Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Much loved (Zin Li Fik, La beauté qui est en toi)

Film franco-marocain de Nabil Ayouch, 2015, 104 min.
Nelcya Delanoë
p. 218-221

Texte intégral

1Présenté à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes en 2015, ce film a aussitôt subi les foudres de la censure marocaine, le ministère de la Communication ayant jugé que l’œuvre constituait « un outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine, et une atteinte flagrante à l’image du royaume ». Les milieux religieux ne furent pas en reste, qui lancèrent des condamnations virulentes. Ainsi du cheikh salafiste Hammad Al-Kabbaj qui publia durant 24 heures sur sa page Facebook les remarques suivantes : « J’appelle en ma qualité de citoyen marocain à traduire cet homme en justice parce qu’il porte gravement atteinte aux mœurs et à l’intégrité morale des Marocains. J’appelle aussi au lancement d’une vaste campagne nationale pour réclamer au gouvernement l’interdiction de ce film ordurier ». Selon ce dernier, en effet, Much Loved ferait de surcroît partie d’un « plan savamment étudié pour faire de la société marocaine régie par la chasteté et la vertu une société dépravée et décadente ». Réalisateur et comédien(ne)s ont reçu des menaces de mort.

2De leur côté, près de quatre-vingt cinéastes et producteurs européens s’élevaient contre la censure marocaine et son obscurantisme : les frères Dardenne, Arnaud Desplechin, Agnès Jaoui, Pascale Ferran, Costa Gavras, Michel Hazanavicius, Riad Sattouf, Jamel Debbouze… Des avant-premières étaient organisées un peu partout en France. De son côté, Édouard Waintrop, délégué général de la Quinzaine des réalisateurs, apportait son soutien sans faille à Nabil Ayouch et à son équipe :

3« Ainsi le film de Nabil Ayouch, Much Loved, sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs cette année, sera interdit au Maroc, dans son pays. Nabil Ayouch et sa comédienne Loubna Abidar font l’objet de menaces de mort sur les réseaux sociaux. Pourquoi cette sanction ? Pourquoi cette violence ? Parce que ce beau film montre avec une crudité certaine des réalités, la prostitution à Marrakech, le rôle pour le moins obscur joué par la police, toutes vérités qui dérangent ? Parce qu’il montre aussi, face à la violence des hommes en général, la dignité de ces femmes condamnées à la marginalité par une société hypocrite ? Une fois ce film interdit, sans qu’il ait été vu par les Marocains, la réalité sera-t-elle pour autant changée ? Bien sûr que non. Venant d’un pays qui accueille des tournages du monde entier et qui organise, justement à Marrakech, l’un des plus grands festivals de cinéma, cette censure, cette atteinte à la liberté d’expression est inacceptable ».

4Interdit donc au Maroc, le film fut projeté et primé dans de nombreux festivals, fit environ 15 000 entrées dès le premier jour de sa projection en salle, réalisa la deuxième meilleure moyenne de la semaine et resta à l’affiche deux mois. Ce succès dit l’intérêt que Nabil Ayouch a suscité en affrontant cette gageure. Sa fiction casse en effet les clichés habituels sur le Maroc pays d’oasis, de chameaux et de plages, sur fond de riads luxueux. Sans aucun misérabilisme, il montre l’envers de ce beau pays postcolonial et néolibéral, désormais contrôlé par le parti islamiste modéré, qui a gagné les élections municipales d’août 2015, et par le parti royaliste, qui a gagné les élections régionales d’août 2015 et n’est que la voix de son maître. Ce film fait pourtant penser plutôt aux comédies italiennes antérieures aux années 1980, tant il est enlevé et joyeux malgré la douleur. De quoi s’agit-il donc ?

5Commençons par le titre, qui en arabe veut joliment dire « La beauté est en toi », nettement plus indicatif et évocateur que sa transcription en anglais pour les salles françaises…

6Il s’agit en fait d’un film audacieux en ce pieux pays, qui fait le portrait de trois jeunes prostituées, Noha (Loubna Abidar, seule actrice professionnelle), Randa et Soukaina, auxquelles vient s’ajouter Hlima dans le dernier tiers du film. Présentées comme de dynamiques et modernes auto-entrepreneuses, ces femmes gagnent leur vie sur le marché de la prostitution de Marrakech. Elles habitent ensemble, partagent le gîte et le couvert dans un appartement où elles sont à l’étroit et où la vie zigzague entre querelles et partages affectueux, insultes, rires et embrassades. Elles partent en fin de journée au travail, conduites par un chauffeur-ange gardien, le mystérieux et silencieux Driss.

7Leurs nuits se passent dans des boîtes de nuit et autres fêtes organisées par de riches étrangers, principalement saoudiens et européens. Leurs prestations consistent à les faire danser, dîner, boire, bavarder, participer à divers jeux d’argent et de séduction tarifés. Le plus souvent, mais pas toujours, la fête se termine en une rapide passe au lit avec le client, voire en une fin de nuit plus ou moins longue avec lui. Les incidents de parcours ne manquent pas. Par exemple, le client est un homosexuel impuissant et Soukaina finit par l’insulter, le battre et le traiter de « pédé »… Il ne fait pas bon être homosexuel au Maroc, y compris parmi les prostituées. Une autre fois, elles refusent de partir avec des « gogos » français qu’elles plantent là, non sans leur avoir soutiré beaucoup d’euros. Entre deux séances de travail, Noha va dîner avec un élégant et mélancolique bourgeois marocain qui est épris d’elle mais l’ennuie à périr. Après un petit-déjeuner tardif, Randa va voir ses enfants chez sa mère, un garçon et une fille, deux adolescents au visage fermé. Avec leur grand-mère, ils battent froid leur mère, laquelle leur apporte pourtant de quoi faire bouillir la marmite, s’acheter un ordinateur, faire des études. La mère de Randa finira par lui demander de ne plus venir les voir, les voisins jasent trop et Randa n’apporte jamais assez d’argent.

8Hlima, jeune et peu avenante femme du bled, enceinte et abandonnée par celui qui l’a engrossée, vient faire le trottoir à Marrakech dans l’espoir d’accoucher d’un enfant qui aura de quoi. Elle se fait payer en légumes. Elle finit par tomber sur nos trois élégantes mondaines, le trio la recueille et l’aide à se former avec elles sur le tas. Driss, toujours aussi vigilant et patient, devient par ailleurs son amoureux.

9Dialogues verts, crus, vulgaires, corps heureux et splendides, (d’où de lourdes scènes de sexe explicite, sans intérêt), rencontres louches ou amicales – un travelo chanteur, un garçonnet racoleur, un amant clochard – et dangereuses aussi, en particulier quand, lors d’un contrôle de police, le commissaire rackette Soukaina puis la viole avant de la jeter à la rue. Marrakech des petits matins sordides, des ruelles tristes et fermées, des donzelles toujours à vendre, loin du glamour des hôtels fleuris et de leurs piscines pour touristes en mal d’orientalisme branché.

10Le film navigue entre ces répétitions. Comme l’âne à la noria, Noha, Randa, Soukaina et Hlima reprennent, jour après jour et nuit après nuit, leur pénible turbin. Elles sont remarquables de vigueur, de beauté, d’abattage. Mais elles tournent en rond, jusqu’au moment où elles décident de changer de turf pour cause de menace policière et filent vers Essaouira, la mer, les bateaux et… peut-être des (grandes) vacances ?

11Le film n’évite pas les clichés du genre : la pute au grand cœur, la business-woman émue par une aurore atlantique, la maman-putain crucifiée. En revanche, à part Driss, il n’épargne aucun de ceux qui utilisent ces femmes, les humilient, les brutalisent, parfois jusqu’à la torture et la mort : hommes lâches, violents, corrompus, ridiculement virils. Avec eux, c’est la société tout entière qui les exploite tout en les marginalisant et les pénalisant, malgré et à cause du rôle économique crucial qu’elles tiennent dans ce monde islamo-monarchique.

12Sans être un grand film, Much Loved a le mérite de présenter en arabe populaire une tranche de vie à la fois fictive et proche du documentaire, celle de prostituées marocaines qui ne sont ni des victimes, ni des damnées. Menée tambour battant, leur vie dit la lutte et l’intelligence de la lutte. Certes, le réalisateur s’en tient à un micro-milieu et s’abstient de toute allusion aux très puissants de ce monde. Mais leurs proches sont bien cadrés, terrible carrousel où des chevaux de bois figés caracolent au son d’un joyeux orgue de barbarie.

13Au Maroc, un tel parler n’est pas coutumier… et pour cause. Au Maroc, l’histoire contemporaine (coloniale et postcoloniale comprise) est le plus souvent hors sujet, et peut coûter cher aux sujets de Sa Majesté. Elle est peu ou pas enseignée dans le primaire, le secondaire et à l’université. Quant au chercheur, il a le plus souvent du mal à accéder aux archives, dont l’ouverture dépend trop souvent du bon vouloir d’un responsable et de son arbitraire. Aussi Nabil Ayouch a-t-il ici, avec cette comédie naturaliste à l’italienne, effleuré des sujets liés à l’évolution historique complexe du Maroc contemporain, ce pilier des relations euro-américaines dans la guerre contre Daech. Ayouch a (discrètement) ouvert ainsi à une réflexion salutaire sur cette monarchie arabo-musulmane liée à l’histoire européenne, américaine et moyen-orientale, mais pourtant méconnue de tous.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelcya Delanoë, « Much loved (Zin Li Fik, La beauté qui est en toi) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 131 | 2016, 218-221.

Référence électronique

Nelcya Delanoë, « Much loved (Zin Li Fik, La beauté qui est en toi) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5267

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page