Navigation – Plan du site
DOSSIER

Officiers libres et officiers communistes : collaborations et confrontations

Tewfik Aclimandos
p. 175-202

Résumé

L’auteur analyse les relations complexes entre les officiers marxistes et l’organisation des officiers libres (OL) de 1936 à 1952, organisation qui devait prendre le pouvoir en juillet 1952. Il s’intéresse aux appartenances préalables, aux formes de collaboration, sans oublier les tensions entre ces deux groupes de force inégale. Mais il montre aussi les différences d’appréciation et de positionnement politique qui traversent ces deux groupes d’officiers.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Égypte

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Cet article a pour but de présenter et d’analyser les principaux éléments dont nous disposons sur les officiers marxistes dans l’armée égyptienne, de 1936 à 1952, et sur l’histoire de leur appartenance et/ou collaboration à l’organisation des officiers libres, qui prit le pouvoir en 1952. Ce faisant, nous retraçons aussi l’histoire de la collaboration entre l’organisation des officiers libres et les formations communistes.

2Il est facile de définir un officier libre : il s’agit d’un officier reconnu comme tel par les autres membres de l’organisation, et/ou figurant sur une des deux listes dont nous disposons : la liste « Sadate », qui recense les ayants droit à une retraite d’officier libre, et la liste « Nasr-Baghdâdî », préparée sous Nasser par l’ancien chef des mukhâbarât (services secrets) Salâh Nasr, et publiée en 1976 par l’ancien membre du Conseil de Commandement de la Révolution (CCR) et vice-président de Nasser, l’aviateur ‘Abd al Latîf al Baghdâdî. Les deux listes sont différentes par le nombre d’officiers libres reconnus : 268 pour la liste Sadate, 327 pour l’autre, dans les deux cas sans compter les membres du Conseil de Commandement de la Révolution. Des noms peuvent apparaître dans la liste courte et disparaître dans l’autre, et vice-versa, bien sûr ! C’est notamment le cas des officiers libres communistes : la liste la plus courte en compte davantage.

3Officier marxiste est plus compliqué à définir. Nous devons distinguer au moins deux types :

1 - les officiers de « sensibilité marxiste », mais qui ne firent jamais partie d’une organisation communiste, ou qui quittèrent (à un moment situé avant 1952) une organisation communiste pour rejoindre celle des officiers libres, et qui dès lors firent allégeance au mouvement de Nasser. Ceux-là peuvent avoir rompu tout contact avec la formation communiste d’origine, mais ce n’est généralement pas le cas. Le cas de figure le plus fréquent les voit faire partie des officiers libres, tout en devenant les avocats, au sein de cette formation, soit de l’organisation communiste à laquelle ils appartenaient auparavant, soit d’une ligne politique inspirée par cette dernière ou proche de celle adoptée par elle.

2 - des officiers marxistes qui ont, à la demande de la formation communiste à laquelle ils appartenaient, soit collaboré avec Nasser, ce dernier sachant qu’ils appartenaient à un mouvement marxiste, soit tenté d’infiltrer l’organisation des officiers libres, Nasser ignorant leur filiation organisationnelle réelle.

4 Le comportement des uns et des autres, lors de la semaine précédant le coup d’État et pendant ce dernier, constitue a priori un critère permettant de les distinguer. Ceux qui étaient d’abord officiers libres, et qui n’avaient pas ou plus de liens organisationnels avec un mouvement communiste, n’avertirent pas les formations communistes de l’imminence d’un coup d’État. Les deux membres du futur CCR, Khâlid Muhyî al Dîn et Yûsuf Mansûr Siddîq, sont les plus connus. Il faut probablement ajouter (le futur ambassadeur) ‘Uthmân Fawzî, même si son « jeu » est différent : il semble avoir eu une double allégeance, et avoir réussi à distinguer les deux (il n’est pas le seul à effectuer ce type de choix). Ceux (ou plutôt celui) qui étaient d’abord communistes avertirent leur organisation. Je pense à Ahmad Hamrûsh. Ce critère ne permet pas de trancher tous les cas, puisqu’un officier comme al Marsafî apprit trop tard l’organisation du coup pour en référer à ses supérieurs communistes, mais il participa aux opérations. D’autres officiers identifiés comme communistes furent délibérément tenus à l’écart.

 Portrait idéologique d’une génération d’officiers activistes

5Il est difficile de comprendre les parcours des membres de ces générations (ceux nés entre 1919 et 1925, ceux nés entre 1925 et 1930), sans avoir à l’esprit ce qui les unissait par delà les différences doctrinales et les choix idéologiques, souvent fluctuants par ailleurs. Une étude des récits des acteurs permet de dégager une identité d’idéologies implicites, de « complicités culturelles ». Ces dernières ne doivent pas nécessairement être disqualifiées comme primaires et vagues : certaines le sont, mais pas toutes.

  • 1  Cf. par exemple le témoignage d’al Baghdâdî in Lutfî, thuwwâr yûlu : al wajh al âkhar, Le Caire, k (...)

6Pour saisir les enjeux idéologiques à un moment donné, il convient de restituer les sentiments, passions et psychologies dominants à ce moment. Selon les acteurs1, l’« essentiel affectif », pour cette génération, est constitué par les processus de transmission orale, au sein de la famille et à l’école, comme par le contact et la rencontre traumatique avec l’étranger « maître chez nous ». Au centre de l’enfance et de l’éducation reconstruites par les souvenirs et les autobiographies, on trouve des récits transmis par la génération des parents, des récits concrets évoquant la Patrie occupée, un peuple un et révolté contre l’occupant ; des récits relatant l’exemple de la génération précédente, qui s’est soulevée en 1919, et la férocité de l’ennemi et de sa répression ; récits qui désignent la tâche inachevée, identifient l’ennemi, définissent un impératif : la défense de l’honneur et de la liberté.

7 Deux sentiments sont développés, qu’on peut caractériser de « religieux », parce qu’ils sont sacrés, absolus, intenses, prégnants, parce qu’ils envahissent et occupent en permanence ce qu’il y a de plus intime, vos pensées et votre vie privée, et parce qu’ils orientent vos choix de carrière : l’amour de la patrie et la haine « absolue » de l’occupant. On grandit en sachant qu’il est une tâche sacrée à remplir. La présence britannique vous le rappelle, le contact avec l’étranger européen aussi. Cette tâche, à laquelle on se prépare, ne serait-ce qu’en développant sa force physique, engloutit votre vie privée, vous fait rêver, vous fait mûrir plus vite. Vous naissez et grandissez en soldat, avec le caractère d’un soldat, sérieux, responsable, mûr et dur, pour servir et libérer la patrie, sans quoi vous n’êtes pas libre.

  • 2  Ce thème est très répandu parmi les activistes et militants de ces générations. L’ancien ministre (...)
  • 3  Cf. par exemple ‘Abd al Latîf al-Baghdâdî, mudhakirrât al Bagdhdâdî, Le Caire, al maktab al misrî (...)
  • 4  Un autre groupe de valeurs prisées est celles exaltant « l’être- ensemble », qui rend possible la (...)

8Le nationalisme est donc une valeur fondatrice partagée. Servir sa patrie, faire preuve de patriotisme (wataniyya), entrer en patriotisme comme on entre ailleurs en religion, faire le sacrifice de ses intérêts privés et de sa sécurité personnelle, est une expérience fondamentale commune et valorisée. Mais elle, ou l’hostilité aux occupants britanniques, ne sont pas le seul point commun. Il y a aussi une valorisation du faire, opposé au dire, ramené aux slogans2. Il ne s’agit pas seulement de valorisation de l’efficacité, mais aussi, et peut-être surtout, de dire à autrui (les puissances étrangères) que l’on ne le laisse pas décider seul de l’avenir du pays3. Faire, c’est servir une cause, et rappeler l’existence d’une volontéà ceux tentés de l’ignorer4.

  • 5  Thème cher à ‘Azîz al-Misrî, et qui sera « mis en application » par de nombreux activistes. Les ré (...)

9C’est un faire pragmatique qui est préconisé, mais qui sous-tend une auto- éducation5 permanente, qui est l’autre cause de la diversité des « contacts » avec des organisations clandestines. On cherche un programme, des idées pour des mesures.

  • 6  Il trouve la mort dans un accident d’avion, au cours de l’été 1942, alors qu’il tentait de rejoind (...)
  • 7  Khâlid Muhyî al-dîn, dans l’entretien qu’il m’a accordé en mars 2003, a affirmé que ‘Izzat « voula (...)
  • 8  Après la défaite de la France, beaucoup d’officiers voient dans la conjoncture internationale une (...)
  • 9  Cf. le témoignage de ‘Abd al-Mughnî Sa’îd, asrâr al siyâsa al misriyya fi rub’ qarn, Le Caire, kit (...)
  • 10  Cf. témoignage al-Baghdâdî in Hamrûsh : shuhûd thawrat yûlyu, p. 217, et ‘Abd Allâh Imâm, Wajîh Ab (...)
  • 11  Témoignage al-Baghdâdî in Hamrûsh, op. cit., p. 217.
  • 12  Toutes les personnes les ayant connues à l’époque sont formelles sur ce point.

10C’est ainsi que beaucoup d’officiers entrent en contact avec les marxistes, fréquentent leurs « salons », assistent à leurs conférences. Dès le début des années 40, des activistes aviateurs, au moins le futur vice président al-Baghdâdî, le futur gouverneur du Caire Wajîh Abâza, le « martyr » Sa’ûdî Abû ‘Ali6, et probablement Hasan ‘Izzat7, qui allaient fonder en 1940 le premier des mouvements activistes nationalistes au sein de l’armée8, « étudient » le marxisme et le socialisme9. On ne sait clairement si cette étude a été ou non approfondie, mais elle n’a converti aucun d’entre eux. Al-Baghdâdî et Abâza entrèrent en contact avec le groupuscule communiste de Husnî al-‘Urâbî10. Ils n’y restèrent pas longtemps, choqués par l’attitude des dirigeants du groupe, que des querelles « financières » opposaient11. Cependant, dès ce jeune âge, au moins trois de ces quatre fondateurs de l’organisation des aviateurs étaient très conscients des inégalités profondes fracturant l’Egypte et de la nécessité d’une redistribution des richesses et de réformes structurelles12.

  • 13  C’est le diagnostic de Zakariyya Muhyî al-dîn (entretien avec l’auteur) et je pense qu’il est exac (...)
  • 14  Misr al-Fatât refuse explicitement le label de « parti ». Cf. Didier Monciaud, « Le projet de la P (...)
  • 15  Interviews avec Officiers Libres.

11Plus généralement, il convient de poser la question de la part respective des courants politiques et intellectuels qui traversaient l’Egypte dans la formation de la weltanschauung des officiers. La réponse, dans son principe, est simple. L’influence de la constellation politique de « Misr al-Fatât » et du parti National est prédominante13. Elle est hostile au pacte politique prévalant, à la vie parlementaire et aux partis14. Il est possible de la caractériser comme un nationalisme radical, conscient à la fois de l’identité musulmane du pays et de l’urgence d’une modernisation en profondeur. Les « Frères Musulmans » bénéficiaient d’un a priori favorable15, une sorte de présomption de sincérité et d’intégrité, mais l’alignement sur les thèses d’al Bannâ est plus rare. Si on excepte ceux qui devinrent frères et le restèrent, car beaucoup d’officiers les quittèrent assez vite, l’influence intellectuelle d’al-Bannâ fut minime. Peu nombreux sont ceux qui tentent d’évoquer une réislamisation nécessaire, passant nécessairement par la soumission de toutes les activités humaines au contrôle du sacré médiatisé par le politique et/ou de la Loi divine appliquée par le pouvoir. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y avait pas de points communs entre eux et les Frères : conscience de l’identité et des caractères arabes et islamiques de l’Egypte, mais aussi, on l’a dit, rejet de la démocratie parlementaire, du pacte politique et du consensus traditionnel prévalant sur l’alternance de la coexistence et de la « lutte pacifique », par voie de négociations, avec les Britanniques.

  • 16 al-Baghdâdî, par exemple, fréquentait les cercles intellectuels marxistes, notamment le cercle « cu (...)

12Les marxistes fournirent ce qu’on peut appeler quelques grilles de lecture de la question sociale, qui les confortèrent dans leur hostilité au système parlementaire, perçu comme instrument des couches ou classes dominantes16. On peut affirmer sans risque d’erreur que les activistes aviateurs, les premiers à avoir fréquenté des marxistes, considérèrent cela comme une « technique » permettant l’analyse sociologique, préalable nécessaire à la Réforme, sans jamais adhérer au marxisme en tant que tel.

Officiers communistes

  • 17 Le programme lancé par le centre d’études arabes en a recensé 29. Cf. collectif min târîkh..., t. 1 (...)
  • 18 Selma Botman, The rise of egyptian communism : 1939-1970, New York, Syracuse University Press, 1988 (...)

13Il n’y a pas, au début des années 1940, « un » mouvement communiste égyptien, mais plusieurs groupes17, les plus importants étant « Iskra », dirigé par Hillel Schwarz, et le « Mouvement égyptien de Libération Nationale » (MELN) d’Henri Curiel 18.

  • 19  Voir les chiffres donnés par Beinin, op.cit., p. 57, ou par Botman, op.cit., p. 69 : en 1947, HADI (...)
  • 20  Cf. l’introduction de Botman, ou l’entretien qu’a accordé Khâlid Muhyî al-dîn à l’auteur de cet ar (...)

14Ces deux principaux mouvements (ESKRA, MELN) tentent très vite d’élargir leur audience. Mais le mouvement restera, en termes de poids à l’échelle nationale, très marginal : Il n’aura jamais la popularité et la puissance des Frères ou du Wafd19. Par contre, dans le domaine des « idées » et de la culture, leur influence sera immense20.

15La rencontre entre des officiers et certaines composantes du mouvement marxiste provient d’un double mouvement : celui des communistes, qui sont souvent d’origine étrangère et qui tentent d’égyptianiser leur recrutement et/ou de l’élargir, et celui des officiers qui prennent (ont) conscience de la gravité de la situation sociale et qui recherchent intellectuellement des solutions que n’offrent pour le moment ni le Wafd, ni les Frères, ni a fortiori le Palais et ses alliés.

  • 21  Botman, op.cit., p. 45.
  • 22  Hamrûsh, qissat thawra 23 yûlyu (1), Le Caire, dâr al-mawqif al-‘arabî, p. 112 et sq., a un long d (...)
  • 23  Khâlid Muhyî al-dîn a évoqué avec malice la « rencontre » de Salâh Salem avec le marxisme, au cour (...)

16Botman21 a indiqué dans sa recherche que le mouvement de Curiel « infiltra l’armée à travers Ibrâhîm al-‘Attâr, Salâh et Jamâl Salem, et l’aviation via l’aviateur ‘Uthmân Fawzî ». Ceci est très improbable. Je ne connais pas Ibrâhîm al-‘Attâr. ‘Uthmân Fawzî est un cavalier et non un aviateur. Ensuite, Hamrûsh, qui accorde beaucoup d’importance aux marxistes, ne mentionne pas les frères Salem (qui sont pourtant de futurs membres du Conseil de Commandement de la Révolution, CCR) parmi les recrues communistes22. Khâlid Muhyî al-dîn et Rif’at al-Sa’îd23 ne les mentionnent pas non plus. Il me semble qu’ils n’auraient pas manqué de le faire, d’autant plus qu’ils connaissaient relativement bien les arcanes du mouvement de Curiel.

  • 24  Gilles Perrault,un Homme à part, Paris, Balland, 1984, op.cit., p. 58, et p. 182 et sq.

17Par contre, le rôle de ’Uthmân Fawzî (futur OL, futur diplomate) ne doit pas être sous-estimé. Ce petit-fils de grand pacha circassien, dont la mère est britannique, semble avoir été frappé très vite par la misère des soldats. Il organise pour eux des cours d’alphabétisation. Puis en 1941 ou en 1942, au cours d’une surprise-party, il rencontre Didar Rossanno-Ads, qu’il épousera le 1er septembre 42. C’est grâce à elle qu’il rencontrera le marxisme et les marxistes : Iskra d’abord, puis le MELN24. Khâlid Muhyî al-dîn lui a rendu hommage dans ses mémoires :

  • 25 K. Muhyî al-dîn, op.cit., p. 39, et entretien avec l’auteur.

« C’était un officier d’une grande culture, qui lisait beaucoup. Il parlait couramment plusieurs langues (…). Ceci lui permettait de bien « suivre » la succession, de plus en plus rapide, des évènements dans le monde de la seconde guerre mondiale. Sa passion de la lecture fut contagieuse (…) Quand je fis sa connaissance, il n’était pas encore devenu marxiste, mais il lisait avec voracité, à la recherche de réponses aux questions qui nous préoccupaient tous. Il lisait (des ouvrages) sur le capitalisme, le socialisme et le fascisme (...), termes fréquemment utilisés à l’époque et que nous étions incapables de définir scientifiquement. (....) Autour de ‘Uthmân Fawzî se constitua un groupe d’officiers de cavalerie, qui cherchait une nouvelle voie pour l’Égypte en lisant et en s’initiant aux diverses doctrines et théories politiques. (Suivent les noms des participants : aucun d’eux ne s’engagera politiquement). Aucune orientation politique précise, mais peu après, ‘Uthmân devint marxiste. »25

  • 26  Botman, op.cit., p. 45. Témoignage Fu’âd Habachî in Hamrûsh shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 270 e (...)
  • 27  al-Sa’îd, Rif’at , op.cit., p. 87.

18Mais le rôle de Fawzî est, en 1943, « à venir ». Il n’est, en 1942-43, qu’une recrue individuelle. À ce moment, le mouvement de Curiel recrute surtout au sein de l’armée, parmi les mécaniciens, les ouvriers qualifiés et les sous-officiers26, avec un certain succès, notamment au sein de l’armée de l’air où 42 sous-officiers deviennent membres d’une organisation dont les chefs sont membres du mouvement de Curiel, le MELN27.

  • 28  Botman, op.cit., p. 77. Témoignage Hamrûsh in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 36 et sq.
  • 29  Dans son témoignage in shuhûd…, il affirme que son père possédait quarante feddans. Ceci expliquer (...)
  • 30  La mère de Hamrûsh fera construire une mosquée, une école et un kuttâb au village. Cf. Hamrûsh, na (...)
  • 31  Témoignages Hamrûsh in Hamrûsh: shuhûd thawra..., op.cit., p. 36 et sq. et surtout Hamrûsh : nasîj (...)

19La situation change un peu en 1946, avec l’adhésion à Iskra d’Ahmad Hamrûsh (futur OL, journaliste, chargé par Nasser des contacts avec les pacifistes israéliens)28. Né à Banî Suwayf en Haute-Égypte en 1921, il est fils d’un juge shar’i appliquant le droit islamique, chargé des questions de statut personnel, possédant quarante feddans29. Son père est mort alors qu’il avait deux ans, mais la famille n’a pas été véritablement dans la gêne30. Ahmad a grandi au Caire, y a fait ses études, mais a presque toujours passé ses vacances dans son village d’origine. Lycéen, il a milité dans les rangs de Misr al-Fatât. En 1945, il a suivi les débats sur un projet de réforme agraire présenté par le sénateur Muhammad Khattâb. Il a écrit à ce dernier pour lui demander quelques éclaircissements, et celui-ci l’a invité chez lui. Il s’y est rendu, et on l’a présenté au dirigeant de l’organisation communiste « Citadelle », Mustafa Haykal, un jeune diplômé de la Faculté de Commerce. La conversation avec Khattâb et Haykal lui a permis de mesurer son ignorance : il n’avait jamais entendu parler de la révolution de 1917 ! Haykal lui a offert des ouvrages, l’a invité à des conférences. C’est une révélation31.

  • 32  Hamrûsh : nasîj..., op. cit., p. 36 et p. 46 (pour la durée de la formation précédant le passage à (...)
  • 33  Perrault, op.cit., p. 187. Hamrûsh affirme avoir été, à l’époque, induit en erreur sur l’importanc (...)
  • 34  Botman, op.cit., p. 69.
  • 35  Témoignages Ahmad Fu’âd et Shawqî Fahmî Husayn in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 51, et (...)

20Mustafa Haykal le forme. Il le voit une fois par semaine. Il lui prête un livre et ils en discutent la semaine suivante. Hamrûsh adhère en 1945 à l’organisation « Citadelle », puis passe un an à s’initier aux mystères du marxisme32. C’est le début d’un long périple au sein de plusieurs formations communistes : d’abord « Citadelle » (« cent mille membres imaginaires et cinquante réels, dont Hamrûsh »33), puis « Iskra » (en 1946), puis HADITU (ce dernier groupe est le fruit de la fusion en mai 1947 d’Iskra, du MELN et de quelques autres groupuscules34. Il deviendra très vite la formation communiste la plus importante). Cette dernière formation se décide à tenter d’infiltrer le corps des officiers et crée une section spéciale dite de l’« armée », dirigée par Hamrûsh, par le sous-officier Shawqî Fahmî Husayn, et par un juge marxisant, Ahmad Fu’âd35 .

  • 36  Hamrûsh: qissat thawra 23 yûlyu, op.cit., p. 115.
  • 37  Hamrûsh : nasîj…., op. cit., p. 54.
  • 38  al-Sa’îd, op.cit., p. 92. En fait, il cite l’interview.... de Hamrûsh à Selma Botman, dont il semb (...)
  • 39  Il ne s’agit pas seulement d’une impression. On sait qu’on ne peut accepter le chiffre de 50-70 of (...)

21Le nombre de leurs recrues est inconnu, mais il ne fut pas très important. La présence possible, voire probable, de clandestins qui ne furent pas identifiés comme communistes, est plus que compensée par la propension des dirigeants de HADITU à « gonfler » le chiffre de leurs recrues, à assimiler membres du mouvement, compagnons de route et interlocuteurs. Dans Histoire de la Révolution, le silence de Hamrûsh, sur la question du nombre de recrues, est éloquent : Il se contente de préciser que le chiffre était très inférieur à celui des officiers recrutés par les Frères36. Par contre, dans son autobiographie, écrite plus de cinquante-cinq ans après les évènements, il a été beaucoup plus audacieux, parlant d’une cinquantaine de membres de la « section de l’armée de HADITU »37. Le marxiste Rif’at al-Sa’îd, dans son « Histoire du mouvement communiste égyptien », estime lui aussi que la section « militaire » de HADITU comptait en 1952 60 à 70 membres38. Ces chiffres sont très exagérés, et s’expliquent par le recours à un artifice : Hamrûsh et al-Sa’îd comptent les officiers, mais aussi les sous-officiers et les civils, techniciens ou autres salariés des forces armées. Je pense qu’il ne devait pas y avoir plus de vingt-cinq à trente officiers marxistes au sein des forces armées39, plus probablement une vingtaine.

  • 40  Témoignage Yûsuf Mansûr Siddîq in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 473-474. Cf. aussi ses (...)
  • 41  Témoignage Ahmad Lutfî Wâkid in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 69-70.

22Une des plus célèbres recrues est Yûsuf Mansûr Siddîq, fils d’officier et futur membre du CCR, recruté en 1945/46 par un ami40 (et non par Hamrûsh). Hamrûsh, lui, recruta en 1946 Ahmad Lutfî Wâkid (futur OL, secrétaire de Nasser, journaliste), fils de député-maire et neveu d’Ahmad Lutfî al-Sayyid Pacha, qui était un ancien camarade de collège. Mais Wâkid quittera HADITU à la suite de divergences sur la question palestinienne41. Son cas n’est pas exceptionnel dans les rangs communistes.

23 Khâlid Muhyî al-dîn est bien sûr une recrue d’une exceptionnelle importance. Au lendemain de la guerre, il fait partie des compagnons de Nasser, tous officiers nationalistes, bons musulmans, qui ont rejoint les rangs des Frères Musulmans, choix qui ne le satisfait pas. Son ami le marxiste ‘Uthmân Fawzî œuvre pour le pousser à quitter la formation islamiste. Khâlid évoque cela dans ses mémoires :

« Nous (NDA : la plupart des officiers activistes qui rejoignirent les Frères en 1945) n’étions pas contre les Frères mais avec eux, mais pas complètement avec eux. Par exemple, Nasser avait la conviction que les Frères voulaient nous exploiter en tant qu’officiers, pour qu’on soit un instrument en leurs mains, leur conférant par le biais d’une influence dans l’armée un poids et un statut politique, mais qu’ils ne feraient rien pour la cause patriotique. (…) J’étais aussi un facteur permanent d’instabilité lors des réunions. ‘Uthmân Fawzî me poursuivait avec ses livres et me demandait de m’intéresser aux problèmes sociaux. Il semble qu’il était devenu un membre des mouvements communistes, car il me prêta un livre traduit en arabe « L’économie est le moteur de l’Histoire », de Garaudy. En lisant ce livre, je découvris plusieurs réponses se succédant, et faisais le lien entre l’Egypte et les Égyptiens, la libération de la patrie et celle du citoyen.(...) Je commençai à harceler Labîb (le collaborateur d’al Bannâ gérant les sections militaires des Frères) dans nos réunions : Quel est le programme des Frères ? Il répondait : la shari’a. Je disais que nous sommes tous musulmans, que nous croyons tous en la shari’a, mais que je voulais savoir avec précision ce que nous ferions pour libérer la patrie. (…) Que ferions-nous pour le peuple ? (...) Il évitait de répondre, et je ne cessai de le harceler ».

  • 42  Muhyî al-dîn, Khâlid, op.cit., p. 47, p. 51 et sq.

24Khâlid finira par quitter les Frères : il est recruté en février 1947 par Iskra, peu avant la naissance de HADITU. Son ami ‘Uthmân Fawzî a indiqué à Ahmad Fu’âd qu’il était « mûr » pour la révélation42.

  • 43  ibid.
  • 44  ibid.
  • 45  ibid., p. 66.

25Mais l’expérience se passe fort mal. Les relations entre le cavalier Muhyî al-dîn et son chef de cellule, un fonctionnaire (civil) de la Cavalerie, sont détestables. Ce dernier est un athée et Khâlid un musulman pratiquant, qui croit en la doctrine économique du marxisme mais non à l’athéisme du matérialisme dialectique43, tout comme Siddîq ou Wâkid, qui s’affirment publiquement musulmans. L’expérience a néanmoins quelques aspects positifs, puisque Khâlid précise sa connaissance du marxisme et du socialisme. Sa mutation quelques mois plus tard aux gardes-frontières met un terme à sa collaboration avec Iskra. Plus tard, la position de HADITU sur la Palestine le heurte44. Il rompt avec le mouvement, mais reprendra ses contacts de « compagnon de route » en 195045.

  • 46 Cf. son témoignage in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 237 et sq.
  • 47  Le nom de Jamâl ‘Allâm est mentionné par Ahmad Qadrî dans son témoignage in Hamrûsh, op.cit., p. 5 (...)
  • 48  Voir les témoignages d’al-Marsafî, de Qadrî et de Munîr Muwâfî in Hamrûsh, op.cit.
  • 49  Hamrûsh : nasîj..., op. cit., p. 55.
  • 50  Husayn Hammûda, safhât min târîkh Misr : asrâr harakat al dubbât al ahrâr wa-l ikhwân al muslimûn,(...)

26Une autre recrue est le lieutenant ‘Abd al-Mijîd Nu’mân (futur célèbre chroniqueur sportif du quotidien al-Akhbâr), issu du rang des sous-officiers46. Né en 1915, il est d’origine modeste, avec un père paysan non propriétaire. Mentionnons le lieutenant Jamâl ‘Allâm, futur OL, célèbre ingénieur par la suite47. J’ignore la date de son recrutement, mais celui-ci a probablement eu lieu en 1946. Quant à Ahmad Qadrî, futur président de l’organisme des Antiquités, Amâl al-Marsafî, futur directeur du Théâtre National, Mahmûd al-Manâstirlî, Salâh al-Sahartî et Munîr Muwâfî, futur administrateur à Rose al-Yûsuf, leur recrutement est plus tardif : 1950/5148. Hamrûsh, dans son autobiographie, a ajouté les noms de Tal’at Khayrî, futur ministre de la jeunesse, et de ‘Alî Latîf, mort très jeune49. Révélation étonnante et très tardive en ce qui concerne le premier, qui laisse penser qu’il fut un « clandestin » qui ne fut jamais identifié comme marxiste, ou qu’il quitta vite le mouvement. Mais la relation de Hamrûsh affirme le contraire. Enfin, un officier islamiste ajoute le nom de Kamâl al-Hinnâwî, fils de journaliste, futur OL, futur député, cadre de l’USA, qui était certainement gauchiste50.

  • 51  Hamrûsh: qissat thawra 23 yûlyu, tome 1, op.cit., p. 115 et sq.
  • 52 ibid.

27C’est peu, même si on comptabilise les officiers qui ne furent pas longtemps membres. Le marxisme impliquait une rupture avec les systèmes de croyances transmis51. Hamrûsh explique également que l’adhésion aux mouvements marxistes était dangereuse, car ces derniers étaient constamment la cible de la police politique et des organes de répression52. Ce dernier argument n’est pas faux, mais n’est au mieux que complémentaire. Les « Officiers Libres », qui souffraient du même handicap, étaient au moins douze fois plus nombreux.

28Hamrûsh ne mentionne pas non plus le problème des défections : un certain nombre d’officiers ayant adhéré à une formation communiste décidèrent de la quitter peu après, quitte à ne pas rompre tous les ponts, et tout en demeurant politiquement « à gauche », voire tout en étant un « compagnon de route » fidèle. La plupart étaient heurtés par l’athéisme de certains militants et par l’attitude des communistes sur le problème palestinien, attribuée (peut-être à juste titre, mais la disqualification de l’énonciateur a souvent supplanté l’examen de ses arguments) à un « philo-sionisme » ou à une ambivalence des dirigeants juifs. J’ai déjà mentionné les cas de Khâlid Muhyî al-dîn et de Yûsuf Mansûr Siddîq, qui n’étaient pas les seuls dans ce cas.

Récit d’une conversion : le témoignage de Siddîq, musulman et marxiste

  • 53  Siddîq :awrâq..., op.cit., p. 77.
  • 54  ibid.

29Il convient de résumer les explications fournies par Siddîq, qui illustrent, précisent, contredisent quelquefois les vues de Hamrûsh, mais qui sont aussi intéressantes par le mélange de pragmatisme et d’idéalisme (avec primauté au premier), par le privilège implicite accordé à l’agir et au faisable, par le curieux mélange de logique et de considérations religieuses, d’intuitions profondes et de stupidité abyssale. Il relate d’abord sa rencontre avec le marxisme, en évoquant ses préventions contre ce qu’il prenait pour un « synonyme de l’athéisme »53. La victoire de l’URSS lors de la seconde guerre mondiale éveilla sa curiosité : un tel exploit, et le statut de super-puissance de l’URSS, ne pouvaient être attribués en toute logique à une doctrine, si la seule « contribution » de cette dernière à la pensée était : « Dieu n’existe pas ». D’ailleurs, Dieu n’eût pas permis une telle montée en puissance, si cette doctrine était fondée sur des enseignements contraires à sa volonté54. (On sous-estime la puissance cognitive de l’argument « Jugement de Dieu » dans les systèmes de croyances de mes acteurs). Il se décida à étudier le marxisme, mais commença, pour se « protéger », par approfondir ses connaissances religieuses et par prier plus régulièrement. Puis il se mit à lire.

  • 55 Siddîq: awrâq..., op.cit., p. 78.
  • 56  ibid., p. 81 et sq.
  • 57  ibid.

30 Voilà ce qu’il retint : Il distingue « communisme » et « socialisme ». Le « communisme » n’existe pas dans le monde qu’il connaît, il sera peut-être le fruit de l’évolution du socialisme ou des sociétés socialistes, un fruit dont on ne peut prédire la date d’éclosion55. S’appeler « parti communiste » est donc incompréhensible, injustifié et tactiquement malheureux. Premièrement, personne ne peut prétendre qu’une société communiste existe et les conceptions de celle-ci par Marx ne sont d’ailleurs pas acceptables pour un homme du XX e siècle (il n’est pas dit clairement s’il pense qu’il est trop tôt ou s’il les trouve trop naïves). D’ailleurs, Marx n’étant pas un prophète, il ne peut prétendre prédire l’avenir. Il ne peut pas savoir, par exemple, si la science et la conquête de l’espace ne prouveront pas l’existence de Dieu. Par contre, il existe des sociétés socialistes. Deuxièmement, le label communiste rebute les croyants, comme d’ailleurs les attitudes des militants communistes vis-à-vis de la religion. Il dénonce leur habitude de ne pas prier et de ne pas jeûner, de railler ceux qui le font. Car rien, dans ses nombreuses lectures, ne permet d’affirmer que le « socialisme scientifique marxiste » (ce terme remplace « communiste » inacceptable à ses yeux) et la foi sont incompatibles, bien au contraire. Une fois la question de l’athéisme ainsi « élucidée », c’est-à-dire reléguée au statut de divagation marxienne sur une éventuelle société communiste dont rien n’annonce qu’elle adviendra et qui n’est certainement pas pour demain, l’évidence s’impose. Tous les préceptes et idéaux du socialisme sont conformes (yutâbiq) à l’islâm : la justice sociale, la paix entre les peuples, l’égalité entre les individus, la solidarité entre eux, l’abolition de l’exploitation (l’islâm n’interdit-il pas l’usure ?), autant d’idéaux communs. Dans des développements confus56, il balaie rapidement l’objection relative à l’enfer réel que sont les sociétés socialistes : ce n’est pas la faute de la théorie. D’ailleurs, l’état des sociétés musulmanes ne disqualifie pas l’islam. Il s’attaque ensuite alors à la question : « Pourquoi le socialisme, si nous avons l’islâm ? »57.

31Ce n’est pas la faute de celui-ci si les Frères Musulmans ont échoué : outre les torts de ces derniers, leur projet, dans une société viciée par l’esprit dynastique et monarchique, radicalement contraire à celui de l’islâm, ne pouvait réussir. Ce n’est pas non plus la faute de l’islâm si l’histoire a « dérapé » après les califes justes, si désormais la doctrine et la théologie, après des siècles de sommeil, d’erreurs et de trahison de l’esprit de cette religion, sont difficiles à réformer, non en soi, mais à cause des obstacles représentés par les « mentalités » des gens. Certes, l’islâm porte en lui tous les biens promis par le socialisme, et davantage. Mais un aggiornamento doctrinal, vu les mentalités, risque de mener à une guerre civile, mais aussi à une guerre larvée avec le reste du monde. L’affirmation semble bizarre, mais les remarques suivantes permettent, je pense, de la comprendre : Siddîq écrit ensuite que les vrais croyants sont peu nombreux et que l’islâm, tel qu’il était compris au temps des califes justes, n’est plus approprié. Il semble vouloir dire que la tâche est impossible. D’une part, lancer une bataille pour la modernisation en termes religieux ne peut aboutir, les « vrais croyants » (ceux qui ont compris l’esprit de la religion) étant peu nombreux. De l’autre, le dilemme est cruel, puisqu’il est « clair » que l’héritage post-califes justes a été un désastre, et que le retour à ces derniers n’est plus approprié. Une seule solution donc, le socialisme, fruit de la longue quête réflexive de l’humanité, de l’enseignement de ses expériences.

32Malgré cela, Siddîq quitte HADITU fin 1950, car il est déçu par les palabres incessants des partis communistes, et parce qu’il existe un autre choix possible : les Officiers Libres, qui se préparent à agir, et dont le programme correspond à ses aspirations. Réfléchissant sur la situation des forces politiques et sociales, Siddîq a acquis la conviction que le salut ne peut provenir que de l’armée. Au sein des formations marxistes, cet avis n’est pas partagé.

  • 58  Témoignage Fu’âd Habachî in Hamrûsh: shuhûd thawra..., op.cit., p. 270 et sq., et son témoignage d (...)
  • 59  Hamrûsh: qissat thawra..., tome 1, p. 115 et sq., pour la « prudence » et la « discrétion ». Rappe (...)

33Si les sous-officiers et les techniciens membres de HADITU jouèrent, durant les années quarante, un rôle important, notamment dans l’organisation des revendications collectives58, les officiers marxistes, en règle générale, se « firent oublier ». HADITU, semble-t-il, leur recommandait la plus extrême prudence, et ne les exposait pas59. Ils n’étaient pas assez nombreux et ils étaient difficilement « remplaçables ». Ils tentaient de recruter leurs pairs, dans la plus grande discrétion. Ils diffusaient des tracts. C’est tout..

34Il faut ajouter deux assertions véhiculées par les témoignages de vieux militants communistes à la fin des années 90. D’une part, certains officiers communistes ne furent jamais identifiés comme tels. D’autre part, une autre formation marxiste, celle dirigée par Fu’âd Mursî et Ismâ’îl Sabrî ‘Abd-Allâh, recruta, à une date non précisée, un officier libre qui allait jouer un rôle important après le coup d’État, et qui n’a jamais été identifié comme communiste. Il s’agit d’Ahmad al Misrî, qui organisa en février 1954 la contestation des cavaliers contre le renvoi de Néguib, obligeant Nasser et ses alliés à une reculade sur ce point, et enfin qui tenta d’organiser en avril 1954 un coup d’État contre la junte, mais qui se fit arrêter, lui et la plupart des conjurés, 24 heures avant la tentative.

Nasser a-t-il adhéré à une formation communiste ?

  • 60  Sa’îd Halîm, Interview. Husayn Hammûda, op.cit., p. 105, citant des «confidences» de Siddîq et p. (...)

35Après ou avant la naissance en septembre 49 du mouvement des officiers libres, Nasser a-t-il fait partie d’une formation communiste ? La réponse est très probablement négative. Certes, plusieurs sources, sérieuses et crédibles - Salâh Nasr, Yûsuf Mansûr Siddîq, Husayn Hammûda, Sa’îd Halîm60 - ont affirmé que Nasser avait été un membre actif de HADITU, sous le nom de code de «Maurice».

  • 61  Muhyî al-dîn, Khâlid, op.cit., p. 66, p. 85, p. 99 ; Hamrûsh: qissat thawra..., tome 2, op.cit., p (...)
  • 62 Et je le crois, d’abord parce qu’il est un témoin crédible, et ensuite parce qu’il n’avertit pas HA (...)
  • 63  K. Muhyî al-dîn, op.cit., p. 204. Notons que Salâh Nasr, op.cit., p. 117, et Siddîq, in Hamrûsh: s (...)

36 Mais Hamrûsh et Khâlid Muhyî al-dîn ont tous deux, dans leurs écrits, démenti une telle adhésion61. Muhyî al-dîn a également démenti avoir lui-même appartenu à HADITU62. Il a tenté d’expliquer la version contraire sur ce point de Hamrûsh, qui était le chef de file des officiers affiliés à HADITU, par l’éventualité d’une information erronée fournie par Ahmad Fu’âd, soucieux de «gonfler» le nombre de ses recrues63. S’il ne se trompe pas, il faut considérer comme possible l’éventualité qu’une autre information erronée, émanant de la même source, soit à l’origine des autres versions concernant Nasser. Que Nasser ait été appelé «Maurice» par HADITU est en fait la seule certitude absolue, corroborée par tous les témoignages. Ceci ne prouve qu’une chose : qu’il n’était pas un inconnu pour HADITU, ce que personne ne nie. Quant au problème de son adhésion, il me semble que les démentis de Hamrûsh (qui dirigeait la section militaire de HADITU) et de Muhyî al-dîn sont décisifs. Ils sont tous deux des observateurs privilégiés, des témoins directs, proches de Nasser et de Fu’âd. Aucun des deux narrateurs n’a intérêt à dissimuler une telle adhésion, si elle a eu lieu. De surcroît, on ne voit pas quel intérêt Nasser aurait eu à adhérer à ce moment à ce mouvement, objet de harcèlements, cible de la répression. A l’époque, il n’était certainement pas marxiste.

Officiers communistes, officiers libres et HADITU

37Khâlid Muhyî al-dîn, qui a quitté Iskra, sans couper les ponts, est membre du petit groupe (lui-même, Nasser, Amir, Kamâl al Dîn Husayn, Hasan Ibrâhîm et ‘Abd al Mun’im ‘Abd al Ra’ûf) qui fonde en septembre 1949 les officiers libres. À l’exception du dernier nommé, les membres de ce petit groupe ont en commun d’avoir fait partie des Frères Musulmans (comme ‘Abd al Ra’ûf) et d’avoir quitté la formation islamiste.

  • 64  Lacouture, op.cit., p. 320 : « Protégé, estimé, mais mineur ».
  • 65  Interview Zakariyya Muhyî al-dîn avec l’auteur. Pour lui les préférés étaient, dans l’ordre, ‘Amir (...)
  • 66  Interviews avec plusieurs Officiers Libres.

38 Les relations de Muhyî al dîn avec Nasser sont difficiles à cerner. Selon Lacouture64, il fut toujours traité comme un mineur. Métaphore heureuse, mais les choses sont plus complexes. Nasser l’aimait beaucoup : Selon Zakariyya Muhyî al-dîn, il était après ‘Amir le « préféré »65. Mais politiquement, Nasser se méfiait de lui et de ses contacts avec les marxistes66 dès avant 1952. Il ne lui disait donc que le strict minimum, et lui mentait souvent. Il est probable qu’il estima à plusieurs reprises que les positions de Khâlid étaient irréalistes ou irresponsables, voire dangereuses (voir infra).

  • 67 Siddîq, op.cit., p. 86.

39D’autres officiers marxisants adhérèrent aux officiers libres. Wahîd Ramadân recruta Yûsuf Mansûr Siddîq (qui allait faire partie du CCR) en octobre 195167. Siddîq demanda des précisions sur son programme. Ramadân lui donna trois tracts. Siddîq les lut, fut séduit et accepta de rejoindre le mouvement.

Le principe

40Nasser et la direction du mouvement, s’ils acceptaient (et, dans une certaine mesure, désiraient) au sein de celui-ci la diversité des idéologies et des sensibilités, exigeaient -en théorie, avec une pratique beaucoup plus souple- l’exclusivité de l’appartenance et de l’allégeance organisationnelle, et bien sûr l’adhésion au credo et aux objectifs nationalistes et « réformistes » de l’organisation. Être Officier Libre, c’était -encore une fois en théorie- ne faire partie d’aucun autre mouvement ou parti, ou au moins de donner à l’allégeance au mouvement la primauté et la priorité absolues.

  • 68  Nasr, Salâh, op.cit., p. 117.

41Nasser eut des contacts fréquents, voire réguliers, avec la quasi-totalité des formations politiques «importantes», légales ou semi-clandestines, mais aussi avec plusieurs journalistes. Tous ces contacts avaient pour objectif commun la collecte d’informations et de données relatives à la vie politique, mais aussi à l’organisation interne de ces forces68. Plus épisodiquement, le mouvement tentait d’obtenir l’aide de ces mouvements ou de ces personnes sans jamais remettre en question son indépendance.

  • 69  Joel Gordon, Nasser’s blessed movement: Egypt’s free officers and the july revolution, Le Caire, A (...)

42Joel Gordon69 a indiqué que Nasser et d’autres officiers assistaient aux débats organisés par le quotidien wafdiste «al-Misrî» entre des intellectuels gauchistes et Hifnî Mahmûd, libre penseur, grand propriétaire, et un des caciques du parti des Libéraux-constitutionnels (il est d’ailleurs le frère du chef historique de ce parti).

Nasser rencontre Ahmad Fu’âd

  • 70  Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 67.

43Les relations personnelles entre Nasser et Ahmad Fu’âd, le dirigeant de HADITU qui gérait les contacts avec les militaires, furent immédiatement excellentes70. Nasser devait avoir par la suite de longs entretiens en tête-à-tête avec Ahmad Fu’âd, et l’influence exercée par ce dernier est certaine, même s’il ne faut pas la surestimer, car les indications fournies par les marxistes incitent à relativiser, voire contredisent leur propre appréciation de leur rôle et de leur influence.

  • 71  Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 66 et sq.

44La relation par Khâlid de la première rencontre Nasser-Fu’âd est intéressante. Il affirme avoir informé Fu’âd de l’existence des Officiers Libres, et de sa participation à la direction de ce mouvement clandestin. Fu’âd lui demande d’organiser une rencontre avec Nasser. Il s’exécute. Nasser rencontre Fu’âd chez lui et est fortement impressionné par la personnalité de son interlocuteur et par son discours. Quand Fu’âd s’en va, Nasser s’enquiert de la personnalité de celui-ci. Muhyî al-dîn lui explique alors qu’il (Fu’âd) est un des « responsables » de HADITU71. En d’autres termes:, Muhyî al-dîn a organisé la réunion sans mettre Nasser dans la confidence, sans l’informer au préalable de l’identité et du statut de la personne qu’il rencontrerait, et a en quelque sorte créé un « fait accompli ». Si tout (les témoignages des acteurs, la suite des évènements) confirme que Nasser éprouva de la sympathie pour Fu’âd, il reste qu’il ne dût guère apprécier le procédé utilisé par Khâlid Muhyî al-dîn.

  • 72  On le voit, je m’efforce de reconstruire ce que furent les perceptions et le diagnostic de Nasser, (...)
  • 73  Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 68.
  • 74  Hamrûsh, shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 38.
  • 75  Cf. son témoignage in Hamrûsh, Ahmad: shuhûd..., op.cit, p. 52. D’ailleurs, Muhyî al-dîn se contre (...)
  • 76  Muhyî al-dîn donne la liste suivante : al-Manâstirlî, Mahmûd al-Quwaysnî, Salâh al-Sahartî, Amâl a (...)
  • 77  Témoignage Ahmad Fu’âd in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 52.
  • 78  Témoignage Amâl al-Marsafî in Hamrûsh: shuhûd...., op.cit., p. 81-82.

45La collaboration entre HADITU et les Officiers Libres fut quelquefois étroite et fructueuse. Ceci ne s’explique pas par des affinités électives, mais par le fait que les communistes étaient trop faibles pour constituer un concurrent sérieux. On leur confia à un moment (et non dès le début) la rédaction des tracts et leur distribution. Mais ce statut, dévalué ou non, donnait des ressources et il était nécessaire de surveiller leur utilisation. Nasser devait constamment contrer les tentatives de noyautage et d’infiltration de son mouvement par les communistes, éviter de se laisser entraîner dans des prises de position «compromettantes», engageant l’avenir ou de nature à heurter certains officiers et/ou à susciter d’inutiles inimitiés72. D’après Muhyî al-dîn73, Fu’âd proposa une adhésion des officiers membres de HADITU au mouvement. Nasser accepta, mais exigea encore une fois que cette adhésion ait lieu «à titre individuel», et qu’elle ne soit pas collective, qu’elle ne soit pas celle d’un groupe. En fait, seuls certains officiers marxistes rejoignirent les rangs des Officiers Libres, contrairement à ce qu’écrit Muhyî al-dîn. En effet, Hamrûsh, mieux placé que Muhyî al-dîn et dont la version est plus logique, affirme qu’«une partie des membres de la section militaire de HADITU fut chargée d’adhérer aux officiers libres, qui étaient en quelque sorte un front regroupant les divers courants patriotiques»74. Fu’âd a lui aussi contredit Muhyî al-dîn, affirmant que si Nasser savait que lui et Hamrûsh étaient marxistes, il ignorait en revanche «l’identité (l’appartenance) politique des officiers marxistes ayant rejoint le mouvement»75. En clair, ceux-ci furent recrutés par le mouvement, sans que Nasser ne sache qu’il avait affaire à des membres de HADITU. Ces phrases de Hamrûsh et de Fu’âd, ainsi que d’autres indications, fournies par Muhyî al-dîn, permettent de préciser et de relativiser la portée de cette adhésion. Quand, par exemple, Nasser fut confronté aux problèmes de distribution des tracts (voir infra), c’est Fu’âd qui lui proposa d’avoir recours à des officiers marxistes et qui contacta ceux- ci. Pourtant, ceux qui assumèrent cette tâche délicate sont considérés par Muhyî al-dîn comme des Officiers Libres, recrutés à la suite de l’acceptation (selon lui) par Fu’âd des conditions de Nasser. S’ils faisaient partie du mouvement76, comme le pense Muhyî al-dîn, il reste indéniable que leur allégeance première était leur appartenance à HADITU, et nul doute qu’ils aient été traités en conséquence par Nasser - quand ce dernier connaissait leur appartenance politique. De son côté, Nasser tenta en vain, à plusieurs reprises, d’obtenir d’Ahmad Fu’âd une liste des officiers communistes77. Par souci d’exhaustivité, signalons le cas du cavalier Amâl al-Marsafî, futur directeur du théâtre national, qui fut d’abord recruté par les Officiers Libres, et seulement ensuite par les membres de HADITU, et qui fit simultanément partie des deux mouvements78.

46Pour résumer mes propos : les communistes semblent avoir combiné deux types d’approche :

1 - Faire admettre au sein du mouvement des officiers dont on (Nasser) ne savait pas qu’ils étaient des marxistes.

2 - Faire accepter à Nasser le principe de tâches confiées à des officiers marxistes dont il ignorait l’identité.

  • 79  Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 90 et sq.

47Fu’âd et Muhyî al-dîn voulaient convertir Nasser à l’anti-impérialisme anglo-saxon, mais le futur ra’îs estimait que le mouvement devait éviter de prendre position sur les États-Unis, et semble n’avoir pas partagé leur analyse du système américain. Fu’âd tenta de convaincre Nasser et Muhyî al-dîn de la nécessité d’élaborer un programme détaillé. En vain, puisque Nasser estimait qu’une telle entreprise ne pouvait qu’être une source de divisions. Fu’âd proposa également à Nasser une «coopération culturelle» pour le développement de la conscience politique des officiers libres. Nasser ne dit pas non, mais ajourna sans cesse le début de ces cours79.

  • 80  Cf. l’interview de Lutfî Wâkid in al-Ahâlî, numéro 774, le 17-07-1996.
  • 81  Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 104-5; Hamrûsh: qissat thawra...., t 1, p. 154, témoignage Ahmad (...)
  • 82  ‘Aliyya Tawfîq, op.cit., p. 55 et sq. Voir aussi Muhammad Tawfîq al-Azharî, bikbâchî Yûsuf Siddîq, (...)

48Une anecdote (je la rapporte infra) relatée par Ahmad Lutfî Wâkid80, officier libre se définissant comme «socialiste musulman», laisse entendre qu’à un moment donné, au courant de l’année 1952, Nasser décida de limiter, sinon au strict minimum, du moins assez sérieusement, ses contacts avec les membres de HADITU. Je ne sais pas si cette décision est due à des considérations sécuritaires ou à des divergences politiques. Je pense que les deux facteurs jouèrent. Quoi qu’il en soit, l’aide de HADITU fut souvent précieuse dans la rédaction, l’impression et la diffusion des tracts. Les deux mouvements devaient également collaborer lors de la résistance anti-britannique dans la région du canal. Muhyî al-dîn, Fu’âd et Hamrûsh ont indiqué que Nasser livra à cette occasion des armes à l’organisation marxiste81. Enfin, on a des traces d’une collaboration entre les bases des deux mouvements. L’exemple le plus connu, et dont la portée est le plus difficile à mesurer, est celui des époux Siddîq, le mari appartenant au Officiers Libres, la femme et ses frères à HADITU. Mais les exemples fournis par Mme Siddîq pour illustrer concertation et coopération quotidiennes ne permettent pas de penser qu’il y eut une remontée de l’information de la base vers les instances dirigeantes82.

  • 83  Mustafa Tîba, al-haraka al-chuyû’iyya fi Misr:1945-1965, Le Caire, Dâr Sîna li-l- nashr, 1990, p. (...)
  • 84  Et pour être exhaustif, indiquons qu’une autre organisation marxiste, l’Avant-garde Ouvrière, envi (...)

49Indiquons en conclusion que Mustafa Tîba, un des cadres dirigeants du Parti Communiste égyptien, formation marxiste concurrente de HADITU, a affirmé dans ses mémoires83 avoir été en relation avec un officier, qui se présenta comme étant un des cadres dirigeants du mouvement des Officiers Libres, et qui n’était autre que Nasser. Ils discutaient de l’évolution de la situation politique, et Tîba aida quelquefois Nasser dans la rédaction des tracts, dont certains furent publiés par le journal du parti84 .

Les tracts des officiers libres

  • 85 Entretien Khâlid Muhyî al-dîn avec l’auteur. Entretien Ibrâhîm Baghdâdî in Mahmûd Fawzî, Ibrâhîm Ba (...)
  • 86  Muhyî al-dîn, Khâlid, op.cit., p. 93 et sq.
  • 87  Il ne faut pas déduire de ce qui précède que Nasser interdisait TOUTE revendication de nature à ir (...)

50Nasser et Khâlid Muhyî al-dîn supervisaient la rédaction des tracts. Pour Nasser, l’objectif prioritaire était le rassemblement du plus grand nombre d’officiers, comme l’ont affirmé, entre autres, Khâlid Muhyî al-dîn et Ibrâhîm Baghdâdî85. Khâlid Muhyî al-dîn, bien sûr, avait le même objectif, mais il semble qu’il ait également cherché à utiliser les tracts pour obliger le mouvement à définir un programme, et pour que celui-ci soit connoté politiquement à gauche. Il indique86 qu’en septembre 1951 il rédigea un programme qu’il soumit à l’approbation du comité directeur avant sa publication. L’accueil fut froid. Le plus réticent était Nasser : il ne se contenta pas de contester l’utilité de la publication d’un programme (celui-ci attirerait l’attention des autorités et serait un facteur de division au sein du mouvement) mais refusa également son contenu, formulant les revendications nationalistes en termes marxistes, assimilant occupation militaire et exploitation économique étrangères, attaquant tous les colonialismes et intérêts anglais, français, belges et... américains. De telles prises de position, expliqua-t-il, ne pouvaient qu’inciter les Britanniques et les Américains à intervenir militairement contre une prise de pouvoir par le mouvement. Il protesta contre l’utilisation du terme «colonialisme américain» : « Ce terme n’est utilisé que par les communistes»87. Nasser proposa une solution de compromis. Il autorisait Khâlid à montrer le document aux membres du mouvement, mais non à le publier. Khâlid accepta. L’essentiel était préservé : ce ne serait pas un document «officiel» émanant du mouvement, mais le fruit des cogitations d’un officier dont nul n’ignorait les orientations marxisantes.

  • 88  Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 121. Il y voit un signe de l’influence de Jamâl Salem sur le comi (...)

51Le problème devait à nouveau se poser quand, après l’incendie du Caire, la ronéo du mouvement fut déposée chez HADITU. Quelques tracts allaient utiliser une terminologie gauchiste, parlant notamment de colonialisme anglo-américain. Mais Nasser et Jamâl Salem allaient sévèrement critiquer cette orientation. Khâlid dût renoncer à sa lexicologie88.

Vers le coup d’État

52Sauf erreur, les Officiers Libres ne sondèrent pas après l’incendie du Caire les communistes. Alors que Nasser chercha, dès février, à conclure un accord avec les Frères Musulmans régissant leur collaboration lors de la préparation du coup d’État et après l’éventuel succès de ce dernier, il ne fit pas cela avec les communistes. Par contre, une semaine avant le jour fatidique, il décida de les informer.

  • 89  Siddîq, op.cit., p. 94. Il indique que cette rencontre a lieu une semaine environ avant le coup d’ (...)

53Nasser vit, probablement le 18 mais peut-être le 19, Ahmad Fu’âd en fin d’après midi, en compagnie de ‘Amir et de Yûsuf Siddîq (selon Siddîq, les deux communistes ne se connaissaient pas89). Mais apparemment, il ne l’informa pas de sa décision.

  • 90  Wâkid, interview accordée au journal al-Ahâlî, le 17-07-1996

54Le 19 juillet, Nasser charge Lutfî Wâkid90 de se rendre à Alexandrie :

  • 91  Il ne s’agit pas des seuls « officiers libres », mais des officiers en général.
  • 92  Témoignage Ahmad Lutfî Wâkid in Hamrûsh, shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 72.

« J’avais à prendre le pouls des officiers91d’Alexandrie et à tenter de déterminer comment ils réagiraient en cas d’une action des Officiers Libres. J’en rencontrai plusieurs, et en dernier un officier gauchiste (NDA : Ahmad Hamrûsh. Dans une autre interview92, Wâkid a affirmé qu’il avait averti Hamrûsh de l’imminence d’un coup, mais sans donner de détails sur la réaction de ce dernier), qui me demanda de prévenir Nasser que les Officiers Libres étaient identifiés, exposés, et qu’ils seraient immédiatement arrêtés s’ils tentaient quelque chose. Je passai ma nuit à tenter de le convaincre» (en vain).

55Il rend compte à Nasser de l’attitude de Hamrûsh. Nasser lui reproche alors d’être entré en contact avec ce dernier :

« Qui t’a chargé d’entrer en contact avec lui ? Il a demandé à deux reprises à me rencontrer, j’ai refusé à deux reprises, et j’ai dit : les officiers communistes, je ne les rencontre pas. Ils savent qui est l’agent de liaison, et que tout contact doit avoir lieu par l’intermédiaire de cet agent. Mais que n’importe quel officier communiste puisse venir ? Non ! ».

56La sécheresse du ton de Nasser et la teneur de ses propos laissent supposer qu’une détérioration des relations entre le mouvement et au moins quelques membres de HADITU est intervenue, pour des raisons inconnues.

  • 93  Siddîq, op.cit., p. 97. Il affirme ne pas être absolument certain que cette visite ait eu lieu le (...)
  • 94 Témoignage ‘Izz al-‘Arab et Ahmad Hamrûsh in Hamrûsh, shuhûd ...., op.cit., p. 38 et p. 245. Nasser (...)
  • 95  Au cours d’un dîner en décembre 1997, j’ai demandé à un éminent journaliste marxiste, le regretté (...)
  • 96  Je n’ai posé la question qu’à Khâlid Muhyî al-dîn. Je lui ai demandé pourquoi il n’avait pas avert (...)

57Quoiqu’il en soit, Nasser se rend le 20 après-midi, en compagnie de ‘Amir, chez Yûsuf Mansûr Siddîq93, qui est alité (tuberculeux, il souffre d’une hémorragie pulmonaire), mais qui insiste pour prendre part au coup. Nasser charge son frère ‘Izz al-‘Arab94, qui doit rentrer le lendemain à Alexandrie, de se rendre chez Hamrûsh, et de lui dire de se rendre très rapidement au Caire. Nasser veut en effet prévenir les Officiers Libres d’Alexandrie.... et HADITU. Il convient de noter qu’à l’exception de Hamrûsh, aucun officier marxisant, faisant ou non partie de HADITU, n’alerta la formation marxiste et sa direction de l’imminence d’un coup. Peut-être pour lui éviter les « coûts » d’un éventuel échec et d’une répression, peut-être parce qu’ils savaient que la formation marxiste serait hostile à l’entreprise95, mais plus probablement parce que leur allégeance première était à l’organisation des Officiers Libres96.

Nasser et Hamrûsh, la Révolution et HADITU

  • 97  Je suis avec prudence les versions de Hamrûsh. Mais la question de la « teneur » des instructions (...)
  • 98  Khâlid Muhyî al-dîn, Khâlid, op. cit., p. 137. Mais aussi discussion avec Sa’îd Halîm, mars 1992, (...)
  • 99  Hamrûsh : nasîj…., op. cit., p. 68. Nasser lui affirme que Néguib participe au coup d’État, et que (...)
  • 100  Témoignages Hamrûsh et Ahmad Fu’âd in Hamrûsh, shuhûd ..., op.cit., p. 39 et p. 52-53.
  • 101  Hamrûsh : nasîj…., op. cit., p. 68.
  • 102  Dans son autobiographie publiée en 2003, Hamrûsh indique que lui et Muhyî al-dîn conviennent, si l (...)
  • 103  Ses dires des années 70. Dans son autobiographie, publiée en 2003, il a remanié sa version avec ap (...)
  • 104  Interview Nâfi’ avec l’auteur. Voir aussi, outre les déclarations d’al-A’sar, citées supra, les in (...)
  • 105  Interview ‘Abd al-Ra’ûf Nâfi’, juillet 1992.

58Par ailleurs, le 22 après midi, Nasser, accompagné de quelques officiers, rencontre Hamrûsh, qui vient d’arriver au Caire. Il lui annonce que le coup d’État est prévu pour la soirée, et lui demande d’entrer en contact avec les Officiers Libres d’Alexandrie, commandés par le bikbâchî ‘Abd al-Ra’ûf Nâfi’, pour qu’ils puissent, soit prendre le contrôle de la ville ou de ses garnisons et/ou garantir leur appui au coup d’État, soit au moins éviter un ralliement de ces forces au camp royaliste, tout en évitant un incident avec la Garde Royale97. Ce faisant, Nasser sait qu’il alerte également HADITU, et c’est d’ailleurs certainement le but de la manœuvre98. L’officier marxiste, totalement surpris, pose quelques questions. Mais Nasser, pressé, répond laconiquement99. Hamrûsh quitte ses collègues et se rend immédiatement chez Ahmad Fu’âd100. Ce dernier ne savait rien101. Ensemble, ils rencontrent au centre ville Muhyî al-dîn102, puis Yûsuf Siddîq, puis le « camarade Badr », secrétaire général de HADITU. Hamrûsh rate le dernier train, ne quitte Le Caire que fort tard, et n’arrive à Alexandrie qu’après minuit (selon ses dires103, contestés par tous ses collègues, qui situent son apparition à Alexandrie beaucoup plus tard104), trop tard pour avertir et rassembler les Officiers Libres alexandrins, pour que ceux-ci entreprennent quelque chose105.

  • 106  Principalement, mais pas seulement, ‘Abd al-Ra’ûf Nâfi’ et Sa’îd Halîm, discussions avec l’auteur. (...)
  • 107  A une exception près, ‘Atif Nassâr, qui en parla à Lutfî. Lutfî, thuwwâr…, op.cit., p. 259.
  • 108  Là aussi, à une exception près.
  • 109  Plus plausible en tout cas que l’affirmation de ‘Atif Nassâr, qui dit que HADITU enjoignit à ses r (...)
  • 110  Par exemple : K. Muhyî al-dîn, op.cit., p. 126. D’après le témoignage de l’intéressé, Tawfîq ‘Abdu (...)
  • 111  Siddîq, je le rappelle, affirme avoir quitté HADITU, puis adhéré au mouvement des Officiers Libres (...)

59Nasser, selon plusieurs sources106, ne pardonnera jamais à Hamrûsh son « retard », qu’il jugea délibéré. Certains officiers qui, comme leurs pairs et comme l’auteur de ce texte, ne croient pas en « la » version des faits de Hamrûsh, estiment en privé107 que ce dernier, dont le courage personnel n’a jamais été mis en cause108, reçut probablement des instructions de HADITU lui enjoignant de ne pas prendre part au coup. Les mouvements marxistes avaient rencontré trop de difficultés pour recruter une dizaine ou une vingtaine d’officiers pour risquer ceux-ci sur un « coup de dés ». Ceci semble plausible109, mais il n’existe aucune preuve en ce sens. Et si de telles instructions furent données, elles ne furent pas transmises à ‘Uthmân Fawzî et à al-Marsafî, sans parler des compagnons de route qu’étaient Siddîq ou Khâlid Muhyî al-dîn, soit parce qu’on ne réussit pas à le faire (al-Marsafî était introuvable pendant toute la journée110), soit parce qu’on décida d’avoir deux fers au feu, soit parce que Yûsuf Mansûr Siddîq (qui, on l’a vu, reçut la visite du duo Fu’âd-Hamrûsh le 22 après midi) refusa d’obtempérer111. Quoi qu’il en soit, l’épisode constitué par les deux faits avérés que sont le retard de Hamrûsh et la non-transmission des instructions de Nasser est l’un des plus mystérieux de l’histoire de ce coup d’État.

60La surprise totale des dirigeants de HADITU laisse penser que leur tentative de noyautage du mouvement a échoué : soit Nasser a réussi à identifier la plupart de ces officiers et aura attendu le dernier moment pour les avertir, craignant qu’ils soient fichés et surveillés par la police, soit ceux-ci ont décidé de ne pas prévenir leur « direction », soit enfin ces officiers, qui n’étaient pas nombreux, n’ont pas été prévenus par pur hasard : al-Marsafî, par exemple, était introuvable pendant la journée du 22.

Conclusion

61Muhyî al Dîn et Yûsuf Siddîq jouèrent un rôle essentiel dans les opérations militaires de la nuit du 22 au 23 juillet. Le premier mit en mouvement des troupes blindées. Le second fut le premier à se mettre en mouvement, et réussit, tout à fait par hasard, un magnifique coup de filet, arrêtant le chef d’état-major et un grand nombre d’officiers supérieurs, en réunion au siège du Haut Commandement pour examiner les moyens à mettre en œuvre pour contrer le coup d’État. Siddîq y verra, dans ses mémoires, la récompense de Dieu à son fidèle et zélé serviteur, mais les historiens du mouvement communiste, de leur côté, surestimeront l’importance de l’épisode et surtout y verront « la preuve » que HADITU joua un rôle essentiel dans la réussite du coup d’État, alors que Siddîq n’en faisait plus partie. Plus légitimement, les officiers libres et Nasser ne retinrent que la défection de Hamrûsh et leur interprétation de cette défection par des instructions de HADITU.

62Khâlid faisait déjà partie du « comité fondateur ». A son exception, les membres de ce comité n’avaient pas directement commandé des unités le soir du coup d’État. Nasser, par exemple, était professeur à l’École de Guerre. On élargit donc ce comité, qui devint le « Conseil de Commandement de la Révolution ». Quatre officiers qui avaient joué un rôle essentiel le soir de la Révolution, dont Yûsuf Siddîq, y furent admis.

63Les deux officiers marxistes, Khâlid et Siddîq, s’opposèrent vite à Nasser et à la junte. Pour eux, il était possible de combiner réforme sociale radicale et démocratie parlementaire. Pour les autres, il fallait choisir. Les deux officiers marxistes ne coordonnèrent jamais leurs actions. Ils furent écartés lors des deux premières années du pouvoir.

64HADITU, contre les autres formations communistes, voulait croire en la junte. Certains de ses cadres connaissaient les membres de cette dernière. Pour ce, HADITU tenta de les « pousser à gauche ». Mais la combinaison des priorités du moment (avoir l’appui des États-Unis pour obtenir le départ des troupes britanniques) et de l’analyse du comportement de Hamrûsh le soir du coup d’État entraîna une réaction brutale de la junte. Celle-ci combina « offres alléchantes » à ses amis au sein de HADITU (Fu’âd) et répression des autres.

65Pour les formations communistes, une longue traversée du désert débuta, qui ne s’acheva qu’au milieu des années 60, quand elles acceptèrent de s’autodissoudre, contre une cooptation de certains de ses cadres à des postes clés dans les organes de presse et au ministère de la culture.

66Occasion manquée ? Je ne pense pas. Si le marxisme fut toujours un instrument d’analyse pour Nasser, il n’était pas et ne pouvait être théosophie. Le nationalisme ombrageux de Nasser et l’internationalisme communiste étaient incompatibles. La guerre des classes, pour le raïs, devait être évitée. Nasser ne pouvait être que suspicieux d’une force qu’il percevait, à tort ou à raison, comme obéissant à une superpuissance étrangère. Il avait peu d’affinités électives pour ce qu’il faut bien appeler le fanatisme idéologique et organisationnel des communistes. Ceci ne revient pas à dire que les cadres dirigeants de HADITU n’auraient pas pu mieux jouer, notamment en s’abstenant de tenter une infiltration d’un mouvement avec lequel ils collaboraient, et en comprenant que ce dernier ne pouvait pas aller aussi loin et aussi vite à gauche qu’ils le souhaitaient.

Haut de page

Notes

1  Cf. par exemple le témoignage d’al Baghdâdî in Lutfî, thuwwâr yûlu : al wajh al âkhar, Le Caire, kitâb al Hilâl, 1977, p. 59 et sq.

2  Ce thème est très répandu parmi les activistes et militants de ces générations. L’ancien ministre de Nasser et figure de proue du Parti National, Fathî Radwân, dans un texte de 1965, a éprouvé le besoin de prendre la défense du « dire ». Cf. Fu’âd Dawwâra, achra udabâ’ yatahadathûn, Le Caire, kitâb al-Hilâl, 1965, p. 229-230. Il convient aussi de noter que ce thème n’empêche pas de nombreux acteurs d’être des lecteurs voraces, ou d’éprouver de l’admiration pour les grands orateurs.

3  Cf. par exemple ‘Abd al Latîf al-Baghdâdî, mudhakirrât al Bagdhdâdî, Le Caire, al maktab al misrî al hadîth, 1977, p. 12.

4  Un autre groupe de valeurs prisées est celles exaltant « l’être- ensemble », qui rend possible la confiance absolue, la camaraderie, l’amitié, le partage de valeurs communes (qui n’est pas exclusif de divergences), les longues discussions, qui peuvent être « franches » sans crainte de brouille. L’être-ensemble permet d’échapper aux charmes artificiels du « dire »: on peut juger sur des actes, des comportements, on peut appréhender l’essence.

5  Thème cher à ‘Azîz al-Misrî, et qui sera « mis en application » par de nombreux activistes. Les références sont innombrables. Voir par exemple Khâlid Muhyî al-dîn, wa-l ân atakallam, Le Caire, Al Ahrâm, 1992, p. 37 et sq.

6  Il trouve la mort dans un accident d’avion, au cours de l’été 1942, alors qu’il tentait de rejoindre l’Afrikakorps, muni de photographies des installations britanniques

7  Khâlid Muhyî al-dîn, dans l’entretien qu’il m’a accordé en mars 2003, a affirmé que ‘Izzat « voulait agir pour la patrie » et ne se souciait pas des affiliations de ses collaborateurs. Il a ajouté qu’il (‘Izzat) n’avait pas de préjugés contre les communistes, et a attribué ceci au fait qu’il avait un frère communiste.

8  Après la défaite de la France, beaucoup d’officiers voient dans la conjoncture internationale une opportunité à saisir pour mettre un terme à l’occupation anglaise. Plus conjoncturellement, le renvoi, à la demande des autorités britanniques, du charismatique chef d’état-major ‘Azîz al Misrî, suspecté à juste titre de germanophilie, pousse au minimum deux groupes distincts à fonder chacun une organisation.

9  Cf. le témoignage de ‘Abd al-Mughnî Sa’îd, asrâr al siyâsa al misriyya fi rub’ qarn, Le Caire, kitâb al huriyya, 1985, p. 63. Témoignage al-Baghdâdî et Wajîh Abâza in Ahmad Hamrûsh, shuhûd thawra yûlyu , Le Caire, 2e édition, 1984, p. 217 et p. 411.

10  Cf. témoignage al-Baghdâdî in Hamrûsh : shuhûd thawrat yûlyu, p. 217, et ‘Abd Allâh Imâm, Wajîh Abâza: safhât min al nidâl al watanî, Le Caire,al ‘arabiyya li-l nashr, 1995, p. 111-112.

11  Témoignage al-Baghdâdî in Hamrûsh, op. cit., p. 217.

12  Toutes les personnes les ayant connues à l’époque sont formelles sur ce point.

13  C’est le diagnostic de Zakariyya Muhyî al-dîn (entretien avec l’auteur) et je pense qu’il est exact. Tous les écrits des officiers libres, à quelques exceptions près, révèlent une weltanschauung proche de celles des adhérents du Parti National : mêmes thèmes, même termes... (tempérés par un pragmatisme et par un humanisme). Beaucoup d’entre eux militèrent avant le baccalauréat, dans les rangs du parti protofasciste « misr al fatât » : Nasser, al-Sâdât, Wajîh Abâza, Hasan Ibrâhîm, Khâlid Muhyî al-dîn, Hamrûsh, Ahmad Lutfî Wâkid, Hamza al-Basiûnî, etc. Quand le journal du nouveau régime « al tahrîr » demande à Khâlid Muhyî al-dîn quel est son « héros » historique égyptien, il répond Mustafa Kâmil. Cf. interview Kh. Muhyî al dîn in al Tahrîr, le 17-11-1953. Réponse curieuse et intéressante, en ce qu’elle émane d’un marxiste…

14  Misr al-Fatât refuse explicitement le label de « parti ». Cf. Didier Monciaud, « Le projet de la Piastre et Jeune Égypte : Entre réforme et conscience économique nationaliste », in Alain Roussillon (éd.), Entre réforme sociale et mouvement national : Identité et modernisation en Égypte, Le Caire, CEDEJ, 1995, p. 113-125. Il en va de même pour les Frères Musulmans, et le Wafd n’aime guère le terme.

15  Interviews avec Officiers Libres.

16 al-Baghdâdî, par exemple, fréquentait les cercles intellectuels marxistes, notamment le cercle « culture et loisirs », qui était une des façades de l’organisation de Marcel Israël. Cf. le témoignage de ce dernier in collectif, min târîkh al-haraka al-chuyû’iyya fi Misr, chihâdât wa ru’a, t. 1, Le Caire, markaz al-buhûth al-‘arabiyya, 2000, p. 27. Il indique qu’on y discutait surtout de littérature, art et musique.

17 Le programme lancé par le centre d’études arabes en a recensé 29. Cf. collectif min târîkh..., t. 1, op.cit., p. 227-231. Il faut préciser que les 29 ne furent pas en activité en même temps, que certains « partis » sont nés de la scission d’un mouvement existant, ou au contraire de la fusion de plusieurs formations.

18 Selma Botman, The rise of egyptian communism : 1939-1970, New York, Syracuse University Press, 1988, p. 33 et sq. Joel Beinin, Was the red flag flying there ? Marxist politics and the Arab-Israeli conflict in Egypt and Israël, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1990, p. 56-57.

19  Voir les chiffres donnés par Beinin, op.cit., p. 57, ou par Botman, op.cit., p. 69 : en 1947, HADITU (DMNL) compte 1700 membres. Ou par Rif’at al-Sa’îd, munazamât al-yasâr al-misrî: 1950-1957, Le Caire,dâr al-thaqâfa al-jadîda, 1983, p. 34 (1500 membres en 1950, 5000 en 1952), ou enfin par Walter Laqueur, Communism and nationalism in Egypt, Londres, 1961, p. 46-47.

20  Cf. l’introduction de Botman, ou l’entretien qu’a accordé Khâlid Muhyî al-dîn à l’auteur de cet article.

21  Botman, op.cit., p. 45.

22  Hamrûsh, qissat thawra 23 yûlyu (1), Le Caire, dâr al-mawqif al-‘arabî, p. 112 et sq., a un long développement sur la présence marxiste au sein de l’armée égyptienne. Il aborde aussi la question dans ses mémoires. Ahmad Hamrûsh, nasîj al ‘umr, Le Caire, GEBO, 2003, p. 32-37, p. 46 et sq. Dans shuhûd thawra yûlyu, op.cit., plusieurs militants marxistes, tant militaires ou civils, sont interviewés. Aucun texte, aucun témoin ne mentionne un recrutement des frères Salem, malgré la propension de Hamrûsh à « gonfler » les effectifs.

23  Khâlid Muhyî al-dîn a évoqué avec malice la « rencontre » de Salâh Salem avec le marxisme, au cours des années cinquante (et non pour la période qui nous concerne) : « Après l’échec de ses efforts au Soudan (...), il lut un livre de Lénine sur la question nationale et sur l’importance du droit à l’autodétermination. Ce livre le marqua fortement, à un tel point qu’à mon retour d’exil, à un moment où il était en disgrâce (...), il me surprit en affirmant: « Khâlid, je commence à être convaincu par tes dires et je suis devenu quasi-communiste ». Étonné, je l’interrogeai : Pourquoi ? Il me relata l’affaire du Soudan et le livre de Lénine (...), et déclara que Lénine avait raison en insistant sur l’importance du respect au droit à l’autodétermination. En fait, sa relation avec le marxisme s’arrêta à la lecture de ce seul et unique livre ».

24  Gilles Perrault,un Homme à part, Paris, Balland, 1984, op.cit., p. 58, et p. 182 et sq.

25 K. Muhyî al-dîn, op.cit., p. 39, et entretien avec l’auteur.

26  Botman, op.cit., p. 45. Témoignage Fu’âd Habachî in Hamrûsh shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 270 et sq., et son témoignage devant Gilles Perrault, op.cit., p. 129 et sq., et celui de Sayyid Sulaymân Rifâ’î, dit le « camarade Badr », ibid., p. 132 et sq.

27  al-Sa’îd, Rif’at , op.cit., p. 87.

28  Botman, op.cit., p. 77. Témoignage Hamrûsh in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 36 et sq.

29  Dans son témoignage in shuhûd…, il affirme que son père possédait quarante feddans. Ceci expliquerait pourquoi la famille n’a jamais été dans la gêne. Dans son autobiographie, par contre, il ne donne pas la superficie des terres possédées, mais affirme que son père, qui était président de tribunal char’i, les avait achetées avec ses économies. Cf. Hamrûsh, nasîj…,op. cit., p. 11.

30  La mère de Hamrûsh fera construire une mosquée, une école et un kuttâb au village. Cf. Hamrûsh, nasîj…., op.cit., p. 11.

31  Témoignages Hamrûsh in Hamrûsh: shuhûd thawra..., op.cit., p. 36 et sq. et surtout Hamrûsh : nasîj…., op. cit., p. 33 et sq.

32  Hamrûsh : nasîj..., op. cit., p. 36 et p. 46 (pour la durée de la formation précédant le passage à l’action)

33  Perrault, op.cit., p. 187. Hamrûsh affirme avoir été, à l’époque, induit en erreur sur l’importance des effectifs et n’avoir découvert la vérité qu’au moment de la fusion de Citadelle et d’Eskra. Il ajoute aussi que Citadelle était à l’époque une des seules formations communistes à ne compter que des Égyptiens dans sa composition (comprendre : sans présence de juifs détenteurs de passeports étrangers). Il indique enfin que Citadelle et Eskra avaient en commun de privilégier l’enseignement de la doctrine (al-tathqîf) à l’action populaire (al-‘amal al-jamâhîrî). Cf. Hamrûsh : nasîj…,op.cit., p. 46 et sq.

34  Botman, op.cit., p. 69.

35  Témoignages Ahmad Fu’âd et Shawqî Fahmî Husayn in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 51, et p. 179-180.

36  Hamrûsh: qissat thawra 23 yûlyu, op.cit., p. 115.

37  Hamrûsh : nasîj…., op. cit., p. 54.

38  al-Sa’îd, op.cit., p. 92. En fait, il cite l’interview.... de Hamrûsh à Selma Botman, dont il semble avoir obtenu un procès-verbal ! p. 88, al-Sa’îd affirme que le « nombre d’officiers membres de HADITU n’est pas très inférieur à celui des membres du mouvement des Officiers Libres ». C’est une erreur ahurissante. Il faut, pour oser soutenir cela : 1) ne retenir que l’estimation minimale du nombre d’officiers libres ayant pris part aux opérations militaires lors du coup d’État du 23 juillet, et non le nombre de ceux qui faisaient partie du mouvement, 2) compter pour HADITU les sous-officiers et salariés civils.

39  Il ne s’agit pas seulement d’une impression. On sait qu’on ne peut accepter le chiffre de 50-70 officiers, ne serait-ce que parce que Hamrûsh a admis que le nombre d’officiers affiliés à HADITU était très inférieur à celui de leurs collègues ayant rejoint les « Frères » (ceux-ci sont environ 75). On voit aussi que la formulation de Hamrûsh, dans son autobiographie, est très ambiguë : dire que quelqu’un fait partie de la « section de l’armée » n’en fait pas un officier. Par ailleurs, je l’ai dit, il est clair qu’al-Sa’îd entretient sciemment la confusion entre officiers, sous-officiers et mécaniciens. D’autre part, même cinquante ans après, on n’a pas vingt-cinq noms d’officiers affiliés à HADITU. Hamrûsh, de surcroît, comptabilise Khâlid Muhyî al-dîn et Yûsuf Mansûr Siddîq, et considère qu’ils étaient membres du mouvement en 1952. Or, les intéressés affirment avoir quitté cette formation, l’un en 1948, l’autre en 1950-51 (voir infra).

40  Témoignage Yûsuf Mansûr Siddîq in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 473-474. Cf. aussi ses mémoires et celles de son épouse. Yûsuf Siddîq, awrâq Yûsûf Siddîq, Le Caire, GEBO, 1998, p. 77 et sq. ‘Aliyya Tawfîq, Yûsuf Siddîq, Gamâl ‘Abd al-Nâsir wa anâ, Le Caire, Al-Ahrâm, 2000, p. 32 et sq. Siddîq ne sera jamais un militant « discipliné » et quittera les formations communistes en 1950-51, pour de nombreuses divergences (voir aussi infra). Il demeurera un compagnon de route, étroitement en contact avec certains militants, et sera un de leurs avocats au sein du CCR. Par contre, il ne les avertira pas de l’imminence d’un coup d’État. Il ressort de la comparaison de son témoignage et de ceux des autres militants marxistes, qu’il pensait que seul un coup d’État pourrait faire changer les choses en Égypte et que, ce faisant, il n’adhérait pas à la ligne officielle de HADITU. Mon diagnostic rejoint celui d’al-Sa’îd, op.cit., p. 90-91. Mais al-Sa’îd se garde bien d’examiner les éventuelles conséquences de cette « différence ».

41  Témoignage Ahmad Lutfî Wâkid in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 69-70.

42  Muhyî al-dîn, Khâlid, op.cit., p. 47, p. 51 et sq.

43  ibid.

44  ibid.

45  ibid., p. 66.

46 Cf. son témoignage in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 237 et sq.

47  Le nom de Jamâl ‘Allâm est mentionné par Ahmad Qadrî dans son témoignage in Hamrûsh, op.cit., p. 57 et sq., par Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 68, et p. 124, et par Rif’at al-Sa’îd, op.cit., p. 87. Il ressort de la relation de Qadrî que ’Allâm était déjà membre de HADITU en 1950. Rif’at al-Sa’îd laisse entendre qu’il est un des premiers officiers recrutés par HADITU.

48  Voir les témoignages d’al-Marsafî, de Qadrî et de Munîr Muwâfî in Hamrûsh, op.cit.

49  Hamrûsh : nasîj..., op. cit., p. 55.

50  Husayn Hammûda, safhât min târîkh Misr : asrâr harakat al dubbât al ahrâr wa-l ikhwân al muslimûn, Le Caire, al zahrâ’ li-l i’lâm al ‘arabî, 1985, p. 157. D’une part, Hammûda est relativement fiable, de l’autre, il est curieux que le nom d’al-Hinnâwî ne soit pas, sauf erreur de ma part, mentionné par les autres sources. Comment al-Hinnâwî fut éventuellement recruté n’est pas clair, mais il semble que ce soit par l’intermédiaire de Mahmûd al-Quwaysnî, qui était un proche de son ami Salâh Nasr.

51  Hamrûsh: qissat thawra 23 yûlyu, tome 1, op.cit., p. 115 et sq.

52 ibid.

53  Siddîq :awrâq..., op.cit., p. 77.

54  ibid.

55 Siddîq: awrâq..., op.cit., p. 78.

56  ibid., p. 81 et sq.

57  ibid.

58  Témoignage Fu’âd Habachî in Hamrûsh: shuhûd thawra..., op.cit., p. 270 et sq., et son témoignage devant Gilles Perrault, op.cit., p. 129 et sq. Cf. également Rif’at al-Sa’îd, op.cit., p. 87.

59  Hamrûsh: qissat thawra..., tome 1, p. 115 et sq., pour la « prudence » et la « discrétion ». Rappelons que HADITU affirmait préparer une révolution populaire, et non un coup d’État, manière de dire qu’on n’exposait pas les officiers.

60  Sa’îd Halîm, Interview. Husayn Hammûda, op.cit., p. 105, citant des «confidences» de Siddîq et p. 155. Salâh Nasr, mudhakirrât Salâh Nasr thawra 23 yûlyu bayna al-masîr wa al-massîr (t1), dâr al-itihâd, 1986, p. 86. Sans compter Ahmad Abû al-Fath, L’affaire Nasser, Paris, Plon, 1962, p. 205.

61  Muhyî al-dîn, Khâlid, op.cit., p. 66, p. 85, p. 99 ; Hamrûsh: qissat thawra..., tome 2, op.cit., p. 116. Lacouture affirme avoir posé la question à plusieurs militants du MDLN (HADITU), et n’avoir recueilli que des réponses négatives. Cf. Jean Lacouture, Nasser, Paris 1971, p. 68.

62 Et je le crois, d’abord parce qu’il est un témoin crédible, et ensuite parce qu’il n’avertit pas HADITU de l’imminence d’un coup d’État. Cf. infra.

63  K. Muhyî al-dîn, op.cit., p. 204. Notons que Salâh Nasr, op.cit., p. 117, et Siddîq, in Hamrûsh: shuhûd ..., op.cit., p. 481, affirment aussi que Muhyî al-dîn fit partie de HADITU. Nasr et Siddîq ne sont pas des témoins directs : Siddîq admet n’avoir jamais rencontré l’intéressé avant le coup d’État.

64  Lacouture, op.cit., p. 320 : « Protégé, estimé, mais mineur ».

65  Interview Zakariyya Muhyî al-dîn avec l’auteur. Pour lui les préférés étaient, dans l’ordre, ‘Amir, Khâlid Muhyî al-dîn et al-Sâdât. Khâlid Muhyî al-dîn a lui aussi affirmé avoir été très proche de Nasser. Cf. entretien avec l’auteur.

66  Interviews avec plusieurs Officiers Libres.

67 Siddîq, op.cit., p. 86.

68  Nasr, Salâh, op.cit., p. 117.

69  Joel Gordon, Nasser’s blessed movement: Egypt’s free officers and the july revolution, Le Caire, AUC Press, 1996, p. 3.

70  Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 67.

71  Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 66 et sq.

72  On le voit, je m’efforce de reconstruire ce que furent les perceptions et le diagnostic de Nasser, à partir de mes discussions avec des Officiers Libres. Ces perceptions et ce diagnostic me semblent bien décrire le réel et le « jeu » mené par le futur raïs et les communistes. Il n’est pas inutile de mentionner la reconstruction par Hamrûsh de son diagnostic à lui, qui trahit inconsciemment le dogmatisme, les présupposés, les objectifs et les complexes de supériorité de certains communistes, qui aiment distribuer les labels aux créatures non marxistes. Il écrit : « Depuis ce jour (de la rencontre avec Nasser), je pensai que la section de l’armée de HADITU n’était plus uniquement composée des seuls officiers et sous-officiers lui étant affiliés. Cette section de l’armée de HADITU était désormais un front patriotique d’officiers, dirigé par un militaire (Nasser) qui avait toutes les qualités d’un grand chef, plus une vision intellectuelle mûre des choses (une pensée mûre, ru’ya fikriyya nâdija) et un patriotisme très ferme ». Cf. Hamrûsh : nasîj…, op. cit., p. 59. On admirera la réappropriation par les cadres de HADITU de l’effort de Nasser, tellement inconsciente qu’elle n’éprouve pas le besoin de se dissimuler : c’est HADITU, et non les officiers libres, qui est (devenu) un mouvement supra partisan. Hamrûsh est tellement certain de la supériorité intellectuelle des communistes, uniques détenteurs de la vérité, qu’il ne parvient tout simplement pas à imaginer qu’ils ne commandent pas et que la réunification des efforts des activistes ne s’est pas effectuée à leur bénéfice. Quand on construit une opposition « détenteurs de la vérité-ignorants », il s’ensuit généralement que ce sont les premiers qui commandent, bien sûr pour le bien préalablement défini de tous. Nasser devra en permanence rappeler à ses interlocuteurs marxistes la « vérité effective » et le rapport de forces réel, et il ne le fera pas toujours avec tact et douceur.

73  Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 68.

74  Hamrûsh, shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 38.

75  Cf. son témoignage in Hamrûsh, Ahmad: shuhûd..., op.cit, p. 52. D’ailleurs, Muhyî al-dîn se contredit lui-même, puisque plus loin, il affirme que Nasser lui demanda (après la prise du pouvoir) s’il connaissait l’identité des cavaliers marxistes ayant rejoint le mouvement, et qu’il refusa de lui donner les noms des intéressés. Nasser prit fort mal la chose, et lui demanda si ses allégeances allaient à la Révolution ou aux «autres». Cf. K. Muhyî al-dîn, op.cit., p. 98. Interviewé par Selma Botman, il a affirmé que Nasser ignorait l’identité des officiers marxistes. Cf. Selma Botman, op.cit., p. 121.

76  Muhyî al-dîn donne la liste suivante : al-Manâstirlî, Mahmûd al-Quwaysnî, Salâh al-Sahartî, Amâl al- Marsafî, Ahmad Qadrî, Jamâl ‘Allâm et ‘Uthmân Fawzî. Interviewé par Hamrûsh, in: shuhûd...., op.cit., p. 57, Qadrî, dans le même livre, ajoute les noms de Rashâd ‘Awwâd et de Yûsuf al-‘Ashîrî. Seuls al-Marsafî, ‘Allâm et ‘Uthmân Fawzî apparaissent dans les deux listes d’officiers libres, l’officielle et celle d’al-Baghdâdî et de Salâh Nasr. Quatre noms supplémentaires sont mentionnés dans la liste officielle : ‘Awwâd, al-Manâstirlî, Qadrî et al-Sahartî. Les deux listes ont leur mérites et défauts respectifs mais je suis enclin à suivre celle d’al-Baghdâdî sur ce point. al-Quwaysnî, fils d’uléma, était un pharmacien militaire. (Cf. Salâh Nasr, op.cit., p. 68) et non un militaire professionnel. ‘Allâm est un ingénieur militaire. Qadrî affirme que ni lui, ni al-Sahartî, ni ‘Awwâd ni al‘Ashirî (et probablement pas al-Manâstirlî) ne furent avertis du coup d’État, le commandement (du mouvement. Comprendre: Khâlid Muhyî al-dîn, puisque Nasser ignorait leur identité) ayant préféré ne pas mobiliser les éléments risquant d’être l’objet d’une surveillance de la police. Cette explication est possible, mais Hamrûsh et al-Marsafî, eux aussi surveillés par la police (Hamrûsh s’en plaignit quelques jours avant le coup d’État à Lutfî Wâkid, cf. infra), furent avertis par le mouvement. Cette non-participation, leur isolement (ils étaient «assignés» aux tracts: «notre responsabilité essentielle était le traitement des tracts et leur distribution», affirme Qadrî), et le fait que leur identité n’était pas connue des non-marxistes, expliquent pourquoi ils n’apparaissent pas dans la liste d’al-Baghdâdî. Il me semble difficile de les considérer comme ayant appartenu au mouvement, puisque Nasser ne les connaissait pas et qu’ils «obéissaient» à HADITU. Leur adhésion « à titre individuel » semble, dans leur cas, avoir été une concession de pure forme. Par contre, al-Marsafî fut recruté par les Officiers Libres avant de l’être par HADITU et participa au coup d’État.

77  Témoignage Ahmad Fu’âd in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 52.

78  Témoignage Amâl al-Marsafî in Hamrûsh: shuhûd...., op.cit., p. 81-82.

79  Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 90 et sq.

80  Cf. l’interview de Lutfî Wâkid in al-Ahâlî, numéro 774, le 17-07-1996.

81  Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 104-5; Hamrûsh: qissat thawra...., t 1, p. 154, témoignage Ahmad Fu’âd in Hamrûsh: shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 52.

82  ‘Aliyya Tawfîq, op.cit., p. 55 et sq. Voir aussi Muhammad Tawfîq al-Azharî, bikbâchî Yûsuf Siddîq, munquidh thawra yûlyu:ankarahu al-zayf wa ansafahu al-cha’b, Le Caire, Madbûlî, 2000, p. 44 .

83  Mustafa Tîba, al-haraka al-chuyû’iyya fi Misr:1945-1965, Le Caire, Dâr Sîna li-l- nashr, 1990, p. 62, 67 et 69, cité in A. Zakariyya al-Shiliq, al-ahzâb wa thawra 23 yûlyu,1952-1954, in Ra’ûf ’Abbâs (éd.), al- ahzâb al-misriyya 1922-1953, Le Caire, Centre d’études politiques et stratégiques d’Al Ahrâm, 1995, p. 337.

84  Et pour être exhaustif, indiquons qu’une autre organisation marxiste, l’Avant-garde Ouvrière, envisagea de recruter Yûsuf Siddîq après l’incendie du Caire le 26 janvier 1952, mais «aucune décision ne fut prise». Cf. Abû Sayf Yûsuf, wathâ’iq wa mawâqif min târîkh al yasâr al misrî : 1941-57, Le Caire, al amal li-l tibâ’a wa-l nashr, 2000, p. 271.

85 Entretien Khâlid Muhyî al-dîn avec l’auteur. Entretien Ibrâhîm Baghdâdî in Mahmûd Fawzî, Ibrâhîm Baghdâdî : kayfa qatalta al malik Fârûq..., Le Caire, Hatier, 1992, p. 55.

86  Muhyî al-dîn, Khâlid, op.cit., p. 93 et sq.

87  Il ne faut pas déduire de ce qui précède que Nasser interdisait TOUTE revendication de nature à irriter les autorités américaines (il y a des exemples contraires). Mais il veillait à ne pas gauchiser le mouvement.

88  Khâlid Muhyî al-dîn, op.cit., p. 121. Il y voit un signe de l’influence de Jamâl Salem sur le comité.

89  Siddîq, op.cit., p. 94. Il indique que cette rencontre a lieu une semaine environ avant le coup d’État, et qu’à son terme, Nasser et ‘Amir le quittent et lui disent qu’ils doivent aller voir les Frères.

90  Wâkid, interview accordée au journal al-Ahâlî, le 17-07-1996

91  Il ne s’agit pas des seuls « officiers libres », mais des officiers en général.

92  Témoignage Ahmad Lutfî Wâkid in Hamrûsh, shuhûd thawra yûlyu, op.cit., p. 72.

93  Siddîq, op.cit., p. 97. Il affirme ne pas être absolument certain que cette visite ait eu lieu le 20, mais il n’y a pas d’autre date possible, puisque coup est prévu pour la nuit du 21 au 22.

94 Témoignage ‘Izz al-‘Arab et Ahmad Hamrûsh in Hamrûsh, shuhûd ...., op.cit., p. 38 et p. 245. Nasser interdit à son frère de noter par écrit l’adresse de Hamrûsh.

95  Au cours d’un dîner en décembre 1997, j’ai demandé à un éminent journaliste marxiste, le regretté Muhammad Sid Ahmad, comment il expliquait le comportement de ces officiers. Il affirma que, selon lui, HADITU comptait de nombreux « qabadâyât » (caïds) qui estimaient que la discipline de parti était bonne « pour le militant lambda », et que Siddîq (entre autres) faisait partie de cette catégorie (les caïds).

96  Je n’ai posé la question qu’à Khâlid Muhyî al-dîn. Je lui ai demandé pourquoi il n’avait pas averti HADITU de l’imminence d’un coup. Elle l’a fortement surpris. « Parce que je n’avais pas à le faire », a-t-il répondu, très étonné. J’ai insisté, lui demandant pourquoi il n’avait pas pris d’initiative en ce sens. « Initiative ? Dans une organisation clandestine se proposant de renverser le régime, on ne prend pas d’initiative consistant à divulguer des secrets. On ne m’avait pas chargé d’avertir qui que ce soit, je n’ai averti personne. On ne prend pas de risques avec les vies de camarades en jeu ». Ainsi, l’allégeance de Khâlid allait d’abord et avant tout à l’organisation des officiers libres.

97  Je suis avec prudence les versions de Hamrûsh. Mais la question de la « teneur » des instructions de Nasser reste posée puisque, manifestement et quoi qu’il ait dit, Hamrûsh ne les transmit pas, puisque aussi il est le seul témoin s’étant exprimé sur le sujet et qu’il a intérêt a soutenir qu’il ne fut pas demandé grand-chose aux officiers libres d’Alexandrie. Sur les différentes versions relatives à ces instructions ayant circulé pendant les années cinquante, voir Lutfî : thuwwâr…, op. cit., pp13-14.

98  Khâlid Muhyî al-dîn, Khâlid, op. cit., p. 137. Mais aussi discussion avec Sa’îd Halîm, mars 1992, et interview ‘Abd al-Ra’ûf Nâfi’, juillet 92.

99  Hamrûsh : nasîj…., op. cit., p. 68. Nasser lui affirme que Néguib participe au coup d’État, et que les officiers comptent présenter une liste de revendications au Roi. Hamrûsh s’interroge : « Et s’il refuse ? ». Nasser répond : « Nous verrons à ce moment ».

100  Témoignages Hamrûsh et Ahmad Fu’âd in Hamrûsh, shuhûd ..., op.cit., p. 39 et p. 52-53.

101  Hamrûsh : nasîj…., op. cit., p. 68.

102  Dans son autobiographie publiée en 2003, Hamrûsh indique que lui et Muhyî al-dîn conviennent, si la tentative de coup d’État échoue, de se cacher au domicile d’Ahmad Fu’âd, à Tanta (delta). Cf. Hamrûsh : nasîj…., op. cit., p. 68. Mais je crois que les deux officiers se sont surtout concertés sur l’opportunité de la participation à ce coup d’État. Hamrûsh laisse clairement entendre qu’il n’était pas très enthousiaste.

103  Ses dires des années 70. Dans son autobiographie, publiée en 2003, il a remanié sa version avec aplomb. Cf. Hamrûsh : nasîj…, op. cit., p. 68 et sq. Il affirme qu’il ne rencontra pas Badr et laisse entendre qu’il prit le train et rentra à Alexandrie. Selon lui, il y était à 22 heures et il transmit les instructions de Nasser à des officiers libres, dont il cite les noms – et n’y figurent ni Nâfi’ ni Nassâr, les deux chefs de file du mouvement à Alexandrie. Y figure par contre al-A’sar, qui est l’ami de l’officier marxiste. Je n’ai pas rencontré ce dernier, mais un journaliste nassérien réputé (Muhammad ‘Awda) m’a affirmé qu’il (al-A’sar) répétait à qui voulait bien l’entendre qu’il n’avait pas vu Hamrûsh cette nuit et qu’il lui en voulait beaucoup : l’absence de rôle effectif ce soir-là affaiblissait ses prétentions à des fonctions au sein des hautes sphères de l’État nassérien. Par ailleurs, al-A’sar a explicitement dit à Hamdî Lutfî que « Hamrûsh n’avait jamais transmis les instructions de Nasser ». Il a ajouté que l’officier communiste ne lui avait « jamais donné d’explication plausible » des évènements de cette nuit. Cf. Lutfî, thuwwâr…, op. cit., p. 279. Personne n’a jamais confirmé la dernière version de Hamrûsh et celle-ci contredit celle (déjà peu plausible) qui était la sienne à la fin des années 70. Je crois qu’on peut rejeter sans hésitation les explications de l’officier marxiste.

104  Interview Nâfi’ avec l’auteur. Voir aussi, outre les déclarations d’al-A’sar, citées supra, les interviews de Nâfi’, ‘Âtif Nassâr, Ibrâhîm Baghdâdî in Lutfî, thuwwâr…, op.cit., p. 239 (Nassâr, qui affirme que Hamrûsh n’apparaît que le 25), p. 286 (Nâfi’, qui voit Hamrûsh le 23 à midi, et qui affirme que ce dernier ne lui transmit aucun message ce jour là !), p. 289 (Ibrâhîm Baghdâdî ne voit Hamrûsh que le 24 au matin).

105  Interview ‘Abd al-Ra’ûf Nâfi’, juillet 1992.

106  Principalement, mais pas seulement, ‘Abd al-Ra’ûf Nâfi’ et Sa’îd Halîm, discussions avec l’auteur. Je dispose de plusieurs anecdotes, en provenance d’autres sources, allant dans le même sens. Voir aussi interview ‘Atif Nassâr, in Lutfî, thuwwâr…, op.cit., p. 259. Selon lui, la disgrâce de Hamrûsh ne prend fin qu’en 1962, et s’explique par la politique de rapprochement avec le bloc de l’Est. Je sais par mes propres sources que, même si Hamrûsh voit sa situation s’améliorer, Nasser continue à ce moment de se méfier de lui et le fait savoir, donnant des instructions aux rédacteurs en chef des organes de presse auxquels collabore l’officier marxiste de surveiller ce dernier de près et de censurer ses articles sans hésiter.

107  A une exception près, ‘Atif Nassâr, qui en parla à Lutfî. Lutfî, thuwwâr…, op.cit., p. 259.

108  Là aussi, à une exception près.

109  Plus plausible en tout cas que l’affirmation de ‘Atif Nassâr, qui dit que HADITU enjoignit à ses recrues officiers de « saboter le mouvement ». Lutfî, thuwwâr…, op.cit., p. 259. Nassâr ne source pas cette « information ».

110  Par exemple : K. Muhyî al-dîn, op.cit., p. 126. D’après le témoignage de l’intéressé, Tawfîq ‘Abduh Ismâ’îl et Ahmad Hammûda réussirent à entrer en contact avec lui le 21, ou au moins à lui laisser un message lui demandant d’être présent le 22 au soir, sans apparemment lui expliquer pourquoi. Cf. le témoignage d’Amâl al-Marsafî in Hamrûsh, shuhûd..., op.cit., p. 82.

111  Siddîq, je le rappelle, affirme avoir quitté HADITU, puis adhéré au mouvement des Officiers Libres. Rif’at al-Sa’îd, membre de HADITU et historien de cette formation, affirme que Siddîq n’adhéra au mouvement de Nasser qu’après avoir consulté HADITU, et que c’est pour cela que la « réponse de Siddîq aux ouvertures de Nasser tarda » (en 1951). Cité dans les annexes des mémoires de Siddîq, publiées par sa famille. Siddîq, op.cit., p. 233. Outre le fait que la version d’al-Sa’îd est contredite par celles de Siddîq et de Wahîd Ramadân (entre autres), le comportement de Siddîq lors de la préparation et de l’exécution du coup d’État montre bien que son allégeance aux officiers libres était la seule qui comptait, ou au moins qu’il agissait en fonction de son jugement personnel et non de ses devoirs de militant communiste éventuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tewfik Aclimandos, « Officiers libres et officiers communistes : collaborations et confrontations », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 105-106 | 2008, 175-202.

Référence électronique

Tewfik Aclimandos, « Officiers libres et officiers communistes : collaborations et confrontations », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/528

Haut de page

Auteur

Tewfik Aclimandos

Chercheur en Sciences politiques au CEDEJ, Le Caire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page