Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-9

Texte intégral

  • 1 Voir Pascal Dupuy et Annie Duprat (dir.), « La caricature entre subversion et réaction », Cahiers d (...)

1Moment étrange que nous vivons, où un gouvernement qui a tenté de se saisir des attentats de 2015 pour construire sur les peurs collectives un pouvoir politique fort se trouve confronté à une problématique en grande partie étrangère à son horizon, suscitée par des gens qui, non seulement ont oublié d’avoir peur, se rassemblent à tout va pour discuter, manifester, mais aussi se mobilisent hors de l’agenda gouvernemental ou organisationnel pour penser un avenir, dans l’ignorance volontaire de ce qu’en pensent les pouvoirs. A-t-on déjà vu pareille disjonction ? Certes, les mobilisations s’enracinent dans l’actualité de l’élaboration d’une loi cruciale qui détériore encore un peu plus les rapports de force dans l’entreprise aux dépens des salariés, mais elles s’élargissent selon des périmètres variables et de plus en plus ouverts. Entre celles et ceux des places et celles et ceux des institutions politiques, la fracture s’exhibe et témoigne de deux mondes qui se sont éloignés l’un de l’autre sans que, en dépit d’avertissements sévères, cela soit pris au sérieux. La répression devient la solution à une résistance de forme imprévue par les pouvoirs. C’est peut-être ainsi qu’adviennent de temps à autres des révolutions. Ou des reprises en main autoritaires. Tandis que les uns, en dépit de la mise en échec de la déchéance de nationalité, poursuivent la traque terroriste en même temps que la mise au pas des travailleurs, d’autres ferment les radios qui répètent en boucle les injonctions des pouvoirs politiques et économiques à l’échelle du globe, postent des réflexions sur les réseaux sociaux et s’assoient sur des places pour signifier l’évidence de leur existence sociale et leur droit souverain à penser les liens sociaux et à commencer à mettre en œuvre localement ce fonctionnement autre. Du coup, la caricature politique prend elle aussi une signification sensiblement nouvelle et, singulièrement, celle des hommes d’État, ceux dont la production de caricatures contribue à faire des « grands hommes », renforçant leur place au cœur de l’espace social1.

2On comprend d’emblée que la caricature ouvre plus que jamais dans notre actualité des questions vives. Son analyse redonne à la production graphique une place dans les tensions sociales des sociétés passées qui lui a longtemps été déniée. Voilà un de ces nouveaux objets de l’histoire conquis avec enthousiasme depuis une quarantaine d’années. Repensons aux travaux rassemblés par Michel Vovelle en 1989, La Révolution française, images et récits, 1789-1799, redécouverte de l’incroyable fécondité en caricatures de la culture révolutionnaire comme contre-révolutionnaire. Les caricatures s’installent dans cette histoire culturelle du politique qui redonne à lire l’histoire politique, comme aussi une histoire de l’opinion et de la construction de l’opinion publique.

  • 2 Voir Pascal Dupuy, Caricatures anglaises, 1789-1815, face à la Révolution et l’Empire, Paris, Musée (...)

3Associées à notre présent saturé d’images, ces images du passé apparaissent plus que jamais comme des actrices dont il faut comprendre le sens et la portée. Nombre d’expositions, de publications les ont fait mieux connaître. Guillaume Doizy et Pascal Dupuy sont de ceux qui contribuent à cet élargissement des analyses, à travers catalogues d’exposition, livres comme interventions publiques2. Dans le présent dossier, ils interrogent les réponses sociales à ce qu’ils nomment le « double caricatural ». Ils évoquent cette fascination réciproque : la caricature comme un « miroir du diable » qui fait « du dessinateur un démiurge et de la cible politique une victime potentielle totalement impuissante ».

  • 3 Repris dans le Huffington Post le 7 janvier 2015 : <http://www.huffingtonpost.fr/2015/01/07/charlie-hebdo-caricatures-mahomet-terrorisme_n_6428756.html>. Voir aussi Dominique Avon (dir.), (...)

4Ces mots s’entendent aujourd’hui en écho aux drames récents associés aux caricatures. C’est à nouveau sur le religieux, plus que sur le politique, que les caricatures retrouvent une puissance redoutée. Caricatures de Mahomet dans un journal danois en 2005, menaces contre les journaux les publiant, difficile conciliation de la liberté d’expression et du sacré. Les mots, si rudement discutés de l’article 10 de la Déclaration des droits de 1789, reviennent : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses ». À la suite de l’attentat contre les locaux de Charlie Hebdo en 2011, le rédacteur Charb rappelait que les tentatives d’intimidation venaient de tous les fondamentalismes religieux3. Depuis a eu lieu l’assassinat collectif des dessinateurs de Charlie Hebdo, dont Charb, le 7 janvier 2015. La mobilisation a alors été spectaculaire autour de l’attachement à la liberté de la presse et, en particulier, celle des caricaturistes.

5La presse est au cœur de cette crise mais d’innombrables sites ou pages personnelles transmettent, sans coût et à l’échelle du globe, des images vécues comme des menaces pour l’ordre social. Pourtant, les caricatures ne font pas l’opinion. Viviane Rouquier rappelle ici que la caricature, massivement de gauche, n’a pas empêché les succès d’Hitler en Allemagne. La caricature n’a pas ruiné non plus la popularité de Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de la République en 2007, puis président « bling bling ». La circulation rapide et massive des caricatures et les drames récents posent néanmoins avec une acuité nouvelle la question du mécanisme de réception d’œuvres particulièrement sensibles au contexte, aux effets du temps et des lieux, expressions de l’actualité et d’un certain entre-soi culturel.

  • 4 Victor Hugo, Les Châtiments, Chanson VII.

6Plus spécifiquement, le dossier pose la question de la caricature des hommes d’État, ces individus, a priori masculins, occupant des fonctions de pouvoir de premier plan. Ils sont le plus souvent des chefs d’État, syntagme plus clairement xixe siècle, moins drapé dans une grandeur encore supposée « méliorative » par les dictionnaires et bien mise à mal. Notre présent et ses mobilisations collectives tentent de détourner de la fascination pour ces « grands hommes », devenus réellement « petits », pour paraphraser les mots de Victor Hugo à propos de Napoléon III, sujet de caricature pour les républicains français mais aussi italiens, évoqués ici par Paolo Moretti4. Outre les effets des scandales, la personnalisation du pouvoir, si favorable à la caricature, est attaquée en même temps que la présidentialisation des régimes démocratiques. Les critiques du fonctionnement politique excèdent de loin la critique de ceux qui l’incarnent.

7Pourtant la caricature des hommes d’État reste un ressort efficace de la critique politique. Sans atteindre la vigueur connue en d’autres temps – ici, caricatures anglaises du Premier empire, caricatures de gauche de Hitler, caricatures de De Gaulle – le dossier rappelle que la cristallisation du mécontentement autour des « têtes » continue à fonctionner. Plantu a dit plaisamment combien Sarkozy lui manquait après 2012. Ce que les auteurs du dossier appellent « la fabrique médiatique en régime démocratique » conserve son efficacité et même un « président ordinaire » a lui aussi une carrière et une identité caricaturales, quitte à ce que ce double exprime un effacement des enjeux idéologiques et se polarise sur la vie privée. Ce n’est sans doute pas tant la caricature, omniprésente dans les manifestations, qui est devenue plus exotique depuis trois mois, mais peut-être celle des hommes d’État, extrême sensibilité de l’histoire au présent qu’exprime aussi ici notre rubrique « Chantiers ». Michaël Séguin y aborde l’enjeu, toujours vif au cœur de notre actualité, des publications sur l’histoire d’Israël. Il retrace l’histoire de la lutte idéologique livrée depuis le xixe siècle par les tenants de la création d’un état juif pour légitimer celui-ci. Il montre comment ceux-ci ont gagné la lutte fin xxe siècle aux dépens des défenseurs des droits des Palestiniens. Le texte reprend les étapes du débat crucial sur la « colonialité » d’Israël, rappelant à son tour combien les analyses historiennes sont ancrées dans les conflits du présent.

8Changement d’échelle d’analyse, « Métiers » présente l’expérience de jeunes historiennes et historiens, étudiants/es en histoire allemands et français autour d’un lieu, la cote 108 à Berry-au-Bac, espace d’affrontements terribles de la Première Guerre mondiale. Pierre Le Dauphin expose comment l’historien, ici Fabien Théofilakis, construit de l’histoire à partir d’une demande sociale de mémoire (celle des habitants du lieu) et aussi initie à partir de cet objet singulier des jeunes aux méthodes de la recherche. Il s’agit d’un récit d’apprentissage de l’histoire, fait du côté de l’apprenant, ce qui n’est pas si fréquent.

9« Métiers » retrouve aussi les sources de l’histoire à travers l’une des figures du féminisme du xxe siècle décédée cette année, Thérèse Clerc. Thierry Pastorello raconte la rencontre d’une existence singulière avec les grands combats de son temps, indépendance de l’Algérie, liberté sexuelle, droit à la vieillesse active, les continuités et les courageuses ruptures d’une vie. Des combats de Thérèse Clerc, notre présent incite à retenir particulièrement la création de lieux de vie basés sur l’autogestion et l’entraide, comme la Maison des femmes de Montreuil ou plus récemment les Babayagas.

  • 5 Voir l’entretien récent de Loubna Abidar, France Culture, « L’invité des matins », 20 mai 2016, <http://www.franceculture.fr/personne/loubna-abidar>.

10Les Cahiers travaillent aussi la présence sociale de l’histoire, dans « Livres lus », dans « Un certain regard » ou dans les « Les Cahiers recommandent ». Pour « Un certain regard », l’historienne Nelcya Delanoë explique ce que dit de la société marocaine et de son histoire la condamnation du film de Nabil Ayouch, Much loved (« La beauté est en toi », titre arabe mieux choisi selon notre auteure) et les menaces reçues par le réalisateur et l’actrice principale du film, Loubna Abidar5. « Les Cahiers recommandent » retrouvent la place si importante de l’histoire dans le cinéma contemporain, mais aussi dans la photographie ou la littérature.

  • 6 Pour les rendez-vous comme pour les lectures, suivez les Cahiers en ligne sur <https://chrhc.revues.org> (...)

11Les prochains dossiers des Cahiers d’histoire répondront au thème des « Rendez-vous de l’histoire » de Blois, « Partir ». Les Cahiers y seront présents avec deux nouveaux numéros, centrés sur des perspectives qui nous sont particulièrement chères : « Partir pour travailler. Migrations, travail et engagements, xixe-xxe siècles » et « Partir pour changer le monde ». Avant ce moment, nous nous serons retrouvés pour bien d’autres échanges, notamment autour de l’anniversaire des vingt ans des nouveaux Cahiers d’histoire, devenus en 1996 Revue d’histoire critique, et bien sûr au rendez-vous annuel des pensées critiques dans le cadre de la grande fête du journal l’Humanité6.

Haut de page

Notes

1 Voir Pascal Dupuy et Annie Duprat (dir.), « La caricature entre subversion et réaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 75, 1999, à consulter sur le site du PANDOR-Université de Bourgogne : <http://pandor.u-bourgogne.fr/ead.html?id=FRMSH021_00008>.

2 Voir Pascal Dupuy, Caricatures anglaises, 1789-1815, face à la Révolution et l’Empire, Paris, Musée Carnavalet-Histoire de Paris, 2008, ou la participation de Pascal Dupuy à Napoléon… Aigle ou Ogre, catalogue d’exposition, 
Musée de l’Histoire vivante et Réunion des musées nationaux, 2004, ou Guillaume Doizy, Didier Porte, Présidents, poils aux dents ! 150 ans de caricatures présidentielles, Paris, Flammarion, 2012. Voir aussi Guillaume Doizy et Pascal Dupuy (dir.), La Grande guerre des dessinateurs de presse : postures, itinéraires et engagements de caricaturistes en 1914-1918, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016.

3 Repris dans le Huffington Post le 7 janvier 2015 : <http://www.huffingtonpost.fr/2015/01/07/charlie-hebdo-caricatures-mahomet-terrorisme_n_6428756.html>. Voir aussi Dominique Avon (dir.), La Caricature au risque des autorités politiques et religieuses, Rennes, PUR, 2010.

4 Victor Hugo, Les Châtiments, Chanson VII.

5 Voir l’entretien récent de Loubna Abidar, France Culture, « L’invité des matins », 20 mai 2016, <http://www.franceculture.fr/personne/loubna-abidar>.

6 Pour les rendez-vous comme pour les lectures, suivez les Cahiers en ligne sur <https://chrhc.revues.org> ; <https://www.facebook.com/chrhc/> ; <https://twitter.com/cahiershistoire>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 131 | 2016, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 131 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5130

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page