Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  La contribution de notre collègue Frédéric Régent sur la Guadeloupe est venue enrichir  la journée (...)

1Ce numéro double des Cahiers fait tout d'abord place à un riche dossier sur le thème des révoltes dans la période des révolutions de la fin de XVIIIe siècle. Ce dossier qui reprend pour l'essentiel une journée de travail organisée à l'université de Rouen par le professeur Michel Biard donne la parole à des spécialistes qui, mettant à profit leurs compétences sur différents espaces, ont fait converger leur réflexion sur l'articulation des révoltes et des révolutions.1 Cette problématique est au cœur du sujet proposé en histoire moderne aux candidats aux concours de l'enseignement secondaire. Ce n'est pas rien! Ce sont quelques milliers de jeunes femmes et hommes, ceux qui vont faire exister l'histoire pour les citoyens de demain, qui sont amenés à s'interroger sur le pourquoi des révoltes, sur leur contribution aux transformations des sociétés ou aux refus de ces transformations. Ce n'est pas rien pour l'ensemble de la réflexion historique que de revenir sur les formes du changement social, sur une pensée globale du fonctionnement social. Face à la spécialisation extrême des recherches en histoire, à la juxtaposition qui semble infinie d'objets qui déclinent toutes les formes d'existence de l'humain sans pouvoir guère se soucier que localement de l'articulation des uns avec les autres, il faut saluer l'effort de synthèse que réclame chaque année à des cohortes d'historiens et d'étudiants les sujets proposés aux concours, et particulièrement ce sujet qui amène à s'interroger sur ce passage, justement essentiel à notre compréhension, du local, du ponctuel (ici les insoumissions, les rébellions, les révoltes) au global, celui de la transformation, lente ou soudaine comme les révolutions, irréversible, des rapports sociaux. Étudier le changement. Il n'y aurait pas d'histoire sans cette perception que nous partageons tous d'une transformation permanente de l'ensemble des réalités sociales. Et pourtant n'avons-nous pas cédé à une pensée charmeuse éludant la compréhension de ces changements, cédant face aux grandes déconvenues de la pensée du XXe siècle, aux vertiges de l'aléatoire, à la beauté de l'énigme. Penser les révoltes dans leur contexte spatial, temporel, dans les interactions des diverses forces sociales, des transformations des formes de production, des techniques, des savoirs, des perceptions de soi et de l'autre, comme nous y invitent les contributions de ce dossier, c'est relever le défi toujours à nouveau reposé de la compréhension de ce qui fait le tout social, des limites du possible de ce qui est et de ce qui peut advenir. L'histoire n'est certes pas écrite, mais les révoltes et révolutions de la fin du XVIIIe siècle nous aident à comprendre comment les sociétés d'une même époque sont liées les unes aux autres, dépendantes les unes des autres et aussi de forces convergentes qui modèlent leurs transformations en dépit de ce que les événements peuvent sembler avoir de contingent, d'infiniment divers.

2Les annonces de grands colloques sur l'histoire de la Révolution française, celui de Lille en janvier 2006, celui de Rouen en 2007, viennent confirmer l'un et l'autre l'ambition de compréhension globale des fonctionnements sociaux motivant cette histoire.

3Ce numéro des Cahiers  fait encore place au changement à travers sa rubrique Chantiers consacrée au premier vote des femmes. Fût-ce une révolution que ce droit octroyé si tardivement à la moitié des adultes, maintenue depuis plus de 150 ans en marge du suffrage malgré la proclamation de l'égalité des droits? Sandra Fayolle rappelle les réticences suscitées par l'idée de conférer ce pouvoir aux êtres dépendants que sont les femmes dans les représentations masculines, y compris dans l'extrême-gauche communiste. La conception familialiste s'impose à tous, peut-être même renforcée par le besoin de cohésion sociale qu'impose, aux yeux des responsables politiques, la situation de la France meurtrie de 1945. Et que penser de la quasi inexistence de commémorations officielles de l'événement cette année, en ces temps pourtant, d'intense fabrique identitaire à partir de lieux de mémoire? De toute évidence, l'identité "femme" ne passe pas par la conquête du suffrage non plus que par l'activité politique et la visibilité des femmes dans l'histoire reste bien faible aux yeux de la communauté des chercheurs, si évidemment masculine. Un grand merci à Sandra Fayolle de nous avoir confié ce texte qui permet aux Cahiers de ne pas contribuer au quasi silence qui  a fait du 60e anniversaire du premier vote des femmes un non-événement et souhaitons que ce travail de recherche suscite les débats et réflexions qu'il mérite, y compris dans nos colonnes.

  • 2  Yves Bénot, La révolution et la fin des colonies, Paris, éditions F. Maspéro, 1987, rééd. format d (...)
  • 3 "Les enjeux de la mémoire. Esclavage, marronnage, commémoration", dossier coordonné par Francis Dup (...)
  • 4 Annales historiques de la Révolution française, n° 339- Janvier/Mars 2005, p. 151-154.
  • 5  Elle présidait la Société des Études jaurésiennes qui est à l'initiative, sous sa responsabilité é (...)

4Le changement, nous aurions aimé l'évoquer à travers les travaux, rompeurs de silence, de deux grands historiens du XXe siècle, qui ont pensé les changements de société et pensé l'articulation de l'analyse de ces changement dans l'histoire avec la responsabilité de l'historien dans les changements de son présent. Deux fortes personnalités, incarnant cette interaction dynamique au cœur de l'histoire vivante, entre les interrogations que le présent amène à poser au passé et les interrogations que suscitent le passé quant aux spécificité et au devenir du présent, nous ont quittés ces derniers mois. Yves Bénot, communiste de la Résistance, infatigable militant de l'anticolonialisme, journaliste courageux, en France, en Algérie, en Guinée, écrivain, historien des sociétés esclavagistes du XVIIIe siècle et des luttes pour l'abolition de l'esclavage2, mais aussi fin connaisseur de la pensée des Lumières, et notamment de Diderot, des luttes de la décolonisation, est mort à Paris ce mois de janvier 2005. Yves Bénot était associé à la réflexion des Cahiers : nous avions débattu avec lui autour de notre numéro 89 consacré aux "Enjeux de la mémoire" de l'esclavage. Il devait participer à la rencontre que nous organisions alors pour mars de cette année autour des relectures de l'histoire coloniale3. Nous reviendrons dans notre numéro de rentrée 2005 sur cette grande figure d'un historien aussi exigeant dans son travail scientifique que dans sa pratique militante et nous renvoyons dès à présent à la présentation de son action par l'enseignement, l'écriture, la recherche, faite par l'historien dix-huitièmiste, Marcel Dorigny, sur le site de la revue Multitudes ou dans le dernier numéro des Annales historiques de la Révolution française4. Madeleine Rebérioux, "Madeleine", pour tous ses fidèles, étudiants et étudiantes, collègues, amis et amies de l'université de Vincennes devenue Paris VIII, du Musée d'Orsay, des Cahiers Jaurès ou de la Ligue des Droits de l'homme, elle aussi, semblait infatigable et traverser les conflits de son temps sans rien abdiquer de son exigence passionnée d'historienne et de militante de la justice sociale. Elle aussi militante, notamment des luttes anticoloniales au Parti communiste puis en dehors, elle a vécu son métier d'historienne du socialisme de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, et notamment de la grande figure de Jean Jaurès, dans cette tension entre la distance que nécessite le révolu et l'empathie qui motive la recherche de compréhension, mais aussi dans cette tension, particulièrement vive pour l'historien partie prenante lui-même des luttes de son temps, entre histoire et mémoire des luttes5. Tension que nous reconnaissons pour nôtre aux Cahiers, tension dont nous connaissons l'histoire et les dérives, tension dont l'explicitation est la seule voie de salut, hors de l'instrumentalisation du passé, par les silences, le désengagement subi, autant que par les propos, les choix délibérés.

  • 6  Déjà publié, Les sources de l'histoire de la Commune de Paris et du mouvement communaliste (1864-1 (...)

5"Transmettre" fait aussi la part belle aux temps de révoltes des peuples en évoquant la Commune de Paris et le mouvement communaliste que connut la France des années 1870. Mais aussi à la cohabitation évoquée plus haut et jugée rapidement  négative par nombre d'historiens de métier, entre engagement militant et histoire. La parole est donnée à René Bidouze, l'un des promoteurs de la collaboration originale entre l'association des Amis de la Commune de Paris et les Archives de France. Ce travail commun entre militants et archivistes s'est avéré fructueux et a permis la réalisation du Guide des sources d'archives de la Commune de Paris, outil de travail scientifique à même de permettre le renouvellement des recherches qui sera disponible dans quelques mois6.

6La rédaction des Cahiers a déménagé. Vous devez maintenant nous adresser toutes les correspondances au 6, avenue Mathurin Moreau, 75167 Paris Cedex 19. Notre numéro de téléphone reste inchangé, mais c'est maintenant Claude Saligny, responsable de la fabrication de la revue, qui gère aussi les abonnements et les ventes de la revue. Le Comité de rédaction a décidé de faire un effort en faveur des jeunes lecteurs de la revue et de diminuer le prix de l'abonnement -étudiant en le faisant passer à 29 euros. Par contre, nous demandons à ceux qui le peuvent de contribuer à la vie des Cahiers en souscrivant un abonnement de soutien de 60 euros.

7La prochaine livraison de la revue sera pour juillet et nous retrouverons cette "histoire de France" dans le regard d'historiens et d'historiennes des États-Unis promise depuis longtemps. Et dès à présent nous vous donnons rendez-vous pour des rencontres historiennes autour de nos derniers dossiers, le week-end du 9 au 11 septembre à la Fête de l'Humanité et le week-end du 14 au 16 octobre au Salon de la revue, Espace des Blancs Manteaux à Paris d'une part, aux 7ème Rendez-vous de l'histoire de Blois d'autre part.

Haut de page

Notes

1  La contribution de notre collègue Frédéric Régent sur la Guadeloupe est venue enrichir  la journée rouennaise.

2  Yves Bénot, La révolution et la fin des colonies, Paris, éditions F. Maspéro, 1987, rééd. format de poche 2004.

 Yves Bénot, La modernité de l’esclavage. Essai sur l’esclavage au cœur du capitalisme,  Paris, La Découverte, 2003.

Yves Bénot, Massacres coloniaux. 1944-1950 : la IVe République et la mise au pas des colonies françaises, Paris, La Découverte, 1994 ; rééd. format de poche 2001.

3 "Les enjeux de la mémoire. Esclavage, marronnage, commémoration", dossier coordonné par Francis Dupuy, Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, n°89, 2002.

Cette rencontre, coordonnée par l'historien Sébastien Jahan, a eu lieu le 29 mars dans les locaux de l'association Espaces Marx. Elle donnera lieu à une publication dans les Cahiers  au printemps 2006.

4 Annales historiques de la Révolution française, n° 339- Janvier/Mars 2005, p. 151-154.

5  Elle présidait la Société des Études jaurésiennes qui est à l'initiative, sous sa responsabilité éditoriale ainsi que celle de Gilles Candar, de la publication des œuvres de Jaurès dont 17 volumes doivent d'ici 2008.

On lui doit plusieurs ouvrages sur Jaurès, dont Jean Jaurès, la parole et l'acte, Paris, La Découverte, 1991, et Jaurès et les intellectuels, Éditions du Patrimoine, 1994, Jaurès et la classe ouvrière, Paris, Éditions du Patrimoine, 1994.

6  Déjà publié, Les sources de l'histoire de la Commune de Paris et du mouvement communaliste (1864-1880), Actes de la Journée d'étude du 10 avril 2002, édités par les Archives de France et les Amis de la Commune de 1871, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 94-95 | 2005, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/484

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page