Navigation – Plan du site
DOSSIER

La « Nueva Conquista »

Françoise Escarpit
p. 79-89

Résumé

Cinq cent vingt-trois ans après l’arrivée de Christophe Colomb aux Amériques et à quelque cinq cents ans du déferlement des Cortés, Pizarro, Ponce de Léon et autres conquistadores à la recherche de l’Eldorado, l’Amérique latine fait face à une nouvelle et sauvage conquête, celle de ses ressources naturelles. Les nouveaux conquérants ont pour nom BHP Billiton, Rio Tinto, Eon, Jeco Corporation, GDF-Suez, Total, Chevron, State Grid… Ils sont étatsuniens, chinois, français, australiens, canadiens, japonais, britanniques, hollandais… Ce pillage, notamment du sous-sol (minerais et hydrocarbures), se fait avec l’accord complice des gouvernements, quelle que soit leur couleur politique, et rarement avec celui des populations concernées. Que l’on soit dans le páramo colombien, l’Amazonie brésilienne ou bolivienne, les Andes chiliennes ou les terres paysannes du Sud mexicain, les effets de ces politiques sont ravageurs pour la biodiversité et pour les habitants de ces terres. Seule la destination des royalties qui en résultent est différente. Investissement social contre investissement libéral. Peut-on néanmoins penser que, au-delà du discours, des résistances, des luttes et des contradictions, il existe des alternatives et des chemins nouveaux porteurs d’espoir ?

Haut de page

Texte intégral

Transitions ou révolutions ?

  • 1 En 1999, le Venezuela avec Hugo Chavez, puis Nicolas Maduro en 2013. En 2003, le Brésil avec Lula, (...)

1Aujourd’hui, dans ce que l’on appelle le « cône Sud », une majorité de pays se revendiquent parties d’un éventail de gauches diverses, parfois difficiles à situer à l’aune européenne. Au début des années 1990, la gauche latino-américaine semblait à l’agonie. La dette extérieure était à son zénith et, après la chute des dictatures, on parlait de la « décennie perdue ». Dix ans plus tard pourtant, la région devenait le creuset de la contestation néolibérale, avec des présidents destitués par la rue au Pérou, en Bolivie, en Argentine, en Équateur, au Guatemala… L’altermondialisme déclarait qu’un autre monde était possible. Porto Alegre devenait la capitale des forums sociaux. L’Argentine se couvrait de coopératives autogérées. On y parlait de biens communs, de démocratie participative, d’autonomie, de développement durable… Les mouvements indiens, avec l’insurrection zapatiste au Mexique, prenaient le devant de la scène en posant la question des territoires des peuples originaires et celle de la reconnaissance de leurs droits culturels et juridiques. La société civile, encore blessée, en doute des partis et syndicats traditionnels, désireuse d’agir, portait au pouvoir des présidents et présidentes atypiques mais se réclamant de la gauche1 : un militaire putschiste puis un chauffeur de bus au Venezuela, un syndicaliste ouvrier puis une ex-guérillera au Brésil, un Indien syndicaliste paysan cocalero en Bolivie, un économiste anti-FMI en Équateur, un évêque théologien de la libération au Paraguay, un ex-guérillero en Uruguay, un autre au Salvador et un ancien militaire au Pérou.

  • 2 Groupe d’économistes chiliens des années 1970, formés à l’université de Chicago et influencés par M (...)
  • 3 Les trois quarts des sociétés minières ont installé leur siège au Canada. Le tiers des sociétés imp (...)

2La page des dictatures des années 1960-1990 semblait alors définitivement tournée. Pourtant, en cette seconde décennie du xxie siècle, force est de constater que tous ces pays connaissent, en matière de politiques environnementales, un grave déficit démocratique engendrant des dommages majeurs, avec les résistances qui en découlent, des répressions, la criminalisation des luttes et l’exclusion des populations indiennes. Sans, au bout du compte, aucune retombée positive sur les conditions de vie des habitants de ces régions. Héritage de la colonisation sans doute, dont l’une des motivations fut le contrôle des matières premières par l’exploitation de la main-d’œuvre locale, indienne d’abord, puis africaine. Héritage aussi des années 1970 où, dans le sud du continent, le Chili de Pinochet servit de laboratoire aux Chicago boys2 qui y lancèrent une offensive néolibérale en réorganisant le territoire au profit des entreprises du Nord3. Se conjuguent alors expropriation géographique, expropriation économique avec le transfert systématique des actifs du sud vers le nord et avec le retour à une primarisation de l’économie, expropriation politique avec des populations ignorées, bafouées, dont on a confisqué les droits fondamentaux, et enfin expropriation écologique.

  • 4 Les Mapuches représentent 4 % de la population chilienne et près de 90 % de la population indienne. (...)

3Au Chili, Michelle Bachelet décevait dans la gestion de la question mapuche. Réélue en 2014, elle a reconnu son erreur et pris l’engagement de ne plus se servir de lois antiterroristes dans son conflit avec les Mapuches4 de l’Araucanie en lutte contre les multinationales du bois et du secteur agroalimentaire. Au Brésil, Lula faisait certes reculer la pauvreté, mais n’a pas trouvé de solution globale et satisfaisante aux revendications des paysans sans terre, et a laissé les Indiens de la forêt amazonienne se battre seuls contre la déforestation, l’avancée du latifundio, de l’exploration des sous-sols et la construction de barrages hydroélectriques. L’ALBA-TCP d’Hugo Chavez (Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique – Traité de commerce des peuples), une anti-ALCA (Accord de libre commerce des Amériques) – a eu d’autres ambitions et se veut organisation politique, sociale et économique, construite sur des principes de solidarité, de complémentarité, de justice et de coopération. Est aussi apparue en 2008 une autre organisation, pour laquelle s’est battu jusqu’à sa mort le président argentin Nestor Kirchner, l’UNASUR (Union des nations du Sud).

4L’Amérique latine n’a pas connu de rupture révolutionnaire avec les structures sociales du capitalisme depuis 1959 à Cuba et 1980 au Nicaragua. Mais, depuis une dizaine d’années, la plupart des gouvernements sont décidés à mener des politiques anti-impérialistes et des réformes de grande envergure. Avec le retour de l’État, l’affirmation de la souveraineté sur les richesses du pays, les nationalisations, la redistribution des richesses aux plus défavorisés, la participation citoyenne, notamment en Bolivie, en Équateur et au Venezuela, émergent des formes nouvelles de gouvernance.

Extraction et exactions

  • 5 Écrivain uruguayen (1940-2015), auteur de Les veines ouvertes d’Amérique latine, Paris, Plon, 1981.

5Un documentaire argentin, réalisé par Miguel Mirra en 2009, Los ojos cerrados de América Latina. Saqueo y contaminación de América Latina (Les yeux fermés de l’Amérique latine. Pillage et pollution de l’Amérique latine), commence par ces mots d’Eduardo Galeano5 : « Arrivent les conquistadors sur leurs caravelles et, juste derrière eux, les technocrates dans leurs jets, Cortés et les marines US, les intendants du royaume et les missions du FMI, les dividendes des négriers et les bénéfices de la General Motors… ».

6Au Mexique, depuis 1993, la modification de l’article 27 de la Constitution autorise l’investissement étranger privé. Le Canada y rouvre des mines d’or que l’on disait épuisées, comme Los Filos à Carrizalillo, dans l’État de Guerrero, et contrôle, au mépris des droits humains, huit des onze plus importants sites d’exploitation aurifère du pays, soit 70 % de la production. Le secteur minier mexicain (fluorite, argent, or, cuivre, bismuth, plomb, zinc) emploie quelque 300 000 travailleurs, participe au PIB pour 1,5 % et génère plus d’un million et demi d’emplois indirects. Activité traditionnelle et très ancienne au Mexique, antérieure à l’arrivée des Espagnols, l’extraction minière est aujourd’hui concentrée en peu de mains et sa surexploitation suscite de nombreux et violents conflits sociaux.

7En Amérique centrale, le Honduras et le Guatemala ont près de 900 projets miniers sur plus d’un tiers de leur territoire. Près de la capitale hondurienne, Tegucigalpa, une mine fermée depuis 40 ans, a laissé une montagne de déchets qui continue de suinter des métaux lourds, polluant l’air et l’eau, stérilisant les champs. Comme au Guatemala où de vieilles mines, jamais contrôlées, génèrent de graves problèmes de santé que veulent ignorer gouvernement et anciennes compagnies. On dénombre moins de projets miniers au Nicaragua, qui n’échappe pourtant pas à la fièvre de l’or, et au Costa Rica, où la Cour constitutionnelle vient d’exiger du gouvernement qu’il interdise les mines à ciel ouvert. Seul le Salvador a pris une orientation radicalement différente. Le nouveau gouvernement de Salvador Sánchez Cerén et la nouvelle assemblée ont décidé de n’accorder aucun permis d’extraction avant de débattre d’une loi intégrale sur l’activité minière. Avec la fin des guérillas centraméricaines, des organisations sont nées pour se battre pour le droit à la terre, contre l’expansion des mines et pour réclamer la prise en compte de ces dommages anciens. La réponse a, jusqu’à présent, toujours été la même : menaces, harcèlement, assassinats des dirigeants, répression, emprisonnement et refus absolu de toute consultation des populations, particulièrement celle des groupes indiens originaires, largement concernés…

  • 6 Entre autres, lithium en Bolivie ; coltan, nickel, émeraudes en Colombie ; coltan au Venezuela ; ur (...)
  • 7 Mine à ciel ouvert dont la construction a débuté en mai 2009 entre Chili et Argentine, à plus de 4  (...)

8Au Guatemala, on expulse les paysans des terres riches en sous-sol et en eau. Dans les Andes, la dynamite soulève, dans les lieux les plus reculés, des montagnes et des glaciers pour trouver de l’or ou des minéraux plus précieux encore pour l’industrie mondiale6, comme le raconte la cinéaste Carmen Castillo dans un documentaire tourné en 2010, Le trésor de l’Amérique. L’or de Pascua Lama7. L’activité minière, non seulement déplace les montagnes, mais elle est extrêmement polluante, usant ou libérant des produits chimiques toxiques qui contaminent une eau qu’elle utilise en quantité exorbitante. Des côtés péruvien comme bolivien du lac Titicaca, dont les eaux bleues cachent une contamination galopante, on creuse dans la puna des mines légales ou illégales. Destinée à être la ville industrielle et minière de la région, Juliaca, entre Cuzco et Puno, est une verrue monstrueuse qui grandit à vue d’œil, au milieu de rien, sur l’Altiplano.

9L’Équateur n’est pas en reste. À côté de Zaruma, au sud, pas très loin de la frontière péruvienne, une ancienne ville minière où, à l’époque coloniale, la mine produisait un or si riche que le roi d’Espagne réduisit son tribut de 10 à 6 %, se trouve le village de Portovelo. Si Zaruma semble maintenant préservée, à Portovelo c’est l’anarchie urbaine. On se croirait revenu au temps des pionniers et de la ruée vers l’or. On y construit, autour des mines, dans tous les sens, quelques maisons Walt Disney et une multitude de petits immeubles pas très beaux pour les ouvriers. On voit partout d’énormes 4x4 et des bus d’un autre âge. Rafael Correa a, dans cette région en particulier, légalisé les petites mines, souvent creusées par les paysans pour gagner rapidement de l’argent. Si l’on y ajoute les Australiens, les Canadiens et plus récemment les Chinois, on comprendra qu’il s’agit d’une zone d’intérêt prioritaire pour l’Équateur et pour l’économie néolibérale mondiale. C’est aussi un signal négatif sur la politique environnementale du gouvernement équatorien, confirmé par la décision du président Correa de revenir, en 2013, sur un immense projet environnemental, étendard et exemple des écologistes, celui du parc Yasumi, une réserve de biodiversité de près d’un million d’hectares, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité, où le pétrole sera bientôt exploité. L’Équateur s’était engagé, en 2007, à ne pas spolier la réserve et à économiser 400 millions de tonnes d’émanations de gaz carbonique, contre un dédommagement compensatoire d’environ trois milliards d’euros par la communauté internationale, et notamment par les dix plus gros pollueurs de la planète. Moins d’un tiers de la somme a été versé, et Rafael Correa est revenu sur son engagement.

  • 8 . <http://www.conflictosmineros.net>

10Selon l’OCMAL (Observatoire des conflits miniers en Amérique latine)8, il y a actuellement plus de 200 conflits du Rio Bravo à la Terre de Feu. Mettant en danger d’énormes investissements, les manifestations de mécontentement social sont désormais considérées par les États au service des transnationales comme de la subversion, voire du terrorisme. La criminalisation des luttes est devenue une question majeure et l’usage de la force, la menace, la détention, l’attentat, l’assassinat sont des pratiques habituelles. Dans les dernières semaines, au Pérou, au Chili, au Mexique, en Colombie, plusieurs militants sont morts pour avoir voulu défendre leurs terres, se battre contre les effets contaminants de mines, refuser la construction d’un barrage ou l’ouverture d’une mine de charbon à ciel ouvert.

  • 9 Connus aujourd’hui sous le nom de Bacrim (Bandes criminelles émergentes), résultant de la pseudo dé (...)
  • 10 . <https://es-es.facebook.com/pages/Fuerza-de-Mujeres-Wayuu/38397968467> ; <http://www.wayunkerra.com/#!fundadoras/c786>

11À cet égard, la Colombie est un exemple particulièrement instructif. Même si des négociations en cours à La Havane ont avancé de manière satisfaisante, le pays reste en guerre. Le président Juan Manuel Santos a cependant parié sur la paix néolibérale en engageant des œuvres structurelles gigantesques et en s’apprêtant à vendre le pays aux capitaux étrangers dès la signature d’un accord. La question minière est au cœur de ces projets. La Colombie est truffée de mines illégales qui aujourd’hui, plus que la coca, financent les groupes paramilitaires9 et, dans une moindre mesure, la guérilla. Leur exploitation sauvage est en train d’en finir avec les rivières, les côtes, les forêts et les groupes, indiens ou non indiens, qui y vivent et n’ont pas d’autre alternative que de rejoindre les plus de quatre millions de déplacés internes. Mais plus grave encore est la politique minière gouvernementale. Dans la région de la Guajira, au nord-est, frontalière avec le Venezuela et l’océan Atlantique, territoire des Indiens wayuu, se trouve El Cerrejón, la plus grande mine de charbon à ciel ouvert du monde, qui pollue depuis près de quatre décennies. Le gouvernement veut la développer. Il n’a pas hésité à détourner de plusieurs kilomètres le fleuve Ranchería, provoquant une importante pénurie d’eau dans cette région désertique et aggravant les difficultés pour l’agriculture vivrière. Il a fait creuser un port en eaux profondes pour l’exportation directe du charbon, a installé un monstrueux parc éolien sur les terres wayuu, projette un gazoduc transocéanique et construit un axe trans-Guajira pour rallier le Venezuela. Pour couronner le tout, il veut créer un parc national de la Guajira où les Wayuu10, dont la résistance est en grande partie conduite par les femmes, n’entendent pas devenir attraction touristique…

  • 11 Voir le documentaire El show tóxico de Chevron, de José Luis Galán et Julieta Pérez, récemment prés (...)

12En Équateur encore, quelque 30 000 paysans et Indiens de la forêt amazonienne attendent la décision d’un tribunal canadien. Un procès historique, que risque de perdre la compagnie étatsunienne Chevron (représentant les intérêts de Texaco, avec qui elle a fusionné en 2001) face aux populations qui demandent réparation pour les millions de tonnes de déchets toxiques déversés dans la forêt11.

13Au nord-est du Pérou, dans le département de Cajamarca se trouve, à plus de 3 600 mètres d’altitude, dans une vallée connue pour ses ressources en eau et ses écosystèmes fragiles mais aussi ses taux de pauvreté extrême, l’une des plus grandes mines d’or à ciel ouvert du monde, celle de Yanacocha, exploitée depuis 1992 par l’entreprise du même nom. Ses actionnaires principaux sont la Newmont Mining Corporation (majoritaire, dont le siège est à Denver) et la Compagnie des mines de Buenaventura (Pérou). Les mines de Yanacocha ont déjà entraîné la pollution de cours d’eau. Ses projets d’extension, le « projet Conga » qui prévoit de sacrifier quatre lacs d’altitude, ont provoqué en février 2012 une importante mobilisation des communautés indiennes et paysannes, avec la « Marche pour l’eau », quatre mois de marche jusqu’à Lima et 800 kilomètres de manifestations. Face aux mécontentements et aux grèves, le président Humala avait décrété l’état d’exception dans quatre provinces touchées par le conflit. Puis, sur la base de son engagement à défendre les droits sociaux et environnementaux des communautés indigènes (qui doivent être consultées avant qu’un projet puisse être mené sur leurs terres), il a suspendu le projet jusqu’à ce que des experts internationaux jugent de sa faisabilité.

14Plus récemment, c’est dans le sud-est du Pérou que la situation sociale s’est aggravée. La mine de cuivre de Tintaya, près de Cuzco, exploitée par le groupe minier suisse Xstrata, est accusée par les autorités du village d’Espinal de polluer leurs cours d’eau. Dans la province d’Islay (Arequipa), de nouvelles manifestations ont eu lieu contre le projet minier « Tía María » de la compagnie Southern Perú, filiale de Southern Copper (Grupo México), qui produira 120 000 tonnes de cuivre à partir de 2017. Ces manifestations ont déjà fait plusieurs morts et blessés. Le gouvernement a décrété l’état d’urgence et suspendu toutes les garanties individuelles.

Au-delà des résistances, le buen vivir ?

15La gauche latino-américaine ne se limite pas aux présidents, ni aux gouvernements, ni même aux partis politiques qui, comme un peu partout dans le monde, ne font pas recette, ni aux syndicats qui gardent un rôle important mais ne s’adressent qu’à une frange. Elle s’exprime surtout dans les grands mouvements sociaux, les fronts, le mouvement indien, les femmes, les défenseurs des droits humains, les communautés de base de l’Église… Des femmes et des hommes s’organisent et se défendent, nous obligeant à nous interroger sur de nouvelles pratiques démocratiques de production et de fonctionnement, fondées sur l’autogestion, le partage, la solidarité et la réciprocité, pratiques qui nous sont souvent étranges et étrangères. Leur diversité, régionale ou nationale, pose inévitablement la question de la gestion, pour un gouvernement central ou centralisé, de ces multiples groupes. Qu’y a-t-il de commun entre les jardins urbains de La Havane et la police communautaire de l’État de Guerrero au Mexique, entre les expériences zapatistes de gouvernement autonome au Chiapas et les réserves paysannes colombiennes, entre une usine autogérée en Argentine et la tenace mobilisation des parents des disparus d’Ayotzinapa au Mexique ? Il y a, à la fois, d’énormes différences mais la même volonté de ne pas se laisser dicter ses rêves et son avenir. Ces mouvements se livrent à de véritables guerres de libération à échelle locale, mais attendent des réponses et des solutions qui dépassent le cadre local.

  • 12 Forces armées révolutionnaires de Colombie, l’une des guérillas qui négocie depuis plus de trois an (...)

16En Colombie est apparue une forme originale de résistance. Les zones de réserve paysanne (ZRC), que l’on trouve dans les départements de Putumayo, Caqueta, Cundinamarca, Guaviare, Bolivar et Magdalena, ont été reconnues dans la Constitution de 1991 et sont légales depuis 1994. Il s’y construit un nouveau projet politique, aboutissement d’un combat mené par les paysans depuis le début des années 1980. Entre 1998 et 2001, six zones ont été créées, aidées dans leur début par la Banque européenne et l’Institut colombien de développement rural, mais empêchées de développement pendant les années de présidence d’Alvaro Uribe. Il a fallu la signature, à La Havane, de l’un des premiers accords de paix entre les FARC12 et le gouvernement colombien sur le développement rural intégral, pour les réactiver. Ces communautés paysannes définissent leurs objectifs pour une « vie digne » : assurer les services de santé et d’éducation, sécuriser la propriété de leur terre définie par les unités agricoles familiales, une par famille (afin d’interdire aux multinationales l’acquisition de terres pour réaliser leurs mégaprojets), développer l’économie paysanne et l’agro-écologie, protéger les ressources naturelles et l’environnement. Elles limitent souvent l’extraction minière même si, à Guamoco, les mineurs ont souhaité continuer l’exploitation traditionnelle de l’or sans en épuiser les gisements. « Une politique de vie et non de mort, un territoire de paix et non de guerre », expliquent les mineurs-paysans. Un projet d’autogestion locale, ambitieux mais balbutiant, qui ressemble à celui mis en œuvre dans les communautés zapatistes au Mexique depuis près de vingt ans. Aujourd’hui, une cinquantaine d’organisations entendent, dans les mois à venir, obtenir leur reconnaissance comme ZRC.

17À Esquel, dans le nord de la Patagonie argentine, en 2001, la compagnie canadienne Meridian Gold acquiert et commence à exploiter une mine d’or en utilisant des explosifs, du cyanure et, surtout, de grandes quantités d’eau dans une région semi-désertique, et cela sans audience publique, sans analyse des impacts sociaux et environnementaux. Le gouvernement local laisse faire et la population décide de s’organiser en Asamblea de vecinos (assemblée de voisins) pour réclamer un référendum sur la question. En 2003, un plébiscite consultatif est autorisé. Le « non » à la mine obtient plus de 80 % de voix. Dans la foulée, une loi provinciale est votée pour interdire l’exploitation aurifère à ciel ouvert et l’utilisation du cyanure. Si les citoyens d’Esquel sont toujours mobilisés (contre le pétrole de schiste ou le soja OGM), la Yamana Gold (qui a racheté la Meridian Gold) le reste aussi et tente, par tous les moyens, d’obtenir de nouvelles autorisations.

Alternatives et nouvelles utopies

18Hugo Chavez avait déclaré que le socialisme du xxie siècle serait « nécessairement écologique ». Le Venezuela a intégré l’écosocialisme à son deuxième plan (2013-2019) pour sortir du « tout pétrole ». L’Équateur a lancé sans succès l’idée des fonds de compensation, permettant de limiter l’exploitation pétrolière de l’Amazonie, qui a rencontré un enthousiasme limité chez les pays riches. La Bolivie a adopté, en 2009, une Constitution interculturelle, pluriethnique et plurinationale. Son président, Evo Morales, convoquait ensuite à Cochabamba un contre-sommet des organisations de défense de l’environnement, des mouvements sociaux, de la société civile, et intégrait au combat anticapitaliste les valeurs écosocialistes (équilibre écologique et équité sociale).

19Ce que l’on appelle le buen vivir (ni vivre bien ni bien vivre mais plus proche d’un vivre ensemble) a surgi comme une alternative à l’idée occidentale de développement. La Bolivie et l’Équateur l’ont inscrit dans leurs Constitutions. Cela pourrait paraître un retour en arrière vers les idéaux rousseauistes de l’homme naturel et du bon sauvage. Il n’en est rien. Il s’agit d’un concept pluriel en construction, critique de la notion de développement traditionnel. Certes, le buen vivir trouve ses sources dans la cosmovision des Indiens quechuas, mais également aymaras, guaranís, mapuches et de bien d’autres groupes amérindiens. C’est le Sumak (équilibre et harmonie de la nature et de ses habitants) Kawsay (vie digne et pleine) – où les êtres humains sont les fils de la Terre – revisité par l’échec des vieilles politiques développementistes et par l’urgence climatique, qui ne peut pas se limiter à une rhétorique lyrique, démagogique et figée.

20En Équateur, il est présenté comme un ensemble non hiérarchisé de droits (alimentation, environnement, santé, eau, communication, logement, énergie, éducation…) dépendants les uns des autres. La question du développement (économique, politique, culturel et environnemental) n’est posée que dans le but d’atteindre l’objectif global du buen vivir. Elle impose une planification participative et la prise de responsabilités des citoyens, des villages et communautés, dans le respect des diversités.

21Au Venezuela, le pouvoir populaire, animé par les conseils communaux et des comités semés sur tout le territoire, a des prérogatives importantes dans le reboisement, la gestion de l’eau et la protection environnementale. Les ressources naturelles (eau, air, sol, sous-sol…) sont désormais des biens communs gérés par l’État.

  • 13 Égalité, inclusion, dignité, liberté, solidarité, réciprocité, respect, équité sociale et de genre (...)

22En Bolivie, le vivir bien apparaît dans le préambule de la Constitution comme un principe et une volonté de refonder l’État, « (qui) se fonde et s’appuie sur des valeurs et des principes nouveaux comme la souveraineté, la solidarité, l’équité dans la distribution et redistribution du produit social et, surtout, se base sur la recherche du vivir bien, qui est l’un des nouveaux principes éthico-moraux »13. Le buen vivir, inspiré du passé, ne peut construire l’avenir qu’avec la participation active du peuple. Il ne s’agit pas de rejeter le progrès scientifique et technologique, ni même le développement économique, mais de chercher de nouvelles formes de production plus locales et économes en énergie, des circuits courts de commercialisation et des relations constructives entre le marché, la société et l’État pour que l’économie ne soit pas contrôlée par les monopoles et les spéculateurs.

23Chantiers à ciel ouvert, l’écosocialisme, le vivir bien et le buen vivir, qui font de la nature un sujet de droit et de ses habitants ses gardiens vigilants, sont encore en construction. Ils remettent au premier plan le rôle dynamique et culturel des peuples originaires – sans oublier les populations arrivées postérieurement sur le continent de gré ou de force – que les reconnaissances constitutionnelles n’ont jamais sortis de la marginalisation et de l’abandon. Ils prennent en compte les coûts sociaux et environnementaux, visibles et invisibles, des activités d’extraction pour décider si elles sont socialement rentables. Ils rejettent l’actuelle accumulation individuelle des richesses au profit de la souveraineté et de la dignité. Inscrits dans le présent, ils sont partie prenante de leurs contradictions et ne peuvent ignorer les conflits de classes qu’ils susciteront, inévitablement.

  • 14 Le Mexique, le Chili, Panama, la Colombie, le Pérou, entre autres, ont signé des accords avec l’Uni (...)

24À l’heure où les États-Unis et l’Union européenne s’emploient à négocier des accords de libre-échange avec les pays d’Amérique latine14, le buen vivir est encore une utopie qui tente de renouveler la pensée de gauche en critiquant les politiques actuelles et leurs échecs, en faisant des propositions globales et concrètes qui n’opposent pas le collectif (planification, biens communs) et l’individuel (liberté de pensée, d’initiative). Le chemin n’est peut-être pas si long pour que les peuples du monde en fassent une révolution, même si les contradictions du « développement nécessaire », prôné par la plupart des pays, continuent d’inquiéter et de mobiliser.

Haut de page

Notes

1 En 1999, le Venezuela avec Hugo Chavez, puis Nicolas Maduro en 2013. En 2003, le Brésil avec Lula, puis Dilma Rousseff depuis 2011. En 2005, l’Uruguay avec Tabaré Vasquez, puis José Mujica et encore Tabaré Vasquez. En 2006, le Chili avec Michelle Bachelet (à nouveau élue en 2014) et la Bolivie avec Evo Morales. En 2007, l’Équateur avec Rafael Correa. En 2008, le Paraguay avec Fernando Lugo (destitué par un coup d’État civil). Le Pérou, en 2001 et 2006, puis en 2011, avec l’élection d’Ollanta Humala. En Argentine, avec Néstor Kirchner en 2003, puis sa femme, Cristina Fernández de Kirchner, en 2007.

2 Groupe d’économistes chiliens des années 1970, formés à l’université de Chicago et influencés par Milton Friedman, qui jouèrent un rôle majeur dans ce que l’on a appelé le « miracle chilien ».

3 Les trois quarts des sociétés minières ont installé leur siège au Canada. Le tiers des sociétés impliquées dans des violations de droits humains, dans la destruction de l’environnement ou dans des activités illégales, sont canadiennes ou installées au Canada. Actuellement, près de 90 % des actions émises par le domaine minier sont administrées par le Toronto Stock Exchange.

4 Les Mapuches représentent 4 % de la population chilienne et près de 90 % de la population indienne. Ils sont plus de 600 000 et vivent principalement dans la région d’Araucanie et dans la capitale chilienne.

5 Écrivain uruguayen (1940-2015), auteur de Les veines ouvertes d’Amérique latine, Paris, Plon, 1981.

6 Entre autres, lithium en Bolivie ; coltan, nickel, émeraudes en Colombie ; coltan au Venezuela ; uranium au Brésil. Et aussi platine, titane, tungstène… Quant à l’argent (Mexique), l’or (Colombie, Pérou, Équateur…) et le cuivre (Chili), ils sont en voie de raréfaction.

7 Mine à ciel ouvert dont la construction a débuté en mai 2009 entre Chili et Argentine, à plus de 4 200 mètres d’altitude. Le projet, porté par Mining Company Barrick Chile et Minera Nevada, filiales de Barrick Gold, est actuellement suspendu.

8 . <http://www.conflictosmineros.net>

9 Connus aujourd’hui sous le nom de Bacrim (Bandes criminelles émergentes), résultant de la pseudo démobilisation des Autodéfenses unies de Colombie à partir de 2006, dont la puissance militaire les a conduits à contrôler de grands secteurs de l’économie et de la politique colombiennes.

10 . <https://es-es.facebook.com/pages/Fuerza-de-Mujeres-Wayuu/38397968467> ; <http://www.wayunkerra.com/#!fundadoras/c786>

11 Voir le documentaire El show tóxico de Chevron, de José Luis Galán et Julieta Pérez, récemment présenté en Espagne par le Comité espagnol de défense de l’Amazonie équatorienne.

12 Forces armées révolutionnaires de Colombie, l’une des guérillas qui négocie depuis plus de trois ans des accords de paix avec le gouvernement colombien.

13 Égalité, inclusion, dignité, liberté, solidarité, réciprocité, respect, équité sociale et de genre dans la participation, bien-être commun, responsabilité, justice sociale.

14 Le Mexique, le Chili, Panama, la Colombie, le Pérou, entre autres, ont signé des accords avec l’Union européenne et/ou les États-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Escarpit, « La « Nueva Conquista » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 130 | 2016, 79-89.

Référence électronique

Françoise Escarpit, « La « Nueva Conquista » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 130 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4956

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page