Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Richard Grove, Les îles du Paradis. L’invention de l’écologie aux colonies 1660-1854

Paris, La Découverte, 2013, coll. « Futurs antérieurs », 164 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Richard Grove, Les îles du Paradis. L’invention de l’écologie aux colonies 1660-1854, présentées par Grégory Quenet, Paris, La Découverte, 2013, coll. « Futurs antérieurs », 164 p.

Texte intégral

  • 1 Richard H. Grove, Green Imperialism. Colonial Expansion, Tropical Island Edens and the Origins of E (...)
  • 2 Richard H. Grove, « Conserving Eden. The European East India Companies and their environmental poli (...)

1L’histoire de l’environnement connaît, depuis les années 1970, un renouvellement considérable de ses fondements méthodologiques et épistémologiques. La publication en français d’un article matriciel de l’historien britannique Richard Hugh Grove enrichit le corpus des textes pivots dans ce grand remuement historiographique. Grove a un parcours universitaire très interdisciplinaire : géographie, conservation de la nature et histoire lui donnent une vue « grand angle » sur les questions environnementales et la façon dont elles ont été élaborées au cours des siècles. Sa thèse (publiée en 1996 sous le titre Green Imperialism1) est précédé de l’article « Conserving Eden », paru en 1993 dans la revue Comparative Studies in Society and History2. Fondateur de la revue Environment History, il a créé à l’université du Sussex le Centre for World Environmental History. L’article sur les îles du Paradis est une pièce essentielle non seulement dans la carrière, très riche, de Richard Grove, mais plus globalement, par l’originalité de son approche, dans l’histoire de l’environnement.

2La thèse centrale que Richard Grove défend est très explicitement résumée dans l’introduction de son texte : « Les inquiétudes occidentales au sujet des relations possibles entre le changement climatique apparurent précisément dans les colonies plutôt que dans le contexte métropolitain et européen » (p. 17). Autrement dit, la préoccupation environnementale n’est pas née en Occident, mais dans les territoires colonisés. C’est là un renversement majeur, quand on sait que la thèse la plus souvent soutenue a été celle d’une émergence des questions écologiques aux États-Unis à la fin du xixe siècle. Double décentrement donc, chronologique et géographique, auquel Richard Grove ajoute une nouvelle perspective sur la colonisation : à côté des destructions perpétrées par les colons, des expériences de conservation de la nature auraient vu le jour. Grove soutient notamment que « non sans ironie, par son rôle conservationniste, l’État colonial fournit […] un forum pour le contrôle des opérations capitalistes sans entrave visant le gain à court terme » (p. 19). Ce sont moins les destructions manifestes et visibles de la colonisation qui ont produit les premières réactions de conservation de la nature que la constitution de communautés d’experts capables de saisir les enjeux environnementaux. L’évocation des destructions naturelles constituait, en outre, un « substitut de remarques sociales plus franches mais politiquement moins acceptables sur le colonialisme » (p. 21). Le point commun de ces spécialistes (souvent détenteurs d’un savoir botanique ou médical) est l’incorporation de « modes de pensée hippocratiques et physiocratiques » (p. 22). Grove repère un terreau particulièrement fécond pour le conservationnisme colonial dans le « radicalisme politique », « l’anti-esclavagisme », ainsi que le « sentiment anticolonial » (p. 23).

3Les toutes premières colonies, dès l’époque de Colomb, sont marquées par l’intensification des destructions environnementales sous l’effet des exigences capitalistiques. Dans le même temps, l’image des îles comme paradis était réactivée. Et la multiplication des jardins botaniques, à la Renaissance, a enraciné l’idée d’un « lieu symbolique pour la recréation du paradis » (p. 29). La nature cesse alors d’être perçue comme l’espace laissé à l’homme dans sa déchéance pour se constituer dans une positivité renouvelée. Après avoir dégagé les grandes lignes d’une philosophie de la nature au début de l’époque moderne, Richard Grove reconstitue les premiers mouvements d’exploitation capitaliste des forêts tropicales, dans les colonies néerlandaises notamment : les zones déboisées sont progressivement délaissées pour trouver de nouvelles ressources ligneuses. Les écosystèmes insulaires, particulièrement fragiles dans leur isolement, sont rapidement en danger, ce qui a pour conséquence de favoriser des « réponses interventionnistes novatrices » (p. 33), comme à Sainte-Hélène. Île stratégique dans l’Atlantique pour l’approvisionnement et l’eau, elle connaît, au début du xviiie siècle, une érosion importante en raison de son exploitation à outrance. Les instances de la Compagnie des Indes sont informées de ces dégradations. Sa position centrale dans le dispositif maritime britannique interdit de chercher un autre point d’appui. On voit donc se mettre en place un processus balbutiant de conservation de la nature mis en œuvre par les différents gouverneurs de l’île (notamment des afforestations). La cour des directeurs de la Compagnie des Indes n’est pas favorable à ce travail de préservation des ressources naturelles. Mais c’est surtout en raison de l’absence d’une connaissance environnementale suffisante que les dégradations écologiques se poursuivirent sur l’île.

4La situation est assez différente pour la France où, comme le note Richard Grove, l’État a déjà mis en œuvre des compétences savantes sur l’exploitation forestière. L’île Maurice est ainsi gérée différemment de celle de Sainte-Hélène, par le fait même qu’une « réglementation […] et un contrôle écologiques » aient été possibles (p. 36-37). Dans la concurrence avec l’Angleterre, les ressources ligneuses sont stratégiques, et l’exploitation sans réserve des forêts se profilait comme un grand danger. Richard Grove, dans des pages d’une rare intensité, décrit le rôle central qu’occupe Pierre Poivre dans le dispositif conservationniste qui peu à peu se met en place. Pierre Poivre n’est pas étranger au mouvement physiocratique métropolitain, et ce sont d’ailleurs des physiocrates influents auprès du gouvernement qui œuvrent pour sa nomination comme intendant de l’île Maurice en 1766. Sa connaissance des sols et des plantes est conséquente. Dès son arrivée, Poivre imagine « les concepts jumeaux de réserve de montage et de réserve de rivière » (p. 46). Les principes de conservation qu’il met en œuvre sont pensés localement et ne font intervenir les expériences européennes que partiellement. De plus, sous l’égide de Bernardin de Saint-Pierre, l’île Maurice devient « un foyer central et symbolique de la perception esthétique et orientalisante contemporaine » (p. 49).

5Le dernier exemple que développe Richard Grove concerne le service médical indien au xixe siècle. Des chirurgiens écossais sont employés comme « surintendants des jardins botaniques » en Inde (p. 53). Ce sont leurs compétences médicales qui leur donnent l’autorité et la légitimité suffisantes pour mener à bien le conservationnisme environnemental qu’ils jugent indispensable aux équilibres naturels des régions occupées. Les efforts déployés pour mesurer les effets de la déforestation et prévenir ses suites catastrophiques ne furent pas immédiatement couronnés de succès. Mais le surintendant Gibson en référa, non pas à Calcutta, mais à la cour des directeurs de la Compagnie des Indes pour alerter (à partir de connaissances locales) sur les dégradations à l’œuvre.

6On mesure donc la puissance novatrice des propositions de Richard Grove : étalement géographique du processus conservationniste, remaniement de sa chronologie et singularité locale de ses formes.

7Dans une précieuse postface, Grégory Quenet remet en perspective l’approche de Grove, signalant la fécondité des voies ouvertes, mais aussi les béances laissées en chemin. C’est ainsi qu’il faut replacer l’article (et Green Imperialism) dans la promotion d’une « contre-histoire environnementale » (p. 84) qui place l’origine du conservationnisme au xviiie siècle dans les îles coloniales. Il s’agit ici de faire un sort aux arguments d’une histoire de l’environnement étatsunienne attaché à l’idée de wilderness. Et la ferveur avec laquelle Grove s’engage dans le combat intellectuel n’est pas étrangère à ce clivage, qu’il contribue lui-même à façonner en fondant la revue Environnement and History, en concurrence directe avec la revue Environmental History. Même si les échanges furent au final assez « feutrés », c’est surtout la distance historiographique séparant les approches qui peut expliquer l’absence de controverse virulente.

8Grégory Quenet s’interroge ensuite sur le type d’histoire globale que propose Grove. Il note que son « polymorphisme » (p. 98) a nourri le succès de son approche : d’une part Grove entend le processus de globalisation comme une intégration « des logiques économiques, culturelles et écologiques » (p. 98) ; d’autre part, il s’agit d’une approche historique plus large des phénomènes planétaires (comme le climat).

9Il subsiste des difficultés dans l’approche de Grove : la saisie des systèmes politiques indiens locaux est très partielle, et les applications concrètes des propositions de Poivre sont peu documentées. De même, l’usage d’un concept anachronique (l’environnement comme question politique) n’est pas sans susciter de multiples interrogations. Enfin, Grégory Quenet montre que les propositions de Grove ont permis des dialogues féconds avec les subaltern studies.

10Texte essentiel et séminal de l’histoire environnementale, Les îles du Paradis offrent des pistes de réflexion toujours ouvertes sur la manière d’historiciser le rapport des hommes à leur environnement. En déplaçant les enjeux d’un conservationnisme des ressources naturelles dans les aires périphériques coloniales, Grove a mis en exergue une série de questionnements sur la nature et sa dégradation, particulièrement vifs dès l’époque moderne. C’est là une grande innovation historiographique que cette traduction française permet d’éclairer.

Haut de page

Notes

1 Richard H. Grove, Green Imperialism. Colonial Expansion, Tropical Island Edens and the Origins of Environmentalism, 1600-1950, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

2 Richard H. Grove, « Conserving Eden. The European East India Companies and their environmental policies on St. Helena, Mauritus and in Western India, 1660 to 1854 », Comparative Studies in Society and History, vol. 35, n° 2, avril 1993, p. 318-351.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Richard Grove, Les îles du Paradis. L’invention de l’écologie aux colonies 1660-1854 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5274

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page