Navigation – Plan du site
DOSSIER

Bolivars et bousingots

Vêtements et accessoires séditieux sous la Restauration et la monarchie de Juillet
Erwan De Fligué
p. 55-71

Résumé

L’article montre, à partir de sources imprimées diversifiées, comment au gré des régimes, de 1815 à 1848, des accessoires (cocarde, pipe, canne, chapeau…), des choix capillaires, des vêtements par le jeu des couleurs et des imprimés, ont fonctionné comme un langage compris de tous et permis à des hommes, opposants desdits régimes, de manifester leurs appartenances (libérales, ultras, républicaines et in fine socialistes), alors que des lois successives persistaient en vain à essayer de les interdire dans l’espace public.

Haut de page

Texte intégral

1Le décret du 8 brumaire an II a aboli l’ancien ordre vestimentaire. La Révolution s’est drapée de simplicité égalitaire, de couleurs cocardières et de symboles appuyés. Ne pouvant pas les endosser, la réaction thermidorienne, puis le nouvel ordre impérial, se sont rhabillés de nouveaux attributs idéologiques. Ces costumes politisés étaient taillés pour un pays en guerres permanentes. La Restauration de Louis XVIII vise à rétablir la paix civile, ou au moins son apparence. La Charte constitutionnelle refonde la monarchie en y intégrant des acquis de la Révolution et de l’Empire, comme autant de garanties offertes aux adversaires de la veille. Son article 8 proclame : « Les Français ont le droit de publier et de faire imprimer leurs opinions, en se conformant aux lois qui doivent réprimer les abus de cette liberté ». Mais l’expression politique ne se limite alors pas à la presse.

  • 1 Honoré de Balzac, Traité de la vie élégante, chapitre II : Du sentiment de la vie élégante.

2« Le costume étant le plus énergique de tous les symboles, la Révolution fut aussi une question de mode, un débat entre la soie et le drap1 ». En 1814, l’habit de cour n’est plus de mise, la carmagnole non plus. Le drap a gagné, mais le drap bourgeois. Les différences entre les classes sociales ne sont pas abolies, mais le peuple en blouse ne compte pas. Le suffrage censitaire consacre les notables. Qu’ils soient aristocrates ou acheteurs de biens nationaux, tous portent des hauts-de-forme et des habits à l’anglaise. Si la monarchie britannique inspire certains penseurs politiques, la fashion britannique règne. Pratique et confortable, elle convient aux messieurs sérieux qui se consacrent aux affaires, tant privées que publiques. Les fanfreluches sont abandonnées aux dames, qui doivent s’en contenter. Si ces dernières ont salué le retour des Bourbons par des cocardes blanches, des fleurs de lys, des robes à 18 replis et des chapeaux empanachés à la Henri IV, c’est juste que la mode est une courtisane qui flatte les nouveaux régimes. Nul ne prête pour autant à ces éternelles mineures des opinions personnelles. La politique est alors une question grave, donc une question d’hommes.

3Sous la similitude apparente des costumes masculins, les convictions transparaissent généralement de manière bénigne, comme chez les deux prétendants de la Vieille Fille de Balzac : le royaliste chevalier de Valois et le libéral du Bousquier, qui gardent chacun dans leur mise des traces de l’époque de leur gloire, l’Ancien Régime et le Directoire. Mais d’autres sont tentés d’afficher ouvertement leur credo politique. Dans quelle mesure la Restauration peut-elle le tolérer, et sous quelle forme ? Où s’arrête la liberté, et où commence la sédition vestimentaire ? Comment celle-ci peut-elle être réprimée ?

4Arrivée au pouvoir à la faveur d’un élan général vers les libertés, la monarchie de Juillet commence par tout accepter. Les vêtements et accessoires contestataires se multiplient. Jusqu’où le régime va-t-il endurer d’être remis en cause ?

Union et oubli

5Telle est la devise de la restauration de Louis XVIII. Imposé par l’occupation étrangère, le roi manque de charisme. Mais quels que soient ses sentiments personnels, politiquement clairvoyant, il cherche officiellement à apaiser les rancœurs. Cependant, la lutte entre le parti de la Révolution et celui des émigrés recommence, avec plus d’âpreté haineuse, après le triste épisode des Cent-Jours.

  • 2 Voir Ernest Daudet, La Terreur blanche : épisodes et souvenirs, Paris, Hachette, 1906.

6Les « verdets » font régner la terreur blanche dans le sud du royaume. Par leur cocarde verte, couleur de la livrée du comte d’Artois, ces bandes armées se revendiquent non comme des royalistes du roi, mais comme ceux de Monsieur. Sous couvert d’épuration, de Toulon à Bordeaux, ils se livrent à de multiples exactions et règlements de comptes privés2. Dans le Gard, ils massacrent les protestants. Ils tiennent Toulouse, affublés d’un uniforme vert et amarante qui leur confère les pouvoirs d’une garde nationale officieuse. Et partout, ils traquent les attributs impériaux ou républicains : malheur à qui porte encore un ruban tricolore ou des boutons à l’aigle.

  • 3 La répression des symboles subversifs n’est pas une nouveauté. En 1793, un décret de la Convention (...)

7À la fin de l’année 1815, le pouvoir reprend les choses en main. Mais il est contrôlé par les ultraroyalistes qui, comme les émigrés selon le mot de Talleyrand, « n’ont rien oublié et rien appris ». La Terreur blanche prend alors une forme publique. La « Chambre introuvable » vote toute une législation répressive : emprisonnements sans jugement, cours prévôtales, épuration des cadres, proscription des régicides… Et la loi du 9 novembre 1815, sur les cris et les écrits séditieux, punit sévèrement la fabrication et le port de la cocarde tricolore et de tous autres signes de ralliement défendus ou même non autorisés par le roi3. Interdire ce qui n’est pas expressément autorisé semble juridiquement discutable. Mais les mécontents peuvent se trouver des marques de reconnaissance inédites, comme l’épingle noire de la conspiration du même nom.

8L’acharnement des « ultras » contre les anciens jacobins et bonapartistes les fédère en libéraux indépendants, opposés à tout retour à l’Ancien Régime. S’ils trouvent parfois trop conservatrice l’application de la Charte, ils réalisent que celle-ci est la seule garantie de leurs droits. Louis XVIII se sent moins menacé par ces prétendus ennemis de sa couronne que par ses trop zélés amis qui, sous prétexte de consolider le pouvoir royal, entendent lui imposer leurs revendications. Le 5 septembre 1816, il se libère de leur influence en prononçant la dissolution de la « Chambre introuvable ».

  • 4 Victor Hugo, Les Misérables, III, 3, 3 : Requiescant.

9Dès lors, les antagonismes entre ultras et libéraux prennent une forme parlementaire, changeant les factions en partis de droite et de gauche. Le jeu politique s’articule grâce à l’affirmation d’un centre, composé de monarchistes modérés qui acceptent l’héritage de la Révolution. « La manière de ceux-là était d’être royalistes et de s’en excuser. Là où les Ultras étaient très fiers, les Doctrinaires étaient un peu honteux. Ils avaient de l’esprit ; ils avaient du silence ; leur dogme politique était convenablement empesé de morgue ; ils devaient réussir. Ils faisaient, utilement d’ailleurs, des excès de cravate blanche et d’habit boutonné4 ».

  • 5 D’après Latouche, Bert, L’Héritier et Deschamps. Biographie pittoresque des députés, portraits, mœu (...)

10Réglé par la loi Lainé, le suffrage censitaire n’est pas seulement ploutocratique, mais aussi gérontocratique. Il faut avoir au minimum 30 ans pour voter et 40 ans pour être éligible. Tous les députés sont donc des survivants de l’Ancien Régime et de la Révolution. Si les ultras sont souvent qualifiés de « perruques », certains libéraux comme Lameth ou Grammont portent aussi des cheveux poudrés, coiffés en ailes de pigeon. C’est tout juste si, en 1820, on remarque sur les bancs de la gauche quelques parlementaires à cravate noire comme Manuel, Caumartin ou Corcelle5.

11Trop fin pour se mettre dans une position discutable, Louis XVIII se pose en loyal observateur de la Charte, respectueux des Chambres. Mais, loin d’être indifférent, il règne en sous-main et appuie les ouvertures de ses ministres. Ne pouvant compter que sur le centre constitutionnel, les gouvernements sont obligés de chercher une majorité tantôt vers la droite sous le duc de Richelieu, tantôt en centre gauche sous Decazes.

  • 6 Rapporté par Louis-Joseph-Marie de Carné dans ses Vues sur l’histoire contemporaine, ou essai sur l (...)

12Cette restauration libérale cherche à concilier tous les conciliables. C’est pourquoi elle persiste à interdire les symboles extrémistes, en y incluant désormais la cocarde verte des plus royalistes que le roi6. Ces attributs politiques sont un moyen pour les partis de se défier les uns les autres. Fréquentes dans les premières années de la Restauration, les querelles de cocardes débouchent fréquemment sur des rixes ou des duels. Les emblèmes séditieux font l’objet d’articles spécifiques, inclus dans la législation sur la presse. De manière générale, les lois de Serre de 1819 marquent un assouplissement à l’égard de la liberté d’expression. Celle du 17 mai affirme qu’une opinion ne devient pas criminelle en devenant publique ; selon ce principe, le seul délit de presse c’est la provocation à un crime ou à un délit qui tombe sous le droit commun. Pourtant, cette même loi du 17 mai continue à considérer le port public de tous signes de ralliement non autorisés comme une provocation au délit. À ce titre, elle le menace d’un emprisonnement de trois jours à deux ans et d’une amende de 30 à 400 francs. Ici, le législateur ne sanctionne pas l’opinion mais l’action. Car arborer publiquement des emblèmes ennemis, cela peut être un appel au désordre et à la violence.

13Mais en pratique, on laisse à la conscience des juges l’appréciation des faits. Si les vêtements et accessoires à connotation politique sont une bravade contre l’autorité, ils ne visent pas systématiquement à causer une insurrection. Le plus souvent, ce ne sont que des protestations individuelles, irritantes certes, mais pas vraiment dangereuses. Les magistrats doivent se montrer circonspects. La stricte application de telles lois serait un abus du pouvoir, qui s’en trouverait discrédité. Comme l’observe François René de Chateaubriand :

  • 7 François René de Chateaubriand, Discours préparé à l’occasion d’une proposition du comte de Castell (...)

« Il est arrivé d’ailleurs ce qui arrive toujours à une mauvaise loi : le ministère public, chargé de la faire exécuter, les tribunaux, convaincus des dangers qu’elle offre dans son application, se sont vus forcés de reculer devant elle. On a d’abord presque tout jugé ; aujourd’hui on ne juge presque plus rien. Par exemple, messieurs, on porte dans Paris des cannes fort curieuses. Elles renferment dans la pomme qui s’ouvre à volonté une petite statue de Buonaparte. Pourquoi la police n’a-t-elle pas saisi ces cannes ? Pourquoi les tribunaux n’ont-ils pas jugé ceux qui les portent ? Parce que la petite statue a pu être faite sans malice. […] On peut trouver aussi qu’elle ne ressemble pas parfaitement au modèle, tous les yeux ne voient pas de la même manière. […] Le magistrat qui, ne voyant point le délit spécifié, est obligé de chercher la règle de son jugement dans sa conscience, finit par s’épouvanter de cette effrayante responsabilité dans la crainte de punir l’innocence, il aime mieux absoudre le crime, ou plutôt il préfère ne pas appliquer la loi. »7

  • 8 Honoré de Balzac, La Rabouilleuse.

14C’est sur cette incertitude que jouent les pommeaux de cannes en ivoire tourné. Sous l’Empire, on en faisait dont l’ombre jetée évoquait la silhouette de Louis XVI, il s’en fabrique désormais au profil de Napoléon. Les accessoires de ce genre sont souvent arborés par les demi-soldes, officiers de l’Empire démobilisés pour avoir combattu durant les Cent-Jours. Ces nostalgiques de leur gloire passée en uniforme forment une sorte de bohème militaire. Traités de « brigands de la Loire », les braves au rebut sont sans métier car ils n’ont appris que celui des armes, sans le sou car leur solde ne leur a pas été payée. Tant qu’ils n’exhibent pas certaines reliques, comme les boutons à l’aigle, leur style vestimentaire est suspect, mais pas incriminable. « Vêtus, selon la mode des officiers bonapartistes appartenant à l’opposition constitutionnelle, d’une ample redingote à collet carré, boutonnée jusqu’au menton, tombant sur les talons et décorée de la rosette, armés d’un jonc à pomme plombée qu’ils tenaient par un cordon de cuir tressé8 », ils se reconnaissaient aussi à leur moustache, au chapeau à large bord, au pantalon à la hussarde tombant sur les bottes garnies d’éperons et à la cravate noire. Sous l’Empire, les officiers portaient le col de crin noir en temps de guerre, blanc en temps de paix. Cette cravate noire des demi-solde est-elle une déclaration d’hostilité aux Bourbons, ou simplement d’un entretien moins exigeant ?

  • 9 Voir par exemple le « Napoléon du peuple » évoqué par Honoré de Balzac dans le chapitre 3 du Médeci (...)

15L’attachement passionné à la personne de Napoléon se retrouve aussi chez d’anciens simples grognards rentrés dans leurs foyers, qui l’inoculent au peuple9. Rejet sentimental du pouvoir des Bourbons, le bonapartisme n’est alors pas un parti. Non seulement il n’a pas de représentants légaux, mais il n’a pas encore de doctrine. Celle-ci ne se définira qu’à partir de 1823, avec la publication du Mémorial de Sainte-Hélène. Las Cases y fait de Bonaparte un homme de la Révolution, un libéral et même un défenseur des nationalités. Il donne une base idéologique au culte napoléonien, et permet un rapprochement avec les républicains. Las Cases y construit également une légende sur laquelle s’appuiera, en 1848, Louis-Napoléon Bonaparte. Et le style demi-solde se perpétuera au-delà des vétérans, jusqu’au Ratapoil de Daumier.

16Le 13 février 1820, l’assassinat du duc de Berry provoque un virage à droite. La Restauration est rattrapée par les ombres de la Révolution et la contre-révolution. Malade, Louis XVIII abandonne la politique au gouvernement Villèle. Votée dans le contexte de la répression des complots de charbonnerie, la loi du 25 mars 1822 durcit les sanctions contre les emblèmes séditieux. En arborer, en exposer ou en vendre est désormais passible d’un emprisonnement de quinze jours à deux ans et d’une amende de 100 à 4 000 francs. L’excitation à la haine ou au mépris du gouvernement du roi est aussi sévèrement réprimée.

  • 10 Je ne parle ici que de l’opposition qui se porte. Sur celle qui se cache, voir Jean-Noël Tardy, L’â (...)
  • 11 Louis Canler, Mémoires, tome 1, F. Roy, Paris, 1882, p. 58. Ce sont les mémoires d’un ancien chef d (...)

17La police doit « faire du chiffre » pour rassurer un pouvoir aussi paranoïaque que réactionnaire. Elle tient à l’œil les opposants10. Et lorsqu’elle ne trouve rien à leur reprocher, des agents provocateurs trafiquent eux-mêmes des emblèmes séditieux et fomentent de toutes pièces des conspirations11.

  • 12 Louis Canler, Mémoires…, op. cit., p. 91. À noter qu’après avoir combattu Bolivar, Morillo rentre e (...)

18Les symboles issus de la Révolution, de l’Empire et de la contre-révolution étant proscrits, les antagonismes politiques se cherchent des échos à l’étranger. Les libéraux français, qui souhaitent la victoire de Bolivar, saisissent cette occasion pour adopter dans leur costume un signe distinctif de leur opinion. À partir de 1819, ils se coiffent d’un chapeau à larges bords plats, qu’on nomme Bolivar et portent un long manteau au devant garni de velours cramoisi ; cette partie se drape sur l’épaule gauche pour laisser voir le velours. On donne à ce vêtement le nom de Quiroga, l’un des commandants de l’insurrection constitutionnelle espagnole. En réaction, les ultraroyalistes adoptent un chapeau très cintré, dont le bord est roulé sur les côtés et versant en bec devant et derrière. On appelle cette coiffure du nom du général espagnol : Morillo. Leurs manteaux sont coupés comme ceux des libéraux, mais le velours en est noir12.

  • 13 Comme tenues d’intérieur, les « turqueries » seront toutefois appréciées par toutes les sensibilité (...)

19L’opposition s’identifiera ensuite aux Hellènes combattant pour leur indépendance. Bonnets, foulards, cannes et manteaux se feront « à la grecque ». Outre le bleu et blanc, les défenseurs de la liberté lanceront des nuances : le « gris Missolonghi » et le « brun Lord Byron ». Par réaction, certains ultras s ‘afficheront en turcomanes13, mais ils seront nettement minoritaires. Finalement, Charles X s’étant laissé convaincre d’intervenir en faveur de ces chrétiens révoltés, les libéraux ne garderont pas le monopole de la cause philhellène et des cravates à la navarin.

20Le pouvoir s’affirme de plus en plus liberticide. Surtout depuis 1824, qui a vu l’élection de la « Chambre retrouvée » et l’accession au trône de Charles X. Moins clairvoyant que son frère, le roi croit que la monarchie de droit divin ayant octroyé la Charte, elle peut la révoquer à son gré. Son entourage ultra est tout aussi réactionnaire et irréaliste.

  • 14 Émile Marco de Saint-Hilaire, sous le pseudonyme de Baron de l’Empesé, L’art de mettre sa cravate d (...)
  • 15 Algirdas Julien Greimas, La mode en 1830, Paris, PUF, 2000, p. 27 et p. 303, note 150.

21Les doctrinaires se rapprochent des libéraux. Ils sont soucieux de respecter la plus stricte légalité vis-à-vis de la Charte. Selon eux, le roi tient sa légitimité d’elle, et non l’inverse. Le ministère Villèle s’irrite de l’indulgence des tribunaux pour les délits de tendances, dans le costume comme dans la presse. Très largement dominantes sous Louis XVIII, les cravates blanches passent de mode… sauf chez les ultras. D’après l’Art de mettre sa cravate14 d’Émile Marco de Saint-Hilaire, les tenants de l’opposition nouent désormais la leur « à l’américaine » ; certains osent même la porter « à l’indépendance », rayée de bleu-blanc-rouge. Cet opuscule, souvent ironique, décrit un nœud coulant en forme de garrot et couleur de chanvre comme étant la cravate « à la Villèle » ; il la renommera « à la Polignac » dans l’édition de 1831. Bien qu’Émile Marco de Saint-Hilaire explique comment la confectionner à partir de deux cravates roulées, réunies et tordues, je crois qu’Algirdas Julien Greimas se trompe en la prenant au sérieux comme accessoire royaliste15.

  • 16 Les amis de Chateaubriand : de droite, mais attachés aux libertés.

22Les législatives de 1827 ayant vu le succès de la coalition libéraux-doctrinaires-défection16, Villèle doit démissionner. Martignac le remplace, mais le roi fait obstruction à sa politique. En 1829, à la surprise quasi générale, il le renvoie et nomme le nec plus ultra Polignac à la tête du gouvernement. Dans les derniers mois du règne de Charles X, les symboles séditieux se multiplient sans que le pouvoir y puisse rien. Ce n’est pas l’opposition qui a violé la Charte, c’est le roi, par les ordonnances de Saint-Cloud. Et l’insurrection se trouve justifiée au nom du droit.

« Liberté et ordre public »

23La révolution de 1830 mêle ouvriers en casquette, gardes nationaux en shako, bourgeois en haut-de-forme et polytechniciens en bicorne, tous porteurs de rubans tricolores. Elle offre l’image d’un peuple uni dans sa lutte pour la liberté. Puis les « Louis-Philippards » ont détourné à leur profit les Trois Glorieuses, au nom de l’ordre public. « Liberté et ordre public » est donc devenu la devise de la monarchie de Juillet. Étant un régime de compromis, elle doit tolérer des contestataires de tous bords. Impossible d’interdire les républicains, alors que le sacre de Louis-Philippe s’est fait à l’Hôtel de Ville, par La Fayette, sous le titre de « Meilleure des républiques ». La censure est abolie et les opinions politiques s’affichent sans complexes. La cocarde tricolore ayant réapparu, ses sœurs ennemies blanches et vertes en font autant. Cela ne va pas sans quelques échauffourées, surtout dans des provinces comme le Gard, marqué par les sanglants règlements de comptes de 1815 entre catholiques ultras et protestants libéraux. Selon leurs convictions, les opposants fleurissent leurs revers de violettes, d’œillets blancs ou d’œillets rouges. Les gens du peuple affectionnent les foulards en coton imprimés d’aigles et d’abeilles pour les bonapartistes, de lys et du chiffre d’Henri V pour les légitimistes. Les bourgeois en portent aussi, mais en soie.

  • 17 Date de la lamentable tentative de soulèvement de Strasbourg, qui a fait connaître le nouveau préte (...)

24Les pilosités faciales prennent une connotation politique. Comme Louis-Philippe, qui porte de cossues côtelettes, les orléanistes ne gardent que les favoris. Souvent anciens militaires, les bonapartistes arborent traditionnellement la moustache ; en 183617, ils y ajouteront la mouche (dite alors impériale) en hommage au prince Louis-Napoléon. Les légitimistes, glabres en 1830, adopteront le collier de barbe à partir de 1840, à l’exemple de leur prétendant, le duc de Bordeaux. Quant aux républicains, ils se laissent pousser la barbe complète.

25En politique comme en esthétique, les premiers romantiques français devaient se dégager de l’ombre écrasante de Chateaubriand. Hugo, Lamartine et Vigny, tous bien nés, ont d’abord célébré la monarchie restaurée, avant de se rallier aux libéraux à la fin du règne de Charles X. En 1830, dans la préface d’Hernani, Victor Hugo vient juste d’écrire que « le romantisme n’est, à tout prendre, que le libéralisme en littérature », lorsque entre en scène la nouvelle génération : Théophile Gautier, Pétrus Borel, Gérard de Nerval, O’Neddy, Jehan du Seigneur, Célestin Nanteuil, Charles Lassailly et quelques autres, qu’on appellera après coup « Jeune-France » ou « frénétiques ». Barbus, parfois chevelus, ces enfants du siècle rejettent le col et le plastron blancs, comme des symboles de la mise bourgeoise. Ils se drapent du menton au poitrail dans de larges cravates noires, qui soulignent leur pâleur romantique et sont une économie de blanchisserie, très commode pour des bohèmes.

26S’ils ne sont pas sur les barricades des Trois Glorieuses, c’est qu’ils portent la lutte sur d’autres fronts. Les théâtres notamment, où ils soutiennent ardemment leurs aînés dans la révolte contre les grisâtres classiques. Dans son Histoire du romantisme, Théophile Gautier consacre tout un chapitre au fameux gilet rouge dont il s’était cuirassé pour la bataille d’Hernani. Il rapporte en avoir expliqué le patron à son tailleur en ces termes :

  • 18 Théophile Gautier, Histoire du romantisme, chapitre X, Paris, Gallimard, coll. « folio », 2011.

« “Cela s’agrafe dans le dos comme le gilet des saint-simoniens, sans aucun symbolisme”. Pour éviter l’infâme rouge de 93, nous avions admis une légère proportion de pourpre dans notre ton ; car nous étions désireux qu’on ne nous attribuât aucune intention politique. Nous n’étions pas dilettantes de Saint-Just et de Maximilien Robespierre, comme quelques-uns de nos camarades qui posaient pour les montagnards de la poésie, mais plutôt Moyen Âge. »18

27Cette flamboyante avant-garde revient à l’assaut de la Comédie-Française en 1832, pour l’unique représentation de Le Roi s’amuse. Pétrus Borel se distingue alors par son gilet « à la Marat » et son chapeau pointu à longs rubans. Charles Lassailly porte un gilet vert tendre, une casquette rouge à chaînette et un camélia à la boutonnière. Jehan du Seigneur arbore un gilet « à la Robespierre » et un chapeau ciré à larges bords…

  • 19 Victor Hugo, les Misérables, IV, 1, 6 : Enjolras et ses lieutenants.

28Ce dernier galurin, nommé « bousingot », a été introduit à Paris en juillet 1830 par les volontaires du Havre, et il a pris depuis une forte charge politique. Le Figaro, dans un article du 9 février 1832, le définit ainsi : « Le bousingot, ou chapeau ciré, existe ordinairement de 18 à 23 ans, il a encore un an de droit à finir pour retourner dans son pays et changer d’opinion. [...] Il est tout cuir, poil, loutre et républicain ». Ce journal, qui est alors à la solde du gouvernement, développera dans une quarantaine d’articles sa satire réactionnaire de l’étudiant révolutionnaire. La panoplie de la jeunesse républicaine comprend aussi la barbe et les cheveux longs, le gilet à grands revers pointus et le pantalon à bandes rouges. Outre le bousingot, elle peut être coiffée d’un bonnet rouge ou d’un chapeau tronconique, souvent gris, parfois orné d’une cocarde tricolore. Ces couvre-chefs rappellent 1789, tout comme le gilet écarlate « à la Robespierre » que Grantaire endosse pour marquer son ralliement19.

  • 20 Voir le chapitre V, consacré à Pétrus Borel, de l’Art Romantique de Charles Baudelaire (1869).

29La coupe, la nuance et la généalogie de ce gilet rouge diffèrent de celles du gilet de Théophile Gautier, qui descend du pourpoint. Mais pour le parti de l’ordre, ils sont confondus dans la même subversion. Certains, comme Pétrus Borel20, sont à la fois « Jeune-France » et « bousingots ». Ces deux mouvements ont en commun le rejet du conformisme ambiant, et je ne saurais dire lequel a le premier employé le qualificatif : « Bourgeois ! » comme une insulte.

30Les saint-simoniens sont d’autres barbus, aussi originaux par leur projet social que par leur habillement. Vétéran de la charbonnerie, Bazard est choisi en 1829 pour devenir, avec Enfantin, l’un des deux « pères » du mouvement. Mais cette double paternité est problématique. Bazard est la voie de la raison socialiste, Enfantin celle de la passion visionnaire. Si le ministère Lafitte tolérait bien les saint-simoniens, celui de Périer s’inquiète de leur propagande vers les ouvriers. Enfantin et ses lieutenants sont inculpés de délit d’association, outrage aux mœurs, escroquerie, provocation au renversement du gouvernement du roi et provocation à la désobéissance aux lois qui régissent la propriété. Leurs locaux sont mis sous scellés.

31Trouvant ridicule l’orientation qu’Enfantin donne au saint-simonisme, Bazard quitte le mouvement en 1831, suivi par Leroux, Carnot, Charton, Buchez, tandis qu’Enfantin et quarante disciples s’organisent en communauté dans sa propriété de Ménilmontant, à l’écart du tumulte parisien. Pour manifester leur fraternité, ils se créent un costume. Il se compose d’une tunique de drap bleu, d’un béret et d’une écharpe rouge, d’un pantalon de coutil blanc en été ou de drap bleu en hiver, d’un gilet blanc à l’encolure bordée de rouge. Ce dernier se boutonne dans le dos pour symboliser l’interdépendance entre les frères, qui ne peuvent s’habiller seuls. Dans cette prise d’habit, le tricolore est réinterprété : blanc pour l’amour, bleu pour la foi, rouge pour le travail.

32Les « Jeune-France » ont soif de liberté, les « bousingots » d’égalité, les saint-simoniens de fraternité. Tous témoignent d’un bouillonnement d’idées, fertile mais politiquement instable. Dès juin 1832 à Paris, sur fond de choléra, les funérailles du général Lamarque dégénèrent en insurrection républicaine, rapidement réprimée.

33Simultanément, dans l’Ouest, la duchesse de Berry fait une tentative de soulèvement légitimiste. Comme signe de ralliement, ses partisans arborent sur le coté gauche de la poitrine un « sacré cœur » marqué d’un H, pour Henri V. Mais cette petite chouannerie est vite défaite militairement. Cette même année, le duc de Reichstadt (l’Aiglon), espoir des bonapartistes, meurt à Vienne.

34Après ces troubles, le pouvoir profite de la déconfiture des trois formes d’opposition pour dépolitiser la vie politique. Réduite aux divergences d’intérêts entre bourgeois du mouvement et bourgeois de la résistance, celle-ci ne laisse aucune part aux idéaux. L’ordre public ne reconnaît plus d’autre liberté que celle de faire des affaires. Accaparés par divers débats théoriques, les saint-simoniens n’ont pris aucune part à l’insurrection de 1832. Enfantin, Chevalier et Duveyrier sont tout de même poursuivis et condamnés à un an de prison. Le groupe se disperse.

  • 21 Louis Canler, Mémoires…, op. cit., p. 445.

35En réaction à l’attentat de Fieschi contre Louis-Philippe, les Chambres accroissent le dispositif répressif en septembre 1835. Le principe du régime ne peut désormais plus être contesté, et il est officiellement illégal de se déclarer républicain, bonapartiste, carliste ou henriquiste. La législation sur les emblèmes séditieux est réactivée, frappant également d’anathème les symboles républicains et légitimistes. La presse rend compte quotidiennement de condamnations pour fabrication ou vente d’objets prohibés. Lorsqu’ils n’en découvrent pas, certains policiers les créent de toutes pièces. Louis Canler parle de ces coups montés comme d’une pratique courante. Ainsi, un agent provocateur s’adresse à un négociant, connu pour ses sympathies libérales, et prétend vouloir lui commander un stock de bretelles tricolores, soi-disant pour l’exportation vers l’Amérique. L’honnête commerçant lui ayant répondu qu’il n’a pas ce genre d’article et ne peut en avoir, il lui en achète des blanches portant sa marque de fabrique, et y coud lui-même des rubans bleus et rouges21.

36La suspicion politique frappe parfois des innocents affublés de vêtements dont ils ignorent la connotation, comme le collégien Jacques Vingtras :

« Le supplice à propos de ma toilette recommence. Beaucoup de personnes me croient légitimiste. J’ai une cravate qui fait trois fois le tour de mon cou, comme en portaient les Incroyables, comme en avaient les royalistes sous la Restauration. Cependant, les espérances que ce parti a pu concevoir à mon propos ne tardent pas à s’évanouir. Ma mère a trouvé à côté d’un collier de chien, dans le fond d’une malle, un col en crin, et je le mets. On crie au bonapartisme cette fois ! C’est le signe de ralliement des brigands de la Loire, la cravate des duellistes du café Lemblin.

« Suis-je venu pour chercher querelle aux membres du club blanc, qui est justement là sur la place ? On se perd en conjectures, mais l’étonnement devient bien autre quand, un dimanche, on me voit apparaître sur le cours, vêtu comme la meilleure des républiques. J’ai une redingote marron, un parapluie vert et un chapeau gris. C’est mon costume de demi-saison. Ma mère voit que je grandis et elle a voulu m’habiller comme un homme des classes moyennes, qui a de l’étoffe, ne vise pas au freluquet et a pourtant son cachet à lui. J’ai du cachet, mais je suis modeste, et je préférerais vivre dans l’obscurité, ne pas donner aux partis des espérances étouffées le lendemain, avec cela que j’étouffe aussi ! Cette redingote est si lourde et les manches sont si longues que je ne puis pas me moucher.

  • 22 Jules Vallès, L’Enfant, 1881. Ce passage se déroulerait vers 1846.

« Légitimiste aujourd’hui, bonapartiste demain, constitutionnel après-demain, c’est ainsi qu’on pervertit les consciences et qu’on démoralise les masses ! Puis les camarades sont toujours là, on m’appelle Louis-Philippe. C’est même dangereux par ce temps de régicide. Les jours de classe moyenne, quand je suis en bourgeois citoyen, je rentre brisé. »22

37La chasse aux vêtements et accessoires séditieux force l’opposition républicaine à la discrétion, mais elle l’exaspère. Certains montagnards se lancent dans des conspirations révolutionnaires, qui tentent d’instrumentaliser les émeutes populaires lyonnaises et parisiennes, faisant du drapeau rouge un étendard politique. Régulièrement démantelées, elles se reforment, de « Société des droits de l’homme » en « Société des familles », puis en « Société des saisons », de plus en plus prolétariennes… Jusqu’à ce que les multirécidivistes Armand Barbès et Auguste Blanqui soient condamnés à perpétuité.

  • 23 Maxime Du Camp, L’Attentat de Fieschi, Paris, 1877, chapitre XIX, p. 254 à 266. L’œillet rouge refl (...)
  • 24 D’après Jean-Noël Tardy, « Des catacombes à l’insurrection. Signes de reconnaissance, signes de ral (...)

38Les autorités étant devenues très suspicieuses, les conspirateurs se trouvent des signes de ralliement qui ne peuvent pas être saisis comme pièces à conviction. En 1835, informés de la tentative de régicide de Fieschi, les blanquistes arborent un œillet rouge au revers23. Dans les années 1840, les membres des « Nouvelles Saisons » se reconnaissent au fait de boutonner leur redingote à gauche24. Cette dernière société est dirigée par Alexandre Martin, qui avec son ami Louis Blanc, contribuera à faire de l’insurrection parisienne de 1848 une révolution. Tous deux seront membres du gouvernement provisoire de la Seconde République, qui libèrera Barbès et Blanqui. « L’Enfermé » reprendra alors l’agitation politique, avec un style vestimentaire très personnel :

  • 25 Victor Hugo, Souvenirs personnels (1848-1851), Paris, Gallimard, 1952.

« Il en était à ce point de ne plus porter de chemise. Il avait sur le corps les mêmes habits depuis douze ans, ses habits de prison, des haillons qu’il étalait avec un orgueil sombre dans son club. Il ne renouvelait que ses chaussures, et ses gants qui étaient toujours noirs. »25

« Liberté, égalité, fraternité »

39La constitution de la Seconde République lui donne cette devise pour principe, mais nuance aussitôt qu’elle « a pour base la famille, le travail, la propriété et l’ordre public ».

40La palette politique s’est élargie : au blanc des royalistes et au bleu des libéraux est venu s’ajouter le rouge des socialistes. Si ces derniers sont en minorité dans le gouvernement provisoire, ils considèrent la révolution comme leur fait et craignent de se la faire confisquer par les républicains du lendemain. La chromatique est un enjeu d’importance. Le discours du 25 février, par lequel Lamartine a conservé le drapeau tricolore, est l’un des épisodes les plus connus de 1848. Mais comme le rapporte Louis Blanc :

« M. de Lamartine fut élevé jusqu’aux nues, pour avoir triomphé de ce fléau du genre humain… la couleur rouge ; et nul ne prit garde [...] que le vainqueur de la couleur rouge était obligé de porter, et portait en effet, une rosette rouge à sa boutonnière, en vertu d’un décret signé de sa propre main.

« Comme signe de ralliement et comme souvenir de reconnaissance pour le dernier acte de la révolution populaire, les membres du gouvernement provisoire et les autres autorités porteront la rosette rouge, laquelle sera placée aussi à la hampe du drapeau.

  • 26 Louis Blanc, Histoire de la révolution de 1848, Paris, Marpon et Flammarion, 1880, p. 122 et 119.

« De ce texte, omis par M. de Lamartine dans son livre, mais que chacun peut lire dans Le Moniteur du 27 février 1848, il résulte que, loin d’avoir été rejetée, la couleur rouge fut adoptée solennellement comme symbole du pouvoir révolutionnaire et, aux termes du décret, comme signe de ralliement. »26

41Le 23 avril, l’élection de l’Assemblée constituante est la première à se dérouler réellement au suffrage universel. Mais il ne suffit pas de décréter la démocratie pour que les différends politiques se règlent poliment. La campagne électorale est violente. Blancs et rouges font assaut de symboles pour tenter de mobiliser des masses. Le dépouillement du scrutin consacre les républicains du lendemain.

42Les socialistes attribuent leur déroute au fait que les paysans soient encore soumis aux nobles et aux curés. Pour les militants ouvriers, cette nouvelle citoyenneté par l’urne semble abstraite à côté de la citoyenneté en actes, qui prend possession de la rue. Depuis 1789, c’est par la subversion et l’insurrection qu’on lutte pour la démocratie. En juin 1848, si la fermeture des ateliers nationaux provoque une révolte sociale, celle-ci s’identifie avec la défense des idéaux de la Révolution.

43Après ces émeutes, beaucoup plus meurtrières que la révolution de février, le gouvernement veut en finir avec la sédition vestimentaire. Le décret du 11 août 1848 en revient à prohiber « le port public de tous signes extérieurs de ralliement non autorisés par la loi ou par les règlements de police ». Si le texte ne les nomme pas, les autorités visent les montagnards. Sont poursuivis : des mouchoirs avec des inscriptions socialistes, des pipes à l’effigie de Barbès ou Ledru-Rollin et tout ce qui est rouge : cocardes, bonnets, gilets, cravates…

  • 27 Voir le Dictionnaire général de la politique de Maurice Block, article « Emblème », par Jacques de (...)

44À l’instar de la monarchie de Juillet, la République souhaite arrêter la révolution et interdit la couleur même qui l’a portée au pouvoir. Elle applique à nouveau les lois du 17 mai 1819 et du 25 mars 1822, ainsi que la jurisprudence héritée de Louis-Philippe27. Ces législations royales visaient d’autres types de séditieux. Sous les monarchies censitaires, les opposants étaient des notables qui remettaient en cause le régime parce qu’ils se revendiquaient d’héritages historiques différents. Alors que les agitateurs socialistes veulent une république, ils font de la lutte politique une affaire de classes.

  • 28 Pierre Karila-Cohen, L’état des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), (...)

45La Restauration a fait entrer la France dans l’ère du parlementarisme, mais aussi de l’opinion publique. La pluralité des convictions politiques est théoriquement reconnue, mais elle effraie. Comme le constate Pierre Karila-Cohen dans L’état des esprits28, les gouvernants sont alors hantés par la crainte de l’absence d’adhésion du peuple, qui leur cause un sentiment de précarité. À chaque révolution, la sédition change de camp, mais l’angoisse persiste pour le nouveau régime. S’il n’est pas toujours un signe de ralliement insurrectionnel, le vêtement ou l’emblème contestataire reste une menace. Ce sont moins les convictions déviantes qui inquiètent, que leur visibilité ; car elle contredit le semblant de consensus nécessaire à l’exercice du pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

Honoré de Balzac, Traité de la vie élégante, Paris, Mille et une nuits, 2001.

Honoré de Balzac, La Rabouilleuse, Paris, SEPE, 1947.

Honoré de Balzac, Le Médecin de campagne, Paris, A. Guillot, 1951.

Charles Baudelaire, L’Art romantique, Paris, Michel Lévy Frère, 1869.

Louis Blanc, Histoire de la révolution de 1848, Paris, Marpon et Flammarion, 1880.

Maurice Block, Dictionnaire général de la politique, Paris, O. Lorenz, 1864.

Louis Canler, Mémoires de Canler, ancien chef du service de Sûreté, Paris, F. Roy, 1882.

Louis-Joseph-Marie de Carné, Vues sur l’histoire contemporaine, ou essai sur l’histoire de la Restauration, Paris, Paulin, 1835.

François-René de Chateaubriand, Œuvres complètes, Paris, Honoré Champion, 2009.

François-René de Chateaubriand, Discours préparé à l’occasion d’une proposition du comte de Castellane tendant à supplier Sa Majesté de proposer une loi portant révocation de celle du 9 novembre 1815, sur les cris et écrits séditieux, publié dans Le Conservateur en 1818.

Ernest Daudet, La Terreur blanche : épisodes et souvenirs, Paris, Hachette, 1906.

Maxime Du Camp, L’Attentat de Fieschi, Paris, Charpentier, 1877.

Théophile Gautier, Histoire du romantisme, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2011. Sa dernière œuvre, inachevée (1874).

Algirdas-Julien Greimas, La mode en 1830, Paris, PUF, 2000.

Victor Hugo, Les Misérables, Paris, La Pléiade, 1951.

Victor Hugo, Souvenirs personnels (1848-1851), Paris, Gallimard, 1952.

– Pierre Karila-Cohen, L’état des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), Rennes, PUR, 2008.

Henri de Latouche, Pierre-Nicolas Bert, Émile Deschamps, François L’Héritier, Biographie pittoresque des députés, portraits, mœurs et costumes, Paris, Delaunay, Pélicier et Ponthieu, 1820.

Émile Marco de Saint-Hilaire (baron Émile de l’Empesé), L’art de mettre sa cravate de toutes les manières connues et usitées, enseigné et démontré en seize leçons, Bruxelles, Perichon, éditions de 1828 et 1831.

Jean-Noël Tardy, L’âge des ombres. Complots, conspirations et sociétés secrètes au XIXe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2015.

Jean-Noël Tardy, « Des catacombes à l’insurrection. Signes de reconnaissance, signes de ralliement des sociétés secrètes en France 1821-1851) », dans Hypothèses, 2007/1 (10), p. 45-54, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007.

Jules Vallès, L’Enfant, Paris, Éditions Charpentier, 1881.

– Benoit Yvert, La Restauration, les idées et les hommes, CNRS Éditions, 2013.

Haut de page

Notes

1 Honoré de Balzac, Traité de la vie élégante, chapitre II : Du sentiment de la vie élégante.

2 Voir Ernest Daudet, La Terreur blanche : épisodes et souvenirs, Paris, Hachette, 1906.

3 La répression des symboles subversifs n’est pas une nouveauté. En 1793, un décret de la Convention punissait de mort quiconque portait une autre cocarde que la tricolore, et un décret impérial de 1815 en faisait autant.

4 Victor Hugo, Les Misérables, III, 3, 3 : Requiescant.

5 D’après Latouche, Bert, L’Héritier et Deschamps. Biographie pittoresque des députés, portraits, mœurs et costumes, Paris, Delaunay, Pélicier et Ponthieu, 1820.

6 Rapporté par Louis-Joseph-Marie de Carné dans ses Vues sur l’histoire contemporaine, ou essai sur l’histoire de la Restauration, Paris, Paulin, 1835, p. 265-266.

7 François René de Chateaubriand, Discours préparé à l’occasion d’une proposition du comte de Castellane tendant à supplier Sa Majesté de proposer une loi portant révocation de celle du 9 novembre 1815, sur les cris et écrits séditieux. Publié dans Le Conservateur en 1818, repris dans ses œuvres complètes.

8 Honoré de Balzac, La Rabouilleuse.

9 Voir par exemple le « Napoléon du peuple » évoqué par Honoré de Balzac dans le chapitre 3 du Médecin de campagne.

10 Je ne parle ici que de l’opposition qui se porte. Sur celle qui se cache, voir Jean-Noël Tardy, L’âge des ombres. Complots, conspirations et sociétés secrètes au XIXe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2015.

11 Louis Canler, Mémoires, tome 1, F. Roy, Paris, 1882, p. 58. Ce sont les mémoires d’un ancien chef du service de sûreté.

12 Louis Canler, Mémoires…, op. cit., p. 91. À noter qu’après avoir combattu Bolivar, Morillo rentre en Espagne et prend parti pour les libéraux, comme Quiroga…

13 Comme tenues d’intérieur, les « turqueries » seront toutefois appréciées par toutes les sensibilités politiques, sans qu’on y voie la moindre contradiction avec des convictions philhellènes.

14 Émile Marco de Saint-Hilaire, sous le pseudonyme de Baron de l’Empesé, L’art de mettre sa cravate de toutes les manières connues et usitées […], Bruxelles, Périchon, éditions de 1828 (p. 51-52 et 75-76) et 1831 (p. 69-70 et 120). La première version, de 1827, ne mentionne pas encore la cravate « à la Villèle ».

15 Algirdas Julien Greimas, La mode en 1830, Paris, PUF, 2000, p. 27 et p. 303, note 150.

16 Les amis de Chateaubriand : de droite, mais attachés aux libertés.

17 Date de la lamentable tentative de soulèvement de Strasbourg, qui a fait connaître le nouveau prétendant bonapartiste.

18 Théophile Gautier, Histoire du romantisme, chapitre X, Paris, Gallimard, coll. « folio », 2011.

19 Victor Hugo, les Misérables, IV, 1, 6 : Enjolras et ses lieutenants.

20 Voir le chapitre V, consacré à Pétrus Borel, de l’Art Romantique de Charles Baudelaire (1869).

21 Louis Canler, Mémoires…, op. cit., p. 445.

22 Jules Vallès, L’Enfant, 1881. Ce passage se déroulerait vers 1846.

23 Maxime Du Camp, L’Attentat de Fieschi, Paris, 1877, chapitre XIX, p. 254 à 266. L’œillet rouge refleurira les boutonnières à l’appel des boulangistes, puis de la IIe Internationale.

24 D’après Jean-Noël Tardy, « Des catacombes à l’insurrection. Signes de reconnaissance, signes de ralliement des sociétés secrètes en France 1821-1851) », dans Hypothèses, 2007/1 (10), p. 51.

25 Victor Hugo, Souvenirs personnels (1848-1851), Paris, Gallimard, 1952.

26 Louis Blanc, Histoire de la révolution de 1848, Paris, Marpon et Flammarion, 1880, p. 122 et 119.

27 Voir le Dictionnaire général de la politique de Maurice Block, article « Emblème », par Jacques de Boisjolin, Paris, 1864.

28 Pierre Karila-Cohen, L’état des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), Rennes, PUR, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erwan De Fligué, « Bolivars et bousingots », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 129 | 2015, 55-71.

Référence électronique

Erwan De Fligué, « Bolivars et bousingots », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 129 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 juin 2016. URL : http://chrhc.revues.org/4791

Haut de page

Auteur

Erwan De Fligué

Expert en vêtements anciens, membre de la Chambre nationale des experts spécialisés

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page