Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Susan George, Les Usurpateurs. Comment les entreprises transnationales ont pris le pouvoir

Paris, Seuil, 2014, 192 p.
Chloé Maurel
Référence(s) :

Susan George, Les Usurpateurs. Comment les entreprises transnationales ont pris le pouvoir, Paris, Seuil, 2014, 192 p.

Texte intégral

1Dans ce nouveau livre, la militante altermondialiste franco-américaine Susan George, présidente d’honneur d’ATTAC, entreprend de dénoncer le pouvoir croissant des entreprises transnationales (ETN), telles que Shell, Nestlé ou encore Total. En effet aujourd’hui, plusieurs de ces firmes sont plus riches et plus puissantes que des États. Mais pourquoi faut-il dénoncer ce pouvoir croissant ? C’est que leur pouvoir n’est pas légitime, ces dirigeants n’ayant pas été élus et ayant pour seul objectif d’amasser des bénéfices, contrairement aux États dont les représentants sont élus et qui ont pour préoccupation le bien commun de leurs citoyens.

2Une infiltration croissante des entreprises transnationales au sein des Nations unies

  • 1 Site officiel : <http://www.unglobalcompact.org/languages/french/index.html>.
  • 2 Cf. Tagi Sagafi-Nejad, The UN and Transnational Corporations : From Code of Conduct to Global Compa (...)

3Un aspect particulièrement inquiétant du pouvoir croissant des ETN, que soulève Susan George, est leur infiltration au sein des Nations unies. Rappelant que depuis plusieurs années déjà elles envoient des délégations aux conférences officielles de l’Onu, Susan George dénonce à juste titre le rapprochement croissant entre les Nations unies et les ETN, rapprochement qui a été impulsé par Kofi Annan lui-même lorsqu’il était secrétaire général (1997-2006). Il a en effet créé le « Pacte mondial » (en anglais Global Compact)1, dispositif qui entend donner une place centrale au sein de l’Onu aux firmes transnationales (qualifiées de « partenaires privilégiés du développement »), en échange de leur engagement à respecter dix principes fondés sur les droits de l’homme, les normes du travail, la lutte contre la corruption et le respect de l’environnement2. En effet, Kofi Annan considère qu’au sein de l’Onu le secteur privé devrait avoir un rôle quasiment égal à celui des États. Or, rappelons que le mot « entreprise » ne figure pas dans la charte de l’Onu, ni dans la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH).

4Pourtant, l’Onu a mis en place dès 1998 un partenariat avec le Forum économique mondial de Davos, permettant une implication croissante des grandes firmes multinationales dans le règlement des affaires mondiales. Le Pacte mondial, qui rassemble aujourd’hui plus de 7 000 entreprises de plus de 135 pays, a suscité à juste titre de fortes critiques de la part d’ONG sociales et de mouvements de citoyens, qui ont qualifié ce partenariat de marché de dupes. En effet, ce partenariat entre l’Onu et les firmes transnationales ne s’inscrit dans aucun cadre juridique clair, et si sur le papier un dispositif de contrôle de ces firmes liées à l’Onu a été mis en place, il n’est en fait prévu aucun mécanisme rigoureux pour contrôler le respect par les firmes des engagements qu’elles auraient pris (elles sont seulement tenues de faire un rapport annuel).

  • 3 Cf. Chloé Maurel, « Les Nations unies sous le charme du privé », Le Monde diplomatique, avril 2013, (...)

5À bien des égards, ce partenariat semble avant tout être destiné à offrir aux ETN le moyen d’accroître leur pouvoir, et l’opportunité d’améliorer leur image auprès de l’opinion publique. En effet, les Nations unies n’exercent aucun contrôle sur l’application de ce pacte par les firmes multinationales signataires, mais ces dernières peuvent utiliser le logo du Pacte mondial des Nations unies. En fait, le Pacte mondial fait obstacle au développement de normes efficaces pour réglementer les pratiques sociales des entreprises3. Pour Susan George, ce Pacte mondial est un véritable projet de fusionner les Nations unies avec les ETN. D’ailleurs, fait éloquent, Kofi Annan siège aujourd’hui au conseil d’administration du Forum économique mondial de Davos.

6Une analyse fine des implications idéologiques de la sémantique actuelle

  • 4 Sur cette question de l’idéologie présente derrière des termes de vocabulaire, cf. Christian Delpor (...)

7Plus largement, Susan George montre comment aujourd’hui l’autorité illégitime connaît un essor spectaculaire et comment les fonctions du gouvernement légitime sont peu à peu investies par des instances illégitimes, car non élues et opaques, comme les ETN. Elle propose d’appeler cette forme de pouvoir illégitime la « corporatocratie » (du terme anglais corporate, qui désigne les entreprises). Susan George analyse certains termes de vocabulaire passés dans le langage courant et devenus omniprésents dans le langage aujourd’hui. Le terme de « gouvernance » tout d’abord : elle rappelle que ce vieux mot d’ancien français, qui désignait la capacité à assurer le maintien de l’ordre et s’appliquait surtout au domaine individuel et domestique, a été transposé dans le domaine de l’entreprise dans les années 1970, puis dans la bureaucratie européenne, et elle montre comment ce terme fourre-tout sert aujourd’hui à cautionner l’ingérence d’influences et d’entités extérieures, non démocratiques, dans les affaires mondiales. Un autre terme que démonte l’auteur est le terme anglais de stakeholder, qu’on peut traduire par « parties prenantes » ou « acteurs » : ce terme, qui fait partie aujourd’hui de la langue de bois des affaires au niveau mondial, cautionne la participation de certains acteurs illégitimes, comme à nouveau les entreprises. Comme le fait remarquer Susan George, en les élevant au rang de stakeholder, les instances internationales et les négociateurs de traités font apparaître les ETN comme des partenaires légitimes, alors que des associations de citoyens, des ONG de droits de l’homme par exemple, n’ont aucune chance d’être considérées comme telles. De même, Susan George montre comment le terme à la mode de « société civile », qui a des apparences démocratiques, permet en fait essentiellement à des ETN de se poser en acteurs et partenaires majeurs des négociations au niveau international. Cette réflexion sur les implications idéologiques du vocabulaire que nous employons aujourd’hui est très intéressante, car il est vrai qu’il influe (consciemment ou inconsciemment) sur ce que nous pensons4.

8Le pouvoir d’influence des lobbies d’entreprises

9Comment les ETN font-elles pour accroître ainsi leur pouvoir ? Susan George explique comment les promoteurs du néolibéralisme, très bien organisés, fonctionnent en lobbies puissants. Ils créent des « fondations », « conseils », « instituts » et autres organismes semi-officiels, comme l’International Accounting Standards Board (IASB), qui impose ses règles et normes comptables à 66 États membres, dont l’ensemble des pays de l’Union européenne, alors que cet organisme n’a rien de démocratique. Les agences de notations, également, ne sont rien d’autre que des entreprises privées, qui n’ont rien d’instances démocratiques. Or, elles ont acquis un pouvoir démesuré, le pouvoir d’ébranler les marchés et les gouvernements, par le simple fait de retirer un « A » à un pays.

10Les lobbies activés par les ETN sont très puissants : les principales ETN américaines, depuis les années 1980, ont employé près de 3 000 lobbyistes et dépensé 5 milliards de dollars pour se débarrasser d’une douzaine de lois de l’ère du New Deal.

11L’Union européenne, particulièrement infiltrée par les lobbies (10 000 à 15 000 lobbyistes sont en contact permanent avec des députés, commissaires et autres hauts fonctionnaires européens), a certes introduit depuis 2008 un registre sur lequel les lobbyistes doivent s’enregistrer, s’engageant à respecter un code déontologique, mais ces mesures restent insuffisantes, car plus de la moitié des lobbyistes présents à Bruxelles ne sont pas inscrits sur ce registre et celui-ci contient des données lacunaires et erronées. De plus, son code déontologique est trop vague. En outre, les lobbyistes, observe Susan George, n’hésitent pas par exemple à payer des scientifiques vénaux pour rédiger des articles favorables à leurs intérêts. Ils montent aussi de toutes pièces des mouvements soi-disant populaires mais en réalité complètement téléguidés par eux (Susan George les appelle des mouvements astroturf, du nom du gazon artificiel, tout le contraire des véritables mouvements grassroots). Enfin, les lobbies espionnent les ONG et les groupes militants. Susan George donne des exemples précis de l’action d’influence des lobbies dans le domaine du tabac, de l’alcool, du changement climatique, des OGM, des produits chimiques, du gaz de schiste.

12TAFTA, Davos, évasion fiscale… Comment les ETN entreprennent de démanteler l’État-providence

13Ce sont aussi les traités de libre-échange en négociation que dénonce Susan George, comme le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP ou TAFTA), en préparation depuis 1995 entre l’Europe et les États-Unis, sous l’égide des grandes ETN de part et d’autre de l’océan. Pour Susan George, plutôt que d’appeler ce projet de traité un traité de libre-échange, il faudrait l’appeler une « charte des libertés des ETN ». Il donnerait en effet des pouvoirs sans précédent aux entreprises, leur permettant d’engager des procédures judiciaires contre un État devant un tribunal arbitral privé si elles estiment que leurs bénéfices sont menacés par une décision du gouvernement. Ce traité, s’il est conclu, pourrait aboutir à la privatisation d’entreprises publiques, de services publics, et entraver l’amélioration du droit du travail. Il aurait des conséquences désastreuses sur l’emploi, à l’instar de l’ALENA (traité de libre-échange nord-américain) conclu en 1994 entre les États-Unis, le Mexique et le Canada, qui a amené des millions de travailleurs nord-américains et mexicains à perdre leur emploi.

14Quant au Forum économique mondial de Davos, Susan George estime qu’il ne vise pas moins qu’à procéder au remplacement des gouvernements par les entreprises, avec son programme intitulé « Initiative de restructuration mondiale » (Global Redesign Initiative, GRI en anglais).

15Susan George dénonce enfin l’évasion fiscale massive à laquelle se livrent les ETN. Ainsi la fraude fiscale entraîne un manque à gagner de 60 milliards à 80 milliards d’euros chaque année pour la France.

16Une analyse convaincante

17Ainsi, avec ce livre, Susan George tire la sonnette d’alarme et appelle les citoyens à ranimer l’esprit des Lumières et du Conseil national de la Résistance, de Roosevelt et de Keynes, et à résister aux sirènes du néolibéralisme. Elle nous exhorte à exercer notre esprit critique et à résister aux phrases types comme « le travail coûte trop cher », rappelant que c’est surtout le capital qui coûte cher, car il n’a jamais demandé une rémunération aussi élevée. Rappelant que la démocratie est un work in progress, elle nous appelle à résister à l’offensive contre l’État-providence en cours en Europe, et elle montre l’urgence d’édifier des règlementations strictes pour contrôler le pouvoir des ETN. Ainsi, l’Onu devrait, loin d’associer en son sein les ETN et de leur donner plus de pouvoir encore, s’attacher avant tout à leur imposer des règles strictes en matière de respect du droit du travail, et avant tout à les obliger à payer leurs impôts, qui manquent cruellement dans le budget des États.

Haut de page

Notes

1 Site officiel : <http://www.unglobalcompact.org/languages/french/index.html>.

2 Cf. Tagi Sagafi-Nejad, The UN and Transnational Corporations : From Code of Conduct to Global Compact, Bloomington, Indiana University Press, 2008 ; Thomas G. Weiss et Ramesh Thakur, Global Governance and the UN : An Unfinished Journey, Bloomington, Indiana University Press, 2010.

3 Cf. Chloé Maurel, « Les Nations unies sous le charme du privé », Le Monde diplomatique, avril 2013, p. 18.

4 Sur cette question de l’idéologie présente derrière des termes de vocabulaire, cf. Christian Delporte, Une histoire de la langue de bois, Flammarion, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Susan George, Les Usurpateurs. Comment les entreprises transnationales ont pris le pouvoir », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5290

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page