Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-7

Texte intégral

1Les Cahiers ont adopté pour ce numéro une formule originale qui transforme partiellement la structure du volume. Ils publient un long texte produit par deux historiens, l’un travaillant à l’histoire de l’autre. Ce texte est à la fois une réflexion historienne, réflexion d’un producteur d’histoire sur les expériences de sa vie, notamment intellectuelle et politique, et une source, outil construit par un jeune historien pour revenir sur l’histoire des décennies du dernier xxe siècle.

2La démarche autobiographique comme la forme de l’interview ne sont pas des choix isolés en ce début du xxie siècle. Notamment de la part des historiens marxistes et plus généralement de la part de ceux qui, à un moment ou un autre de leur existence, se sont considérés et ont été considérés comme des historiens engagés. L’historien marxiste anglais, Eric Hobsbawm, a publié, il y a peu une autobiographie de plus de 500 pages, traduite en français en 2005, dans laquelle il revient sur son parcours aussi bien politique qu’intellectuel dans le xxe siècle1. Les éditions de l’Aube ont publié en 2000 un court texte d’entretiens de 1992 avec le même Eric Hobsbawm sous le titre, L’historien engagé2. Jean-Pierre Vernant a lui aussi répondu à des questions qui ont donné lieu à un petit livre3. Comme dans le témoignage de Claude Mazauric publié dans le présent dossier des Cahiers, on sent à travers l’ensemble de ces textes la volonté de saisir un moment d’histoire qui s’éloigne et qui est en train de perdre, pour les acteurs comme pour les plus jeunes qui les interrogent, de son évidence. Les relatifs succès éditoriaux de ces publications comme la multiplication d’interviews parus dans la presse témoignent du fait que cet intérêt est partagé par les lecteurs. Les années passant, une génération prend conscience que sa vie devient histoire, devient un temps dont la spécificité se dégage peu à peu, du côté de l’irréversiblement révolu. Bien sûr, l’effet de génération joue en permanence, mais notre présent est celui de l’effacement progressif d’une génération qui a la spécificité d’avoir été forgée dans les affres de la guerre, dans ses affrontements et ses blessures irrémissibles. Cette génération, entendue au sens large de l’enfant au jeune adulte, est celle de ceux qui ont été marqués définitivement au cours de leurs années de formation dans leur chair, leurs émotions, leur être au monde, par la capacité ou l’incapacité à résister à l’oppression, par les peurs et les violences qui s’ensuivirent. Il apparaît à tous que cette génération puise dans cette expérience liminaire tragique un rapport aux fonctionnements sociaux d’une forte singularité. Ce rapport au collectif, fait d’un profond sentiment de droit et de devoir d’intervention dans le tout social, d’un sentiment d’incontournable responsabilité, s’est exprimé dans les décennies qui ont suivi le second conflit mondial, notamment, par le terme global d’« engagement ». « Être engagé », « s’engager », expressions clés du vocabulaire social et des comportements, des années cinquante à jusqu’à quand, est-on désormais tenté de s’interroger. La notion encore tellement vivante commence pourtant à être l’objet d’un regard historien comme les études de Frédérique Matonti en ont fourni une illustration récente4. Qu’est-ce donc qu’un « historien engagé » pour reprendre les termes utilisés à propos d’Eric Hobsbawm et revendiqué par nombre d’acteurs intellectuels du second  xxe siècle ? Le chemin de la compréhension peut passer par Sartre, comme le dit Claude Mazauric à propos de sa propre formation, par ses textes courts et tellement explicites, comme les Mains sales, qui ont rappelé à plusieurs générations, y compris celles qui n’avaient pas connu la guerre, qu’il n’y a pas de voie pour échapper à la responsabilité d’individu libre, que la liberté même fait de l’homme un être toujours déjà engagé et que, pour le dire vite, les mains sont salies autant par le refus d’agir que par l’action. Le chemin passe aussi, et sans que cela soit incompatible pour les hommes d’un même temps, par le marxisme et sa lecture de la société comme un tout dans lequel les rapports sociaux s’expriment en termes de lutte dans lesquels les individus sont toujours déjà embarqués, pour reprendre ici le vocabulaire sartrien. L’engagement est alors l’expression de la prise de conscience de ces rapports de lutte inhérents au social et le choix d’y intervenir pour peser dans le sens de l’émancipation humaine. L’engagement se traduit par la participation à des formes d’action dans l’espace politique. Être engagé, c’est donc être politiquement engagé dans les structures qui traduisent la lutte du prolétariat, les partis communistes. L’engagement de ce second xxe siècle est donc pour beaucoup d’intellectuels, et ceci à l’échelle du globe, l’engagement communiste ou l’engagement auprès des communistes, celui des « compagnons de route ». L’historien engagé a vécu intensément les grands combats collectifs de sa société et a pratiqué l’histoire, conscient de travailler dans une société et pour celle-ci, intervenant directement dans l’arène publique en tant que citoyen, notamment dans les moments d’affrontements vifs, tels la décolonisation, en infléchissant aussi ses programmes d’historien, hanté à la fois par le besoin de transmettre, mais aussi de faire comprendre ce qui est le plus difficile, la radicale altérité des temps passés. Avec humour, Jean-Pierre Vernant explique comment le fait d’être membre du parti communiste l’a orienté vers la Grèce antique, pour être sûr que le Parti ne se mêlerait pas de ses recherches5. Claude Mazauric exprime d’autres positionnements, plus inclus dans les réseaux partisans, mais y redisant avec bien d’autres, ce tout indémêlable qu’est le rapport au monde présent et le rapport au passé de l’historien engagé. Chaque historien, comme chaque individu l’exprimerait, dans ces exercices de retour sur soi, exprime évidemment aussi une spécificité de trajectoire qui a sa part de hasard mais aussi une forme de nécessité, qui n’est pas que reconstruction rétrospective. Ainsi pourra-t-on lire ce « Je me suis toujours senti très porté, comme si j’obéissais à une force extérieure à moi, vers les mouvements révolutionnaires, les forces radicales d’opposition à la classe dominante, et ce qui m’a motivé le plus dans mon intérêt pour notre histoire nationale, c’est précisément cet esprit de rébellion, ce refus de plier devant les adorateurs de l’inégalité sociale et de l’injustice faite aux humains ». Pour autant, cet engagement, fortement lié à des institutions, le parti, mais aussi le syndicat, les lieux d’enseignement, des associations professionnelles, nationales et internationales, a pour spécificité d’exprimer ce sentiment d’appartenance au camp des révoltés à travers les formes organisées existantes, acceptées comme expression légitime de la lutte des opprimés.

3Bien d’autres traits singuliers émergent d’un long entretien qui laisse une place importante au propre. Ce sera le travail des spécialistes de l’historiographie de cette fin de xxe siècle de démêler à partir de tels textes et des croisements avec d’autres sources les traits qui contribuent au portrait de groupe et ceux qui relèvent de l’atomisation hasardeuse des destins. Peut-on néanmoins suggérer à ces lectures, parmi les traits du portrait de groupe, l’évidence de la reconnaissance des qualités intellectuelles, des talents, comme ouvrant droit à une légitime reconnaissance sociale ? Associé à ce trait, la réussite scolaire au temps des années de formation, que cela soit porté au crédit de l’école républicaine par Claude Mazauric ou à celui du système explicitement élitiste anglais par Eric Hobsbawm comme moment clé de l’existence et source de la légitimité de la réussite sociale ? Ou encore le rôle des « maîtres », de ces passeurs admirés qui conservent pour l’adulte leur figure de mentors admirables : « et puis ils étaient des enseignants éloquents, brillants, convaincus » dit ainsi Claude Mazauric dans les entretiens ci-dessous. Traits de culture partagée qui traduisent l’adhésion affective à une hiérarchie des talents et à un système de reproduction des élites de jeunes gens d’origine modeste, par ailleurs contestataires de l’ordre social. Adhésion de jeunesse assez peu remise en cause par l’âge adulte, en dépit de la participation de cette génération aux contestations, notamment universitaires mais aussi politiques, des années soixante et soixante-dix. L’évidence de la reproduction est renforcée, certes, par l’effet de miroir au masculin. S’il est difficile d’envisager ce type de mise en scène de la construction de soi au féminin, il n’est pas interdit de penser néanmoins qu’une partie de ce rapport à sa propre formation trouverait sa place dans les récits de vie des historiennes, notamment, en ce qui concerne la France, ceux des normaliennes. L’École normale supérieure ou les Écoles normales, créations des républiques, créations nationales, sont bien le modèle, explicite ou implicite de tout destin intellectuel français, instituant un cadre prioritairement national à la réussite et à ses limites. Ce cadre national, qui est profondément passé national, nourri des émotions vives d’un passé guerrier subi dans la chair, du père, des sœurs, et histoire nationale, constitue pour le militant communiste qui s’évoque lui-même ici la matrice identitaire fondatrice, installant bien notre historien engagé dans un horizon culturel partagé de son pays. « Cette défaite de l’armée française me laissait un goût bizarre sinon amer parce que je n’aime pas qu’on dise que la France perd, même au rugby ou au football, ou qu’elle se déshonore, mais en même temps, j’étais extrêmement heureux car l’idée que les Vietnamiens.. » écrit-il dans les entretiens, témoignant de la survivance du sentiment de l’enfant dans l’adulte.

4Comme toujours dans les Cahiers, nous avons éprouvé le besoin d’un contrepoint, obligeant à changer radicalement le point de vue d’observation, Le texte de Débats, production d’un historien égyptien enseignant aux Etats-Unis, nous arrache à l’enracinement dans les provinces de France, dans les réseaux universitaires français, dans les références coutumières de la vie intellectuelle française de l’après-guerre. Le texte, qui nous conduit du côté de l’échec politique aussi bien qu’intellectuel des marxistes dans l’Égypte du xxe siècle, peut aussi se lire à travers les nombreuses références qui se font écho d’un texte à l’autre. Les correspondances sont nombreuses, nous rappelant salutairement combien les politiques impériales, les migrations, les échanges intellectuels ont tissé des liens d’un bord à l’autre de la Méditerranée, et bien au-delà. Il y a bien sûr les correspondances factuelles, toutes celles d’une histoire de fait partagée, celle des guerres mondiales, des crises économiques, des conflits entre les puissances européennes dont les conséquences s’inscrivent hors de leurs frontières. Il y a les réponses au colonialisme, bien sûr. Suez, source de radicalisation sociale en égypte, de rapprochement des marxistes vis-à-vis du régime nasserien, apparaît dans le récit de l’historien français à travers la rupture du vieux militant SFIO, père de l’historien, avec son parti. La correspondance passe aussi par la référence à Marx, le travail sur l’histoire avec les outils d’analyse marxistes, la construction et reconstruction du parti communiste, sa recherche d’articulation politique avec les luttes nationales. Il y a là aussi une culture partagée, là aussi des faits de génération, liés au prestige de l’URSS et du communisme auprès d’une grande partie des mouvements de libération nationale des pays dominés, liés à la politique internationale de l’URSS, à son soutien à la décolonisation, à des formes de développement partagées à l’horizon du monde.

5Le prochain numéro des Cahiers confirmera cette volonté de décentrage et de réflexion sur les transformations du xxe siècle dans la perspective d’un devenir monde à travers un dossier imposant consacré aux gauches en Égypte qui y perdront salutairement de leur exotisme. Ainsi poursuivrons-nous notre travail de retricotage historien de liens et de frontières qui n’ont pas toujours grand-chose à voir avec ceux de la géopolitique contemporaine.

Haut de page

Notes

1  Eric Hobsbawm, Franc-tireur. Autobiographie, Paris, Ramsay, 2005, 512 p.

2  Eric Hobsbawm, L’historien engagé, Éditions de l’Aube, 2000, 64 p.

3  Jean-Pierre Vernant, La volonté de comprendre, Éditions de l’Aube, 1999, rééd. 2007, 98 p.

4  Frédérique Matonti, Intellectuels communistes, Paris, La Découverte, 2005, 414 p.

5  Jean-Pierre Vernant, op. cit., p. 36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 104 | 2008, 3-7.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 104 | 2008, mis en ligne le , consulté le 25 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/480

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page