Navigation – Plan du site
DOSSIER

Walter Benjamin, précurseur de l’écosocialisme

Michael Löwy
p. 33-39

Résumé

Walter Benjamin a été un des rares marxistes avant 1945 à proposer une critique radicale du concept d’« exploitation de la nature » et du rapport « assassin » de la civilisation capitaliste avec celle-ci. Il s’intéresse, comme Engels, aux sociétés sans classes « primitives », où la nature était perçue comme une mère généreuse. Il ne s’agit pas pour lui de revenir au passé préhistorique, mais de proposer la perspective d’une nouvelle harmonie entre la société et l’environnement naturel. Il peut donc être considéré comme un des précurseurs de l’écosocialisme. Nous examinerons, dans les pages qui suivent, quelques-uns des moments de sa réflexion sur ces questions.

Haut de page

Texte intégral

1Dès 1928, dans le livre Sens unique, Walter Benjamin dénonce l’idée de domination de la nature comme un discours « impérialiste » et propose une nouvelle conception de la technique comme « maîtrise des relations entre la nature et l’humanité ». Comme dans ses écrits des années 1930, dont nous parlerons plus loin, il se réfère aux pratiques des cultures prémodernes pour critiquer la « cupidité » destructrice de la société bourgeoise dans son rapport à la nature : « Les plus vieux usages des peuples semblent nous adresser comme un avertissement : nous garder du geste de cupidité quand il s’agit d’accepter ce que nous reçûmes si abondamment de la nature ». Il faudrait « montrer un profond respect » pour la « terre nourricière » ; si un jour « la société, sous l’effet de la détresse et de la cupidité, est dénaturée au point de ne plus recevoir que par le vol les dons de la nature, […] son sol s’appauvrira et la terre donnera de mauvaises récoltes ». Il semblerait que ce jour soit arrivé…

  • 1 Walter Benjamin, Sens Unique, Paris, Lettres Nouvelles/Maurice Nadeau, 1978, p. 172-173, 205-206 et (...)

2Dans cet ouvrage on trouve aussi, sous le titre « Avertisseur d’incendie », une prémonition historique des menaces du progrès, intimement associées au développement technologique impulsé par le capital : si le renversement de la bourgeoisie par le prolétariat « n’est pas accompli avant un moment presque calculable de l’évolution technique et scientifique (indiqué par l’inflation et la guerre chimique), tout est perdu. Il faut couper la mèche qui brûle avant que l’étincelle n’atteigne la dynamite »1. Benjamin s’est trompé en ce qui concerne l’inflation, mais non sur la guerre, même s’il ne pouvait pas prévoir que l’arme « chimique », c’est-à-dire les gaz létaux, ne serait pas utilisée sur les champs de bataille, comme lors de la Première Guerre mondiale, mais pour l’extermination industrielle des Juifs et des Tziganes. Contrairement au marxisme évolutionniste vulgaire, Benjamin ne conçoit pas la révolution comme le résultat naturel ou inévitable du progrès économique et technique (ou de la contradiction entre forces et rapports de production), mais comme l’interruption d’une évolution historique conduisant à la catastrophe. L’allégorie de la révolution comme « frein d’urgence » se trouve déjà suggérée dans ce passage.

3C’est parce qu’il perçoit ce danger catastrophique que Benjamin, dans son article sur le surréalisme de 1929, se réclame du pessimisme, un pessimisme révolutionnaire qui n’a rien à voir avec la résignation fataliste, et encore moins avec le Kulturpessimismus allemand, conservateur, réactionnaire et préfasciste (Carl Schmitt, Oswald Spengler, Moeller Van der Bruck) : le pessimisme est ici au service de l’émancipation des classes opprimées. Sa préoccupation n’est pas le « déclin » des élites, ou de la nation, mais les menaces que fait peser sur l’humanité le progrès technique et économique promu par le capitalisme. La philosophie pessimiste de l’histoire de Benjamin, dans cet essai de 1929, se manifeste de façon particulièrement aiguë dans sa vision de l’avenir européen :

  • 2 Walter Benjamin, « Le surréalisme, dernier instantané de l’intelligentsia européenne », Œuvres, II,(...)

« Pessimisme sur toute la ligne. Oui, certes, et totalement. Méfiance quant au destin de la littérature, méfiance quant au destin de la liberté, méfiance quant au destin de l’homme européen, mais surtout trois fois méfiance en face de tout accommodement : entre les classes, entres les peuples, entre les individus. Et confiance illimitée seulement dans l’I.G. Farben et dans le perfectionnement pacifique de la Luftwaffe. »2

4Ce regard lucide et critique permet à Benjamin d’apercevoir – intuitivement mais avec une étrange acuité – les catastrophes qui attendaient l’Europe, parfaitement résumées par la phrase ironique sur la « confiance illimitée ». Bien entendu, même lui, le plus pessimiste de tous, ne pouvait pas prévoir les destructions que la Luftwaffe allait infliger aux villes et aux populations civiles européennes ; et encore moins pouvait-il imaginer que l’I.G. Farben allait, à peine une douzaine d’années plus tard, s’illustrer par la fabrication du gaz Zyklon B utilisé pour « rationaliser » le génocide, ni que ses usines allaient employer, par centaines de milliers, la main-d’œuvre concentrationnaire. Cependant, unique parmi tous les penseurs et dirigeants marxistes de ces années, Benjamin a eu la prémonition des monstrueux désastres dont pouvait accoucher la civilisation industrielle/bourgeoise en crise.

  • 3 Walter Benjamin, « Paris, die Hauptstadt des XIX. Jahrhunderts », 1935, Gesammelte Schriften (GS), (...)

5Si Benjamin rejette les doctrines du progrès inévitable, il ne propose pas moins une alternative radicale au désastre imminent : l’utopie révolutionnaire. Les utopies, les rêves d’un futur différent, naissent, écrit-il dans Paris, capitale du xixe siècle (1935), en association intime avec des éléments venus d’une histoire archaïque (Urgeschichte), « c’est-à-dire une société sans classes » primitive. Déposées dans l’inconscient collectif, ces expériences du passé, « en rapport réciproque avec le nouveau, donnent naissance à l’utopie »3.

  • 4 Walter Benjamin, « Johan Jakob Bachofen », 1935, GS, II, 1, p. 220-230.

6Dans son essai de 1935 sur Bachofen, anthropologue suisse du xixe siècle connu pour ses recherches sur le matriarcat, Benjamin développe de façon plus concrète cette référence à la préhistoire. Si l’œuvre de Bachofen a tant fasciné les marxistes comme Friedrich Engels, et les anarchistes comme Élisée Reclus, c’est par son « évocation d’une société communiste à l’aube de l’histoire », une société sans classes, démocratique et égalitaire, avec des formes de communisme primitif qui signifiaient un véritable « bouleversement du concept d’autorité »4.

  • 5 Walter Benjamin, « Das Passagen-Werk », GS, VI, 1, p. 456.

7Les sociétés archaïques sont aussi celles d’une plus grande harmonie entre les êtres humains et la nature. Dans le Passagenwerk, son livre inachevé sur les passages parisiens, il s’oppose à nouveau, de la forme la plus énergique, aux pratiques de « domination » ou « exploitation » de la nature par les sociétés modernes. Il rend encore une fois hommage à Bachofen pour avoir montré que la « conception assassine (mörderisch) de l’exploitation de la nature », conception capitaliste/moderne prédominante à partir du xixe siècle, n’existait pas dans les sociétés matriarcales du passé, où la nature était perçue comme une « mère généreuse » (schenkenden Mutter)5.

  • 6 Walter Benjamin, Paris, Capitale du xixe siècle. Le Livre des Passages, Paris, Éditions du Cerf, 20 (...)

8Il ne s’agit pas pour Benjamin – ni d’ailleurs pour Engels ou Élisée Reclus – de revenir au passé préhistorique, mais de proposer la perspective d’une nouvelle harmonie entre la société et l’environnement naturel. Le penseur qui incarne à ses yeux cette promesse d’une réconciliation future avec la nature est le socialiste utopique Charles Fourier. Ce n’est que dans une société socialiste, dans laquelle la production cessera d’être fondée sur l’exploitation du travail humain, que « le travail perdra son caractère d’exploitation de la nature par l’homme. Il suivra alors le modèle du jeu enfantin, qui est chez Fourier à la base du “travail passionné” des “harmoniens”. […] Un tel travail, effectué dans l’esprit du jeu, ne vise pas la production de valeurs mais l’amélioration de la nature. […] Une terre cultivée selon cette image […] serait un lieu où l’action est sœur du rêve »6.

  • 7 Walter Benjamin, « Sur le concept d’histoire », Œuvres, III, Paris, Gallimard, 2000, p. 436. Comme (...)

9Dans les Thèses sur le concept d’histoire, son testament philosophique, rédigé en 1940, Benjamin revient une nouvelle fois à Fourier, cet utopiste visionnaire qui rêvait d’« une forme de travail qui, loin d’exploiter la nature, [soit] en mesure de l’accoucher des créations virtuelles qui sommeillent en son sein », rêveries dont l’expression poétique réside dans ses « fantastiques imaginations », en fait pleines d’un « surprenant bon sens ». Cela ne veut pas dire que l’auteur des Thèses veut remplacer le marxisme par le socialisme utopique : il considère Fourier comme un complément à Marx, et dans la même Thèse XI, il est question de la discordance entre les observations de Marx sur la nature du travail et le conformisme du programme social-démocrate de Gotha. Pour le positivisme social-démocrate, représenté par ce programme, ainsi que par les écrits de l’idéologue Joseph Dietzgen, « le travail vise à l’exploitation de la nature, exploitation qu’on oppose avec une naïve satisfaction à celle du prolétariat ». Il s’agit, dans ce genre d’idéologie, d’une « approche de la nature qui rompt sinistrement avec les utopies d’avant 1848 », une référence évidente à Fourier. Pire encore, par son culte du progrès technique, et son mépris de la nature, « offerte gratis » selon Dietzgen, ce discours positiviste « présente déjà les traits technocratiques qu’on rencontrera plus tard dans le fascisme »7.

10Nous trouvons dans les Thèses de 1940 une « correspondance » – au sens que Baudelaire donne à ce terme dans son poème Les correspondances – entre théologie et politique : entre le paradis perdu dont nous éloigne la tempête qu’on appelle « progrès » et la société sans classes dans l’aurore de l’histoire, ainsi qu’entre l’ère messianique du futur et la nouvelle société sans classes du socialisme. Comment interrompre la catastrophe permanente, l’accumulation de ruines « jusqu’au ciel », qui résulte du « progrès » (Thèse IX) ? Encore une fois, la réponse de Benjamin est à la fois religieuse et profane : c’est la tâche du Messie, dont le « correspondant » profane n’est autre que la révolution. L’interruption messianique/révolutionnaire du progrès, c’est par conséquent la réponse de Benjamin aux menaces que font peser sur l’humanité la continuation de la tempête maléfique et l’imminence de nouvelles catastrophes. Nous sommes en 1940, à quelques mois du début de la « solution finale ».

  • 8 Walter Benjamin, GS, I, 3, p. 1232. Il s’agit d’une des notes préparatoires des Thèses, qui n’appar (...)

11Dans les Thèses sur le concept d’histoire, Benjamin se réfère souvent à Marx, mais sur un point important, il prend une distance critique envers l’auteur du Capital : « Marx a dit que les révolutions sont la locomotive de l’histoire mondiale. Peut-être que les choses se présentent autrement. Il se peut que les révolutions soient l’acte par lequel l’humanité qui voyage dans le train tire les freins d’urgence »8. Implicitement, l’image suggère que si l’humanité permet au train de suivre son chemin – déjà tracé par la structure d’acier des rails – et que rien ne retient sa progression, nous nous précipiterons directement dans le désastre, ou dans l’abîme.

12Cependant, même Walter Benjamin, le plus pessimiste des marxistes, ne pouvait pas prévoir à quel point le processus d’exploitation et de domination capitaliste de la nature – et sa copie bureaucratique dans les pays de l’Est avant la chute du Mur – conduirait à des conséquences désastreuses pour l’ensemble de l’humanité.

13Nous assistons, en ce début de xxie siècle, à un « progrès » de plus en plus rapide du train de la civilisation capitaliste vers un abîme qui s’appelle catastrophe écologique, et qui a dans le changement climatique son expression la plus dramatique. Il est important de prendre en considération l’accélération croissante du train, la vélocité vertigineuse avec laquelle il s’approche du désastre. En fait, la catastrophe a déjà commencé, et nous nous trouvons dans une course contre le temps pour tenter d’empêcher, contenir, arrêter cette fuite en avant, dont le résultat sera l’élévation de la température de la planète, avec comme conséquences (entre autres) la désertification de territoires immenses, l’élévation du niveau de la mer, la disparition sous l’océan de grandes villes maritimes : Venise, Amsterdam, Hong-Kong, Rio de Janeiro.

14Une révolution est nécessaire, écrivait Benjamin, pour freiner cette course. Ban-Ki-Moon, le secrétaire général des Nations unies, qui n’a rien d’un révolutionnaire, dressait récemment (Le Monde du 5 septembre 2009) le diagnostic suivant : « Nous – ce nous se réfère sans doute aux gouvernements de la planète – avons le pied collé sur l’accélérateur et nous précipitons vers l’abîme ».

15Walter Benjamin définissait comme une « tempête » le progrès destructif qui accumule les catastrophes. Le même mot, « tempête », apparaît dans le titre, qui paraît inspiré par Benjamin, du dernier livre de James Hansen, le climatologue de la NASA aux États-Unis et un des plus grands spécialistes du changement climatique dans le monde. Le livre, publié en 2009, s’intitule Storms of my grand children. The truth about the coming climate catastrophe and our last chance to save humanity (New York, Bloomsbury, 2009), en français : « Les tempêtes de mes petits-enfants. La vérité sur la catastrophe climatique qui s’approche et notre dernière chance pour sauver l’humanité ». Hansen non plus n’est pas un révolutionnaire, mais son analyse de la « tempête » – qui pour lui, comme pour Benjamin, est l’image de quelque chose de bien plus menaçant – est d’une lucidité impressionnante.

16On a peu à attendre des gouvernements de la planète, à quelques rares exceptions près. Le seul espoir réside dans les mouvements sociaux réels. Parmi ces derniers, un des plus importants aujourd’hui est celui des communautés indigènes, notamment en Amérique latine. Après l’échec de la conférence des Nations unies sur le climat à Copenhague, le président Evo Morales – qui s’était solidarisé avec les protestations de rue dans la capitale danoise – a réuni en 2010 à Cochabamba, en Bolivie, la Conférence internationale des peuples contre le changement climatique et en défense de la Pachamama, la « Mère Terre ». Les résolutions adoptées à Cochabamba correspondent, presque mot pour mot, à l’argument de Benjamin au sujet du traitement criminel de la nature par la civilisation occidentale capitaliste, tandis que les communautés traditionnelles la considèrent comme une « mère généreuse ».

17Walter Benjamin a été un prophète, c’est-à-dire non pas quelqu’un qui prétend prévoir l’avenir, comme l’oracle grec, mais au sens de l’Ancien Testament : celui qui attire l’attention du peuple sur les menaces futures. Ses prévisions sont conditionnelles : voici ce qui arrivera, à moins que… sauf si… Aucune fatalité : l’avenir reste ouvert. Comme l’affirme la Thèse XVIII sur le concept d’histoire, chaque seconde est la porte étroite par laquelle peut venir le salut.

18L’humanité réussira-t-elle à tirer les « freins » révolutionnaires ? Chaque génération, écrit Benjamin dans les Thèses de 1940, a reçu une « faible force messianique » : la nôtre aussi. Si nous ne l’utilisons pas « avant un moment presque calculable de l’évolution économique et sociale, tout sera perdu » pour paraphraser la formule de l’« avertissement d’incendie » de Benjamin en 1928.

19Au sein des mouvements de résistance à la destruction capitaliste de la nature se développe, en Europe, en Amérique latine, aux États-Unis, une perspective radicalement anticapitaliste, l’aspiration à une alternative radicale, fondée sur des valeurs de solidarité, de respect de l’environnement et d’autogestion démocratique : l’écosocialisme. Associant la critique marxiste du capital et la critique écologique du productivisme, l’écosocialisme est une proposition hétérodoxe qui implique la transformation révolutionnaire, non seulement des rapports de production, mais aussi de l’appareil productif lui-même – à commencer par ses sources d’énergie  – du mode de consommation, des formes de transport et d’habitat. L’enjeu n’est pas de « corriger les excès » du système, mais de lutter pour un autre paradigme de civilisation, aux antipodes de celui fondé sur l’accumulation du capital et le fétichisme de la marchandise. La pensée de Walter Benjamin nous fournit des outils précieux pour ce combat.

Haut de page

Notes

1 Walter Benjamin, Sens Unique, Paris, Lettres Nouvelles/Maurice Nadeau, 1978, p. 172-173, 205-206 et 242.

2 Walter Benjamin, « Le surréalisme, dernier instantané de l’intelligentsia européenne », Œuvres, II, Paris, Gallimard, 2000, p. 132.

3 Walter Benjamin, « Paris, die Hauptstadt des XIX. Jahrhunderts », 1935, Gesammelte Schriften (GS), Frankfurt/Main, Suhrkamp Verlag, 1977, V, 1, p. 47.

4 Walter Benjamin, « Johan Jakob Bachofen », 1935, GS, II, 1, p. 220-230.

5 Walter Benjamin, « Das Passagen-Werk », GS, VI, 1, p. 456.

6 Walter Benjamin, Paris, Capitale du xixe siècle. Le Livre des Passages, Paris, Éditions du Cerf, 2000, p. 376-377.

7 Walter Benjamin, « Sur le concept d’histoire », Œuvres, III, Paris, Gallimard, 2000, p. 436. Comme on sait, Walter Benjamin, intercepté à Port-Bou, à la frontière espagnole, et menacé d’être livré à la Gestapo par la police franquiste, a choisi le suicide (août 1940).

8 Walter Benjamin, GS, I, 3, p. 1232. Il s’agit d’une des notes préparatoires des Thèses, qui n’apparaît pas dans les versions finales du document. Le passage de Marx auquel se réfère Benjamin figure dans Luttes de classes en France (1850) : « Die Revolutionen sind die Lokomotiven der Geschichte » (le mot « mondial » ne figure pas dans le texte de Marx).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Löwy, « Walter Benjamin, précurseur de l’écosocialisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 130 | 2016, 33-39.

Référence électronique

Michael Löwy, « Walter Benjamin, précurseur de l’écosocialisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 130 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4909

Haut de page

Auteur

Michael Löwy

CNRS–CEIFR–EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page