Navigation – Plan du site
DOSSIER

De 1848 à nos jours : le président de la République face à son double caricatural

Guillaume Doizy et Pascal Dupuy
p. 105-132

Résumé

Depuis 1848, année de la première élection présidentielle en France, le pays a vu se succéder vingt-quatre présidents de la République. Présidents « chrysanthèmes » ou au contraire véritables chefs de l’exécutif, tous ont été, bien que dans des conditions très différentes, la cible des caricaturistes. Comment s’élabore l’identité caricaturale de ces présidents en exercice ? Comment procède la caricature dans son travail de caractérisation satirique de ces hommes qui ont « fait » la France ? Quelles pressions éventuelles ont-ils exercé sur ce double caricatural diffusé par la presse et qui parasite l’image qu’ils diffusent d’eux-mêmes avec les moyens de l’État ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Presse, 25 janvier 1848.
  • 2 Journal des débats, 25 novembre 1848.

1Le 24 novembre 1848, le jeune député Jules Favre interpelle le gouvernement à l’Assemblée à propos de ses supposées « manœuvres électorales » et accuse le pouvoir exécutif d’utiliser les moyens de l’État pour faire campagne en sa faveur. Le parlementaire provoque même une « bruyante interruption »1 en affirmant « que dans tous les départements environnant Paris, les maires réunissent leurs administrés et leur distribuent des biographies et des caricatures »2 contre le candidat Louis-Napoléon Bonaparte. Quelques jours auparavant, le quotidien La Presse, fondé par Émile de Girardin, rapportait un article paru précédemment dans L’Événement signalant que « les pamphlets et les caricatures contre M. Louis Bonaparte se débitent et se distribuent ; on ne peut plus dire comme du pain, hélas ! Le commerce en est parfaitement libre et regardé d’un œil très bienveillant par les autorités ». Le 22 novembre, soit une vingtaine de jours avant le scrutin, La Presse rappelait encore que « la préfecture de police appos[e] son visa à tous les libelles, à toutes les caricatures qui s’impriment par centaines de mille contre la candidature de M. Louis-Napoléon Bonaparte, et refus[e] son visa à des imprimés favorables à cette candidature ».

2Deux jours plus tôt la rédaction du quotidien soulignait déjà que « les plus stupides libelles, les moins risibles caricatures contre celui qui sera président de la République, contre Louis-Napoléon Bonaparte, continuent de s’imprimer aux frais des contribuables ! Pauvres contribuables ! C’est vous qui payez la calomnie, l’injure, la diffamation ; c’est vous qui payez les adulations les plus plates, les biographies les plus outrecuidantes. Allez, allez donc verser vos douzièmes chez le percepteur, pour que votre argent serve à la solde de la légion de dessinateurs, de graveurs et d’imprimeurs dont M. Hetzel a le commandement en chef… ». Ce dernier, un proche du président du Conseil Cavaignac, avait fondé, quelques semaines avant que ne débute le scrutin, un journal satirique, La Revue comique à l’usage des gens sérieux, dont l’objectif était de discréditer Louis-Napoléon Bonaparte (fig. 1).

Fig. 1 : Revue comique à l’usage des gens sérieux, novembre 1848.

  • 3 Raimund Rütten (dir.), La caricature entre République et censure : l’imagerie satirique en France d (...)

3Ce premier scrutin au suffrage universel, certes uniquement masculin, passionne l’opinion. S’y affrontent cinq candidats, dont le président du Conseil Louis Cavaignac, le député Lamartine, deux candidats socialistes et un personnage pour le moins original, aventurier autant qu’homme politique, auréolé d’un nom illustre, mais quasiment inconnu en France en raison de son exil en 1837 et de son emprisonnement dans le fort de Ham, avant que n’intervienne sa rocambolesque évasion. Influencé par les idées saint-simoniennes, s’imaginant en héritier de son oncle, Napoléon Ier, Louis-Napoléon Bonaparte, après avoir rêvé de conquérir le pouvoir par la force, tente d’y accéder par les urnes. La campagne qui se déroule en France dans les mois qui précèdent l’élection demeure totalement inédite. Le premier scrutin de ce genre appelant l’ensemble de la population masculine à se choisir un représentant unique s’inscrit dans un contexte de très fortes tensions sociales. La candidature du président du Conseil disposant des moyens de l’État, le dynamisme de la caricature qui retrouve des couleurs après des années de censure préalable3, la perception du genre caricatural comme un excellent moyen de peser sur les consciences, font de ces quelques mois qui précèdent et suivent l’élection présidentielle un formidable laboratoire d’analyse de la caricature politique, avec en son cœur la figure complexe de Louis-Napoléon Bonaparte. Résultat : alors que la presse et la caricature sont majoritairement hostiles à Louis-Napoléon, ce dernier remporte l’élection avec presque 75 % des suffrages. La caricature, perçue depuis la Révolution française comme un moyen d’influencer l’opinion publique, redoutée par Louis-Philippe au point de l’avoir bâillonnée en 1835, semble avoir de nouveau manqué d’opiniâtreté et perdu son combat.

  • 4 Pascal Dupuy, Caricatures anglaises. Face à la Révolution et l’Empire (1789-1815), Paris, Paris-Mus (...)
  • 5 Guillaume Doizy et Didier Porte, Présidents, poil aux dents ! : 150 ans de caricatures présidentiel (...)
  • 6 Discours de Michel Debré, garde des Sceaux, devant le Conseil d’État, 27 août 1958 : « Si vous me p (...)
  • 7 Christian Delporte, « Le monstre bicéphale. L’exécutif dans le dessin du Canard enchaîné (1959-1981 (...)

4Depuis le xviiie siècle anglais, la caricature politique accompagne les affrontements publics sur lesquels s’adossent les systèmes parlementaires4. Pour autant, malgré cette reconnaissance inscrite durablement, mais tardivement, en France dans la grande loi de juillet 1881, les tensions polémiques demeurent vives autour de la figure du président de la République. Symbole national des institutions républicaines, responsable de la politique étrangère, reflet des équilibres politiques, le président, même lors de périodes où son rôle semble secondaire, fascine la caricature5. Et lorsqu’il hérite de nouveau de larges pouvoirs exécutifs, comme c’est le cas sous la Ve République, en devenant la « clef de voûte » des institutions républicaines, selon la définition qu’en donne Michel Debré en 19586, c’est bien sa personne, comme entre 1848 et 1851, que la caricature prend pour cible principale, par des effets symboliques d’une grande violence7. Si la pression caricaturale semble d’abord déterminée par les rapports de forces politiques et par la place que tient l’image dans les pratiques militantes, elle dépend largement de la physionomie de la production satirique, de l’état des usages de la caricature et du regard des élites sur un mode d’expression qui laisse rarement indifférent. Néanmoins, elle procède surtout de l’extrême personnalisation du pouvoir politique voulue par les républicains, qui n’ont pas souhaité doter l’État français d’une direction collégiale. Cette personnalisation nourrit abondamment la caricature, dont la mécanique se fonde largement sur la métaphore corporelle. La rhétorique satirique entreprend, en effet, de faire du corps politique et social le prolongement du corps individuel, dans un jeu de distorsion symbolique, de condensation et de transfert, ayant pour conséquence d’affubler la cible – ici le chef de l’État – d’un double caricatural concurrent et souvent perturbant pour le pouvoir en place. Certes, chaque président, depuis Louis-Napoléon, représente pour la production satirique une cible singulière et originale. Pour autant, cet individualisme entretenu par les différents présidents, se révèle un indicateur de tendance lorsqu’on s’attache aux personnalités de Nicolas Sarkozy et de François Hollande, les deux derniers présidents en exercice. La production satirique qu’ils ont suscitée permet d’envisager les principaux enjeux de la caricature présidentielle depuis 1848. Durant leur mandat respectif, ils ont incarné deux cas typiques et deux attitudes très tranchées, voire opposées du président face à son double caricatural. Selon qu’elle s’attaque à un président « fort » ou au contraire « effacé », la caricature élabore des stratégies de construction identitaire totalement différentes que nous voudrions explorer dans cet article.

Contexte politique et médiatique

  • 8 Jean-Jacques Chevallier, Histoire des institutions et des régimes politiques de la France de 1789 à (...)
  • 9 Christian Delporte, « Un nouveau président pour la France. Du changement politique dans le dessin d (...)

5Deux types de scrutin ont permis de désigner le président depuis 18488. L’élection au suffrage universel, masculin en 1848, puis masculin et féminin à partir de 1965 et, entre ces deux périodes, l’élection par le Congrès ou par un collège électoral plus ou moins restreint. En cas d’élection au suffrage universel, la campagne est longue et intense. Elle constitue un « choc », autant en 1848 qu’à partir de 1965. Elle peut durer plusieurs mois et focalise la production caricaturale sur les candidats au détriment d’autres figures de la vie politique, comme le souligne Christian Delporte dans l’une des rares études consacrées à la caricature de présidents9. À ces différents modes de désignation du chef de l’état, correspondent des pouvoirs divers. Importants en cas de désignation populaire, ils sont partagés lorsque les assemblées réunies en Congrès désignent elles-mêmes l’hôte de l’Élysée, sur lequel elles exercent un véritable contrôle, le président du Conseil faisant office de chef de l’exécutif. Pour autant, quel que soit le type de scrutin envisagé et les pouvoirs liés à sa fonction, le président joue, depuis 1848, un rôle symbolique central dans le système républicain. Des processus médiatiques, principalement déterminés par une situation de liberté d’expression inhérente aux institutions républicaines en temps de paix, découle un fait majeur : un criblage caricatural constant et nourri du président depuis 1848, qui offre sur le long terme à l’historien un terrain de réflexion à la fois riche et pertinent. Ce champ symbolique permet, en particulier, d’interroger les rapports complexes se nouant entre temporalité politique, fabrique médiatique et procédés satiriques. À la dynamique particulière qui permet à une figure de la vie politique d’accéder au fauteuil élyséen, correspond une autre dynamique, celle de la rhétorique caricaturale qui s’élabore autour d’un personnage de plus en plus médiatisé, révélant des enjeux d’ordre social autant que symbolique.

6C’est par le truchement de cette médiatisation, dominée par la presse et les médias de masse depuis 1848, que l’homme de pouvoir entretient une relation quasi constante avec l’opinion. Une relation forcément complexe, la fabrique médiatique en régime démocratique, produit une image de la figure politique nécessairement plurielle, objet de luttes symboliques entre commentateurs, journalistes et éditorialistes. De cette construction, qui échappe en partie à l’intéressé, la caricature élabore elle-même son double caricatural, marqué lui aussi par la diversité et la concurrence entre producteurs du flux. Se développe alors un combat médiatique où chaque entité tente d’imposer auprès du public « sa » vision caricaturale de la cible et ainsi peser sur l’opinion.

  • 10 Jean-Claude Gardes, Jacky Houdré et Alban Poirier (dir.), Ridiculosa n° 18, dossier « Les revues sa (...)
  • 11 Avec pour corollaire un retour de la discontinuité dans la réception.
  • 12 Marlène Coulomb-Gully, « Bébête Show et Guignols de l’Info : de l’émission à la réception, parcours (...)
  • 13 Guillaume Doizy, Dessin de presse et Internet, EIRIS, université de Bretagne occidentale, 2010.

7Évidemment, le substrat médiatique a connu une immense évolution depuis 1848. Si le xixe siècle s’illustre par la domination de l’imprimé, depuis la Grande Guerre d’autres médias ont peu à peu concurrencé l’édition et la presse : la radio, le cinéma, puis surtout la télévision et enfin l’Internet ont accentué la fragmentation du flux et offert des modes de construction et d’appropriation différents de l’image politique. Ainsi, ces dernières années, on relève une attention toute particulière des communicants pour ces productions d’images qu’ils essayent de s’approprier afin d’éviter qu’elles soient détournées dans les réseaux sociaux. Il nous faut, cependant, nuancer cette diversification médiatique apparente. En effet, depuis 1848, la diversité des supports imprimés de la caricature, qui n’a cessé de se renforcer jusqu’à la Grande Guerre, s’est fortement réduite à sa suite au profit de nouveaux médias, qui ont cependant eu, eux aussi, recours au registre satirique. En 1848, c’est avant tout par les innombrables feuilles volantes (lithographies surtout) que la caricature politique se diffuse, dans le cadre d’une réception discontinue pour le « lecteur » comparativement au journal consommé avec régularité par l’abonné. Cinquante ans plus tard, les titres qui publient des caricatures se sont multipliés, diversifiés dans leur lectorat et dans leur ton. La couleur s’est largement répandue, dans le cadre d’une production dorénavant reconnue comme respectable par les autorités républicaines (loi de 1881)10. Toutes les sensibilités politiques, et pas seulement les tenants de la « liberté », s’emparent alors de la caricature et fondent des journaux satiriques. Si la feuille volante se fait plus rare, la carte postale illustrée commence à s’imposer pour connaître son âge d’or entre 1900 et 192011, tandis que la presse quotidienne recourt de plus en plus à la caricature, au ton polémique lorsque le journal conserve un engagement militant, mais de plus en plus distanciée en « une » des quotidiens dont certains atteignent des tirages de plus d’un million d’exemplaires. L’entre-deux-guerres voit s’imposer à son tour l’affiche politique illustrée (dans un registre souvent satirique), tandis que depuis la Grande Guerre, mais surtout après la Libération, le cinéma influe de plus en plus nettement sur la médiatisation des rivalités politiques, sans pour autant que la caricature ait réussi à s’approprier le genre. Il faut attendre la télévision – pendant longtemps sous la coupe de l’État – pour que la caricature politique, sous forme dessinée puis par le truchement de marionnettes, trouve une nouvelle audience12, suscitant d’inédites interrogations et suspicions, au point que certains se soient demandé si la marionnette de Jacques Chirac n’avait pas facilité son élection en 1995. Un siècle et demi après la victoire de Louis-Napoléon, la caricature semble donc encore jouer un rôle notable dans l’élection présidentielle et plus globalement dans notre vie politique. Dans tous les cas, c’est bien à partir du substrat médiatique – dorénavant de plus en plus diffusé par l’Internet où émerge une production caricaturale inédite, mais finalement assez peu consommée13 – que s’élabore la rhétorique caricaturale. Une rhétorique centrée sur la construction d’une identité caricaturale, double satirique de cette identité de l’homme politique fabriquée, modelée et diffusée par les médias.

Construire l’identité caricaturale

8À l’approche du second tour de l’élection présidentielle de 2012, alors que François Hollande semble être sur le point de l’emporter, le milieu des dessinateurs de presse et des humoristes s’interroge. Ainsi, l’Écho des Savanes, dans la « une » de son numéro de juin 2012, interpelle son lectorat : « Les humoristes politiques ont-ils perdu leur fonds de commerce ? » (fig. 2).

Fig. 2 : l’Écho des Savanes, juin 2012.

9Comme divers articles et entretiens le laissent entendre alors, le journal évoque l’incidence et les effets imminents du changement de président sur l’humour et la caricature. La « normalité » revendiquée du candidat Hollande ne risque-t-elle pas de fragiliser le dessin de presse, dynamisé depuis des années par les excès de « l’hyperprésident » Sarkozy ? Dans Le Monde daté du 2 octobre 2012, Plantu expliquera d’ailleurs dans un court entretien que Sarkozy lui manque et que « son départ a été une catastrophe pour moi. Je n’ai jamais connu un homme politique qui, à ce point, soit une caricature de lui-même. […] Sarko, ajoute-t-il, je lui dois de l’argent, tellement il m’a facilité le travail. Le dessin venait tout seul, le crayon courait sur le papier ».

10Ces interrogations ou ces remarques sur le risque pour le dessinateur de voir un président « normal » se substituer à un président hyperactif traduisent en fait la perception des dessinateurs de presse, qui voudrait que la personnalité de l’homme politique et sa manière d’incarner la fonction modifient considérablement le travail d’élaboration de la rhétorique satirique. Pour la première fois dans l’histoire récente, deux personnifications aussi différentes de la fonction présidentielle se sont affrontées et se sont succédé à la tête de l’État, le contraste imposant, par un jeu de comparaison, cette prise de conscience des dessinateurs de presse. Pour bien comprendre les mécanismes en jeu, il est intéressant d’analyser la carrière et l’identité caricaturale de nos deux derniers présidents, en les comparant à celles des autres hôtes de l’Élysée depuis 1848.

  • 14 Julien Bonhomme et Nicolas Jaoul, « Grands hommes vus d’en bas », Gradhiva n° 11, 2010, p. 7.
  • 15 Madeleine Rebérioux, « La caricature politique et Jaurès vivant », Schéma et schématisation, dossie (...)

11Pour que le dessinateur puisse commencer son travail d’appropriation caricaturale, il faut que la carrière de l’homme politique réponde à différentes étapes. Comme on le sait, seule une portion infime des acteurs de la vie publique intéresse la caricature, qui se focalise en fait sur les personnalités les plus en vue du moment, la sélection s’opérant dans un jeu d’équilibre entre fonction et poids politique, autrement dit son « charisme14 ». Le filtre médiatique demeure relatif, notamment déterminé par une règle de proximité ou de distance géographique. En effet, comme l’attestent de nombreuses figures de la vie politique au xixe siècle, depuis l’émergence d’une caricature politique de province (notamment via le lancement de journaux satiriques dans les villes moyennes du pays à partir de 1848), un édile non parisien intègre la caricature « locale » bien avant d’intéresser les dessinateurs de la presse nationale. On considérera néanmoins comme mineur ce début de construction provinciale de l’identité caricaturale chez ceux qui, plusieurs décennies plus tard, s’installent à l’Élysée. Si la préhistoire caricaturale de chaque personnalité politique possède son intérêt, contrairement à ce que certains auteurs ont pu laisser entendre15, elle influe cependant faiblement sur la nature du criblage national dont l’émergence se fait dans des contextes et selon des logiques très différentes.

12Selon nous, c’est bien l’entrée dans la caricature nationale qui marque la véritable naissance de l’homme politique. On peut, dans ce cadre, distinguer deux modes opératoires : le premier, incarné par la figure de Louis-Napoléon Bonaparte, fonctionne sur le principe de l’irruption brutale. Un événement propulse l’acteur sur le devant de la scène, ce qui a pour effet d’accélérer le criblage satirique et de favoriser la cristallisation de caractères identitaires et satiriques propres à définir et à fixer, sur le long ou moyen terme, l’identité caricaturale de la cible. De retour d’exil, Louis-Napoléon est élu député, puis se porte rapidement candidat à l’élection présidentielle. Ignoré jusque-là des dessinateurs, il apparaît dans la caricature six mois à peine avant son triomphe électoral. Comme s’ils souhaitaient rattraper leur retard, ce sont des centaines de lithographies satiriques et dessins de presse qui sont alors publiés, le plus souvent hostiles à sa personne. On peut également évoquer, mais dans un registre moins spectaculaire, la production satirique autour de Jean Casimir-Perier, élu « brutalement » suite à la mort non moins inattendue (assassinat par balles) du président de la République d’alors, Sadi Carnot. À l’opposé, on relève l’histoire satirique d’Alexandre Millerand, qui accède à la présidence de la République à la suite d’une très longue carrière de militant, de député, de ministre, ce qui a pour conséquence de faire alterner périodes d’absences et d’intensités du criblage caricatural, l’ensemble réagissant au rythme des scrutins, des « temps morts » et des crises. Trente-cinq années séparent son premier mandat de député de son élection à la présidence de la République… Dans le premier cas, l’identité caricaturale se fixe fiévreusement et répond à un contexte propice et agité. Ce criblage intense favorise, en raison des enjeux du moment, la production d’une multitude de motifs caricaturaux, répétés à une fréquence élevée et largement diffusés. Ces effets permettent à certains de ces motifs de se cristalliser et d’opérer alors durablement. Lorsque la figure de la vie politique émerge en dehors d’un contexte fiévreux, la cristallisation demeure difficile, l’absence d’événement marquant empêchant le public de s’approprier un caractère saillant de la cible.

13Si dans ce processus la temporalité historique joue un rôle premier, la personnalité du candidat n’est cependant pas sans incidence, comme l’ont bien compris les dessinateurs. Chez Nicolas Sarkozy et François Hollande, la carrière caricaturale procède plus du Millerand que du Louis-Napoléon Bonaparte. Les deux hommes alignent les postes à responsabilité avant d’accéder à la magistrature suprême. Néanmoins, Nicolas Sarkozy, pour de multiples raisons, penche davantage du côté de Louis-Napoléon. Tout d’abord parce qu’il s’est vu confier nombre de mandats exécutifs, contrairement à Hollande, éléments favorables à sa notoriété. Ensuite en raison de son comportement médiatique, qui le fait alterner prises de position polémiques et déclarations controversées, révélant ainsi une véritable stratégie de communication. Contrairement à Hollande, Sarkozy dispose déjà d’une longue histoire caricaturale avant d’accéder à l’Élysée. Il a ainsi vécu de longues périodes de criblage intense, à la différence de François Hollande qui, avant son élection à la présidence de la République, n’avait dirigé aucun ministère d’importance. De ce point de vue, Sarkozy s’inscrit parfaitement dans les pas de ses quelques prédécesseurs de la IIe et de la Ve République, quand Hollande rappelle le parcours de nombre de ses collègues élyséens des IIIe et IVe Républiques. Ainsi en est-il de Jules Grévy, d’Armand Fallières ou encore d’Albert Lebrun, des noms aujourd’hui oubliés et fort peu caricaturés avant leur accession à la magistrature suprême. Pour ces derniers, comme pour François Hollande, les dessinateurs ne peuvent s’appuyer sur une tradition caricaturale connue du public depuis plusieurs années. Lorsque le candidat « effacé » investit l’Élysée, les caricaturistes doivent élaborer dans l’urgence et sans réel point d’appui une identité caricaturale de sa personne, travail d’autant plus difficile lorsque le président cultive la discrétion. Devant ce vide, l’angoisse pointe chez les caricaturistes, bientôt ouvertement exprimée comme l’atteste l’entretien, déjà mentionné, de Plantu. Une situation, il est vrai, inédite pour les caricaturistes qui, depuis 1965 et l’effacement politique du Premier ministre, étaient dans l’obligation d’incarner satiriquement le régime par la figure omniprésente du président de la République, de De Gaulle à Chirac.

Sarkozy, Hollande et leurs prédécesseurs

14Il serait banal de constater que chaque homme politique possède sa sensibilité, ses compétences, son histoire, bref, son vécu et ses particularités. Pour autant, si certains présidents se sont imposés sans le vouloir comme des figures majeures de la caricature, d’autres se sont montrés incapables de trouver une place de choix dans le flux caricatural. De ce point de vue, les premiers ont pu, sans le vouloir, participer activement à la construction de leur double caricatural, quand les seconds, par leur manque d’initiative, sont demeurés impuissants et en retrait face au discours satirique. Pour autant, si les présidents « autoritaires » ont influencé leur propre traitement caricatural, leur dynamisme, en alimentant la machine médiatique, s’est régulièrement transformé, pour le caricaturiste, en un argument à charge. Cette constatation donne un relief particulier aux stratégies de communication de l’homme politique qui, lorsqu’il se révèle effacé, ne donne que peu de prise à la caricature et empêche les dessinateurs d’imposer durablement auprès du public des motifs dérisoires ou dégradants.

  • 16 David S. Kerr, Caricature and French Political Culture, 1830-1848 : Charles Philippon and the Illus (...)
  • 17 Fabrice Erre, « La Poire Louis-Philippe : des caricatures aux graffitis », Gavroche, revue d’histoi (...)

15Dans ce cadre, vient à l’esprit le très fameux épisode de la poire, qui voit un motif caricatural disqualifiant et dirigé contre Louis-Philippe16 traverser le temps et les frontières pour s’attaquer à « la civilisation bourgeoise ». Cas d’école par excellence, cette poire s’est imposée par défaut, sans que son auteur, Philipon, ait d’abord songé à la publier. C’est au cours d’un procès en 1831 que la poire se forme et apparaît, afin d’inciter les juges à mettre un terme à leurs reproches. Si la poire ne parvient pas à les convaincre, la condamnation de Philipon pour un dessin montrant Louis-Philippe en maçon effaçant les promesses de Juillet impose au directeur de La Caricature d’éditer sa croquade, en vue de récolter de quoi s’acquitter des amendes qui lui sont imposées. La poire devient très vite, sous le crayon (lithographique) des dessinateurs, un motif récurrent, alors que la végétalisation demeure un procédé visuel encore rare dans la caricature. Le fruit défendu s’échappe du papier et des graffitis inspirés de ses formes s’affichent sur les murs de la capitale et de quelques grandes villes de province, implacablement traqués par la police17. Ce sont donc bien les déceptions suscitées par le roi et la multiplication des procès contre la liberté d’expression – entre autres autour des caricatures – qui ont favorisé la cristallisation du motif piriforme et son adoption par le public pour devenir, par sédimentations successives, une sorte de raccourci visuel du temps.

16Ainsi que nous l’avons remarqué, certains personnages politiques ont laissé muets les dessinateurs. D’autres, en revanche, se sont imposés au travers d’un motif si prégnant qu’il aura, sans doute, stérilisé toute autre innovation. C’est le cas d’Émile Loubet, qui entre tardivement dans la caricature lors de son accession à la présidence du Conseil en 1892, mais qui ne suscite alors que très peu de charges. Il voit son identité caricaturale s’élaborer et se figer une fois élu à la présidence, grâce au fameux coup de canne porté par le baron Christiani, le 4 juin 1899. À partir de cette date, la caricature antidreyfusarde, très dynamique à l’époque, se sert de l’événement pour dégrader durablement le président perçu comme trop favorable à Dreyfus, et l’affuble d’un chapeau haut de forme cabossé (fig. 3), motif qui perdurera jusqu’à la fin de son mandat présidentiel et même au-delà. L’invention du chapeau cabossé de Loubet et sa diffusion s’opèrent dans un contexte médiatique particulier qu’il nous faut préciser.

Fig. 3 : Jean-Louis Forain (1852-1931), Psst… !, 8 juillet 1899.

  • 18 Caran d’Ache (1858-1909), « Apaisement », Le Figaro, 6 juin 1899.

17À cette époque, de nombreux quotidiens publient des dessins politiques et touchent un public bien plus vaste que celui de la presse satirique. En outre, ils permettent, en raison du caractère sérieux associé aux quotidiens, de donner au genre satirique une reconnaissance sociale alors que cette pratique était jusque-là perçue comme uniquement polémique et sulfureuse. On doit à Caran d’Ache, l’un des dessinateurs les plus en vue du moment, d’avoir donné corps au motif pour Le Figaro, seulement deux jours après l’attentat à la canne18.

  • 19 Jean-Louis Forain (1852-1931), L’Écho de Paris, 18 juin 1899.

18Cette extrême rapidité d’expression d’un commentaire graphique par rapport à l’événement constitue alors une nouveauté. D’ailleurs, Caran d’Ache s’empare du motif bien avant que la presse illustrée ne soit en mesure de représenter l’incident. Cette géniale invention est bientôt reprise par Forain19 dans un autre quotidien, L’Écho de Paris, puis se diffuse largement, jusqu’à atteindre la production dessinée à vocation humoristique. La réactivité du dessin dans la presse quotidienne constitue, sans nul doute, la grande nouveauté de l’époque (alors que de nos jours l’Internet bouleverse de nouveau le rapport au temps) et favorise la très large diffusion du motif. Mais, il nous faut encore noter, dans le cas présent, le processus d’adoption du motif par des dessinateurs situés bien au-delà des cercles de droite. Par conséquent, plus le temps s’écoule et plus le motif perd de sa virulence politique, pour devenir in fine un caractère d’identification sans relief polémique. Cet affadissement progressif, véritable processus d’édulcoration, est également à l’œuvre à propos d’autres cibles du dessin satirique.

19Ainsi, chez Nicolas Sarkozy, quelques caractères vont rapidement émerger et pour certains s’installer durablement. Le futur président de droite fait son entrée dans la caricature en 1994, sa gestion, en tant que maire de Neuilly, de l’affaire « Human bomb » ayant accru sa notoriété et renforcé l’intérêt des dessinateurs pour sa personne. Il reste toutefois encore pour les caricaturistes, comme pour le grand public, une figure de second plan. Ce chemin préliminaire, nombre de futurs présidents vont l’emprunter, notamment dans le dernier tiers du xixe siècle, à partir de nombreux dessins satiriques mettant en scène les nouveaux gouvernements. Ces derniers se succédant à une fréquence élevée, la caricature sous la IIIe République a permis d’imposer la figuration abstraite d’un personnel politique nombreux et sans cesse renouvelé. Cette phase de quasi-indifférenciation, l’individu constituant prioritairement la partie d’un grand tout, incarné par le gouvernement, cesse lorsqu’un événement ou une crise focalisent l’attention des médias sur un seul et unique ministre. Toutefois, cette focalisation inattendue peut s’avérer éphémère et le criblage caricatural de Nicolas Sarkozy s’est confondu pendant plusieurs années avec celui de diverses personnalités de droite habitées par les mêmes ambitions.

20À la suite de diverses responsabilités ministérielles, et après avoir tenu le rôle de porte-parole du gouvernement sous la présidence de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy intéresse enfin durablement la caricature lors de son accession au ministère de l’Intérieur. Il y développe une stratégie considérée comme fermement « sécuritaire » avec pour perspective plus ou moins avouée la présidence de la République. Trois facteurs s’entremêlent alors et vont marquer sa seconde naissance caricaturale. Tout d’abord le ministère de l’Intérieur, qui expose souvent sans nuance celui qui le dirige. Ensuite, l’attitude très volontariste et l’autorité très affirmée de Nicolas Sarkozy, qui suscite sans partage fascination ou rejet, et enfin la structure même du dessin de presse en France, dont la production est fortement ancrée à gauche depuis les années 1970.

21Dans cette période d’intensification du criblage, les dessinateurs cherchent tout particulièrement à s’appuyer sur des matériaux disponibles et facilement mobilisables. Dans ce cadre, sa posture physique, sa corpulence, autant que sa capacité à occuper l’espace, les traits saillants de son visage (déterminants en ce qui concerne la ressemblance mais aussi la valorisation de certaines expressions faciales signifiantes), ses déclarations, ses mots ou encore sa relation aux événements, soit tous les facteurs de son identité sociale, sont convoqués par les dessinateurs et associés aux commentaires grinçants ou hostiles portés contre lui par les médias. Toutefois, la capacité de tous ces motifs à s’inscrire sur le temps long, malgré leur originalité et leur force symbolique propre, dépend largement de l’aptitude de la fabrique médiatique à toucher et séduire le lectorat.

  • 20 Marlène Coulomb-Gully, « Le corps présidentiel. Représentation politique et incarnation dans la cam (...)
  • 21 Et que Cabu doublera par l’adjonction de cornes de diable.
  • 22 Anne Augié et Véronique Escolano, « Des Guignols aux caricaturistes, le casse-tête Jean-Marc Ayraul (...)

22Comme l’a bien remarqué Marlène Coulomb-Gully20 dans une étude s’attachant à la « représentation politique » dans la campagne présidentielle de 2007, « le corps, c’est aussi un visage », et chez Nicolas Sarkozy, « l’adéquation est ici parfaite entre [son] physique et son image d’homme volontaire, voire volontariste ». C’est autour de ses sourcils arqués que s’élabore la caractérisation satirique principale du visage, sourcils qui deviendront les signes homothétiques du personnage, permettant d’accentuer son caractère inquiétant, voire vampirisateur21. De ce point de vue, Sarkozy peut être classé dans la catégorie des visages dont les traits sont faciles à reproduire et à satiriser, contrairement à d’autres, comme Jean-Marc Ayrault22 ou François Hollande. Grâce à ses traits affirmés (sa coupe de cheveux et son nez aquilin), Nicolas Sarkozy a également très vite suscité l’intérêt de la caricature, fascinée par le contraste entre son image d’homme à poigne et sa petite taille. Il faut pour autant se garder de croire que le motif des talonnettes, qui s’est imposé ad nauseam pendant le quinquennat, relève d’un procédé naturel et utilisé dès les premières apparitions de l’ancien maire de Neuilly dans la caricature. De même, on relève un semblable décalage temporel entre l’association régulièrement évoquée dans les images entre Sarkozy « président des riches » et la fixation du motif « bling-bling », largement utilisé par Plantu à la Une du Monde.

  • 23 Le Canard enchaîné, 20 septembre 2006.

23Ainsi, concernant sa taille, notons que jusqu’en 2006, la caricature questionne souvent, mais indirectement, cette dimension du futur président, en le représentant plus petit que ceux qui l’entourent. En général, le dessinateur ne manque pas de juger comme paradoxal cette spécificité physique qu’il compare défavorablement à sa nouvelle fonction. Le « premier flic » de France se doit d’affirmer des formes classiques de virilité, la taille tenant un rôle premier dans ce caractère de masculinité. Toutefois, le paradoxe ne suffit pas encore à faire émerger et durer ce caractère satirique. La « rupture » advient en 2006, lorsque la presse – et notamment Le Canard enchaîné, qui donne à l’événement une résonance vibrante23 – s’interroge sur la falsification éventuelle d’une photographie immortalisant une solide poignée de mains entre Sarkozy et Georges Bush, le 12 septembre 2006. Alors que ce dernier est connu pour sa grande taille, rien n’indique à partir du cliché que son vis-à-vis est plus petit que lui. Interrogeant une éventuelle falsification, les commentateurs (l’Internet commence alors à jouer un rôle certain dans l’émergence de ces nouvelles rumeurs médiatiques) mettent l’accent sur une faiblesse du futur président, qui chercherait à dissimuler sa taille réelle, en la compensant par le recours à des talonnettes.

24Les questions qui entourent le cliché, mais aussi la propension de Sarkozy à se mettre sur la pointe des pieds lorsqu’il est filmé ou photographié et enfin son recours aux talonnettes, enrichissent symboliquement ce que la caricature s’était jusqu’alors refusée de percevoir comme une particularité indicatrice de sens. C’est donc bien par son attitude et son comportement que Sarkozy lui-même transforme sa petite taille en argument « à charge », dont va se délecter dorénavant la caricature. Luz fixe le procédé par un dessin en « une » de Charlie Hebdo le 22 novembre 2006 (fig. 4), affublant Sarkozy d’immenses talonnettes (et donc le rapetissant d’autant) qui lui permettent d’égaler en taille Ségolène Royal, sa rivale à l’élection présidentielle. De toute évidence, en plus de railler ce qui semble devenir un complexe pour le candidat, Luz s’amuse de la redéfinition de son genre, problématique très présente dans cette course à l’Élysée qui voit pour la première fois s’affronter deux candidats de sexe différent. Ses talonnettes et les charges sur sa taille deviennent un poncif de l’antisarkozysme, fonctionnant d’autant mieux qu’il permet de se moquer graphiquement de celui qui bénéficiera longtemps d’un véritable état de grâce sondagier, suite à son élection à la présidence de la République, et que la caricature peinera à affaiblir.

Fig. 4 : Luz (né en 1972), Charlie Hebdo, 22 novembre 2006.

  • 24 Marianne, 11 août 2007.
  • 25 13 février 2009.

25Autre caractérisation à charge et motif dégradant associé à Nicolas Sarkozy, le fameux « bling-bling » qui relie, dans un processus de production de sens et de cristallisation, différents moments médiatiques, et qu’il reconnaît à présent comme des erreurs de communication. L’affirmation d’une « droite décomplexée » pendant la campagne électorale s’est ainsi traduite par un affichage des signes extérieurs de richesse, notamment dès la fin du scrutin, avec les épisodes, dès les résultats connus, du Fouquet’s puis, un peu plus tard, du séjour sur le yacht de Bolloré. Il faut cependant attendre encore quelques mois avant que les dessinateurs traduisent graphiquement ce rapport ambigu à l’argent du nouveau président, une charge rarement évoquée auparavant. On doit cette campagne discréditante aux journalistes de Marianne, qui en mai 2007 utilisent le terme « bling-bling » pour qualifier les relations supposées qu’entretient Sarkozy à la richesse, le terme apparaissant même ensuite en août, en Une de l’hebdomadaire24. Charlie Hebdo, dans la même veine, utilise le motif des Rolex, qui sera amené à connaître un large et durable succès, bien aidé par la fameuse et navrante saillie de Jacques Séguéla en 200925. La montre s’affiche alors à son poignet de manière surdimensionnée et démultipliée (fig. 5). Mais la traduction visuelle du « bling-bling » prend également les formes de nombreuses chaînes en or autour de son cou, de lunettes noires voyantes, de comportements jugés provocants et que l’on associe volontairement et par effet de dérision à l’univers des rappeurs, inventeurs de ce style clinquant et dont les photographies ornent les couvertures de disques ou les Unes des magasines people.

Fig. 5 : Luz (né en 1972), Charlie Hebdo, 2 janvier 2008.

26C’est également à cette époque qu’émergent divers films satiriques d’animation au propos ouvertement politique, parodies de chansons et conçus pour une diffusion exclusive sur l’Internet et qui, pour certains d’entre eux, rencontrent un succès fulgurant. Ces vignettes animées, à destination d’un public jeune, renforcent la diffusion des caractères « acquis », fixés par le dessin de presse. C’est ainsi le cas du King of bling-bling, imaginé par Mixus, une société de production de films publicitaires à qui il a fallu quatre mois de travail pour réaliser ce clip, rapidement regardé par un million d’internautes. Si ce genre ne s’est finalement pas imposé comme un possible renouvellement de la satire visuelle, du fait de ses coûts de production importants, il a permis de toucher un nouveau public et de le sensibiliser à ces motifs péjorants. Comme dans le cas des marionnettes des Guignols de l’info, l’introduction du mouvement, du son et de la parole (renforcé par l’imitation), permet d’ajouter certains aspects importants de l’identité sociale de la cible, absents de la satire dessinée, en particulier les tics langagiers, dont on sait qu’ils ont en partie discrédité le comportement et brouillé l’action de Nicolas Sarkozy. Ses saillies pour quelques-unes triviales ont pu également s’accompagner d’un rapport à la parole « décomplexée », qui a abondamment nourri les humoristes et affaibli son discours auprès d’une large partie de la population.

27Dernier aspect de cette caractérisation satirique, difficile à fixer au travers du motif graphique : l’agitation que beaucoup associaient et reprochaient à Nicolas Sarkozy. Sa surexposition médiatique, volontaire et entretenue depuis son passage Place Beauvau, s’est appuyée sur la multiplication de déclarations, initiatives, déplacements, rencontres avec la presse, qui visaient à mettre en scène sa personne publique autant que privée. Contrastant là encore avec la petite taille du personnage, l’hyperprésidence va trouver sa traduction dans une mise en image frénétique du mouvement, de l’agitation physique, au travers de signes graphiques jusqu’alors exploités principalement par la bande dessinée.

  • 26 Eithan Orkibi, « L’insulte comme argument et outil de cadrage dans le mouvement “anti-Sarko” », Arg (...)
  • 27 Hélène Delye, « Du rire aux urnes », Le Monde, 28 janvier 2012.

28En 2012, François Hollande à qui échoit la responsabilité d’affronter Nicolas Sarkozy, choisit de se présenter comme l’antithèse d’un président dorénavant poursuivi par un rejet tenace, formalisé dans le fameux « TSS », tout sauf Sarkozy, dont une partie de la rhétorique s’est construite sur la Toile26. Point par point, les deux présidents affichent des images contradictoires, jusque dans la silhouette enveloppée de François Hollande. Comme on l’a vu, cette image du futur président n’a pas manqué de désarçonner les satiristes, empêchés par omission de pouvoir s’appuyer sur une quelconque tradition caricaturale, la carrière politique et la personnalité de François Hollande n’ayant pas favorisé une exposition suffisante pour intéresser durablement la caricature. Certes, en temps que premier secrétaire du Parti socialiste, Hollande n’a pas échappé à la satire visuelle, mais dans un criblage faible et rarement hostile. Pendant la campagne électorale de 2012, les satiristes ont donc dû adapter la teneur de leur discours aux deux personnalités qui s’affrontent, à leurs places opposées dans la vie publique et à leurs passés également singuliers. La caricature relative au président sortant va se concentrer sur son bilan de chef de l’État, à sa personnalité outrée, à ses déclarations à l’emporte-pièce et à son programme électoral semblant opportunément s’opposer à ses actions passées. L’identité satirique du président, établie depuis longtemps comme on l’a vu, a dirigé la caricature tout au long de la campagne électorale. Pour Hollande, point de bilan, un programme très général et une personnalité considérée sans relief ni aspérité. L’humoriste Canteloup, qui attirait des millions de téléspectateurs pendant cette période27, ou les Guignols de l’info, ont traduit ce déficit d’identité du socialiste par des insinuations sur son inconsistance et sa mollesse ou par sa crainte présumée de perdre une élection qui semblait pourtant gagnée d’avance. Mais la difficulté pour les satiristes à développer un angle d’attaque a même poussé les Guignols à ressusciter, pour l’occasion, la marionnette de Lionel Jospin, pourtant alors très en retrait de la vie politique après son échec retentissant à la présidentielle en 2002. C’est justement à cette humiliante défaite que la satire souhaitait renvoyer le candidat Hollande, tout en lui donnant une nouvelle dimension. Pendant les semaines qui ont suivi l’élection de mai 2012, la satire a buté sur l’absence d’éléments saillants originaux pour caractériser le nouveau président. Mais les difficultés liées à la crise économique et les concurrences au sein de l’exécutif ont vite parasité son image et ont pu permettre de nourrir la caricature et de renouveler le genre.

  • 28 Dessin de Sondron réalisé pour l’édition du 11 janvier 2014 du quotidien belge L’Avenir.

29La personnalité « normale » et un temps « effacée » du président a en définitive rapidement et durablement alimenté la charge, contrairement à ce que les partisans de Hollande – ou les dessinateurs eux-mêmes – avaient envisagé. Le thème de la normalité a été si exagéré par la cellule de communication de l’Élysée que son caractère artificiel est rapidement apparu au point d’en devenir risible et produire un matériau à charge pour les dessinateurs, comme on le voit encore en 2014 dans un dessin du Belge Sondron (fig. 6), d’ailleurs refusé par son quotidien l’Avenir, car jugé trop « osé »28.

Fig. 6 : Sondron (né en 1963), dessin inédit, janvier 2014.

  • 29 Par exemple, René Coty qui fait la « une » de Paris Match lors de son élection en 1954. Le journal (...)

30Inspirés par la « sur-normalité » du président, les satiristes, à défaut de réagir à des déclarations ou des décisions polémiques, se sont mis à imaginer les activités quotidiennes d’un président « normal » et à multiplier parodies et gags sur ce thème. Par ailleurs, comme cela avait été le cas pour Sarkozy, la vie privée du nouvel élu, qui n’avait pas parasité sa campagne, a rapidement acquis après le scrutin une importance considérable dans la vie publique, immédiatement adaptée dans le discours satirique. Le fameux tweet de Valérie Trierweiler, la nature des relations au sein du couple présidentiel, la supposée concurrence entre Royal et la nouvelle compagne du président, ont fourni d’abondants sujets de raillerie. In fine, ces différents éléments, bien que fort peu politiques, ont permis de modeler un double satirique du président, traduisant la place grandissante de la vie privée dans la médiatisation de la vie publique. Rappelons que jusqu’à Pompidou, cette médiatisation de la vie privée des élus et a fortiori des présidents de la République en exercice fut inexistante, sauf lors de rares moments de mise en scène volontaire par les intéressés eux-mêmes29.

  • 30 <http://www.leparisien.fr/politique/hollande-capitaine-de-pedalo-une-gentillesse-selon-melenchon-14-11-2011-1719183.php>.

31Chez Hollande, d’autres événements liés à sa vie privée ont pu temporairement susciter la satire. Il en va ainsi de ce que les journalistes ont nommé « l’affaire Gayet », du nom de la maîtresse du président, qui poussera les Guignols à transformer radicalement la marionnette du président, qu’ils présentent dorénavant comme un séducteur au trop plein d’assurance à l’opposé de sa figure indécise antérieure. Il s’agissait pour les satiristes d’un événement rêvé, car la caricature, qui certes fonctionne sur les effets de redondance, doit aussi pouvoir renouveler ses motifs et son discours. Pourtant, si le casque de motard qu’Hollande utilisait pour conduire son scooter afin de se rendre chez sa maîtresse s’est un temps imposé, il est resté un motif éphémère. Il est intéressant à ce propos de rappeler que lorsque la caricature d’extrême droite a « inventé » le nez surdimensionné de Jules Ferry, ce n’est pas à la suite d’une dérobade de la part du ministre, eu égard à une particularité physique ou en raison d’une affaire personnelle, mais à cause d’un échec politique cuisant, le rejet par le Sénat d’un article de loi fondateur de sa politique de laïcisation. On pourrait multiplier les exemples qui mettraient en valeur une évaporation des enjeux politiques dans la satire graphique, au profit de flèches personnelles et relevant de la sphère privée. Aujourd’hui, la caricature s’élabore largement sur un terrain d’où sont absents les clivages idéologiques majeurs et se nourrit des affres d’une politique déchargée de contestation et traversée par les stratégies communicationnelles ou, plus affligeant encore, l’exhibitionnisme personnel. L’adoption sans recul ni perspective par les dessinateurs et les humoristes de l’expression « capitaine de pédalo » inventée par Jean-Luc Mélenchon en 201130 pour disqualifier Hollande (fig. 7), témoigne de cet intérêt grandissant de la caricature pour la « petite phrase » et de l’absence de confrontations idéologiques majeures et déterminantes.

Fig. 7 : Soulcié (né en 1983), juillet 2012.

Tentation de la censure, impact et réception

  • 31 <http://www.lesechos.fr/26/07/2013/LesEchos/21487-012-ECH_le-delit-d-offense-au-chef-de-l-État-supprime-par-le-parlement.htm>.
  • 32 <http://www.lemonde.fr/idees/article/2007/04/28/nicolas-sarkozy-plantu-et-la-mouche_903182_3232.html>.
  • 33 Jeanne Favret-Saada, « On y croit toujours plus qu’on ne croit. Sur le manuel vaudou d’un président (...)
  • 34 « Twitter censure des comptes parodiques contre Sarkozy », site de l’express.fr, 20 février 2012.
  • 35 Comme celle de Marianne du 7 août 2010, avec pour titre : « Le voyou de la République ».

32Nul, aujourd’hui, ne songe à reprocher à François Hollande des effets d’intimidation dirigés contre des dessinateurs de presse ou des journaux qui auraient publié des charges contre sa personne. À l’inverse, le nom de Nicolas Sarkozy reste associé à de nombreux événements que l’on a qualifiés d’actes de censure, actes qui reflètent bien ses craintes face aux effets de la caricature sur son image. En revanche, Nicolas Sarkozy s’est aussi illustré par sa mansuétude en 2007 lors du procès intenté à Charlie Hebdo par trois associations musulmanes. Il a même, en 2013, fait supprimer le délit d’offense au président de la République31. S’il avait expliqué préférer, lors du procès contre Charlie Hebdo, un « excès de caricature » à l’absence de caricature, cette posture n’a pas permis d’effacer plusieurs accès de rage contre des charges satiriques dont il était la cible. On relève ainsi ses reproches récurrents à Plantu32, l’affaire de la poupée vaudou en 200933, la suppression des comptes tweeter satiriques anti-Sarkozy34 ou encore les campagnes de la majorité d’alors contre des « unes » qui lui étaient défavorables35. Sarkozy et ses proches se sont montrés très attentifs, voire contraignants, envers la liberté d’expression. Étrange contraste, de ce point de vue, entre un président « hyperactif » bénéficiant pendant longtemps de sondages favorables en tant que ministre de l’Intérieur, puis comme président de la République, et François Hollande, candidat et président que personne n’avait vraiment vu venir et dont la « normalité » revendiquée fut rapidement synonyme de mollesse et d’impuissance.

33En raison de ses 75 % de voix aux élections du 10 décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte aurait pu tolérer la poussée caricaturale que les journées de Février avaient permis d’imposer. Pourtant, dès juillet 1849, il fait voter une loi définissant l’offense au président de la République, ce qui lui permettra l’année suivante de faire emprisonner un dessinateur du Charivari. Son coup d’État, en décembre 1851, aura aussi pour conséquence de réduire encore la liberté de presse et d’opinion. Si, sous Thiers et Mac-Mahon, la censure se montre encore particulièrement sévère, elle perdure en 1879 lorsqu’enfin les républicains s’installent durablement au pouvoir. Il faut cependant attendre 1881 pour que le président cesse, dans les faits, de jouir d’une protection particulière, c’est-à-dire pour que le pouvoir ne craigne plus – du moins en apparence – les assauts des dessinateurs, la liberté gagnée étant contrebalancée par la généralisation d’un genre dorénavant perçu comme respectable.

  • 36 Alexandre Croix, Jaurès et ses détracteurs, Spartacus, 1967.
  • 37 Archives de la préfecture de police de Paris (APPP) : BA 1071.
  • 38 APPP, BA 153, 173 et 190.

34L’épisode Jean Casimir-Perier/Gérault-Richard – un procès intenté par la présidence contre le Chambard socialiste – ne concerne pas l’image mais le texte36. Il éclate surtout dans une période « sécuritaire », l’assassinat du président Sadi-Carnot en 1894 laissant craindre le pire. Plusieurs années durant, la police est chargée d’une surveillance systématique mais discrète de l’édition populaire et donc des caricatures, notamment sous Félix Faure37 et Émile Loubet38. On assiste même, en dehors de tout cadre juridique, à des lacérations d’affiches visant les présidents et jugées inconvenantes par les autorités.

  • 39 Raphaël Meltz, De voyou à pov’con, les offenses au chef de l’État de Jules Grévy à Nicolas Sarkozy, (...)
  • 40 Hara-Kiri, n° 94, 16 novembre 1970.

35En dehors des deux guerres mondiales, c’est le retour du général De Gaulle au pouvoir en 1958 qui impose une nouvelle sacralité de la fonction présidentielle, avec la multiplication des saisies plus ou moins légales, des procès, et des condamnations39 des dessinateurs Ben, Coral, Siné, récemment disparu, et Pinatel notamment. L’exemple le plus éloquent de cette politique se traduit par l’interdiction du numéro de l’hebdo Hara-Kiri qui, à la suite du décès de De Gaulle, avait titré : « Bal tragique à Colombey, un mort »40 ! Par la suite, Pompidou ne manque pas non plus de recourir aux tribunaux pour défendre son image ainsi que celle de son épouse. De son côté, Valéry Giscard d’Estaing tente de rompre avec la politique gaulliste en affichant, avant même son élection, sa volonté, en cas de victoire, de renoncer au « délit d’offense au président de la République ». L’engagement est de courte durée. En 1974, un libraire de Nancy édite un jeu de carte satirique visant le chef de l’État. Le « Giscarte » gagne une rapide notoriété, à la suite de la demande du chef de cabinet du président, informé par l’éditeur de la parution prochaine de ce jeu, de renoncer à son projet. Illustré de caricatures, le jeu est interdit de commercialisation en référé quelques jours à peine après sa mise en vente, sous le regard amusé de la presse internationale ! Recourant à la parodie historique, le dessinateur y fait jouer à Giscard les rôles des grandes figures qui ont marqué l’histoire de France, depuis l’homme préhistorique jusqu’à De Gaulle. L’éditeur est condamné. Pour ne pas se dédire, Giscard a trouvé une parade : au lieu d’invoquer l’outrage au président de la République, il dénonce l’utilisation commerciale illicite de son image…

  • 41 Jacques-Marie Boyer de Nîmes, Histoire des caricatures de la révolte des Français, publié par fasci (...)

36On explique en général la tentation de la censure par l’impact éventuel de la caricature. Comme nous l’avons évoqué, le dessinateur élabore un double caricatural, qui, si l’on en croit la crainte qu’il suscite auprès du pouvoir entre 1830 et 1835, semble capable d’ébranler l’autorité du monarque. On peut considérer cette crainte comme un héritage de l’Ancien Régime. Elle est confirmée par le regard de certains commentateurs de l’époque sur le rôle de la caricature pendant la Révolution française. Ainsi, pour Boyer de Nîmes en 1792, c’est la caricature qui provoque les désordres et non les événements qui la stimulent41. De cette confusion naît en France l’idée d’imposer la censure préalable des dessins qui « parlent aux sens » de ceux qui sont considérés comme ne possédant pas d’esprit !

  • 42 Annie Duprat, Ibid.

37De quel type d’impact parle-t-on ? Pour Boyer de Nîmes, la caricature pousse à l’action, elle modifie le jugement et les comportements42. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, paradoxalement, depuis 1848 ce sont les présidents qui se sont présentés comme « autoritaires » (Louis-Napoléon, De Gaulle, Sarkozy…) qui ont eu le plus recours à la censure, comme si « l’autorité » du pouvoir devait s’incarner dans la sacralité de la fonction et dans le respect de sa personne. Et pourtant, nous l’avons dit, la caricature a été abondante lors de la première élection présidentielle de notre histoire et cette profusion n’a pas empêché la principale cible des dessinateurs de triompher. La campagne électorale de 2007 conforte cette idée d’une impuissance de la caricature face au mouvement d’opinion. Alors qu’en France, depuis plusieurs décennies, la sensibilité idéologique de l’ensemble des caricaturistes penche à gauche et que la plupart des dessins parus avant l’élection présidentielle de 2007 se montraient hostiles à Sarkozy, le ministre de l’Intérieur n’a rencontré aucune difficulté à se faire élire. Pendant deux ans au moins, les dessinateurs ont semblé impuissants face à l’élan impulsé par le président. Il a fallu que les sondages reflètent un début de désamour entre les Français et leur président pour que la caricature reprenne enfin des couleurs.

38Certains dessinateurs (ou humoristes) se sont interrogés sur un autre type d’impact que leur travail aurait pu induire. Si depuis des décennies le dessinateur Cardon au Canard enchaîné se refuse de croquer ses cibles de face, Luz pendant la présidence de Sarkozy, a émis des doutes sur l’intérêt de poursuivre le pilonnage satirique du chef de l’État, une profusion finalement perçue comme pouvant alimenter la surexposition médiatique souhaitée par la cible elle-même.

  • 43 Guy Lochard, « Le traitement humoristique des personnalités politiques dans les talk- shows françai (...)

39La caricature dessinée est devenue de nos jours une figure mineure et marginale du rire politique, contrairement au rôle qu’elle a pu jouer pendant la Révolution française, sous le règne de Louis-Philippe, en 1848 ou à la Belle Époque. Depuis quelques décennies, elle se voit concurrencée par les émissions satiriques à la télévision, mais aussi par des talk-shows au cours desquels les hommes politiques acceptent de se frotter aux humoristes43, estompant finalement la frontière censée fonder la relation entre la satire et sa cible. Le dessinateur a perdu en reconnaissance sociale, si on fait abstraction des événements tragiques récents, qui ont artificiellement accentué l’intérêt pour cette profession.

40Ce désintérêt et cette perte d’influence relèvent de diverses causes, qui résultent elles-mêmes de nombreux facteurs, à la fois sociologiques, idéologiques et historiques. Dans ce cadre, la tendance récente à introduire de plus en plus de légèreté dans la médiatisation du politique et l’apparente victoire des communicants sur les idéologues ont joué un rôle déterminant. En outre, la transformation du statut du président de la République et d’un pouvoir politique devenu sacralisé, traversé par des rivalités aiguës qui s’expriment au travers d’options politiques tranchées, ont également affaibli la portée comme l’influence de la caricature. Dans un jeu d’inversion satirique, la caricature se donne pour tâche de déconstruire la norme, avec pour support privilégié le corps de l’homme politique, tout particulièrement celui qui a en charge les destinées du pays. Mais quand cette norme singulière tend à se diluer en adoptant les constituants de la norme commune, que reste-t-il au dessinateur ? Quand le pouvoir prend la défense du satiriste, quand la police et l’armée défendent la caricature, quand les chefs d’État manifestent pour défendre la liberté d’expression, dont on sait qu’ils avaient toujours tenté d’en limiter les effets, quelle place reste-t-il à la caricature ? Faut-il s’indigner de cette perte d’influence et se féliciter que l’autorité suprême prenne sa défense ? Si la caricature attachée au président de la République n’a jamais fait les élections et si on peut même douter de son influence, même marginale, elle n’en reste pas moins un formidable vecteur de sens et d’informations que l’historien doit s’attacher à comprendre et à analyser en dehors de toute appréciation partisane, mais en tant que source reflétant à la fois une opinion individuelle et un imaginaire collectif.

Haut de page

Notes

1 La Presse, 25 janvier 1848.

2 Journal des débats, 25 novembre 1848.

3 Raimund Rütten (dir.), La caricature entre République et censure : l’imagerie satirique en France de 1830 à 1880 : un discours de résistance ?, Presses universitaires de Lyon, 1996.

4 Pascal Dupuy, Caricatures anglaises. Face à la Révolution et l’Empire (1789-1815), Paris, Paris-Musées et Nicolas Chaudun éditions, 2008.

5 Guillaume Doizy et Didier Porte, Présidents, poil aux dents ! : 150 ans de caricatures présidentielles, Flammarion, 2012.

6 Discours de Michel Debré, garde des Sceaux, devant le Conseil d’État, 27 août 1958 : « Si vous me permettez une image empruntée à l’architecture, je dirai qu’à ce régime parlementaire neuf, et à cette Communauté qui commence à s’ébaucher, il faut une clef de voûte. Cette clef de voûte, c’est le président de la République. »

7 Christian Delporte, « Le monstre bicéphale. L’exécutif dans le dessin du Canard enchaîné (1959-1981) », Matériaux pour l’histoire de notre temps n° 28, 1992, p. 44-51.

8 Jean-Jacques Chevallier, Histoire des institutions et des régimes politiques de la France de 1789 à 1958, Paris, Dalloz, 9e éd., 2009.

9 Christian Delporte, « Un nouveau président pour la France. Du changement politique dans le dessin de presse sous la Ve République », Recherches contemporaines : l’image satirique face à l’innovation, Nanterre, Paris X, 1998, p. 129-141.

10 Jean-Claude Gardes, Jacky Houdré et Alban Poirier (dir.), Ridiculosa n° 18, dossier « Les revues satiriques françaises », 2011.

11 Avec pour corollaire un retour de la discontinuité dans la réception.

12 Marlène Coulomb-Gully, « Bébête Show et Guignols de l’Info : de l’émission à la réception, parcours comiques et portraits de rieurs », Réseaux n° 84, 1997, p. 139-148.

13 Guillaume Doizy, Dessin de presse et Internet, EIRIS, université de Bretagne occidentale, 2010.

14 Julien Bonhomme et Nicolas Jaoul, « Grands hommes vus d’en bas », Gradhiva n° 11, 2010, p. 7.

15 Madeleine Rebérioux, « La caricature politique et Jaurès vivant », Schéma et schématisation, dossier « Jaurès et ses images », 1985, p. 18-24.

16 David S. Kerr, Caricature and French Political Culture, 1830-1848 : Charles Philippon and the Illustrated Press, Oxford, Clarendon Press, 2000 ; Fabrice Erre, Le Règne de la Poire. Caricatures de l’esprit bourgeois, de Louis-Philippe à nos jours, Paris, Champ Vallon, 2011.

17 Fabrice Erre, « La Poire Louis-Philippe : des caricatures aux graffitis », Gavroche, revue d’histoire populaire, n° 164, octobre-décembre 2010, p. 34-39.

18 Caran d’Ache (1858-1909), « Apaisement », Le Figaro, 6 juin 1899.

19 Jean-Louis Forain (1852-1931), L’Écho de Paris, 18 juin 1899.

20 Marlène Coulomb-Gully, « Le corps présidentiel. Représentation politique et incarnation dans la campagne présidentielle française de 2007 », Mots. Les langages du politique, n° 89 (2009), p. 24-38.

21 Et que Cabu doublera par l’adjonction de cornes de diable.

22 Anne Augié et Véronique Escolano, « Des Guignols aux caricaturistes, le casse-tête Jean-Marc Ayrault », <ouestfrance.fr>, 26 septembre 2013.

23 Le Canard enchaîné, 20 septembre 2006.

24 Marianne, 11 août 2007.

25 13 février 2009.

26 Eithan Orkibi, « L’insulte comme argument et outil de cadrage dans le mouvement “anti-Sarko” », Argumentation et Analyse du Discours, mis en ligne le 15 avril 2012. URL : <http://aad.revues.org/1335>.

27 Hélène Delye, « Du rire aux urnes », Le Monde, 28 janvier 2012.

28 Dessin de Sondron réalisé pour l’édition du 11 janvier 2014 du quotidien belge L’Avenir.

29 Par exemple, René Coty qui fait la « une » de Paris Match lors de son élection en 1954. Le journal publie des clichés du président en compagnie de sa femme dans l’espace domestique, et même une photo de lui en maillot de bain. Voir Paris-Match, n° 248, 26 décembre 1954.

30 <http://www.leparisien.fr/politique/hollande-capitaine-de-pedalo-une-gentillesse-selon-melenchon-14-11-2011-1719183.php>.

31 <http://www.lesechos.fr/26/07/2013/LesEchos/21487-012-ECH_le-delit-d-offense-au-chef-de-l-État-supprime-par-le-parlement.htm>.

32 <http://www.lemonde.fr/idees/article/2007/04/28/nicolas-sarkozy-plantu-et-la-mouche_903182_3232.html>.

33 Jeanne Favret-Saada, « On y croit toujours plus qu’on ne croit. Sur le manuel vaudou d’un président », L’Homme, n° 190, 2009, p. 7-25.

34 « Twitter censure des comptes parodiques contre Sarkozy », site de l’express.fr, 20 février 2012.

35 Comme celle de Marianne du 7 août 2010, avec pour titre : « Le voyou de la République ».

36 Alexandre Croix, Jaurès et ses détracteurs, Spartacus, 1967.

37 Archives de la préfecture de police de Paris (APPP) : BA 1071.

38 APPP, BA 153, 173 et 190.

39 Raphaël Meltz, De voyou à pov’con, les offenses au chef de l’État de Jules Grévy à Nicolas Sarkozy, Robert Laffont, 2012, p. 142 et suiv.

40 Hara-Kiri, n° 94, 16 novembre 1970.

41 Jacques-Marie Boyer de Nîmes, Histoire des caricatures de la révolte des Français, publié par fascicules entre avril et août 1792. Voir Annie Duprat, « Le regard d’un royaliste sur la Révolution : Jacques-Marie Boyer de Nîmes », Annales historiques de la Révolution française, n° 337, 2004, p. 21-39 ; Claude Langlois, « Démontrer et faire voir : Boyer de Nîmes et la caricature de la Révolution », L’historien et l’image, de l’illustration à la preuve, Metz, 1998, p. 125-135 ; Anne-Marie Duport, Terreur et Révolution à Nîmes en l’an II (1793-1794), Paris, Jean Touzot, 1987.

42 Annie Duprat, Ibid.

43 Guy Lochard, « Le traitement humoristique des personnalités politiques dans les talk- shows français », Questions de communication, n° 10 (2006), dossier « Humour et médias. Définition, genres et cultures », p. 65-79.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Revue comique à l’usage des gens sérieux, novembre 1848.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Légende Fig. 2 : l’Écho des Savanes, juin 2012.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 3 : Jean-Louis Forain (1852-1931), Psst… !, 8 juillet 1899.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Légende Fig. 4 : Luz (né en 1972), Charlie Hebdo, 22 novembre 2006.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5246/img-4.png
Fichier image/png, 651k
Légende Fig. 5 : Luz (né en 1972), Charlie Hebdo, 2 janvier 2008.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5246/img-5.png
Fichier image/png, 634k
Légende Fig. 6 : Sondron (né en 1963), dessin inédit, janvier 2014.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5246/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Légende Fig. 7 : Soulcié (né en 1983), juillet 2012.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5246/img-7.png
Fichier image/png, 458k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Doizy et Pascal Dupuy, « De 1848 à nos jours : le président de la République face à son double caricatural », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 131 | 2016, 105-132.

Référence électronique

Guillaume Doizy et Pascal Dupuy, « De 1848 à nos jours : le président de la République face à son double caricatural », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5246

Haut de page

Auteurs

Guillaume Doizy

historien, commissaire d’expositions, fondateur du site <www.caricaturesetcaricature.com>

Articles du même auteur

Pascal Dupuy

GRHIS-Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page