au diable l’art !

2Beau programme pour ce petit livre, mais curieuse présentation, et choix discutables. « Cet ouvrage traite de la création en guerre ». On comprend vite que l’art est ici entendu au sens large : peinture et sculpture (y compris le camouflage et les monuments aux morts), mais également architecture, musique, littérature, photographie, cinéma, voire télévision (mais pas le théâtre ?)… Et la guerre aussi : commémoration oblige, la part belle est faite à la « Grande Guerre », même si l’étude va de l’Antiquité à nos jours : rien à redire. On s’interroge tout de même sur d’autres contextes historiques invités : guerre froide ou situation d’oppression, ce qui ne manque pas forcément de légitimité, mais fait perdre un peu de pertinence au sujet, pour ne pas dire « hors sujet » ou même tromperie sur le titre. Pourquoi alors citer dès l’introduction Bruno Tertrais, qui définit très simplement et avec pertinence la guerre comme « un conflit armé à grande échelle opposant au moins deux groupes humains » ? Qui trop embrasse mal étreint ?

3L’ouvrage est divisé en quatre parties et commence par « L’artiste pris dans la guerre », qui évoque pourtant essentiellement des œuvres… Ensuite, comme on peut s’y attendre, vient « L’art au service de la guerre », suivi inévitablement de « L’art qui dénonce la guerre », et se termine logiquement par « La mémoire de la guerre », ces trois autres parties ne pouvant faire autrement que d’évoquer également des artistes (mais heureusement des œuvres aussi)… dans la guerre ou ailleurs. On se permettra de regretter l’absence de réflexion sur le rapport à la guerre de quelques artistes pour qui « la qualité artistique des manifestations et des œuvres qui ont pu servir alors de moyens de prise de conscience n’était que d’importance très secondaire… Au diable l’art ! » (Alain Jouffroy, sur la guerre d’Algérie, peu évoquée). Ou encore, pas très loin finalement, Otto Dix abondamment convoqué (sur la Seconde Guerre mondiale), mais pas citésur ce point : « Je n’ai pas peint des scènes de guerre pour empêcher la guerre : jamais je n’aurais eu cette prétention… Je les ai peintes pour conjurer la guerre. Tout art est conjuration ».

4On eut apprécié encore une réflexion sur quelques « désastres de la guerre » photographiés ou magnifiés par les bourreaux, que ce soient les nazis ou les GI’s par exemple, ou de « vrais » artistes encore, ainsi que les victimes ou témoins. On pense aux vidéos dites « amateurs » et aux marchands : ceux qui achètent n’importe quoi pourvu que ce soit « vendeur ». Le passage en boucle d’une séquence telle qu’un avion percutant une tour est-elle de l’art ? (on pense au visage de Marylin répété par Warhol), du reportage, de la propagande ? « Au service de la guerre » ou « dénonçant la guerre » ? Ces images ne concernent peut-être pas une guerre ? (contrairement aux affirmations des dirigeants occidentaux), mais la question n’est pas moins « hors sujet » que cette affirmation dont on se demande ce qu’elle vient faire dans la partie « au service de la guerre » et dans un paragraphe intitulé « Des artistes aux prises avec le nazisme » : « Lénine […] aima flatter les artistes. […] Certains ont refusé d’adhérer à ce dessein devenu sanguinaire, […] à l’exemple de Chagall qui finit par quitter le pays ». Sans excuser le « goulag », largement évoqué par ailleurs, quel rapport avec la guerre ? Rien également sur la censure des œuvres (on pense par exemple à quelques films sur la guerre d’Algérie) ou l’encadrement de la représentation : les images des guerres strictement émises et contrôlées par l’armée, les artistes parfois « embauchés ».

5Pour résumer et conclure, on regrettera qu’une belle idée de réflexion, avec quelques bonnes idées exprimées, soit présentée selon un plan trop classique et trop facile pour être pertinent : en témoignent ces quelques exemples très subjectivement sélectionnés, mais qui démontrent que l’ensemble tient d’avantage du « remplissage » que d’un raisonnement cohérent. Un livre bâclé (y compris dans son édition lamentablement truffée de coquilles) dans la précipitation de la « commémoration » et bien mal nommé, qui ne sert ni l’art, ni l’histoire, ni la paix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Vayrou, « Claire Maingon, L’art face à la guerre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 22 juin 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5302

Haut de page

Auteur

Georges Vayrou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page