Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'histoire

Être libre avec les autres : Thérèse Clerc, féministe et progressiste

Thierry Pastorello
p. 169-172

Texte intégral

1La féministe et militante Thérèse Clerc (1927-2016), figure tout à la fois lumineuse et attachante, nous a quittés le 16 février 2016. Cette femme engagée dans son siècle, militante et femme libre, d’une grande vivacité d’esprit, restera comme une citoyenne impliquée dans la vie montreuilloise. Elle fut également une figure marquante du féminisme par son engagement auprès de cette cause, et également par son œuvre : la « Maison des femmes » de Montreuil. C’est le parcours de cette femme,e dans un milieu traditionnel et dans un premiers temps vouée à la vie familiale, mais qui vers la quarantaine commence une autre vie, qu’il nous faut évoquer.

  • 1 Danielle Michel-Chich, Thérèse Clerc, Antigone aux cheveux blancs, Paris, Des femmes-A. Fouque, 200 (...)
  • 2 Ibid., p. 33.
  • 3 Ibid., p. 41.
  • 4 Ibid., p. 53.

2Issue d’une famille de la petite bourgeoisie catholique1, elle naît à Paris le 9 décembre 1927. Durant son enfance à Bagnolet, elle fréquente une école religieuse2. Son père appartient aux « Croix de Feu ». Il faut cependant signaler dans sa famille une personne dont on peut penser qu’elle eut sans doute de l’influence sur Thérèse : sa grand-mère paternelle Andréa Clerc. Cette dernière créa, dans son pavillon à Sèvres, une école réservée aux enfants de familles désunies. Elle manifesta une forte indépendance et une grande liberté d’esprit comme de comportement. Un mariage malheureux la conduisit à un drame qui lui coûta des années d’incarcération3. En 1947, Thérèse Clerc se marie. Elle a quatre enfants et mène une vie bourgeoise terne, qui ne la satisfait pas. Danielle Michel-Chich note que, pendant les cinq dernières années de leur union, Thérèse et son époux ne s’adressaient pratiquement plus la parole4. En somme, elle doit s’intégrer dans le modèle bourgeois de la famille et se consacrer à l’éducation de ses enfants. Cependant, c’est au cours de ces années qu’elle s’ouvre à la vie militante et acquiert le goût de la liberté.

  • 5 Ibid., p. 47.
  • 6 France Inter, « Eclectik », entretien avec Rebecca Manzoni, 5 mai 2013.
  • 7 Ibid.
  • 8 France Inter, « Vieillir sans ramollir », entretien avec Caroline Gillet, 2 juillet 2014.
  • 9 Danielle Michel-Chich, op. cit., p. 67.
  • 10 Ibid., p. 68.
  • 11 Centre Hubertine Auclerc, Maison des femmes de Montreuil, <http://www.centre-hubertine-auclert.fr/organisme/maison-des-femmes-de-montreuil>, téléchargé le 01/03/2016.
  • 12 Danielle Michel-Chich, op. cit., p. 36.
  • 13 France Inter, « Eclectik », entretien avec Rebecca Manzoni, déjà cité.

3Progressivement, Thérèse Clerc découvre le militantisme, notamment au contact des prêtres ouvriers et à la lecture de Témoignage chrétien5. « J’ai appris Marx à l’église, et je suis devenue une femme de gauche à l’église6 » : c’est ainsi que le mouvement chrétien de gauche l’ouvre à la vie militante et lui donne les moyens de sortir d’une vie terne, dont elle voulait se dégager. Le grand tournant dans la vie de Thérèse Clerc est Mai 1968. Comme elle l’indique lors d’un entretien radiophonique, « en mai 1968, les écluses de l’histoire s’ouvraient7 ». En 1969, elle divorce et entame une nouvelle vie. Elle s’engage dans le mouvement féministe, où elle sera très active : « Mon corps n’est pas obligatoirement fait pour donner la vie, et biologie n’est pas destin8 ». Elle participe à la marche pour le droit à l’interruption volontaire de grossesse9, et chez elle se pratiquent des avortements clandestins10. Elle participe également au combat pour la parité en politique. Devant les positions très conservatrices de l’Église en matière de droits des femmes, elle crée avec quelques amies une association chrétienne féministe et rencontre des militantes féministes chrétiennes du Québec. Plus tard, elle fonde la « Maison des femmes de Montreuil », ouverte en 2000. Il s’agit d’un espace convivial d’échanges et de débats. Le but est de promouvoir le droit des femmes et leur autonomie11. À la fin des années 1970, elle adhère au Parti socialiste unifié (PSU), essentiellement dans une optique féministe. Au fond, il y a malgré tout une unité dans cette femme qui a mené deux vies, voire plus, mais qui ne renia jamais rien de ses convictions. Elle a reconnu que son éducation chrétienne l’avait ouverte au partage et à l’altruisme et qu’elle avait accepté tout ce que les expériences de sa vie lui avaient apporté. Le sens de la solidarité et du « vivre ensemble » dont elle fit preuve tout au long de son parcours militant exemplaire, ne peut-on pas en percevoir les prémisses lors de la rafle du Vel d’hiv, les 16 et 17 juillet 1942 ? La jeune Thérèse, dont les voisins étaient juifs, fut alors choquée que sa mère n’ait pas eu le geste de recueillir leur petit enfant, alors qu’une autre voisine eut ce courage12. Bien plus tard, elle a rappelé combien il est important d’enseigner aux gens la subversion, car « c’est elle qui fait bouger l’humanité13 ». En fait, elle fut une vraie militante et une vraie révolutionnaire au sens noble du terme, regardant l’avenir avec ferveur.

  • 14 « Les Babayagas sèment le futur », Tous à Montreuil, n° 65, 8-11 novembre 2011, p. 6.
  • 15 Marie-Pierre Planchon, Thérèse Clerc et la Maison des Babayagas, sur France Inter le 14 octobre 201 (...)
  • 16 Juliette Harau, « La maison des Babayagas, l’antimaison de retraite à Montreuil », Le Monde, 22 fév (...)
  • 17 France Inter, « Vieillir sans ramollir », entretien avec Caroline Gillet, déjà cité.
  • 18 Éducation populaire 93, Unisavie, <http://www.educationpopulaire93.fr/spip.php?article151>, téléchargé le 08/03/2016.

4Thérèse Clerc imagina encore ce projet créatif et unique que furent les « Babayagas », une expérience alternative à la maison de retraite et à l’isolement du maintien à domicile. Il s’agit là d’un merveilleux projet guidé par un vrai sens de l’humain, un projet d’entraide et d’autogestion14, permettant à des femmes de rester actives jusque dans leur vieillesse. Lors d’une émission, Thérèse Clerc expliqua les motivations qui avaient fait naître ce projet. D’abord la fin de vie de sa mère, qui fut très pénible. Comme elle le soulignait alors, les projets politiques naissent souvent dans l’affectif. Elle jugeait nécessaire de bien préparer sa vieillesse, qu’elle considérait comme un âge « noble ». Elle entendait donc promouvoir une vieillesse active, en bonne santé, échappant à « l’infantilisation des vieux ». Pourquoi seulement des femmes ? Parce que selon elle, les femmes retraitées étaient les plus pauvres15. Les « Babayagas » ont vu le jour en 2013. Il s’agit d’appartements individuels (25 logements), dont les occupantes sont réunies autour de projets communs16. Autour des vingt-cinq logements se trouvent des salles d’activités communes et une université populaire : comme le dit Thérèse Clerc, « Il faut garder bien frais sa tête, penser, réfléchir et rêver17 ». L’inauguration de ce magnifique projet, tout à la fois écologique et autogestionnaire, a eu lieu le 28 février 2013. Au total, les « Babayagas » rassemblent vingt et une femmes âgées et quatre de moins de 30 ans. Comme la maison est autogérée, il y a constamment du travail, et notamment pour l’université populaire (Unisavie)18, un projet annexe basé sur l’échange des savoirs.

  • 19 Marie-Pierre Planchon, op. cit.

5Ces projets citoyens, Thérèse Clerc a réussi à les faire vivre en faisant preuve d’une étonnante énergie. Cette persévérance exprimait chez elle une foi dans l’homme et dans la vie, capable de « déplacer les montagnes ». Elle rappelait souvent combien son enfance heureuse « avait été un soleil » et lui avait donné la force nécessaire19.

  • 20 Thierry Pastorello, « Un hymne à la tolérance envers l’homosexualité », Cahiers d’histoire. Revue d (...)
  • 21 Danielle Michel-Chich, op. cit., p. 105.
  • 22 Ibid., p. 108.
  • 23 France Inter, « Eclectik », entretien avec Rebecca Manzoni, déjà cité.

6Enfin au niveau de sa vie personnelle, rappelons l’apparition de Thérèse Clerc dans le magnifique film Les Invisibles de Sébastien Lifshitz. Thérèse y affirmait avoir assumé son homosexualité dans le sillage de Mai 1968, et avoir milité au Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR)20. Elle vécut un grand amour avec la féministe Gudrun Koch21, mais eut parallèlement des amants plus jeunes qu’elle jusqu’à 60 ans22. En fait, elle fit preuve également, dans cette partie de sa vie, d’une grande liberté d’esprit dans le plein sens du terme, une liberté qu’elle avait réfléchie et pratiquée comme militante féministe. « Les femmes souffrent du syndrome de la paire de couilles qui leur bouche et la bouche, et les oreilles23 », disait-elle, mais ce n’était certainement pas le cas de cette humaniste, de cette femme qui fit preuve au milieu de ses semblables d’un esprit si indépendant.

7Le parcours engagé, militant et joyeux de cette Montreuilloise est remarquable par son altruisme, sa clairvoyance et son indépendance d’esprit.

8Chère Thérèse Clerc, votre parcours force le respect et l’admiration. Vous aviez raison : militer avec les autres nous permet un enrichissement mutuel et nous évite de sombrer dans une pensée qui veut nous faire croire que le libéralisme est indépassable, ce que certains appellent la « gauche moderne ». La vie collective, comme vous l’avez si bien souligné lors d’une émission radiophonique, nous rend intelligents. Votre exemple et votre mémoire nous aideront à avancer avec les autres vers un monde plus juste. Vous avez vécu ce que la vie vous a donné, et ce que vous avez construit avec délice. Vos projets, nous l’espérons, serviront d’exemple à d’autres. Nous adressons à votre mémoire un grand salut fraternel.

Haut de page

Notes

1 Danielle Michel-Chich, Thérèse Clerc, Antigone aux cheveux blancs, Paris, Des femmes-A. Fouque, 2007, 132 p.

2 Ibid., p. 33.

3 Ibid., p. 41.

4 Ibid., p. 53.

5 Ibid., p. 47.

6 France Inter, « Eclectik », entretien avec Rebecca Manzoni, 5 mai 2013.

7 Ibid.

8 France Inter, « Vieillir sans ramollir », entretien avec Caroline Gillet, 2 juillet 2014.

9 Danielle Michel-Chich, op. cit., p. 67.

10 Ibid., p. 68.

11 Centre Hubertine Auclerc, Maison des femmes de Montreuil, <http://www.centre-hubertine-auclert.fr/organisme/maison-des-femmes-de-montreuil>, téléchargé le 01/03/2016.

12 Danielle Michel-Chich, op. cit., p. 36.

13 France Inter, « Eclectik », entretien avec Rebecca Manzoni, déjà cité.

14 « Les Babayagas sèment le futur », Tous à Montreuil, n° 65, 8-11 novembre 2011, p. 6.

15 Marie-Pierre Planchon, Thérèse Clerc et la Maison des Babayagas, sur France Inter le 14 octobre 2013.

16 Juliette Harau, « La maison des Babayagas, l’antimaison de retraite à Montreuil », Le Monde, 22 février 2016, <http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/02/22/la-maison-des-babayagas-l-anti-maison-de-retraite-a-montreuil_4869520_3224.html>, téléchargé le 01/03/2016.

17 France Inter, « Vieillir sans ramollir », entretien avec Caroline Gillet, déjà cité.

18 Éducation populaire 93, Unisavie, <http://www.educationpopulaire93.fr/spip.php?article151>, téléchargé le 08/03/2016.

19 Marie-Pierre Planchon, op. cit.

20 Thierry Pastorello, « Un hymne à la tolérance envers l’homosexualité », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 123, 2014, p. 238-240.

21 Danielle Michel-Chich, op. cit., p. 105.

22 Ibid., p. 108.

23 France Inter, « Eclectik », entretien avec Rebecca Manzoni, déjà cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Pastorello, « Être libre avec les autres : Thérèse Clerc, féministe et progressiste », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 131 | 2016, 169-172.

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Être libre avec les autres : Thérèse Clerc, féministe et progressiste », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5179

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Université Paris-VII, laboratoire « Identités, cultures et territoires »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page