Navigation – Plan du site
DOSSIER

Un travaillisme égyptien autour de ‘Esâm Hefnî Nâsef, ou la production d’un marxisme indépendant et modéré dans l’entre-deux-guerres1

Anouar Moghith
p. 119-128

Résumé

La réception du socialisme en égypte s’inscrit dans un courant plus large qui vise à réveiller le monde arabe de son sommeil civilisationnel. Dans un tel contexte, ‘Isâm Ed-Dîn Hifnî Nâsif constitue un bon exemple de ces intellectuels modernistes qui ont été gagnés aux idées socialistes. Sa trajectoire et sa contribution occupent une place spécifique dans l’histoire des sensibilités de gauche et de leur expression. Son approche cherchait à établir un lien entre les apports propres à l’histoire égyptienne et des valeurs comme le rationalisme, les Lumières ou le parlementarisme. Cette étude propose un examen critique de l’œuvre de Nâsif qui met en évidence les difficultés intellectuelles d’une telle articulation.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Égypte

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1La réception du socialisme en Égypte ne diffère guère de la réception du libéralisme ou d’autres courants de la pensée occidentale. Elle fait donc partie de l’histoire de la Nahda. Ce terme désigne le mouvement de la pensée qui vise à réveiller le monde arabe de son sommeil « civilisationnel ». Une pensée qui a commencé un peu avant le milieu du XIXe siècle et qui vise la modernisation des sociétés arabes. Le socialisme avait donc un début idéologique loin de tout conflit social réel. Car le véritable conflit était entre une bourgeoisie naissante, dont les porte-parole étaient les intellectuels occidentalisés, et une classe de notables dont l’activité économique était basée sur la propriété foncière.

2C’est parmi ces intellectuels modernistes que le socialisme trouve ses premiers partisans. Dans ce cadre, la figure de ‘Isâm Ed-Dîn Hifnî Nâsif occupe une place importante à plusieurs égards. Son oeuvre reste toujours soucieuse de lier le socialisme aux valeurs de la pensée bourgeoise telles que le rationalisme, les Lumières et le parlementarisme. Et comme le socialisme militant a connu une répression quasi permanente, qui l’a obligé à travailler dans la clandestinité, l’œuvre de Nâsif jouit toujours d’une publication légale. Il bénéficie ainsi d’une plus large réception.

Nouveau contexte

3Après le procès des membres du PCE, un déluge d’articles anti-bolchéviques se déverse dans la presse. Le lecteur égyptien y trouve des accusations devenues familières par la suite : anarchie, despotisme, faillite économique et libertinage. Il s’agit en général d’articles n’offrant guère de critique théorique approfondie, mais plutôt un anti-communisme primaire.

4Cependant il y a une autre attitude, qui consiste à revendiquer des réformes afin d’éviter le bolchevisme. Ces revendications concernent deux types de réformes : d’abord des réformes de caractère libéral et laïc, qui trouvent dans les revues al-Hilâl et al-Muqtataf des défenseurs assidus. Al-Hilâl, en mettant l’accent sur le despotisme du régime tsariste et en le rendant responsable de la venue du bolchevisme, essaie de faire prévaloir l’esprit de tolérance et de libéralisme. Pour discréditer le bolchevisme, Emile Zaydân, le rédacteur en chef, s’appuie parfois sur Karl Marx : il cite un discours prononcé à Amsterdam en 1872, dans lequel Marx déclare que « les nations ayant des régimes parlementaires peuvent réaliser le socialisme sans avoir à faire la révolution2 ». Dans les articles d’al-Hilâl se rapportant au socialisme et au bolchevisme, l’Égypte n’est pas directement concernée, mais le message implicite, qui met en valeur le système libéral et les droits démocratiques de l’individu, anime la rédaction.

5Ensuite, il y a les réformes de caractère social, qui sont représentées comme un moyen efficace d’arrêter l’avancée du bolchevisme. Nous illustrons cette tendance à travers un article dont le titre est particulièrement éloquent : « Mieux vaut prévenir que guérir ». Cet article est paru dans le journal wafdiste al-Balâgh en 1927. D’après l’auteur anonyme, l’Égypte n’est pas à l’abri du bolchevisme, à cause des chômeurs qui représentent un quart de la nation. La menace vient davantage des chômeurs diplômés que des ouvriers, car l’éducation a permis à ces premiers de connaître les plaisirs sans pouvoir les atteindre.

6Cette situation engendre leur révolte. « Ces gens instruits, dit l’auteur, vivant dans la nécessité, sont les meneurs de toute révolution. Ils en représentent l’avant-garde, suivis par la majorité du peuple3 ». Pour éviter ce danger, l’auteur propose aux gouvernants de créer des emplois, d’obliger les étrangers installés en Égypte à embaucher des Égyptiens et, en temps de crise, de prendre le monopole des mesures de redressement financier et d’autres projets.

Diffusion de la pensée marxiste

7Bien que le bolchevisme ou le communisme soient un sujet abondamment évoqué dans la presse de l’entre-deux-guerres, la pensée de Karl Marx reste un sujet méconnu. On critique les principes égalitaires du bolchevisme et la pratique politique du gouvernement russe, et non pas le marxisme.

8L’expérience du PCE, marqué par la faiblesse de sa propagande théorique, a convaincu un certain nombre d’intellectuels que pour la cause du socialisme la tâche est encore à la diffusion de la pensée, et que l’action de l’intelligentsia est indispensable pour l’activité politique, les ouvriers ayant un rôle secondaire.

9Dans ce cadre, la pensée marxiste en Égypte doit épouser les valeurs de l’intelligentsia et s’accommoder de son point de vue concernant la réforme politique. C’est ce que nous constatons en examinant les travaux entrepris pour diffuser la pensée marxiste .

10Salâma Mûsâ, après avoir dénoncé le lien entre le PCE et la IIIe Internationale, continue d’exposer certains concepts marxistes comme partie intégrante de la pensée occidentale en général. Il publie un article intitulé « L’interprétation économique de la renaissance européenne », dans lequel, sans évoquer le nom de Marx, il adopte la théorie du matérialisme historique et établit une analogie entre l’Europe au Moyen Âge et l’Égypte rurale du XXe siècle4. Il conclut que l’Europe est parvenue à la « Renaissance » grâce au recul de la vie rurale, au développement de l’industrie et à la domination de la vie citadine.

11Dans sa critique contre l’inertie de la vie paysanne, Mûsâ semble influencé par le Manifeste du Parti Communiste, en particulier par le passage consacré au rôle révolutionnaire de la bourgeoisie pour marginaliser la production agraire : « La bourgeoisie, dit le Manifeste, a soumis la campagne à la domination de la ville. Elle a fait surgir d’énormes cités, elle a prodigieusement augmenté la population des villes aux dépens de celles des campagnes, arrachant ainsi une importante partie de la population à l’abrutissement de l’existence campagnarde5 ».

12Faisant allusion, lui aussi, à l’abrutissement (blâha) des fellahs égyptiens, Mûsâ propose, pour réaliser la Nahda, d’industrialiser la société égyptienne et de construire des villes modernes. Dans cet article, Mûsâ se contentera de cet unique aspect de la conception marxiste de l’Histoire, sans faire aucune allusion à la lutte des classes ou au rôle du prolétariat. Ainsi, chez Mûsâ, les concepts marxistes sont au service de l’action de l’intelligentsia dans sa tâche pour moderniser l’Égypte. Les ouvriers retournent à l’état passif : « Notre révolution en Égypte, dit Mûsâ, est la révolution de la classe moyenne, de l’homme moyen qui n’est ni ouvrier, ni noble, ni pacha. Cet homme se sent proche des ouvriers, car il travaille comme eux, sauf qu’il exerce avec son intellect et non pas avec ses mains6 ».

13Enfin, nous pouvons signaler que cet article ne contribue guère au développement de la pensée marxiste en Égypte. Il faudra attendre l’année 1930 pour trouver une contribution riche et importante dans le premier journal socialiste en Égypte.

Une tribune : le journal Rûh al-‘Asr

14En 1930, trois hommes se rencontrent : Husnî al-‘Urâbî, ancien secrétaire du PCE, Issâm Ed-Dîn Hefnî Nâsif, ancien militant nationaliste du parti Watani, et le docteur ‘Abd al-Fattâh al-Qâdî, un pédiatre qui a étudié en Allemagne. Leur but commun est de diffuser une pensée socialiste d’une manière légale et d’éviter l’activité politique. Ils fondent un journal hebdomadaire : Rûh al-‘Asr (l’esprit de l’époque) .

15Ce journal diffuse un socialisme modéré, parlementaire et réalisé graduellement. Il renonce au communisme et au bolchevisme. Cependant, la pensée marxiste y occupe une place plus importante.

16À coté des articles sur la misère de la classe ouvrière et des paysans et sur le laxisme du gouvernement égyptien dans la question nationale, on trouve une matière importante de culture socialiste occidentale : dans chaque numéro, une biographie d’un penseur socialiste. Le journal publie les traductions des textes de Webb, Jaurès et Ramsay MacDonald entre autres. En ce qui concerne Karl Marx, le Dr. al-Qâdî a traduit deux textes : Travail salarié et capital, et la préface de la Contribution à la critique de l’économie politique (dont nous traitons plus loin).

17Le journal ouvre également une tribune à des dirigeants syndicaux, dont Sayyid Qandîl, qui présente le 16 mai 1930 son programme d’action socialiste : presse ouvrière, liaison avec les socialistes du monde, législation du travail, soutien gouvernemental des ouvriers contre les capitalistes égyptiens.

18Contre les attaques menées dans la presse, en particulier par Muhammad Abdallah ‘Anân, l’ancien secrétaire du PSE, qui accusent les rédacteurs du journal de communisme, ces derniers déclarent leur appartenance au socialisme et renoncent au communisme, qui devient chez eux synonyme du socialisme bolchevique. Ils se rangent dans une lignée de socialistes qui comprend Saint-Simon, Fourier, Marx et Engels parmi les prédécesseurs, et Ramsay Macdonald, Léon Blum et Fender Field parmi les contemporains7.

19Pour se démarquer du communisme, le journal publie un chapitre extrait de la traduction par H. al-‘Urâbî du livre de Ramsay Macdonald, Le Mouvement socialiste. Ce chapitre est intitulé : « Ce qui n’est pas du socialisme : l’anarchisme et le communisme ».

20Pourtant, le journal n’adresse aucune critique à Marx, ni à la pensée marxiste. Au contraire, Marx jouit d’une grande estime. Le 2 mai, à l’occasion de la Fête du Travail, le journal publie à la « Une » la photo de Karl Marx, avec le commentaire : « Nous avons voulu orner la Une du numéro de ce grand jour avec la photo du père du socialisme scientifique. Voici la première photo de notre grand maître publiée en Égypte8 ». Marx est considéré à la fois comme fondateur du socialisme scientifique et partisan du socialisme réformateur.

21Le lien systématique entre la pensée de Marx et le bolchevisme n’était pas familier à cette époque, ni dans les milieux socialistes, ni dans les milieux antisocialistes. Marx reste un grand penseur, de qui s’inspirent maintes tendances. À ce titre le journal, en s’appuyant sur des idées et des textes de Marx, vise à développer une culture socialiste plutôt qu’une action politique, culture adressée à l’intelligentsia plutôt qu’aux ouvriers.

22Une publicité de ce journal énonce l’objectif adressé « à la jeunesse vivante » : « Transformez vos connaissances, suivez la démarche de la civilisation moderne, débarrassez-vous de votre ancien héritage culturel : le seul moyen est de vous abonner à Rûh al-‘Asr9 ».

23La pensée socialiste diffusée dans ce journal ne se limite pas à la critique de la situation sociale, mais elle s’étend afin d’aborder l’art, la littérature, l’ethnologie et plusieurs domaines de la connaissance. L’espace consacré aux problèmes politiques de l’Égypte est limité, et pourtant le journal est censuré après quelques mois de parution.

L’intervention de ‘Isâm Hefnî Nâsef

24Après la censure de Rûh al ‘Asr, al-‘Urâbî et Al-Qâdî partent à l’étranger, mais ‘Isâm Hefnî Nâsif continue et demeure la figure la plus importante dans la diffusion de la pensée socialiste en Égypte durant les années 1930.

25Issu d’une famille connue pour son engagement dans le mouvement nationaliste et son goût pour la littérature10, Nâsif passe par une période de nationalisme fervent pendant ses années d’étude d’agronomie à Berlin. En même temps, il est influencé par les socialistes allemands.

26De retour en Égypte, Nâsif s’engage dans le parti nationaliste Watani. Sa réaction face à la création du PCE exprime sa vision du rôle que le mouvement politique doit jouer en Égypte : « Un pays comme l’Égypte, écrit-il dans le journal de son parti, qui affronte un grand ennemi, doit rassembler toutes ses forces pour le repousser. Ensuite, il peut s’occuper des systèmes sociaux, mais le fait de l’inciter à s’occuper des questions sociales secondaires dont la réalisation n’aide pas à affronter l’occupant, est une perte d’efforts de la nation11 ». L’évolution du mouvement nationaliste et la politique modérée du Wafd, qu’il a déjà attaquée durant ses années d’études en Allemagne, l’incitent à un engagement plus radical. En 1928, il publie un article intitulé « Sur le chemin de la Nahda », dans lequel il applique la conception marxiste de l’Histoire à l’évolution politique moderne de l’Égypte. Il conteste l’idée que l’Égypte est un pays oriental colonisé, qui ne connaîtrait donc pas une classe bourgeoise. Pour lui une bourgeoisie locale existe, puisque ce mot désigne « une classe capitaliste qui investit ses capitaux dans le commerce, l’industrie et les banques. Cette classe emploie les trois-quarts du million d’ouvriers dans l’industrie12 ».

27Nâsif considère que cette classe est la force essentielle dans l’histoire du mouvement nationaliste : « La bourgeoisie s’est révoltée plusieurs fois, la révolution d’’Urâbî Pacha représente la lutte de la classe moyenne contre l’aristocratie circassienne ; le mouvement de Mustafâ Kâmel représente le réveil de la classe moyenne dans les villes ; la révolution de 1919 est une révolution bourgeoise et, bien que les ouvriers et les paysans aient participé à cette révolution, seule la bourgeoisie a obtenu ses revendications après la lutte contre les colonialistes, puis elle s’est tournée contre les ouvriers extrémistes13 ».

28Ainsi, pour la première fois, Nâsif établit les bases d’une analyse marxiste de l’histoire moderne de l’Égypte. En outre, cet article marque son engagement définitif pour la cause du socialisme et de la pensée scientifique. Il publie de nombreux articles et livres sur le socialisme et la réforme sociale. En même temps, il publie un livre de vulgarisation de la théorie de Darwin, intitulé al-Nuchu’ wa al-‘irtiqâ’ (la genèse et l’évolution), ainsi qu’une critique des mythes de l’Ancien Testament : al-Wa’i wa al-‘ustûra (la conscience et le mythe).

29Le socialisme que prêche Nâsif est celui exprimé dans le journal Rûh al-‘Asr, un socialisme modéré s’adressant essentiellement aux intellectuels, donc adapté aux valeurs du monde occidental déjà adoptées par les penseurs de la Nahda. Il justifie lui-même ce choix : « Je ne faisais pas confiance à la classe ouvrière d’Égypte, je demandais toujours qu’on s’oriente vers les intellectuels14 ».

30Ses multiples tentatives d’associer sa contribution théorique à une activité pratique sont déjà marquées par cette méfiance et ce désir d’éviter tout soulèvement spontané. Il tente, en collaborant avec l’écrivain Isma’îl Mazhâr, traducteur du livre de Darwin, l’Origine des espèces, de fonder le Parti du Fellah. Mais il tient à préciser, quand il présente son parti aux lecteurs, que « le Parti du Fellah est un parti social réformateur, loin de l’idée du socialisme ou du communisme15 ».

31En même temps il essaie de fonder, avec quelques membres du parti Watani à Alexandrie, le Parti des Ouvriers et des Paysans. Après la publication du premier manifeste, Nâsif est arrêté. L’année suivante, en 1932, Nâsif est de nouveau arrêté à cause de sa fondation du parti du Bloc Socialiste.

32En 1937, Nâsif s’adresse uniquement aux ouvriers à travers la CGT. Il persuade son leader, le prince ‘Abbâs Halîm, de fonder le Parti des Ouvriers16. Une tentative échoue à cause de la pression du Palais et du Wafd. Comme Nâsif refuse le travail politique clandestin, il ne participe pas au mouvement communiste des années 1940, mais continue à diffuser la pensée socialiste à travers ses publications.

33Nâsif, qui se définit comme marxiste, n’adopte pas toutes les thèses de Karl Marx, mais en même temps n’adresse aucune critique à la théorie marxiste. Il met l’accent sur la conception matérialiste de l’Histoire, qu’il comprend à la manière des autres socialistes de la Nahda, c’est-à-dire comme un déterminisme économique et technologique, sans reconnaître le rôle de la lutte des classes .

34Dans l’article intitulé « La tendance moderniste actuelle en Égypte et son analyse à la lumière de la théorie de l’interprétation matérialiste de l’Histoire », il oppose la conception idéaliste de l’Histoire de Hegel, qui rend les grandes idées responsables de l’évolution des peuples, à la conception matérialiste de Saint-Simon et de Marx, qui estiment que les idées ne sont que le reflet des conditions économiques .

35Pour illustrer cette dernière conception, il prend deux exemples : la Réforme protestante, qui est au fond « une révolte contre le pouvoir économique de l’Église », et le mouvement socialiste en Europe, qui est « le résultat de l’invention des machines et de leur usage dans l’industrie ». Nâsif conclut que « lorsque les conditions économiques changent, la pensée des hommes doit changer, ainsi que leurs institutions et coutumes. Aucune répression gouvernementale ou populaire n’arrivera jamais à arrêter l’évolution17 ».

36En appliquant cette vision à l’Égypte, Nâsif constate qu’il y a conflit entre « le nouveau et l’ancien ». Le nouveau est, selon lui, « ce qui correspond à l’esprit de l’époque ». Cet inévitable « nouveau » se traduit de plusieurs façons : la libération de la femme, la réforme de l’institution religieuse d’Al-Azhâr et la laïcité. Pour argumenter l’idée que le « nouveau » s’impose, il donne un exemple didactique : « Actuellement en Égypte, un riche commerçant qui souhaiterait se fiancer à une fille en ayant pour rival un gendre du Prophète ou d’un roi, aurait la préférence de la famille. Mais ce commerçant serait à son tour écarté, malgré sa fortune, par un ingénieur ou un médecin18 » .

37Dans son article, Nâsif ne désigne pas le caractère de classe de cette nouvelle hiérarchie de valeurs dans la société égyptienne. Le principe de la lutte des classes, qui était central dans sa vision de l’histoire de l’Égypte telle qu’il l’a présentée dans l’article de 1928, a totalement disparu dans cet article de 1930.

38Dans son livre Mabâdî’ al-ishtirâkia (principes du socialisme) paru en 1933, Nâsif présente le socialisme aux lecteurs égyptiens en le définissant en tant que « possession par la nation de tous les moyens de production », et il ajoute que « tous ces moyens sont dirigés par l’État, les municipalités et les syndicats19 ».

39Il essaie de concilier le socialisme avec la conscience dominante en Égypte en consacrant un chapitre à affirmer la compatibilité du socialisme et de l’Islam. Le seul point qui semble les opposer, selon lui, est l’héritage. Mais il estime que « le droit à l’héritage privé en Islam n’est pas obligatoire ; il peut devenir commun sans que cela contredise la religion20 ».

40En ce qui concerne le mariage, après avoir évoqué les points de vue de Saint-Simon, Fourier et Owen sur le mariage, ainsi que la description par Engels de l’évolution de la famille, Nâsif conclut : « Nous considérons que le mariage est la forme la plus évoluée de la vie commune des hommes. On ne peut pas parler d’un changement dans le mariage selon le changement de la situation économique21 ».

41Dans le chapitre consacré à Karl Marx, Nâsif se limite à exposer les idées de Marx dans Le Manifeste et Le Capital concernant le matérialisme historique et la théorie de la plus-value. Il n’évoque pas ses idées sur la famille et la religion, et n’établit aucun lien entre les idées de Marx et la situation en Égypte.

42Mais quand il évoque l’idée de révolution prolétarienne dans le Manifeste, il ajoute dans une note : « Marx prévoyait le danger d’avoir recours aux révolutions violentes, lorsque la classe ouvrière commence à développer sa force politique22 ». Ainsi Nâsif, en s’appuyant sur Marx, cherche une légitimité à sa conception d’un socialisme qui conviendrait à la situation de l’Égypte, un socialisme jugé par la génération montante des marxistes égyptiens trop attaché aux valeurs bourgeoises et trop laxiste face aux idées héritées, un socialisme que les jeunes surréalistes, qui commencent à exprimer leurs idées à la fin des années 1930, ont tenté de dépasser.

Trajectoire postérieure

43Durant les années trente et quarante, Nâsif continua à chercher une collaboration avec les divers mouvements socialistes et communistes, tout en gardant son indépendance et son penchant pour la publication légale.

44Paradoxalement, durant les deux décennies suivantes, au moment où le socialisme est devenue idéologie d’État, les jeunes communistes des années quarante fraîchement libérés des prisons s’allient avec Nasser et occupent le devant de la scène, en prenant des responsabilités dans la presse, le cinéma, le théâtre... Bref, dans tous les instruments de propagande du régime.

45Alors fonctionnaire à Dâr el-Kutub (la bibliothèque nationale), Nâsif cesse d’écrire et de parler du socialisme, une manière peut-être d’éviter l’inclination à la démagogie dominante. Néanmoins, il ouvre un grand chantier en se mettant à la critique des mythes bibliques. À la fin de sa vie, il revint à « la critique du ciel », tâche que le socialisme égyptien avait marginalisée en faveur de la question sociale. Dans sa critique, il inscrit ces mythes dans la conscience religieuse musulmane. Inspiré par Voltaire dans le Dictionnaire philosophique, ainsi que par quelques travaux d’orientalistes, Nâsif tente d’offrir au rationalisme un meilleur ancrage dans la culture arabe moderne.

46Malgré toutes les tentatives de détournement et les euphémismes, Nâsif ne put publier les cinq livres qu’il avait rédigés dans ce domaine. Ces ouvrages étaient trop dangereux dans un pays musulman, même si le socialisme scientifique était alors l’idéologie officielle du régime. Ces écrits ont connu une publication posthume, dans des maisons d’éditions à Beyrouth ou au Caire23. Ce qui demeure actuel dans l’œuvre de Nâsif est la réconciliation du socialisme avec la démocratie représentative, et le retour nécessaire à une critique de la culture religieuse dominante.

Conclusion

47Ainsi, nous constatons que l’œuvre de ‘Isâm Hefnî Nâsif reflète une approche libre des idées marxistes, préoccupée avant tout par la recherche de points d’ancrage dans la réalité égyptienne. L’hésitation quasi permanente de ses analyses et de ses thèses entre un discours rationaliste radical et une réconciliation du socialisme et de l’Islam, sa méfiance à l’égard de la classe ouvrière avec ensuite la fondation du parti paysan (Fellâh) puis du parti des ouvriers, ne sont pas des contradictions, mais plutôt un souci bien légitime d’adaptation du socialisme au rythme de l’évolution intellectuelle et matérielle de la société égyptienne .

48Malheureusement, cette tentative a avorté car l’immense majorité des marxistes égyptiens a adhéré dans les années quarante au marxisme « prêt-à-adopter » du Komintern, ce marxisme avec lequel il ne serait possible de prendre en considération la réalité égyptienne sans la conscience malheureuse d’avoir violé les limites de la doctrine, et sans faire recours à des acrobaties rhétoriques faisant parler de « socialisme scientifique » à la place du marxisme.

49Les œuvres des intellectuels égyptiens indépendants, comme al-Mansouri, Salama Mussa et Nâsif, ont connu un sort analogue aux écrits des socialistes utopiques. Elles ont été éclipsées par la vulgate soviétique dominante. À l’heure actuelle, où il est temps de réfléchir sur les tâches de la gauche et sur son rôle dans l’histoire de notre pays, il est nécessaire selon nous de mettre en lumière les travaux de ces grands pionniers audacieux et libres d’esprit pour comprendre la réalité égyptienne .

Haut de page

Notes

1  Anouar Moghith est un philosophe, spécialiste de l’histoire des idées, qui a travaillé entre autres sur la réception du marxisme en Égypte. Ce texte est tiré (en grande partie) de sa thèse de doctorat en philosophie à l’Université Paris X-Nanterre, sous la direction de Georges Labica en 1992, et intitulée « Le marxisme en Égypte ».

2  « Mawqif al-ishtirâkia al-yom wa Sha’naha fi-‘âlam al siyassa », dans Al-Hilâl, vol. 7, janvier 1923, p. 677.

3  Al-Balâgh al-Usbû’î, 15 août 1927.

4  Salâma Mûsâ, Ma hiya al-nahda ?, Le Caire, Salâma Mûsâ li-nashr wa al-tawzî’, 1957, p. 45.

5  Karl Marx, Œuvres complètes, t.1., p. 166.

6  Salâma Mûsâ, op. cit., p. 124.

7  Rûh al ‘Asr, n° 7, 5 avril 1930.

8  Rûh al ‘Asr, n° 11, 2 mai 1930.

9  Rûh al ‘Asr, n° 11, 2 mai 1930.

10  Son père, Hefnî Nâsif, est un poète qui a participé à la révolution d’’Urâbî ; sa sœur Malak est l’une des premières femmes à s’être imposée au début du siècle par ses œuvres littéraires dans le monde intellectuel des hommes ; son frère Magd al-Dîn est une figure importante du parti nationaliste Watani.

11  Al-Liwa’, 5 octobre 1921, cité par R. al-Sa’îd, Tarîkh al fikr a ishtirâki fî misr, Le Caire, Dâr al-Thaqafa al-Gedîda, 1978, p. 495.

12  Al-Ahrâm, 16 septembre 1928, voir R. al-Sa’îd, ibid., p. 489.

13  R. al-Sa’îd,, ibid., p. 489.

14  R. al-Sa’îd, ibid., p. 529.

15  Rûh al ‘Asr, 16 mai 1930.

16  Chubrâ, 12 Juin 1938.

17  « Naza’ât al-tagdîd al hâlia fî misr », dans Al-‘Usûr, juin 1930, p. 64.

18  Ibid., p. 66.

19  Issâm Ed-Dîn Hefnî Nâsif, Mabâdî’al-ishtirâkia, Le Caire, Matba’a Abû al-Hûl, 1933, p. 4.

20  Ibid., p. 23.

21  Ibid., p. 64.

22  Ibid., p. 52.

23  Pour une meilleure connaissance du contenu des dernières livres de Nâsif, voir, Anwar Moghith, « Le texte et la marge, Nâsif et la critique des mythes de l’ancien testament », dans Égypte/Monde arabe, n° 3, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anouar Moghith, « Un travaillisme égyptien autour de ‘Esâm Hefnî Nâsef, ou la production d’un marxisme indépendant et modéré dans l’entre-deux-guerres », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 105-106 | 2008, 119-128.

Référence électronique

Anouar Moghith, « Un travaillisme égyptien autour de ‘Esâm Hefnî Nâsef, ou la production d’un marxisme indépendant et modéré dans l’entre-deux-guerres », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 22 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/518

Haut de page

Auteur

Anouar Moghith

Professeur de Philosophie, Université d’Helwân (Égypte)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page