Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  David Shafer, Paris Commune : French Politics, Culture and Society at the Crossroads of the Revolu (...)

1L'histoire de France vue des États-Unis. En choisissant de confier la direction d'un dossier à un historien nord-américain, qui a réuni lui-même des collègues travaillant sur l'histoire de France, la rédaction des Cahiers a cherché le décentrement. Exercice salutaire que de voir l'histoire de l'hexagone dans des regards portés d'une autre culture. Évidemment, on peut hésiter face à ces collectifs, "États-Unis", "France". Nous savons tous combien ils peuvent véhiculer d'idées reçues et être réducteurs, combien les productions historiques dans un État quel qu'il soit et a fortiori dans un État vaste et divers comme le sont les États-unis d'Amérique, relèvent de cultures, d'ambitions diverses. On sait la diversité des structures d'enseignement supérieur, universités aux statuts divers, aux moyens contrastés. On dira, peut-être un peu facilement, il n'en reste pas moins... Il y a du commun à travers ces communications, un style, des références qui rompent, un peu, avec nos habitudes. Bien sûr, il y a le choix du responsable du dossier, David Shafer, enseignant à l'université d'État de Californie à Long Beach, spécialiste du XIXe siècle français, notamment de la Commune de Paris1. Il y a les choix faits par David Shafer des différents contributeurs, tous spécialistes du XIXe siècle français. Il y a, certes, quelque chose de commun à tous ceux qui, d'un pays, étudient l'histoire d'une autre portion du globe, d'un autre état, cet autre d'au-delà des frontières nationales, toujours menacé de devenir une marge, d'être considéré comme une curiosité de spécialiste. Qui n'a pas entendu des historiens français dire à propos de travaux sur telle ou telle gande puissance que tout cela est bien intéressant, mais un peu trop spécialisé... La lecture de ces contributions de ceux qui sont aux États-Unis des spécialistes d'un pays étranger parmi d'autres, d'un petit bout d'Europe nommé "France", nous parle de notre propre regard sur le monde et nous conduit à une certaine modestie. On y sent, en dépit de la passion des auteurs, la France devenir un petit peu plus petite, objet singulier inséré dans un vaste monde. Ce dossier nous fait rencontrer des spécialistes que l'on sent préoccupés par la menace d'érosion de l'intérêt des étudiants, d'érosion des postes, des crédits certainement, par la nécessité pour lutter contre ces tendances lourdes de dilater le modeste hexagone. La préoccupation ne cosntitue pas la problématique explicite du dossier, mais l'inquiétude sourd, peut-être au-delà de la conscience que les auteur/es ont pu en avoir. L'allusion est discrète dans l'introduction de David Shafer, l'affirmation est claire dans l'article de Garry Wilder. Comment justifier l'étude spécifique de cette portion d'Europe ? La place conférée à l'Empire peut constituer une forme de réponse, rappelant le pouvoir d'intervention et d'imposition des puissances européennes, leur existence bien au-delà de leurs frontières et leur dépendance par rapport à cette présence extra-européenne. L'article de Gary Wilder est explicite à ce sujet. Mais on retrouve cette importance des colonial studies dans les développements de Victoria E. Thompson dans son vaste état des lieux des gender studies en histoire de la France. Cette quasi omniprésence de la dimension coloniale du passé français, que l'on retrouve aussi tout au long de la réflexion de Tyler Stoval sur l'usage du recours aux thématiques de la pensée politique française, nous fait comprendre en retour combien la colonisation a été pensée dans l'histoire de la France faite en France, comme une marge, suite de parenthèses refermées les unes après les autres, marquant sans doute les pays conquis, mais fort peu le pays conquérant. Les relectures récentes et les conflits interpétatifs révélant des souffrances que l'on avait pensé trop vite oubliées, nous mettent mieux à même d'accepter, voire de partager ce tropisme américain concernant notre propre histoire.

2Bien sûr, on aura beau jeu de montrer du doigt à travers les thématiques choisies ce que certains historiens en France appellent des effets de mode, attendant que cela passe : cette histoire coloniale nouvelle manière, l'histoire du genre, si mal appropriée, l'histoire sociale de l'art ou l'usage historien de la littérature. On pourra aussi pointer des absences que chacun, selon sa spécialité, pourra trouver surprenantes. Les recherches sur le XIXe siècle ne sont certainement pas celles qui ont suscité le plus de passions parmi les jeunes historiens en France ces dernières décennies. Elles n'ont pas donné lieu aux affrontements, quelque peu médiatiques, dont d'autres périodes ont été l'objet. Le public français connaît un peu mieux l'apport des historiens américains à d'autres objets, comme la Grande guerre, la Seconde guerre mondiale, et ses conséquences en France, l'Occupation, la Collaboration, expériences en partie partagées avec les États-Unis. Pour d'autres, ce sont les débats autour de la Révolution française et des révolutions qui sont mieux connus, ou encore en cette année de bicentenaire d'Austerlitz et de lectures polémiques de l'événement, les points de vue difficilement conciliables autour de l'épisode napoléonien retiennent particulièrement l'attention des amateurs d'histoire.

  • 2  François Cusset, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et Cie et les mutations de la vie intel (...)

3Au-delà de ce choix somme toute chronologique, on pourra être frappé par ce qui pourra apparaître comme des similitudes, l'importance de la mise en perspective historiographique, des apports théoriques, l'explicitations des grilles de lectures utilisées, leur croisement. Gary Wilder évoque, par exemple, "les épistémologies nationales" qui "ont porté leur attention vers les relations fluides et réciproques entre la politique métropolitaine et la politique coloniale". L'analyse en termes de "fluidités", de "relations fluides" revient d'ailleurs d'un article à l'autre, concept emprunté à la sociologie qui témoigne d'une immersion de l'histoire dans un champ intellectuel qui n'est pas tout à fait celui de beaucoup d'historiens français. Proximité plus grande avec la littérature, avec l'histoire de l'art, avec la réflexion philosophique et sociologique. Les échos ici rassemblés des "french studies" nous introduisent dans un monde d'historiennes et d'historiens qui se réfèrent à Foucault, s'interrogent sur l'apport possible des concepts marxistes, sur ceux de la sociologie ou de la psychanalyse. La facilité à dire l'inscription des productions historiennes dans le flux des mobilisations politiques peut surprendre aussi par rapport au souci de distance de l'historien français, héritier inquiet de la tradition positiviste. Globalement, on peut dire que s'exprime ici une histoire davantage marquée par l'ère du soupçon que la plus grande partie de la production contemporaine française, voire d'une histoire post-moderne au sens de ses détracteurs français2 ? Cette "histoire de France" est bien une histoire pour partie étrangère. En sommes-nous, historiens de France, réellement au temps de la global history, d'un point de vue mettant en évidence les interactions entre les aires culturelles, de la fameuse "fluidité", de la déconstruction de l'européano-centrisme ou de l'américano-centrisme ? Cette déconstruction, les collègues réunis ici ont sans doute en commun de la penser, de la tenter. Sommes-nous à nous demander si nous avons besoin de Marx, de quel Marx, pour comprendre quoi ? Étrangeté qu'une partie de ces bilans, appels à relecture, renouvellement.

  • 3  Georges L. Bastin, Álvaro Echeverri, Université de Montréal, Canada, dans Gentzler and M. Tymozco (...)

4Étrangeté, pour partie, de langue. Élément majeur trop vite compté pour presque rien. On sait les traductions rares, de plus en plus rares de part et d'autre de l'Atlantique. Le lecteur constatera, peut-être avec un certain dépit, combien, les références philosophiques, sociologiques, mises à part, le recours à la bibliographie de langue française est limité. Les historiens de la France aux États-Unis se nourrissent en très grande partie de productions en langue anglaise. Nous nous satisfaisons souvent de la production hexagonale quand bien même nous savons qu'il y a ailleurs, et notamment aux États-Unis, une importante production. Le risque est grand de voir se développer des études qui s'ignorent. Certes, on lit en anglais mais il s'agit de bien plus que de déchiffrement. De création de concepts, de découpage du social, bref de la matière elle-même. Terrible travail de la traduction qui nous a rendu conscients de la terrible difficulté du décloisonnement épistémologique. Quoi mieux que cette difficulté à dire dans une autre langue nous fait mieux prendre conscience, pour reprendre les termes de Georges L. Bastin, des "éléments sous-jacents à une culture propre, conditionnant la définition d’un je collectif en termes (et souvent au mépris) d’un autre, de l’autre"3. Pour aller au plus simple, prenons l'exemple, rendu si présent du fait même des problématiques abordées, de l'appartenance sexuée des auteurs : l'"historian" du texte anglais est-il l'"historien" et l'"historienne" du texte français ? On peut bien sûr choisir comme y autorise la grammaire française de tout traduire au masculin. Mais dans un article comme celui de Victoria Thompson, écrit par une femme, citant des auteurs qui sont dans leur très grande majorité des femmes et traitant des questions de l'identité, des cultures féminines, de l'histoire du genre et de l'histoire des femmes, le texte en prend une tournure grotesque. Il s'agit bien d'hommes ou de femmes historiens ou historiennes. Et comment dire cela autrement que par des slashs (encore belle difficulté de traduction) inaudibles ?

5Sur cette difficulté, porteuse de sagacité, nous laissons le lecteur (et la lectrice ?) à sa confrontation avec les textes ainsi créés.

6Par ailleurs, plus confortablement pour ses initiateurs, le numéro des Cahiers revient dans "Chantiers" au XIXe siècle français vu de France, puis dans "Débats" aux usages publics de l'histoire aujourd'hui en France. Nous nous réjouissons de l'acuité nouvelle de l'interrogation sur le rapport de l'histoire à la société qui la produit, mais il va de soi qu'elle bouscule les historiens, satisfaits d'être interpellés, mais craignant de devenir serfs, dépendants d'une histoire officielle, qu'elle soit celle de l'État, de groupes de pression ou d'une idéologie dominante. Claude Liauzu, initiateur de la première protestation collective contre l'article 4 de la loi du 23 février 2005, revient ici sur l'histoire de cet incroyable profession de foi colonialiste de l'État français. Les responsables du Comité de Vigilance nous ont autorisé à reproduire leur manifeste et à faire connaître leur action. Notre collègue Sébastien Jahan met en œuvre la vigilance en publiant ses remarques sur la présentation de la colonisation dans l'un des premiers manuels sortis au lendemain de la loi, bel exemple de servilité. Quant "Aux sources de l'histoire", elles nous emmènent à nouveau grâce à notre collaborateur, Didier Monciaud, vers l'horizon arabe et le patient travail qu'y exercent ceux -et celles en l'occurrence- qui y constituent, à travers interviews et réflexions méthodologiques, les sources de l'histoire.

Haut de page

Notes

1  David Shafer, Paris Commune : French Politics, Culture and Society at the Crossroads of the Revolutionary tradition and Revolutionary Socialism, Palgrave MacMillan, 2005.

2  François Cusset, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 1e éd. 2003, rééd. 2005.

3  Georges L. Bastin, Álvaro Echeverri, Université de Montréal, Canada, dans Gentzler and M. Tymozco (eds) Translation and Power, Amherts, University of Massachussets Press, p. 3-24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 96-97 | 2005, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/483

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page