Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

À propos des Carnets d’un préfet de Vichy : quand histoire et mémoire entrent en friction

Georges Vayrou
p. 149-161

Texte intégral

  • 1 Rien à voir avec le Maurice Grimaud que l’on connaît trop bien, même si quelques allusions à un frè (...)
  • 2 Toutefois, l’éditeur a accepté de me mettre en relation avec monsieur Gilles Henriot, ayant-droit d (...)
  • 3 Même si une récente exposition, accompagnée d’un livre, que nous avons évoqués dans un numéro précé (...)

1On ne sait comment accueillir et apprécier les Carnets d’un préfet de Vichy, de Paul-Émile Grimaud1. Publiés par « Le Cherche-Midi », dans sa collection « Histoire-Documents », cet ouvrage de 550 pages (dont la première moitié est consacrée à l’activité du préfet de 1939 à 1944, l’autre étant le récit de sa détention à Dachau, ce qui ne manque pas forcément d’intérêt mais ne correspond pas vraiment au contenu annoncé par le titre de l’ouvrage) ne s’accompagne d’aucun appareil critique, ni d’introduction. Les circonstances de la rédaction et de la publication de ces carnets peuvent sembler bien mystérieuses2, et le contenu laisse parfois perplexe. Mais ce livre est l’occasion de s’interroger, d’abord sur les sources et l’expression d’une histoire (et mémoire) française « qui a encore du mal à passer3 », ensuite sur la complexité de l’analyse des formes que revêtirent la Collaboration et la Résistance, en particulier dans l’administration.

2Ces carnets auraient été rédigés en 1972, et l’auteur décède en 1974. Ils sont publiés en 2014, après la mort de sa seconde épouse en 2010. Les deux premières parties sont intitulées : « Avant que le temps ne les emporte ». Ce que le temps risque d’emporter, selon toute évidence, ce sont les souvenirs. Ces carnets seraient donc plutôt des mémoires ? Probablement les deux à la fois.

3La mémoire et l’histoire peuvent se rencontrer, se compléter, et l’une illustrer l’autre. Peuvent-elles se contredire ou tout du moins « entrer en friction » ?

Carnets ou mémoires ?

La « préfectorale », une affaire de famille…

  • 4 René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets, septembre 1870-mai 1982, Paris, Archives nati (...)
  • 5 Selon Jeanne Siwek-Pouydesseau, Le corps préfectoral sous la IIIe et la IVe République, Fondation n (...)

4Selon le Dictionnaire biographique des préfets 4, Paul-Émile Grimaud est né le 27 janvier 1897 à Grenoble, d’un père lui-même fils d’un président de cour d’appel, qui commença une carrière d’avocat5, puis de conseiller de préfecture, ensuite de sous-préfet, avant d’être enfin, à partir du début de la Première Guerre mondiale, préfet de divers départements. Préfet et fils de préfet ? En ce temps-là, le népotisme était une pratique courante, sinon la règle, qui se prolongea… peut-être jusqu’à la Libération ?

  • 6 Le récit de l’auteur est édifiant : à la fin de la Grande Guerre, « appartenant à la classe 1917, j (...)
  • 7 Selon Jeanne Siwek-Pouydesseau, op. cit., p. 66 : la durée moyenne de passage d’un préfet dans un d (...)
  • 8 Selon Jeanne Siwek-Pouydesseau, ibid., p. 79 et 80 : une trentaine de préfets furent déportés et si (...)

5Son père prend Paul-Émile comme chef-adjoint de cabinet, dans le Morbihan, en 1916, et le fils suivra le père comme chef de cabinet en Savoie6, puis dans les Côtes-du-Nord (aujourd’hui Côtes-d’Armor), et en Indre-et-Loire. Il semble naturel qu’il soit à son tour nommé sous-préfet d’Ussel (Corrèze) à la fin de l’année 1923. Sa carrière continue, comme sous-préfet ou secrétaire général de préfecture, à Nogent-sur-Seine, Sainte-Menehould, dans la Marne, l’Yonne, la Somme, la Mayenne, le Nord. C’est donc un administrateur aguerri qui est nommé préfet des Landes en 1936 et c’est à ce poste que commence son récit en 1939, avec l’arrivée des Allemands à Mont-de-Marsan. Ensuite, sa carrière sous Vichy est significative d’une période de grande mobilité pour la fonction7 : préfet du Loir-et-Cher (Blois), puis du Morbihan (Vannes), enfin des Basses-Pyrénées (aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques), à Pau où il est arrêté et déporté le 12 juin 19448.

  • 9 Sur le sujet, voir Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français, l’administration en France de 1940 (...)
  • 10 Inspecteur général de l’administration en mission extraordinaire.
  • 11 À ce stade, le fait de « passer » l’épreuve de l’épuration et de poursuivre une carrière n’est pas (...)

6Son frère Robert suivra un chemin parallèle, tout au moins dans l’administration : chef de cabinet de son père à partir de 1924 quand l’aîné est nommé sous-préfet, puis sous-préfet lui-même et bientôt préfet à Dijon ; suspendu à la demande des Allemands, dit-on, il prendra, comme beaucoup de ses collègues, par choix ou par obligation, des postes « moins exposés »9 : inspection générale des services administratifs, direction régionale du service du logement, mais tout de même directeur du cabinet de Georges Hilaire au secrétariat général de l’administration à partir de 1943. Cela lui permettra de rendre service à son frère en lui évitant une nomination à Grenoble, où ce dernier craignait de connaître trop de monde (p. 252-254). Les deux frères seront « dans l’expectative » en 1945, selon la formule consacrée, mais poursuivront, après cette brève épreuve de l’épuration, chacun en ce qui le concerne, une carrière sans faute dans la haute administration : Paul-Émile terminera conseiller maître à la Cour des comptes en 1967, après avoir été notamment « IGAME »10. Robert fera valoir ses droits à pension en 1956, étant trésorier-payeur général11.

7À son retour de Dachau en 1945, Paul-Émile Grimaud est accueilli dans les Vosges par son fils « Janot » et son ancien chef de cabinet dans les Landes, Tomasi. « J’appris ainsi qu’il avait été nommé, l’année précédente, secrétaire général de la préfecture du Haut-Rhin, où il avait eu l’amicale pensée de prendre mon fils à son cabinet » (p. 551). Nonobstant la gravité du moment, on reste confondu par cette « amicale pensée »

  • 12 Jeanne Siwek-Pouydesseau, op. cit., p. 30.
  • 13 Comité d’histoire de la Cour des comptes, La Cour des comptes dans les années noires (1939-1945), L (...)
  • 14 Marc-Olivier Baruch, op. cit., p. 229. Sur la rémunération des percepteurs par les collectivités te (...)
  • 15 Marc-Olivier Baruch, op. cit., p. 233. On remarque à ce propos cette observation de Grimaud, p. 50  (...)
  • 16 Marc-Olivier Baruch, op. cit., p. 341.
  • 17 Idem.

8Ce fragment de « mémoire » doit être replacé dans un contexte historique : « Jusqu’en 1928, il n’existe ni loi ni règlement fixant les conditions d’admission aux fonctions de préfet, sous-préfet ou secrétaire général [et] jusqu’en 1933, les préfets choisirent librement leurs chefs de cabinet »12. On rencontre ainsi des « dynasties de préfets », mais il peut également en être de même dans d’autres institutions, à la Cour des comptes par exemple13. En novembre 1940, le personnel des préfectures et de différentes administrations déconcentrées, jusque-là recruté et/ou rémunéré par les conseils généraux, avait pourtant été « étatisé »14 pour soustraire les préfets et autres fonctionnaires d’État à toute dépendance locale. Le régime s’intéresse en particulier aux chefs de cabinet, « futurs hauts cadres administratifs de l’État français ». Un décret du 30 août 1940 avait posé pour leur recrutement le principe d’un examen « pour sortir du hasard des interventions politiques »15. Un projet de loi se donnait même pour ambition plus vaste de fusionner le recrutement des chefs de cabinet des préfets avec celui des rédacteurs de l’administration centrale. Le projet fit long feu, abandonné au printemps 1943. On redonna la main aux préfets, « en mesure de choisir eux-mêmes leurs collaborateurs »16… Il semble que Laval souhaitait leur laisser le champ libre pour conduire les affaires de leur circonscription. La principale consigne qu’il leur donna est : « Débrouillez-vous ! »17. On comprend la mise en œuvre à la Libération du statut de la fonction publique, la systématisation du recrutement par concours et la création de l’ENA pour les grands corps de l’administration. On peut s’étonner qu’en 1972, un haut fonctionnaire qui a poursuivi sa carrière au-delà de la Libération évoque sans état d’âme ni recul critique ces curieuses pratiques de recrutement.

Des considérations racistes et ethniques inexplicables en 1972

9Certains propos fleurent bon les années 1930-1940. On s’étonne – encore – qu’ils soient reproduits, sans aucun avertissement de l’auteur ou de l’éditeur, et s’ils ont été écrits ou au moins assumés en 1972, on peut se poser des questions. Morceaux choisis : « Pour comprendre les premiers sentiments des habitants des Landes à l’égard des envahisseurs allemands en 1940, il faut se rappeler que leurs caractères ethniques sont un peu particuliers […] avec leur taille en dessous de la moyenne, la pâleur bilieuse de leur visage, le mauvais état apparent de leurs dents, ils ne respiraient pas la santé » (p. 11). Mais grâce à la plantation des pins en 1852, « la race en fut changée, elle prit toutes les allures de santé » (p. 12). On comprend l’utilisation du terme « race », entendu au sens du début du xxe siècle, mais sa confirmation à l’époque supposée de la rédaction – ou mise en forme – des carnets est troublante. Plus loin et plus tard, un maire rencontré possède une « belle tête basque au nez aquilin » (p. 34). Dans le Morbihan, un ancien député est un « authentique Breton, d’aspect typiquement celte » (p. 127). Des comparaisons sont surprenantes : si le Basque « est droit, franc, loyal, souvent ardent et passionné dans sa brusquerie originelle » (p. 176), le Béarnais serait « opportuniste en diable, [fier] des succès obtenus par ruse et diplomatie » (p. 176). « En Béarn, on admire la réussite obtenue par la diplomatie, la manœuvre trompeuse, au risque de se tromper soi-même, [mais] le Béarnais est très civilisé et son langage choisi, fleuri et facilement éloquent » (p. 176-177). On terminera par une citation amère, lorsqu’il est arrêté et que l’on craint des manifestations violentes de la population paloise : « Pauvres Allemands ! Comme ils étaient mal renseignés ! Encore moins que d’autres, les Béarnais n’auraient risqué la moitié d’un ongle pour défendre de la Gestapo un de leurs compatriotes, voire leur préfet » (p. 270).

  • 18 Paul-Émile Grimaud, op. cit., p. 44. Mais il n’explique pas les raisons de cette allusion.

10Au début, les rencontres avec l’occupant semblent fort civiles : les Landais « étaient sensibles à la correction, même à la courtoisie affectée dans certains cas, manifestées par les membres de la Wehrmacht » (p. 36). Ces « grands gaillards blonds aux mains gantées » n’ont « rien de sauvage […] et [sont] d’une parfaite correction et même d’une courtoisie de bon aloi à l’égard des femmes en descendant du trottoir pour les laisser passer » (p. 27). « Bref, partout, à la ville comme à la campagne, on se plaisait à reconnaître la correction des membres de l’armée d’occupation » (p. 36). « On révisa son premier jugement sur les Allemands en regrettant sincèrement de s’être montré aussi injuste envers eux, cependant qu’un mouvement d’opinion allait en s’accentuant de désaffection à l’égard des Anglais, qu’on rendait en partie responsables de notre situation » (p. 37). « Las ! le charme qui avait joué dans les premiers rapports […] fut assez vite rompu à la suite de diverses manifestations ou se dévoilèrent les instincts primitifs, pour ne pas dire barbares, de ces bons jeunes gens » (p. 42). Exactions et incidents avec effusion de sang se multiplient. Les Allemands finissent par s’exprimer avec « un rauque parler teuton » (p. 73), on entend de « rauques voix teutonnes » (p. 139), et de « rauques aboiements » (p. 141). On en rencontre même « de petite taille, noiraud et flétri comme une olive sèche » (p. 34). Le « guerrier germanique » affirme sa présence par « une écœurante odeur de cuir, de tabac d’Orient, de sueur et de punaise écrasée » (p. 30). Évoquant au passage « l’ombre de la Gestapo »18, le préfet s’attarde sur les modes de préparation culinaires des « barbares » : « On les vit jeter à bouillir les viandes les plus fines et succulentes : venaison, gibier, lièvres, perdreaux, palombes. […] Ce sont des brutes ! [pensaient les Landais] » (p. 44-45). Dès lors, « le favorable climat tourna à la réserve ». À Blois, un repas officiel est servi par « de rondes gretchen [qui] s’efforcent de se montrer gracieuses et certaines y parviennent, malgré leurs formes et leurs traits ingrats, tant elles mettent de bonne volonté, presque d’insistance, à satisfaire nos appétits qu’elles estiment sans doute à la mesure du leur » (p. 73).

11Il reconnaît que « les juifs ne sont pas épargnés non plus, [mais] il est vrai que ceux-ci semblaient prendre un malin plaisir à se signaler à l’attention publique. Après avoir fait le tour des stations climatiques et balnéaires de la “zone Nord”, ils avaient établi leurs résidences en “zone libre” dans les stations et villes d’eaux où l’on pouvait, avec de l’argent, se procurer encore quelque luxe. Ainsi rassemblés, ils attendaient un départ pour les Amériques dont ils s’ingéniaient à trouver les moyens » (p. 87). Plus loin, il récidive : « Le tableau de chasse des juifs par la Gestapo n’avait d’ailleurs, ainsi que je l’ai dit, pas besoin de longues marches et de grands efforts pour être abondant. On savait où les attraper. Quand, ayant quitté le lieu de leur résidence, ils arrivaient après un long périple aux multiples étapes dans les villes les plus importantes du Sud-Ouest, c’est-à-dire au fond de la nasse, ils s’arrangeaient presque tous pour se procurer un gîte, une pension aussi confortable que possible dans les meilleurs hôtels. […] La Gestapo […] pouvait sans difficulté se saisir, quand il lui en prenait l’envie, d’un ou plusieurs Israélites, laissant les autres en réserve, en attendant soit une arrestation ultérieure, soit une désignation comme otage, ou de les charger de missions délicates qu’ils étaient seuls à pouvoir remplir » (p. 230). On est sidéré également des propos qu’il tient au frère de Léon Blum, Robert, qu’il va néanmoins, semble-t-il, sauver de la déportation (p. 231-233).

12Étranges considérations qui, encore une fois, peuvent se comprendre en 1940, mais paraissent incroyables si elles sont écrites ou confirmées en 1972, sans précautions, par un homme dont certains documents affirment qu’il fut résistant.

Mémoire et histoire

La mémoire qui flanche : peut-on être antisémite et sauver des juifs ?

  • 19 Journal Sud-Ouest du 19 octobre 1997, repris par le journal l’Humanité du lendemain.
  • 20 l’Humanité du 20 octobre 1997.
  • 21 Sud-Ouest précité.

13En octobre 1997, donc après la mort du préfet mais avant la découverte et la publication des « carnets », deux journaux relatent l’histoire d’un train qui n’arriva jamais à destination : le 18 janvier 194319, plusieurs centaines de juifs immigrés, réfugiés dans les Pyrénées, sont embarqués à bord d’un train en gare de Laruns. Destination officielle : Drancy, mais ce convoi n’est jamais arrivé dans l’antichambre d’Auschwitz. Après trois jours et trois nuits de route, le train s’est arrêté à Guéret. Les juifs y ont été pris en charge par la Croix-Rouge et ont été dispersés avec l’aide de plusieurs maires des environs. Tout atteste que le convoi ne s’est pas égaré, mais a été sciemment dirigé vers la Creuse, connue pour être un haut lieu de la Résistance. Le journaliste Christian Aguerre a retrouvé un témoin, Charles Blumenfeld, qui avait treize ans à l’époque. Cet homme pense que lui et les siens doivent la vie au préfet des Basses-Pyrénées (aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques), Paul-Émile Grimaud. Son étude des archives départementales et nationales montrerait, en effet, que le préfet était connu pour sa résistance à l’occupant. D’où résulterait son arrestation le 12 juin 1944, avec le secrétaire général de sa préfecture, Paul Fabre. Transféré au fort du Hâ, à Bordeaux, il sera déporté à Dachau, d’où il reviendra le 19 mai 1945. À l’autre bout de la chaîne, le secrétaire général de la préfecture de la Creuse, André Vy, sera également arrêté et mourra en déportation. « Si ces faits se confirment, ce serait, à notre connaissance, le seul convoi de juifs promis aux chambres à gaz qui aurait été détourné de sa macabre destination »20. « L’enquête de Sud-Ouest [estime l’Humanité] a le mérite de faire ressortir l’engagement de hauts fonctionnaires, risquant leur vie ou la perdant pour sauver des hommes, des femmes et des enfants. Comme l’écrit Christian Aguerre, « là où des fonctionnaires préfectoraux appliquaient les ordres, à Pau et à Guéret, des préfets ou un collaborateur de confiance faisaient tout pour sauver des vies”. »21

  • 22 Selon l’un de nos interlocuteurs : « Dans les années 1970, on n’aimait guère les juifs dans ces mil (...)
  • 23 Dictionnaire bibliographique des magistrats de la Cour des comptes, 1807-2007, La Documentation fra (...)
  • 24 Idem, p. 755.
  • 25 Diplôme de « Grand Maître de l’Ordre national de la Légion d’honneur », établi le 13 juillet 1961, (...)
  • 26 L’un des articles de presse cité évoque un « préfet de la Creuse, André Vié ». Il s’agit bien enten (...)

14Il est pour le moins curieux que Paul-Émile Grimaud ne fasse aucune allusion à ce train dans son récit (ni à d’autres convois… qui sont arrivés à Drancy, d’ailleurs). Ce genre d’action ne s’oublie pas et quelques explications sur les modalités de ce détournement auraient été particulièrement intéressantes : modestie excessive ? ou bien ignore-t-il ce détournement ? Ou encore ne souhaite-t-il pas se glorifier de ce haut fait pour d’étranges raisons22 ? Son arrestation intervient un an plus tard, probablement sans lien direct avec cet acte. Son rôle dans l’affaire n’est donc pas clairement établi à ce stade. Mais on a vu qu’il termine sa carrière à la Cour des comptes, dont le Dictionnaire biographique de ses magistrats23, plus curieux et fourni que son homologue des préfets, cité précédemment, contient d’étonnantes révélations. Il est rédigé en 2007, pour l’essentiel à partir des dossiers personnels et des « genuit », éloges des magistrats prononcés au moment de leur départ à la retraite ou de leur décès24. La notice, confirmant le titre de « capitaine de la Résistance intérieure française » constaté sur un diplôme25, affirme que Grimaud « soustrait [notamment] des juifs à la déportation en déroutant en 1943 un train destiné à Drancy vers la Creuse, avec la complicité du secrétaire général de la préfecture de la Creuse, André Vy (1915-1945, mort en déportation) »26.

15Le moins que l’on puisse dire est que les propos de notre préfet sont parfois ambigus.

Vichyste et résistant ?

16En 1972, le préfet n’hésite pas à afficher à plusieurs reprises une admiration certaine pour le maréchal Pétain, Pierre Laval et d’autres, même s’il évoque parfois quelques doutes.

  • 27 Marc-Olivier Baruch, op. cit., p. 225-260.

17Il se souvient avoir établi « un plan de manœuvres psychologiques de défense qui [lui permet] de résister avec quelques succès aux exigences de l’adversaire » (p. 52), il pense sincèrement et modestement « que le maréchal Pétain menait sur le plan national et toutes proportions gardées un combat de même sorte » (p. 53). Le général De la Laurencie, délégué du gouvernement en zone occupée, « ne manque pas d’allure » (p. 55) ; il l’interroge : « Devant les modifications profondes apportées aux assises de l’État et à son administration, j’ai la nette impression d’un véritable changement du régime, qui n’a plus aucune ressemblance avec l’ancien. [Le gouvernement attend-il] de ses préfets une action politique ? Dans ce cas, je ne pourrais en toute conscience et loyauté conserver un poste dans l’administration préfectorale et je solliciterais de la bienveillance du gouvernement ma mutation dans un service apolitique » (p. 54). La réponse (attribuée à Pierre Laval lui-même) est claire : « Il n’est pas question de vous demander une action politique quelconque mais de vous efforcer d’aider le gouvernement à sauvegarder les biens et les personnes et à résister aux terribles pressions dont il est l’objet » (p. 54). Citation étonnante si on la rapproche des appréciations de Marc-Olivier Baruch, qui est plus mesuré, intitulant un chapitre de son ouvrage : « Les préfets entre administration et politique »27.

  • 28 Démontré, document à l’appui, dans Thomas Fontaine et Denis Peschanski, La Collaboration – Vichy Pa (...)

18Le préfet est mis au courant de l’entrevue de Montoire (ville de son département) entre Hitler et le Maréchal par le maire de la localité… quand tout est terminé. Il pense comme « la grande majorité de l’opinion [et y voit] l’acte réfléchi du Maréchal et d’un gouvernement soucieux avant tout et à tout prix de desserrer l’étreinte de fer qui enserrait cruellement tous les jours davantage le peuple de France » (p. 70). En novembre 1940, il rend visite à Pétain qui le reçoit « avec une parfaite courtoisie. Il me frappa par son air de majesté, son maintien qu’on pouvait qualifier de “royal”. C’était un homme admirablement proportionné et agréable à regarder avec son teint de “bébé Cadum” (sic), ses yeux de pervenche au blanc de porcelaine, pas très expressifs mais auxquels, si on le voulait, on pouvait prêter des intentions bienveillantes » (p. 87). Il rapporte ensuite cette étrange conversation : « Comme je lui disais que les juifs, heureusement en petit nombre dans le Loir-et-Cher, vivaient dans la terreur de l’avenir, il leva les yeux et me dit en pesant ses mots : Hélas, monsieur le préfet, ce n’est que le commencement de tourments bien pires auxquels, malgré nos efforts, ils ne pourront guère échapper » (p. 88). Quand on connaît le soin particulier et l’apport personnel aggravant de Pétain à la rédaction du « statut des juifs »28, on est sidéré par ce que l’on ne sait nommer : duplicité du Maréchal ? naïveté du préfet ? ou mémoire défaillante ?

19Le « 14 février 1942 ou à une date voisine » (p. 133), a lieu la prestation de serment des préfets. Avant la cérémonie, Grimaud discute avec quelques collègues sur le « bien-fondé du serment. […] Nous engageait-il en vérité politiquement ou non ? […] On nous mit tous d’accord en affirmant que ce geste nous fournissait une arme de valeur pour résister éventuellement à certaines exigences allemandes jugées impossibles à admettre » (p. 135). Il se souvient : le Maréchal « en uniforme kaki, avec la seule médaille militaire comme décoration, a l’allure royale et magnifique [et ensuite] aucun collègue n’a prononcé cette formule avec une passion quelconque, tous, au contraire ont adopté le ton le plus neutre possible » (p. 135).

  • 29 Il est rappelé le 18 avril 1942.
  • 30 Les ministres sont à Vichy, les services sont restés à Paris.

20Quelques jours après son retour au pouvoir, en mai 194229, Laval convoque les préfets de la zone occupée à Paris, à l’hôtel Monceau, où étaient logés les services du ministère de l’Intérieur30. Comme à chaque discours, « les arguments logiques autant que les termes reflétant la sincérité, l’émotion, la conviction de Laval, dont le patriotisme ne nous paraît pas pouvoir être mis en doute, nous impressionnaient vivement » (p. 149). Toutefois, « quelques heures plus tard, nous revenions à nos pensées intimes et nos sentiments affectifs reprenaient le dessus sur les arguments rationnels qui nous avaient été donnés, nous souhaitions de toute notre âme la victoire de nos alliés » (p. 150).

21En poste à Vannes, l’arrivée d’un nouvel évêque le 26 juillet 1942 lui donne l’occasion « de démontrer aux autorités allemandes l’union totale existant entre les Français, auxquels ils prêtaient un peu trop volontiers des opinions discordantes. J’espérais ainsi décourager la Propaganda Staffel dans les efforts qu’elle faisait pour favoriser les dissentiments dont elle tirait argument pour soutenir le mouvement autonomiste breton, à qui, au prix d’importants subsides, elle avait redonné un certain élan » (p. 119). Il évoque les écrits du journal L’heure bretonne, « tout entier consacré à des plaintes et récriminations de toutes sortes et de sévères et injustes critiques, à l’égard du gouvernement du Maréchal » (p. 119)… On a du mal à croire qu’il s’entretient ce même jour avec l’évêque « de la situation et des espérances de libération que nous pouvions fonder sur la victoire des Alliés » (p. 123).

22En 1943 (il est en poste à Pau), Grimaud reconnaît que « le gouvernement du Maréchal et Laval cédait peu à peu, impuissant à résister » (p. 182). Mais il rapporte également cette anecdote (non datée), où Laval traite « d’imbécile » et même de « con » un parlementaire qui vante les mérites de son préfet, très efficace pour l’envoi de jeunes gens au STO (p. 196). Le 1er janvier 1944, les vœux du gouvernement exprimés par Doriot à la radio lui amènent les larmes aux yeux (p. 212). Toutefois, ayant eu l’occasion depuis « d’entendre le disque reproduisant ces paroles, […] je n’ai pas retrouvé la même puissance d’émotion » (p. 212)… Ouf !

  • 31 Toutefois, voir Marc-Olivier Baruch, op. cit., p. 430 : « Tel sous-préfet pouvait en effet en 1943 (...)

23Encore une fois, on répètera que de tels sentiments peuvent parfaitement se comprendre en 1940, mais qu’ils soient écrits ou repris quarante ans plus tard sans aucun état d’âme nous surprend une fois de plus. D’autant que selon certaines sources déjà citées, l’homme serait en même temps en relation constante avec des réseaux résistants31. Son récit sur ce point n’est pas très convaincant, même s’il se termine par son arrestation.

24À Blois, il explique plusieurs fois à la Kommandantur que les sabotages dont on accuse les habitants d’un quartier où ont été découverts des câbles téléphoniques sectionnés, « proviennent en fait de la force du vent qui a fraîchi ou de passages de bovins, ces lignes étant la plupart du temps placées à une hauteur du sol insuffisante » (p. 55). Le plus souvent les explications sont admises, mais d’une manière générale « les attentats perpétrés, quelle que fût leur gravité, étaient qualifiés de “crimes contre l’armée allemande”. Tous nos efforts pour atténuer la portée de certains délits en invoquant le droit des gens et les Conventions de La Haye et de Genève restaient vains » (p. 63). Autre acte de rébellion, sinon de résistance, la « belle préfecture de Blois » est rendue plus confortable encore « par quelques aménagements de gros entretien, payés pour la plupart sur un crédit affecté aux dépenses allemandes, ce qui ajoutait à notre satisfaction » (p. 88-89). Grimaud se permet parfois quelques plaisanteries et bons mots, et il se rendra compte plus tard que tout cela était « rapporté en fin de circuit aux autorités occupantes qui devaient en tenir sûrement un compte des plus exacts » (p. 85). Il facilite les passages en zone libre et « Janou », son épouse, très présente semble-t-il, et dont il évoque souvent la présence réconfortante, « en fille née sur une frontière, s’intéressait à pas mal de gens, notamment des juifs et des prisonniers de guerre en rupture d’internement […] qui désiraient passer de l’autre côté incognito. […] Je ne sais comment elle s’y prenait, car elle préférait ne rien me dire sur ce chapitre, mais je crois qu’elle comptait de nombreux succès dans son activité clandestine » (p. 101-102).

25À Pau, « Janou » continue « ses initiatives généreuses autant que périlleuses, en ce qui concerne notamment les passages en Espagne » (p. 186). Son mari de préfet se contente « d’un stratagème psychologique » avec le directeur régional, chef du STO, « authentique collaborateur des Allemands, agent de la Gestapo et indicateur de la milice » (p. 188). Cela permet que de nombreux réfractaires ne prennent pas le départ, en particulier le fils de son notaire, d’un maire ami… et bien d’autres (p. 188), mais son propre fils également ! Il organise avec le commissaire central de la police « l’interpellation » des jeunes gens repérés par les sbires de la Gestapo avant que ceux-ci ne les embarquent (p. 210). Il est décidé « à ne rien perdre des possibilités qui me seraient offertes par le destin d’apporter mon concours, si modeste soit-il, au gigantesque effort des Alliés, hommes de toutes races, de tous les continents, dont nous attendions en nous rongeant le cœur d’impatience, la délivrance et le retour à la liberté » (p. 215).

26Il va ainsi se livrer à divers stratagèmes pour éviter ou dévier des opérations contre les maquis, aider les aviateurs américains ou anglais atterris sur le sol français : d’abord les faire arrêter et juger par la section des flagrants délits du tribunal correctionnel. « Une fois les délinquants condamnés et écroués, ils étaient attendus et pris en charge par des gens de la Résistance prévenus du jour et de l’heure de leur sortie de la maison d’arrêt » (p. 233). Cette méthode découverte, on essaiera de le piéger. Mais il s’en sortira, croit-il, jusqu’à ce que cette affaire contribue à son arrestation et (paradoxalement ?) revienne à la Libération, utilisée contre lui (p. 235-238).

  • 32 Dictionnaire bibliographique des magistrats de la Cour des comptes, op. cit., p. 248. On notera qu’ (...)
  • 33 Idem.

27Il n’en demeure pas moins qu’à la lecture de ses carnets/mémoires, on a du mal à croire qu’il fut « en relation constante avec les Forces françaises de l’intérieur (FFI) dans tous ses postes préfectoraux »32. Mais il obtient la croix de guerre pour 1939 et 1945, ainsi que la médaille de la Résistance33. On reste par ailleurs perplexe sur les conditions, telles qu’il les décrit, de son arrestation d’abord, puis de ses ennuis à la Libération : on a l’impression que les mêmes personnes ou groupes d’intérêt en sont à l’origine, ce qui est pour le moins étonnant.

28Je reste songeur, au terme de ce compte rendu critique : Paul-Émile Grimaud, résistant malgré lui ? vichyste par sens de l’État ? antisémite dans l’air du temps ? Son histoire est tragique, son témoignage ambigu… Histoire et mémoire ne se contredisent pas, mais ne coïncident pas non plus. Laissons-lui les derniers mots : « Si j’ai entrepris de noter par écrit, pour mon usage personnel, les souvenirs de ces temps de malheur qui me reviennent en foule à la mémoire, je n’ai pas pour autant l’intention d’en dresser un inventaire aussi exact que celui qu’en ferait un comptable. Je me borne donc à choisir dans le tas ceux qui m’apparaissent les plus symptomatiques à mon sens des événements, des faits, des états d’âmes des vivants de cette époque » (p. 156). Fallait-il publier ces carnets ? Bien entendu ! Ils nous invitent à réfléchir et tenter de comprendre cette période, sur laquelle on est loin d’avoir tout écrit, et surtout pensé.

Haut de page

Notes

1 Rien à voir avec le Maurice Grimaud que l’on connaît trop bien, même si quelques allusions à un frère nommé Maurice (« qui s’efforçait à grand peine de maintenir son affaire d’abrasifs », p. 207) pourrait faire douter. En revanche, évoquant des souvenirs de Vannes, il fait allusion à un autre frère nommé Robert, qui sera lui aussi préfet (voir supra, p. 111 notamment). Un troisième frère, nommé Raymond, est en poste « au ministère du Commerce, en instance de départ pour le Portugal où il devait être chargé d’une mission spéciale » (p. 134).

2 Toutefois, l’éditeur a accepté de me mettre en relation avec monsieur Gilles Henriot, ayant-droit de monsieur Grimaud. Celui-ci m’a expliqué les conditions dans lesquelles il a retrouvé les carnets en 2014 et en a proposé la publication aux Éditions du Cherche-Midi. Qu’il soit ici remercié de son amabilité et des documents qu’il m’a remis, ainsi que Pierre Drachline, directeur de la collection aux Éditions du Cherche-Midi.

3 Même si une récente exposition, accompagnée d’un livre, que nous avons évoqués dans un numéro précédent de notre revue, balaie largement et pertinemment le sujet en général (Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 126, 2015, p. 167 à 169).

4 René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets, septembre 1870-mai 1982, Paris, Archives nationales, 1994, p. 276.

5 Selon Jeanne Siwek-Pouydesseau, Le corps préfectoral sous la IIIe et la IVe République, Fondation nationale de sciences politiques, Travaux de recherche en Sciences politiques, n° 2, Armand Colin, 1969, p. 22 : « Les préfets de Gambetta sont les moins parisiens. […] À la fin de 1870, le désordre est tel que Gambetta mit fréquemment des personnalités locales à la tête de leur département. […] Les nouveaux préfets sont des avocats et des journalistes [avec] de fortes attaches provinciales ». Cette observation vaut également pour « les préfets de Thiers ».

6 Le récit de l’auteur est édifiant : à la fin de la Grande Guerre, « appartenant à la classe 1917, je dus encore attendre une année avant d’être démobilisé et de rejoindre ma famille à la préfecture de Chambéry où mon père qui y avait été muté avait, dès son arrivée, présenté ma candidature au ministère pour le poste de chef de son cabinet ». Paul-Émile Grimaud, Carnets d’un préfet de Vichy, Le Cherche-Midi, Paris, 2014, p. 108.

7 Selon Jeanne Siwek-Pouydesseau, op. cit., p. 66 : la durée moyenne de passage d’un préfet dans un département est de 17 mois, contre 31 mois avant et après la guerre.

8 Selon Jeanne Siwek-Pouydesseau, ibid., p. 79 et 80 : une trentaine de préfets furent déportés et six d’entre eux le payèrent de leur vie.

9 Sur le sujet, voir Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français, l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, qui évoque des préfets ou secrétaires généraux « reclassés comme directeurs d’hospices, de sanatoriums ou d’asiles psychiatriques » (p. 226). Voir également les réflexions de Grimaud sur ce point lorsqu’il se sent menacé, et qu’il décide de rester pour ne pas « abandonner son poste » (p. 265 à 267).

10 Inspecteur général de l’administration en mission extraordinaire.

11 À ce stade, le fait de « passer » l’épreuve de l’épuration et de poursuivre une carrière n’est pas la preuve irréfutable d’une conduite exemplaire pendant l’Occupation. François Rouquet (L’épuration dans l’administration française, CNRS Éditions, 1993, p. 189 en particulier) note que « les hauts fonctionnaires inquiétés ou suspendus durant l’automne 1944 bénéficièrent généralement […] d’indulgences ».

12 Jeanne Siwek-Pouydesseau, op. cit., p. 30.

13 Comité d’histoire de la Cour des comptes, La Cour des comptes dans les années noires (1939-1945), La Documentation française, 2011, p. 9, note 1.

14 Marc-Olivier Baruch, op. cit., p. 229. Sur la rémunération des percepteurs par les collectivités territoriales et ses aléas, je me permets de renvoyer à mon étude : « L’arbre, l’instituteur et le percepteur », dans Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands (MSHDB), n° 67, 2010, p. 93-103.

15 Marc-Olivier Baruch, op. cit., p. 233. On remarque à ce propos cette observation de Grimaud, p. 50 : « Je connaissais bien le président Camille Chautemps, qui avait été député d’Indre-et-Loire quand mon père était préfet de ce département. Il lui avait donné un appui bienveillant ainsi qu’à moi-même pendant ses passages au ministère de l’Intérieur ».

16 Marc-Olivier Baruch, op. cit., p. 341.

17 Idem.

18 Paul-Émile Grimaud, op. cit., p. 44. Mais il n’explique pas les raisons de cette allusion.

19 Journal Sud-Ouest du 19 octobre 1997, repris par le journal l’Humanité du lendemain.

20 l’Humanité du 20 octobre 1997.

21 Sud-Ouest précité.

22 Selon l’un de nos interlocuteurs : « Dans les années 1970, on n’aimait guère les juifs dans ces milieux-là… ».

23 Dictionnaire bibliographique des magistrats de la Cour des comptes, 1807-2007, La Documentation française, Paris, 2007, p. 248.

24 Idem, p. 755.

25 Diplôme de « Grand Maître de l’Ordre national de la Légion d’honneur », établi le 13 juillet 1961, avec effet au 22 mars 1960. Document remis à l’auteur par monsieur Gilles Henriot.

26 L’un des articles de presse cité évoque un « préfet de la Creuse, André Vié ». Il s’agit bien entendu d’une double erreur sur le nom et la qualité.

27 Marc-Olivier Baruch, op. cit., p. 225-260.

28 Démontré, document à l’appui, dans Thomas Fontaine et Denis Peschanski, La Collaboration – Vichy Paris Berlin – 1940-1945, Paris, Taillandier, Archives nationales et ministère de la Défense, 2014, p. 36.

29 Il est rappelé le 18 avril 1942.

30 Les ministres sont à Vichy, les services sont restés à Paris.

31 Toutefois, voir Marc-Olivier Baruch, op. cit., p. 430 : « Tel sous-préfet pouvait en effet en 1943 avoir cru, vouloir croire encore aux mots d’ordre de la Révolution nationale et transporter d’une ville à l’autre des fausses cartes d’identités provenant de ses bureaux et destinées au maquis. […] Tout en restant foncièrement anti-communiste, peut-être aidait-il même à ravitailler un maquis FTP ». Ce portrait de sous-préfet pourrait-il être celui du préfet Grimaud ?

32 Dictionnaire bibliographique des magistrats de la Cour des comptes, op. cit., p. 248. On notera qu’il considère les fonctionnaires préfectoraux « prenant le maquis », en 1944 il est vrai, comme des « rats quittant le navire ». Paul-Émile Grimaud, op. cit., p. 264.

33 Idem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Vayrou, « À propos des Carnets d’un préfet de Vichy : quand histoire et mémoire entrent en friction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 130 | 2016, 149-161.

Référence électronique

Georges Vayrou, « À propos des Carnets d’un préfet de Vichy : quand histoire et mémoire entrent en friction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 130 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 24 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5042

Haut de page

Auteur

Georges Vayrou

Historien du droit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page