Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

La Gazette des archives, « Archives des jeunesses, jeunesses des archives »

N° 235, 3e trimestre 2014, 188 p., 28 €.
Pascal Carreau
Référence(s) :

La Gazette des archives, « Archives des jeunesses, jeunesses des archives », n° 235, 3e trimestre 2014, 188 p., 28 €.

Texte intégral

  • 1 Jean-Philippe Legois, Éliane Lochot et Mathias Gardet, « Introduction ».

1Les concepteurs de ce numéro de la revue de l’Association des archivistes français (AAF) consacré aux « archives des jeunesses » assument d’entrée la diversité des acceptions possibles de leur intitulé : archives des politiques publiques à l’égard de la jeunesse, archives des professionnels de la jeunesse, documents produits par les mouvements de jeunesse1… Les contributions et retours d’expérience rassemblés dans autant de séries thématiques illustrent fidèlement cette polysémie tout en dégageant une unité d’ensemble.

2Si les articles sont particulièrement riches en informations relevant de l’histoire des organisations, on en restera ici aux questions proprement archivistiques, qui constituent l’objet central du numéro. Il en ressort l’esquisse d’un état critique des sources disponibles ou potentielles pour la recherche portant sur la jeunesse, et un diagnostic partagé sur l’urgence à considérer l’enjeu spécifique que revêt la conservation effective et organisée des traces des actions et projets menés par les mouvements de jeunes eux-mêmes.

  • 2 Emmanuelle Giry, « La construction du concept de jeunesse par l’État ».
  • 3 Luc-André Biarnais, Pierre Fournier, Frédéric Jory, « Action catholique, Mouvement rural de jeuness (...)
  • 4 Charlotte Maday, Magalie Moysan, « À la recherche des étudiants dans les archives d’une université  (...)

3Dans une première partie, la question des sources institutionnelles est appuyée sur une présentation des archives produites respectivement par l’État2, l’Action catholique3 et l’université4. Premier constat, la jeunesse, « objet de politiques et d’actions publiques, perçue comme un objet social, n’a pas de réalité unique » (E. Giry). Dans les trois cas étudiés, elle est saisie à travers autant de  représentations : catégorie générationnelle destinataire d’une politique de l’État, communauté encadrée par des structures associatives d’éducation populaire confessionnelle, principal public inscrit dans le parcours administratif et pédagogique universitaire. De la pluralité des acteurs et des actions en œuvre découle une hétérogénéité des archives sur le plan du contenu, des conditions et des critères de conservation matérielle, mais également du statut juridique (L.A. Biarnais, P. Fournier, F. Jory). Second constat, « ces archives sont porteuses non pas tant de la réalité des jeunesses que de ce que l’on désire en faire, puisqu’elles sont produites par les institutions chargées de mettre en place des politiques vis-à-vis des jeunes » (E. Giry). Pour autant, les auteurs identifient des sources – constituées ou en voie de constitution – susceptibles d’approcher une plus grande réalité de la jeunesse. Ainsi, les archives des services d’études et de recherches des administrations en charge de la jeunesse recèlent les éléments permettant à l’État de connaître l’objet de son action, mais également, par la constitution d’enquêtes et de corpus, « rendent la parole directement aux jeunes » (ibid.). À l’université Paris 7, parallèlement à la gestion des dossiers administratifs d’étudiants, le service des archives a engagé une politique de conservation des archives produites dans le cadre de la vie associative et syndicale estudiantine du campus (C. Maday et M. Moysan). Dans ce dernier domaine du « puzzle des mémoires étudiantes », la précarité et l’éparpillement des sources justifieraient d’ailleurs le recours urgent à des actions en réseau : reconstitution ou « création » d’archives, guide des sources, portail documentaire (M. Marchal).

  • 5 Guillaume Roubaud-Quashie, « Les jeunes communistes en cartons : les archives centrales des organis (...)
  • 6 Nicolas Palluau, « Les archives des scoutismes non confessionnels : les Éclaireurs et les Éclaireus (...)
  • 7 Robi Morder, « À la fois jeunes et scolarisés : le puzzle de la mémoire des mouvements lycéens ».
  • 8 Christophe Mesgny, « Les mémoires étudiantes dijonnaises : un exemple de coopération pour la conser (...)

4La seconde partie, consacrée aux mouvements de jeunes, confronte les expériences du Mouvement des jeunesses communistes de France5, des Éclaireurs et Éclaireuses6, des mouvements lycéens7 et des organisations étudiantes de Dijon8 en matière de conservation de leurs archives. L’avant-propos relève un trait commun : « une longue indifférence », parfois teintée d’insouciance qui, liée « au statut éphémère des producteurs », a pour conséquences l’éparpillement des sources et d’irrémédiables pertes (É. Lochot). Si, dans les archives des structures successives des jeunes communistes, dont l’historique de la conservation reste à écrire, les lacunes voisinent avec l’abondance et la diversité documentaire (G. Roubaud-Quashie), les archives estudiantines (C. Mesgny) et lycéennes (R. Morder) représentent, elles, des cas limites de dispersion et de précarité. Face à la nécessité d’organiser et de pérenniser la conservation des archives, les auteurs sont unanimes pour considérer le réseau public d’archives – en particulier les archives départementales et municipales – comme un environnement d’accueil privilégié (choisi ou de fait) pour sauvegarder les archives des organisations et les fonds de leurs animateurs. Face à ce paysage archivistique éclaté, est soulignée l’opportunité de recourir aux guides des sources (R. Morder) ou la reconstitution virtuelle de fonds et à leur mise à disposition via la numérisation et la mise en ligne des documents (C. Mesgny). Trois questions relatives à l’usage potentiel de ces sources traversent de façon convergente les contributions : quels renseignements livrent-elles sur la production d’un projet ? Quel intérêt propre revêtent les supports de diffusion (imprimés, publications) ? Quelles archives permettent de jauger le développement local de l’activité et donc l’impact réel d’un mouvement ? (N. Palluau). Leur intérêt original tient en tout cas à l’identité de leurs producteurs : des jeunes, « quand les discours adultes sur les jeunes tiennent souvent lieu de discours juvéniles » (G. Roubaud-Quashie).

  • 9 Marie-Andrée Corcuff, « Les archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire : le PAJ (...)
  • 10 Sylvain Cid, « Le CNAHES : quelques enjeux d’une collecte d’archives privées ».
  • 11 Philippe Courtesseyre, Clarisse Herlement-Vénuat, Alcine Salangros, « Histoire(s) en mouvement(s) »
  • 12 Élodie Belkorchia, « Jeunesses filmées ».
  • 13 Jean-Philippe Legois, Gaëtan Sourice, « Guides des sources : pour une étude comparative ».

5La troisième partie propose un bilan d’étape de quatre expériences de collecte et valorisation d’archives de jeunesse menées par des organismes tels le Pôle de conservation des archives des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP)9 ou le Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée et de l’action sociale (CNAHES)10, des acteurs territoriaux comme le Conseil général des Landes11 ou la commune d’Aubervilliers12. Elle s’achève par une réflexion comparative sur la mise en place de guides des sources par la Cité des mémoires étudiantes et le PAJEP13. Le caractère novateur de ces initiatives a tenu à trois facteurs : des « montages de partenariat inédits entre secteur public et secteur privé », sources de complémentarité et d’efficacité ; l’« innovation dans les pratiques de collecte et les techniques traditionnelles de repérage de gisement d’archives », en particulier en matière de persuasion des déposants ; la nécessité, sur le plan des supports documentaires, de « maîtriser les derniers outils de transmission de ce public jeune, même si la collecte des archives ne peut suivre en temps réel leur évolution » (M. Gardet). On leur doit que « les menaces qui avaient pesé sur la sauvegarde de ces archives semblent aujourd’hui s’estomper, les nouveaux enjeux qui s’offrent désormais à elles concernent leur visibilité auprès de la communauté des chercheurs » (M.-A. Corcuff). Elles ont également fait émerger « l’idée que le débat sur le statut public ou privé des archives devait être dépassionné, pour garantir les intérêts des organismes producteurs privés avec ceux du public garantis par les règles des archives publiques » (S. Cid). On retiendra aussi le rôle déterminant des actions de sensibilisation auprès des producteurs, du type « journée d’études », pour faciliter le dépôt d’archives appartenant soit à des militants, soit à des associations (P. Courtesseyre, C. Herlemont-Vénuat, A. Salangros), ou la construction de liens nouveaux avec les archivistes – comme dans le domaine de l’audiovisuel – pour concilier des logiques différentes, « celle de l’archiviste qui travaille dans le temps long de l’archive et celle du professionnel de l’audiovisuel qui travaille dans l’immédiateté de la communication » (É. Belkorchia). En manière de conclusion… prospective, est proposée une réflexion pratique sur les modes de signalisation et de mise à disposition des sources tirant parti des techniques actuelles de traitement et de communication de l’information (J-P. Legois, G. Sourice).

Haut de page

Notes

1 Jean-Philippe Legois, Éliane Lochot et Mathias Gardet, « Introduction ».

2 Emmanuelle Giry, « La construction du concept de jeunesse par l’État ».

3 Luc-André Biarnais, Pierre Fournier, Frédéric Jory, « Action catholique, Mouvement rural de jeunesses chrétiennes et aumônerie de l’enseignement public ».

4 Charlotte Maday, Magalie Moysan, « À la recherche des étudiants dans les archives d’une université » et Marina Marchal, « À la recherche des étudiants dans les archives des mouvements et des établissements ».

5 Guillaume Roubaud-Quashie, « Les jeunes communistes en cartons : les archives centrales des organisations de jeunesses communistes françaises ».

6 Nicolas Palluau, « Les archives des scoutismes non confessionnels : les Éclaireurs et les Éclaireuses ».

7 Robi Morder, « À la fois jeunes et scolarisés : le puzzle de la mémoire des mouvements lycéens ».

8 Christophe Mesgny, « Les mémoires étudiantes dijonnaises : un exemple de coopération pour la conservation et la valorisation des archives ».

9 Marie-Andrée Corcuff, « Les archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire : le PAJEP a déjà quinze ans ! ».

10 Sylvain Cid, « Le CNAHES : quelques enjeux d’une collecte d’archives privées ».

11 Philippe Courtesseyre, Clarisse Herlement-Vénuat, Alcine Salangros, « Histoire(s) en mouvement(s) ».

12 Élodie Belkorchia, « Jeunesses filmées ».

13 Jean-Philippe Legois, Gaëtan Sourice, « Guides des sources : pour une étude comparative ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Carreau, « La Gazette des archives, « Archives des jeunesses, jeunesses des archives » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 130 | 2016, mis en ligne le 22 mars 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5098

Haut de page

Auteur

Pascal Carreau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page