Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Élisée Reclus, Projet de globe terrestre au 100 000e

Paris, Éditions  B2, coll. « Territoires », 2011, 92 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Élisée Reclus, Projet de globe terrestre au 100 000e, Paris, Éditions  B2, coll. « Territoires », 2011, 92 p.

Texte intégral

1Élisée Reclus nest pas seulement un géographe original du xixe siècle ayant publié une œuvre pléthorique accessible au plus grand nombre. C’est aussi un anarchiste soucieux d’articuler sa démarche scientifique au projet politique qu’il a toujours défendu. La publication de ce Projet de globe terrestre au 100 000e, initialement édité en anglais en 1895, est l’occasion d’illustrer cette attention constante que le géographe portait à l’exposition des connaissances et à leur accès au plus grand nombre. Dans son introduction au texte de Reclus, Nikola Jankovic rappelle la singulière trajectoire de ce savant anarchiste du xix siècle. Issu d’une famille protestante, Reclus s’intéresse aux mouvements politiques émancipateurs de son temps et notamment le socialisme. Avec son frère Élie, ils apprennent et comprennent la géographie en parcourant le monde. L’Allemagne, l’Angleterre, l’Irlande : les premiers voyages sont autant des rites d’apprentissage scientifique que des formes d’initiation politique. C’est notamment en Irlande qu’Élisée Reclus saisit très directement les mécanismes de domination à l’origine de la très grande pauvreté des populations. Dans les années 1850, c’est sur le continent américain qu’il poursuit son apprentissage d’une géographie fondée sur le contact direct avec l’environnement, la géologie, les climats et la nature. Peu à peu, son regard sur la colonisation se modifie : d’abord convaincu de son utilité, il évoluera plus tard vers une critique ferme de ce processus et de ses conséquences délétères pour les populations indigènes. De retour en Europe, Reclus continue de parcourir à pied les espaces les plus divers d’une géographie qu’il s’efforce désormais de rapporter dans des ouvrages aussi précis qu’accessibles. C’est ainsi qu’il publie, en 1869, La Terre. Description de la vie du globe.

2La Commune de Paris, dans laquelle il s’implique, donne corps à sa volonté de participer à une transformation politique profonde de la société. Mis à distance par Marx et Engels, Reclus défend une attaque révolutionnaire des bastions réactionnaires. Condamné à l’exil en Suisse, le géographe poursuit son œuvre savante (notamment sa Nouvelle géographie universelle en vingt volumes). Dans ses derniers ouvrages, il mène une analyse étonnamment prémonitoire des conséquences concrètes du développement capitaliste : extension des inégalités, mise en concurrence des peuples et dégradations environnementales sont les effets inéluctables de la démesure économique à l’œuvre. Nicolas Jankovic note très justement qu’une des obsessions de Reclus réside dans le soin maniaque qu’il a porté aux cartes illustrant ses ouvrages : les « codes et […]conventions » (p. 22) qui organisent les représentations de l’espace sont pris dans des référentiels politiques dont il faut faire l’inventaire. Et pour Reclus, le projet de globe terrestre qu’il envisage pour l’Exposition universelle de 1900 est « un objet politique se devant de refléter l’image d’une terre harmonieuse où la fraternité humaine peut s’accomplir » (p. 25).

3L’édifice prévu est monumental : une sphère de 160 mètres de diamètre, portée par quatre piliers, avec à l’intérieur « un globe terrestre mobile au 100 000e » (p. 25). Au xixe siècle, ce type de construction s’inscrit dans le registre des représentations géographiques offertes au grand public : le jardin géographique comme le géorama connaissent un certain succès. Mais Reclus ne veut pas sacrifier la précision géographique aux effets spectaculaires recherchés par certains promoteurs de cette géographie pour tous. Trop ambitieux financièrement, le projet de globe ne verra finalement pas le jour. Il témoigne cependant d’une sorte d’utopie politique et scientifique intensifiée par la perspective d’une présentation mondiale lors de l’Exposition universelle. Le projet de Reclus révèle les soubassements de sa double exigence savante et anarchiste. Le globe est, pour lui, supérieur à la carte, en ce qu’il « représente la planète dans sa structure exacte » (p. 63). Il permet également de donner à voir les reliefs dans leurs détails les plus précis. Le globe que Reclus a en tête est, en outre, modifiable au fur et à mesure de l’avancée des connaissances : des panneaux amovibles constituant l’objet de présentation pourraient être décrochés, refaits avant d’être remis en place. La circulation des visiteurs à l’intérieur de la sphère, au plus près du globe, assure une perspective inédite sur la Terre et une compréhension plus fine de l’universalité de la condition humaine, toujours articulée à son environnement.

4La nouvelle publication de ce Projet de globe terrestre au 100 000e d’Élisée Reclus constitue un chapitre important de la redécouverte progressive des réflexions précoces sur l’écologie. Le géographe-anarchiste, en envisageant une représentation partagée de la Terre, donnait en fait corps à l’épigramme placé en tête de son ouvrage L’homme et la nature, paru en 1908 : « L’homme est la nature prenant conscience d’elle-même ». Ce globe projeté constituait la mise en abîme de cette ambition politique et scientifique, qui devait permettre une forme de réflexivité généralisée de la place de l’homme sur Terre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Élisée Reclus, Projet de globe terrestre au 100 000e », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5277

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page