Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Maurice Pianzola, Peintres et Vilains. Les artistes de la Renaissance et la grande guerre des paysans de 1525

Éditions L’Insomniaque, octobre  2015, 156 p.
Jean-Paul Salles
Référence(s) :

Maurice Pianzola, Peintres et Vilains. Les artistes de la Renaissance et la grande guerre des paysans de 1525, Éditions L’Insomniaque, octobre  2015, 156 p.

Texte intégral

1Maurice Pianzola, auteur de Thomas Münzer ou la guerre des paysans (édition originale en 1958, réédition en 2015), nous renseigne ici aussi sur les revendications essentielles des paysans rhénans révoltés en 1525. La répression fut de grande ampleur (100 000 morts) et l’auteur a vu un ossuaire à Lupstein près de Saverne. La mémoire de ces événements y semblait vive encore dans les années 1950.

2Dans cet ouvrage, que certains considèrent comme un « livre culte » – ce qui explique sans doute sa réédition comme « beau livre », à la couverture soignée –, l’auteur n’hésite pas à faire des artistes évoqués des militants engagés aux côtés des paysans révoltés. Cranach, Dürer, Holbein, Urs Graf, Niklaus Manuel Deutsch, Hans Sebald Beham et son frère Barthel, Matthias Grünewald, furent-ils « les interprètes de l’élément progressiste des villes, alliés aux paysans » (p. 153) ? Et celui qu’on appelle le « Maître de Pétrarque » nous montre-t-il vraiment à chaque page sa solidarité avec les paysans, sa sympathie pour les artisans, les artistes, son respect des savants, sa haine pour la noblesse, le patriciat des villes, le clergé ?

3Plus prosaïquement, Érasme, le contemporain de ces peintres et dessinateurs, loue l’agriculture et le paysan, « le genre d’homme le plus innocent et le plus essentiel à une communauté ». Par contre, la ville, les citadins, leurs profits rapides et parfois illicites au regard de la religion, sont souvent brocardés par les auteurs et les dessinateurs. Il est difficile de voir de la critique sociale dans la représentation d’un Couple de villageois dansant (Dürer, 1514, dessin reproduit p. 114), auquel fait écho le magnifique Couple de villageois dansant d’Urs Graf (1525, p. 66). On aurait apprécié que l’éditeur indique le lieu de conservation de l’œuvre, sa dimension aussi, ce qu’il ne fait pratiquement jamais.

4Mais les humanistes traditionnels, dont les peintres, ne se privent pas de critiquer les débordements des paysans. Ainsi Hans Sebald Beham dans Après le bal (1537, p. 96), dessin qui nous montre un homme en train de vomir. Les citadins sont épinglés aussi. Des scènes de bains pointent du doigt des excès : du même H.S. Beham, Deux femmes nues jouant avec un fou (1541, p. 102) ou, de son frère Barthel Beham, trois femmes impudiques (Trois femmes au bain, 1548, gravure de 8,4 cm sur 6 cm, Paris, musée du Louvre, département des arts graphiques, reproduite dans le catalogue La toilette. Naissance de l’intime, Paris, musée Marmottan-Monet, 2015, p. 29). N’oublions pas que les luthériens, quand ils étaient en position de force, abolissaient le carnaval, occasion de tous les excès, et parallèlement minimisaient le carême, le salut devant être obtenu par la foi et non par les œuvres, comme le jeûne ou les aumônes.

5Il n’est pas sûr non plus que la Danse des Morts de Hans Holbein (51 dessins ayant donné lieu à autant de gravures sur bois, datées par l’auteur de 1525, le livre en reproduit huit aux pages 55 et 57) soit une attaque en règle contre les puissants du moment. La mort surprend l’individu dans son activité favorite, le paysan au labour, le prince avec ses conseillers, l’évêque parmi ses ouailles… Ces « danses macabres », qui ornaient à l’époque nombre d’églises et de cimetières, illustrent plutôt ce que Jean Delumeau nomme La peur en Occident (titre de son livre de 1978). Le vie est fragile en cet Automne du Moyen Âge (titre du livre pionnier de l’historien néerlandais Johan Huizinga, 1932), elle peut être interrompue à tout moment. L’urgence est de se préparer constamment au « grand passage », d’y penser toujours.

6De même il nous semble bien imprudent de dire que le tableau de Cranach Les marchands chassés du Temple, illustration d’un passage de la Bible, vise les marchands d’indulgences, « prenant d’emblée un sens de résistance nationale » (sic), p. 38. Il n’est pas sûr non plus que le Massacre des enfants de Bethléem, du même Cranach, illustration d’un passage de l’Évangile de saint Matthieu, fasse allusion à la répression d’une révolte paysanne récente. Le même passage est illustré quelques années plus tard par Pieter Bruegel l’Ancien : les hommes de main du roi Hérode font disparaître les nouveau-nés pour éliminer Jésus. L’historien d’art Larry Silver (in Brueghel, Éditions Citadelles et Mazenod, coll. « Les Phares », 2011) s’interdit de voir dans cette œuvre une allusion à l’actualité pourtant cruelle des Pays-Bas espagnols.

7Alors que reste-t-il pour accréditer la thèse qui structure tout l’ouvrage, celle d’un engagement des peintres et intellectuels aux côtés des paysans en révolte, ancêtres en quelque sorte des « compagnons de route » soutenant la cause des prolétaires au xxe siècle ? Quelques gravures en effet anticléricales, ou plus précisément anti-monacales (p. 60, Urs Graf, Deux femmes qui rossent un moine, 1521), moines jouisseurs et haut clergé munificent étant communément objets de haine. Voir la gravure de Niklaus Manuel Deutsch, Paysans pendant un marchand d’indulgences (1525, p. 73).

8Quant au « Maître de Pétrarque », ainsi nommé parce qu’il illustra un ouvrage du poète florentin traduit du latin en allemand, un traité de morale, de savoir-vivre, il réalise une singulière gravure : Arbre de la société (1532, p. 76, et commentaire de l’auteur p. 83). Les paysans sont à la base et au sommet de la société, dominant même pape et empereur, exaltation de la paysannerie qui se poursuivra des décennies, sinon des siècles. Un ouvrage stimulant qui n’évite cependant pas l’anachronisme, un auteur qui a du mal parfois à brider son imagination.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Salles, « Maurice Pianzola, Peintres et Vilains. Les artistes de la Renaissance et la grande guerre des paysans de 1525 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5270

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Salles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page