Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction : Le chef d’État et son double caricatural

Guillaume Doizy et Pascal Dupuy
p. 13-20

Texte intégral

  • 1 Pseudonyme pour Jules François Félix Husson Fleury. Voir Bertrand Tillier, « Champfleury, érudit et (...)
  • 2 Champfleury, Histoire de la caricature moderne, 2e édition très augmentée, Paris, Dentu, 1872, 322  (...)

1Dans son Histoire de la caricature moderne publiée en 1872, Champfleury1 explique à propos du journal La Caricature fondé en 1830 par Charles Philipon et Honoré de Balzac, qu’au travers des gravures publiées, « les premières années du règne de Louis-Philippe sont tracées minute par minute. […] C’est le roi qu’on épie dans tous les actes de sa vie privée, de sa vie publique, et avec le roi, ses enfants, ses intimes, les dignitaires, les pairs de France, les députés, les ministres. On croit assister à un défilé de masques cruels qui récitent un catéchisme poissard politique »2. Outre son caractère voyeuriste supposé, qu’il condamne, Champfleury perçoit aussi la charge caricaturale comme un redoutable processus de dévoilement de l’action publique, du gouvernement et de l’État. Un dévoilement qu’il juge impudique, voire immoral, à la fois trompeur et mensonger, car selon lui le dessinateur épie, jette crûment la lumière sur les parts d’ombre et déforme violemment la réalité. La caricature, toujours selon notre érudit, substitue à la réalité des masques encore plus expressifs que nature, qui brouillent l’identité du référent et détournent le lecteur de la vérité. Cette analyse troublante repose sur un postulat qui confère une puissance quasi mystique à la caricature. Pour Champfleury et de nombreux historiens de la caricature du xixe siècle, l’image satirique, grâce à un sort maléfique jeté sur le papier, ôtait au monarque sa puissance, son pouvoir et son autonomie publique et privée. Puissance de la caricature, puissance du lectorat qui, soudain, se voit doté du pouvoir d’ubiquité : grâce à l’image, le voilà au cœur des institutions, au cœur des rouages politiques, au cœur de la sacralité royale !

Fig. 1 : La Caricature politique, 21 mars 1833.

  • 3 La Caricature politique, n° 251, 27/08/1835.

2Champfleury, dans cette analyse, reprend en fait à son compte la place tenue par la caricature dans les imaginaires sociaux entre 1830 et 1835. Charles Philipon et son équipe de dessinateurs comparaient eux-mêmes les caricatures publiées à de simples « miroirs » : « Nous avons pris […] les événements pas à pas, les disant et les dessinant sous l’inspiration du peuple dont nous n’étions en quelque sorte que les secrétaires et les peintres. Nous tenions le miroir devant lequel passaient tous les hommes politiques de cette glorieuse époque. Notre art ne consistait qu’à retenir les reflets3 ».

3Pour résumer, la caricature, en raison de sa rhétorique spécifique nourrie d’exagération, d’amalgame et de métaphore, énonce la vérité. De cette capacité à dire le vrai découle sa puissance. Mais cette opinion était aussi partagée par ceux qui étaient les victimes de ces charges, Louis-Philippe et son gouvernement multipliant les procès et les condamnations contre les images, contre le journal et les dessinateurs, envoyant même Philipon et Daumier en prison !

4Aux antipodes de la tradition « libérale » anglaise, qui voit éclore une caricature politique tolérée par un pouvoir qu’elle ne se gêne pas de brocarder, la France entretient donc une relation ambiguë, entre fascination et rejet, avec l’image satirique. Les autorités, depuis deux siècles, hormis pendant quelques périodes courtes d’agitation sociale, n’auront finalement de cesse d’atténuer ou de limiter franchement la capacité du crayon à charger les élites. La censure préalable, instituée de fait depuis l’origine de l’imprimerie et qui perdure jusqu’au vote de la grande loi républicaine sur la presse, témoigne de cette continuelle « grande peur » qui prévaut à la tête de l’État : peur des désordres, mais crainte surtout, comme en témoigne Champfleury, que le signe imprimé puisse blesser sa cible, qu’il serve à saper l’autorité, à ébranler la sacralité politique. Comme si la caricature pouvait concurrencer l’image du pouvoir et se substituer à elle, au point de le rendre inopérant. Le contre-pouvoir qu’incarnerait la caricature serait si efficace dans son propos qu’il parviendrait à paralyser le pouvoir et même à s’y substituer.

  • 4 Loi du 27 juillet 1849.

5Le maintien, dans la loi de juillet 1881 sur la presse, du « délit d’offense au président de la République », précisé dès 18494, et la définition du délit « d’offense au chef de l’État étranger », attestent du fait que, même lorsque la démocratie parlementaire est affirmée, le chef de l’État semble incapable de pouvoir supporter les assauts de la caricature. Ces boucliers législatifs successifs donnent la troublante impression que le pouvoir en période de paix sociale, en accordant à la caricature une plus grande liberté, préserve simultanément son sommet, et en protégeant le président de la République des attaques de la satire, sacralise et légitime le système républicain ; le risque semblant consister, pour les autorités, à voir le chef de l’État dépossédé de lui-même et définitivement concurrencé par son double caricatural !

  • 5 Kris Ernst, Psychanalyse de l’Art, Le fil rouge, PUF, 1978.
  • 6 Michel Melot, L’œil qui rit, Paris, Office du livre, 1975, p. 13.

6Ce risque et cette crainte, clairement énoncés depuis 1830 jusqu’en 1881, mais finalement inconsciemment intégrés jusqu’à nos jours, constituent la base même de la relation très spéciale qui se tisse entre le dessinateur, sa cible et le lectorat. Le « pacte » informel validé de facto par les trois parties en présence revient à entretenir l’idée que la caricature serait dotée d’un pouvoir magique, évoqué par Ernst Kris dans une étude restée célèbre5. Cette conception fait de la caricature un « miroir du diable »6, du dessinateur un démiurge et de la cible politique une victime potentielle totalement impuissante. Et de fait, le processus réside bien dans le mécanisme de réception. Dès lors que celle-ci s’opère, c’est-à-dire dès lors que la société s’approprie l’image et s’en empare comme d’un étendard conceptuel, la cible semble pouvoir vaciller et même s’écrouler.

  • 7 Theodore Roosevelt, « The Genius of Raemaekers », 07/06/1917.
  • 8 The Times (Londres), 26/07/1956.

7On perçoit bien cette mécanique pendant la Grande Guerre chez les Alliés, qui n’ont pas hésité à instrumentaliser à l’échelle internationale, sans aucun précédent dans l’histoire, un dessinateur de presse « neutre », convaincus qu’ils étaient de la capacité de son œuvre à miner l’ennemi allemand. L’engouement pour Louis Raemaekers est tel qu’il est reçu officiellement en France par le président de la République en 1916, engagé par la propagande anglaise et envoyé aux états-Unis, tandis que Roosevelt n’hésitera pas, dès 1917, à considérer que « the cartoons of Louis Raemaekers constitute the most powerful of the honourable contributions made by neutrals to the cause of civilisation in the World War »7, opinion reprise quarante ans plus tard à la mort de l’artiste par le Times anglais8.

8Ce pouvoir magique, fondé sur un jeu de substitution et d’équivalence entre le représenté et sa représentation, a lui-même nourri la rhétorique iconoclaste, le conflit étant résolu pour l’Occident chrétien lors du concile de Nicée au viiie siècle. Concernant la caricature, il faut bien remarquer que la relation entre la réalité et son double imagé doit rester toute relative, sauf à annuler le processus satirique. Si le lecteur ne perçoit pas la métaphore dans sa dimension symbolique, la représentation devient soit insupportable, soit confinant à l’absurde. Là réside sans doute le sel même de la caricature : jouer de l’ambivalence entre la représentation caricaturale, explosive, excessive, et son sens réel bien plus mesuré.

  • 9 Dessine-moi un Bolchevik, édition française présentée par François-Xavier Nérard, Éd. Tallandier, 2 (...)

9Si cette fragilité sous-jacente du politique face à l’image caricaturale perdure dans nos démocraties, elle demeure encore plus perceptible dans les régimes autoritaires. Le monde actuel a donné naissance à une figure nouvelle, celle du dessinateur harcelé, sinon traîné en justice et condamné, voire molesté et parfois assassiné. De la Russie à l’Amérique latine, de la Syrie à l’Asie ou à l’Afrique (lors des printemps arabes notamment) combien de dessinateurs n’ont-ils pas vécu cette expérience douloureuse, qui découle de cette peur irrationnelle et excessive du pouvoir face à l’image polémique, même si dans l’entre-soi les élites savent aussi se délecter de la pratique caricaturale9 ?

10De fait, dans les sociétés iconophiles, toute personnalité publique voit son image se démultiplier et lui échapper, phénomène de dilution accru depuis l’émergence du web, de la dématérialisation et de la démultiplication des écrans. Les communicants connaissent bien ce phénomène, et tentent d’en limiter les effets. Quel enjeu considérable, en tous cas, pour le dessinateur qui, de sa table à dessin ou derrière son ordinateur, peut percevoir la peur qu’il suscite chez les élites ou, à l’inverse, le plaisir qu’il procure chez ses lecteurs ! Quelle jouissance que de constater l’enthousiasme du passant devant une vitrine agrémentée de caricatures, de voir les images circuler et accompagner les débats politiques qui émergent dans des périodes d’explosion sociale ! L’historien aimerait pouvoir interroger chaque dessinateur pour étudier les processus mentaux en jeu. Que se passe-t-il aujourd’hui dans la tête du « fantassin de la démocratie » défini par Plantu, un fantassin presque seul face au monde et dont la puissance découle du support médiatique qui diffuse son œuvre, mais dans un processus qui lui échappe totalement ? À quoi pensait vraiment Daumier en brocardant Louis-Philippe ?

11Face à l’homme d’État, face à la puissance incarnée interprétée parfois comme la personnification du mal, face au géant qui émerge et s’impose grâce au pouvoir étatique, économique, politique et militaire, le caricaturiste semble ne douter de rien : il dessine sans concevoir les éventuelles limites de son travail, il dessine convaincu de la justesse de sa mission, de son impérieuse nécessité. Lui incombe la tâche de mettre en scène sa cible, d’instituer une rencontre entre l’homme public et le lecteur, dans un rapport à la fois ludique et sérieux.

  • 10 James Gillray, un temps en Angleterre, Adam Töppfer à Genève ou, plus proche de nous, Ralph Soupaul (...)

12Hormis quelques caricaturistes « privilégiés » qui gravitent dans l’entourage des puissants ou des leaders politiques eux-mêmes10, et qui sont en quelque sorte des témoins oculaires et privilégiés des luttes politiques, la plupart des caricaturistes travaillent d’abord et avant tout à partir du substrat véhiculé par le flux médiatique. C’est à partir de ce reflet (porté par la presse mais aussi en fonction des périodes par le biais de l’oralité) que le dessinateur réalise son commentaire de l’actualité et forme le substrat à partir duquel émerge le discours caricatural. En conséquence, le dessinateur, abreuvé par la source médiatique, construit l’identité caricaturale de sa cible à partir d’un certain nombre de présupposés et d’attendus, qui conditionnent directement la compréhension de la charge par le public. Se pose ainsi la question de la reconnaissance et/ou de l’identification de la cible par le lecteur et celle, tout aussi fondamentale, de la caractérisation caricaturale, support de la critique politique. Dans ce processus, l’état du flux médiatique dans lequel s’inscrit la production caricaturale, ajouté au degré et au type de proximité entre le public et la vie politique, demeure déterminant.

13La carrière de l’homme public se double donc rapidement d’une carrière médiatique, reflet déformé et multiple de la première. Cette carrière médiatique se constitue de manière plus ou moins plurielle, selon une respiration discontinue, nourrie principalement de données écrites, mais également de plus en plus visuelles à mesure que se sont développées les techniques de reproduction des images (illustrations dessinées puis photographie, cinéma, télévision). En fonction de la place accordée à l’expression caricaturale et satirique dans sa relation au politique, l’homme public entame, malgré lui, une nouvelle « carrière », la caricature s’emparant soudainement de son image médiatique pour lui opposer un double caricatural fondé sur la définition d’une identité décalée, critique et subversive. Si les débuts de la carrière caricaturale (qui se produisent en général tardivement par rapport aux premiers pas de la carrière publique) interrogent encore, le processus d’élaboration de l’identité caricaturale, dans un environnement médiatique donné et en permanente mutation, demeure un phénomène à la fois fascinant et complexe. Toutefois, ce mécanisme pose bien sûr au dessinateur, mais également au support qui diffuse la caricature, la question de la réception – et de la compréhension – de l’image par le public visé.

14Sur quels éléments connus de la cible – et du public – le dessinateur peut-il fonder sa charge ? Sur quels éléments physionomiques ou politiques connus le caricaturiste va-t-il s’appuyer pour définir, pérenniser ou encore modifier le double caricatural d’une figure de la vie politique qu’il souhaite mettre en scène ? Quels mouvements idéologiques produisent les flux caricaturaux les plus déterminants dans ce processus de construction de l’identité caricaturale ? Pourquoi et à quel moment un dessinateur ou une famille de dessinateurs décident-ils d’amplifier des éléments corporels ou comportementaux particuliers de la cible, dans un processus de cristallisation singulier et original ? Quelles conditions politico-médiatiques président aux phénomènes d’intensification du criblage caricatural et donc de la fixation des caractères satiriques ? Quelles sont les durées de vie de ces caractérisations satiriques, et perdurent-elles dans les mémoires au-delà même de la mort de l’homme public ? Dans ce mouvement de construction, de diffusion et de généralisation de l’identité caricaturale, la hiérarchie médiatique (types de médias, tirages/audience, place de chaque média dans les imaginaires, hiérarchie entre dessinateurs) joue-t-elle un rôle déterminant ?

Fig. 2 : Faustin (né en 1847), Le singe, feuille volante, vers 1870.

15S’il nous est difficile de répondre à toutes ces questions, nous pouvons en revanche préciser que la construction de l’identité caricaturale répond majoritairement à des logiques médiatiques, intermédiaires incontournables entre l’espace politique et le citoyen. Dans ce processus d’élaboration de l’image satirique, la connaissance de l’image médiatique (textuelle ou visuelle) de la cible et du contexte politique, par le dessinateur et par son public potentiel, demeure déterminante. Conséquence de cette dépendance du dessinateur pour le substrat médiatique dans lequel il évolue, la temporalité politique impose à la construction de l’identité caricaturale son rythme, ses accélérations, ses ruptures ou ses reflux, mais également ses codes, ses métaphores et ses poncifs. Autre conséquence de cette dépendance, le chercheur aujourd’hui ne peut plus, comme il l’a fait jusqu’ici, se contenter de penser la caricature comme le résultat d’une relation privilégiée et directe entre le dessinateur et la scène politique, voire entre le dessinateur et l’opinion publique.

16C’est à partir de ces questionnements et de ces positions que nous avons bâti le présent dossier. À travers l’étude de quelques figures de la vie publique et dans des contextes politiques et géographiques pluriels, il permet de mieux comprendre le processus d’interaction entre le contexte politique, le dessinateur et le public auquel s’adresse la charge, le flux médiatique constituant le point de rencontre entre ces trois acteurs. Dans ce processus, le dessinateur qui travaille à partir de sa propre subjectivité (nourrie et conditionnée par son réseau de sociabilité), négocie en permanence l’identité caricaturale de sa cible avec le support qui va procéder à la diffusion de l’image, mais surtout avec la connaissance plus ou moins familière dont dispose le public du contexte politique. Beaucoup moins autonome que l’ont pensé depuis deux siècles les érudits, puis les historiens, la forme du discours caricatural résulte d’un ensemble d’interactions, certes difficiles à observer, mais qu’il est fondamental et indispensable de prendre en compte afin de le comprendre. Le présent dossier témoigne de cette ambition.

Haut de page

Notes

1 Pseudonyme pour Jules François Félix Husson Fleury. Voir Bertrand Tillier, « Champfleury, érudit et historien de la caricature », dans Gavroche, septembre-octobre 1996, p. 13-17, et le numéro de Ridiculosa (n° 9, 2002) consacré à Champfleury.

2 Champfleury, Histoire de la caricature moderne, 2e édition très augmentée, Paris, Dentu, 1872, 322 p. [1re éd. Dentu, 1865], p. 27.

3 La Caricature politique, n° 251, 27/08/1835.

4 Loi du 27 juillet 1849.

5 Kris Ernst, Psychanalyse de l’Art, Le fil rouge, PUF, 1978.

6 Michel Melot, L’œil qui rit, Paris, Office du livre, 1975, p. 13.

7 Theodore Roosevelt, « The Genius of Raemaekers », 07/06/1917.

8 The Times (Londres), 26/07/1956.

9 Dessine-moi un Bolchevik, édition française présentée par François-Xavier Nérard, Éd. Tallandier, 232 p.

10 James Gillray, un temps en Angleterre, Adam Töppfer à Genève ou, plus proche de nous, Ralph Soupault pendant la collaboration par exemple.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : La Caricature politique, 21 mars 1833.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende Fig. 2 : Faustin (né en 1847), Le singe, feuille volante, vers 1870.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Doizy et Pascal Dupuy, « Introduction : Le chef d’État et son double caricatural », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 131 | 2016, 13-20.

Référence électronique

Guillaume Doizy et Pascal Dupuy, « Introduction : Le chef d’État et son double caricatural », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5131

Haut de page

Auteurs

Guillaume Doizy

historien, commissaire d’expositions, fondateur du site <www.caricaturesetcaricature.com>

Articles du même auteur

Pascal Dupuy

GRHIS-Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page