Navigation – Plan du site
DOSSIER

La lutte des classes dans la nature

Classe, race et environnement en perspective historique
Razmig Keucheyan
p. 91-104

Résumé

Nous nous intéresserons dans cet article à la façon dont les inégalités environnementales invitent à repenser la question de l’« intersection » de la classe et de la race à l’époque moderne. Les théories de l’« intersectionnalité » connaissent depuis quelques années un succès important dans les sciences sociales. Elles visent à analyser la manière dont les trois principales formes d’inégalités à l’œuvre dans les sociétés modernes, à savoir les inégalités de classe, de genre et de race, interagissent les unes avec les autres. La nature et l’environnement constituent cependant le grand impensé des théories de l’intersectionnalité. En nous basant sur une série de cas historiques et contemporains, nous tâcherons de comprendre comment l’intersection de la classe, de la race et de l’environnement s’est opérée au cours des deux siècles passés, et comment elle pourrait évoluer dans un contexte de crise environnementale aggravée dans les décennies à venir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La littérature est vaste sur le sujet, on se permet de renvoyer, pour une discussion de certains as (...)
  • 2 Voir pour le cas français Lucie Laurian, « La distribution des risques environnementaux : méthodes (...)
  • 3 Voir par exemple Jean-Baptiste Fressoz, L’apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, (...)

1Dès les origines de l’époque moderne, la construction de la « nature » est étroitement liée à des dynamiques de classe, de genre et de race. L’accès aux ressources naturelles, en particulier, n’est pas équitablement réparti entre les catégories de la population, donnant lieu à ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler des « inégalités environnementales »1. Celles-ci se définissent non seulement par l’accès inégal aux ressources naturelles, mais aussi par l’exposition différenciée des groupes sociaux aux nuisances ou « risques » environnementaux, comme les pollutions ou les catastrophes naturelles et/ou industrielles2. Ces inégalités existent depuis le début de l’époque moderne. La prise de conscience croissante du changement climatique tend cependant à les visibiliser, conduisant nombre d’historiens et de sociologues à relire l’histoire moderne à la lumière de cette idée3.

  • 4 Pour une présentation synthétique, voir Alexandre Jaunait et Sébastien Chauvin, « Représenter l’int (...)

2Dans cet article, nous nous intéresserons à la façon dont les inégalités environnementales invitent à repenser la question de l’« intersection » de la classe et de la race à l’époque moderne. Les théories de l’« intersectionnalité » connaissent depuis quelques années un succès important dans les sciences sociales4. Elles visent à analyser la manière dont les trois principales formes d’inégalités à l’œuvre dans les sociétés modernes, à savoir les inégalités de classe, de genre et de race, interagissent les unes avec les autres, donnant lieu à des effets cumulatifs dans certains cas, mais permettant aussi, dans d’autres, de faire surgir des espaces d’autonomie pour les individus concernés.

  • 5 Faute de place, nous laisserons de côté dans cet article la dimension de genre.

3La nature, ou l’environnement, constitue le grand impensé des théories de l’intersectionnalité. À notre connaissance, aucune des principales conceptions de cette notion ne prend en considération la dimension environnementale des inégalités, dans son interaction complexe avec les trois autres dimensions évoquées ci-dessus. Cet impensé est dommageable pour au moins deux raisons. La première est que penser l’intersection de la classe, de la race et de l’environnement5 permet de projeter un éclairage original sur la dynamique historique des inégalités dans le système capitaliste. Pour des raisons ayant trait à la fois à l’histoire des sciences sociales et à celle du mouvement ouvrier, la variable environnementale a jusqu’à récemment souvent été reléguée à l’arrière-plan des théories du monde social, qu’elles soient à prétention scientifique ou politique. En nous appuyant sur une série d’exemples historiques et contemporains, nous essaierons de lui donner la place centrale qui lui revient. Ces exemples nous permettront notamment de montrer que l’intersection de la classe, de la race et de l’environnement peut être repérée, à l’époque moderne, dans des contextes très variés.

  • 6 Voir le site du GIEC à l’adresse : <https://www.ipcc.ch/home_languages_main_french.shtml>

4La seconde raison est que, comme le reconnaît le cinquième rapport du GIEC rendu public l’an passé6, avec le changement climatique les inégalités environnementales vont se creuser dans les décennies à venir, aussi bien à l’échelle internationale qu’à celle de chaque État-nation. Comprendre les transformations que subira la dynamique globale des inégalités dans un contexte de crise environnementale est de ce fait impératif, pour des raisons aussi bien théoriques que politiques. Nous tenterons de mettre en lumière certains des paramètres qui ont influé sur cette dynamique par le passé, et qui risquent par conséquent de peser sur elle à l’avenir.

La nature entre lutte des classes et colonisation

  • 7 Le processus des « enclosures » commence à la fin du xve siècle en Grande-Bretagne, mais nous laiss (...)

5Le point de départ de notre réflexion se situe dans la première moitié du xixe siècle. En 1842, le jeune Karl Marx publie dans la Rheinische Zeitung une série d’articles consacrés au vol de bois. Ces textes célèbres réagissent à un débat portant sur la régulation de l’accès aux forêts, en cours à l’époque à la diète rhénane. Les autorités souhaitent mettre un terme à l’appropriation désormais considérée comme « illégale » – elle ne l’était pas jusque-là – de ces ressources par les classes subalternes. Dès le xviie siècle7, un aspect déterminant de la lutte des classes concerne la délimitation des « communs », de ce qui est librement appropriable par les subalternes, et de ce qui, au contraire, est sujet au droit de la propriété privée. Comme le remarque Daniel Bensaïd dans une préface à ces articles de Marx :

  • 8 Voir Daniel Bensaïd, Les Dépossédés. Marx, les voleurs de bois, et le droit des pauvres, Paris, La (...)

« La distinction moderne entre privé et public, et son application au droit de propriété, est bien l’enjeu qui se profile derrière le débat de la diète sur le vol de bois. Attestée par les statistiques judiciaires de l’époque, l’importance quantitative du vol de bois illustre à la fois la vigueur des pratiques coutumières du droit d’usage et la pénalisation croissante de ces pratiques par la société capitaliste en formation. Cette période de transition représente donc un moment décisif dans la redéfinition des rapports de propriété. »8

  • 9 Voir Nicolas Bourguinat, « La contestation paysanne, entre communauté et nation. Un temps de transi (...)
  • 10 Caroline Ford, « Nature, Culture and Conservation in France and her Colonies, 1840-1940 », Past & P (...)

6La question de la nature et de ses usages plus ou moins contrôlés se trouve au cœur de la construction moderne du privé et du public, c’est-à-dire de la consolidation de la propriété capitaliste, et l’émergence d’un droit y afférent. Cette construction est l’objet d’une lutte entre classes sociales. Les paysans n’hésitent pas à contester cette politique d’« endiguement » mise en œuvre par l’État. En 1829, par exemple, a lieu en Ariège la « guerre des demoiselles », une rébellion paysanne qui prend pour cible les propriétaires terriens et les gardes forestiers9. Cette révolte tient son nom du fait que les paysans s’étaient déguisés en femmes afin de surprendre leurs adversaires. Les années 1830 et 1840, plus généralement, sont le théâtre de violences récurrentes envers les gardes forestiers. C’est particulièrement le cas lors de la révolution de 1848, dont cette dimension est souvent méconnue10. Les gardes forestiers sont le symbole de la « pénalisation croissante » de l’usage des forêts dont parle Daniel Bensaïd.

  • 11 Voir Philippe Minard, « Les dures lois de la chasse », dans Edward P. Thompson, La guerre des forêt (...)

7Un premier « front » pour l’appropriation des ressources naturelles traverse donc la métropole. Il voit s’affronter, d’un côté, les classes subalternes, paysannerie en tête, et de l’autre, les propriétaires terriens et l’État. Après Marx, d’autres penseurs inspirés par ses analyses proposeront des généalogies de ce front, au premier rang desquels Edward P. Thompson. Dans Whigs and Hunters (première édition : 1975), Thompson s’interroge sur la genèse du Black Act qui, en 1723, punit de la peine de mort des actes jusque-là tolérés, mais désormais définis comme des atteintes à la propriété privée des ressources naturelles : bois, fruits, animaux destinés à la chasse, etc.11 L’histoire étudiée par Thompson se déroule en Angleterre un siècle avant celle qu’évoque Marx.

  • 12 Caroline Ford, op cit., p. 181.
  • 13 Voir Eric Hobsbawm, L’ère des révolutions. 1789-1848, Paris, Pluriel, 2011.

8À cette époque, un second « front » sépare toutefois la métropole des colonies. En métropole, la nature est connotée de plus en plus positivement au xixe siècle. Dans les forêts s’incarne la mémoire collective de la France, qui rattache le temps présent aux étapes glorieuses de l’histoire nationale12. Les forêts sont en ce sens partie intégrante de l’histoire de France. La notion de « patrimoine » émerge à cette époque ; elle s’applique aussi bien à la nature qu’à des objets culturels. En ces temps de troubles révolutionnaires depuis la fin du xviiie siècle – c’est l’« ère des révolutions » décrite par Eric Hobsbawm13 –, les forêts constituent un havre de stabilité, ce qui n’empêche pas qu’elles soient aussi exploitées à des fins économiques ou militaires. C’est pourquoi se multiplient les mesures permettant leur préservation.

  • 14 Cité par Caroline Ford, op cit., p. 174.
  • 15 Voir Edward Saïd, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 2005.
  • 16 Voir Fabien Locher et Jean-Baptiste Fressoz, « Modernity’s Frail Climate. A Climate History of Envi (...)

9Dans les colonies, les forêts sont également l’objet de politiques de conservation, mais pour des raisons différentes. Comme l’écrit le colon et agronome François Trottier dans un ouvrage intitulé Reboisement et colonisation (1876) : « C’est par le reboisement que notre race conservera ses facultés européennes »14. La dégradation de la nature est perçue comme une menace pour la civilisation (européenne), non seulement parce qu’elle est une ressource dont il est possible de tirer profit, mais parce que, l’environnement forgeant le « caractère », sa détérioration conduira nécessairement à un affaiblissement de ce dernier. On a parlé à ce propos, en référence à l’ouvrage d’Edward Saïd consacré à la construction historique de l’Orient par l’Occident15, d’orientalisme climatique16 : la supériorité des races européennes est liée, entre autres, à leur capacité à prendre soin de leur environnement. Celui-ci, en retour, exerce une influence positive sur le caractère de leurs représentants. À l’inverse, les populations « orientales » laissent l’environnement se dégrader, ce qui est à la fois un symptôme et une cause de leur dégénérescence. Dans ces conditions, il s’agit de faire en sorte que les colons européens établis en Afrique ou en Asie ne succombent pas eux aussi à cette nature « dégradée ».

  • 17 Crawford B. Macpherson, La théorie politique de l’individualisme possessif. De Hobbes à Locke, Pari (...)

10Au cours du « long » xixe siècle, l’intersection de la classe, de la race et de l’environnement doit principalement être conçue en lien avec deux processus. D’abord, la consolidation de la propriété privée, et la généralisation de ce que Crawford B. Macpherson a appelé un « individualisme possessif »17. Cet individualisme a pour condition l’appropriation par les classes dominantes de portions croissantes de nature, et par-là même l’exclusion des classes subalternes de la jouissance « coutumière » (droit d’usage) de cette dernière (cette jouissance coutumière n’était elle-même pas exempte de luttes et de rapports de force, mais c’est un autre problème). La lutte des classes prend place dans la nature, elle a notamment pour enjeu les ressources que celle-ci renferme. L’environnement joue donc un rôle important dans la construction historique des classes sociales et de leur antagonisme.

  • 18 Voir Carolyn Merchant, « Shades of darkness. Race and environmental history », Environmental Histor (...)

11L’impérialisme, ou le colonialisme, est une seconde expérience historique dans le cadre de laquelle classe, race et environnement se co-construisent. Dans ce cas, la dimension raciale est bien sûr déterminante. La nature des métropoles, on l’a vu, n’est pas celle des colonies. Les représentations et pratiques de conservation différentes qui les concernent contribuent à construire la hiérarchie des races, et par cette entremise à légitimer l’entreprise coloniale. Comme le dit Carolyn Merchant, il y a une « histoire environnementale de la race », autrement dit l’appartenance aux races « européennes » et l’expérience de soi qui l’accompagne sont définies en interaction avec des représentations de la nature18. Il y a également une « histoire raciale de l’environnement », car au caractère plus ou moins dégradé de ce dernier s’attachent dès cette époque des symboliques sociales.

Pétrole et révolution dans le Caucase

12Au cours des décennies suivantes, l’intersection de la classe, de la race et de l’environnement se manifeste dans des contextes très variés, et selon des modalités à chaque fois spécifiques. Deux situations historiques éloignées dans le temps et l’espace nous permettront d’étayer ce constat, et de complexifier le tableau esquissé ci-dessus.

  • 19 Voir Timothy Mitchell, Carbon Democracy. Le pouvoir politique à l’ère du pétrole, Paris, La Découve (...)
  • 20 Voir Ronald Grigor Suny, The Baku Commune, 1917-1918. Class and Nationality in the Russian Revoluti (...)

13Certains historiens ont observé que l’émergence du pétrole comme système énergétique global, dans les premières années du xxe siècle, a simultanément exploité et renforcé des divisions ethnoraciales préexistantes dans les régions productrices19. C’est par exemple le cas en Transcaucasie : Russie, Arménie, Géorgie, Iran… au début du siècle, dans les années qui précèdent et suivent immédiatement la révolution russe de 1905, laquelle a eu un écho important dans le Caucase20. Les luttes sociales qui devaient déboucher sur cette révolution sont d’ailleurs en partie apparues dans cette industrie.

  • 21 Voir Anahid Ter Minassian, « Le mouvement révolutionnaire arménien, 1890-1903 », Cahiers du monde r (...)

14La production de pétrole est à l’époque segmentée d’après des divisions ethnoraciales. Les travailleurs turcs musulmans, azéris et iraniens se trouvent au bas de l’échelle sociale, et constituent la main-d’œuvre la moins qualifiée. Les cadres intermédiaires sont souvent russes et arméniens. On trouve aussi un petit capital local arménien. Enfin, le grand capital transnational, représenté notamment par les Rothschild et les Nobel, est également présent dans ce secteur. Les villes dans lesquelles la production et la circulation du pétrole prennent place, comme Batoum (aujourd’hui en Géorgie, sur la mer Noire) ou Bakou (en Azerbaïdjan, sur la mer Caspienne), sont des lieux hautement pluri-ethniques. La Commune de Bakou de 1917-1918, emmenée par le « Lénine arménien » Stepan Chaoumian, en est un exemple21.

  • 22 Voir Timothy Mitchell, op. cit., p. 46.

15Les divisions ethniques et de classe jouent donc un rôle déterminant dans l’extraction et la circulation du pétrole. Comme le dit Timothy Mitchell, on observe dans ce secteur « un régime du travail racialisé »22. Lorsque la révolte gronde parmi les travailleurs, les compagnies pétrolières, avec l’appui de l’autorité impériale russe, jouent la « carte ethnique » afin de diviser et de monter les travailleurs les uns contre les autres. C’est notamment ce qui explique les fréquents pogroms qui jalonnent cette période. Lors de la révolution de 1905, puis celle de 1917, les divisions ethnoraciales sont pour un temps transcendées – ce qui ne signifie pas abolies – et les identités de classe prennent le dessus.

16Une façon de diminuer la pression exercée par les luttes ouvrières pour les compagnies pétrolières consiste à déplacer la force de travail dans l’espace, en important et exportant des travailleurs de différentes nationalités ou ethnies, de lieux de production en lieux de production. Contrairement à la production de charbon, l’extraction du pétrole implique que les travailleurs demeurent en surface, ce qui permet de les contrôler plus facilement. La séparation physique des mineurs, sous terre, compte à l’inverse pour beaucoup dans la consolidation de leur identité de classe. De surcroît, comparé au charbon, le pétrole est une énergie rapidement internationalisée, pour des raisons techniques ayant trait aux propriétés matérielles de ce fluide. Le charbon circule par train, ce qui rend relativement aisé l’interruption des circuits d’approvisionnement par la grève. Le pétrole est quant à lui principalement transporté par pipelines et bateaux. Ceci permet aux compagnies et aux États de diversifier les sources d’approvisionnement, ou de contrecarrer un mouvement de grève en mobilisant d’autres groupes de travailleurs. Les propriétés matérielles du pétrole entrent donc dans des rapports complexes avec les dynamiques de classe et ethnoraciales.

  • 23 Voir par exemple Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat(...)

17Dans les dernières décennies du xixe siècle, le marché du travail – en l’occurrence le marché de la production pétrolière dans le Caucase – devient le lieu privilégié où s’opère l’articulation de la classe, de la race et de l’environnement. La « salarisation » des sociétés modernes et son impact sur toutes les sphères sociales est un processus bien connu des sociologues et des historiens23. Dans certains contextes apparaît ainsi un « régime du travail racialisé », selon l’expression de Mitchell, dans le cadre duquel prend place l’enchevêtrement des identités de classe et ethnoraciales. Selon la conjoncture, l’une ou l’autre de ces dimensions – la classe ou la race – est susceptible de « surdéterminer » plus ou moins durablement l’autre. Souvent, les mouvements sociaux et syndicaux composent avec les groupes ethniques existants, qui constituent des repères organisationnels pour les individus. Ils tendent également parfois à les transcender, comme dans le cas des révolutions de 1905 et 1917.

18Ce cas montre par ailleurs que l’intersection de la classe et de la race est liée aux ressources naturelles – en l’occurrence aux ressources énergétiques – en circulation dans une société, et aux dispositifs sociotechniques qui permettent leur extraction et leur consommation. L’exploitation du charbon rend plus facile la constitution d’une identité de classe chez les mineurs, car elle s’effectue sous terre, hors du contrôle de l’encadrement, et parce que les modalités de transport de cette ressource rendent les grèves efficaces. Avec le pétrole, ces deux facteurs de mobilisation disparaissent, ce qui implique l’invention par les groupes subalternes de nouveaux « répertoires d’action ». En somme, comme l’avait déjà vu Marx, la lutte des classes a des conditions matérielles de possibilités, et l’évolution de ces conditions fait évoluer également les paramètres qui influent sur la construction des groupes sociaux.

Classe, race et ségrégation spatiale

  • 24 Voir Laura Pulido, « Rethinking environmental racism. White privilege and urban development in Sout (...)

19L’intersection de la classe, de la race et de l’environnement peut également être observée de l’autre côté de l’Atlantique, aux États-Unis, notamment dans la seconde moitié du xxe siècle. Une série d’enquêtes sociologiques démontre ainsi que dans la ville de Los Angeles, les populations noires et latino-américaines sont surexposées au « risque industriel », pollutions et déchets toxiques en particulier, et plus généralement à des conditions environnementales dégradées. Mais elles ne le sont pas pour les mêmes raisons24.

20À Los Angeles, les « Latinos » constituent historiquement une main-d’œuvre bon marché. L’histoire des vagues migratoires en provenance d’Amérique latine est indissociable de l’histoire industrielle de la région. Les « Latinos » ont toujours vécu près des zones industrielles, et ils ont été massivement embauchés dans les industries, légalement ou illégalement. S’ils ont été et sont encore victimes du risque industriel, c’est donc principalement en vertu de leur place dans le processus de production, dans la division raciale du travail qui les situe en bas de la hiérarchie salariale.

21Les Noirs n’exercent pas historiquement la même fonction de main-d’œuvre bon marché dans l’histoire industrielle de la ville. Plus exactement, ils l’exercent mais de façon plus intermittente. De fait, ils vivent souvent dans des quartiers désindustrialisés, dont certains sont des ghettos sans vitalité industrielle. S’ils sont victimes d’une surexposition au risque industriel, c’est parce que ces quartiers attirent des installations polluantes, typiquement des incinérateurs à déchets émetteurs de différents types de pollution. C’est donc moins du fait de leur place dans la division raciale du travail, contrairement aux Latinos, que du fait de vivre dans des quartiers massivement ségrégués qu’ils subissent des inégalités environnementales.

  • 25 Voir Ellen Meiksins Wood, « Class, race, and capitalism », dans Diane E. Davis (dir.), Political Po (...)

22Par conséquent, le facteur classe – au sens de la position dans la stratification sociale – joue un rôle plus important dans le cas des « Latinos ». Le facteur race exerce à l’inverse une fonction déterminante dans celui des Noirs, même si les deux sont importants dans les deux cas. La race est susceptible de produire de la différenciation à l’intérieur d’une position de classe, et inversement la classe de produire de la différenciation à l’intérieur d’une même appartenance ethnoraciale25. Il est intéressant de constater à cet égard que les ouvriers blancs ont depuis longtemps quitté les quartiers en question, à savoir le barrio latino et le ghetto noir, pour s’installer dans des endroits moins exposés aux risques industriels. Ceci montre que la classe sociale n’explique pas à elle seule les inégalités environnementales, et que penser son interaction avec la race et l’environnement est nécessaire.

23Comme dans le cas du Caucase, l’intersection de la classe, de la race et de l’environnement prend place à Los Angeles sur le marché du travail. Le processus qui conduit à l’enfermement de certaines populations dans des environnements dégradés diffère selon les cas : il peut être surdéterminé par la classe (« Latinos ») ou la race (Noirs), mais la dynamique de la production industrielle et ses effets environnementaux jouent toujours un rôle central. Les migrations internationales de travailleurs, au gré des cycles de production, mais aussi des luttes sociales, en constituent également un aspect déterminant.

  • 26 Voir Laura Pulido, art. cit., p. 16.

24Comme le dit la sociologue Laura Pulido, on observe dans les sociétés modernes – aux États-Unis et ailleurs, on y reviendra – une « sédimentation spatiale des inégalités raciales »26. Qu’il soit rural ou urbain, l’espace se structure d’après des lignes de fracture raciales et de classe. La métaphore géologique de la « sédimentation » employée par Pulido implique qu’il s’agit d’un processus qui s’inscrit dans la longue durée, qui conduit à la rigidification de « couches » sociospatiales différenciées. Cette inscription des inégalités dans l’espace est « multiscalaire », elle se déploie à plusieurs échelles : celle de l’individu, du quartier, de la région, de l’État-nation, et enfin l’échelon international. Ces échelles interagissent et s’entrechoquent en permanence les unes avec les autres.

Le mouvement pour la « justice environnementale »

25L’environnement, on l’a dit en introduction, est le grand impensé des théories de l’intersectionnalité. La question de son intersection avec la classe et la race est toutefois présente dans certains mouvements sociaux contemporains, et en particulier dans le mouvement pour la « justice environnementale ». De quoi s’agit-il ?

  • 27 Eileen Maura McGurty, « From NIMBY to civil rights. The origins of the environmental justice moveme (...)

26À l’automne 1982, les habitants du comté de Warren, dans le nord-est de la Caroline du Nord, se sont mobilisés pendant plusieurs semaines contre l’installation d’une décharge de déchets toxiques27. Quatre ans plus tôt, une entreprise de gestion des déchets industriels avait entreposé illégalement dans cette région d’importantes quantités de biphényls polychlorés (BPC), une substance utilisée notamment dans les transformateurs électriques et la peinture.

27Une fois ces déchets découverts, l’État décida d’acquérir un terrain pour les y enfouir. Les résidents du lieu choisi s’y opposèrent, craignant pour leur santé, le BPC étant une substance cancérigène. Ils entamèrent une action en justice afin d’empêcher que les déchets soient entreposés à cet endroit. Deux ans plus tard, le tribunal du district rejeta leur requête. C’est alors que la protestation pris une forme « extrajudiciaire » : manifestations, sit-in, boycotts, désobéissance civile, marches, meetings, coupures de routes…

28Au départ, les arguments avancés par les protestataires avaient trait à la pollution de l’environnement (eau, sols) par le BPC, et aux risques qu’il présente pour la santé. Cependant, à mesure que le mouvement s’élargit et devint plus politique, ces arguments changèrent de nature. Si l’État choisit d’enfouir ces déchets toxiques à cet endroit, faisaient remarquer les résidents, c’est parce qu’y vivent des Noirs, des pauvres, et surtout des Noirs pauvres. Autrement dit, la décision d’installer la décharge a un fondement raciste et de classe. À l’époque, le comté où les déchets devaient être enfouis était composé à 64 % de Noirs. La région immédiatement à proximité de la décharge l’est à hauteur de 75 %.

29Les protestataires faisaient remarquer que cette injustice dans la localisation des déchets toxiques avait cours non seulement en Caroline du Nord, mais aux États-Unis en général, et ce depuis la fondation du pays. Dans ses politiques de gestion de l’environnement et des ressources naturelles, l’État favorise systématiquement les populations blanches et les classes moyennes et supérieures, qu’il préserve de ce type de nuisances. À l’inverse, les minorités, à savoir non seulement les Noirs, mais aussi les Amérindiens, les Hispaniques et les Asiatiques, ainsi que les pauvres, assument la plus grande part des conséquences négatives de la production industrielle.

  • 28 Marianne Chaumel, Stéphane La Branche, « Inégalités écologiques : vers quelle définition ? », Espac (...)

30Aujourd’hui encore, on constate par exemple que les amendes pour traitement non conforme des déchets s’élèvent aux États-Unis à cinq fois plus dans le cas où elles sont proches de quartiers blancs, que lorsqu’elles sont proches de quartiers noirs ou hispaniques28. L’action protectrice de l’État dans ce domaine n’est donc pas la même selon les catégories de la population concernées. Cette discrimination raciale et de classe n’est pas forcément intentionnelle de la part des pouvoirs publics, même si elle peut l’être. Elle a un caractère « systémique », c’est-à-dire qu’elle procède d’une logique en partie indépendante de la volonté des individus.

31L’épisode de Warren County est l’acte de naissance du mouvement pour la « justice environnementale ». C’est le point de départ d’un cycle de protestation de longue durée, dont l’une des expressions est née aux États-Unis, mais qui dispose d’importantes ramifications internationales, et dont la principale caractéristique est de mettre en rapport le social – classe, genre, race – et la nature. Le mouvement pour la justice environnementale porte sur l’environnement en général : gestion des déchets toxiques, mais aussi pollutions, catastrophes industrielles ou naturelles, accès aux aménités (parcs, plans d’eau)…

32Le mouvement pour la justice environnementale est issu non du mouvement écologiste, mais du mouvement des droits civiques. Il constitue une bifurcation inattendue de ce dernier survenue dans les dernières décennies du xxe siècle, à une époque où ce mouvement est en perte de vitesse. Comme le mouvement des droits civiques, il se développe d’abord dans le sud des États-Unis, pour ne se diffuser à l’ensemble du pays que dans un second temps. Les modes d’action qu’il met en œuvre sont inspirés de ce dernier. Sit-in, boycotts, marches, coupures de routes… constituent en effet la marque de fabrique du mouvement des droits civiques.

33Le mouvement pour la justice environnementale est également le point de départ d’un cycle d’élaboration intellectuelle fécond, en prise directe avec lui. En 1987, dans le sillage des événements de Warren County et d’autres mobilisations du même type, paraît une étude qui fait grand bruit : Toxic Waste and Race in the United States (« Déchets toxiques et race aux USA »). Elle établit pour la première fois analytiquement ce que les manifestants de Caroline du Nord avaient observé sur le terrain : que la race est un facteur explicatif, et dans bien des cas le principal facteur explicatif, de la localisation des décharges toxiques aux États-Unis. Cette étude a été commandée par une Église progressiste noire, l’United Church of Christ, déjà très active dans le mouvement des droits civiques dans les années 1950.

34L’étude de l’United Church of Christ met en évidence l’existence d’un « racisme environnemental » (environmental racism) aux États-Unis. Cette expression, promise à une importante postérité, apparaît dans cette étude pour la première fois. La notion de « racisme environnemental » a été forgée par le révérend Benjamin Chavis, qui a coordonné le rapport sur le lien entre la race et les déchets toxiques, et qui était à l’époque directeur de la commission pour la « justice raciale » de l’United Church of Christ. Chavis est une figure du mouvement des droits civiques : il a été un compagnon de route de Martin Luther King. Il a également présidé, dans les années 1990, la National Association for the Advancement of Coloured People (NAACP), l’organisation cofondée par W.E.B. Du Bois au début du xxe siècle. Chavis incarne donc la continuité existante entre le mouvement des droits civiques et la question de la justice environnementale.

  • 29 Pour une version de cet argument, voir David Roediger, The Wages of Whiteness : Race and the Making (...)

35Le racisme environnemental, il est important de le relever, n’est pas un phénomène uniquement américain. L’histoire du racisme aux États-Unis a bien sûr ses spécificités, tout comme elle a des spécificités dans d’autres contextes nationaux, et notamment en France. Mais la reconnaissance de particularités nationales en la matière ne doit pas conduire à oublier que le racisme en général, et le racisme environnemental en particulier, résultent de la dynamique globale du capitalisme, des formes de ségrégation sociospatiale auxquelles elle donne lieu, et donc qu’ils sont présents sous des formes diverses partout29.

  • 30 Voir Lucie Laurian, Richard Funderburg, « Environmental justice in France ? A spatio-temporal analy (...)

36Ainsi, une étude statistique publiée en 2014 par le Journal of Environmental Planning and Management démontre qu’en France, chaque pourcentage supplémentaire de la population d’une ville né à l’étranger augmente de 29 % les chances pour qu’un incinérateur à déchets, émetteur de divers types de pollutions et donc nocif pour la santé des riverains, y soit installé30. En d’autres termes, les incinérateurs à déchets ont tendance à se trouver plus fréquemment à proximité de quartiers d’immigration récente, car les populations qui s’y trouvent ont une capacité moindre à se mobiliser contre l’installation de ce genre de nuisances environnementales, ou parce que les autorités publiques préfèrent préserver les catégories aisées et/ou blanches. La catégorie de « minorité » aux États-Unis et celle d’« immigré » en France ne sont pas synonymes, puisque les Noirs américains, par exemple, ne sont pas des immigrés. Mais dans les deux cas, le facteur classe et le facteur ethnique se combinent de manière complexe pour donner lieu à des inégalités dans le rapport à l’environnement.

37Le mouvement pour la justice environnementale permet de mettre en évidence une dimension de l’intersection de la classe, de la race et de l’environnement que nous n’avons pas ou peu évoquée jusqu’ici : le rôle de l’État. Le choix de l’emplacement d’un incinérateur, d’une décharge de déchets toxiques, la mise en œuvre (ou non) de mesures de lutte contre les pollutions, l’entretien d’un parc, la prévention des risques industriels, relèvent de politiques publiques. De toute évidence, l’influence des différentes catégories de la population sur ces dernières n’est pas identique, ce qui explique (en partie) les inégalités observées dans ce domaine.

38En outre, la mise en œuvre de politiques « volontaristes » en matière environnementale suppose que l’État dispose de moyens financiers puisque, pour certaines d’entre elles en tout cas, elles sont coûteuses. Or, les moyens de l’État dépendent de sa capacité à lever l’impôt, et notamment celui des classes dominantes. Ils sont également tributaires du niveau de la croissance économique, qui fait fluctuer parfois considérablement les rentrées fiscales. On le voit, crise économique et crise écologique sont étroitement imbriquées. Elles constituent en ce sens les deux versants d’une même crise.

Conclusion

  • 31 Voir par exemple Karl Marx, Le Capital, livre 1, chapitre 1, section 4, Paris, PUF, 1993.

39Les inégalités environnementales renvoient à une idée simple : le capitalisme à la fois suppose et génère des inégalités dans le rapport à l’environnement des individus et groupes d’individus. Si, comme le dit Marx, le capital est un « rapport social »31, ce rapport intègre à sa logique la « nature » ou l’« environnement ». En somme, l’intersection entre la classe, la race et le genre doit être complétée par une quatrième dimension, qui vient la compliquer en même temps qu’elle est elle-même compliquée par les trois autres : la nature. Celle-ci possède une ontologie (politique) problématique, qui ne se conçoit que dans un rapport « dialectique » avec les trois autres.

40L’ordre et la prépondérance causale de l’une ou de plusieurs de ces logiques sont à chaque fois spécifiques. Parfois, les inégalités écologiques se mêlent à d’autres, au point qu’elles se distinguent difficilement d’elles. Dans d’autres cas, elles expliquent d’autres inégalités, comme lorsque ce qui apparaît de prime abord comme des inégalités « ethniques » est en réalité sous-tendu par des inégalités environnementales. Dans d’autres encore, elles aggravent des logiques inégalitaires qui trouvent leur origine ailleurs. En régime capitaliste, les inégalités ont une dimension cumulative ou auto-renforçante, même s’il arrive parfois aussi que la confrontation de deux formes d’inégalités ouvre des espaces de liberté pour les individus.

41L’interaction de ces quatre logiques inégalitaires s’inscrit dans des processus macrosociologiques plus larges. Plusieurs d’entre eux ont été mis en évidence dans cet article, au fil des exemples évoqués : les formes de la propriété privée, l’impérialisme ou le colonialisme, la dynamique du marché du travail, les systèmes énergétiques en vigueur, les processus de ségrégation sociospatiale, les migrations internationales, ou encore l’action de l’État. Il y en aurait bien sûr d’autres. Ces processus situent l’intersection de la classe, de la race et de l’environnement dans des contextes spatiotemporels spécifiques.

42Avec l’aggravation de la crise environnementale, la construction d’un cadre conceptuel permettant d’appréhender la dynamique globale des inégalités est urgente. Comme souvent dans ce genre de cas, cela suppose de relire l’histoire à partir de problématiques contemporaines, et même de problématiques futures, un futur où la lutte des classes sera de plus en plus inextricablement mêlée à des processus naturels.

Haut de page

Notes

1 La littérature est vaste sur le sujet, on se permet de renvoyer, pour une discussion de certains aspects de cette problématique, à Razmig Keucheyan, La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Paris, La Découverte, 2014, chap. 1.

2 Voir pour le cas français Lucie Laurian, « La distribution des risques environnementaux : méthodes d’analyse et données françaises », Population, vol. 63, n° 4, 2008, p. 711-729.

3 Voir par exemple Jean-Baptiste Fressoz, L’apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Seuil, 2012.

4 Pour une présentation synthétique, voir Alexandre Jaunait et Sébastien Chauvin, « Représenter l’intersection. Les théories de l’intersectionnalité à l’épreuve des sciences sociales », Revue française de science politique, vol. 62, n° 1, 2012, p. 5-20.

5 Faute de place, nous laisserons de côté dans cet article la dimension de genre.

6 Voir le site du GIEC à l’adresse : <https://www.ipcc.ch/home_languages_main_french.shtml>

7 Le processus des « enclosures » commence à la fin du xve siècle en Grande-Bretagne, mais nous laissons de côté ici la question de sa périodisation.

8 Voir Daniel Bensaïd, Les Dépossédés. Marx, les voleurs de bois, et le droit des pauvres, Paris, La Fabrique, 2007, p. 20.

9 Voir Nicolas Bourguinat, « La contestation paysanne, entre communauté et nation. Un temps de transition, 1830-1880 », dans Michelle Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2014, p. 58-68.

10 Caroline Ford, « Nature, Culture and Conservation in France and her Colonies, 1840-1940 », Past & Present, vol. 183, mai 2004, p. 180.

11 Voir Philippe Minard, « Les dures lois de la chasse », dans Edward P. Thompson, La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du xviiie siècle, Paris, La Découverte, 2014.

12 Caroline Ford, op cit., p. 181.

13 Voir Eric Hobsbawm, L’ère des révolutions. 1789-1848, Paris, Pluriel, 2011.

14 Cité par Caroline Ford, op cit., p. 174.

15 Voir Edward Saïd, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 2005.

16 Voir Fabien Locher et Jean-Baptiste Fressoz, « Modernity’s Frail Climate. A Climate History of Environmental Reflexivity », Critical Inquiry, vol. 38, n° 3, printemps 2012, p. 579-598.

17 Crawford B. Macpherson, La théorie politique de l’individualisme possessif. De Hobbes à Locke, Paris, Gallimard, 2004.

18 Voir Carolyn Merchant, « Shades of darkness. Race and environmental history », Environmental History, vol. 8, n° 3, 2003, p. 380.

19 Voir Timothy Mitchell, Carbon Democracy. Le pouvoir politique à l’ère du pétrole, Paris, La Découverte, 2011, p. 46-51.

20 Voir Ronald Grigor Suny, The Baku Commune, 1917-1918. Class and Nationality in the Russian Revolution, Princeton, Princeton University Press, 1972.

21 Voir Anahid Ter Minassian, « Le mouvement révolutionnaire arménien, 1890-1903 », Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 14, n° 4, 1973, p. 536-697.

22 Voir Timothy Mitchell, op. cit., p. 46.

23 Voir par exemple Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Gallimard, 1999.

24 Voir Laura Pulido, « Rethinking environmental racism. White privilege and urban development in Southern California », Annals of the Association of American Geographers, vol. 90, n° 1, 2000, p. 12-40.

25 Voir Ellen Meiksins Wood, « Class, race, and capitalism », dans Diane E. Davis (dir.), Political Power and Social Theory, Londres, Emerald, 2002, p. 275-284.

26 Voir Laura Pulido, art. cit., p. 16.

27 Eileen Maura McGurty, « From NIMBY to civil rights. The origins of the environmental justice movement », Environmental History, vol. 2, n° 3, 1997, p. 301-323.

28 Marianne Chaumel, Stéphane La Branche, « Inégalités écologiques : vers quelle définition ? », Espace, populations, sociétés, n° 1, 2008, p. 107.

29 Pour une version de cet argument, voir David Roediger, The Wages of Whiteness : Race and the Making of the American Working Class, Londres, Verso, 2007.

30 Voir Lucie Laurian, Richard Funderburg, « Environmental justice in France ? A spatio-temporal analysis of incinerator location », Journal of Environmental Planning and Management, vol. 57, n° 3, 2014, p. 424-446.

31 Voir par exemple Karl Marx, Le Capital, livre 1, chapitre 1, section 4, Paris, PUF, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Razmig Keucheyan, « La lutte des classes dans la nature », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 130 | 2016, 91-104.

Référence électronique

Razmig Keucheyan, « La lutte des classes dans la nature », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 130 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4978

Haut de page

Auteur

Razmig Keucheyan

Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page