Navigation – Plan du site
DOSSIER
Témoignage

« C’est d’un chic ! »

Portrait d’un journaliste (de mode) communiste, Michel Boué (1947-1993)
Jean-Pierre Léonardini
p. 119-136

Résumé

L’article puise dans les souvenirs personnels de son auteur et dans une relecture d’un choix d’articles et de textes. Il brosse un tableau exhaustif de l’œuvre journalistique militante de Michel Boué et met en lumière son rôle dans les évolutions culturelles (la prise en compte de la mode) et sociales (celle de l’homosexualité) assumées par le mouvement communiste français entre 1974 et 1993.

Haut de page

Texte intégral

In memoriam

1L’occasion m’est offerte d’évoquer la figure de Michel Boué. Cela m’intimide et me comble à la fois. Voilà vingt-deux ans qu’il n’est plus et je l’ai toujours en tête, j’entends sa voix, je ne cesse de le voir, que ce soit en rêve ou dans un dialogue diurne imaginaire perpétué. Ce fut une chance unique d’avoir travaillé à ses côtés des années durant.

2Après s’être occupé du théâtre à l’Humanité-Dimanche, il avait été affecté au service culturel de l’Humanité que je dirigeais. Nous partagions la rubrique théâtrale (à ce titre, l’été, nous « descendions » de concert au Festival d’Avignon) mais plus largement nous avions affaire, au sein d’une petite équipe, à l’ensemble du champ culturel. Il s’y illustra avec éclat. Il pouvait écrire sur tout, car il avait en tout l’œil juste, le cœur sensible et l’instinct sûr de la langue écrite. Il savait donc intervenir vite sur un fait survenu une heure auparavant, « torcher » une critique de film ou rendre compte d’une exposition, brosser un portrait ou rédiger un billet d’humeur en un clin d’œil. Bref, il possédait le talent si précieux, indispensable au journaliste digne de ce nom, d’une culture générale étendue, sans un atome de cuistrerie, mise au service d’une plume alerte, apte à marier le maintien de la phrase classique à un tour familier, voire populaire ; soit la panoplie complète de cet art du sprint propre au journal quotidien, qui fait l’attachement des lecteurs pour une signature. Dieu sait si les lecteurs de l’Humanité goûtaient la prose de Michel. Ils y trouvaient, sous l’apparence d’un ton vif, des éléments de pensée profonde à découvrir et méditer, et matière à sourire jusque dans la réflexion d’ordre tragique, y compris en matière de politique. Parfait jumelage du fond et de la forme, comme on dit. Michel avait du style. Un don.

Michel Boué en 1987 (coll. Privée).

3S’il excellait en tous domaines, c’est en qualité de chroniqueur de mode qu’il brilla le plus intensément, dès lors que son ami Claude Cabanes (tous deux étant natifs de Fleurance, dans le Gers, à vue de nez quelque huit mille habitants sauf erreur) au dandysme assumé – alors rédacteur en chef avant d’avoir à diriger la rédaction – lui confia cette tâche en plein accord avec Roland Leroy, qui était à la tête du journal. Dès son premier « papier », Michel s’imposa dans un domaine où l’on n’attendait pas forcément l’Humanité. En possession d’un abondant lexique, maître à la fois de l’humour et de l’ironie, tirant de ses poches comme en se jouant la citation qu’il faut à l’instant où elle s’impose, l’analyse des collections, saison après saison, tout en demeurant l’éblouissante saga colorée du chiffon cher, prenait avec lui, au fil du plaisir du texte, des allures proprement sociologiques, depuis le podium où tout étincelle jusqu’aux coulisses obscures de l’atelier où marnent couturières et brodeuses, ces « fées » anonymes qu’il disait, aux mains desquelles naissent les miracles de la beauté insolente du chic, fût-ce le plus extravagant.

  • 1 Michel Boué, Le roman de la robe, Paris, Messidor, 1989, 168 p.
  • 2 Idem, p. 159.
  • 3 Idem, p. 159.

4Cette saga des collections, saison après saison, Michel fut amené à la synthétiser en un très beau livre, subtilement intitulé Le roman de la robe1 (Messidor, 1989), préfacé par Christian Lacroix, dont Michel saluait in fine « l’arrivée, tel Zorro, qui a un effet d’électrochoc dans la haute couture que l’audace et l’inventivité avaient désertée quelques lustres pour les officines autrement excitantes du prêt-à-porter »2. « Lacroix, précisait-il en bon Camarguais, réveille d’un coup d’éperon la vieille dame digne mais plutôt ankylosée. Il lui remonte le moral à la cravache. Elle aime ça. »3 Comme nous l’avions attendu, ce beau livre ! N’avions-nous pas partagé au jour le jour, au côté de Michel, ses affres d’auteur s’escrimant sur l’ordinateur en quête d’absolu ? Ce qui frappe d’emblée dès qu’on entre en lecture dans Le roman de la robe (je viens de le relire), c’est la vertu d’une écriture de parfaite maîtrise, d’audace contrôlée, de lyrisme coupé net par la saillie moqueuse.

5Donner le jour à un bouquin, on le sait, reste le rêve (le cauchemar ?) de tout journaliste qui se respecte. Michel l’a vécu jusque dans les conséquences ultimes, depuis le doute jusqu’à l’accomplissement heureux du désir. Truffé d’informations puisées à la source, fruit d’un véritable travail de détective dans l’univers déconcertant de la mode, depuis donc l’atelier à l’éclairage chiche où des femmes s’usent les yeux, pénélopes ne chicanant pas leur peine pour des trésors qui leur échapperont à jamais, jusque sous les feux de la rampe, Le roman de la robe constitue un véritable vade-mecum de la haute couture et du prêt-à-porter, et aussi, voire surtout, un roman, en effet.

  • 4 Idem, p. 16.
  • 5 Idem, p. 34.

6Le récit s’articule autour d’un souvenir de fraîche date : la présentation, sur la grande scène de la fête de l’Humanité, dans la nuit du 11 septembre 1988, de la collection Yves Saint-Laurent, qui culmina dans l’évolution de la divine Katioucha, « gazelle noire aux ailes d’oiseau blanc »4, en robe de mariée. De l’aveu même de Michel, qui fut d’ailleurs la cheville ouvrière de cette soirée mémorable au cours de laquelle deux mondes s’entre-regardèrent ébahis, cette image bouleversante mit le feu aux poudres de son imagination. En langage universitaire, on nommerait ça « le dispositif générateur ». À partir de là, sa mémoire se dévide au cours d’un incessant mouvement d’ingénieuse navette. Le narrateur, qui va et vient dans le passé proche ou lointain, tisse ses rets à vue, s’attache là au portrait incisif, ici à des considérations chiffrées sur le poids du marché de la mode dans la balance économique nationale, traite de l’histoire de l’art, de celle des mœurs ou nous introduit dans l’antre doré de Cristobal Balenciaga (« Il replia les ciseaux, tel Rimbaud brisant l’encrier »), auprès de Coco Chanel (dont sont ainsi décrits les débuts : « Dans ses minces bagages de Rastignac en sarrau, col Claudine et lavallière, sosie de Gigi aux yeux d’encre qui feront fureur lors de colères volcaniques, elle emporte en bonne payse de solides principes de maquignon madré, mais aussi un look de femme de quaker qu’elle va, le plus curieusement du monde, imposer au Tout-Paris »5), dans les hangars glacés où Jean-Paul Gaultier exhibe ses ménagères apprivoisées en vamps faubouriennes, et chez Cardin et chez Montana, Yamamoto, Chantal Thomass et Saint-Laurent évidemment, Sonia Rykiel et les autres, sans qui le corps des femmes ne serait que ce qu’il est, dans une nudité certes sacrée mais vraiment pas commode. Infinies sont les combinaisons possibles de formes, de couleurs et de matières sur l’enveloppe d’Ève. L’art du couturier ne consiste-t-il pas, justement, à intervenir sur la lettre, en une inlassable exploration des possibles autour d’elle enroulés ? De cette aventure mirifique dont il explore toutes les pistes, Michel se fait l’historiographe éclairé. Du coup, ces espaces mythiques semblent devenir fréquentables pour tout un chacun. Le secret recule sans que, par bonheur, soit aboli le mystère qui continue de régner dans l’acte de création.

  • 6 Idem, voir préface de Christian Lacroix, p. 13.

7Christian Lacroix, à l’orée de l’ouvrage, fournit cette définition remarquable : « Plus que jamais les couturiers sont eux-mêmes ; jusqu’à la caricature. Finie l’unicité de la ligne chaque saison. À chaque femme de choisir, de se reconnaître dans telle ou telle collection, comme dans un roman, où se projeter. Car si Madame Bovary était un peu Flaubert, une collection c’est un peu une autobiographie, pour devenir biographie de celle qui la portera6 ».

8À l’Humanité nous fûmes fiers, par alliance, devant ce coup d’essai de Michel dans le « dur » du livre qui fut un coup de maître. Grâce à lui, nous apprenions en souriant et nous avions matière à penser avec ardeur sur l’histoire de la Femme se libérant de ses armures inconfortables (Coco fut la Jeanne d’Arc de cette cause) pour redevenir, chez Mugler, hautaine Walkyrie revue par Cinecitta ou kolkhozienne aux appas foudroyants. La mode est un ogre qui fait ventre de tout, des pulsions, des engouements, de la lecture des journaux, du folklore, que sais-je encore ? De l’histoire, bien sûr. Rien n’est moins futile, en somme, que cette épopée de la fringue. Le mot ne vient-il pas du verbe « fringuer » (il signifie « faire l’élégant »), attesté depuis 1743 ?

9Tout cela, Michel le narrait en une sorte de tourbillon fortement charpenté. C’est alors qu’en somme on retrouvait le roman, qui obéit à la logique proustienne d’une construction musicale, avec des variations à point nommé à l’intérieur du thème initial. De l’art de Proust, Michel était un connaisseur impénitent. Il le citait à tout bout de champ. Tout comme Mallarmé, qui signait Miss Satin ou Marguerite de Ponty dans La dernière mode. En un mot comme en cent, dans son Roman de la robe, à partir d’un sujet bateau par excellence, dont on nous rebat les oreilles dans journaux et revues à des fins strictement mercantiles, Michel Boué, obéissant à la dictée d’une érotique de la passion, en se donnant la discipline de la rigueur, parvint à se hisser au rang d’écrivain à part entière.

10Il importe, à ce point, de revenir sur le rendez-vous d’exception que fut le défilé Saint-Laurent à la fête de l’Humanité. Roland Leroy, directeur du journal (de 1974 à 1994), évoquait ainsi l’événement le 3 mai 2008 : « Michel Boué m’a soumis la proposition. J’ai rencontré Pierre Bergé. Il est venu visiter le chantier de l’Huma à Saint-Denis (où s’édifiait alors le nouveau siège sur les plans de l’architecte Oscar Niemeyer). J’ai moi-même visité le chantier de l’Opéra-Bastille dont il s’occupait. Nous nous sommes très vite entendus et nous avons mis au point cette participation à la fête. Je crois que ce fut important pour nous, mais aussi pour Yves Saint-Laurent. Plus tard, quand il a organisé un défilé au Stade de France, il a dit, je cite de mémoire, que la fête avait constitué pour lui un galop d’essai. Bien sûr, dans l’ensemble de son œuvre, ce défilé n’a qu’une importance relative, mais il a eu un sens profond quant à la création elle-même, à sa vocation, au public auquel elle peut parler. C’était possible parce que Yves Saint-Laurent a contribué à faire de la haute couture française une composante importante de la culture universelle.

  • 7 Roland Leroy, « Ce défilé fut un véritable événement », l’Humanité, 3 juin 2008, <http://www.humanite.fr/node/394622>.

11« Ce n’était plus seulement comme avaient cru devoir le dire quelques grincheux – croyant ainsi parler le langage des prolétaires ou du peuple – une sorte de jouissance pour les riches et les capitalistes. Ils boudaient, ce faisant, ce que le public de la fête, au contraire, a aussitôt salué et reconnu et que, d’une certaine manière, il revendiquait. Comme pour Picasso. Comme pour la poésie. Personne, bien sûr, à la fête de l’Huma, ne peut s’acheter un Picasso, du moins à ma connaissance, mais quand nous lui avons consacré une exposition, des milliers de personnes ont pu entrer dans sa peinture. C’est aussi cela qui a eu lieu avec le défilé Saint-Laurent7 ».

Michel Boué à la fête de l’Humanité 1988 (coll. Privée).

12Michel avait trop de classe pour pavoiser à titre personnel. Pour lui, le défilé Saint-Laurent était un somptueux présent à fraternellement offrir à la foule des camarades et amis émerveillés. Je ne résiste pas à recopier l’amorce du compte rendu qu’il fit de l’événement après coup. Il y est tout entier. Je perçois dans ses mots les battements de son cœur.

13« Un jour de rêve. Dès l’aube on scrute le ciel, on consulte la météo. Nuageux sans plus. Ouf !

14« Une ondée annulerait forcément le défilé des pièces de collection que sont les modèles de haute couture. Et un climat dissuasif ravirait les méchantes langues qui rêvent d’un bide pour cette grande première : l’art de la mode à la fête des communistes.

15« 10 heures du matin, départ survolté depuis le luxueux siège YSL. Au n° 5 de l’avenue Marceau, on est sur le pied de guerre. Deux bus démarrent. À bord, cent participants griffés YSL : quarante mannequins, habilleuses, coiffeurs, encadrement. Un voyage exotique pour nos belles, les top-modèles les plus recherchées au monde qui vont croiser à l’arrivée les Garçons Bouchers en répétition. Le choc des mondes…

16« Trois heures de répétition en tenue sous la baguette exigeante de Claude Licard. “Pas de défilé au rabais, a prévenu Pierre Bergé, ce doit être plus parfait que jamais.” Les camarades des chantiers alentour rappliquent, écarquillent les yeux et applaudissent. Déjà. Bon signe.

17« À 16 heures, pique-nique, puis balade parmi les stands, avant la réception offerte par l’Humanité à la maison de couture. Mme Saint-Laurent mère en est, mais pas Yves, absent hélas.

18« 20 heures : les “filles”, déjà gâtées par la nature, sont entre les mains des maquilleurs qui en feront de hiératiques déesses. Le général en chef Bergé passe les troupes en revue. L’heure H approche et l’anxiété monte. Viendront-ils ? Aimeront-ils ?

19« À 20 h 45, une chape de glace nous tombe dessus. La pelouse est déserte alors que les invités s’entassent dans le pré carré au pied de la scène. C’est qu’on est vendredi, les travailleurs ont gagné La Courneuve au dernier moment. Et le miracle a lieu : Francis Crémieux fait les présentations. En un quart d’heure, la pelouse est noire de monde : cinquante mille personnes, disent des dépêches. Serait-ce moins, c’est déjà considérable. Mais qu’en diront-ils ?

  • 8 Michel Boué, « Haute couture : le défilé Yves Saint-Laurent à la fête de l’Huma », l’Humanité, 8 ja (...)

20« Nuit noire. Décor noir. Mannequin noir. Tailleur, pantalon noir, une reine africaine descend l’escalier : c’est parti8 ! ».

21On sait peu que le défilé Saint-Laurent à la fête de l’Humanité se situe à la suite logique, dans l’histoire du Parti communiste français, d’une prise de position antérieure de Maurice Thorez (secrétaire national de 1930 à 1964) en faveur de la haute couture et plus largement de ce que l’on nommait alors « articles de Paris », ce dans le but d’honorer cette production, au nom de sa richesse symbolique et des savoir-faire, du haut en bas de l’échelle, de ses artistes et artisans.

22L’admirable, chez Michel Boué, c’est que l’esthète qu’il est, profondément, spontanément, n’oblitère jamais en lui le critique impavide, pour ne pas dire le pamphlétaire au grand sens. J’en veux pour exemple ce billet (l’Humanité du 26 janvier 1991), intitulé « Évacuation précoce ? », où le parti pris politique est paré d’irrésistibles considérations :

23« La saison s’annonce mal pour nos marchands d’habits qui exhibent à partir de demain leurs collections haute couture d’été. La clientèle américaine, qui doit s’imaginer que la France jouxte l’Irak et que Paris est à portée de Skud, ne viendra pas faire ses emplettes avenue Montaigne. Et les émirettes n’auront quand même pas le culot de venir parader aux défilés !

24« Ces dames peuvent toujours se rabattre sur la vitrine du styliste Van Pier, qui vient de lancer à New York une “Mode de guerre” à base d’imprimés camouflage, gilets pare-balles et masque à gaz en guise de sac à main. On croyait le goût des Américaines seulement mauvais. Il est immonde.

25« Le conflit du Golfe, en plus de l’honneur, fera donc perdre à la France des devises. Les actions de Chanel et de Dior vont plonger, tandis que celles de la firme japonaise Okamoto se redressent à l’indice Nikkeï. C’est le fabricant de préservatifs qui fournit nos viriles troupes : les soldats en protègent du sable l’extrémité de leurs fusils.

  • 9 Michel Boué, « Évacuation précoce », l’Humanité, 26 janvier 1991, <http://www.humanite.fr/node/17112>.

26« Gare à l’évacuation précoce9 ».

27Il faut que j’arrête. Au train où vont les choses, à la relecture des articles de Michel sur tous les thèmes qu’il aborda, lesquels sont légion au fil de l’actualité qui abonde de tout temps en sujets graves et anecdotes, j’en viendrais à le recopier sans fin, tel ce personnage de Borgès qui, se mettant en tête de réécrire Don Quichotte, finit par en rédiger le pur et simple duplicata.

  • 10 Michael Sibalis, « L’arrivée de la libération gay en France. Le Front homosexuel d’action révolutio (...)
  • 11 Pour la position du Parti communiste français sur l’homosexualité en 1972, voir Jacques Girard, Le (...)

28J’en viens donc à l’être de Michel. Il était homosexuel. Chimiquement pur, oserais-je dire. En 1984, il écrit dans l’Humanité que « l’homosexualité n’a pas besoin de curés qui absolvent, ni de psychiatres qui expliquent, elle est tout simplement ». Il embauchait à l’Humanité en 1974. À sa « montée » à Paris, il avait je crois collaboré à Détective et s’était engagé au Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR)10, formé en 1971 et volontairement dissous trois ans plus tard, non sans avoir sorti, à grand fracas, l’homosexualité de la clandestinité sociale. En 1972, Jacques Duclos, lors d’un meeting à la Mutualité, sommé de répondre à la question d’un militant du FHAR sur la position du Parti communiste français quant à l’homosexualité, s’était fâché tout rouge. « Vous êtes des malades, s’était-il exclamé, il faut vous soigner11 ! ». Sur la lancée, dans l’Humanité du 5 mai 1972, un article stigmatisait le FHAR comme « la pourriture du capitalisme à son déclin ». Jacques Duclos, alors à trois ans de sa mort, était un homme « d’avant », né à la fin du xixe siècle, à ce titre héritier des idées reçues du mouvement ouvrier depuis ses origines ; l’homosexualité étant d’emblée perçue – en totale méconnaissance de son essence même – comme le vice par excellence de la société de loisir, soit une perversion d’aristocrates ou de possédants décadents.

  • 12 Sur Jean Ristat, voir Jean Ristat, « Contre tous les ghettos de la sexualité », Le Matin de Paris, (...)
  • 13 Voir notamment Gilles Alfonsi, « Les communistes et le mouvement homosexuel », Politique, n° 5, <http://www.france.qrd.org/spip.php?article4392>. S</http> (...)
  • 14 Gilles Alfonsi, op. cit.

29Michel avait adhéré au Parti communiste en persistant dans son être sans hypocrisie. Il a été de ceux qui, de l’intérieur, ont changé les regards sur l’homosexualité, au même titre que Jean Ristat12 – ami et héritier d’Aragon – et d’autres qui, à partir de 1976, intervinrent dans la commission « homosexualité » du Centre d’études et de recherches marxistes (CERM)13. Gilles Alfonsi, secrétaire général de l’Association des communistes combattants du sida (ACCS), a parfaitement résumé les étapes de cette prise de conscience collective, qui a vu passer les communistes français « de la réprobation à la tolérance puis au respect ». « Ces étapes successives, écrit-il, ont contribué à l’émergence d’une nouvelle appréhension des phénomènes de société, des rapports privés et des modes de vie14 ».

  • 15 Gilles Alfonsi, op. cit.
  • 16 Voir Antoine Idier, Les alinéas au placard : l’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982), Par (...)
  • 17 Gilles Alfonsi, op. cit.
  • 18 Pierre Agudo, « Ce qui a changé », l’Humanité, 6 avril 1998.
  • 19 Gilles Alfonsi, op. cit.

30C’est ainsi qu’en 1981, Jack Ralite, ministre communiste de la Santé, annonce que la France ne se réfèrera plus à la classification de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) selon laquelle l’homosexualité est une maladie mentale15. En juillet 1982, les députés communistes votent l’abrogation de l’alinéa 2 de l’article 331 du Code pénal, qui prohibait les relations homosexuelles en dessous de 18 ans, alors que la majorité « hétérosexuelle » était à 15 ans16. En 1987, François Asensi, député communiste de Seine-Saint-Denis, intervient avec vigueur contre les censures édictées par Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur, visant à interdire la parution du magazine Gai-Pied17. Jean-Claude Gayssot, au nom du secteur « Libertés » du PCF, instaure la participation officielle des communistes à la Gaypride18. La proposition de loi relative aux droits des couples non mariés, déposée par les députés communistes à l’Assemblée nationale le 20 février 1997, constitue l’aboutissement d’une réflexion collective intense, parfois dûment aiguillonnée par la base. Le texte dit : « L’État n’a pas à s’immiscer dans la vie privée des personnes. Son rôle est d’assurer l’égalité de tous et de toutes devant la loi, quel que soit le mode de vie de chaque individu. Il n’y a donc pas lieu de faire une distinction particulière pour les couples homosexuels. […] L’union civile de fait doit ouvrir aux femmes et aux hommes les mêmes droits et les mêmes devoirs que s’ils étaient mariés, dès lors qu’ils en ont formulé le désir qu’il en soit ainsi19 ». On mesure là le chemin parcouru, depuis l’affirmation intempestive de préjugés ancestraux jusqu’à l’indispensable prise en compte de l’homosexualité, qui a conduit à la lutte franche contre les discriminations de nature sexuelle. Quant au « mariage pour tous », on notera que c’est à peu près le seul point sur lequel les communistes ne sont pas en désaccord avec l’actuel gouvernement socialiste.

31Michel a été l’exact contemporain de ces changements de mentalité, en même temps que, grâce à l’exemple prodigué de toute la force de son talent – sans jamais avoir occupé une position officielle – il devint un acteur lumineusement présent dans cette avancée bénéfique. Il le fut jusque dans sa fin, survenue au milieu des années terribles de l’hécatombe causée par le sida, qui l’emporta lui-même. De la maladie, n’était-il pas comme une victime offerte ? Éternel jeune homme longiligne, il ne s’épargnait pas, fumait, buvait pas mal (du rosé aux repas, whisky à partir de cinq heures) et la nuit l’aventure. J’ai le sentiment que derrière son fin sourire, sous ses lunettes de myope où brillaient des yeux vifs, il y avait, par-delà ses plaisanteries incessantes, une part de tragique pleinement assumée. Il ne s’est jamais plaint à titre personnel. Il avait la rare faculté d’élargir au monde sa tristesse, d’en faire une arme, au fond, afin de le corriger dans le sens d’un espoir à toutes fins utiles. Nous étions proches, dans le quotidien véhément de la salle de rédaction au bureau paysagé. Nous partagions des confidences. Par provocation amusée, il faisait mine de s’étonner que l’homosexualité ne soit pas monnaie courante. Il m’appelait « la Léonardina » ! Il possédait nativement cette vertu de la gentillesse, que Proust dans son livre place au plus haut et qui n’a rien d’une mièvrerie, dans l’élan qu’elle implique d’accueil de l’autre, l’insatiable curiosité à son égard, la bienveillance ouverte à tous. Avec ça, la dent dure quant aux puissants, aux injustes, aux cruels, aux possédants bouffis de vanité.

32Dans l’Humanité du 30 mars 1993, sous le titre « Tout tendu vers une idée de bonheur », est publié le texte de l’hommage que Roland Leroy avait rendu à Michel. Ce n’est pas tous les jours qu’un homme politique laisse libre cours ainsi à sa sensibilité frémissante. Il y aura fallu l’aura de Michel. « Tout en lui vient du tréfonds de lui-même, écrit le directeur du journal. Il a toujours su préserver et faire pousser les graines de son enfance. Ainsi, dans son livre Le roman de la robe, Michel parlait du pessimisme d’aujourd’hui et d’un couturier qui « convoque en creux la nostalgie du passé » en inventant une « merveilleuse veste de tailleur, carrément moulée sur les hanches girondes de ces mannequins de bois, décapités et culs-de-jatte qui, lorsque j’étais petit, me faisaient presque peur dans la salle à manger (et à travailler) de ma grand-mère couturière ». Ou bien encore pour évoquer la dimension économique de la mode, la distribution des accessoires, il raconte « un nom prestigieux de Paris qui se frayait la route jusqu’aux rayonnages plus démocratiques des merciers de province. Je me souviens, enfant, d’avoir cassé ma tirelire pour la fête des Mères et les bas d’Elsa en vente chez Lilou Lannes, le coiffeur pour dames qui tenait salon sur la Grand-Place de Fleurance, Gers ».

  • 20 Roland Leroy, « Tout tendu vers une idée du bonheur », l’Humanité, 30 mars 1993, <http://www.humanite.fr/node/53064>.

33« Pour lui, donc, il n’y a pas de talent hors de la vérité personnelle, de l’identité totalement assumée du créateur. Ce n’est pas par provocation, c’est par respect de lui-même et des autres qu’il a attaqué de front, sans barguigner, par exemple, cette question : “Le couturier est paradoxalement taxé d’aversion envers le corps féminin qu’il se targue de dominer. Procès en homosexualité qui n’est pas neuf”. Et Michel plaide dans ce procès. Il écrit : “L’homosexualité masculine, en effet dominante dans le milieu, sécrète probablement une sublimation de la femme et sa célébration plastique sur le socle surélevé d’un podium où d’intouchables créatures, tout sauf nues et désirables, toisent le commun des mortels. Le problème, si problème il y a, est mal posé. L’homosexualité couturière a au moins le mérite de dédouaner la femme de ses appas primitifs, de mettre en exergue les subtilités autrement suaves de son sexe”20 ».

  • 21 Roland Leroy, op. cit.

34Roland Leroy poursuit en ces termes, qui signifient l’apport proprement politique de Michel à l’œuvre commune qu’est le journal : « La liberté de soi-même, la liberté de son propre destin, le conduisent à vivre son activité de critique dans un rapport révolutionnaire avec la réalité sociale. Il l’écrira dans nos pages, au détour d’un compte rendu de la grande exposition Breton à Beaubourg, il y a deux ans : “L’inventivité ne naît, croît et se multiplie qu’en contradiction totale avec l’ordre établi” et là sa plume aiguise une de ses flèches si vives : “Pas ou peu de jeunes peintres de 1991 passeront le cap de leur pépère commerce… La preuve, les animateurs qui tiennent la barre des institutions se rabattent comme un seul homme sur la nostalgie, c’est-à-dire l’héritage, le stock de génie qui tient désormais lieu d’intelligence à une nation vidée de sang vif, courbée en deux devant politiciens et épiciers de luxe, lambris ministériels et galeries marchandes…”21 ».

35« Il y a quelques mois, il accompagnait pour le journal une délégation du parti communiste au cimetière du Père-Lachaise, le jour du quarantième anniversaire de la mort de Paul Éluard. Rentrant trempé par une pluie glaciale, il écrivit : “À la Noël, on ira visiter Aragon. Dix ans déjà sans lui… Ma foi, si ce n’est pas nous qui veillons la flamme de ces grands disparus, qui le fera ? Qui dira aux générations en baskets la pointure de ces camarades-là, qui sont aussi à la Nation, au patrimoine ?” »

  • 22 Roland Leroy, op. cit.

36« Et il écrira en décembre un de ses plus beaux articles pour le numéro spécial de l’Humanité consacré à Aragon. […] Je dirai de lui qu’il avait la plus belle, la plus haute conception de la politique, ouverte sur la vie pour en recevoir et pour donner. C’est sans doute ce qui donnait à son engagement déterminé l’élégance du vagabondage. […] Nous pouvons dire de Michel ce qu’il écrit d’Arthur Rimbaud : “Il aura été inétiquetable, inclassable, irrécupérable, mais tendu vers une idée de bonheur”. Entier il était, riche et ouvert. Nous l’avions accueilli tel. Il nous a tout donné de lui-même. De toutes ses forces, il participa jusqu’au bout à la transformation de notre journal22 ».

37Le regard infiniment singulier de Michel s’exerçait en tous domaines. Je l’ai déjà dit. Une preuve, parmi cent autres, en est fournie par un article du 14 février 1990 sur Barbara, où il advient que l’amour ne rend pas aveugle. Un modèle du genre. Voyons voir.

38« Un jour d’il y a vingt-cinq ans, dans un lycée du Gers, la prof de philo apporta son tourne-disque et une pochette blanche semée de roses… “Aujourd’hui, on laisse tomber Kant, vous allez m’écouter ça”… Ça, c’était Pierre et Nantes ».

39« Vingt-cinq ans après, dans un théâtre parisien, Pierre s’envole encore une fois du piano noir, sur les ailes de jais d’une sorcière toquée, d’une Carabosse voûtée sous son indémodable tunique de velours (Lanvin, je crois), d’une folle enfermée sur scène et dans l’asile de ses obsessions : la chanson, le public.

40« Ce public, très spécial, de Barbara, j’en suis donc depuis un demi-siècle, ancien combattant de Bobino, Olympia, Pantin, Zénith, Châtelet, de cinémas de province rebaptisés music-halls, on devrait dire églises, où la prêtresse païenne, la vestale en deuil du soleil draine, depuis tout ce temps, les paroissiens de sa secte idolâtre. En un mot ses amoureux. J’ai bien dû la voir trente fois sur scène…

41« C’est dire que cette artiste à part dans le répertoire français a noué avec son public une histoire d’amour (la plus belle, dit-elle, et l’étonnant est que c’est vrai), une liaison possessive et charnelle, un ménage à trois, dix, cent, mille, cent mille, où chacun se croit seul dans les bras de la maîtresse, qui tient sa meute énamourée d’une bride courte – Barbara n’est jamais loin dans notre tête –, voluptueusement couchée au pied de ses escarpins.

42« Du coup, cette artiste inouïe s’est taillé dans le public un fonds de commerce inconditionnel, une garde prétorienne armée jusqu’aux dents de passion pour “sa” Barbara, fidèle comme le chien d’Ulysse, indéfectible, indélogeable, inféodée. Et le temps, le temps qui en l’occurrence ne nous vieillit pas mais ressuscite au contraire nos dix-huit ans quand elle surgit sans rides à bord de son piano, tous ces ans n’ont fait que rallonger, aux guichets de location, les générations vierges qui entrent en religion à Mogador.

  • 23 Michel Boué, « La folle du logis », l’Humanité, 14 février 1990, <http://www.humanite.fr/node/2748>.

43« Le phénomène ne laisse pas d’impressionner le vieux de la vieille qui, agacé d’être encore sous le joug, n’en finit pas de succomber. Tout en prenant néanmoins, avec de la bouteille, quelques distances23 ».

44Maintenant, in cauda venenum, va s’exercer l’art du critique avec un cachet ineffable. Michel enfonce le clou :

45« Il en coûte de les imprimer (les “quelques distances” dites plus haut). Mais tout de même, chère Barbara ! Quelle plume paresseuse, quel clavier fatigué nous ont pondu vos derniers titres, lardés de clichés, d’adjectifs usés, de jérémiades taries ? Où sont passés les diamants d’antan : Göttingen, La cantate, Le mal vivre, vos deux premiers trente-trois tours (non réédités, me dit-on) qui sont entrés dans l’anthologie de la poésie française ? Bon, voici Nantes, mais pourquoi en changer notes et même paroles, court-circuiter notre mémoire qui chante en même temps et en dedans de nos cœurs ? Hélène, Michel, les Jacques et les autres, partis sur l’air de Sidamour, sidamort, n’y retrouveraient pas leur émoi d’autrefois.

46« Ils ne reconnaîtraient pas non plus l’oiseau immobile sur la glu de la branche, la Barbara siamoise à son piano, qui tremblait de croiser nos larmes sans le noir. Mais parfois, dans ces pavanes frénétiques aux quatre coins du plateau, dans ces contorsions de diva réclamant ses sels, n’est-elle pas déjà la parodie d’elle-même ?

  • 24 Michel Boué, op. cit.

47« Lecteur, ne tiens pas compte du paragraphe ci-dessus, puisque le public de Barbara se préoccupe peu, au fond, de ce que chante et fait Barbara. Il aime Barbara. Éperdument24 ».

48Moi, en toute modestie, si j’étais le gouvernement, je décrèterais que cet article sur Barbara devrait être étudié dans les écoles de journalisme, lesquelles, au demeurant, n’enseignent pas la critique, dont Baudelaire proclamait haut et fort qu’elle « doit être partiale, passionnée, politique ». Michel l’avait compris.

  • 25 Michel Boué, « La Gazelle dans le corral », l’Humanité, 18 septembre 1990, <http://www.humanite.fr/node/9969>.

49Tiens, Patricia Kaas, à son tour, a droit à son portrait en pied à la fête de l’Humanité : « Et voilà que notre Lolita au buste prépubère, sensuelle comme une banquise, visiblement frêle comme un fétu de paille, à peine aguerrie par trois ans de pratique, a le culot (ou l’inconscience) de signer contrat pour la grande scène de La Courneuve […]. Miss Kaas jette toute sa vaillance, toutes ses tripes dans le combat, occupe l’espace à grandes foulées de cour à jardin, écartelant ses cordes vocales jusqu’à les rompre, puisant jusqu’aux confins de sa juvénile énergie. Patricia sait qu’elle n’est pas, ou pas encore, ou ne sera jamais, une pile électrique de 100 000 volts canadienne, marque Diane Dufresne, ni la bombe atomique allemande Nina Hagen. […] Miss Kaas se dissout dans les coulisses comme un faon en fuite25 ».

50C’est infiniment grisant de retrouver sa prose, semée d’envols d’images. Dans cet article à propos de Béjart (16 février 1991), on peut noter le caractère exquis de ses métaphores corporelles. Certes, la danse s’y prête à ravir.

51« Si Maurice Béjart ne peut plus compter à nos jours sur les louanges qui saluèrent, outre sa mission (accomplie) de démocratisation de l’art du chausson, l’authentique créativité de sa compagnie première – les Ballets du xxe siècle aux temps du Sacre du printemps, de Roméo et Juliette, de Bhakti, du Boléro, du Marteau sans maître ou de Messe pour le temps présent – il conserve des atouts maîtres dans sa manche de Méphisto à barbiche drue et œil d’acier bleu : son amour fou des danseurs. On a beau dire, en quarante ans de création – de L’oiseau de feu d’après Stravinski, en 1950, à la trilogie d’aujourd’hui – Béjart n’aura jamais démérité sur ce plan : le style unique de sa compagnie.

52« Sa grâce n’est pas que technique et musculaire. Elle vient du fond du cœur et du corps d’artistes qui atteignent à un rare degré de liberté par la voie souffrante et suante d’un bagne consenti. Ce paradoxe est banal pour tout danseur, mais flagrant chez Béjart, qui semble laisser à sa tribu la bride sur le cou la plus longue, donc la plus libre possible. Et cette autonomie, pour sûr, lâche tout l’élan dionysiaque de sa troupe, l’allégresse physique de ses filles et plus encore de ses garçons.

53« Cette fois Kataryna Gdaniec, Polonaise à profil de tragédie et bouche de feu, se paie le luxe d’éluder la vedette à tout faire (chanter, jouer, danser) qu’est Ute Lamper, l’héroïne de Cabaret au théâtre Mogador. Confrontée à de vraies ballerines, l’Allemande fait godiche et semble finalement avoir un plan de carrière à la place du cœur. Ses quarante-huit partenaires en ont, eux, à revendre.

  • 26 Michel Boué, l’Humanité, 16 février 1991, <http://www.humanite.fr/node/18468>.

54« On en distinguera un qui éblouirait un aveugle. Tant sa luminosité pulvérise la nuit d’un palais, fût-il des congrès. Cette créature inouïe, d’à peine vingt printemps, se nomme Göran Svalberg et nous descend donc des hauteurs de Suède. C’est un extraterrestre à crinière blonde jusqu’à la blancheur et à torse de marbre de Carrare, un Hermès de Praxitèle vivant, un David de Michel-Ange soudain tourbillonnant sous sa verrière de l’Académie, à Florence. Jorge Donn, ex-star de Béjart, bouleversait par sa sensualité brutale. Svalberg nous met à genoux par la perfection irréelle de sa plastique marmoréenne, diaphane par sa ligne de jambe et sa courbe de fesse, galbée dans les costumes (par ailleurs discutables) du styliste italien Gianni Versace. En prime, l’elfe scandinave arbore dans l’œil une coquetterie à damner couvents de carmélites et abbayes de moines26 ».

55Je ne puis clore ce florilège sans donner à entendre le côté délicieusement vachard de Michel à l’endroit des familles princières et royales « vendeuses de papier »… Voyez « Altesses en baisse » (23 août 1990) :

56« Je serais Mme Windsor ou M. Grimaldi, je sonnerais les cloches à mon agent publicitaire en France, Paris-Match. L’inénarrable magazine ne se contente plus, en effet, des clichés rose bonbon qu’il paie cash aux cours de Buckingham et de Monte-Carlo, histoire d’arrondir les fins de mois de nos pauvres altesses. Voilà que l’hebdo (pesant et choquant) déborde le contrat et publie pleine page la sainte famille britannique en villégiature et en état de laisser-aller total. Frusques pire que jamais, poses de clochardes sur les docks de London. Sa Majesté “is not amused”, a décrété le palais, qui enquête sur la fuite de ces photos abaissantes.

57« Idem à Monaco City, où le prince Albert, cliché sur une page au bras de sa sœur Stéphanie, se retrouve en page suivante à celui de l’ex-fiancé d’icelle, le troublant et trouble Jean-Yves Le Fur. Faudrait savoir…

  • 27 Michel Boué, « Altesses en baisse », l’Humanité, 23 août 1990, <http://www.humanite.fr/node/8995>.

58« Finalement, la vénalité de Paris-Match nous édifie sur la minable mythologie qui sert de trône à ces princières vendeuses de papier. La leçon de l’histoire – avec un “h” minuscule – est que ces gens-là, qui donnent à longueur de journée des leçons de béatitude familiale, feraient mieux de cacher leur pauvre quotidienneté. Cela épargnerait des procès à leur royale cassette27 ».

59Dans le même ordre d’idées, pour la route du souvenir, voici « Royale fracture » (29 juin 1990) :

60« On se fait ces temps-ci un sang d’encre pour les cours d’Europe. L’autre jour, c’est la petite Stéphanie de Monaco qui rendait son voile de mariée à un mignon marlou hélas déjà couché dans le sommier du quai des Orfèvres. Patatras ! Une dépêche AFP datée d’hier soir et codée RY69 nous tombe à son tour sur la tête au lendemain de l’orage. Je cite mot à mot : “Le prince de Galles s’est cassé le bras en jouant au polo dans le comté de Gloucester”. Ça nous coupe les jambes.

61« D’édouard II à Marie Stuart, on savait cruel le destin des altesses royales. La Marie Tudor d’Hugo et Gance, diffusée mercredi soir sur FR3, nous a remémoré les affres de la royauté britannique. Shakespeare en avait déjà fait tout un feuilleton de fer et de sang. Il nous faut, hélas, après Victor et William, y ajouter le plâtre.

62« L’Histoire s’acharne sur le palais de Buckingham. Deux proches épreuves attendent en effet le grand Charles chu de cheval jeudi. Les quatre-vingt-dix bougies de sa mamie “Granny” le 4 août prochain et le “7 sur 7” de tatie Sinclair sur TF1 ce dimanche.

63« Par chance, le cubitus royal endommagé est le droit. Et chacun sait que le futur roi d’Angleterre tiendra le sceptre “à gauche”. Il s’émeut des pauvres affamés, de la nature polluée. On dit que la Thatcher le ferait brûler, comme Cochon fit de notre Jeanne. Rassurons le bon peuple d’England. Les nobles toubibs de Sa Gracieuse Majesté sont à cette heure aux petits soins du membre royal.

  • 28 Michel Boué, « Royale fracture », l’Humanité, 29 juin 1990, <http://www.humanite.fr/node/7253>.

64« Honni soit qui mâle y pense28 ».

  • 29 Michel Boué, « En douleur et en douceur », l’Humanité, 30 janvier 1992, <http://www.humanite.fr/node/26172>.
  • 30 Michel Boué, « Le faune foudroyé », l’Humanité, 2 décembre 1992, <http://www.humanite.fr/node/44807>.
  • 31 Michel Boué, « L’archange divin et déchu », l’Humanité, 7 janvier 1993, <http://www.humanite.fr/node/46958>.
  • 32 « L’adieu hier de tous les siens », l’Humanité, 30 mars 1993, <http://www.humanite.fr/node/53098> (il est indiqué dans cet hommage que</http> (...)

65Ai-je assez fait sentir le journaliste-artiste qu’était Michel ? Du moins lui ai-je redonné la parole avec effusion. « C’est d’un chic ! » était son expression habituelle. Vingt ans à noircir du papier ensemble. Cela crée des liens. Repas pris en commun, blagues, querelles « idéologiques » et rigolades et puis, soudain, ses jours de souffrance qui creusent l’écart entre nous et lui, lui qui pourtant souque ferme pour nous rejoindre quand nous lui tendons les mains, mais il s’éloigne irrémédiablement. Son regard s’assombrit, parce qu’il voit ce que nous ne voyons pas encore. Il ne va plus qu’à l’essentiel, à l’essence même du sujet. Il entre dans le calvaire des autres. C’est qu’il s’approche au plus près du secret terrible. À propos de tant de jeunes morts, stoïque, c’est déjà de lui qu’il parle. Hervé Guibert : « Une fascinante sérénité l’habite, il n’est plus du même côté du miroir que nous autres29 ». Jorge Donn : « le faune foudroyé », « alors vint la marâtre qui hait les hommes beaux30… ». Noureev : « Il aura été gâté des dieux. Ils lui ont présenté la note31 ». La dernière fois que je l’ai vu, c’était dans sa chambre à l’hôpital Rothschild. J’avais apporté un gros bouquet de roses blanches. On s’est tenu la main sans un mot. Michel n’a pas connu le téléphone portable, l’Europe et l’euro, les guerres de fraîche date et le « mariage pour tous ». Qu’aurait-il dit de toutes les nouveautés qui nous assaillent en cette époque de mue anthropologique, de grande confusion, de terreurs protéiformes ? Il sut en tout cas faire son miel du monde où il vécut, esthétiquement bouleversant et politiquement insupportable, comme il se doit, sans jamais renoncer à la beauté, qui est l’un des chemins du dévoilement de la vérité. Fascinant hybride humain, Michel tenait à la fois du lettré amateur d’art et du militant têtu. Pour lui, une robe de Saint-Laurent pouvait égaler Les baigneuses de Picasso. Infiniment libre, dilapidateur de lui-même, jetant à la cantonade ses morceaux d’âme à foison, avec lui c’était à prendre ou à laisser. Nous l’avons pris avec gratitude, avec bonheur. Claude Cabanes, son ami depuis l’enfance, le voyait justement en « aristocrate bougon habité de l’insolence muette des enfants du peuple, qui quitta Fleurance un jour, comme d’Artagnan a pris la route sur un cheval jaune32… ».

  • 33 Jean-Pierre Léonardini, « Communiste par conviction, sur son bureau, s'entassent les lettres non ou (...)

66Pardon de me citer, c’était au lendemain de la cérémonie en l’honneur de Michel à l’Humanité, sous un grand portrait photographique de lui souriant : « Le deuil. La perte. On ne s’y fait pas. Pleurons, je garde une image comme talisman. Il a fini son article et je lis, corrigeant ici et là une virgule, chipotant sur un adverbe. Métier de pion. J’y mets de l’amour. Nous communions. Plaisir de découvrir sans fin le feu roulant du verbe, les traits d’esprit, les envolées, l’étincelante escrime de l’écriture de Michel. Et lui qui se relit par-dessus mon épaule en rejetant la fumée de ses cigarettes “cool” à la menthe. Paradoxe du narcissisme à deux. Il appelle ça joliment notre “quart d’heure Benoîte et Flora Groult”33 ».

67Je laisse à Yves Saint-Laurent le soin de conclure cet in memoriam, qui m’a permis de revoir Michel de près, même si je l’ai toujours eu en tête depuis sa disparition, certes de façon fantomatique, mais gardant sans cesse au cœur le pincement perpétuel de son départ précoce, juste avant que s’inaugure le traitement du sida par les trithérapies. À l’annonce du décès de Michel donc, depuis l’étranger, Yves Saint-Laurent envoyait au journal ces quelques mots : « La mort de Michel Boué me touche infiniment. C’est lui qui avait voulu présenter ma collection de haute couture à la fête de l’Humanité. Ce fut un moment merveilleux dont on me parle souvent et dont je lui serai toujours reconnaissant ».

Haut de page

Notes

1 Michel Boué, Le roman de la robe, Paris, Messidor, 1989, 168 p.

2 Idem, p. 159.

3 Idem, p. 159.

4 Idem, p. 16.

5 Idem, p. 34.

6 Idem, voir préface de Christian Lacroix, p. 13.

7 Roland Leroy, « Ce défilé fut un véritable événement », l’Humanité, 3 juin 2008, <http://www.humanite.fr/node/394622>.

8 Michel Boué, « Haute couture : le défilé Yves Saint-Laurent à la fête de l’Huma », l’Humanité, 8 janvier 2002, <http://www.humanite.fr/node/258262>.

9 Michel Boué, « Évacuation précoce », l’Humanité, 26 janvier 1991, <http://www.humanite.fr/node/17112>.

10 Michael Sibalis, « L’arrivée de la libération gay en France. Le Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR) », Genre, sexualité & société [En ligne], 3, Printemps 2010, URL : <http://gss.revues.org/1428 ; DOI : 10.4000/gss.1428>.

11 Pour la position du Parti communiste français sur l’homosexualité en 1972, voir Jacques Girard, Le mouvement homosexuel en France : 1945-1980, Paris, Éd. Syros, 1981, p. 97-98.

12 Sur Jean Ristat, voir Jean Ristat, « Contre tous les ghettos de la sexualité », Le Matin de Paris, 18 octobre 1978, p. 24-25. Dans cet article, il est noté que Jean Ristat a fait une banderole à la fête de l’Humanité, spécifiant : « Camarade, ne mets pas l’amour en prison ».

13 Voir notamment Gilles Alfonsi, « Les communistes et le mouvement homosexuel », Politique, n° 5, <http://www.france.qrd.org/spip.php?article4392>. Sur les liens entre militants homosexuels et militants révolutionnaires, voir Benoit Bréville, « Homosexuels et subversifs », Le Monde diplomatique, août 2011, <http://www.monde-diplomatique.fr/mav/118/BREVILLE/47101>.

14 Gilles Alfonsi, op. cit.

15 Gilles Alfonsi, op. cit.

16 Voir Antoine Idier, Les alinéas au placard : l’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982), Paris, Éd. Cartouche, 2012, 202 p. (une excellente chronologie de l’abolition de ces décrets qui pénalisaient l’homosexualité dans certaines circonstances).

17 Gilles Alfonsi, op. cit.

18 Pierre Agudo, « Ce qui a changé », l’Humanité, 6 avril 1998.

19 Gilles Alfonsi, op. cit.

20 Roland Leroy, « Tout tendu vers une idée du bonheur », l’Humanité, 30 mars 1993, <http://www.humanite.fr/node/53064>.

21 Roland Leroy, op. cit.

22 Roland Leroy, op. cit.

23 Michel Boué, « La folle du logis », l’Humanité, 14 février 1990, <http://www.humanite.fr/node/2748>.

24 Michel Boué, op. cit.

25 Michel Boué, « La Gazelle dans le corral », l’Humanité, 18 septembre 1990, <http://www.humanite.fr/node/9969>.

26 Michel Boué, l’Humanité, 16 février 1991, <http://www.humanite.fr/node/18468>.

27 Michel Boué, « Altesses en baisse », l’Humanité, 23 août 1990, <http://www.humanite.fr/node/8995>.

28 Michel Boué, « Royale fracture », l’Humanité, 29 juin 1990, <http://www.humanite.fr/node/7253>.

29 Michel Boué, « En douleur et en douceur », l’Humanité, 30 janvier 1992, <http://www.humanite.fr/node/26172>.

30 Michel Boué, « Le faune foudroyé », l’Humanité, 2 décembre 1992, <http://www.humanite.fr/node/44807>.

31 Michel Boué, « L’archange divin et déchu », l’Humanité, 7 janvier 1993, <http://www.humanite.fr/node/46958>.

32 « L’adieu hier de tous les siens », l’Humanité, 30 mars 1993, <http://www.humanite.fr/node/53098> (il est indiqué dans cet hommage que Michel Boué adhéra au PCF en 1973).

33 Jean-Pierre Léonardini, « Communiste par conviction, sur son bureau, s'entassent les lettres non ouvertes à son nom », l’Humanité, 27 mars 1993, <http://www.humanite.fr/node/52958>.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Michel Boué en 1987 (coll. Privée).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Michel Boué à la fête de l’Humanité 1988 (coll. Privée).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4843/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Léonardini, « « C’est d’un chic ! » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 129 | 2015, 119-136.

Référence électronique

Jean-Pierre Léonardini, « « C’est d’un chic ! » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 129 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 25 juin 2016. URL : http://chrhc.revues.org/4843

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page