Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Philippe Descola, La composition des mondes. Entretiens avec Pierre Charbonnier

Paris, Flammarion, 2014, 384 p., 23 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Philippe Descola, La composition des mondes. Entretiens avec Pierre Charbonnier, Paris, Flammarion, 2014, 384 p., 23 €.

Texte intégral

1Les entretiens que Philippe Descola a accordés à Pierre Charbonnier intéresseront les historiens à un double titre. D’abord, il s’agit d’une pièce importante dans l’histoire des sciences humaines : le parcours d’un anthropologue dans la deuxième partie du xxe siècle constitue une étude de cas particulièrement féconde pour penser l’évolution récente des disciplines. Ensuite, les propositions théorico-empiriques de Philippe Descola sur les quatre grandes ontologies structurant le monde requiert une réflexion sur les profondeurs historiques différentielles de ces grandes manières de penser. Il y a donc là matière à discussion pour des historiens qui seraient soucieux d’intégrer à leurs recherches des points de rupture avec les évidences d’un naturalisme rarement interrogé en tant que tel.

2Le parcours de Philippe Descola est d’abord ancré dans la philosophie. Et l’on retrouve, dans le maniement des ontologies, cette orientation princeps. Les randonnées familiales et les voyages (au Canada, en Turquie notamment) ont forgé un nouvel horizon d’attente intellectuel pour l’apprenti philosophe. La rencontre avec Maurice Godelier, puis Claude Lévi-Strauss, ainsi que le passage par le séminaire de Simone Dreyfus-Gamelon et l’influence discrète d’André-Georges Haudricourt, illustrent la constellation formatrice de l’anthropologue Philippe Descola. Son initiation politique – par le marxisme et le trotskysme – trouve son origine dans les mouvements de contestation post-1968. C’est ensuite un parcours exemplaire qui s’esquisse, de l’EHESS au Collège de France, de la publication de la thèse (La Nature domestique. Symbolique et praxis dans l’écologie des Achuar, parue en 1986) puis l’ouvrage de littérature ethnographique Les lances du crépuscule, édité en 1993, flamboyante restitution d’une expérience immersive que l’écriture intensifie davantage encore.

3L’entrée en anthropologie suppose le passage par le terrain, rite initiatique autant académique que culturel. Le dépaysement est total dans les tribus achuar d’Amazonie. Pendant trois ans, Philippe Descola fixe son attention sur les « rapports de cette société à son environnement » (p. 136) : relevés de pH, observations zoologiques, synthèses botaniques, comptages caloriques… C’est une mesure écologique complète à laquelle se livre l’anthropologue. Toutes les dimensions de la discipline sont mobilisées : les rapports que l’on qualifierait d’économiques, comme les systèmes de parenté, font sens pour comprendre les formes d’articulations des achuar à la nature. L’une des premières découvertes de Philippe Descola est que l’idée d’une adaptation aux conditions environnementales (thèse chère à l’école matérialiste américaine) est inadéquate. Quel que soit le terrain occupé par les Indiens achuar, les liens qu’ils nouent avec la nature ne se distinguent pas. L’anthropologue parvient également à montrer que les communautés locales ont à leur disposition une quantité de ressources nutritives (via les jardins, la pêche, la chasse, la forêt) bien supérieure à celle dont ils ont besoin pour vivre. Enfin, Philippe Descola montre que la forêt amazonienne est le produit d’une domestication complexe et d’une intervention continue des communautés indigènes. Il ne s’agit pas d’une nature brute, originelle, intacte, bien au contraire. L’anthropologue fait corps avec son terrain : il lui arrive ainsi de « rêver en achuar » (p. 169). Le retour devient alors une « épreuve » (p. 183) : de l’observateur frugal, il faut passer à l’impétrant académique plongé dans un univers de surconsommation matérielle.

4La publication, en 2005, de son maître-livre Par-delà nature et culture, fournit l’occasion à Philippe Descola d’exposer un modèle théorique d’ampleur sous la forme d’un « monde plié en quatre » (p. 195). Suivant un système de conception des continuités et des discontinuités entre les humains et les non-humains, l’anthropologie identifie quatre grands ensembles que l’on retrouve disséminés partout dans le monde. L’animisme envisage la continuité mentale entre humains et non-humains et leur discontinuité physique. Le naturalisme considère les discontinuités mentales et les continuités physiques. Le totémisme, au contraire, postule des continuités morales et physiques entre humains et non-humains, dont des groupes totémiques entiers se séparent. Enfin, l’analogisme suppose de considérer des discontinuités totales et permanentes entre humains et non-humains, ce qui ouvre la voie à une série de renvois entre des singularités partout saillantes. Philippe Descola insiste sur le fait que ces ontologies ne se trouvent jamais dans la réalité sous leur forme purifiée par l’analyse. Les enquêtes anthropologiques mettent au jour des situations tout en nuances, des formes de gradations progressives, d’intégrations partielles, d’agencements divers.

5Cette typologie est plus que suggestive. Elle pose des questions majeures aux sciences sociales. Cette rupture entre humains et non-humains (qui occupe une place centrale dans la sociologie des sciences de Bruno Latour) contribue à réifier le pôle humain du doublet mis en opposition. C’est en effet à partir de la qualité humaine que l’anthropologue redistribue les fragments des mondes qu’il observe. Et que recouvre la notion de « non humain » ? À certains moments, Philippe Descola évoque le vivant dans son ensemble, mais il inclut parfois aussi des éléments géologiques, comme les montagnes. La catégorie semble, pour le moins, trop large pour pouvoir être opératoire. Elle postule, en outre, que c’est la division opérée dans l’ensemble naturaliste qui sert de gabarit pour (re)composer les mondes. Il y a là un soubassement incertain à la théorie anthropologique proposée.

  • 1 Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan, de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1975, p. 46 (...)

6Le naturalisme constitue en outre un défi pour les historiens. D’abord, Philippe Descola repère des discontinuités complexes et partielles dans le passage au naturalisme occidental : ainsi la question de l’intériorité (comme « conformation du corps physique », p. 274) aurait surgi d’abord dans la peinture hollandaise du xviie siècle avant d’investir le champ de la philosophie. Autrement dit, l’espace des significations ontologiques et leurs recombinaisons potentielles ne s’ouvrent pas selon des logiques synchroniques. Ensuite, des « germes du naturalisme » ont surgi sur des terrains de l’analogisme à plusieurs reprises dans l’histoire : l’atomisme de Démocrite dans l’Antiquité grecque, ou encore le scepticisme de Wang Tch’ong dans la Chine du Ier siècle de notre ère, ont constitué des bifurcations possibles (mais inabouties) vers le naturalisme (p. 288). Enfin, la question de la diffusion de l’ontologie naturaliste et des arrières mondes qu’elle véhicule suppose de traverser l’épaisseur du social pour ne pas seulement concentrer l’analyse sur les élites. Philippe Descola remarque très justement que les populations paysannes languedociennes étudiées par Emmanuel Le Roy Ladurie ou le peuple de Paris suivi par Daniel Roche n’étaient probablement « pas très naturalistes » (p. 315). Cette assertion est encore modulée si l’on songe aux cercles de positivités et de négativités dans lesquels les habitants de Montaillou au xive siècle saisissent les animaux1. Il s’agit de toute façon d’un chantier immense, encore insuffisamment investi, que seule une casuistique serrée permettra de quadriller.

7Les défis que Philippe Descola lance à l’histoire sont stimulants en ce qu’ils permettent de renouer avec une anthropologie historique un temps oubliée. Le cadre proposé des ontologies partagées pourrait ressortir transformé de ces investigations futures qui envisageraient, dans les éléments les plus quotidiens des acteurs, leurs façons de penser leur rapport à la nature, leur souci de s’inscrire dans le monde et d’y nouer des relations harmonieuses.

Haut de page

Notes

1 Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan, de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1975, p. 460.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Philippe Descola, La composition des mondes. Entretiens avec Pierre Charbonnier », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 130 | 2016, mis en ligne le 23 mars 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5102

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page