Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Robert Mencherini, Midi rouge, ombres et lumières. Une histoire politique de Marseille et des Bouches-du-Rhône de 1930 à 1950, T. 4 : La Libération et les années tricolores (1944-1947)

Paris, Syllepse, 2014, 444 p., 25 €.
Christian Chevandier
Référence(s) :

Robert Mencherini, Midi rouge, ombres et lumières. Une histoire politique de Marseille et des Bouches-du-Rhône de 1930 à 1950, T. 4 : La Libération et les années tricolores (1944-1947), Paris, Syllepse, 2014, 444 p., 25 €.

Texte intégral

1Le pèlerin qui, depuis le port de Marseille, grimpe à Notre-Dame-de-la-Garde, la « Bonne Mère », par une montée quelque peu abrupte, peut être surpris de trouver un Sherman sur son chemin, d’autant qu’il s’appelle « Jeanne d’Arc ». Quelques plaques commémoratives lui rappellent alors que, comme les plateaux du Chemin des Dames puis les falaises du Cotentin, cette montée a été prise par des fantassins, ici ceux du 7e régiment de tirailleurs algériens, qui pour certains avaient fait Monte Cassino. Dix jours après le débarquement, au prix de la mort de plusieurs dizaines d’entre eux, ils hissaient les trois couleurs sur le clocher vu de presque toute la ville. Mais, tout comme la libération de Paris ne peut être réduite à la chevauchée des volontaires de la 2e DB, la libération de Marseille s’inscrit dans un contexte local bien précis, qui doit lui-même être mis en perspective. C’est bien l’objet de ce quatrième volume de l’histoire de Marseille, au cours des deux décennies qui courent de la veille de la crise des années 1930 aux lendemains de la Libération.

  • 1 Parce qu’il est artificiel, nous ont expliqué les théoriciens de la guerre, de distinguer effet pol (...)

2Plus que le simple département des Bouches-du-Rhône, c’est bien l’ensemble de l’aire d’influence immédiate de Marseille qui est pris en compte, et l’auteur s’autorise ainsi d’indispensables incursions dans le Vaucluse ou le Var. Sans avoir l’importance du Mur de l’Atlantique, qui préservait le cœur de l’Europe du Reich, le littoral méditerranéen a été l’objet d’une attention stratégique avec bien sûr la construction de bunkers, mais aussi l’inondation à partir du mois de février 1944 d’une bonne partie de la Camargue et de la Crau, destinée à retarder d’éventuelles incursions par le delta du Rhône. L’état-major allemand envisageait une ligne de repli dans les proches régions montagneuses pour arrêter des forces alliées débarquées, ce qui explique la lutte impitoyable contre les maquis des montagnes provençales au cours de l’été 1944, dans les Basses-Alpes (pensons au maquis de René Char) mais aussi en Vaucluse, vers le Ventoux ou dans le Luberon. C’est donc dans une région où les Allemands s’étaient préparés à combattre que les troupes alliées, Américains et Canadiens ainsi que l’armée B du général De Lattre, ont débarqué les 15 et 16 août 1944. Bien plus qu’en Normandie, demeurée champ de bataille pendant plus de deux mois, la Résistance a joué alors un rôle important, luttant auprès des forces américaines, de part et d’autre de la Durance, et des troupes françaises. La bataille de Marseille vit ainsi combattre côte à côte les soldats de De Lattre et les FFI de la ville. Sans reprendre le débat sur l’efficacité militaire de la Résistance, trop souvent biaisé1, et précisément parce que le rapport de force n’aurait pas permis à la Résistance intérieure de venir seule à bout des troupes d’occupation, l’auteur insiste sur le fait que cette efficacité fut indéniable, en dépit d’une absence de centralisation mais peut-être aussi, se demande-t-il, du fait de son caractère dispersé rendu nécessaire par la répression.

  • 2 Ce passage est particulièrement intéressant pour une approche des débats, loin d’être clos, au prem (...)
  • 3 Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales en (...)

3En nous présentant les acteurs (distinguant avec précision les différentes tendances des collaborationnistes qui occupent alors une place déterminante au sein du pouvoir pétainiste), l’auteur installe le décor de ces singuliers mois d’attente, « été de terreur et d’espoir » au cours duquel la répression se fit de plus en plus impitoyable, mais où se révéla possible ce qui ne l’était pas les mois précédents, comme la singulière odyssée du train parti de Marseille le 1er août, emmenant outre-Rhin des juifs et des résistants. Il fut détourné par les cheminots, puis attaqué en Ardèche par des FFI qui délivrèrent les captifs. L’auteur consacre un chapitre aux « quatorze glorieuses de Marseille », les journées de combats entre le débarquement en Provence et le défilé de la Libération sur la Canebière. Sans négliger l’importance de fortes personnalités comme Raymond Aubrac, Jean Cristofol ou Gaston Defferre, l’histoire politique de la région est ensuite analysée en accordant aux instances locales la place qu’elles méritent, notamment les comités départementaux de Libération dont quarante, réunis en « états généraux » à Avignon en octobre 1944, y tentèrent ce que l’auteur n’hésite pas à nommer une « fronde »2. Puis, après une approche des divers groupes sociaux tout comme des nécessités du temps, dure période de rationnement qui n’a pas pris fin avec la défaite des Allemands, l’ouvrage met en perspective les différents éléments de l’histoire de Marseille jusqu’en septembre 1947. La suite, on le sait, Robert Mencherini l’a déjà écrite dans un livre qui faisait le point, à l’échelle du Midi (qui y a joué un rôle central) et du pays, sans oublier les relations internationales, sur la crise de l’automne 1947, les grèves et le début de la guerre froide en France3.

  • 4 Créés en 1941, les groupes mobiles de réserve constituaient un corps spécialisé dans le maintien de (...)

4Marseille, à l’été 1944, était d’abord une ville terriblement éprouvée par les bombardements, comme le furent d’autres cités de Provence, Avignon surtout. Les quartiers ouvriers ont particulièrement souffert, du fait de la proximité des installations visées, mais aussi parce que les milieux populaires craignaient d’abandonner leur peu de biens alors que les pillages étaient habituels en pareilles circonstances. L’occupant parti, comme dans tout le pays, se posa la question de l’épuration, de manière d’autant plus exacerbée concernant l’administration de Vichy que les chefs de la police s’étaient particulièrement compromis : le 3 juillet, trois jeunes maquisards condamnés à mort par une cour martiale avaient été attachés à des pins et fusillés par des GMR4 sous la direction de l’intendant de police adjoint et en présence du commissaire central. L’intendant de police, condamné à mort en février, fut gracié au mois d’avril suivant. Si l’épuration fut – l’auteur le montre à cette échelle – somme toute bien pusillanime, sa dimension religieuse est une particularité provençale longuement négociée entre le gouvernement provisoire de la République française et le Saint-Siège, qui a conduit à démettre l’archevêque d’Aix, prudemment réfugié à l’abbaye de Solesmes quand les Allemands ont quitté la ville. Unique dans tout le pays, elle s’explique par les prises de position du prélat (que l’auteur avait analysées dans les deux tomes précédents). Une place importante est accordée à l’économie, en ces temps de pénurie et alors que l’équipement productif avait fortement souffert de plus de dix années de crise puis de guerre. Primordial s’est révélé le rétablissement du trafic du port de Marseille, totalement interrompu après le débarquement en Normandie. L’histoire culturelle n’est pas laissée de côté. Le cinéma, distraction populaire tout au long de l’Occupation, ne laissa pas indifférentes les autorités après la Libération : les rapports des Renseignements généraux nous apprennent ainsi à quel point l’intérêt du public était soutenu, à Marseille en septembre 1944, pour des « Actualités » faisant le point sur les événements en cours (La France au combat). Au carrefour de la culture et de la politique, les controverses se déployèrent après la Libération à propos du régionalisme, dans la continuité de l’intérêt, singulièrement manifesté dans les milieux proches de l’extrême-droite royaliste, pour une langue provençale que Frédéric Mistral et le Félibrige avaient tenté de normaliser quelques décennies plus tôt.

5Trente ans après les faits, les éditions Hachette avaient publié une série d’ouvrages monographiques sur la Libération. Ils concernaient de grandes villes et certaines régions : c’est ainsi que Fernand Rude, l’historien des canuts, qui fut sous-préfet de Vienne à la Libération, avait rédigé le livre sur la libération de Lyon. C’est à Pierre Guiral, professeur d’histoire à l’université d’Aix-en-Provence, que fut confiée La libération de Marseille. Depuis 1974, les travaux des historiens (notamment ceux de Jean-Marie Guillon) avaient renouvelé l’approche, posant désormais des questions qui alors ne s’imposaient pas. Mais la synthèse restait à écrire. C’est une des fonctions de cet ouvrage, nourri de sources parfois inédites et prenant en compte les travaux les plus récents, menés surtout au sein des universités de la région. La personnalité et les thèmes de prédilection de l’auteur permettent au livre de prendre en compte de manière approfondie la dimension sociale et économique de la question, puisque Robert Mencherini, un des nombreux auteurs du Maitron (le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français), s’était attardé à plusieurs reprises au cours de ses recherches sur les conséquences sociales de la Libération et avait étudié les entreprises sous gestion ouvrière. Ce quatrième tome de Midi rouge, ombres et lumières. Une histoire politique de Marseille et des Bouches-du-Rhône de 1930 à 1950, est donc consacré à ce moment crucial où tout a pu sembler possible. Le lecteur appréciera également les 48 pages de documents (dont la reproduction d’un fusain du peintre Antoine Serra sur le bombardement du 27 mai 1944), des photographies de diverses collections et les reproductions de « unes » de la presse, telle celle de Yank, l’hebdomadaire de l’armée américaine, qui publie en couverture le 22 septembre 1944 une photographie du port de Marseille avec le seul pilier restant du pont transbordeur, que les Allemands ont dynamité, et au premier plan un bateau coulé dans la passe du Vieux-Port.

  • 5 À propos de Paris, Albert Camus parlait des « jours merveilleux de l’insurrection ».

6Histoire de libération, de transformation sociale et de refondation républicaine, ce livre, au plus près des réalités sociales de ces années décisives dans l’histoire de la région de Marseille et dans celle du pays, permet de comprendre en un jeu d’échelles ce moment extraordinaire qu’a constitué pour ceux qui l’ont vécu l’été de la Libération5. Seul épisode révolutionnaire au xxe siècle dans un pays qui a été, de 1789 à 1870, celui de toutes les révolutions, ce fut aussi une lutte de libération nationale et le moment de mise en place d’un État social qui demeure, près de trois quarts de siècle plus tard, un élément structurant de la société française.

Haut de page

Notes

1 Parce qu’il est artificiel, nous ont expliqué les théoriciens de la guerre, de distinguer effet politique et effet militaire. Comme le formule Gilles Perrault, qui a vécu à 13 ans l’insurrection de Paris : « Les niais ne se lasseront pas de démontrer avec des arguments sans réplique que l’insurrection était dépourvue de sens. Elle n’en avait en effet pas plus que la prise de la Bastille ».

2 Ce passage est particulièrement intéressant pour une approche des débats, loin d’être clos, au premier mois de l’automne.

3 Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales en France. Les grèves « insurrectionnelles » de 1947-1948, Paris, Syllepse, 1998.

4 Créés en 1941, les groupes mobiles de réserve constituaient un corps spécialisé dans le maintien de l’ordre et la répression.

5 À propos de Paris, Albert Camus parlait des « jours merveilleux de l’insurrection ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Chevandier, « Robert Mencherini, Midi rouge, ombres et lumières. Une histoire politique de Marseille et des Bouches-du-Rhône de 1930 à 1950, T. 4 : La Libération et les années tricolores (1944-1947) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 130 | 2016, mis en ligne le 22 mars 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5089

Haut de page

Auteur

Christian Chevandier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page