Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Lorraine Daston, L’économie morale des sciences modernes. Jugements, émotions et valeurs

Paris, La Découverte, coll. « Futurs antérieurs », 2014, 164 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Lorraine Daston, L’économie morale des sciences modernes. Jugements, émotions et valeurs, présenté par Stéphane Van Damme, Paris, La Découverte, coll. « Futurs antérieurs », 2014, 164 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Lorraine Daston est la traduction en français d’un article qu’elle a publié en 1995 dans la revue Osiris. Le texte a constitué un point de fixation d’un certain nombre de problématiques relatives à l’histoire des sciences, ainsi qu’aux Science and Technology Studies (STS). Sa publication française est l’occasion de ressaisir les enjeux épistémologiques à partir desquels il a été écrit, ainsi que les perspectives qu’il a pu dégager depuis sa première publication. Stéphane Van Damme propose ainsi, en préface et en postface à l’article, deux textes de cadrage qui fournissent d’utiles clés heuristiques pour interroger l’importance du travail de Lorraine Daston.

  • 1 Edward P. Thompson, « The Moral Economy of the Englih Crowd in the Eighteenth Century », Past and P (...)

2L’article s’ouvre sur une reconstitution du partage moderne entre faits et valeurs. Plutôt que d’opposer ces deux notions dans l’analyse historique de leurs enracinements, Lorraine Daston propose de considérer les économies morales qui permettent de faire se tenir ensemble des pratiques scientifiques de véridiction et d’administration de la preuve et des appuis moraux orientant et organisant l’action. L’historienne précise très justement que sa définition des économies morales diffère considérablement de celle qu’en donne Edward P. Thompson dans son célèbre article « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century » publié en 1971 dans Past and Present1. Chez Lorraine Daston, l’économie morale est « un tissu de valeurs saturées d’affects qui se tiennent et fonctionnent dans une relation bien définie » (p. 23). La morale est donc à la fois une manière de se conduire et un discours normatif. L’économie conserve le sens très ancien de système organisé par des régularités prévisibles. Pour compléter cette définition très générale et très plastique, Lorraine Daston entreprend, par une heuristique négative, de définir ce que ne sont pas les économies morales qu’elle traite : ni « psychologie individuelle » (p. 24), ni principe de motivation, elles s’ancrent dans des dispositifs de valeurs partagées collectivement qui font intégralement partie des pratiques scientifiques. C’est donc du côté des formes d’autocontraintes et de l’incorporation de principes directeurs pour l’action qu’il faut chercher les manifestations les plus éclatantes de ces économies morales. Ces dernières se distinguent des normes mertoniennes (universalisme, communisme, désintéressement et scepticisme organisé) en ce qu’elles ne sont pas extérieures à la science mais produites dans sa pratique sui generi.

3Reprenant sa démonstration sur le plan d’une positivité démonstrative, Lorraine Daston envisage quelques pistes concrètes qui témoignent de l’effectivité historique des économies morales, mais aussi de leurs évolutions et transformations au cours des siècles. Si le principe des économies morales semble caractériser la modernité scientifique occidentale, en revanche, les formes situées qu’elles vont prendre changent selon les époques. L’historienne choisit donc trois grands ensembles d’économies morales.

4Le premier réfère à la quantification, terme polymorphe qui renvoie aussi bien au comptage simple qu’au travail d’estimation en passant par les tentatives de rendre raison, par des modèles abstraits, de phénomènes mesurés dans la nature. La quantification a à voir avec la précision, la communicabilité et l’impartialité (p. 32). L’économie morale qui porte la quantification comme principe fédérateur repose sur le souci d’une coagulation des scientifiques dispersés (géographiquement, thématiquement, méthodologiquement). La faiblesse politique et l’atomisation sociale sont, en miroir de ce souci d’une unification quantificatrice des pratiques scientifiques, les conditions de son épanouissement. Le réseau de valeurs s’étend jusqu’à l’impartialité et l’impersonnalité des résultats. L’idéal de réduction des idiosyncrasies trouve à s’incarner dans les formes bureaucratiques de la production de connaissance. Lorsque la quantification est associée à la précision, l’économie morale se trouve transformée : si Hooke, au xviie siècle, ne réclame pas un effort de justesse dans la quantification, l’ère de la science industrielle, au xixe siècle, appelle au contraire une véritable ascèse de la précision (p. 37).

5L’empirisme constitue le deuxième vecteur d’économie morale qu’étudie Lorraine Daston et qu’elle décline en trois « aspects distinctifs » que sont « le témoignage, la facticité et la nouveauté » (p. 38). Le témoignage suppose un rapport particulier à la confiance. Dans l’abandon, au xviie siècle, des principes aristotéliciens du questionnement des universaux, c’est le cas particulier qui s’impose comme objet prioritaire des enquêtes savantes. Le témoignage personnel devient le moyen de rendre compte des observations de la nature. Cette empire du « je » suppose, parallèlement, la construction d’une critériologie fine de l’énonciation personnelle. La confiance devient le principe moral qui va conduire la pratique expérimentale et les conditions de circulation de ses résultats. La multiplication des cas particuliers, étranges, monstrueux ou bizarres, oblige également les savants de l’époque moderne à reconsidérer la façon de rendre compte des faits. Ces derniers, surtout lorsqu’ils évoquent un phénomène rare et non reproductible, permettent la mise à l’épreuve des conditions de la facticité. Le critère moral de la nouveauté naît parallèlement à l’évolution du commerce de luxe favorisant la diffusion parcimonieuse de produits marchands exceptionnels et coûteux.

6Lorraine Daston pointe ensuite l’objectivité comme vaste réservoir de principes moraux organisés en économie distinctive. L’objectivité mécanique, que symbolise la photographie, a pour ambition de déléguer aux outils techniques la production des données. Toutes les formes d’incarnation, d’interventions personnelles, de jugements individuels, sont écartées dans la quête d’une objectivité artefactuelle. L’objectivité sans perspective (ce point de vue de nulle part) est une autre forme morale d’objectivité. Elle suppose, notamment à partir du xixe siècle, un recours à des « tâcherons » de la science, prolétaires de la preuve, que l’on retrouve notamment dans les observatoires astronomiques, voués aux travaux répétitifs. Leur « inculture » supposée les aurait mis à l’abri d’une contamination subjectiviste dont le savant ne saurait se déprendre.

7L’ouvrage de Lorraine Daston met en lumière des principes moraux qui ne sont pas sous-jacents à la pratique scientifique, mais totalement intégrée à elle. Stéphane Van Damme, dans une postface éclairante, replace la proposition de l’historienne dans le mouvement récent de l’histoire des sciences et des STS. Il remarque notamment que son travail s’inscrit dans un courant de recherche portant une attention plus grande aux structures éthiques de l’activité savante. De la même manière, l’analyse des manières de connaître en termes de passions cognitives a considérablement reconfiguré les problématiques épistémologiques. La libido sciendi a une histoire et les régimes passionnels qu’elle découpe dans l’histoire des sciences occidentales s’articulent à des considérations morales qui ne cessent d’évoluer. Enfin, la question des ontologies et de leur succession historique se trouve, en creux, dans l’analyse des conduites morales qui, sous forme de grands ensembles plus ou moins cohérents, assignent à l’objet nature des qualités différentes selon les époques.

8L’ouvrage de Lorraine Daston constitue un jalon important dans l’histoire des sciences contemporaines. Il permet notamment de reconsidérer la dissolution des partages entre science et société telle qu’une partie des STS l’avait entérinée (sans toujours la montrer) dans de nombreuses études antérieures. L’historienne a au contraire mis en exergue les spécificités des pratiques savantes, en pointant les particularités des valeurs morales engagées dans les façons de connaître.

Haut de page

Notes

1 Edward P. Thompson, « The Moral Economy of the Englih Crowd in the Eighteenth Century », Past and Present, vol. 50, 1971, p. 76-136.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Lorraine Daston, L’économie morale des sciences modernes. Jugements, émotions et valeurs », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5293

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page