Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’hebdomadaire satirique socialiste Der Wahre Jacob face à l’ascension de Hitler : une impuissance caricaturale ?

Viviane Rouquier
p. 61-83

Résumé

La représentation de Hitler n’apparaît que très sporadiquement dans la presse satirique illustrée allemande avant le putsch de Munich des 8 et 9 novembre 1923. À travers les caricatures des dessinateurs des revues satiriques de gauche Der Wahre Jacob et Lachen links, nous avons tenté d’observer la formation de l’identité caricaturale de Hitler et son évolution de 1923 jusqu’à son accession au pouvoir au début de l’année 1933, au gré des événements qui l’ont poussé sur le devant de la scène politique ou qui ont fait espérer aux dessinateurs qu’il pourrait être facilement évincé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le n° 958 du 13 avril 1923 est le premier qui parut à Berlin.
  • 2 Jacques le Véridique : ce nom provient d’une expression populaire qui servait à caractériser quelqu (...)
  • 3 Référence bibliographique : Viviane Rouquier, La caricature antihitlérienne dans la presse satiriqu (...)

1Staline, Roosevelt, Churchill et Hitler ont sans doute été les personnages les plus caricaturés de l’histoire. Mais si la caricature mondiale les a abondamment croqués, rares ont été les études consacrées au traitement satirique de ces « géants » de la politique. Si l’exercice paraît difficile vu l’ampleur des corpus et leur dispersion internationale, il y a fort à parier que de telles recherches auraient à nous apprendre sur la dynamique et les temporalités de la caricature au xxe siècle. Depuis l’émergence au siècle précédent d’une langue caricaturale mondialisée (grâce à la circulation de l’information, du genre caricatural, des dessinateurs et plus encore des images), les discours médiatiques nationaux et internationaux émergent, s’articulent et s’influencent dans un jeu d’interdépendance encore à éclairer. Plus modestement ici, c’est à travers les caricatures des dessinateurs de la revue satirique hebdomadaire berlinoise1 Der Wahre Jacob (Jacques le Véridique)2 de l’année 1923 à l’année 1933 que nous nous proposons d’observer la construction de l’image caricaturale de Hitler jusqu’à son accession au pouvoir. Par des jeux de comparaison avec la production d’autres journaux allemands et de quelques titres internationaux, nous chercherons à mettre en évidence les spécificités du discours caricatural hostile à Hitler ainsi qu’une forme d’unité temporelle internationale de ce discours, la production allemande semblant néanmoins inspirer – et précéder donc – la caricature mondiale, comme si la proximité physique favorisait l’émergence du discours, à une époque où le média par excellence reste la presse papier3.

Der Wahre Jacob/Lachen links et Hitler

  • 4 Elle fut interrompue de 1881 à 1884 (parution à Stuttgart) en vertu des modalités d’application de (...)

2Der Wahre Jacob ayant cessé de paraître le 12 octobre 1923 à cause de l’inflation, l’éditeur Johann Heinrich Wilhelm Dietz le remplaça par la publication de la revue hebdomadaire Lachen links (Hilarité à gauche) avec les mêmes dessinateurs. Der Wahre Jacob reprit son nom le 9 juillet 1927. Il fut dès sa fondation, en 1879 à Hambourg, une publication du parti social-démocrate4.

3Der Wahre Jacob est une revue de 16 pages qui parut avec une fréquence irrégulière. Elle était éditée à 360 000 exemplaires en 1914, à 200 000 en 1919, à 60 000 en 1932. Lachen links est une revue hebdomadaire qui publiait en moyenne 14 caricatures et bandes dessinées par numéro.

  • 5 Ernst Deuerlein, Der Aufstieg der NSDAP in Augenzeugenberichten, DTV, München, 1974, p. 241.
  • 6 À la date du 28 avril 1930, Goebbels écrivit dans son journal : « Hitler dirige de nouveau, Dieu me (...)

4Pour la période qui nous intéresse, c’est-à-dire jusqu’en 1933, année de l’interdiction de l’hebdomadaire, nous avons recensé dans les deux revues toutes les caricatures représentant Hitler, mais aussi celles qui ont trait au national-socialisme, au parti NSDAP dont Hitler était le chef depuis 1920, et à ses milices. Dans bien des situations en effet, Hitler fut indissociable du parti et de la politique qu’il menait. Il a toujours brisé les prétentions de ceux qui désiraient le supplanter. Tout d’abord, à l’occasion de la refondation du parti le 27 février 1925, il se fit accorder des pouvoirs dictatoriaux, déclarant devant un auditoire de 4 000 sympathisants : « Je dirige le parti seul et personne n’a à me dicter des conditions5 ». Puis, en 1930, il écarta Otto Strasser, qui dirigeait la mouvance socialiste du NSDAP6, et Walter Stennes, chef de la SA (la section d’assaut) dans l’est de l’Allemagne, qui supportait mal la stratégie de conquête du pouvoir du parti trop lente à son goût.

5Le corpus des caricatures durant cette période est synthétisé dans le tableau ci-dessous. À partir de ce corpus de dessins de presse, on observe à quels moments et selon quel tempo la caricature s’est emparée du petit caporal autrichien.

6Jusqu’en 1923, on ne relève aucune caricature de Hitler dans la revue Der Wahre Jacob. Dans les années de l’immédiat après-guerre, les thèmes qui préoccupaient les dessinateurs et les journalistes étaient, entre autres, les conditions imposées à l’Allemagne, les réparations, l’invasion de la Ruhr en janvier 1923 par les troupes françaises et belges, l’esprit de revanche, les prisonniers de guerre, les problèmes internes induits par le passage de la monarchie à la république. La représentation de Hitler n’apparaît que très sporadiquement dans d’autres publications de la presse satirique illustrée allemande avant le putsch de Munich des 8 et 9 novembre 1923. C’est tout juste un mois après sa parution, le 15 février 1924, que Lachen links commence à charger Hitler à la suite du putsch dans le dessin intitulé « Le procès Ludendorff-Hitler ». Les caricaturistes républicains, socialistes ou conservateurs, qui tenaient jusque-là Hitler pour relativement insignifiant, ont donc attendu pour le représenter un événement largement médiatisé et ambivalent pour le futur chancelier. Passé cette période d’émois liée au putsch raté, les dessinateurs de gauche attendent 1930 pour pilonner de nouveau avec intensité le chef du NSDAP, quand il revient sur le devant de la scène politique grâce au succès de son parti aux élections régionales et surtout aux élections législatives du 14 septembre 1930. (cf. plus loin le bref historique de la période concernée).

L’identité caricaturale

  • 7 Fondé par Albert Langen le 1er avril 1896 à Munich, le Simplicissimus avait pour objectif de s’enga (...)

7La période de latence qui caractérise les débuts de la carrière caricaturale de toute personnalité politique est illustrée tout naturellement pour Hitler par une imprécision identitaire. Un hebdomadaire régional du Land Wurtemberg-Bade, Die Sonntags-Zeitung, à coloration socialiste, et le Simplicissimus7 de Munich, fournissent les premiers dessins qui mentionnent Hitler sans toutefois le représenter graphiquement. Dans la première caricature, il est évoqué uniquement par son nom et dans la deuxième par l’intermédiaire d’un questionnement et d’éléments symboliques.

  • 8 Martin Broszat, Die Machtergreifung, DTV, München, 1993, p. 15.

8Dans Die Sonntags-Zeitung, avec la gravure « Der Rattenfänger » (Le charmeur de rats) du 4 mars 1923, le caricaturiste attitré du journal, Hans Gerner, représente le personnage de la légende du Moyen Âge, le joueur de flûte de Hameln, qui s’éloigne de la ville de Munich, reconnaissable aux deux tours de Notre-Dame, suivi par une longue file de personnes. Seul le nom de Hitler écrit sur sa besace permet de l’identifier. Devenu en septembre 1919 membre du Parti ouvrier allemand (DAP) qui prit le nom de NSDAP en février 1920, Hitler en était l’un des principaux tribuns. Il faisait alors sensation par ses discours aux thèmes récurrents qu’il tenait dans les rues et les tavernes munichoises, si bien que certains, d’après l’historien Martin Broszat8, le nommaient « le roi de Munich ». Il vilipendait les clauses du traité de Versailles, s’attaquait aux « criminels de novembre », à la jeune social-démocratie, au pouvoir et au droit, et tenait de virulents propos anticommunistes et antisémites.

9Dans Simplicissimus du 28 mai 1923, Thomas Theodor Heine, grâce à une série de 12 vignettes, pose la question : « Wie sieht Hitler aus ? » (À quoi ressemble Hitler ?) en prétextant : « Hitler ne se fait jamais photographier. Au cours de mon séjour à Berlin, je fus assailli de questions sur son aspect physique ». Et là, le dessinateur s’en donne à cœur joie et donne la preuve, sans montrer Hitler, qu’il a déjà bien cerné le personnage, déjà connu comme agitateur à Munich, qu’il a démasqué un démagogue dont les faits et gestes ne seraient pas inoffensifs. Dans la dernière vignette se trouve tout un fatras d’objets, chope, hache, poignard, pistolet, le tout surmonté d’une croix gammée surdimensionnée qui paraît menacer une étoile de David. Il convient de noter que la croix gammée fait partie des attributs de Hitler, d’autant qu’il affirmait avoir conçu lui seul au milieu de l’année 1920 l’étendard du parti avec un svastika dans un cercle blanc sur fond rouge. Cette vignette est accompagnée de la légende : « Les questions durent rester sans réponse. Hitler n’est vraiment pas un individu. C’est une situation. Il n’y a que le futuriste qui puisse imaginer la façon de le représenter ».

  • 9 Pour toutes les images de cet article : © Universitätsbibliothek, Heidelberg.

10Lachen links édite le 15 février 1924 le premier dessin représentant Hitler dans la scène du procès de Munich. Quant à Hitler seul, il fait l’objet d’une petite caricature, le 7 mars 1924, au bas d’une page de la revue, dans le coin de droite, « Der Hitler-Adolf. Echtgermanisch » (l’homme typiquement germanique), des croix gammées gravées sur la cravate, sans autre texte ni commentaire (fig. 1)9.

Fig. 1 : « Echtgermanisch », Lachen links, 7 mars 1924.

11En pleine page de la quatrième de couverture de la même revue, le dessinateur Hermann Abeking évoque un Hitler dont la bouche démesurée, d’un rouge vif qui tranche sur les couleurs sombres de la caricature occupe une grande partie de la surface du dessin. « L’organisme entier est rabougri au profit de l’organe vital le plus important, la gueule », est-il noté en légende, « Völkische Hypertrophie » (Hypertrophie populiste) (fig. 2).

Fig. 2 : « Völkische Hypertrophie », Lachen links, 7 mars 1924.

12Le même dessinateur, dans un dessin linéaire d’une demi-page de la revue du 25 juillet 1924, « Die schöne deutsche Landschaft » (Le beau paysage allemand), dont tous les éléments sont composés de croix gammées, s’inquiète de l’invasion sournoise de l’idéologie nationaliste en Bavière, allusion au procès de Hitler qui s’est servi du tribunal pour assurer sa propagande.

  • 10 Le procès aurait dû se tenir devant la cour du Reich de Leipzig, mais trop de personnalités politiq (...)
  • 11 À sa sortie de la forteresse de Landsberg, Hitler abandonne la nationalité autrichienne le 30 avril (...)

13Un bref historique de la période1924-1929 contribue à éclairer le sens des caricatures présentées. Le procès des auteurs du putsch se déroula du 26 février au 27 mars 1924 à Munich10 et le verdict fut rendu le 1er avril 1924. Erich von Ludendorff fut relaxé, ainsi que Ernst Röhm et Wilhelm Frick. Hitler fut condamné à cinq ans de forteresse, avec la perspective d’être gracié avant la fin de sa peine. Hitler, sujet autrichien11, ne fut pas extradé malgré la demande du ministre de l’Intérieur de Bavière, qui se heurta à l’opposition de Hans Gürtner, ministre de la Justice du Reich, qui contribua à faire gracier Hitler et devint en 1933 son ministre de la Justice. Hitler bénéficia d’une remise en liberté conditionnelle le 20 décembre 1924. Pendant son séjour à la forteresse de Landsberg, le parti NSDAP et ses milices avaient été interdits. Hitler refonda le parti le 27 février 1925, mais comme ses apparitions publiques provoquaient de l’agitation, il se vit interdire le droit de prendre la parole en Bavière dès son retour à la vie politique le 9 mars 1925 et par la suite dans tous les Länder jusqu’en 1927-1928.

  • 12 Le NSDAP obtient 107 sièges, le SPD 143.

14La période d’accalmie de 1925 à 1929 correspond à ce que l’on appela les cinq années dorées de la République de Weimar, une ère de stabilisation financière et politique. Hitler disparut quasiment de la scène médiatique et des pages des journaux satiriques. Ce furent en quelque sorte ses années de « traversée du désert ». Mais leur importance ne doit pas être sous-estimée, car c’est à cette époque-là que Hitler s’affirma en chef incontesté de l’extrême droite. Entre 1925 et 1929, l’encadrement du parti fut renforcé, des groupuscules de droite écartés ou absorbés par le NSDAP, et Hitler s’assura la domination absolue sur le mouvement. Avec la crise économique de la fin de l’année 1929, Hitler, libéré de son interdiction de prendre la parole en public, connaît un regain de notoriété dû au succès du NSDAP aux élections régionales et surtout aux élections législatives du 14 septembre 193012, enfin à la formation du Front d’opposition nationale à Harzburg le 11 octobre 1931.

  • 13 Les intrigues menées par Von Papen, Ribbentrop, Oskar von Hindenburg, Frick et Göring, entre autres (...)

15Dans la revue Der Wahre Jacob, les caricaturistes s’intéressent de nouveau au personnage de Hitler à la fin de l’année 1930. Les représentations de Hitler se font de plus en plus nombreuses en 1931 et 1932 et jusqu’au printemps 1933, où la presse est muselée par le nouveau régime. Pendant ces trois années, les caricaturistes de la presse socialiste soulignent d’abord la dangerosité de Hitler et de son parti, puis tournent en dérision son échec en montrant un personnage au creux de la vague, repoussé par le président Hindenburg dans ses intentions d’accéder à la chancellerie. Même après son accession au pouvoir le 30 janvier 193313, les dessinateurs expriment leur doute quant à la pérennité de Hitler à ce poste. Jusqu’à la veille des élections du 5 mars 1933, la classe politique pense l’évincer du pouvoir, mais en définitive les dessinateurs de presse ne pourront que constater l’installation de la dictature.

Les caractérisations de Hitler

16De 1923 à 1933, au fil des caricatures publiées dans la presse, les dessinateurs se dotent d’une large palette de motifs pour caractériser et charger Hitler. Certains se pérennisent, d’autres demeurent éphémères.

Le svastika et la cravache

17Le svastika apparaît timidement dans les dessins du putsch des 8 et 9 novembre 1923 dans les revues Ulk et Die Pleite, et s’installe ensuite durablement dans toutes les revues. Cet attribut se retrouve dans les dessins de Lachen links début 1924, « Typiquement allemand » et « Hypertrophie populiste » le 7 mars 1924. Dans le premier dessin, ce sont les svastikas imprimés sur la cravate et dans le deuxième, un svastika sur le revers gauche de la veste. Peu à peu, la représentation du svastika sous-tend la menace du danger national-socialiste, comme le souligne Hermann Abeking le 25 juillet 1924 dans « Le beau paysage allemand ». Le 10 juin 1927, Alois Florath dessine dans Der Wahre Jacob « la hyène maculée de croix gammées », la gueule dégoulinante de sang, et ajoute en légende : « Très sanguinaire et on ne peut plus lâche, ne sort qu’en meute, fouille les décombres du passé ». Mais très vite le svastika fait corps avec Hitler, corroborant la perception de brutalité et de violence qui émanait des SA, du parti NSDAP, de Hitler, comme les deux dessins parus dans cette revue, « Die Hitler-Bewegung » (Le mouvement « politique » de Hitler) de Karl Holtz le 10 septembre 1932 et « Hitler, “der Geist” der NSDAP » (Hitler, « l’esprit » du NSDAP) de Erich Goltz le 28 janvier 1933 (fig. 3). Le dessin de Karl Holtz représente une croix gammée dont chacune des branches est pourvue d’une main qui tient une arme, un coutelas, un pistolet, une bombe et une grenade. Simulant le départ d’un axe, le centre de ce svastika effrayant n’est autre qu’un plus petit svastika qui confère une impression de vitesse à cette roue crantée. La caricature d’Erich Goltz, quant à elle, permet de constater que la croix gammée et Hitler sont perçus comme un tout indivisible et de découvrir un nouvel attribut, la cravache.

Fig. 3 : « Hitler, “der Geist” der NSDAP », Der Wahre Jacob, 28 janvier 1933.

18Cet attribut rappelle qu’en 1923 Hitler fut introduit à Munich dans les cercles mondains par Ernst Hanfstaengl qui le présenta à Elsa Bruckmann, la femme de l’éditeur Hugo Bruckmann, sympathisant pangermaniste et antisémite qui avait publié les œuvres de Chamberlain. Elle lui offrit l’une de ses cravaches dont il ne devait jamais se séparer. Il faut remarquer que la revue Der Wahre Jacob, par l’intermédiaire du dessinateur Erich Goltz, laisse espérer à ses lecteurs que Hitler et son parti, quelques jours avant l’accession au pouvoir, seraient écartés de la vie politique.

La moustache et les cheveux gominés, le costume de ville et la cravate

19Ces éléments se retrouvent dans les représentations de Hitler jusqu’en 1929, comme celle du dessinateur Rüsch dans Lachen links du 7 mars 1924, « Echtgermanisch », (Typiquement germanique) (fig. 1), et celle de Willibald Krain dans Der Wahre Jacob du 24 novembre 1928, « Hitler » (fig. 4), qui illustre la levée de l’interdiction de parole. « Hitler darf wieder reden. Warum ? Weil er nichts mehr zu sagen hat ! » (Hitler a de nouveau l’autorisation de parler. Pourquoi ? Parce qu’il n’a rien à dire !). Les croix gammées sont peintes sur le gramophone. On constate donc que la mèche si caractéristique de Hitler n’apparaît pas dans la caricature avant 1929.

Fig. 4 : « Hitler », Der Wahre Jacob, 24 novembre 1928.

La tenue nazie et la posture

20Dans Der Wahre Jacob, avec le dessin « Hitler und Südtirol » paru le 6 juillet 1929, Karl Holtz introduit un nouvel attribut appelé à se diffuser largement, la tenue nazie avec le svastika fixé sur un brassard. Il souligne l’antisémitisme de Hitler et sa théorie raciale décrite dans Mein Kampf en dessinant exceptionnellement un Hitler blond. Il ironise sur le fait que Hitler tirerait de la fierté d’être soupçonné d’avoir aidé les Allemands du Tyrol du Sud à connaître les bénédictions du fascisme italien, allusion à son admiration d’alors pour le dictateur transalpin. Nous n’avons pas trouvé d’autre exemple d’un Hitler blond parmi les caricatures de cette revue.

21À la tenue nazie est souvent associée la posture de Hitler, la main gauche passée dans son ceinturon, attitude qu’il arborait lors de ses apparitions à la tribune pour tenir un discours. Pour exemple, dans Der Wahre Jacob, un petit dessin linéaire de Lothar Reiz le 23 avril 1932, (« Instruktion »), et Hitler en bonhomme de neige qui fond, le 25 février 1933, la cravache à la main droite et la main gauche passée dans son ceinturon.

22De la fin de l’année 1930 jusqu’à la fin du mois de janvier 1933, une suite d’espoirs et de revers s’exprime dans la représentation du personnage. La carrière caricaturale de Hitler se consolide en faisant émerger d’autres caractères et attributs comme la mèche, qui devient omniprésente, la bouche démesurément ouverte, le tambour, le boucher, la guillotine, le masque, la rouerie et la duplicité, entre autres.

La bouche vociférante et la mèche

  • 14 . (fig. 5) legal = lang legen : exécuter ; erschiessen : tuer par balle ; galgen : pendre ; abwürge (...)

23Reprenant celui d’une caricature de Lachen links du 7 mars 1924, « Völkische Hypertrophie » (Hypertrophie populiste/raciste) de Hermann Abeking (fig. 2), Der Wahre Jacob introduit le 30 janvier 1932 un motif qui sera abondamment repris dans les dernières années de la République de Weimar, Hitler vociférant, la mèche sur le front, dessiné par Georg Wilke avec une bouche démesurément ouverte : « Wie der Hitler das Wort “legal” buchstabiert ! » (Comment ce Hitler en question épelle le mot “légal”)14 (fig. 5). Ce dessin suggère la dangerosité de Hitler, qui promet d’obtenir le pouvoir par la voie légale.

Fig. 5 : « Wie der Hitler das Wort “legal” buchstabiert ! », Der Wahre Jacob, 30 janvier 1932.

  • 15 Cf. aussi John Heartfield, AIZ, Prague, 7 juin 1933 : Hitler avec des ailes d’ange, portant une pal (...)

24Ce motif, déjà largement présent dans la presse française pour qualifier le tribun Jean Jaurès avant 1914, est utilisé dans la presse étrangère dès l’accession au pouvoir de Hitler, entre autres en France par Cabrol dans l’Humanité et aux états-Unis par Georges, dans The Nation de New York au printemps 1933. Dans la caricature de Georges, la bouche hurlante se transforme en bouche de canon, d’où s’échappe une colombe15. La couverture du catalogue de l’exposition de caricatures qui s’est tenue à Prague d’avril à mai 1934 n’échappe pas à cette représentation dans un jeu d’épure et de synecdoque très poussé, qui traduit une large diffusion de ces motifs : un trou béant occupe tout le centre de l’image, surmonté d’un H en guise de moustache, et de la mèche folle.

Le tambour et le boucher

25Le tambour est un attribut récurrent, il rappelle que Hitler au début des années 1920 se voyait en rassembleur et prétendait se satisfaire de n’être que le tambour du parti, si bien que le nom de cet instrument est depuis lors devenu son sobriquet. Il suffit de voir deux avant-bras battre du tambour pour penser que c’est Hitler, comme sur la page de couverture de  Der Wahre Jacob du 17 septembre 1932, « Der Trommler trommelt » (Le tambour bat du tambour) (fig. 6).

Fig. 6 : « Der Trommler trommelt », Der Wahre Jacob, 17 septembre 1932.

  • 16 Cf. La marche des veaux, le poème que Brecht composa onze ans plus tard et qui débute ainsi : « Les (...)

26Avec ce dessin, Jacobus Belsen dénonce un Hitler va-t-en-guerre comme l’avait fait Karl Holtz avec sa caricature du 27 février de la même année, « Schlächter Hitler » (Hitler le boucher), montrant Hitler en boucher avec les mêmes slogans bellicistes inscrits sur son tablier, parsemé d’étoiles de David. Rudolf Hermann, dessinateur à la revue communiste Roter Pfeffer s’empare aussi de ce motif en juillet 1932 pour montrer le suivisme aveugle qui conduit à l’abattoir16 avec une caricature intitulée « Nur die allerdümmsten Kälber wählen ihre Metzger selber ! » (Il n’y a que les veaux les plus stupides pour choisir leurs bouchers eux-mêmes !).

La guillotine

27On peut associer au motif du boucher celui de la guillotine, que Karl Holtz utilise le 20 décembre 1930 avec « Unseres Lebens schönster Traum » (Le plus beau rêve de notre vie) et le 6 juin 1931 avec « Guillotineträger Hitler » (Hitler porteur de guillotine), placés tous deux sur la page de couverture de Der Wahre Jacob, allusion aux propos de Hitler promettant de faire tomber des têtes. Le 25 septembre 1930, lors du procès de trois jeunes officiers de la Reichswehr accusés de complicité avec le NSDAP dans la préparation d’un putsch militaire, il fut cité comme témoin devant le tribunal de Leipzig et se servit de cette tribune à des fins de propagande. Il déclara qu’il prendrait le pouvoir légalement et qu’après sa prise de pouvoir en Allemagne des têtes tomberaient.

Le masque de Hitler et la mort

28Ce motif est employé dans Der Wahre Jacob le 21 novembre 1931 avec « Warum fürchtet ihr euch denn vor mir ? » (Mais pourquoi donc avez-vous peur de moi ?) (fig. 7) et aussi par des dessinateurs d’autres revues pendant cette période. Les SA défilaient dans les rues des villes d’Allemagne pour impressionner la population et s’adonnaient à des actes de violence. Le masque est un motif ancien dans la caricature, repris pour Hitler entre autres par Georges dans The Nation le 5 avril 1933 et par Paul A. Weber dans des lithographies.

Fig. 7 : « Warum fürchtet ihr euch denn vor mir ? » Der Wahre Jacob, 21 novembre 1931.

La duplicité

29Le masque ou le visage changeant de Hitler, selon le public auquel il s’adresse, est aussi utilisé pour montrer la rouerie et la duplicité du personnage, pour dénoncer ses propos annonçant la préoccupation socialiste de son parti, défendant en principe la classe ouvrière, sa volonté de paix affichée. Ainsi les dessinateurs démasquent-ils sa préférence pour le grand capital et ses intentions bellicistes, par exemple avec « Das Firmenschild » (L’enseigne) du 14 février 1931 (fig. 8). Devant les prolétaires, Hitler agite le panneau où apparaissent en grosses lettres « socialiste » et « parti ouvrier », si bien que l’on peut lire « Parti socialiste des ouvriers ». En revanche, face à un public de financiers dont il veut s’assurer la générosité (vor den zahlungsfähigen Kreisen), « National », « Deutsche » et « Partei » sont mis en relief, ce qui donne, « Parti national allemand ».

Fig. 8 : « Das Firmenschild », Der Wahre Jacob, 14 février 1931.

30De même, dans « Wir werden das Privateigentum aufheben », le 9 avril 1932, le dessinateur Werner Saul joue sur les deux sens du verbe aufheben, ce qui donne devant un public de SA « Nous abolirons la propriété privée » et devant les magnats de l’industrie, financiers et grands propriétaires terriens, « nous prendrons toutes les précautions nécessaires pour conserver la propriété privée ».

Le peintre en bâtiment

  • 17 Le NSDAP obtient 230 sièges aux élections législatives du 31 juillet 1932 et 196 sièges aux électio (...)

31Fin 1932 et début 1933, devant le refus de Hindenburg de nommer le petit caporal chancelier, malgré un score jamais égalé aux élections législatives du 31 juillet 193217, et devant la perte de sièges aux élections du 6 novembre 1932, les dessinateurs de Der Wahre Jacob tournent Hitler en dérision, le montrant pleurnichard ou dans des situations de détresse. C’est ce que réalise Hans Kossatz le 7 janvier 1933 avec la caricature « Hitlers Anstrich » (Badigeonnage de Hitler) (fig. 9), qui montre Hitler en peintre en bâtiment tentant de déposer une couche de peinture brune sur la maison Allemagne, peinture qui s’effrite aussitôt.

Fig. 9 : « Hitlers Anstrich », Der Wahre Jacob, 7 janvier 1933.

32C’est une représentation nouvelle ici et qu’ont affectionnée les caricaturistes par la suite, soit pour railler son échec à l’examen d’entrée à l’Académie des beaux-arts de Vienne, soit pour rappeler qu’il avait travaillé comme manœuvre sur un chantier quelque temps, activité qu’il avait considérée comme dégradante. Après son accession au pouvoir, la caricature étrangère reprend ce motif. Dans Candide du 5 juillet 1934, Sennep dessine Hitler au lendemain de l’assassinat de ses premiers compagnons, pistolet à la main, qui vient d’abattre des SA contre un mur maculé de sang. Il intitule son dessin « Le peintre en bâtiment ». Dans le même registre, Clément Moreau (Carl Meffert), en exil en Argentine en 1935, montre un Hitler hagard traînant un seau d’une main et tenant de l’autre un pinceau dégoulinant de sang.

La stylisation de la tête

33Si jusque-là les dessinateurs ont représenté le visage de Hitler dans une veine réaliste, Willibald Krain, le 31 décembre 1932 dans Der Wahre Jacob, propose de manière inédite une schématisation de ce visage amenée à rencontrer un succès mondial. Sous le titre « Sylvester-Feier » (La fête de la Saint Sylvestre) (fig. 10), le dessinateur transforme Hitler en pièce de jeu d’échecs et donne à sa tête la forme d’un œuf, caractérisée par la fameuse mèche ainsi que le rectangle de moustache devenus incontournables dans toutes ses représentations ultérieures.

Fig. 10 : « Sylvester-Feier », Der Wahre Jacob, 31 décembre 1932.

  • 18 Claude Maillard et Jean-Claude Simoën, Hitler à travers la caricature internationale, Paris, Albin (...)
  • 19 Timur Wermes, Er ist wieder da, Eichhorn Verlag, Köln, 2012, 396 p.

34Cette simplification associée à la croix gammée constitue une forme d’aboutissement caricatural, de cristallisation géométrique des traits du chef nazi, et sera maintes fois reprise dans la caricature internationale18 à partir de 1933 et encore tout récemment par Johannes Wiebel sur la couverture du roman de Timur Wermes, Er ist wieder da (Il est de retour)19.

Conclusion

35Après une période d’imprécision liée au manque de visibilité médiatique de Hitler, entretenue par l’intéressé qui semblait réticent à laisser diffuser des photographies de lui, la presse satirique allemande, globalement hostile au dirigeant du NSDAP, entame son travail de maturation de l’identité caricaturale. On repère deux phases très marquées dans le criblage caricatural. Le premier focus concerne l’année 1924, puis il faut attendre 1930 pour que la caricature se focalise de nouveau sur Hitler, deux moments clés dans l’histoire du personnage et de l’Allemagne. Le putsch manqué d’un côté, et de l’autre des progrès électoraux sans précédent. La première phase constitue une période de recherche graphique pour les dessinateurs, qui recourent parfois à des symboles pour échapper à la représentation du visage, la perception de la personnification du parti n’étant pas encore totalement aboutie. Dans la deuxième phase, Hitler est bien mieux caractérisé physiquement et présenté comme un personnage parfois dangereux, parfois plutôt anodin. Son ultraviolence est maintes fois traduite – ce qui est nouveau – par un rictus caractéristique évoquant ses éructations tribuniciennes. Les dessinateurs cherchent de toute évidence autant à effrayer leurs lecteurs qu’à leur montrer que l’on peut venir à bout de cette figure montante de la politique allemande.

36Une troisième phase débute avec l’accession de Hitler au poste de chancelier du Reich. S’ouvre alors une nouvelle période, caractérisée par la mise au pas de la presse en général et la disparition de certains titres trop hostiles au nouveau pouvoir. Der Wahre Jacob cesse de paraître. Kladderadatsch, Simplicissimus et d’autres journaux satiriques font allégeance au nouveau pouvoir et se publieront jusqu’en 1944. C’est la presse étrangère qui prend le relais dans la diffusion d’un discours caricatural contre Hitler. Le regard opère différemment et se fait international, donc plus synthétique, sinon simplificateur. Si la moustache, la mèche et le svastika perdurent comme éléments d’identification incontournables, le tambour, la représentation du peintre en bâtiment, et bien sûr les jeux de postures (bras droit levé, main gauche passée dans le ceinturon), se pérennisent également mais sans devenir systématiques. Les motifs du boucher, de la guillotine et de la cravache, ou encore le procédé des masques, demeurent caractéristiques de la première période de criblage caricatural, c’est-à-dire la période 1923-1933, motifs probablement trop liés à l’histoire personnelle de Hitler ou à des événements secondaires et propres à la vie politique intérieure allemande pour faire sens et se pérenniser dans la réception internationale.

Haut de page

Notes

1 Le n° 958 du 13 avril 1923 est le premier qui parut à Berlin.

2 Jacques le Véridique : ce nom provient d’une expression populaire qui servait à caractériser quelqu’un qui faisait des remarques pertinentes et pleines de bon sens.

3 Référence bibliographique : Viviane Rouquier, La caricature antihitlérienne dans la presse satirique allemande de 1923 à 1933, CREG (Centre de recherches et d’études germaniques), EA-4151, université de Toulouse-Jean Jaurès.

4 Elle fut interrompue de 1881 à 1884 (parution à Stuttgart) en vertu des modalités d’application de la loi antisocialiste de 1879, qui fut abrogée en 1890.

5 Ernst Deuerlein, Der Aufstieg der NSDAP in Augenzeugenberichten, DTV, München, 1974, p. 241.

6 À la date du 28 avril 1930, Goebbels écrivit dans son journal : « Hitler dirige de nouveau, Dieu merci ».

7 Fondé par Albert Langen le 1er avril 1896 à Munich, le Simplicissimus avait pour objectif de s’engager pour la défense de l’art et des idées sans prétendre, à l’origine, afficher une couleur politique particulière. De 1929 à 1933, le rédacteur en chef en fut le libéral de gauche Franz Schoenberner. Ses caricaturistes les plus prolixes, Karl Arnold, Thomas Theodor Heine et Erich Schilling, s’efforçaient de défendre les couleurs de la social-démocratie, ce qui explique le grand nombre de caricatures contre Hitler ou contre son parti mises en évidence sur la page de couverture. L’année 1932, cette revue de douze pages, qui comportait une moyenne de onze à douze dessins, dont trois en couleur, était éditée à 60 000 exemplaires. Dans les 52 revues de l’année 1932, 35 caricatures représentent le national-socialisme, dont 9 sur la page de couverture (4 NS et 5 Hitler).

8 Martin Broszat, Die Machtergreifung, DTV, München, 1993, p. 15.

9 Pour toutes les images de cet article : © Universitätsbibliothek, Heidelberg.

10 Le procès aurait dû se tenir devant la cour du Reich de Leipzig, mais trop de personnalités politiques et militaires étaient compromises et « les forces qui dirigeaient la Bavière firent leur possible pour limiter les dégâts », Ian Kershaw, Hitler, Paris, Flammarion, 2008, p. 325.

11 À sa sortie de la forteresse de Landsberg, Hitler abandonne la nationalité autrichienne le 30 avril 1925, pour échapper à l’expulsion de l’Allemagne, et devient apatride. Un délai de neuf ans était requis pour l’obtention de la nationalité allemande. Mais après deux tentatives infructueuses, l’une en Bavière en 1929 et l’autre en Thuringe en 1930, il l’obtient le 26 février 1932 grâce à la complaisance de Dietrich Klaages, ministre de l’Intérieur et de l’Éducation de l’État de Brunswick. Nommé fonctionnaire, Hitler acquiert ipso facto la nationalité allemande, ce qui lui permet de se présenter à l’élection présidentielle de mars 1932. Au premier tour, Hindenburg obtient 49,6 % des voix, Hitler 30,1 % ; au deuxième tour, Hindenburg en obtient 53 %, Hitler 36,8 %.

12 Le NSDAP obtient 107 sièges, le SPD 143.

13 Les intrigues menées par Von Papen, Ribbentrop, Oskar von Hindenburg, Frick et Göring, entre autres, à partir du 22 janvier 1933, pour convaincre le vieux président de nommer Hitler chancelier, ont accéléré le cours des événements et peut-être surpris les dessinateurs de presse.

14 . (fig. 5) legal = lang legen : exécuter ; erschiessen : tuer par balle ; galgen : pendre ; abwürgen : étrangler ; lynchen : lyncher.

15 Cf. aussi John Heartfield, AIZ, Prague, 7 juin 1933 : Hitler avec des ailes d’ange, portant une palme de la paix et une épée dressées, tire un canon miniature et une colombe muselée. La colombe, qui apparaît à l’origine pour marquer la fin d’un conflit, devient ici un signe de crise. Ce motif perdure. Cf. Ramezani Kianoush, La corde et les ailes, rencontre autour du dessin de presse, journée d’études du 9 novembre 2012 organisée par l’EIRIS et la BNF.

16 Cf. La marche des veaux, le poème que Brecht composa onze ans plus tard et qui débute ainsi : « Les veaux suivent/le tambour en trottant/La peau pour le tambour,/ ils la livrent eux-mêmes./ Le boucher les appelle./ Le veau marche d’un pas tranquille et ferme./ Les veaux dont le sang a déjà coulé dans l’abattoir/se rangent à son idéologie./ Ils lèvent les mains […] elles sont déjà maculées de sang ».

17 Le NSDAP obtient 230 sièges aux élections législatives du 31 juillet 1932 et 196 sièges aux élections législatives du 6 novembre 1932.

18 Claude Maillard et Jean-Claude Simoën, Hitler à travers la caricature internationale, Paris, Albin Michel, 1974, 190 p.

19 Timur Wermes, Er ist wieder da, Eichhorn Verlag, Köln, 2012, 396 p.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5164/img-1.png
Fichier image/png, 76k
Légende Fig. 1 : « Echtgermanisch », Lachen links, 7 mars 1924.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5164/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 2 : « Völkische Hypertrophie », Lachen links, 7 mars 1924.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5164/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7M
Légende Fig. 3 : « Hitler, “der Geist” der NSDAP », Der Wahre Jacob, 28 janvier 1933.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5164/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Légende Fig. 4 : « Hitler », Der Wahre Jacob, 24 novembre 1928.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5164/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Légende Fig. 5 : « Wie der Hitler das Wort “legal” buchstabiert ! », Der Wahre Jacob, 30 janvier 1932.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5164/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Fig. 6 : « Der Trommler trommelt », Der Wahre Jacob, 17 septembre 1932.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5164/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Légende Fig. 7 : « Warum fürchtet ihr euch denn vor mir ? » Der Wahre Jacob, 21 novembre 1931.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5164/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Légende Fig. 8 : « Das Firmenschild », Der Wahre Jacob, 14 février 1931.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5164/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5M
Légende Fig. 9 : « Hitlers Anstrich », Der Wahre Jacob, 7 janvier 1933.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5164/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Légende Fig. 10 : « Sylvester-Feier », Der Wahre Jacob, 31 décembre 1932.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5164/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Viviane Rouquier, « L’hebdomadaire satirique socialiste Der Wahre Jacob face à l’ascension de Hitler : une impuissance caricaturale ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 131 | 2016, 61-83.

Référence électronique

Viviane Rouquier, « L’hebdomadaire satirique socialiste Der Wahre Jacob face à l’ascension de Hitler : une impuissance caricaturale ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5164

Haut de page

Auteur

Viviane Rouquier

Université de Toulouse-Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page