Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Retrouver le « Mont Calvaire » ou comment on devient historien : le projet franco-allemand sur la cote 108 dans la Grande Guerre

Pierre Le Dauphin
p. 157-168

Résumé

Cent ans après la Grande Guerre, une initiative tout à fait originale dans le paysage des sciences sociales a vu le jour : le projet « Cote 108 » s’est donné pour ambition, en réunissant des élèves de master venant de chaque rive du Rhin, de réaliser une micro-histoire transnationale d’un haut lieu du front de l’Aisne tombé dans l’oubli. Un de ses participants témoigne ici de son expérience et explique comment ce projet a changé sa vision et sa manière de faire de l’histoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Roland Dorgelès, Les Croix de bois, 1919, « Le Mont Calvaire », p. 127 (édition Livre de poche).

1« Où la terre allait-elle se fendre ? En fermant les yeux, on croyait voir ces ignobles photographies des illustrés, ces entonnoirs béants avec des pieux, de la ferraille et des bouts d’hommes qui dépassent, mal ensevelis. Étendus, la tête sur le sac, nous n’entendions plus que le terrible pic, régulier comme un tic tac d’horloge, qui creusait notre trou. »1

2Cent ans plus tard, alors que nous lisions ces lignes tirées des Croix de bois de Roland Dorgelès sur la cote 108 à Berry-au-Bac, lieu qui fut sans doute ce « Mont Calvaire » décrit dans la citation, j’observais les traces laissées par cette terrible guerre des mines : un paysage lunaire marqué par des cratères tels des tumulus inversés que recouvre désormais une végétation basse ; une histoire de la Grande Guerre tombée dans l’oubli de la mémoire et, cependant, un siècle après, une localité qui revendique sa place dans le récit national.

3Pour fouler, par une journée ventée de février 2014, la cote 108 entre Reims et Laon, il avait fallu l’initiative insolite lancée par l’association « Correspondance Cote 108 », propriétaire du terrain. Fondée quelques mois avant le début du centenaire de la Première Guerre mondiale par Caroline Guerner et Jean-Marie Dogué, cette association locale s’est donné comme but de réhabiliter le site et de tirer de l’oubli ce haut lieu de la Grande Guerre. Elle a contacté, pour ce faire, un historien contemporanéiste, spécialiste des relations franco-allemandes, Fabien Théofilakis. Afin de relever le défi, ce dernier a choisi d’engager une aventure originale : réunir des étudiants allemands et français pour tenter une histoire croisée, transnationale, des événements qui se sont déroulés sur cette cime du paysage de la Grande Guerre dans la région. À l’automne 2013, le responsable scientifique du projet « La cote 108 à Berry-au-Bac : fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne » se mit donc en quête de participants. En novembre, informé par un ami de licence et mû par la curiosité, je retrouve cet enseignant, que j’avais eu à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, afin qu’il nous décrive le projet.

4Une fois les grandes lignes présentées, Fabien Théofilakis nous raconta sa rencontre avec le site exceptionnel de la cote 108 : « C’est un site incroyable et jamais étudié, on y ramasse des cartouches Lebel à pleines mains ! ». Le fait que ce projet de recherche soit rattaché à un lieu précis et quasi inchangé depuis la fin de la guerre – privatisé juste après le conflit pour relancer l’activité de la carrière, le site voit l’accès aux galeries des mines complètement interdit dans les années 1980, suite à un accident qui coûta la vie à trois personnes – exerça sur moi un attrait immédiat. J’achevais une double licence en histoire et en sociologie, formations qui m’ont aidé à comprendre les événements de la cote 108, mais dont j’allais aussi apercevoir les limites au contact du terrain. Or, si j’ai toujours pris plaisir, en lisant des auteurs, à construire une réalité à travers les lignes des textes qui la décrivent, l’idée de toucher de mes mains ce lieu qui allait devenir l’objet de notre étude me procura un réelle excitation. À l’envie de devenir un jour chercheur en sciences sociales s’est ajouté dans mon esprit le goût de l’aventure : à défaut d’être un nouveau Marc Bloch, peut-être serais-je un Indiana Jones de la Grande Guerre… À l’issue de mon rendez-vous, j’étais emballé à l’idée de participer à l’aventure intellectuelle qui s’offrait à moi. Entrant alors en master, j’eus l’impression qu’on me donnait à voir l’envers des livres d’histoire que j’avais absorbés pendant ma licence. J’avais hâte de saisir quels étaient les secrets de fabrication du récit historique, comment s’effectue le travail en archives, comment on passe du document brut à l’établissement d’une argumentation nouvelle pour faire émerger un discours plus fidèle à un événement qui fêtait ses cent ans. Bref, j’avais hâte d’apprendre le « métier d’historien ».

Participer à une aventure scientifique

  • 2 Un montage de ces interviews a été présenté lors d’une exposition à Berry-au-Bac le 25 octobre 2015

5La première des initiations fut la rencontre avec l’équipe de recherche qu’avait constituée le responsable scientifique. Cette équipe a en effet été formée à quasi moitié par des étudiants allemands et français, non dans une démarche purement symbolique, mais bien pour dépasser les récits nationaux sur le conflit en proposant une démarche renouvelée de l’histoire de la Grande Guerre. Cette volonté de renouveau par rapport aux approches de la Première Guerre mondiale se reflète notamment à travers l’âge des participants : des historiens en devenir, étudiants en master, sauf le plus jeune qui a commencé une thèse en octobre 2014. En effet, l’équipe rassemble quatre Français ayant étudié à l’université de Paris-Ouest-Nanterre et de trois étudiants allemands de la Albert-Ludwigs-Universität Freiburg, quatre garçons et deux filles, tous entre 22 et 34 ans. Compte tenu de notre toute jeune expérience, le projet sur l’histoire de la cote 108 dans la Première Guerre mondiale est devenu pour nous, en l’espace d’une année seulement, le lieu de notre formation en tant que futur chercheur, mais aussi l’occasion de confronter nos analyses à certains des plus grands historiens de la Grande Guerre, comme Stéphane Audouin-Rouzeau, Annette Becker, Nicolas Beaupré, Gerd Krumeich, Jörg Leonhard, ou encore John Horne, rencontrés au fil de nos lectures et de nos manifestations. Outre l’expérience en matière de recherche, je me rendis en effet compte, à mesure que le projet se développait, que je participais à la construction d’un réseau, réseau horizontal avec mes camarades français et d’outre-Rhin, réseau plus vertical avec les historiens de la Première Guerre mondiale rencontrés lors des manifestations à Berry-au-Bac, dans les archives allemandes et françaises, dans les journées d’études organisées à Paris comme à Montréal, ou bien lors de notre participation aux « Rendez-vous de l’Histoire » de Blois en octobre 2013. Conscients d’appartenir à une nouvelle génération d’historiens, nous avons voulu garder trace de ces rencontres exceptionnelles avec les acteurs de la recherche, en leur demandant leur avis sur l’état actuel de l’historiographie de la Grande Guerre et sur l’existence – ou non – d’un « effet centenaire », en France et en Allemagne. L’échange a pris la forme d’une interview à partir des trois mêmes questions2.

6Cette expérience de travail avec des étudiants européens avec qui nous échangeons parfois en français, parfois en allemand, souvent en anglais, m’a également rendu visible une communauté scientifique européenne – si ce n’est mondialisée – qui se comprend et échange sur un fond relationnel commun, malgré les langues et les frontières. J’ai ainsi pu expérimenter à quel point les technologies actuelles de communication n’ont pas été un adjuvant dans notre travail, mais bien une nécessité pour rester en contact avec un directeur de projet enseignant désormais au Canada et des membres répartis entre deux villes distantes de 600 km. J’ai pu enfin percevoir le rôle que jouent les institutions dans l’orientation de la recherche à travers le soutien que nous ont apporté des organismes comme la Mission nationale du centenaire de la Grande Guerre, l’Office franco-allemand de la jeunesse, les universités partenaires ou encore le conseil départemental de l’Aisne. C’est donc tout un monde qui s’est ouvert à moi et, avec lui, une compréhension des logiques politiques, financières et institutionnelles qui sous-tendent la réalisation de projets scientifiques.

7Mais la rencontre ne se limita pas à franchir le Rhin : elle se déploya aussi sur les bords de l’Aisne. Sise sur le territoire de la commune de Berry-au-Bac à une vingtaine de kilomètres de Reims, la cote 108 est bordée par le fleuve, son canal latéral et celui qui rejoint la Marne. Cette colline, nommée ainsi par l’état-major français en raison de ses 108 mètres d’altitude, devint un haut lieu stratégique pour les belligérants pendant la Première Guerre mondiale. La cote 108 fut, d’août 1914 à novembre 1918, le théâtre de violents affrontements, dont elle porte encore les stigmates. Elle offre ainsi un concentré d’histoire de la Première Guerre mondiale : à la traditionnelle guerre de tranchées qui prend possession du territoire à partir d’octobre 1914 est venu s’ajouter, en 1915, l’effroyable guerre des mines décrite par Roland Dorgelès. Le 16 avril 1917, la plaine de Juvincourt au nord-ouest de Berry-au-Bac fut choisie par l’état-major français pour expérimenter les chars d’assaut, pour la première fois de son histoire militaire. En 1918, la bataille de l’Aisne se gagne par une offensive interalliée avec la participation de soldats britanniques et du Commonwealth. Cette superposition des différents types de combats a été déterminante pour notre équipe en ce qu’elle a nourri la thématique de la première année du projet, l’expérience combattante des soldats français et allemands en lien avec les fronts domestiques. Elle explique aussi pourquoi ce « mont de tous les calvaires » a connu une certaine renommée pendant la guerre en tant que porte d’entrée orientale du Chemin des Dames. Il devint, après le conflit, un lieu incontournable des pèlerinages pour veuves de guerre et anciens combattants, comme en témoignent les séries de cartes postales de l’immédiat après-guerre, avant de tomber dans l’oubli à la fin des années 1920.

  • 3 Friedrich Nietzsche, La Généalogie de la morale, 1887, III, § 1.

8Oubli surprenant, mais qui s’explique en partie par la privatisation du site lors des travaux de la reconstruction, ainsi que par une certaine volonté d’oubli d’une partie de la population de l’époque. Il est parfois compliqué pour un historien de comprendre la nécessité de l’oubli au sein des groupes qu’il étudie, de cet « oubli positif » dont parle Nietzsche dans La généalogie de la morale quand il aborde « la faculté d’oubli » : « L’oubli n’est pas seulement une vis inertiae, comme le croient les esprits superficiels ; c’est bien plutôt un pouvoir actif, une faculté d’inhibition positive au sens le plus strict du mot »3. Mais, comme j’ai pu le découvrir lors de mes recherches dans les archives départementales de l’Aisne, cette tension entre mémoire et oubli n’est pas l’apanage des relations qui peuvent exister entre l’historien et les populations qu’il observe, elle préexiste parfois à son étude. En dépouillant les décisions prises, dans l’immédiat après-guerre, par le conseil municipal de Berry-au-Bac concernant la reconstruction du village détruit à 90 %, j’ai vu se mettre en place, au fur et à mesure des dossiers, un véritable « tribunal de l’histoire » à l’échelle locale dans les votes du conseil. D’un côté, emmenés par le maire d’alors, ceux qui voulurent tout de suite reconstruire la commune de Berry-au-Bac à l’identique de ce qu’elle était avant guerre ; de l’autre, derrière les anciens combattants, ceux qui souhaitèrent sanctuariser le lieu des combats auxquels ils avaient pris part ou avaient laissé un être cher. Cette tension m’est apparue intéressante en ce qu’elle oppose deux parties qui militent, non pas pour quelque chose qui leur importe, mais bien pour leur existence en tant que sujet de l’histoire : les anciens combattants ne pouvaient accepter sans se renier que les corps de leurs camarades servissent de fondations à de nouvelles maisons ; le premier édile ne pouvait assumer ce à quoi il prétendait être, à savoir un acteur de l’histoire de sa commune, si celle-ci restait définitivement ensevelie sous le passé. Ce combat mémoriel de l’époque est pour l’historien d’aujourd’hui comme un tiroir à double fond lorsqu’il s’agit de comprendre la place que prend la Grande Guerre dans la mémoire des habitants autour de la cote.

Apprendre le travail en archives et le travail en équipe : la Première Guerre mondiale entre cartons et cartels

9Saisir ces différents enjeux, proposer un récit binational à l’échelle locale sous forme d’une exposition sur panneau tout en apprenant, supposaient la mise en place d’un dispositif de recherche inédit et d’une méthode ad hoc. Nous nous sommes répartis, sur les deux rives du Rhin, pas moins d’une douzaine de centres d’archives en fonction de thèmes qui n’avaient auparavant jamais été systématiquement traités selon cette méthode comparative. Le travail en archives a donc guidé nos premiers pas : avant le premier séminaire en février 2014, nous avions, chacun de notre côté, déjà commencé à fréquenter des centre d’archives retenus pour la première année par Fabien Théofilakis : à l’échelle nationale, les Archives nationales, le Service historique de la Défense, la photothèque et la vidéothèque de la Défense, la Bibliothèque nationale, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) côté français, les archives militaires aux archives fédérales allemandes ; à l’échelle régionale et locales, les archives départementales de l’Aisne et de la Marne rive gauche du Rhin, les Hauptstaatsarchiv et la Würtembergische Landesbibliothek à Stuttgart, les archives régionales et municipales à Fribourg ; enfin des fonds plus particuliers, comme les archives allemandes des journaux personnels, celles d’associations caritatives. Au total, un tour de France et d’Allemagne qui a permis de collecter aussi bien des documents officiels que privés, des sources textuelles comme iconographiques.

10J’étais en charge, pour ma part, des archives audiovisuelles de l’armée conservées par l’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD) au fort d’Ivry, ainsi que des registres de régiments de la série F9 aux Archives nationales sur le nouveau site de Pierrefitte-sur-Seine. À première vue très austères, ces registres ne m’inspiraient pas confiance. Ils ont finalement été d’une aide précieuse, mais il m’a fallu comprendre comment utiliser ces épais volumes où, sur des milliers de pages, l’officier de régiment a relevé l’identité des soldats tombés au front en indiquant leur origine géographique, leur âge, leur régiment, les circonstances du décès… Ce fut ma première rencontre d’historien avec des archives. J’ai ressenti, pour la première fois, ce que le chercheur peut éprouver face à ses sources : un sentiment de grande solitude face à la masse d’informations qu’il a levées. Petit à petit, en m’interrogeant sur l’usage d’un tel fonds pour le projet, en discutant avec les autres participants, j’ai saisi ce qui pourrait nous être utile. Nous avons alors élaboré une base de données adaptée qui, après une patiente saisie de centaines de noms, a fourni l’outil nous permettant de faire parler ces registres. L’analyse comparée des caractéristiques des morts relevées à dates fixes a abouti à préciser, statistiques à l’appui, les différences dans les expériences de guerre dans le temps et selon l’arme du tué.

11Ce premier apprentissage, solitaire, de la recherche a pris tout son sens dans la définition en commun du cadre dans lequel nos découvertes, croisées, soutiendraient un nouveau récit sur la guerre à l’échelle de la cote 108. Lors du premier séminaire, en février 2014, et durant les deux suivants qui se sont déroulés à Berry-au-Bac, en mai et août 2014, nous avons sélectionné les thèmes que nous allions étudier et défini les méthodes que nous allions appliquer. La comparaison franco-allemande systématique a favorisé une réflexion critique sur les sources pertinentes in fine pour notre récit croisé, une sorte de « veto de sources » (Reinhard Koselleck), non seulement parce que, faute de matériel, nous avons dû abandonner des thèmes évoqués, comme les prisonniers de guerre ou les mutineries, mais surtout parce que le décalage impressionnant entre les corpus français, très volumineux, et allemand, plus restreint en raison des nombreuses destructions consécutives aux bombardements lors de la Seconde Guerre mondiale, nous a amenés à interroger les évidences et les lacunes nationales (pourquoi un tel type de source existe-t-il ici et pas là ? comment l’interpréter en termes d’expériences combattantes ?). De nouveau, le recours à l’outil informatique sous forme d’une base de données consignant les quelque mille documents renseignés par thème, lieu et acteur, a facilité les convergences thématiques et aiguillé la poursuite des recherches en vue de notre exposition, que nous devions inaugurer le 2 août 2014, dans la commune même de Berry-au-Bac. J’ai plus appris lors de ces séances de travail sur le métier d’historien que pendant mes trois ans de cours de méthodologie à l’université. Après ces trois séminaires de cinq jours à Berry-au-Bac de la première année du projet, la cote 108, sur laquelle nous avons pu nous rendre pour contempler les énormes cratères de mines et autres bunkers à l’abandon, sortait de terre devant moi et son histoire encore à faire piquait ma curiosité : chaque balle, chaque grenade, chaque entrée de galerie de mine renfermait pour moi le récit de milliers d’hommes jetés dans la cohue de l’histoire…

12À l’issue de cette première année de séminaires à Berry-au-Bac, je me souviens avoir, pour la première fois, envisagé l’histoire comme métier, m’être demandé sérieusement comment ma vie pourrait se projeter dans cette configuration particulière faite d’érudition, de découvertes et d’écriture. Un souvenir me revient pour illustrer cet entr’aperçu d’une future carrière : celui du jour où j’ai découvert à l’ECPAD un court film tourné par l’armée sur la guerre des mines. Ce film de propagande constitue un document de première valeur pour qui voudrait étudier cette forme spécifique d’affrontement dans la Grande Guerre. C’est alors que j’ai éprouvé un second sentiment que le chercheur connaît bien, celui de la « pépite », qui le pousse à vouloir faire part au monde entier de sa découverte en même temps qu’il le pousse à continuer à creuser. D’autant que là, il n’y pas de général Sutter à gruger, seulement des morts à honorer.

La descente au village : des séminaires de travail à l’exposition de la recherche

13L’alternance des recherches en archives et des séminaires à Berry-au-Bac nous a permis d’affermir la maîtrise de notre champ de recherche, mais aussi d’exhumer une mémoire enfouie à Berry-au-Bac. Au fil des trois séminaires passés au village, une dimension supplémentaire du projet a pris une part de plus en plus importante, une dimension que je n’avais au début pas même envisagée : la rencontre avec les habitants du lieu. Dès le premier séminaire, nous avons présenté notre projet aux Berryacois et nous avons continué à le faire. À chaque fois la salle du conseil de la mairie était comble : il existait une très forte attente locale pour ce projet. Pour les habitants des alentours, la cote de 108 mètres constituait un véritable lieu de mémoire de leur région, témoin de l’histoire de la Grande Guerre presque autant que de son oubli postérieur. Ils ont toujours trouvé mystérieux que leur cote 108 n’intéresse pas outre mesure les passionnés de la Grande Guerre, pourtant nombreux à la caverne du Dragon, alors qu’elle est pour eux un élément central de la mémoire de leur pays. Chacun de nos auditeurs a une histoire qui le relie à la cote ; tous y ont joué jeunes en bravant les interdits qui l’entouraient, ou écouté leurs parents la raconter. Cette découverte du poids mémoriel que portent avec eux les objets historiques aura été pour moi un très grand pas dans ma compréhension de la discipline historique. Suite à la découverte de cette mémoire locale, j’ai décidé de réorienter mes recherches en master à l’École des hautes études en sciences sociales vers l’étude des mécanismes mémoriels. C’est notamment à travers ce contact avec la population que j’ai pu percevoir, par exemple, la différence entre histoire et mémoire, car il serait erroné de croire que nous nous sommes immédiatement compris avec la population locale. La première assemblée organisée, en février 2014, a été le moment où il a fallu proposer, face au discours mémoriel empli d’émotions, un discours scientifique. Il a fallu délimiter notre territoire d’historien, ce qui s’est parfois avéré compliqué en raison de notre âge face à une assemblée aux idées parfois bien arrêtées et à des auditeurs qui auraient pu être nos grands-pères. L’accueil très positif que nous a réservé la maire actuelle, madame Hallier, a facilité la prise de contact. Surtout, nous avons pu compter sur le soutien de l’ancien maire de la commune, monsieur Bahin, qui avait commencé à entreprendre en solitaire un travail impressionnant sur l’histoire de la commune. Son appui a été d’une grande aide pour que notre discours historique puisse être entendu des porteurs de mémoire locale.

  • 4 Les billets sont consultables à l’adresse suivante : <http://cote108.hypotheses.org>, tandis que l’Institut d’histoire du temps pr</http> (...)

14Dans cet apprentissage du métier d’historien et de la constitution d’un récit croisé de la Grande Guerre, le séminaire d’août 2014 a occupé une place particulière, puisqu’y fut inaugurée l’exposition sanctionnant l’aboutissement de dix mois de travail. Intitulée « Cote à côte – “Viel Lärm um Nichts”. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres », cette exposition constituait une gageure compte tenu du temps imparti. Elle se composait de treize panneaux couvrant six thèmes relatifs à l’expérience combattante française et allemande : après avoir localisé le lieu à l’échelle du front occidental et précisé qui y avait combattu (« Berry-au-Bac, de l’Aisne au front/Berry-au-Bac von der Aisne bis zur Front »), elle offrait au visiteur un aperçu des différents types de guerre (« Combattre à Berry-au-Bac/Die Kriegsführung in Berry-au-Bac ») avant de revenir sur la façon dont les soldats ont transmis leur expérience de la guerre aux fronts domestiques (« Écrire la guerre, sentir la guerre/Den Krieg schreiben, den Krieg erleben »). Elle envisageait enfin les rapports entre Français et Allemands à l’arrière de la zone de combats (« Occupation et coexistence à Berry-au-Bac/Besetzung und Koexistenz in Berry-au-Bac »). Fruit d’un intense travail en archives et d’une concertation durant les séminaires comme entre chacun d’entre eux, l’exposition entendait placer ces documents au centre des panneaux, au sens propre comme au figuré. Chacun d’entre eux était illustré par deux documents d’archives – une française et une allemande – en regard du discours appuyé sur ces mêmes documents. Ainsi le panneau intitulé « Nommer l’ennemi » traitait-il des représentations des soldats de part et d’autre du front – représentation d’eux-mêmes mais aussi de leurs ennemis – en utilisant dans une perspective d’histoire culturelle un document produit dans une logique militaire : sur les « canevas de tirs », cartes servant à l’artillerie pour ajuster ses tirs, apparaissaient les noms des tranchées aussi bien françaises qu’allemandes. Et de nous interroger : pourquoi ne trouve-t-on pas, dans l’armée impériale, d’équivalent au terme de « Boche » ? Nous avons exploré ce lien entre discours et document plus loin encore, dans le panneau intitulé « Comment naissent les histoires sur les bords de l’Aisne : des sources aux récits », puisque ce dernier constituait une sorte de mise en abîme de notre travail d’historien. Il s’organisait autour de deux photographies d’un même endroit, mais légendées différemment. Au lieu de proposer un récit clos, nous avons fait part de notre questionnement face à une archive et à la réalité à laquelle renvoyait le cœur de notre enquête, donnant à voir les coulisses de la fabrique de l’histoire. Enfin, chacun des panneaux présentés a été rédigé à quatre mains, françaises et allemandes. Afin de nous exercer à ce travail tout en nuance et faire connaître l’avancée du projet, nous avons ouvert un blog pour publier des billets reprenant cette structure à deux voix4. Le travail d’élaboration d’un récit historique en tandem, surtout avec un étudiant d’une autre langue et d’une autre culture universitaire que la mienne, a été une expérience très formatrice. J’ai pu prendre conscience des problèmes de traduction relatifs à une discipline comme la nôtre, qui garde une dimension littéraire. La littérature m’a d’ailleurs beaucoup guidé dans mes recherches, puisque la lecture des Croix de bois a suscité une étude centrée sur l’expérience du soldat Lecavélé du 74e RI, alias Roland Dorgelès.

15La journée du 2 août 2014 n’inaugurait pas seulement l’exposition, mais aussi notre apprentissage dans la restitution d’un savoir historique. Elle comportait en effet un atelier archives où nous avons présenté le résultat d’une année de recherche et une table ronde sur la langue de guerre avec la participation de l’historien français Christian Birebent et de l’historienne allemande Franziska Heimburger. Elle s’est conclue par la projection du documentaire L’héroïque cinématographe ou comment filmer la Grande Guerre, du réalisateur et historien du cinéma Laurent Veray. La manifestation a connu un franc succès auprès de la population locale, mais aussi de la communauté scientifique qui avait fait le déplacement jusqu’à Berry-au-Bac. Il n’était pourtant pas évident qu’un même discours s’adresse, de façon convaincante, à deux publics si différents. Cependant, notre volonté de comprendre ce qui s’est passé sur la cote pendant les quatre ans qu’a duré l’un des conflits les plus meurtriers de l’histoire, loin de s’être assouvie, s’est encore raffermie depuis cette journée : en présentant les panneaux aux visiteurs, nous y avons vu les lacunes et les silences dans les informations que nous avions envie de transmettre.

16Dès la rentrée de septembre 2014, a donc débuté la seconde année du projet sur la cote 108 dans la Grande Guerre, une année bien différente de la première. Le projet est sorti cet été de l’anonymat grâce à l’exposition que nous avons été invités à présenter aux professionnels de l’histoire en France, lors des Rendez-vous de l’Histoire à Blois, mais aussi à un public d’étudiants, allemands lors d’un séminaire en novembre 2014 à l’université de Fribourg, et français en février 2015 à la BDIC sur le campus de l’université Paris-Ouest Nanterre, à l’occasion d’un autre séminaire à Paris. Le projet s’est exporté aussi à l’international puisque un séminaire a eu lieu en avril 2015 à l’université de Montréal au Canada, où le groupe a présenté notre exposition et participé à une journée d’étude internationale sur la Première Guerre mondiale dans une perspective canado-européenne. Cette rencontre avec une autre manière de faire l’histoire de la Grande Guerre et avec des historiens ayant une autre culture scientifique a été une étape décisive pour le projet d’abord mais aussi pour notre propre voie dans les chemins de la discipline historique. Ces différentes présentations dans le milieu universitaire nous ont permis de faire connaître notre projet dans le paysage historiographique européen de la Grande Guerre et de mieux percevoir la place que devait prendre notre recherche dans ce paysage. Cette seconde année a connu également une évolution du projet, en ce que nous avons délaissé l’échelle d’analyse locale qui caractérisait la première année pour une échelle régionale afin de considérer la place de la cote 108 dans les stratégies et les tactiques des états-majors français et allemands sur le front de l’Aisne. Enfin, le développement du projet devrait nous donner la possibilité d’aborder une dernière dimension du métier d’historien, la publication. En effet, le fruit de nos deux ans de recherche devrait être publié dans un ouvrage collectif aussi bien en France qu’en Allemagne.

17Si, après plus d’un an et demi que je participe à ce projet, j’ai fini par admettre que je ne serais pas l’Indiana Jones de la Grande Guerre, j’ai tout de même compris que cette aventure a été une occasion comme aucune autre de me former au métier d’historien. J’y ai appris comment travailler les documents d’archives, quelle place leur donner dans mon raisonnement, comment réfléchir à partir des sources, et ce bien plus que si je m’étais contenté de suivre des cours de méthodologie à l’université, aussi bons fussent-ils. À travers ce projet, j’ai pu appréhender l’histoire comme une discipline des plus vivantes et dynamiques, dont les problématiques, loin d’être celles de seuls érudits dans leur tour de savoir, continuent à parler aux personnes de notre époque. J’ai pu comprendre quelque chose que je m’efforce aujourd’hui de travailler : le poids de la mémoire dans nos sociétés occidentales de ce début du xxie siècle.

18Voilà pourquoi, depuis près de deux ans maintenant et un peu plus de cent un ans après les premiers combats de la Grande Guerre, une équipe constituée d’étudiants des anciennes nations ennemies tente de démêler les fils d’une histoire oubliée, celle de la cote 108 sur le front de l’Aisne, celle d’une guerre vue des deux côtés du front.

Haut de page

Notes

1 Roland Dorgelès, Les Croix de bois, 1919, « Le Mont Calvaire », p. 127 (édition Livre de poche).

2 Un montage de ces interviews a été présenté lors d’une exposition à Berry-au-Bac le 25 octobre 2015.

3 Friedrich Nietzsche, La Généalogie de la morale, 1887, III, § 1.

4 Les billets sont consultables à l’adresse suivante : <http://cote108.hypotheses.org>, tandis que l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS) accueille le site du projet qui propose les différents comptes rendus de séminaires, ainsi qu’une présentation du projet et des participants, sous <http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique258&lang=fr.html>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Le Dauphin, « Retrouver le « Mont Calvaire » ou comment on devient historien : le projet franco-allemand sur la cote 108 dans la Grande Guerre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 131 | 2016, 157-168.

Référence électronique

Pierre Le Dauphin, « Retrouver le « Mont Calvaire » ou comment on devient historien : le projet franco-allemand sur la cote 108 dans la Grande Guerre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5211

Haut de page

Auteur

Pierre Le Dauphin

EHESS, participant au projet « La cote 108 à Berry-au-Bac, 1914-1918 »

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page