Navigation – Plan du site
DOSSIER

Michel Boué et les « fées couturières »

Thierry Pastorello
p. 93-111

Résumé

Michel Boué (1947-1993), journaliste au journal l’Humanité, fut chroniqueur et critique de théâtre avant de devenir journaliste de mode. Militant communiste et homosexuel affirmé, il fit preuve de grandes compétences dans le domaine du théâtre et de la mode. Il noua des connaissances majeures dans le monde de la haute couture : Yves Saint-Laurent, Pierre Bergé, Christian Lacroix. Il s’employa à faire reconnaître la mode comme art, et collectif de création. L’événement le plus marquant de cette action fut le défilé Yves Saint-Laurent à la fête de l’Humanité en 1988. Pour comprendre Michel Boué, il faut percevoir le lien entre le militant communiste, l’homosexuel affirmé et le journaliste de mode qu’il devint. Sa vision de la mode comme collectif de création et art vivant doit beaucoup à son regard de communiste. De même, le militant est imprégné de son expérience de l’homosexualité.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 l’Humanité-dimanche, n° 81, 18/08/1981, p. 12.

1Michel Boué fut journaliste pour la rubrique culturelle de l’Humanité. Avant de devenir chroniqueur de mode, il rédigea régulièrement des comptes rendus de pièces de théâtre au sein de l’hebdomadaire l’Humanité-dimanche. Il fut un habitué du festival d’Avignon, dont il rédigea de nombreuses et riches chroniques1. Tout au long de sa carrière de journaliste, il noua des connaissances, tant dans le monde du théâtre que dans celui de la mode. En fait, Michel Boué fut successivement et parallèlement : un communiste convaincu, un journaliste de mode et un homosexuel assumé. Comment percevoir le lien entre ces trois identités qui constituent sa personne ? Le parcours et les convictions du militant communiste ne permettent-ils pas de comprendre ses perceptions du monde de la mode ? Son intérêt pour la haute couture n’a-t-il pas aussi comme source les préoccupations du militant communiste ? De même, son homosexualité n’a-t-elle pas constitué un élément important pour développer des liens et s’intégrer dans le monde de la haute couture ? N’a-t-elle pas eu aussi une influence certaine sur le militant communiste ? Comment Michel Boué situait-il le droit à l’homosexualité dans le cadre d’une profonde mutation sociale ? Il est donc nécessaire de mettre en parallèle l’homme dans sa vie personnelle et le militant communiste, puis de les confronter au journaliste de mode.

De Fleurance à Paris

2Michel Boué est issu de la classe moyenne : son père exerce le métier de charpentier à son compte en compagnie de deux employés. Sa mère est femme au foyer et exerce l’activité de repasseuse. La famille compte quatre enfants.

  • 2 Hans Mayer, Les marginaux : Femmes, juifs, homosexuels dans la littérature européenne, Paris, 10/18 (...)
  • 3 Didier Eribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999, p. 34-35.
  • 4 Témoignage de Jacky Delom, sœur de Michel Boué.
  • 5 Témoignage de Marylène Cabanes, mai 2015.
  • 6 Yves Delaporte, « Teddies, rockers, punks et Cie, quelques codes vestimentaires urbains », dans L’H (...)

3Sa vie affective constitue un élément essentiel. Michel Boué est homosexuel, et peut être défini comme un homosexuel parfaitement intentionnel. Le concept d’intentionnalité fut développé par Hans Mayer (1907-2001). L’homosexuel intentionnel se rend volontairement indépendant de l’image que la société répressive veut lui imposer. Son anticonformisme dans ce cas précis est l’expression d’une démarche consciente2. Par ailleurs, son arrivée dans la capitale permit à Michel Boué d’assumer son homosexualité plus librement : le départ vers la ville est un passage obligé pour beaucoup d’homosexuels. Comme le remarque Didier Eribon, les vies des gays regardent vers la ville et ses réseaux de sociabilité. La ville est pour eux un refuge3. La fuite vers la ville est un moment important dans la vie d’un homosexuel. C’est le moment de séparation de son milieu familial. Pour preuve, le témoignage de sa sœur : « En province il fut discret, puis il sortit du placard… À Paris, il n’eut plus de complexe et vécut cette homosexualité au sein d’un milieu plus ouvert4… ». Par rapport à son allure, Marylène Cabanes souligne : « Il avait des gestes un peu raffinés mais pas efféminés. […] Les vêtements tombaient très bien sur lui. Il aimait être viril, pantalon et blouson cuir, style butch5 ». Or, le perfecto fait la taille fine et les épaules larges de Superman. Il est par excellence l’attribut des marginaux : punks, homosexuels, de ces nouveaux nomades hantant le béton des villes et le sous-sol, l’underground. Le cuir est donc l’élément naturel convenant au monde artificiel bétonné dans lequel les marginaux s’immergent6.

  • 7 Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Fayard, 2010, p. 201-202.
  • 8 Thierry Pastorello, « Antoine Idier, Les alinéas au placard : l’abrogation du délit d’homosexualité (...)
  • 9 Témoignage de Jacky Delom, op. cit.
  • 10 Didier Eribon, op. cit., p165.
  • 11 ève Kosofsky-Sedwig, Épistémologie du placard, Paris, Éd. Amsterdam, 2008, 257 p., passim.
  • 12 Antoine Idier, Les alinéas au placard : l’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982), Paris, C (...)
  • 13 Témoignage de Jacky Delom, op. cit.
  • 14 Erving Goffman, La présentation de soi, Paris, Éd. de Minuit, 1987, passim.
  • 15 Erving Goffman, La présentation de soi, op. cit., p. 122.
  • 16 Sur Jean Ristat, voir Jean Ristat, « Contre tous les ghettos de la sexualité », Le Matin de Paris, (...)
  • 17 Voir Philippe Robrieux, Histoire du Parti communiste, tome IV, Paris, Fayard, 1984, p. 83. Il est s (...)
  • 18 Frédéric Martel, Le rose et noir : les homosexuels en France depuis 1968, Paris, Éd. du Seuil, 2000 (...)
  • 19 Voir Michel Boué, « Le mal mauve », l’Humanité, 27 novembre 1990.
  • 20 Pour les positions du FHAR, voir aussi « Notre désir s’appelle révolution » dans L’Antinorm : prolé (...)
  • 21 Frédéric Martel, op. cit., p. 225.
  • 22 Michael Sibalis, « L’arrivée de la libération gay en France. Le Front homosexuel d’action révolutio (...)
  • 23 Geoffroy Huard de la Marre, « Une politique du désir », Chimères, 2009/1, n° 69, p. 9-21.
  • 24 Michel Boué, « Le drapeau rose en berne », l’Humanité, 30 octobre 1992.
  • 25 Erving Goffman, op. cit., p. 122.
  • 26 Didier Eribon, Retour à Reims, op. cit., p. 210-211, p. 213.

4Didier Eribon cite les plaisanteries grasses de son père concernant l’homosexualité de Jean Marais7. Au cours des années 1970, l’homosexualité est considérée comme un fléau social. De plus, les actes homosexuels sont sanctionnés plus spécifiquement dans le contexte de l’outrage public à la pudeur (article 330 du Code pénal de 1810) et dans le cadre d’abus sexuels sur mineurs de 15 ans8. Pourtant, le milieu familial de Michel Boué semble avoir assez bien accepté son homosexualité. « Sa mère, sa sœur et ses frères perçurent rapidement et acceptèrent son homosexualité. Nous avons toujours reçu son ami, qui devint membre de la famille sans aucune difficulté. Par contre, il ne se dévoila jamais à son père. Il ne lui présenta pas ses amis. Cependant, son père lui garda son affection9 ». De fait, le coming out ne s’est pas réalisé du côté du père. Donc, à un moment ou à un autre, l’homosexuel se retrouve en porte-à-faux avec le monde social environnant10. De ce point de vue, la ville permet de vivre son homosexualité au sein d’un cercle d’amis homosexuels ou dans des espaces gays. C’est la structure même du « placard11 », une liberté d’être dans un milieu et la discrétion à l’extérieur. Ceci est à contextualiser, car Michel Boué s’installe à Paris au cours de l’année 1972. Parallèlement aux alinéas répressifs et au classement de l’homosexualité parmi les maladies mentales, au sein de la préfecture de police de Paris, la brigade de contrôle des homosexuels exerce une action de contrôle et de répression du milieu homosexuel parisien12. Il faut donc un courage certain pour s’affirmer face à cette structure politique et juridique conservatrice : il s’agit d’institutions homophobes. Pourtant, ceci n’empêche pas Michel Boué de se révéler : « À Paris, il s’affirme dans des goûts moins conventionnels. Il troque ses costumes de flanelle grise contre des blousons de cuir, des “santiags”, se pare de foulards de soie, se laisse pousser les cheveux. Il fréquente les milieux littéraires et de la mode13 ». Comme le remarque Erving Goffman, chaque individu évolue selon les situations, ou selon les « interactants » auxquels il est confronté14. Notamment, Erving Goffman distingue la région antérieure (la scène) et la région postérieure (les coulisses). Il analyse la différence de comportement des acteurs en fonction des différentes régions15. Il faut mentionner, car ceci concerne la vie militante de Michel Boué, le conservatisme du Parti communiste français. La mutation de ce parti provient de communistes comme Jean Ristat16, écrivain et ami de Louis Aragon17 (1897-1982), les journalistes Michel Boué (1947-1993) ou Emmanuel Guallino18. Donc, très rapidement, Michel Boué revendique le droit à la différence. Au cours des années 1980, avec l’apparition de l’épidémie de sida, il souligne le drame du sida chez les gays et dénonce le manque d’investissement de l’État dans la recherche médicale, en établissant une comparaison avec l’industrie de l’armement19. De même, Michel Boué aurait croisé le Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR)20, mouvement d’émancipation homosexuel apparu dans le sillage de mai 196821. Ce mouvement rompt avec la discrétion et la respectabilité du mouvement homosexuel représenté par l’association « Arcadie22 ». Il prône une politisation du désir homosexuel, pour en faire une arme contre la domination et l’oppression, incarnées par le modèle de la famille patriarcale et la réduction de la femme à sa sexualité23. Cette proximité avec le monde homosexuel militant parisien transparaît dans certains articles : « Malheureusement, le Gai pied se fourvoya en disant que le sida était une invention des ligues puritaines outre-Atlantique. La maladie a atomisé les gays. Pour parer à la déconfiture financière, le journal avait innové dès 1984 les messageries bleues sur minitel, robinet plus que juteux pour les finances du titre. Un temps, son patron, Gérard Vappereau, y puisa les liquidités aptes à garder la tête de son “enfant” hors de l’eau ». En fait, Michel Boué dénonce la commercialisation de l’homosexualité : « L’opinion publique a énormément et favorablement évolué en vingt ans sur le sujet, hier tabou, de l’homosexualité. Dans ce pays, elle se comporte même plus que dignement à l’endroit du « groupe à risques » que constituent les homosexuels. Ça n’est pas une raison pour baisser pavillon et trahir le drapeau, fût-il rose. Et aujourd’hui en berne24 ». En ce qui concerne la visibilité du monde gay parisien, Erving Goffman souligne les attitudes propres à certaines régions25. En fait, à Paris, il s’agit de l’adaptation dans les lieux de sociabilité gays. Ils sont les espaces de sociabilité et d’apprentissage d’une culture spécifique. Il s’agit donc pour le jeune homosexuel de s’intégrer dans ce « monde gay26 ».

L’activité et le regard d’un homme engagé

  • 27 « L’adieu hier de tous les siens », l’Humanité, 30 mars 1993, <http://www.humanite.fr/node/53098>, consulté le 12 juillet 2015 (il est</http> (...)
  • 28 Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste (1972-1982), T. 3, Paris, Fayard, 1982, (...)
  • 29 Pour la position du Parti communiste français sur l’homosexualité en 1972, voir Jacques Girard, Le (...)
  • 30 Voir notamment Gilles Alfonsi, « Les communistes et le mouvement homosexuel », Politique, n° 5, <http://www.france.qrd.org/spip.php?article4392>. S</http> (...)
  • 31 Daniel Guérin, Homosexualité et révolution : une approche théorique, <http://kropot.free.fr/Guerin-homorev.htm>, voir 3, « un cas d’espèce ».
  • 32 Daniel Guérin, op. cit.
  • 33 Michel Boué, « Genet, tais-toi ! », l’Humanité, 25 janvier 1991, et « Le Golfe entre en scène, jouo (...)
  • 34 Michel Boué, « La toque et le casque », l’Humanité, 8 février 1992.
  • 35 Michel Boué, « Et Dieu créa l’homme », l’Humanité, 7 février 1990.
  • 36 Témoignage de Jacky Delom, op. cit.
  • 37 Annie Burger-Roussennac, « Intellectuels et communisme, un terrain à revisiter par la biographie ?  (...)

5La dimension homosexuelle de Michel Boué a une implication sur le militant communiste qu’il devint, selon certaines sources, en 197327. En 1976, au cours du XXIIe congrès28 du Parti communiste français29, est réaffirmée l’hostilité fondamentale envers l’homosexualité et le discours féministe30. Pourtant, cette dimension révolutionnaire n’est-elle pas à lier aussi à son homosexualité ? L’écrivain révolutionnaire et militant homosexuel Daniel Guérin ne soulignait-il pas combien sa venue aux idées révolutionnaires avait été, pour une part plus ou moins large, le produit de son homosexualité, qui avait fait de lui de très bonne heure un affranchi, un asocial, un révolté31 ? Ne notait-il pas combien l’homosexuel devrait saisir que sa libération ne saurait être totale et irréversible que si elle s’effectue dans le cadre de la révolution sociale32 ? Il y avait donc dans ce cadre une logique pour associer son homosexualité et son activité militante. Par ailleurs, cette dimension militante permet de comprendre à la fois son implication dans le monde du théâtre, mais également sa perception ultérieure du milieu de la haute couture. Le journaliste de théâtre, puis de mode, ne se sépare en aucun cas du militant communiste. Pour preuve, l’examen de ses contributions au quotidien l’Humanité révèle le regard du militant communiste par rapport à la plupart des thèmes qu’il couvrit, qu’ils soient plus strictement politiques ou culturels. Lors de la première guerre du Golfe (1990-1991), et à l’occasion de l’annulation de la pièce de théâtre Les paravents de Jean Genet (1910-1986), dont l’action se déroule pendant la guerre d’Algérie, Michel Boué fait le lien entre les potentialités de révolte, les engagements de Jean Genet, et cette déprogrammation en plein conflit33. Sa défense d’une culture exigeante et authentique apparaît également dans plusieurs de ses contributions : sa défense du chef cuisinier Paul Bocuse accusant la firme Mac Donald’s d’avoir récupéré son effigie dans une publicité34 ou son analyse de l’image et de la représentation de l’homme dans la mode35. Le regard militant de Michel Boué contextualise les sujets qu’il traite dans le cadre global d’une analyse de la société capitaliste. Ce regard critique doit être pris en compte dans son approche du milieu de la haute couture. Comme en témoigne sa sœur : « Son militantisme au parti communiste fut lié à son engagement au journal l’Humanité et à des affinités électives, à des convictions profondes fondées sur son sens de l’humain et de la justice36 ». C’est ainsi que l’on peut comprendre sa façon d’aborder le théâtre comme art inséré dans une réalité sociale globale. De même, ne peut-on pas faire un parallèle avec d’autres intellectuels communistes, par exemple Antoine Vitez (1930-1990) ? Un communisme de raison, mais jamais soumis à la doxa, suffisamment indépendant de la dimension de sa vie personnelle, ne l’y a-t-il pas aidé37 ?

Sa passion pour l’art théâtral

  • 38 J’ai dépouillé les numéros de l’Humanité-dimanche de janvier 1978 à avril 1990.
  • 39 Michel Boué, « Les mouettes qu’on abat », l’Humanité dimanche, n° 107, février 1978, p. 50.

6Avant de devenir principalement un journaliste de mode, Michel Boué assura des chroniques et comptes rendus de pièces de théâtre. Au cours des années 1970 et 1980, il rédigea régulièrement les chroniques théâtrales dans l’hebdomadaire l’Humanité-dimanche38. Il y défendit un théâtre de qualité et une liberté de création hors des critères de la rentabilité : pour preuve, cet article dénonçant la politique de Michel D’Ornano (1924-1991), ministre de la Culture de Valéry Giscard d’Estaing39. Peut-on anticiper, à travers ses goûts pour les costumes de théâtre, le journaliste de mode qu’il va devenir ?

Une volonté d’esthétisme

7Ces chroniques théâtrales comportent une volonté d’esthétisme, parallèlement à l’analyse plus spécifiquement intellectuelle.

  • 40 Michel Boué, « Hernani de Victor Hugo, mise en scène de Robert Hossein », l’Humanité-dimanche, n° 1 (...)
  • 41 Isabelle Paresys, « Corps, apparences vestimentaires et identités en France à la Renaissance », dan (...)

8Au cours du premier article40 qu’il publie dans l’Humanité-dimanche, il accorde une importance à l’esthétisme et à l’interprétation d’Hernani de Victor Hugo par Robert Hossein, ainsi qu’aux décors. Ces éléments participent pour une part essentielle du message de l’œuvre. Il remarque combien les personnages sont magnifiquement parés. Comme le souligne l’historienne Isabelle Paresys, « le vêtement a une fonction essentielle dans l’identification des différences sexuées, sociales ou nationales41 » et aussi dans la manière d’interpréter une œuvre littéraire et d’en délivrer un message spécifique.

  • 42 Michel Boué, « Loisirs et cultures », l’Humanité-dimanche, n° 148, 29 novembre-5 décembre 1978, p.  (...)
  • 43 Michel Boué, « La main d’Emmanuelle », l’Humanité-dimanche, n° 195, 24 au 31 octobre 1979, p. 62-63
  • 44 Michel Boué, « Théâtre La Carmagnole », l’Humanité-dimanche, n° 198, 14 au 20 novembre 1979.
  • 45 Michel Boué, « Ils allaient obscurs sous la nuit solitaire », l’Humanité-dimanche, n° 203, 19-25 dé (...)
  • 46 Michel Boué, « Visite à la Chartreuse de Villeneuve », l’Humanité-dimanche, n° 27, 3 août 1980.

9Enfin, le journaliste défend aussi cette part du rêve à travers le théâtre pouvant aussi être vu comme anticipateur de son attrait pour la mode42. Il décrit avec délicatesse certains détails vestimentaires ou esthétiques dans ses comptes rendus de spectacle. « Une main amoureuse étreint dans les replis de sa robe » ou « La décoration notoire a conçu là une splendide toile à la Chardin coupée d’un escalier que traverseraient les créatures de Watteau43 ». Il y a aussi une volonté de caractériser les styles : « caricaturés à merci, poujadisme, petits bourgeois, ouvriers crédules, béats d’optimisme, dûment casquettés et moustachus, pagnolesques pour faire popu44 ». Ou une attention aux personnages d’une scène de théâtre : « une foule de personnages eux aussi figurés par couples, deux jeunes mariés mal partis, deux rockers sur le retour. Il y a aussi aux entrepôts Grenier, hangar inhospitalier… ». Michel Boué fait preuve d’une particulière sensibilité pour décrire toute la subtilité d’un décor de théâtre45. Il défend la qualité de la création et l’initiative culturelle46.

Le théâtre : miroir d’une réalité globale et sociale

  • 47 Michel Boué, « Hernani de Victor Hugo, mise en scène de Robert Hossein », op. cit.
  • 48 Michel Boué, « À Paris, deux Opéra de quat’sous », l’Humanité dimanche, n° 164, 21-27 mars 1979.
  • 49 Michel Boué, « Le luxe, c’est le temps de lire », l’Humanité, 28 janvier 1993.
  • 50 Georges Marchais, Nous vivons le temps des révolutions, Paris, Éditions sociales, 1980, 416 p., p.  (...)
  • 51 Michel Boué, « Méphisto par Ariane Mnouchkine », l’Humanité dimanche, n° 174, 30 mai-5 juin 1979, p (...)
  • 52 Annie Burger-Roussennac, « Intellectuels et communisme, un terrain à revisiter par la biographie ?  (...)
  • 53 Annie Burger-Roussennac, op. cit.

10On peut établir un parallèle entre une défense de la mode comme art global et les idées que défendit le chroniqueur de théâtre. Par exemple, le journaliste fait un parallèle entre le contexte historique propre à Hernani de Victor Hugo, et le contexte social contemporain47. Aussi, l’œuvre théâtrale de Berthold Brecht devient-elle emblématique d’une expression artistique délivrant un message social et politique global : « Dans Lulu un raccourci de l’exploitation de la femme, dans le lupanar un microcosme du capitalisme48 ». De même, il défendra la mode comme fait social global : « Quand on travaille dans la mode, on se doit d’être réceptif au monde, et de le vivre49 ». La culture, et notamment la création artistique et littéraire, doit ouvrir la voie à une humanité débarrassée des contraintes et des entraves qu’impose le calcul égoïste50. Cette réflexion éclaire le rapport à la culture qu’entretient le militant communiste qu’il fut. On comprend son rapport au théâtre. Ce rapport à la culture théâtrale est intrinsèquement lié à sa conviction de militant communiste. « Mephisto est l’œuvre d’un visionnaire détectant le passage de son pays vers l’abîme. C’est aussi le délabrement d’un homme taraudé par l’homosexualité, l’alcoolisme, le suicide et l’ombre mutilante d’un papa, Thomas Mann. L’Europe sombrait dans l’hiver de l’humanité. Deux itinéraires : un sympathisant communiste, Hendrik Höfgen, et un membre du parti, Otto Ulrich. Le premier à force de renoncement finira directeur de théâtre, le second à Auschwitz51 ». Faut-il comprendre ainsi le rapport entre l’homme Michel Boué et son activité de militant communiste52 ? Serait-il utile de percevoir, mais ceci pourrait être étudié au cours d’une biographie plus élaborée, le rapport et les bases sur lesquels s’est opérée cette adhésion au Parti communiste53 ?

De l’art dramatique au monde de la mode

La mode vue par un homme engagé : un collectif d’artistes fait de créateurs mais aussi d’ouvrières

  • 54 Entretien avec Patrick Ciercoles, 10 juillet 2015.
  • 55 Ibid.
  • 56 Loulou de la Falaise (1947-2011), mannequin pour Yves Saint-Laurent. Voir Natasha Fraser-Cavassoni, (...)
  • 57 Entretien avec Patrick Ciercoles, op. cit.

11À partir de quand le journaliste de théâtre devint-il un journaliste de mode ? Patrick Ciercoles souligne : « La mode, le costume le fascinait et l’a toujours intéressé54 ». « Il a connu Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé55 par Loulou de la Falaise56. À cette époque, le ministre Jack Lang notait que la mode devait être reconnue comme art57 ».

  • 58 Témoignage de Jacky Delom, sœur de Michel Boué, op. cit.
  • 59 Témoignage de Jacky Delom, sœur de Michel Boué, ibid.
  • 60 Témoignage de Marylène Cabanes, op. cit.
  • 61 Daniel Roche, La culture des apparences : une histoire du vêtement, xviie-xviiie siècles, Paris, Fa (...)

12Cependant, peut-on situer dans sa vie l’origine de cette familiarité avec le monde de la couture ? D’après le témoignage de sa sœur, « la grand-mère maternelle de Michel était couturière. Il évoluait dans sa salle à manger, qui était aussi la pièce à travailler autour de mannequins de bois, comme il le raconte dans Le roman de la robe. À la maison, sa mère était souvent occupée à repasser du « beau linge » pour les notables de la petite ville de Fleurance, de belles robes de baptême brodées, de communiantes, et surtout lorsqu’un cirque venait se produire, de merveilleux costumes de clown, des parures et tutus, arrivaient à la maison pour recevoir le coup de fer magique de la professionnelle. Ce beau linge était ensuite suspendu à un fil et on pouvait admirer à souhait ce merveilleux spectacle figé58 ». Et aussi : « Enfant déjà, il dessinait tout le temps. Il a très tôt (vers l’âge de 10 ans) commencé à dessiner des “collections” extraordinaires : robes du soir, tailleurs, manteaux, sans oublier chapeaux et escarpins. Ces créations étaient toutes aussi belles les unes que les autres, et notre mère se rendait chez sa couturière avec le modèle de son choix. Pendant que sa cousine cousait des vêtements pour habiller ses poupées, à ses côtés il lui dessinait sans cesse de nouvelles toilettes59 ». Parallèlement, nous pouvons faire référence à certains de ses goûts vestimentaires. Ceux-ci démontrent une recherche ou sensibilité particulière au phénomène de mode : « Il portait des pantalons moulants et de grosses bottes, comme Claude Montana, et des pullovers Missoni pleins de couleurs60 ». Comme le souligne Daniel Roche, « l’empire de la mode repose sur d’autres forces qui mettent en avant les logiques de l’individualité, la puissance du nouveau, dans la combinaison de la fantaisie du costume61 ». Donc, les vêtements portés par Michel Boué révèlent son attrait pour la mode et sa sensibilité aux nouvelles tendances. Claude Montana est une des figures de la mode des années 1980.

  • 62 Michel Boué, « En court et en couleur : la haute couture de l’hiver prochain », l’Humanité-dimanche(...)
  • 63 Nicole Roux, Midinette militante chez Nina Ricci, Paris-Budapest, l’Harmattan, 2006, 206 p., p. 170
  • 64 Nicole Roux, op. cit., p. 171, dédicace du livre Le roman de la robe.
  • 65 Entretien avec Patrick Ciercoles, op. cit.
  • 66 Nicole Roux, op. cit., p. 171.
  • 67 Nicole Roux, idem, p. 170.
  • 68 Michel Boué, Le roman de la robe, Paris, Messidor, 1989, p. 16.
  • 69 Michel Boué, idem, p. 84.
  • 70 Michel Boué, idem, p. 92-104.
  • 71 Michel Boué, idem, p. 105, 115, 116-117, 119, 121.

13En tout cas, le journaliste de mode qu’il devient ne s’isole pas, dans sa réflexion sur le monde de la mode, du militant communiste qu’il est déjà. Dans un article, le journaliste rappelle le défilé Yves Saint-Laurent de la fête de l’Humanité 1988, et l’exception d’avoir rapproché la haute couture du peuple, qui porte un intérêt certain aux grands couturiers. Il prône l’invention, l’originalité, mais il souligne combien tout cela se perd62. Nous pouvons citer un témoignage confortant son regard de militant sur le monde de la mode, celui de Nicole Roux, qui fut secrétaire du syndicat national CGT de la haute couture parisienne et exerça le métier de couturière au sein de l’enseigne Nina Ricci. Elle souligne avoir fait la connaissance de Michel Boué, journaliste à la rubrique culturelle de l’Humanité, lors d’une remise annuelle des cartes du parti de leur cellule, section du VIIIe arrondissement de Paris : « Il assista régulièrement à nos débats et luttes. Nous étions organisés pour la défense de l’emploi et de la création. En 1989, il me contacta car il désirait écrire un livre sur la mode. Sans trop de difficulté, j’obtins l’autorisation de la direction pour sa venue dans l’entreprise. Il interrogea le personnel sur sa pratique dans la réalisation du travail, et sur sa formation ». Nicole Roux note le succès de l’ouvrage de Michel Boué Le roman de la robe auprès du personnel, et notamment lors de sa présentation dans le local syndical63. De même, au cours de cette séance de dédicace, Michel Boué note : « Nicole a emmené l’auteur dans les coulisses de la haute couture, derrière la scène du défilé, où des fées ouvrières réalisent si merveilleusement les œuvres d’art de la mode64 ». L’utilisation de ce terme de « fée ouvrière » ou « fée couturière » est intéressant, car « il s’agit d’un type de langage propre. Cette juxtaposition de mots est intéressante. La fée est inventive et possède un don, et la couturière ou l’ouvrière est la petite main. Il s’agit de l’alliance entre le génie créatif et le savoir-faire professionnel. Michel ne parlait de la mode que comme un collectif65 ». Nicole Roux rend aussi hommage à l’action du journaliste dans la défense de la couture, et elle remarque sa gentillesse66. Ces témoignages illustrent la compréhension que le journaliste eut pour le monde de la haute couture, et montrent combien il sut se faire accepter. Nicole Roux rend encore hommage au journaliste à la suite de son décès. Elle déplore la perte d’un écrivain sachant mêler l’humour et la reconnaissance de la dure réalité du travail des ouvrières67. Dans son ouvrage Le roman de la robe, Michel Boué débute son argumentaire par le défilé de mode à la fête de l’Humanité 1988, pour souligner que derrière cette façade s’anime un monde du travail souterrain. Il rappelle que la mode n’est pas seulement un art, mais aussi une entreprise68. Il note aussi les multiples facettes de ces couturières : pour lui, la couture est une ascèse qui plie toutes celles et ceux qui s’y consacrent69. Il met en avant le travail des ouvrières, l’exigence de leur métier. Il met aussi tout cela en parallèle avec la mutation de l’entreprise mode, afin de démontrer l’enjeu et l’importance du collectif que constitue le monde de la haute couture70. Enfin, il consacre une part de la riche iconographie de son ouvrage à représenter ces fées couturières au labeur71.

  • 72 Michel Boué, « On licencie les fées », l’Humanité, 2 février 1993.

14Un autre témoignage démontre cette étroite liaison entre le journaliste de mode et le militant communiste, il s’agit d’un article dans lequel Michel Boué exprime sa crainte sur le statut des employées de la haute couture : « Le ministre de l’Industrie et du Commerce signe le décret qu’il tient sous son coude : la réforme des statuts de la haute couture. Il fallait jusqu’ici, pour décrocher ce label rare, employer au minimum vingt ouvrières spécialisées et présenter deux collections annuelles, chacune d’au moins 75 modèles. […] Les marchands de beauté ne peuvent prétendre que les salaires de leurs ouvrières taxent le prix d’un sublime tailleur de Dior ou d’un nuage de mousseline blanche de Nina Ricci : les fiches de salaire de la corporation s’étalent de 7 500 à 10 000 francs net. Si le capitalisme financier n’a d’œil que pour les cotations en Bourse au palais Brongniart, et pas un regard sur les ateliers obscurs où des fées anonymes manient le centimètre et l’aiguille, il tuera la poule aux œufs d’or72 ».

  • 73 Pour la dimension économique de la mode, voir l’hommage de Roland Leroy : « Tout tendu vers une idé (...)
  • 74 Michel Boué, « Aujourd’hui les couturiers sont plus que jamais eux-mêmes, jusqu’à la caricature », (...)

15Cet article témoigne d’une excellente connaissance du collectif et de l’enjeu propre au monde de la haute couture. Il s’agit d’un travail, de l’œuvre d’un collectif dont les fées couturières sont une cheville essentielle73. De même, il a le souci de protéger la création d’une trop grande dépendance au monde de la finance, en soulignant la spécificité de ce métier : « N’importe qui peut hériter sans risque d’une fabrique d’ouvre-boîtes ou de vis platinées. La couture, c’est une autre paire de manches. En trente ans de boutique, un Marc Bohan n’aura convaincu personne qu’il était digne de succéder à Christian Dior, la preuve étant qu’il sévit à Londres chez un fournisseur de la cour d’Angleterre74 ».

  • 75 Michel Boué, « Le génie las de M. Saint-Laurent », l’Humanité, 31 janvier 1991.

16Il s’inquiète du devenir de la haute couture à travers Yves Saint-Laurent : « Le prêt-à-porter qui triomphe, c’est aussi l’emprise de la rentabilité financière sur le secteur de la couture75 ».

  • 76 Michel Boué, Le roman de la robe, op. cit., passim.
  • 77 Michel Boué, idem, p. 90-91.
  • 78 Michel Boué, idem, p. 28-29.
  • 79 Michel Boué, « Chacun maître chez soi » l’Humanité, 23 mars 1990.
  • 80 Michel Boué, Le roman de la robe, op. cit., p. 34-35.
  • 81 Michel Boué, « Y’a comme un malaise », l’Humanité, 30 janvier 1991.
  • 82 Anne Gural-Migdal, « La représentation du luxe à travers le personnage de Nana : entre modernité et (...)
  • 83 Voir palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, <http://www.palaisgalliera.paris.fr/fr/palais-galliera/le-musee-de-la-mode-de-la-ville-de-paris-la-naissance-du-musee#p1>.
  • 84 Entretien avec Claude Cabanes, mai 2015.

17Dans la suite de son raisonnement, il envisage la haute couture comme expression artistique76 et reprend l’affirmation de Christian Lacroix : « La mode est un art décoratif77 ». Il assimile les couturiers à des artistes : « Sans remonter à Raphaël, qui dessina des broderies pour les manteaux de cour de François Ier, Balenciaga avait cousu main un boléro pour Arletty et la garde-robe d’Ingrid Bergman dans Anastasia78 ». Sa défense de la haute couture comme art vise à une reconnaissance de l’artiste derrière le couturier, par exemple Christian Lacroix : « Parce que tout ce que touchent les doigts virtuoses du jeune maître se transforment en haute couture pure : raffinement de la coupe, somptuosité des tissus, géométrie des lignes, architecture du vêtement79 ». À travers l’exemple de Coco Chanel, il défend le volontarisme et le génie propre du créateur de mode ; à travers celui de Christian Dior, il note son rôle de prescripteur de goût, ce goût qui va révolutionner les mentalités80. Il défend également la haute couture comme un droit au rêve et à la beauté, face au climat sécuritaire envahissant, lors de la première guerre du Golfe. En somme, il défend une politisation du rêve et de la beauté, afin de souligner son importance81. En ce sens, nous pourrions faire un parallèle avec Louis Aragon, qui définissait le luxe comme « une liberté en dehors du système82 ». En 1989, le graphiste et illustrateur Jean-Paul Goude se voit confier par le gouvernement la conception du défilé de commémoration du bicentenaire de la Révolution française. En 1977, le musée du Costume à Paris devient le musée de la Mode et du Costume. Les années 1980 verront l’ouverture de deux nouveaux départements au sein de ce musée : le cabinet des arts graphiques en 1984, et la création contemporaine en 198783. Il y a donc une volonté politique d’entrevoir la mode comme partie intégrante des arts, un patrimoine commun. C’est à ce moment que Michel Boué prend en charge la rubrique mode de l’Humanité (1985). Comme le remarque Claude Cabanes, « C’est le mouvement autonome du journal lui-même, du quotidien. À l’époque, ce journal avait beaucoup d’ambition, en particulier celle d’être ouvert à toutes les réalités de la société84 ».

Son intégration au monde de la haute couture

  • 85 Il est devenu ami avec l’équipe d’Yves Saint-Laurent grâce à Marylène Cabanes, qui travaillait au s (...)

18Michel Boué fut parfaitement reconnu dans le monde de la mode85. Nous pouvons prendre pour preuve les hommages qui lui furent rendus dans la presse au moment de sa disparition. On peut y lire les beaux hommages rendus par Christian Lacroix, Pierre Bergé ou la célèbre photographe Bettina Rheims :

  • 86 Christian Lacroix, « Les romans des robes », l’Humanité, 27 mars 1993.

19« La nouvelle de la mort de Michel Boué vient d’éclater pour moi dans le ciel ensoleillé de Milan. Je lui dois beaucoup pour avoir saisi, aimé et transmis mon travail86 ».

  • 87 Pierre Bergé, « Un homme libre », l’Humanité, 27 mars 1993.

20« Michel Boué était un homme libre. Engagé, il croyait aux valeurs de la liberté. Il croyait aussi à l’art, à la culture87 ».

  • 88 Bettina Rheims, « Se languir de toi », l’Humanité, 27 mars 1993.

21« On parlait de la photographie, de la mode, de nous, de la vie que tu aimais par-dessus tout. De la tienne, tu ne t’es jamais plaint. Tu disais : Il y a des jours avec et des jours sans… De ceux-là, tu ne parlais pas. La mode a perdu un ami cher. On va se languir de toi88 ».

  • 89 Yves Mourousi, « Mon ami », l’Humanité, 27 mars 1993.

22Citons encore l’hommage du journaliste Yves Mourousi, qui souligne sa proximité avec Michel Boué89. Ces quelques témoignages démontrent le solide réseau de connaissances du journaliste. Cette intégration parfaite de Michel Boué éclaire d’un jour nouveau la réussite du défilé des collections Yves Saint-Laurent à la fête de l’Humanité de 1988.

  • 90 Roland Leroy, « Ce défilé fut un véritable événement », l’Humanité, 3 juin 2008.

23Lors d’un entretien remémorant ce fameux événement, Roland Leroy souligne le rôle moteur du journaliste en ce qui concerne l’organisation de ce défilé. Les rapports personnels entre Michel Boué et Pierre Bergé permirent à ce dernier sa rencontre avec Roland Leroy90. Si Michel Boué fut à l’origine de cet événement marquant, voici comment Roland Leroy relate son rôle dans l’organisation de ce défilé :

  • 91 Roland Leroy, ibid.

24« Michel Boué, dont nombre de lecteurs de l’Huma gardent le souvenir et avec qui j’avais des rapports très proches, et pas seulement professionnels, m’a soumis un jour cette proposition. J’ai rencontré Pierre Bergé, qui est venu visiter le chantier de l’Huma à Saint-Denis, j’ai moi-même visité le chantier de l’Opéra-Bastille dont il s’occupait. Nous nous sommes très vite entendus et nous avons mis au point cette participation à la fête91 ».

25Il s’agissait, selon les propos de Roland Leroy, de faire de la haute couture française une composante importante de la culture universelle. Il fallait placer la haute couture au niveau de la création culturelle, en quelque sorte l’intégrer dans le patrimoine culturel, et la faire sortir du cercle de ceux qui pouvaient y avoir accès financièrement. Le meilleur témoignage du sens de ce défilé Yves Saint-Laurent est donné par Michel Boué lui-même :

  • 92 Michel Boué, « Défilé Yves Saint-Laurent à la fête de l’Huma en 1988 », Le Journal de la mode, <http://pcf.evry.pagesperso-orange.fr/modeysl.htm>.

26« Comprendre que ce public, innombrable, a lui aussi compris. Compris que la couture est une peinture et une sculpture ; qu’un mannequin n’est pas une femme-objet, mais que son métier est de magnifier sa robe en la faisant bouger sur le corps ; que Saint-Laurent est un artiste à part entière et non un marchand de vêtements chers pour femmes riches92 ».

27Jean-Pierre Léonardini notait à propos de Michel Boué :

  • 93 Jean-Pierre Léonardini, « Communiste par conviction, proustien par naissance », l’Humanité, 27 mars (...)

28« C’est tout Michel, ce voyage sans fin entre le haut et le bas de l’échelle. […] Il s’agit de faire rencontrer des producteurs de richesse, le peuple et des prêtres et des vestales de la beauté. Dissoute la valeur marchande. Une robe de Saint-Laurent égale des baigneuses de Picasso93 ».

  • 94 Laurence Benaïm, Yves Saint-Laurent, Paris, Grasset, 1993, p. 479.

29Laurence Benaïm souligne : « le 8 septembre 1988, Pierre Bergé offre un défilé à la fête de l’Humanité, avec la complicité de Michel Boué, journaliste au quotidien communiste94 ».

  • 95 Entretien avec Pierre Bergé, 9 septembre 1988, Archives de l’Institut national de l’audiovisuel, <http://www.ina.fr/video/CAC89008457>, </http> (...)

30Comme le remarque Roland Leroy, tout le monde apprécie Pablo Picasso, mais personne à la fête de l’Humanité ne peut s’acheter un Picasso. Il faut que chacun puisse s’approprier la création, afin de l’apprécier. Pierre Bergé indique : « Aller à la fête de l’Humanité, c’est mettre les pas dans des empreintes connues, célèbres, incontestées : Picasso, Léger, et tous les artistes qui d’une manière ou d’une autre sont allés là. Ce public de lecteurs de l’Humanité a une adéquation très vieille et très ancienne avec ces artistes-là, avec le cubisme, et il comprendrait peut-être davantage que la mode n’est pas seulement un vêtement, ce n’est pas seulement habiller des femmes, c’est même souvent pas habiller, mais c’est aussi une œuvre d’art et connaître avant tout une œuvre d’art95 ».

  • 96 Laurence Benaïm, L’année de la mode 88-89, Lyon, La Manufacture, 1988, p. 31.

31Michel Boué lui-même s’exprime à propos de la « magie » d’Yves Saint-Laurent dans l’Humanité du 28 juillet 1988 : « Après lui, tout le reste est fade. […] Trente-cinq ans de beauté, de perfection. […] Yves Saint-Laurent a prouvé, une nouvelle fois en 1988, qu’il était le plus grand96 ».

  • 97 Henri Paillard, « YSL chez les soviets », Le Figaro, 12 septembre 1988.
  • 98 Gérard Lefort, « Saint-Laurent défile à La Courneuve », Libération, 12 septembre 1988.
  • 99 François Ernenwein, « 60 000 personnes à la fête de l’Humanité », La Croix, 12 septembre 1988.
  • 100 Gérard Badel, « Marchais sème en automne pour récolter au printemps », Le Parisien libéré, 12 septe (...)
  • 101 Entretien avec Claude Cabanes, mai 2015.
  • 102 Ibid.

32Pourtant, les réactions de la presse vont de la stupéfaction à l’étonnement. Très peu semblent comprendre la dimension culturelle de cet événement. Le Figaro titre : « YSL chez les soviets ». L’article insiste sur l’aspect « contre nature » de cet événement. Il emploie même le terme de « confusion morale ». En même temps, il minimise l’événement qu’il décrit comme une des 430 attractions. Pour finir, il utilise certains stéréotypes éculés, notamment en rappelant la prétendue « éducation vulgaire » de celles et ceux qui fréquentent la fête de l’Humanité97. Cet article caricatural démontre une incompréhension totale de la démarche propre à l’événement. En même temps, cette initiative gêne, car elle vise à donner accès aux critères de la beauté à un plus grand nombre. Le compte rendu de l’événement paru dans le journal Libération semble faire plus de place à la promotion de la notion de beauté. Sont notés les sarcasmes malveillants, qui ont dû rester au vestiaire. Il est remarqué « la collusion parfaite entre la maison Yves Saint-Laurent et le Parti communiste français, pour l’organisation et le déroulement de l’événement »98. Le journal La Croix note que l’édition 1988 de la fête de l’Humanité a vu le défilé organisé par Yves Saint-Laurent, une innovation remarquée, et d’ajouter que l’on mêle « les bonnes vieilles recettes du militantisme avec celles un peu plus élaborées du show-biz99 ». Le Parisien libéré indique « un fourmillement d’initiatives inédites et insolites, et le très chic défilé des mannequins d’Yves Saint-Laurent100 ». Donc, le sens de cet événement semble avoir largement échappé au jugement de ses confrères de la presse écrite. Ces analyses écartent et semblent ignorer une évolution du journal l’Humanité sur ces questions autour de la mode. Ce que Claude Cabanes exprime ainsi : « Je me suis battu comme un beau diable pendant des années pour expliquer aux plus hautes autorités qu’un journal a une spécificité, une identité, communiste ou non, et que cette matrice-là doit s’occuper de tout ce dont on parlait. Michel s’est engouffré là avec délice101 ». Dans la suite de cet événement, il y eut une vraie volonté de donner naissance à un courant, une rencontre : « Il fallait prendre des contacts avec d’autres créateurs, Christian Lacroix, Jean-Paul Gaultier. On a pensé qu’il fallait prolonger la démarche. On a pensé à Christian Lacroix. Michel Boué a contacté Jean-Paul Gaultier, il a parlé avec Christian Lacroix. Ce dernier a dit : “C’est formidable, votre initiative”. On pensait avoir créé un mouvement, que la fête de l’Huma devienne aussi ça, la mode. La démarche n’a pas abouti. Les autres n’ont pas réagi, sans doute par préjugé politique. […] Ça nous a chagrinés102 ».

  • 103 Journal officiel de la République française, débats parlementaires, Sénat, compte rendu intégral, P (...)

33On peut citer deux événements, dont un est postérieur au décès de Michel Boué, car ils rendent justice à l’action du journaliste. Le 23 octobre 1990, la sénatrice Marie-Claude Beaudeau, membre du groupe communiste au Sénat, pose une question orale. Son intervention est importante, car elle se situe dans la continuation de l’action de Michel Boué : reconnaître la haute couture comme art et collectif de création. Marie-Claude Beaudeau souligne que la haute couture est un art, mais aussi une main-d’œuvre et un savoir-faire. Elle ajoute que la haute couture est un art pour la première main, qui dans la réalisation apportera son goût, sa touche personnelle. Elle fait référence à Michel Boué, en empruntant nommément une citation prise dans Le Roman de la robe : « C’est dire si le couturier sait flairer l’air de son temps, devancer des senteurs et couleurs encore imprégnées dans l’histoire ». Elle ajoute qu’un hommage à la haute couture fut rendu à la fête de l’Humanité, et pose la question de la formation des ouvrières de la haute couture, de la productivité qui va à l’encontre de la qualité et enfin de la mainmise des groupes financiers sur les maisons de haute couture parisienne : « Est-il vrai qu’Elf Aquitaine contrôle 49 % de Nina Ricci103 ? ». L’intervention de la sénatrice communiste contient la vision que Michel Boué défendit de la haute couture. En faisant références aux ouvrières, elle rend justice à ces « fées couturières », comme il les qualifiait.

  • 104 Journal officiel de la République française, débats parlementaires, Sénat, questions-réponses, anné (...)
  • 105 Frédéric Godart, Sociologie de la mode, Paris, La Découverte, 2010, p. 30-31.

34La deuxième intervention d’une autre sénatrice communiste est postérieure à la mort du journaliste : en décembre 1996, la sénatrice Nicole Borvo pose une question au gouvernement, concernant l’avenir de la haute couture : « Madame Nicole Borvo attire l’attention sur la situation des salariés de Nina Ricci et de la haute couture en général. Le projet de la direction est de réduire de moitié les effectifs, soit une trentaine de personnes. Pourtant, le gouvernement avait donné l’assurance le 14 mai 1996, lors d’une question orale sans débat, qu’il serait très attentif à la situation du personnel chez Nina Ricci et aux risques de chômage qui y existent. Force est de constater que rien n’a été fait pour empêcher ce plan de licenciement. Quand on sait qu’il ne reste plus que seize ouvrières chez Lacroix, cinq chez Carven, six chez Balmain, trois chez Torrente, et qu’aujourd’hui il ne subsiste que dix-huit maisons contre vingt-trois en 1990, il est légitime de se poser la question : est-ce que Paris restera la capitale de la mode ? Pourtant, préserver la création comme le demandent les salariés de Nina Ricci, c’est sauver la production. Les moyens existent : 5,2 milliards de chiffre d’affaires, dont 74 % à l’exportation. Pour toutes ces raisons, elle lui demande ce qu’il compte faire pour prendre des mesures afin de sauver l’emploi et l’avenir de la haute couture en France104 ». Le ministre de la Culture répond : « La haute couture survit parce qu’elle est un véritable laboratoire d’idées, un creuset de la création105 ». Tout comme celle de Marie-Claude Beaudeau, cette question contient toute la philosophie de Michel Boué par rapport à la haute couture : un collectif de création qu’il faut préserver et promouvoir.

Conclusion

  • 106 Michel Boué, Le roman de la robe, op. cit., p. 18-19.
  • 107 Michel Boué, Ibid., p. 16-17.
  • 108 Dans l’article « Le drapeau rose en berne », l’Humanité, 30 octobre 1992, Michel Boué fait une exce (...)

35Le journaliste de mode ne se comprend que si l’on intègre le militant communiste qu’il fut. Ses conceptions et l’expertise dont il fit preuve, par sa connaissance du monde de la haute couture, en portent témoignage. Sa défense de la démocratisation de la mode, dont le défilé d’Yves Saint-Laurent lors de l’édition 1988 de la fête de l’Humanité constitue un des plus beaux témoignages, constitue une idée maîtresse chez Michel Boué. Il défend encore ce concept dans son ouvrage Le roman de la robe106. Sa conception de la mode comme un collectif global, dont les « fées couturières » demeurent une pièce maîtresse, se nourrit de l’expérience du militant communiste : « Sous ces chiffons œuvre une armada d’artistes, une légion de professionnels107 ». De même, le militant communiste est imprégné de son expérience de l’homosexualité et vice versa. Nous pouvons en déceler de nombreux indices108.

  • 109 Philippe Poirrier, « Les politiques culturelles municipales des années soixante à nos jours : essai (...)
  • 110 Philippe Perrot, Les dessus et les dessous de la bourgeoisie : une histoire du vêtement au xixe siè (...)

36Finalement, Michel Boué fut un homme marqué par plusieurs identités : l’homosexuel, le communiste et le journaliste de théâtre. Tout ceci explique le journaliste de mode qu’il devint. De même, il est nécessaire d’évoquer ces principes, définis par le Parti communiste français en 1966, lors du comité central d’Argenteuil : « La culture, trésor accumulé des créations humaines, doit être partagée par tous ». Il y a là une volonté de privilégier l’acte créateur109, car on ne peut pas imaginer que le journaliste ait pu ignorer ces principes. Ils sont présents dans ses conceptions de la mode, comme collectif de création et comme art. Pour finir, doit-on établir obligatoirement un lien chez Michel Boué entre son homosexualité et son intérêt pour la haute couture, sans verser dans des stéréotypes ? Soulignons que peut-être son homosexualité lui donna une sensibilité particulière, qui lui fut utile pour appréhender ce monde si particulier. Philippe Perrot, dans un ouvrage consacré au vêtement au xixe siècle, indique le rôle joué par un demi-monde quelque peu en marge du monde officiel dans le lancement de certaines modes110. On peut avancer cette hypothèse. Elle est susceptible de donner une explication à cette sensibilité, et à la présence importante des homosexuels dans le monde de la mode.

Haut de page

Notes

1 l’Humanité-dimanche, n° 81, 18/08/1981, p. 12.

2 Hans Mayer, Les marginaux : Femmes, juifs, homosexuels dans la littérature européenne, Paris, 10/18, 1996.

3 Didier Eribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999, p. 34-35.

4 Témoignage de Jacky Delom, sœur de Michel Boué.

5 Témoignage de Marylène Cabanes, mai 2015.

6 Yves Delaporte, « Teddies, rockers, punks et Cie, quelques codes vestimentaires urbains », dans L’Homme, 1982, t. 22, n° 4, URL : </web/revues/home/prescript/article/hom_0439-4216_1982_num_22_4_368324>, consulté le 12 juillet 2015.

7 Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Fayard, 2010, p. 201-202.

8 Thierry Pastorello, « Antoine Idier, Les alinéas au placard : l’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982) », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 124, 2014, consulté le 19 février 2015. URL : <http://chrhc.revues.org/3825>.

9 Témoignage de Jacky Delom, op. cit.

10 Didier Eribon, op. cit., p165.

11 ève Kosofsky-Sedwig, Épistémologie du placard, Paris, Éd. Amsterdam, 2008, 257 p., passim.

12 Antoine Idier, Les alinéas au placard : l’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982), Paris, Cartouche, 2013, 202 p.

13 Témoignage de Jacky Delom, op. cit.

14 Erving Goffman, La présentation de soi, Paris, Éd. de Minuit, 1987, passim.

15 Erving Goffman, La présentation de soi, op. cit., p. 122.

16 Sur Jean Ristat, voir Jean Ristat, « Contre tous les ghettos de la sexualité », Le Matin de Paris, 18 octobre 1978, p. 24-25. Dans cet article, il est noté que Jean Ristat a fait une banderole à la fête de l’Humanité spécifiant : « Camarade, ne mets pas l’amour en prison ! ».

17 Voir Philippe Robrieux, Histoire du Parti communiste, tome IV, Paris, Fayard, 1984, p. 83. Il est spécifié que Louis Aragon choisit pour exécuteur testamentaire son ami le poète Jean Ristat, qu’il qualifiera alors de prolongateur de son œuvre. Philippe Robrieux note (p. 84) que Louis Aragon penche désormais pour les amours masculines.

18 Frédéric Martel, Le rose et noir : les homosexuels en France depuis 1968, Paris, Éd. du Seuil, 2000, p. 225.

19 Voir Michel Boué, « Le mal mauve », l’Humanité, 27 novembre 1990.

20 Pour les positions du FHAR, voir aussi « Notre désir s’appelle révolution » dans L’Antinorm : prolétaires de tous les pays caressez-vous ! n° 1, décembre 1972-janvier 1973, p. 7. Cet article aborde les liens entre marxisme et morale sexuelle.

21 Frédéric Martel, op. cit., p. 225.

22 Michael Sibalis, « L’arrivée de la libération gay en France. Le Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR) », dans Genre, sexualité & société [En ligne], n° 3, Printemps 2010, consulté le 30 septembre 2014. URL : <http://gss.revues.org/1428 ; DOI : 10.4000/gss.1428>.

23 Geoffroy Huard de la Marre, « Une politique du désir », Chimères, 2009/1, n° 69, p. 9-21.

24 Michel Boué, « Le drapeau rose en berne », l’Humanité, 30 octobre 1992.

25 Erving Goffman, op. cit., p. 122.

26 Didier Eribon, Retour à Reims, op. cit., p. 210-211, p. 213.

27 « L’adieu hier de tous les siens », l’Humanité, 30 mars 1993, <http://www.humanite.fr/node/53098>, consulté le 12 juillet 2015 (il est indiqué dans cet hommage que Michel Boué adhéra au PCF en 1973).

28 Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste (1972-1982), T. 3, Paris, Fayard, 1982, 544 p., voir p. 215 sur le refus de la problématique féministe.

29 Pour la position du Parti communiste français sur l’homosexualité en 1972, voir Jacques Girard, Le mouvement homosexuel en France (1945-1980), Paris, Éd. Syros, 1981, p. 97-98, notamment l’incident lors d’un meeting au palais de la Mutualité le 21 janvier 1972.

30 Voir notamment Gilles Alfonsi, « Les communistes et le mouvement homosexuel », Politique, n° 5, <http://www.france.qrd.org/spip.php?article4392>. Sur les liens entre militants homosexuels et militants révolutionnaires, voir Benoît Bréville, « Homosexuels et subversifs », dans Le Monde diplomatique, août 2011, <http://www.monde-diplomatique.fr/mav/118/BREVILLE/47101>.

31 Daniel Guérin, Homosexualité et révolution : une approche théorique, <http://kropot.free.fr/Guerin-homorev.htm>, voir 3, « un cas d’espèce ».

32 Daniel Guérin, op. cit.

33 Michel Boué, « Genet, tais-toi ! », l’Humanité, 25 janvier 1991, et « Le Golfe entre en scène, jouons la paix », l’Humanité, 24 janvier 1991.

34 Michel Boué, « La toque et le casque », l’Humanité, 8 février 1992.

35 Michel Boué, « Et Dieu créa l’homme », l’Humanité, 7 février 1990.

36 Témoignage de Jacky Delom, op. cit.

37 Annie Burger-Roussennac, « Intellectuels et communisme, un terrain à revisiter par la biographie ? », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 115, 2011, consulté le 11 décembre 2014. URL : <http://chrhc.revues.org/2308>.

38 J’ai dépouillé les numéros de l’Humanité-dimanche de janvier 1978 à avril 1990.

39 Michel Boué, « Les mouettes qu’on abat », l’Humanité dimanche, n° 107, février 1978, p. 50.

40 Michel Boué, « Hernani de Victor Hugo, mise en scène de Robert Hossein », l’Humanité-dimanche, n° 191, 13 au 19 novembre 1974, p. 20.

41 Isabelle Paresys, « Corps, apparences vestimentaires et identités en France à la Renaissance », dans Apparence(s) [Online], n° 4, 2012, URL : <http://apparences.revues.org/1229>.

42 Michel Boué, « Loisirs et cultures », l’Humanité-dimanche, n° 148, 29 novembre-5 décembre 1978, p. 54-57.

43 Michel Boué, « La main d’Emmanuelle », l’Humanité-dimanche, n° 195, 24 au 31 octobre 1979, p. 62-63.

44 Michel Boué, « Théâtre La Carmagnole », l’Humanité-dimanche, n° 198, 14 au 20 novembre 1979.

45 Michel Boué, « Ils allaient obscurs sous la nuit solitaire », l’Humanité-dimanche, n° 203, 19-25 décembre 1979.

46 Michel Boué, « Visite à la Chartreuse de Villeneuve », l’Humanité-dimanche, n° 27, 3 août 1980.

47 Michel Boué, « Hernani de Victor Hugo, mise en scène de Robert Hossein », op. cit.

48 Michel Boué, « À Paris, deux Opéra de quat’sous », l’Humanité dimanche, n° 164, 21-27 mars 1979.

49 Michel Boué, « Le luxe, c’est le temps de lire », l’Humanité, 28 janvier 1993.

50 Georges Marchais, Nous vivons le temps des révolutions, Paris, Éditions sociales, 1980, 416 p., p. 114.

51 Michel Boué, « Méphisto par Ariane Mnouchkine », l’Humanité dimanche, n° 174, 30 mai-5 juin 1979, p. 50-51.

52 Annie Burger-Roussennac, « Intellectuels et communisme, un terrain à revisiter par la biographie ? », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 115, 2011, p. 149-153.

53 Annie Burger-Roussennac, op. cit.

54 Entretien avec Patrick Ciercoles, 10 juillet 2015.

55 Ibid.

56 Loulou de la Falaise (1947-2011), mannequin pour Yves Saint-Laurent. Voir Natasha Fraser-Cavassoni, Loulou de la Falaise : le chic romantique, New York-Paris-London [etc.], Rizzoli, 2014, 272 p.

57 Entretien avec Patrick Ciercoles, op. cit.

58 Témoignage de Jacky Delom, sœur de Michel Boué, op. cit.

59 Témoignage de Jacky Delom, sœur de Michel Boué, ibid.

60 Témoignage de Marylène Cabanes, op. cit.

61 Daniel Roche, La culture des apparences : une histoire du vêtement, xviie-xviiie siècles, Paris, Fayard, 2007, p. 492.

62 Michel Boué, « En court et en couleur : la haute couture de l’hiver prochain », l’Humanité-dimanche, été 1989, p. 9.

63 Nicole Roux, Midinette militante chez Nina Ricci, Paris-Budapest, l’Harmattan, 2006, 206 p., p. 170.

64 Nicole Roux, op. cit., p. 171, dédicace du livre Le roman de la robe.

65 Entretien avec Patrick Ciercoles, op. cit.

66 Nicole Roux, op. cit., p. 171.

67 Nicole Roux, idem, p. 170.

68 Michel Boué, Le roman de la robe, Paris, Messidor, 1989, p. 16.

69 Michel Boué, idem, p. 84.

70 Michel Boué, idem, p. 92-104.

71 Michel Boué, idem, p. 105, 115, 116-117, 119, 121.

72 Michel Boué, « On licencie les fées », l’Humanité, 2 février 1993.

73 Pour la dimension économique de la mode, voir l’hommage de Roland Leroy : « Tout tendu vers une idée du bonheur », l’Humanité, 27 mars 1993.

74 Michel Boué, « Aujourd’hui les couturiers sont plus que jamais eux-mêmes, jusqu’à la caricature », l’Humanité, 26 juillet 1990.

75 Michel Boué, « Le génie las de M. Saint-Laurent », l’Humanité, 31 janvier 1991.

76 Michel Boué, Le roman de la robe, op. cit., passim.

77 Michel Boué, idem, p. 90-91.

78 Michel Boué, idem, p. 28-29.

79 Michel Boué, « Chacun maître chez soi » l’Humanité, 23 mars 1990.

80 Michel Boué, Le roman de la robe, op. cit., p. 34-35.

81 Michel Boué, « Y’a comme un malaise », l’Humanité, 30 janvier 1991.

82 Anne Gural-Migdal, « La représentation du luxe à travers le personnage de Nana : entre modernité et postmodernité », <http://ekladata.com/2-S8K5aIPugSCoo-MgqbipO--gs.pdf> ; voir aussi Louis Aragon, Apologie du luxe, Genève, Skira, 1946, 15 feuillets.

83 Voir palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, <http://www.palaisgalliera.paris.fr/fr/palais-galliera/le-musee-de-la-mode-de-la-ville-de-paris-la-naissance-du-musee#p1>.

84 Entretien avec Claude Cabanes, mai 2015.

85 Il est devenu ami avec l’équipe d’Yves Saint-Laurent grâce à Marylène Cabanes, qui travaillait au sein du mensuel Marie-Claire.

86 Christian Lacroix, « Les romans des robes », l’Humanité, 27 mars 1993.

87 Pierre Bergé, « Un homme libre », l’Humanité, 27 mars 1993.

88 Bettina Rheims, « Se languir de toi », l’Humanité, 27 mars 1993.

89 Yves Mourousi, « Mon ami », l’Humanité, 27 mars 1993.

90 Roland Leroy, « Ce défilé fut un véritable événement », l’Humanité, 3 juin 2008.

91 Roland Leroy, ibid.

92 Michel Boué, « Défilé Yves Saint-Laurent à la fête de l’Huma en 1988 », Le Journal de la mode, <http://pcf.evry.pagesperso-orange.fr/modeysl.htm>.

93 Jean-Pierre Léonardini, « Communiste par conviction, proustien par naissance », l’Humanité, 27 mars 1993.

94 Laurence Benaïm, Yves Saint-Laurent, Paris, Grasset, 1993, p. 479.

95 Entretien avec Pierre Bergé, 9 septembre 1988, Archives de l’Institut national de l’audiovisuel, <http://www.ina.fr/video/CAC89008457>, consulté le 22 mai 2015.

96 Laurence Benaïm, L’année de la mode 88-89, Lyon, La Manufacture, 1988, p. 31.

97 Henri Paillard, « YSL chez les soviets », Le Figaro, 12 septembre 1988.

98 Gérard Lefort, « Saint-Laurent défile à La Courneuve », Libération, 12 septembre 1988.

99 François Ernenwein, « 60 000 personnes à la fête de l’Humanité », La Croix, 12 septembre 1988.

100 Gérard Badel, « Marchais sème en automne pour récolter au printemps », Le Parisien libéré, 12 septembre 1988.

101 Entretien avec Claude Cabanes, mai 2015.

102 Ibid.

103 Journal officiel de la République française, débats parlementaires, Sénat, compte rendu intégral, Paris, Journaux officiels, 1983-2005, séance du 23 octobre 1990, Mme Marie-Claude Beaudeau, p. 2839-2841.

104 Journal officiel de la République française, débats parlementaires, Sénat, questions-réponses, année 1996, 19 décembre 1996, p. 3369.

105 Frédéric Godart, Sociologie de la mode, Paris, La Découverte, 2010, p. 30-31.

106 Michel Boué, Le roman de la robe, op. cit., p. 18-19.

107 Michel Boué, Ibid., p. 16-17.

108 Dans l’article « Le drapeau rose en berne », l’Humanité, 30 octobre 1992, Michel Boué fait une excellente analyse des causes de la disparition de Gai pied Hebdo, où sa connaissance du monde homosexuel s’imprègne de son regard de communiste, dans son analyse des raisons propres à la disparition de ce journal. Il pointe aussi le problème de la commercialisation et de la consommation propre au milieu homosexuel parisien. De ce point de vue, son regard de militant ne se sépare pas de sa familiarité avec le monde homosexuel.

109 Philippe Poirrier, « Les politiques culturelles municipales des années soixante à nos jours : essai de périodisation », dans Bulletin des bibliothèques de France, [en ligne], n° 5, 1994, consulté le 22 décembre 2014. Disponible sur le web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1994-05-0008-001>, ISSN 1292-8399.

110 Philippe Perrot, Les dessus et les dessous de la bourgeoisie : une histoire du vêtement au xixe siècle, Paris, Fayard, 1981, 344 p., p. 303.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Pastorello, « Michel Boué et les « fées couturières » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 129 | 2015, 93-111.

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Michel Boué et les « fées couturières » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 129 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4833

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Université Denis Diderot Paris VII (Laboratoire Identités, cultures et territoires), bibliothécaire à la Bibliothèque nationale de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page