Navigation – Plan du site
DOSSIER

René Dumont ou le socialisme « de l’arbre et du jardin »

Alexis Vrignon
p. 63-78

Résumé

De René Dumont (1904-2001), le grand public ne conserve souvent que quelques souvenirs associés pour la plupart à la campagne présidentielle de 1974. Devant les caméras, l’homme en colère, affublé d’un pull-over rouge, met en garde contre la disparition prochaine de l’eau potable et s’indigne de la persistance de la faim dans le tiers-monde. Si René Dumont est resté à la postérité comme le premier candidat écologiste à l’élection présidentielle, il ne peut être réduit à cet épisode de quelques semaines dans une vie militante et professionnelle très riche. Au travers de ses voyages d’études et de ses très nombreux livres, René Dumont a été amené à concevoir une forme d’écosocialisme, appelant de ses vœux une civilisation « de l’arbre et du jardin ». C’est à l’analyse de cette pensée que cet article est consacré, en s’intéressant à ses propositions théoriques ainsi qu’à la manière dont il s’est efforcé de traduire sa pensée en actes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le lecteur à la recherche de plus amples renseignements biographiques sur René Dumont pourra se rep (...)

1Ingénieur agronome, puis enseignant à l’Institut national agronomique de Paris (INA) de 1933 à 1974, René Dumont est reconnu à partir des années cinquante comme un expert international sur les questions agricoles1. Toute sa vie, ce travailleur acharné est par ailleurs un homme de conviction et d’engagement. De sensibilité socialiste, fermement pacifiste et anticolonialiste, il fait de la défense du tiers-monde le combat de sa vie, ce qui le conduit à se rapprocher des premiers mouvements écologistes.

  • 2 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de doctorat, Les mouvements écologiste (...)
  • 3 À ce titre, notre démarche est complémentaire du livre de Charles Rémy, qui présente de larges extr (...)

2Bien que son souvenir reste étroitement associé à l’élection présidentielle de 1974, il ne faut cependant pas oublier que René Dumont ne doit cette désignation qu’au hasard des événements, après que d’autres personnalités sollicitées, telles que Théodore Monod ou Philippe Saint-Marc, se furent récusées2. Ainsi, en décentrant le regard porté sur René Dumont au-delà d’étiquettes nécessairement réductrices, il est possible de redécouvrir l’originalité et l’ampleur d’une pensée remaniée au cours d’une vie longue et riche3. Loin de se contenter de diatribes enflammées et indignées, René Dumont s’est efforcé de proposer une forme de socialisme dont le tiers-monde serait le point de mire et la survie de l’humanité la préoccupation constante. C’est pourquoi, après avoir présenté les caractéristiques de la culture politique plurielle de René Dumont, nous nous attarderons sur les spécificités de son socialisme de « l’arbre et du jardin », avant d’envisager les différentes manières dont il s’est efforcé de le mettre en œuvre.

Une culture politique et une identité professionnelle plurielles

3Au fil de son itinéraire militant et professionnel, la culture politique et les idées de René Dumont se sont constamment enrichies tout en reposant sur un socle de valeurs inébranlables, fondées sur le pacifisme et l’anticolonialisme dont l’homme ne se départit jamais. Présentés ici de manière synthétique, ces points de repère doivent permettre de mieux comprendre l’alchimie qui donne naissance chez René Dumont à une vision personnelle d’un socialisme attentif aux enjeux environnementaux et tout particulièrement sensible au sort du tiers-monde.

Le socialisme libertaire à l’écart des appareils

  • 4 René Dumont, Seule une écologie socialiste, Paris, Robert Laffont, 1977, p. 181.
  • 5 Ibid., p. 11.

4René Dumont n’a eu de cesse de se revendiquer du socialisme qu’il associe à la lutte contre les inégalités sociales et à la promotion de la liberté sous toutes ses formes4. Il présente ainsi la recherche d’une économie socialiste comme la « quête de toute une vie »5.

  • 6 René Dumont, Agronome de la faim, Paris, Robert Laffont, 1973, p. 73 sqq.
  • 7 Ibid.
  • 8 Sur ce mouvement, voir Marcel Launay, Robert Buron, Paris, Beauchesne, 1997, p. 45.

5Cela n’empêche pas René Dumont de se montrer souvent critique à l’égard des régimes et des groupes qui se revendiquent de cette idéologie. Il a donc souvent entretenu des rapports conflictuels avec les grands partis de la gauche française. Si au lycée, au début des années vingt, il se déclare communiste, il rejette rapidement le modèle soviétique en apprenant le sort réservé aux paysans en URSS6. De retour en France après avoir séjourné au Tonkin de 1929 à 1932, il adhère en 1932 à la SFIO et milite à la section de Montargis, qu’il quitte néanmoins rapidement7. Dans les années cinquante, il appartient à différents groupes socialisants avant d’entrer en 1959 au PSU, dont il soutient l’opposition résolue à la guerre en Algérie. Il ne renouvelle cependant pas sa cotisation après 1962, tout en restant dans l’orbite de la gauche non communiste alors en pleine rénovation. À la fin des années soixante, il adhère à « Objectif 72 », mouvement créé par Robert Buron et qui gravite entre le PS et le PSU, dont il apprécie les positions sur le tiers-monde8. À la suite de sa campagne de 1974, il ne semble pas avoir appartenu à un parti politique, bien qu’il ait constamment soutenu les candidats des Verts aux élections présidentielles, en figurant notamment en bonne place dans leur comité de soutien.

  • 9 René Dumont, Seule une écologie socialiste, op. cit., p. 194.
  • 10 Michael Christofferson, Les intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France ( (...)
  • 11 René Dumont, Révolution dans les campagnes chinoises, Paris, Seuil, 1957, p. 355.

6De fait, ce lecteur de Bakounine et Kropotkine, qui fréquente dans sa jeunesse un artisan sabotier anarchiste, est de sensibilité libertaire9 et s’attache à partir des années cinquante à réfléchir à une sortie du capitalisme qui ne soit pas synonyme d’une abolition des libertés démocratiques10. Sur ce point, il ne fait aucun doute que sa connaissance directe des régimes socialistes, de l’URSS à la Chine en passant par Cuba, lui ait donné matière à penser. Ainsi, dans son ouvrage consacré à la réforme agraire dans la Chine maoïste, il se montre globalement favorable aux politiques menées mais ne manque pas de fustiger le culte de la personnalité qui entoure Mao Zedong, tout en considérant que celui-ci ne saurait être assimilé à Staline11.

  • 12 René Dumont, La croissance… de la famine, Paris, Seuil, 1980, p. 183.

7L’adhésion de René Dumont au socialisme repose donc sur une réflexion enracinée sur le terrain davantage que sur une réflexion théorique à partir d’un corpus de textes. Cette approche pragmatique inspire autant sa pensée politique que ses recherches agronomiques qui reposent avant tout sur une analyse sociologique du fonctionnement des exploitations à l’échelle la plus fine possible. Dans ces conditions, il est compréhensible que son socialisme ne s’enracine pas dans un modèle de société clairement défini, mais dans une quête permanente et sans fin. Comme il le déclare dans La croissance… de la famine, paru en 1980 : « Nous ne croyons plus à l’âge d’or de l’harmonie universelle. Je pense que nous n’atteindrons jamais la perfection politique, mais nous pouvons rechercher sans cesse des progrès sociaux »12.

L’expert modernisateur

  • 13 Charles Rémy, Comment je suis devenu écologiste !, op. cit., p. 11-12 ; Alexandre Moatti, « René Du (...)

8Il est désormais bien connu que René Dumont ne s’est véritablement préoccupé de la préservation des écosystèmes qu’au tournant des années soixante et soixante-dix13. Avant cette période, il est avant tout un agronome de terrain soucieux d’intensifier les rendements et un expert économique chantre de la productivité. Il plaide alors sans relâche pour une transformation des méthodes de culture et une modernisation des structures agricoles dont il considère qu’elle améliorera les conditions d’existence des sociétés rurales.

  • 14 Ibid., p. 14.
  • 15 René Dumont, Révolution dans les campagnes chinoises, op. cit., p. 77.

9Bien évidemment, en tant qu’agronome, René Dumont ne méconnaît pas le rôle du milieu et souligne volontiers que le paysan ne peut en faire abstraction. Cependant, il considère à cette époque que la nécessaire maîtrise de la nature passe par l’artificialisation du milieu, qui doit permettre d’atteindre le rendement maximal immédiat sans se préoccuper des contraintes écologiques à long terme14. C’est dans cette perspective qu’il salue dans les années cinquante le fait que les paysans chinois les plus avisés « comprennent vite la nécessité de l’organisation pour lutter efficacement contre la nature »15.

  • 16 Ibid., p. 110.

10Ces certitudes ont pour corollaire l’idée que l’agronome, fort de sa compétence technique, a pour mission, et presque pour devoir, d’user de ses compétences pour éclairer les pouvoirs publics et les individus sur la bonne marche à suivre. Cet idéal de technocrate au service de l’intérêt général explique que René Dumont n’hésite pas à conseiller les régimes politiques les plus divers, en France comme à l’étranger, depuis la Chine maoïste jusqu’à de nombreux régimes africains, en passant par l’URSS16.

  • 17 Ibid., p. 342.
  • 18 René Dumont, L’Utopie ou la mort !, Paris, Seuil, [1973] 1974, p. 28.

11La formation scientifique et la culture politique de René Dumont l’amènent donc, dans une première période de sa vie, à croire en un progrès indissolublement social et technique. Sur ce point, il est intéressant de constater que certains traits de cette imprégnation technocratique et productiviste persistent chez lui, y compris dans ses réflexions les plus tardives. Ainsi, son indignation face à la persistance de la faim dans le monde ne fait que renforcer sa conviction que seule une augmentation des rendements agricoles pourrait définitivement résoudre la question. De même, il est convaincu que l’agronome doit occuper une place à part dans les campagnes comme auprès des gouvernements. C’est la raison pour laquelle il salue en 1957 dans l’attitude des nouveaux cadres chinois « un respect de la science et de son représentant, l’agronome, qui me paraît un acquis essentiel pour la rapidité de la modernisation »17. Plus tardivement, René Dumont invoque encore son autorité d’agronome pour justifier les alarmes quant à la survie de l’humanité évoquées dans L’Utopie ou la mort !18.

  • 19 Sébastien Morillon, « Sentiment de nature, sentiment tragique de la vie. Jeunesse de Bernard Charbo (...)
  • 20 Laurence Grandchamp Florentino, « De l’écodéveloppement au développement durable » dans Rémi Barbie (...)

12Cette imprégnation modernisatrice marque donc durablement René Dumont, dont la réflexion et les déclarations sont nettement moins marquées par une critique de la science ou de la modernité que celles d’autres pionniers des mouvements écologistes tels que Jacques Ellul ou Bernard Charbonneau19. À l’image d’Ignacy Sachs, l’agronome reste donc toute sa vie attaché à l’idée de développement20.

L’écologiste

  • 21 René Dumont, Agronome de la faim, op. cit., p. 312.
  • 22 Ibid., p. 14.

13Au cours des années soixante-dix, René Dumont reconnaît à plusieurs reprises qu’il a jusqu’alors sous-estimé l’importance des enjeux environnementaux. Ainsi, L’Utopie ou la mort !, paru en 1973, est présenté par son auteur comme l’aboutissement de près de vingt ans d’observations sur le terrain, mais aussi comme une autocritique où il reconnaît avoir sous-estimé l’impact du mode de développement productiviste sur les écosystèmes, donc sur les sociétés21. De même, dans son autobiographie intitulée Agronome de la faim, il évoque une période représentant « un dernier tournant pour l’agronome », qui l’a amené à remettre en cause une conception traditionnelle du métier associée à la recherche du rendement maximal obtenu grâce à une maîtrise toujours plus grande de la nature22.

  • 23 René Dumont, L’Utopie ou la mort !, op. cit., p. 4.
  • 24 Pierre Desrochers, Christine Hoffbauer, « The Post War Intellectual Roots of the Population Bomb Fa (...)
  • 25 En cela, il réagit implicitement contre l’approche de certains écologistes américains qui voient da (...)
  • 26 René Dumont, Un monde intolérable. Le libéralisme en question, Paris, Le Seuil, 1988, p. 12.
  • 27 René Dumont, L’Utopie ou la mort !, op. cit., p. 6.
  • 28 Ibid., p. 153.
  • 29 Michael Egan, Barry Commoner, op. cit., p. 180 sqq.

14L’Utopie ou la mort !, ainsi que les essais ultérieurs de René Dumont, sont ainsi marqués par une pensée des limites qui tranche avec le productivisme autrefois professé par l’auteur. S’appuyant sur les travaux du Club de Rome, il annonce ainsi qu’un effondrement total et inéluctable de la civilisation humaine se produira au cours du siècle à venir si les taux de croissance de la population et de la production industrielle se maintiennent à des niveaux élevés23. Une telle approche ne serait guère originale, en comparaison avec la littérature catastrophiste et néomalthusienne américaine des années cinquante24, si René Dumont n’y adjoignait une préoccupation sociale et humanitaire à l’égard du tiers-monde25. Ce faisant, il entend lier les idées écologistes à une remise en cause du système capitaliste, ainsi qu’à la mise en œuvre d’une solidarité planétaire26. Il insiste donc sur la responsabilité croissante des pays riches et des économies dominantes dans la crise à venir, présentant l’automobile privée ou le gâchis de papier comme des « exemples d’abus consolidant la misère des autres »27. Son évocation des « exploités », sa mise en avant de la question du pouvoir28, contribuent à une politisation des thématiques écologistes analogue à celle effectuée par Barry Commoner avec The Closing Circle, ouvrage qu’il cite à plusieurs reprises29.

  • 30 René Dumont, L’Utopie ou la mort !, op. cit., p. 33.
  • 31 Ibid.
  • 32 Jean-Paul Ribes, Pourquoi les écologistes font-ils de la politique ?, Paris, Seuil, 1978, p. 156.

15L’autocritique de René Dumont ne le conduit cependant pas à s’aligner entièrement sur les positions des écologistes les plus radicaux. Il se refuse par exemple à condamner « tout emploi d’engrais chimiques, dont le danger reste limité à certains usages excessifs »30 et ajoute que « les tenants de l’agriculture biologique, qui nous demandent parfois d’y renoncer, ne disent pas ce qu’ils feront du quart de l’humanité qu’il serait alors impossible de nourrir, même aussi mal qu’aujourd’hui »31. Plus tard, il réitère son attachement à l’idée de développement, qu’il associe à une perspective d’autonomie des pays du tiers-monde, à la scolarisation et aux progrès médicaux32.

  • 33 Alexandre Moatti, « René Dumont : les quarante ans d’une utopie », op. cit., p. 2. Jean-Paul Besset (...)
  • 34 René Dumont, François de Ravignan, Nouveaux voyages dans les campagnes françaises, Paris, Seuil 197 (...)

16La « révolution copernicienne »33 de René Dumont et sa découverte de l’écologie ne font donc, dans une certaine mesure, que confirmer le caractère scandaleux du mode de vie des pays développés, qui ne doivent à ses yeux leur prospérité qu’au pillage du tiers-monde et au gaspillage des matières premières. Il serait dès lors plus juste d’évoquer une inflexion et un enrichissement d’une pensée profondément consciente des limites physiques de la planète, dans la mesure où René Dumont ne renonce jamais à promouvoir un accroissement des rendements agricoles, la résorption de la faim dans le monde restant sa priorité34.

17La construction de la pensée et des propositions de René Dumont repose donc sur un bricolage intellectuel permanent où l’agronome infléchit, requalifie et précise ses idées tout en gardant un socle de valeurs essentielles, qu’il s’agisse de l’attachement à la liberté, du pacifisme ou encore de l’anticolonialisme. Cette réflexion bigarrée est étroitement associée chez lui à un travail de terrain donnant naissance à une aspiration originale, celle d’une « civilisation de l’arbre et du jardin ».

Pour une « civilisation de l’arbre et du jardin »

  • 35 René Dumont, François de Ravignan, Nouveaux voyages, op. cit., p. 306.

18Tout au long de ses très nombreux ouvrages – plus d’une cinquantaine –, René Dumont n’a eu de cesse de dénoncer la persistance de la faim dans les pays du tiers-monde, les conséquences de la surpopulation ou encore la persistance des échanges économiques inégaux au profit des pays industrialisés. Cette indignation, qui jamais ne l’a quitté, le conduit progressivement à dessiner l’esquisse d’une « nouvelle civilisation »35.

  • 36 René Dumont, La croissance… de la famine, op. cit., p. 11.
  • 37 René Dumont, L’utopie ou la mort !, op. cit., p. 160.

19Dans cette « civilisation de l’arbre et du jardin36 », tout à la fois marquée par le socialisme et l’écologie, la paysannerie jouerait un rôle essentiel, au point que René Dumont croit voir dans les paysans du tiers-monde la préfiguration d’un « homme nouveau » à venir37. C’est dire l’ambition de ce projet, dont il s’agit ici de définir les grandes lignes.

  • 38 René Dumont, François de Ravignan, Nouveaux voyages, op. cit., p. 307.
  • 39 René Dumont, L’Afrique noire est mal partie, Paris, Seuil, 1962, p. 79.

20L’aspiration de René Dumont à l’avènement d’une nouvelle civilisation repose avant tout sur le constat du caractère insoutenable du développement industriel et de la société de consommation de son temps. Exploités, affamés, parfois oppressés, les habitants des campagnes du tiers-monde, qu’il qualifie de « damnés de la terre »38 ou de « vrais prolétaires des temps modernes »39, pourraient bien préfigurer le sort commun de l’humanité si rien n’est fait.

  • 40 René Dumont, La culture du riz dans le delta du Tonkin. Étude et propositions d’amélioration des te (...)
  • 41 René Dumont, Famines, le retour. Désordre libéral et démographie non contrôlée, Paris, Arléa, 1997.
  • 42 René Dumont, L’utopie ou la mort !, op. cit., p. 163.

21Parmi les différentes menaces qui pèsent sur la survie de l’homme, la faim et la surpopulation, souvent les deux facettes d’une même réalité selon René Dumont, constituent aux yeux de l’agronome le principal scandale. De fait, la recherche des solutions les plus efficaces pour assurer l’approvisionnement alimentaire de la population apparaît comme un véritable leitmotiv de sa réflexion, depuis ses premiers rapports sur le Tonkin colonial40 jusqu’à ses derniers ouvrages41. Il prend cependant soin de souligner que l’accroissement de la production agricole ne peut se faire au prix d’une dégradation irréversible des écosystèmes, d’un épuisement des ressources non renouvelables ou d’une augmentation mortifère de la pollution, constat qui implique de renoncer à un idéal de maîtrise de la nature pour chercher à s’associer avec elle42.

  • 43 Sur ces points, on peut se référer aux mises au point éclairantes de Catherine Larrère, « Ce que sa (...)
  • 44 Florent Guenard, Philippe Simay, « Du risque à la catastrophe. À propos d’un nouveau paradigme », L (...)

22Cette idée d’association avec la nature n’implique pas chez René Dumont d’accorder une valeur particulière à un rapprochement avec celle-ci, ni qu’elle doive être considérée comme un partenaire à égale dignité de l’homme. Il reste très largement étranger à toute approche biocentrique (qui considère tout être vivant digne de considération morale) ou écocentrique (qui insiste sur la commune appartenance à une même communauté biotique)43. Sa pensée est au contraire essentiellement motivée par la perspective de la catastrophe à venir44 et de l’absolue nécessité de tenter de la conjurer pour faire en sorte que l’humanité puisse survivre et vivre dans une société plus juste.

23Face à cette menace pour la survie de l’humanité, René Dumont prône l’avènement d’une civilisation agraire reposant essentiellement sur des coopératives paysannes organisées selon des principes socialistes. Sur ce point, il est intéressant d’observer combien ces idées sont présentes dans ses premiers travaux d’agronome et sont ensuite généralisées dans ses ouvrages plus récents.

  • 45 René Dumont, Révolution dans les campagnes chinoises, op. cit., p. 82.
  • 46 Ibid., p. 101.
  • 47 Ibid., p. 353. Cet enthousiasme de René Dumont pour les coopératives l’amène parfois à porter des j (...)
  • 48 René Dumont, François de Ravignan, Nouveaux voyages, op. cit., p. 278.
  • 49 Olivier Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, PUF, 2002, p. 150.
  • 50 Frank Georgi, L’invention de la CFDT, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1995, p. 433 sqq.
  • 51 René Dumont, L’Utopie ou la mort !, Paris, Seuil, [1973] 1974, p. 167.
  • 52 René Dumont, Révolution dans les campagnes chinoises, op. cit., p. 102.
  • 53 René Dumont, François de Ravignan, Nouveaux voyages, op. cit., p. 278.

24Ainsi, dans Révolution dans les campagnes chinoises, René Dumont voit dans les coopératives de production chinoises mises en place dans les années cinquante une forme d’organisation « souple et intelligente »45 et « relativement libre de la tutelle d’État dans sa gestion »46. Dans ce cadre institutionnel, « le paysan, étant moins subordonné aux si dangereux technocrates, a pu déployer toutes ses qualités de mesure, sa finesse de compréhension réaliste »47. Plus tard, dans Nouveaux voyages dans les campagnes françaises, l’agronome croit discerner en France l’affirmation d’une agriculture de groupe où, dans les faits, l’autogestion se pratique au quotidien48. La constante référence à la coopérative agricole s’inscrit donc chez René Dumont dans une recherche d’une troisième voie qui marque durablement sa culture politique, depuis sa participation aux relèves des années trente49 jusqu’à la vogue autogestionnaire des années soixante-dix50. Ce mode d’organisation du monde agricole lui apparaît en effet comme un moyen de préserver le paysan de la dépendance à l’égard des grands groupes capitalistes, mais aussi de la planification autoritaire et bureaucratique caractéristique du modèle soviétique. Par ailleurs, il voit dans la coopérative un levier de transformation de l’ensemble de la société, la matrice de la nouvelle civilisation qu’il appelle de ses vœux. Il les présente comme un lieu de production, mais également comme la cellule de base d’une société rurale où se déroulerait l’éducation des masses dans une perspective associant travail manuel et intellectuel51, la gestion des infrastructures locales ainsi que des fonctions de sécurité sociale52. Très tôt sensible à la dérive totalitaire du communisme soviétique, René Dumont voit donc dans la coopérative paysanne une forme de socialisme à visage humain et le lieu de la démocratie directe susceptible de préserver la liberté des individus et de leur permettre de participer aux décisions d’intérêt collectif53.

  • 54 René Dumont, La croissance… de la famine, op. cit., p. 177.
  • 55 René Dumont, Révolution dans les campagnes chinoises, op. cit., p. 10.

25Ce socialisme rural, coopératif et écologiquement vertueux, serait caractérisé par une « austérité »54 dont René Dumont considère qu’elle est inévitable, voire à bien des égards souhaitable et nécessaire. Cette prise de position s’explique d’abord par son caractère. Son obsession pour la faim dans le monde l’amène à être très tôt sensible à la question du gaspillage alimentaire. Ainsi, lors de son séjour en Chine à la fin de l’année 1955, René Dumont fustige le luxe de l’hôtel où sont logés les invités étrangers et le caractère somptuaire des « banquets largement arrosés », tout en saluant le « bel exemple d’austérité et de simplicité de vie qu’offre l’équipe dirigeante de la Chine nouvelle »55. De même, au cours de sa campagne présidentielle, le candidat n’hésite pas à interrompre un repas quand il estime avoir absorbé un nombre de calories suffisant.

  • 56 René Dumont, La croissance… de la famine, op. cit., p. 9.
  • 57 Pierre Desrochers, Christine Hoffbauer, « The Post War Intellectual Roots of the Population Bomb », (...)
  • 58 René Dumont, L’Afrique noire est mal partie, op. cit., p. 70.
  • 59 René Dumont, La croissance… de la famine, op. cit., p. 174.

26L’appel de René Dumont à une civilisation austère va cependant bien au-delà de l’expression d’un trait de caractère personnel. Il est en effet persuadé que l’explosion démographique du xxe siècle a rendu impossible l’abondance matérielle qui est encore envisageable dans les années trente56. À ce titre, les alarmes émises après la Seconde Guerre mondiale à propos de l’épuisement prochain des ressources non renouvelables le confortent dans cette idée57. L’agronome porte également un jugement moral sur ces pratiques : le gaspillage généralisé est pour lui caractéristique de la société urbaine occidentale, dont il craint qu’elle ne contamine le tiers-monde, en commençant par ses élites. L’Afrique noire est mal partie a ainsi pu choquer par la mise en cause de la classe dirigeante issue des mouvements de décolonisation58. Il ne se départit pourtant jamais de ce jugement et dénonce à l’envi la Mercedes, qu’il érige en symbole d’une forme de corruption de mode de vie59.

  • 60 Ibid., p. 175.
  • 61 Rémi Fabre, « Un cas d’urbaphobie radicale ? Les refus de la ville de Jean Giono avant 1945 », dans(...)
  • 62 René Dumont, Un monde intolérable. Le libéralisme en question, Paris, Seuil, 1988, p. 63.

27À l’inverse, René Dumont vante à plusieurs reprises les qualités d’économie, de bon sens et de mesures qui caractérisent selon lui les paysans. À ce titre, il salue l’action des militaires au pouvoir dans un certain nombre de pays africains dans les années soixante-dix (qu’il s’agisse de la Tanzanie, du Niger ou du Congo) en relevant qu’ils « ont souvent plus d’ascendance paysanne que les politiciens et même les autres fonctionnaires : ils ont gardé l’habitude d’une vie plus rude, plus austère »60. Associant la ville au gaspillage, au pillage du tiers-monde et aux consommations somptuaires, René Dumont est donc marqué par une incontestable urbanophobie, bien qu’il ne soit pas possible de l’assimiler à un conservatisme agrarien ou même à la vision dionysiaque et païenne de la civilisation rurale présente par exemple chez Jean Giono61. Il ne s’agit pas non plus d’une marque de rejet a priori des innovations techniques et de la modernité, dont les villes seraient le fer de lance : sur ce point, le soutien de René Dumont à la mise en place du TGV est éclairant62.

  • 63 René Dumont, L’Utopie ou la mort !, op. cit., p. 117.

28Plus concrètement, l’austérité de cette nouvelle civilisation se traduirait d’abord par des mesures communément proposées par les écologistes depuis le début des années soixante-dix. Un recyclage généralisé serait ainsi mis en œuvre, de même que le recours systématique aux énergies renouvelables et plus généralement aux technologies intermédiaires. Par ailleurs, les pratiques culturales seraient orientées vers la valorisation des déchets et privilégieraient la production de céréales au détriment de la viande, que René Dumont considère comme un luxe dispensable. Enfin, la production de biens de consommation serait orientée vers la satisfaction des besoins essentiels, ce qui impliquerait une moindre diversité des produits disponibles à la vente. Sur un plan plus politique, l’une des caractéristiques de cette société socialiste serait la lutte contre les hiérarchies et les inégalités sociales, considérant que l’austérité généralisée ne serait acceptable par tous qu’à ce prix63. Il appelle ainsi à alourdir la fiscalité sur les manifestations de luxe les plus ostentatoires et les plus polluantes, ainsi qu’à renforcer les taxes perçues sur les héritages.

  • 64 Ibid., p. 119.
  • 65 Ibid., p. 45 sqq.
  • 66 René Dumont, Seule une écologie socialiste…, Paris, Robert Laffont, 1977, p. 181.

29Pensée et pratiquée à la base, cette austérité devrait être également accompagnée à l’échelle mondiale par une administration, peut-être liée à l’ONU, chargée de la gestion des ressources rares non renouvelables64, voire de la mise en œuvre de politiques de lutte contre l’explosion démographique, dont René Dumont reste persuadé qu’il s’agit du plus grand péril qui menace l’humanité65. Une telle proposition montre combien il reste attaché à l’idée de planification, appelée à être discutée démocratiquement à de multiples échelles géographiques, depuis la coopérative (ou la fédération d’entreprise) jusqu’au niveau national, voire mondial66. Néanmoins, la nécessaire remise en cause du pillage du tiers-monde passerait par une réduction des échanges commerciaux à l’échelle globale, pour revenir à des productions locales dans la mesure du possible.

  • 67 Ibid., p. 183.

30Dans une telle économie, socialisée plutôt que nationalisée, il serait selon lui possible de garantir un droit au travail en répartissant, par le biais de la planification démocratique, la quantité d’heures requises pour la production nécessaire aux besoins essentiels de la nation entre l’ensemble des demandeurs d’emplois67. Là encore, comme il le souligne lui-même, ce système ne serait véritablement viable qu’à la condition d’être appliqué à l’ensemble du globe. Sur ce point, il est frappant de constater combien René Dumont reprend et adapte à une société de pénurie des idées abondancistes des années trente en appelant à la distribution des biens et des emplois.

  • 68 Ibid., p. 11.

31Rendue nécessaire par les menaces qui pèsent sur la survie de l’homme, cette « civilisation de l’arbre et du jardin »68 doit être mise en œuvre sous les doubles auspices du socialisme et de l’écologie. Société rurale fondée sur des coopératives agricoles, reposant sur une austérité pratiquée au quotidien, cette nouvelle civilisation serait également libératrice dans la mesure où elle délivrerait l’homme de la hantise du chômage, de l’aliénation par le travail, mais aussi des faux besoins créés par la société de consommation.

Concrétiser l’utopie

32La « civilisation de l’arbre et du jardin » à laquelle aspire René Dumont mêle socialisme et écologie dans une relative cohérence idéologique, bien qu’elle se soit bâtie à la croisée de différentes cultures politiques. Au travers de ses ouvrages, René Dumont n’entend pas uniquement contribuer à l’édification d’une théorie politique coupée de toute influence sur le monde. Au-delà des images et des souvenirs qui font parfois de lui un vieux monsieur fulminant lors des allocutions télévisées, il est donc nécessaire de s’interroger sur les différents moyens auxquels il a eu recours pour concrétiser ses idées.

  • 69 René Dumont, L’Afrique noire est mal partie, Paris, Seuil, 1962, p. 15.
  • 70 Wilfrid Séjeau, « René Dumont agronome », Ruralia, n° 15, 2004, p. 11.

33Parallèlement à sa charge de professeur d’agriculture comparée à l’Institut national d’agronomie de Paris, René Dumont s’est toujours efforcé d’influencer les pouvoirs publics, d’abord en France puis, à partir des années cinquante, partout dans le monde. Il se tourne alors vers le tiers-monde et accomplit de nombreux voyages d’études à la demande de gouvernements étrangers ou d’organismes internationaux. Il rappelle par exemple dans l’introduction de L’Afrique noire est mal partie : « J’ai été consulté par les jeunes gouvernements malgache (été 1958), guinéen (1959), puis ivoirien (1959-1960) ». Ainsi, ce ne sont pas moins de dix gouvernements africains qui sollicitent son expertise après leur accession à l’indépendance69. À chaque fois, il prône sans trêve une politique de renforcement de la paysannerie, de lutte contre la surpopulation ou encore d’augmentation des rendements70.

  • 71 René Dumont, Cuba est-il socialiste ?, Paris, Seuil, 1970, p. 12.
  • 72 René Dumont, Révolution dans les campagnes chinoises, op. cit., p. 9-12.

34Dans les préfaces et autres avant-propos de ses ouvrages, René Dumont souligne, parfois avec une certaine coquetterie, combien il cherche le contact direct avec les dirigeants pour tenter d’influencer leurs positions. Dans Cuba est-il socialiste ?, il raconte : « Dès le 20 mai 1960, j’eus le privilège d’un long entretien avec Fidel Castro. […] Il m’a écouté avec toute l’intensité d’attention dont il est capable. Nous avons essentiellement parlé de techniques d’intensification et de diversification agricoles »71. Ses conseils et ses recommandations sont-ils suivis d’effets ? Cela n’est pas certain, d’autant que l’agronome semble parfois invité sur place pour des raisons de prestige plus que par réelle volonté d’appliquer ses préconisations. Sa situation lors de ses voyages en Chine est particulièrement éclairante, car il doit sans cesse bousculer le protocole pour ne pas se voir imposer un itinéraire purement touristique. Il peine par ailleurs à prendre connaissance des données statistiques de base, d’autant qu’il n’est pas autorisé à rencontrer les principaux experts agronomes du pays72.

  • 73 Julien Hage, « L’autre temps des revues (1962-1968) », dans Philippe Artières, Michelle Zancarini-F (...)
  • 74 Jean-Paul Besset, René Dumont, op. cit., p. 29.
  • 75 Christian Delporte, « René Dumont, homme de télévision », à paraître dans Le temps des médias.

35René Dumont a par ailleurs cherché à diffuser ses idées au travers de ses très nombreux ouvrages et articles. Sur ce point, le début des années soixante représente un tournant dans sa vie médiatique. Consécutivement, il publie deux livres plus personnels et plus polémiques : Terres vivantes. Voyage d’un agronome autour du monde en 1961, et surtout L’Afrique noire est mal partie en 1962. Dans un contexte éditorial favorable aux ouvrages de sciences humaines73, ces livres révèlent une volonté de toucher un plus large public que ses œuvres précédentes, pour l’essentiel des travaux académiques ou des rapports destinés aux pouvoirs publics. Avec 250 000 exemplaires vendus, L’Afrique noire est mal partie est d’ailleurs le plus grand succès d’édition de René Dumont, devant L’Utopie ou la mort ! (150 000 exemplaires)74. Les médias à grand tirage s’ouvrent alors à lui. Christian Delporte souligne qu’il apparaît dix-huit fois à la télévision avant la campagne présidentielle de 1974, et cent-deux fois par la suite75.

  • 76 René Dumont, Agronome de la faim, op. cit., p. 322-323.
  • 77 Ibid., p. 322.
  • 78 Témoignage d’Alain-Claude Galtié recueilli par l’auteur, 4 septembre 2011.

36René Dumont considère ces livres comme un support pour une action de diffusion de ses idées au travers de nombreuses conférences. À la suite de la parution de L’Utopie ou la mort !, il déclare avoir assuré pas moins d’une centaine d’exposés entre octobre 1973 et mars 1974, touchant ainsi près de 35 000 auditeurs76. Loin d’être de simples événements académiques, ces conférences sont l’occasion pour l’agronome de délivrer un message proprement politique, qui dénonce l’économie de profit tout en insistant sur la nécessité pour chacun de réduire sa consommation personnelle et de s’impliquer dans des groupes militants locaux77. Il est bien entendu difficile de mesurer l’impact de ces conférences, mais il faut relever que c’est à la suite de l’une d’entre elles qu’Alain-Claude Galtié, alors membre des « Amis de la Terre », a eu l’idée de proposer son nom comme candidat des mouvements écologistes à l’élection présidentielle de 197478.

  • 79 René Dumont, Seule une écologie socialiste…, op. cit., p. 186.
  • 80 René Dumont, Agronome de la faim, op. cit., p. 348.

37René Dumont n’a enfin jamais désespéré de s’appuyer sur les forces politiques de gauche pour faire passer ses idées. Dans la première partie de sa vie, il s’est directement investi au sein de partis politiques, mais chacune de ces tentatives semble s’être soldée par une déception plus ou moins profonde. Ainsi, il ne reste membre de la SFIO que pendant un an, de 1932 à 1933. De même, son passage au PSU ne dure que trois ans (1959-1962) car il se dit rebuté par les querelles idéologiques79. Quant aux écologistes, dont il est proche à partir des années soixante-dix, il n’accepte de les représenter en 1974 qu’à la condition de ne consacrer à cette tâche que quelques semaines de son temps. René Dumont n’a donc aucunement l’intention d’être l’organisateur de ce mouvement, alors à peine émergent. Ainsi, présent aux assises de Montargis en juin 1974, il critique les « dogmatiques » dont les « affirmations hâtives sur la nocivité des vaccinations […] empêchent le mouvement écologique de trouver la large audience qu’il mérite »80.

  • 81 Yves Frémion, Histoire de la révolution écologiste, Paris, Hoebeke, p. 98.
  • 82 René Dumont, Ouvrez les yeux ! Le XXIe siècle est mal parti, Paris, Politis/Arléa, 1995, p. 20.
  • 83 René Dumont, La croissance… de la famine !, op. cit, p. 7-8.
  • 84 Ibid., p. 178.

38Outre sa réticence à se fondre dans un appareil partisan, l’autre problème dans le recours aux partis politiques est la polarisation des appareils et des idéologies, qui rend difficiles les convergences qu’il souhaite. À ce titre, il n’a de cesse de pousser les écologistes à se reconnaître pleinement de gauche, ce qui est loin d’aller de soi dans les années soixante-dix et quatre-vingt81. En 1977, René Dumont publie ainsi un livre au titre éclairant, Seule une écologie socialiste, qui traduit une implication dans le débat sur le positionnement politique des mouvements écologistes à une époque où beaucoup d’entre eux sont plus que réticents à s’associer au programme commun. Par la suite, son soutien à Dominique Voynet, candidate à l’élection présidentielle de 1995, est motivé par l’action de cette dernière dans l’ancrage des Verts à gauche : « Elle a pris parti contre le “ni droite, ni gauche”. […] Elle a obtenu l’alliance de toute une série d’alternatifs, ce qui renforce l’écologie. Je vote Voynet parce qu’elle a réussi à lier le tiers-monde, le social et l’écologie »82. Il faut néanmoins souligner que cette volonté d’ancrer l’écologie à gauche n’implique pas l’absence de critiques à l’égard du marxisme orthodoxe et du Parti communiste. La croissance… de la famine ! commence ainsi par une liste des évolutions du monde qui n’ont pas été prévues par Marx et Engels dans le Manifeste du parti communiste, ce qui implique à ses yeux de refonder le socialisme sur d’autres bases83. Plus loin, il regrette que « sous prétexte de combattre l’austérité, le Parti communiste français oublie systématiquement, ces temps derniers, de parler du pillage du quart-monde. […] La CGT ne lutte pas assez contre une réduction de l’éventail des salaires, lutte qui devrait être menée de front avec le combat contre les profits abusifs. »84

39Ainsi, la voie semble étroite pour René Dumont dans ses efforts pour hâter l’avènement de la « civilisation de l’arbre et du jardin » à laquelle il aspire. Qu’il s’agisse de peser sur l’opinion, sur les pouvoirs publics ou sur les partis politiques, chacune de ses tentatives se solde par des déceptions relatives, qui illustrent la difficulté de donner corps à des convergences effectives.

40René Dumont ne se serait probablement pas défini comme un théoricien politique. Néanmoins, au gré de ses innombrables voyages à travers le globe, au fil de ses ouvrages à peine moins nombreux, l’agronome a été amené à systématiser ses valeurs en un projet de société original, fondé sur des coopératives rurales et austères, qui constitue un pendant aux approches plus urbaines de Murray Bookchin. À ce titre, les années soixante et soixante-dix sont particulièrement fécondes pour lui, car c’est à cette période qu’il exprime ses idées le plus globalement. Par la suite, dans un monde de plus en plus soumis aux impératifs du néolibéralisme, l’indignation et les propositions plus circonstancielles prennent le pas sur le projet de société : René Dumont illustre ainsi, dans sa longue vie de militant, le flux et le reflux des utopies politiques au xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 Le lecteur à la recherche de plus amples renseignements biographiques sur René Dumont pourra se reporter à son autobiographie (Agronome de la faim, Paris, Robert Laffont, 1974) ainsi qu’à l’ouvrage de Jean-Paul Besset (René Dumont, une vie saisie par l’écologie, Paris, Stock, 1992).

2 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de doctorat, Les mouvements écologistes en France (fin des années soixante-début des années quatre-vingt), sous la direction de Bertrand Joly, Université de Nantes, 2014.

3 À ce titre, notre démarche est complémentaire du livre de Charles Rémy, qui présente de larges extraits des ouvrages de René Dumont dans Comment je suis devenu écologiste !, Paris, Les Petits Matins, 2014.

4 René Dumont, Seule une écologie socialiste, Paris, Robert Laffont, 1977, p. 181.

5 Ibid., p. 11.

6 René Dumont, Agronome de la faim, Paris, Robert Laffont, 1973, p. 73 sqq.

7 Ibid.

8 Sur ce mouvement, voir Marcel Launay, Robert Buron, Paris, Beauchesne, 1997, p. 45.

9 René Dumont, Seule une écologie socialiste, op. cit., p. 194.

10 Michael Christofferson, Les intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France (1968-1981), Marseille, Agone, 2009, p. 30 sqq.

11 René Dumont, Révolution dans les campagnes chinoises, Paris, Seuil, 1957, p. 355.

12 René Dumont, La croissance… de la famine, Paris, Seuil, 1980, p. 183.

13 Charles Rémy, Comment je suis devenu écologiste !, op. cit., p. 11-12 ; Alexandre Moatti, « René Dumont : les quarante ans d’une Utopie », La vie des idées.fr, 11 juillet 2014, p. 1.

14 Ibid., p. 14.

15 René Dumont, Révolution dans les campagnes chinoises, op. cit., p. 77.

16 Ibid., p. 110.

17 Ibid., p. 342.

18 René Dumont, L’Utopie ou la mort !, Paris, Seuil, [1973] 1974, p. 28.

19 Sébastien Morillon, « Sentiment de nature, sentiment tragique de la vie. Jeunesse de Bernard Charbonneau (1910-1937), dans [Collectif] Bernard Charbonneau : habiter la terre. Actes du colloque des 2-4 mai 2011, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2012, <http://web.univ-pau.fr/RECHERCHE/SET/CHARBONNEAU/>, p. 53.

20 Laurence Grandchamp Florentino, « De l’écodéveloppement au développement durable » dans Rémi Barbier, Philippe Boudes, Jean-Paul Bozonnet, Jacqueline Candau, Michelle Dobré, Nathalie Lewis, Florence Rudolf (dir.), Manuel de sociologie de l’environnement, Québec, Presses universitaires, 2012, p. 244 sqq.

21 René Dumont, Agronome de la faim, op. cit., p. 312.

22 Ibid., p. 14.

23 René Dumont, L’Utopie ou la mort !, op. cit., p. 4.

24 Pierre Desrochers, Christine Hoffbauer, « The Post War Intellectual Roots of the Population Bomb Fairfield Osborn’s Our Plundered Planet and William Vogt’s Road to Survival in retrospect », The Electronic Journal of Sustainable Development, vol. 1, n° 3, summer 2003, p. 91.

25 En cela, il réagit implicitement contre l’approche de certains écologistes américains qui voient dans le tiers-monde le principal facteur de la crise écologique. Cf. Fabien Locher, « Les pâturages de la guerre froide : Garrett Hardin et la “tragédie des communs” », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2013, n° 60, p. 25.

26 René Dumont, Un monde intolérable. Le libéralisme en question, Paris, Le Seuil, 1988, p. 12.

27 René Dumont, L’Utopie ou la mort !, op. cit., p. 6.

28 Ibid., p. 153.

29 Michael Egan, Barry Commoner, op. cit., p. 180 sqq.

30 René Dumont, L’Utopie ou la mort !, op. cit., p. 33.

31 Ibid.

32 Jean-Paul Ribes, Pourquoi les écologistes font-ils de la politique ?, Paris, Seuil, 1978, p. 156.

33 Alexandre Moatti, « René Dumont : les quarante ans d’une utopie », op. cit., p. 2. Jean-Paul Besset évoque la « révolution copernicienne » de René Dumont (René Dumont, une vie saisie par l’écologie, op. cit., p. 25).

34 René Dumont, François de Ravignan, Nouveaux voyages dans les campagnes françaises, Paris, Seuil 1977, p. 10.

35 René Dumont, François de Ravignan, Nouveaux voyages, op. cit., p. 306.

36 René Dumont, La croissance… de la famine, op. cit., p. 11.

37 René Dumont, L’utopie ou la mort !, op. cit., p. 160.

38 René Dumont, François de Ravignan, Nouveaux voyages, op. cit., p. 307.

39 René Dumont, L’Afrique noire est mal partie, Paris, Seuil, 1962, p. 79.

40 René Dumont, La culture du riz dans le delta du Tonkin. Étude et propositions d’amélioration des techniques traditionnelles de riziculture tropicale, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1935.

41 René Dumont, Famines, le retour. Désordre libéral et démographie non contrôlée, Paris, Arléa, 1997.

42 René Dumont, L’utopie ou la mort !, op. cit., p. 163.

43 Sur ces points, on peut se référer aux mises au point éclairantes de Catherine Larrère, « Ce que sait la montagne. Aux sources des philosophies de l’environnement », La vie des idées.fr, publié le 30 avril 2013, p. 3-6.

44 Florent Guenard, Philippe Simay, « Du risque à la catastrophe. À propos d’un nouveau paradigme », La vie des idées.fr, publié le 23 mai 2011, p. 1.

45 René Dumont, Révolution dans les campagnes chinoises, op. cit., p. 82.

46 Ibid., p. 101.

47 Ibid., p. 353. Cet enthousiasme de René Dumont pour les coopératives l’amène parfois à porter des jugements hâtifs ou démesurément optimistes : visitant la Chine au milieu des années cinquante, il sous-estime clairement les conséquences dramatiques et déjà en germe du « grand bond en avant ».

48 René Dumont, François de Ravignan, Nouveaux voyages, op. cit., p. 278.

49 Olivier Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, PUF, 2002, p. 150.

50 Frank Georgi, L’invention de la CFDT, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1995, p. 433 sqq.

51 René Dumont, L’Utopie ou la mort !, Paris, Seuil, [1973] 1974, p. 167.

52 René Dumont, Révolution dans les campagnes chinoises, op. cit., p. 102.

53 René Dumont, François de Ravignan, Nouveaux voyages, op. cit., p. 278.

54 René Dumont, La croissance… de la famine, op. cit., p. 177.

55 René Dumont, Révolution dans les campagnes chinoises, op. cit., p. 10.

56 René Dumont, La croissance… de la famine, op. cit., p. 9.

57 Pierre Desrochers, Christine Hoffbauer, « The Post War Intellectual Roots of the Population Bomb », The Electronic Journal of Sustainable Development, 2003, n° 3, p. 73 sqq.

58 René Dumont, L’Afrique noire est mal partie, op. cit., p. 70.

59 René Dumont, La croissance… de la famine, op. cit., p. 174.

60 Ibid., p. 175.

61 Rémi Fabre, « Un cas d’urbaphobie radicale ? Les refus de la ville de Jean Giono avant 1945 », dans Arnaud Baubérot, Florence Baurillon (dir.), Urbaphobie, Paris, Éditions Bière, 2009, p. 125.

62 René Dumont, Un monde intolérable. Le libéralisme en question, Paris, Seuil, 1988, p. 63.

63 René Dumont, L’Utopie ou la mort !, op. cit., p. 117.

64 Ibid., p. 119.

65 Ibid., p. 45 sqq.

66 René Dumont, Seule une écologie socialiste…, Paris, Robert Laffont, 1977, p. 181.

67 Ibid., p. 183.

68 Ibid., p. 11.

69 René Dumont, L’Afrique noire est mal partie, Paris, Seuil, 1962, p. 15.

70 Wilfrid Séjeau, « René Dumont agronome », Ruralia, n° 15, 2004, p. 11.

71 René Dumont, Cuba est-il socialiste ?, Paris, Seuil, 1970, p. 12.

72 René Dumont, Révolution dans les campagnes chinoises, op. cit., p. 9-12.

73 Julien Hage, « L’autre temps des revues (1962-1968) », dans Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68 une histoire collective [1962-1981], Paris, La Découverte, 2008, p. 75 sqq.

74 Jean-Paul Besset, René Dumont, op. cit., p. 29.

75 Christian Delporte, « René Dumont, homme de télévision », à paraître dans Le temps des médias.

76 René Dumont, Agronome de la faim, op. cit., p. 322-323.

77 Ibid., p. 322.

78 Témoignage d’Alain-Claude Galtié recueilli par l’auteur, 4 septembre 2011.

79 René Dumont, Seule une écologie socialiste…, op. cit., p. 186.

80 René Dumont, Agronome de la faim, op. cit., p. 348.

81 Yves Frémion, Histoire de la révolution écologiste, Paris, Hoebeke, p. 98.

82 René Dumont, Ouvrez les yeux ! Le XXIe siècle est mal parti, Paris, Politis/Arléa, 1995, p. 20.

83 René Dumont, La croissance… de la famine !, op. cit, p. 7-8.

84 Ibid., p. 178.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Vrignon, « René Dumont ou le socialisme « de l’arbre et du jardin » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 130 | 2016, 63-78.

Référence électronique

Alexis Vrignon, « René Dumont ou le socialisme « de l’arbre et du jardin » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 130 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4938

Haut de page

Auteur

Alexis Vrignon

Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page