Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Christophe Schmidt Heidenreich, Le Glaive et l’Autel. Camps et piété militaires sous le Haut-Empire romain

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 518 p., 26 €.
Xavier Colin
Référence(s) :

Christophe Schmidt Heidenreich, Le Glaive et l’Autel. Camps et piété militaires sous le Haut-Empire romain, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 518 p., 26 €.

Texte intégral

1Derrière un titre élégant qui fleure l’heroïc fantasy se dissimule une thèse soutenue en 2005 sous la direction de Patrick Le Roux, reprise et mise à jour pour publication jusqu’à 2011, et qui vise à étudier l’expression épigraphique de la religion dans un milieu spatial et social donné, les camps légionnaires et auxiliaires du Haut-Empire romain. L’auteur a déterminé un corpus de 550 inscriptions sur pierre s’échelonnant des Flaviens à l’avènement de Dioclétien. Les grands camps du limes rhéno-danubien, breton et africain, mieux connus, mieux fouillés et fournissant une épigraphie riche, constituent une partie importante des documents couvrant tout de même 160 camps permanents, soit de légions, soit de cohortes ou ailes auxiliaires, soit de numeri ou vexillations. Christophe Schmidt choisit d’exclure du corpus et de l’étude tout le champ du culte impérial à l’intérieur des camps, comme les inscriptions témoignant de sentiments religieux à l’extérieur des enceintes militaires (épitaphes par exemple), toutes les inscriptions non lapidaires et les documents iconographiques. Il fait cependant de nombreuses allusions aux tablettes de Vindolanda ou à des représentations sur pierre ou d’autres supports pour éclairer certains aspects des documents.

2Dans une première partie archéologique, Christophe Schmidt dessine une topographie religieuse et cultuelle des camps. Son analyse établit, avec le moins d’incertitudes possible, l’emplacement des différentes dédicaces à l’intérieur du camp. D’abord les principia, cœur du camp et de la religio castrensis, avec la chapelle des enseignes, aedes signorum, la cour intérieure, la basilique ; d’autres espaces publics spécialisés, la prison, carceres, l’hôpital militaire, valetudinarium, thermes, amphithéâtre, le camp d’exercices et de manœuvres, campus ; puis des espaces semi-publics restreints, les locaux administratifs, archives, tabularia, bureaux, officia, ou encore l’arsenal et dépôt d’armes, armamentarium ; enfin les logements des officiers et de la troupe. Si la religion est un échange entre êtres divins et hommes, la deuxième partie fait la liste des entités divines dédicataires, et celle des dédicants, par ordre décroissant de grade et d’honneur. Enfin l’auteur s’interroge sur le contenu et les modalités de la relation entre hommes et entités divines, telle qu’elle se manifeste épigraphiquement dans les camps : par quels types de gestes et de formulaires s’exprime un sentiment religieux entre chaque dédicant et la divinité qu’il souhaite honorer ?

3Un des mérites de cet ouvrage est de balayer scientifiquement un certain nombre d’idées reçues et de lieux communs répandus dans la bibliographie antérieure et toujours vivaces, d’abord pour les abstractions divinisées et personnifications, passant pour froides et peu populaires. Or, Christophe Schmidt spécifie que les dédicaces ne participent pas du culte officiel obligatoire, mais qu’elles « sont le produit de démarches individuelles ou collectives entreprises à l’initiative des dédicants eux-mêmes » (p. 263). Il faut donc comprendre que ces cultes des génies d’unité (légion, cohorte, aile, numerus, centurie), de lieu ou d’édifice, ou encore de Fortuna, Victoria, peuvent correspondre à un « sentiment religieux sincère » (ibid.). Le culte des génies augmente d’ailleurs en occurrences à partir de Commode, et entre les règnes de Valérien et de Dioclétien apparaît même un génie du camp, genius castrorum. Le culte de la déesse Disciplina ou Discipulina constitue en outre une singularité provinciale des camps de Numidie et de Bretagne.

4Deuxième topos que le travail de Christophe Schmidt invite à nuancer : la popularité des divinités orientales dans le milieu militaire. Certes, les dédicaces comme l’archéologie attestent de la présence de Jupiter Dolichenus et de Mithra dans les camps, où ils sont parfois dotés de lieux de culte. Mais cette diffusion doit être contrebalancée par une remarque sociale et une perspective comparative : ce sont surtout les officiers qui dédient pierres et monuments aux dieux orientaux, et la vénération des dieux celtiques, plus honorés dans les cantonnements des hommes de troupe, est à peine moindre que celle des divinités orientales, tandis que c’est toujours le très romain Jupiter qui recueille le plus de dédicaces.

5Pour qui veut observer les fonctionnalités du polythéisme romain, l’ouvrage propose des spécialisations autant topiques que personnelles. L’hôpital militaire est le lieu des cultes médicaux et salutifères (Esculape, Hygie), comme les tabularia et leur personnel honorent Minerve, tandis que les Campestres, êtres divins chargés de la protection du campus, ne reçoivent pas d’inscription hors du camp d’exercices. Les autorités militaires élèvent aux portes du camp des monuments à Jupiter, Mars ou à la Victoire, et si les thermes offrent autant d’inscriptions dédiées à Fortuna, c’est soit parce que les hommes nus y ressentaient leur faiblesse dans la main du destin, soit parce qu’on y jouait à des jeux de hasard.

6Le Glaive et l’Autel parvient ainsi à articuler trois dimensions et trois hiérarchies, en considérant l’espace du camp comme un système à la fois social et cultuel. Il met à jour des principes sociaux et religieux dans l’organisation de l’espace (p. 211-213). À chaque lieu selon sa fonction correspond une divinité tutélaire privilégiée, honorée par un dédicant occupant un grade et exerçant un pouvoir. Dans la chapelle des principia ne se trouvent pour ainsi dire que des inscriptions consacrées à Jupiter par des commandants d’unité. Nemesis règne sur la prison et sur l’amphithéâtre, mais ici elle est honorée par des gradés tandis que là, ce sont des spécialistes (un gardien, custos, et des responsables des clefs, clauicularii) qui lui dédient ex-voto et autels.

7Une même approche sociale intervient à propos des corps auxiliaires : les pérégrins qui y servent s’approprient progressivement, avec délai par rapport aux légionnaires, à la fois les divinités et la pratique dédicatoire comme signe ou passeport de romanité.

8La recherche de Christophe Schmidt possède les défauts de ses qualités éminentes : modèle d’analyse épigraphique, elle laisse sur leur faim les historiens d’autres périodes que l’Antiquité romaine et le lecteur curieux d’histoire sociale. Les constructions du discours, des codes épigraphiques, celle des différentes identités sociales, par grade, par origine et/ou province, le caractère symbolique de la religion, sont évoqués en quelques lignes, mais ce ne sont visiblement pas les centres d’intérêt principal de notre auteur, qui aurait enrichi sa synthèse en la passant au crible des questionnements historiographiques de son maître Patrick Le Roux.

9Le Glaive et l’Autel est bien plutôt un discours de la méthode en science des inscriptions, et un bel exemple à suivre dans l’étude épigraphique. Comme outil de travail, par son corpus documentaire et la qualité de ses indices, il est indispensable pour toute recherche ou bibliothèque en épigraphie et archéologie militaires. Christophe Schmidt y relit les textes avec sagacité ou il en confronte les lectures ; il fait preuve d’une saine précaution critique dans ses efforts de situation de chaque inscription dans un contexte spatial. Sans verser dans l’hypercritique, il se montre à juste titre conscient des limites de sa méthode, revient à plusieurs reprises sur sa démarche en exposant et justifiant son raisonnement, souvent par analogie, comme c’est fréquemment le cas en épigraphie. Il fournit des tableaux par histogrammes, mais ne se berce pas d’illusions sur la validité statistique de sa démonstration, ce qui prouve une grande maturité d’historien élaborant sa propre épistémologie en sciences humaines. À ce titre, l’ouvrage se signale à tout chercheur, pas seulement jeune ni en histoire romaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Colin, « Christophe Schmidt Heidenreich, Le Glaive et l’Autel. Camps et piété militaires sous le Haut-Empire romain », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 130 | 2016, mis en ligne le 22 mars 2016, consulté le 24 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5086

Haut de page

Auteur

Xavier Colin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page