Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle

Paris, La Découverte, 2015, 226 p., 19 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle, Paris, La Découverte, 2015, 226 p., 19 €.

Texte intégral

1L’histoire environnementale connaît désormais un développement majeur. L’idée qu’il faille intégrer aux analyses historiques les arrangements entre les activités humaines et la nature (ou ses manifestations) fait désormais son chemin. L’ouvrage que Grégory Quenet consacre à Versailles marque une étape importante dans ce courant historiographique. La démarche qu’il adopte d’un point de vue méthodologique et la construction même de l’objet « Versailles » qu’il entreprend sont tout à fait originales. En effet, il s’agit pour lui de reconstituer une « histoire naturelle » de Versailles qui ne cherche pas un quelconque point d’origine de l’articulation homme/nature, mais qui soit plutôt une étude du rôle actif de la nature dans ses dimensions morphologiques. Le découpage du livre en quatre parties (naissance, croissance, régénération, mort) suit à la lettre cette structure narrative. L’objet même de l’étude est de reconsidérer une affirmation aussi fausse que répandue, à savoir que Versailles serait le symbole politique d’un roi puissant capable de plier la nature et l’environnement à sa volonté. De ce point de vue, on le verra, l’enquête de Grégory Quenet est très convaincante.

2D’abord la naissance. Versailles ne doit rien à une volonté technico-politique de transformer un territoire (ce mythe-là sera développé après coup). Le site sur lequel le château et ses parcs vont être construits est « pauvre en eau » (p. 17). Le réseau hydrographique est peu dense, le sous-sol composé d’argile ne laisse que des étangs en chapelets. Mais lorsque Louis XIV fait bâtir la demeure royale, le site ne semble pas spécialement difficile à aménager, la qualité des eaux locales est louée, la situation en hauteur est perçue comme un avantage dans un environnement marécageux. Surtout, l’élément principal qui organise l’espace au moment de la création du château, c’est la chasse : la première chasse royale à Versailles remonte à 1589. La surface du Grand Parc (8 000 hectares), combinée à l’abondance du gibier, ne vont cependant pas suffire pour alimenter les désirs cynégétiques du roi. Car Versailles installe la cour dans une sédentarité qui modifie profondément les possibilités de renouvellement du gibier. Les prises de chasse sont immenses et la gestion classique des réserves animales (par le départ de la cour) devient strictement impossible.

3Le Grand Parc présente aussi la caractéristique d’être constellé de villages (Bailly, Buc, Guyancourt…) autour desquels s’organisent de nombreux labourages. Les autres domaines de chasse ne sont pas autant animés par des activités humaines, ni caractérisés par un tel « mélange inextricable d’hommes et d’animaux » (p. 37). Si l’historiographie (notamment anglo-saxonne) a tenté de relier la construction du château à une volonté politique de modeler l’environnement, c’est, note Grégory Quenet, pour deux raisons principales. D’une part, Versailles a longtemps été l’apanage des historiens de l’art. D’autre part, « la nature du pouvoir brouille la compréhension du pouvoir sur la nature » (p. 38) : en effet, les contemporains de Louis XIV ont vu dans la région versaillaise des conditions climatiques sinon idéales, du moins suffisantes pour s’y implanter. Il n’y eut pas à proprement parler de « choc écologique », cette perspective disruptive relève donc davantage de l’anachronisme. Les problèmes environnementaux dans lesquels s’insère Versailles (la concentration humaine, l’eau, mais aussi les restrictions posées aux habitants pour le prélèvement cynégétique) se sont conjugués à des reconstitutions ex-ante.

4Pour caractériser la croissance du site royal de Versailles d’un point de vue de l’histoire environnementale, Grégory Quenet se concentre sur les flux de matières. Il analyse tout d’abord ce qu’il nomme « l’emprise hydraulique » (p. 53). Le maillage hydraulique de Versailles est un réseau continuellement en expansion. Reliant les étangs, les maigres ruisseaux, aux fontaines du château qui peinent à élever en permanence ces eaux, toute une machinerie de tubes et d’engrenages (la fameuse machine de Marly) permet d’abonder le site. Mais cette superposition des canalisations à l’espace social et physique ne va pas sans quelques frottements : d’abord les 200 kilomètres de transport hydraulique ont contraint à l’expropriation (ce qui ne va pas sans oppositions), ensuite les usages territoriaux contrarient la sécurité du réseau (les interdictions sont nombreuses d’empiéter sur les points de circulation mais aussi leur proximité), enfin l’eau elle-même n’est pas totalement maîtrisée (fuites et inondations ne sont pas rares). Une « police des flux » (p. 67) est mise en place pour contenir cette instabilité du réseau. Inspecteurs et contrôleurs se relaient donc le long de l’immense grille de canalisation pour assurer une maintenance hydraulique.

5Grégory Quenet met parfaitement en évidence les limites d’un raisonnement en termes de « grand partage » (reconfiguré ou non, réel ou supposé) entre la nature et les activités humaines. Il se concentre sur les situations concrètes et repère la façon dont les problèmes sont traités localement, sans se placer sous le règne des ontologies et de leurs affrontements supposés. La vraie coupure qui traverse Versailles est celle qui oppose l’administration des eaux à celle de la chasse. Ce sont ici les tensions entre espace privé et espace public qui organisent les conflits. L’intensité des disputes territoriales est d’autant plus forte que certains territoires (notamment les étangs) changent de statut dans le temps. Le partage prend aussi la forme d’une purification des eaux mesurée à l’aune de la qualité des poissons qu’on y trouve. Cornette, médecin des épidémies à Versailles, met en œuvre une série de dispositifs qui, des sensations gustatives à l’épreuve du laboratoire, teste les eaux selon une gamme variée d’évaluations. La peur des miasmes hante la nosographie d’Ancien Régime : les marais, les eaux stagnantes, les égouts sont autant de foyers potentiels d’infection qu’il faut surveiller et nettoyer. Tout ceci n’empêche pas la circulation et le dépôt des déchets et des détritus. Parallèlement, l’importance du réseau hydraulique versaillais imprime une marque sociale profonde dans le territoire : des conflits et des tensions se font jour, qui signalent des rapports de forces changeants. Ainsi, certaines rigoles débordant inopinément sont coupées par les habitants. Les « vols de matériaux » (p. 93) sont quant à eux sévèrement réprimés.

6Grégory Quenet met en exergue une opposition fondamentale entre d’une part le roi nourricier et de l’autre un seigneur administrant localement ses terres. Au cœur de ce conflit de représentation, un espace saturé d’investissements sociaux, politiques, techniques et symboliques qui s’offre comme point de focalisation d’une crise écologique.

7La régénération environnementale de Versailles passe par une série d’opérations de gouvernement qui vise à séparer les territoires, à cloisonner les formes de propriété. C’est ainsi qu’on assiste à une « privatisation progressive des communs » (p. 104) qui structure l’idéal de la possession royale des pièces de gibier. Car la chasse est à la fois un enjeu social et écologique (notamment en ce qui concerne l’épuisement des ressources animales). La définition des nuisibles n’a rien de stable. Si certaines espèces sont systématiquement classées dans les catégories à éliminer (comme les rats), d’autres, comme les lapins, échappent à toutes les formes de contrôle cynégétique. C’est ainsi que le décret Turgot, en 1776, autorisant les personnes dont les propriétés ont été affectées par la prolifération des lagomorphes « à présenter systématiquement des demandes de dégrèvement » (p. 113). Le maillage animal est dense à Versailles : trois grandes faisanderies jouxtent des remises de taillis, le gibier du Grand Parc est contenu par une enceinte longue de 40 kilomètres.

8À partir des sources rapportant les prises de gibiers par le roi et sa cour, Grégory Quenet signale deux cascades trophiques qui se caractérisent par la disparition d’une espèce-proie, la montée en puissance des espèces qu’elle chassait, la concurrence déséquilibrée avec d’autres espèces et le déséquilibre écologique qui en résulte. Sous Louis XIV, la chasse intensive du loup entraîne sa quasi-disparition. La population de cervidés explose alors (puisque leur principal prédateur a disparu), ce qui explique des ponctions giboyeuses particulièrement intenses. La seconde cascade trophique – l’abondance des lapins – n’est qu’un effet de la chasse faite aux renards, aux fouines, aux hermines et à tous les animaux qui s’attaquaient aux faisanderies. La progressive transformation en zones forestières d’anciens espaces en friche modifie considérablement l’équilibre écologique local et assure un tramage plus étroit entre les différentes fonctions sociales et naturelles à l’œuvre sur le territoire. C’est dans ce resserrement des géographies que le rôle des plus importants fermiers est discuté à partir des années 1730. La transition entre l’exploitation directe et l’affermage se traduit par une forte « concentration des terres entre les mains des fermiers connus et déjà implantés sur le territoire » (p. 134). Le jeu social est parfois amorti par des tolérances concernant le vol de bois. Charles-Georges Le Roy, lieutenant de chasse à Versailles, s’offre en figure archétypale de l’administrateur cynégétique trempée de philosophie. Il défend l’idée d’une dignité et d’une intelligence animales égales à celles de l’homme. Son expérience de la chasse versaillaise est sensible dans l’affirmation du rôle des êtres humains comme créateurs d’obstacles que les autres animaux contournent et à partir desquels ils construisent des apprentissages. Il existe donc une « seconde nature » (p. 144) totalement reconstituée par les enjeux politiques de conservation pour ce qui concerne la chasse. Et la division sociale que Le Roy préconise repose sur une domination sans partage des fermiers possédants, seuls à même de pratiquer une agriculture réellement productive. Paradoxalement, le chasseur-philosophe semble laisser dans l’ombre la place du roi et celle des paysans dans cette économie politique d’un genre nouveau.

9Avec le xixe siècle, c’est la pétrification de Versailles qui conclut cette histoire naturelle. La Révolution française avait mis au jour les fortes inégalités qui parcouraient le territoire royal. Les cahiers de doléances se font l’écho d’un souhait relativement unanime : la diminution de la pression cynégétique. Le démembrement du parc et le braconnage transforment l’espace social et naturel de Versailles. C’est désormais le château, ce concentré de minéral statufié, qui désormais représente la puissance royale déchue. La surface écologique de l’ancien parc disparaît, en même temps que Versailles est transformé en musée. Et c’est au xixe siècle que se construit le mythe d’un souverain organisant la nature environnante à la mesure de sa puissance.

10Le programme de recherche entamé par Grégory Quenet avec cet ouvrage a l’ambition de dépasser les questionnements désormais un peu routinisés sur les partages nature/culture. En explorant le territoire de Versailles sous l’angle des accommodements, des partages, des reconfigurations juridiques, techniques ou sociales, il s’agit de donner à voir une histoire environnementale qui ne pose pas la question de la nature comme un supplément d’âme dans l’enquête historique, mais de considérer au contraire comme essentielles les intrications des rapports entre l’homme et l’environnement, comme un complexe déjà-là qu’il convient de caractériser selon les différentes époques considérées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 130 | 2016, mis en ligne le 23 mars 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5107

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page