Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-Paul Scot, Jaurès et le réformisme révolutionnaire

Paris, Seuil, 2014, 368 p.
Gilles Candar
Référence(s) :

Jean-Paul Scot, Jaurès et le réformisme révolutionnaire, Paris, Seuil, 2014, 368 p.

Texte intégral

1Jean-Paul Scot veut aller au cœur du socialisme jaurésien. Plus que le récit d’une vie ou d’une action politique, il souhaite faire comprendre les ressorts profonds d’une œuvre. Il expose ainsi la méthode présentée par son auteur lui-même comme relevant de « l’évolution révolutionnaire » préconisée par Karl Marx. Son livre a incontestablement retenu l’attention au sein d’une année du centenaire pendant laquelle ont fleuri les productions les plus variées concernant le dirigeant socialiste assassiné. Il se distingue par la fermeté de son propos et l’ambition de son projet. Quarante ans après le grand article de Madeleine Rebérioux sur « Jaurès et le marxisme », Jean-Paul Scot reprend la question du rapport de Jaurès à Marx et au marxisme. Ce ne fut pas l’aspect le plus étudié ces dernières années, du moins en histoire. En revanche, Bruno Antonini a largement mené ses recherches de philosophie politique sur ce thème, et d’une certaine manière cela a été aussi le cas de Vincent Peillon, avec d’autres interprétations et conclusions. Jean-Paul Scot dépasse ce simple constat pour esquisser un bilan historiographique des études jaurésiennes. C’est l’objet principal de son introduction, intitulée « Les paradoxes de “l’évolution révolutionnaire » et de sa conclusion, « Pour une contre-histoire du socialisme jaurésien ». Disons d’emblée que, sur ce point, il n’a guère emporté ma conviction… mais étant moi-même impliqué dans cette histoire, je ne suis sans doute pas le mieux placé pour en juger.

2L’auteur commence par un vaste panorama des interprétations jaurésiennes mêlant genres et projets divers, qui oscillent de l’universitaire au politique ou au pédagogique, pour conclure à une historiographie jaurésienne globalement acquise à une lecture réformiste, républicaine et consensuelle de Jaurès. Il procède avec courtoisie et mesure, mais sa méthode l’amène néanmoins à se montrer un peu expéditif dans des appréciations lancées de but en blanc. J’entends bien que les catégories se recoupent, que les limites entre catégories ne sont pas étanches, et certaines remarques ne sont pas dépourvues de pertinence, mais malgré tout, au final, c’est trop ou pas assez. Les premiers et les plus importants historiens de Jaurès peuvent difficilement être considérés comme fascinés par la recherche d’un modèle républicain de conciliation et d’apaisement, débarrassé de toute lutte de classes. On aura du mal à imaginer ainsi Madeleine Rebérioux, Georges Haupt ou Rolande Trempé, sans qu’il soit nécessaire de trop insister… Mais c’est vrai également pour Jacques Julliard, toujours un peu en marge d’un socialisme trop politique, trop républicain, voire déjà professionnel… son syndicalisme « autonome », ou « d’action directe », pour reprendre le langage de l’époque, ses références proudhoniennes ou soréliennes lui feraient envisager avec sympathie, mais aussi un peu de distance, la démarche de Jaurès et de la SFIO.

3Pour la génération suivante, certainement moins glorieuse, je ne suis pas sûr qu’il soit si simple de l’assimiler en bloc à une histoire lisse et consensuelle. D’abord, ce sont aussi les perspectives de changement qui se transforment elles-mêmes. Si les politiques comme les citoyens parlent différemment, pourquoi n’en irait-il pas de même des historiens ? Avoir des perspectives moins centrées sur « le socialisme » ou « la révolution », mais examiner les perspectives concrètes sur l’État, les institutions, la laïcité, l’école, le travail, et mille autres choses encore, est-ce être moins révolutionnaire ou lêtre autrement ? La question déborde du cadre disciplinaire, mais elle me semble parfois se poser à la lecture du livre de Jean-Paul Scot. J’observe d’ailleurs que les historiens du syndicalisme révolutionnaire ou les nouveaux spécialistes de Karl Marx continuent de s’intéresser à Jaurès, qu’il est toujours interrogé et interpellé sur sa gauche, ce qui devrait rassurer notre auteur. Ensuite, il est vrai que l’historiographie jaurésienne fut, est et sera diverse, jamais uniforme, mais Jean-Paul Scot peut observer avec nous que même sous ses formes les plus modérées ou les moins proches de ses analyses, le faux calme qu’est Jaurès évite que son historiographie s’épanouisse dans le genre académique et aseptisé. Et même… Il n’est pas interdit de ne pas suivre seulement Jaurès sur ses déclarations, mais aussi sur ses actes et les conséquences de ses choix. Si le mystère demeure, c’est bien parce que ce révolutionnaire, cet homme libre, est aussi un homme d’État, un artisan de l’acculturation républicaine du pays, et notamment du monde ouvrier. Nous n’y pouvons rien, mais nous le retrouvons aux deux bouts de la chaîne et, à mon sens, ceux qui voudraient trop simplifier, d’un côté ou de l’autre, s’exposeraient à des déconvenues.

4Cela dit, les mérites intrinsèques du livre de Jean-Paul Scot sont importants. Le premier, essentiel, est de s’appuyer sur une connaissance fine des écrits de Marx comme de Jaurès. Il est ainsi attentif à tout ce qui situe la pensée de l’un dans le prolongement de celle de l’autre, et peut fonder le rapprochement qu’il établit entre les deux démarches. Son investigation débute avec les grandes lectures de Jaurès pour sa thèse, au début des années 1890, qui contribuent à faire de lui un socialiste et alimentent ses grands articles de la décennie dans La Revue socialiste, sa dénonciation du capitalisme et aussi son espérance révolutionnaire. Pour ma part, j’ai tendance à insister sur l’expérience vécue, sur l’apprentissage politique de Jaurès au cours de cette période. Mais je donne raison à l’auteur d’investir plus pleinement et avec autorité cette découverte et cet approfondissement intellectuels. Scot poursuit sa démonstration et explique comment, même dans les périodes complexes de la défense républicaine et du bloc des gauches, Jaurès entend rester dans une perspective marxiste. Là aussi, il est fondé à rappeler, comme il le fait fortement, que Jaurès se prononce globalement contre le révisionnisme dans la controverse entre Bernstein et Kautsky. Un point majeur l’empêche de se retrouver avec l’ancien directeur du Sozialdemokrat : il ne peut réduire le socialisme au seul mouvement, et l’horizon de la société socialiste, du but final, doit jouer un rôle essentiel et orienter l’action, conserver son effectivité. Certes, pour autant, cette prise de position ne règle pas tout… Il faut bien aussi confronter les choix politiques de Jaurès à ses critiques marxistes de France et de l’étranger, et de manière plus générale, faire la part de tout ce qui reste fondamentalement de marxiste dans sa démarche (la théorie de la valeur, l’exploitation capitaliste, l’action de classe, la propriété sociale fondement de la civilisation socialiste, etc.) et ce qu’il critique avec verve (la sous-estimation du politique), même si les exégètes discuteront toujours pour savoir ce qui appartient au marxisme de Marx ou d’Engels et à celui de leurs interprètes et continuateurs. Après, il y a évidemment de quoi discuter et il est sain qu’après Maurice Agulhon, Jean-François Chanet, Vincent Duclert ou Emmanuel Jousse, entre autres, Jean-Paul Scot propose ses analyses, insistant sur la continuité marxiste de la politique jaurésienne. En fait, il se livre à un exposé très complet de la république démocratique et sociale telle qu’elle se dessine chez Jaurès, avec ses combats en faveur de la représentation proportionnelle, l’initiation d’une protection sociale et d’abord les retraites ouvrières et paysannes, la réforme fiscale avec l’impôt sur le revenu, l’école laïque et la réforme de l’enseignement, et d’autres thèmes encore. L’information est très sûre et on appréciera par exemple les vues neuves apportées sur le congrès international d’Amsterdam et la légende d’une « défaite » jaurésienne face aux guesdo-marxistes… L’auteur est fondé à revenir sur des interprétations paresseuses et souvent gratuites, répétées depuis trop longtemps.

5Les nombreuses éditions de textes, et notamment celles opérées dans le cadre de l’édition des Œuvres de Jean Jaurès en dix-sept volumes, aident à préciser, orienter et encadrer la discussion. Mais cela ne suffit pas. Au-delà des réserves indiquées, des analyses fortes et nourries d’une solide culture intellectuelle, comme celles de Jean-Paul Scot, sont nécessaires à une lecture réfléchie, ouverte et éclairée du socialisme jaurésien. Peut-être pas tout à fait une contre-histoire, mais à coup sûr un élément indispensable de cette histoire, ce qui, il est vrai, est le sort communément attendu en dialectique marxiste des « contre-histoires » les plus affirmées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Candar, « Jean-Paul Scot, Jaurès et le réformisme révolutionnaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5280

Haut de page

Auteur

Gilles Candar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page