Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-8

Texte intégral

  • 1  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 96-97, « L’histoire de France. Regards d’histori (...)
  • 2  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 100, « La réconciliation franco-allemande. Les o (...)

1Voilà les Cahiers partis pour une nouvelle centaine avec ce numéro 101. On espère que la revue poursuivra longtemps encore le compagnonnage téméraire avec le présent qui fait, souhaitons-nous, sa raison d’être. Sans entreprendre une recension historiographique dont on laissera la tâche aux historiens de demain, on mesure en regardant en arrière sur les quelques décennies écoulées l’importance des changements dans la façon de dire l’histoire de la société qui s’y exprime. Évolution pour partie consciente, volontariste, traduisant le remodelage des rapports de la production intellectuelle au politique, la diversification des lectures de la société, mais évolution aussi pour partie subie, évolution nourrie du mouvement incessant des agencements des rapports sociaux aussi bien économiques que symboliques. Ainsi, volontairement, avons-nous évité ces dernières années de suivre l’amplification du mouvement commémoratif et aussi avons-nous laissé de côté nombre d’anniversaires, parfois chers à la mémoire collective des luttes populaires. Ainsi, délibérément, avons-nous choisi de donner un tour historiographique à nombre de nos productions, soucieux de comprendre l’enracinement de la réflexion historienne dans la construction des savoirs et des rapports de force sociaux de chaque temps. Cette démarche nous a conduits, par exemple, au gros dossier, paru il y a deux ans, consacré aux regards d’historiens américains sur l’histoire de France1. Cette démarche réflexive, colonne vertébrale de la notion d’histoire critique, visée de notre travail collectif, nous a amenés, peut-être au-delà de ce que nous pensions, à ces effets de décentrage (notamment par rapport à notre tradition d’histoire nationale), à cette multiplication des angles d’approche, qui sont devenus un des caractères propres de la revue. À travers les rubriques « Métiers » ou « Débats », ou encore à travers les thèmes des dossiers, tous les numéros des Cahiers croisent l’expression de chercheurs que leurs enracinements institutionnels, géographiques, culturels placent à des points de vue différents sur le monde et sur l’histoire. Le numéro 100 est emblématique de ce point de vue : croisement d’histoire allemande et française au cœur du dossier, controverse mondiale sur de l’histoire chinoise dans « Chantiers », aperçu sur un travail archivistique en Égypte dans « Métiers »2. Ce décentrage, notamment géographique, qui est devenu en cheminant l’une des dimensions les plus dynamiques de notre démarche d’histoire critique, l’avions-nous anticipé ? Pas vraiment. Une présence nouvelle au monde s’est imposée à nous. Les Cahiers, comme d’autres, sont entrés dans l’économie-monde, dans un monde à la fois un et désuni, dans un monde où les différences de puissance, de niveau de vie, d’accès au savoir se heurtent à la vue de tous, ou presque, via les grands médias internationaux. Changement d’échelle des dominations, variation des échelles, arbitraire toujours semblable aux dépens des dominés, des pauvres, sommés désormais, tout en travaillant au moindre coût, de ne voir du monde que ce que le coin de la télévision laisse entrevoir tandis que les puissants sillonnent la planète et déposent capitaux et résidences où bon leur semble. Les Cahiers espèrent désormais contribuer à la fois au décloisonnement des historiographies et à la mise en évidence des rapports de force multiples et des effets de domination qui se trament à ce niveau du social.

2Le numéro 101 des Cahiers croise lui aussi les points de vue. Explicitement, le titre du dossier, « Au nom des pauvres », annonce qu’il ne s’agit pas tant d’étudier ici la réalité de la pauvreté que le regard porté sur ceux qu’une société nomme « pauvres ». « Au nom des pauvres ». Façon de dire aussi, ce silence qui environne la pauvreté. Le pauvre peut hurler ; sa voix résonne dans le silence. Elle ne porte pas, expression même de sa faiblesse sociale, de sa quasi inexistence comme acteur de l’histoire. Les pauvres peuvent bien être des millions, peuvent bien être très nombreux, peuvent bien être menaçants, cela ne fait pas valoir leur parole. Les pauvres sont objets, et notamment objets de discours, objets de politique. Ceux au nom de qui d’autres parlent ; parfois, au mieux, ceux en faveur de qui d’autres parlent. Le dossier nous rappelle salutairement combien la définition de la pauvreté et la place faite aux pauvres dans une société est un enjeu majeur du fonctionnement de cette société. La défense des dominations passe le plus souvent dans les sociétés contemporaines par la dépolitisation de la définition de la pauvreté et par le recours à la culpabilisation morale des individus. L’article de Marc Deleplace est exemplaire de cette sortie de l’argumentaire politique pour réduire, au sortir de la première République française, la figure de l’anarchiste, militant politique pour l’égalité des jouissances, en individu dépravé et jaloux, à la fois menaçant et méprisable. Ainsi la menace politique est-elle transformée en menace sociale, légitimement condamnable sans mettre à mal la liberté des individus dans la sphère politique. Le XIXe siècle construit la légitimité de la répression sur cette relégation des pauvres dans les bas-fonds de l’humanité. Jean-François Wagniart, coordinateur du dossier, fait appel au discours de revalorisation des pauvres dans la mouvance anarchiste pour mettre en évidence l’ambivalence d’une prise de parole qui fait du pauvre une des figures de la résistance souhaitée à l’ordre, notamment moral, imposé par la bourgeoisie alors que les socialistes font des pauvres, non des révoltés mais des exploités, subissant un sort révoltant. La révolte est alors la conséquence, non la cause. La pauvreté est sans beauté, sans poésie, et ceux qui sont soupçonnés de s’y complaire comme dans une marge de l’ordre social, notamment de celui du travail, sont alors renvoyés hors des forces vives du prolétariat, du côté de ce « lumpen » cerné par Marx comme force complice des dominations. Décidément, il y a bien pauvres et pauvres. Et le dossier creuse la complexité du sujet en montrant à travers la contribution de Stéphane Sirot comment le prolétaire (le salarié) en grève peut du fait même de cette action de défense en tant que prolétaire être poussé dans la pauvreté. Certes, le prolétaire est un pauvre du fait même de cette fragilité, de cette dépendance radicale créée par le salariat, mais il y a un écart entre cet état de dépendance et la misère suscitée par l’interruption du travail. Ici il s’agit de la grève, mais en d’autres temps le chômage joue le même rôle, qui, quand il se prolonge, risque toujours de devenir le propre de la personne et non de l’organisation économique. L’article de Romain Huret ferme la boucle en présentant dans le contexte de la société américaine de la fin du XXe siècle cet enfermement du pauvre dans sa solitude de pauvre assisté, de plus en plus coupable d’être sans emploi et de moins en moins secouru sous prétexte que l’assistance créerait la pauvreté.

3L’idée de cette réflexion sur le traitement social de la pauvreté a été suscitée par le thème provocateur des derniers Rendez-vous de l’histoire de Blois, « L’argent, en avoir ou pas ? ». Façon un tantinet désinvolte de poser question là où il n’y a pas de question : l’argent, on en a ou bien on n’en a pas. Certes, parfois on en a un peu. Et l’on sait combien cela est beaucoup ! Et aussi crée de complicité avec les riches. Aux dépens des pauvres. On fera une prochaine fois l’histoire des petits-bourgeois. Ce dossier a été notre façon de répondre, en reprenant cette dimension du sociale redoutée de toutes les sociétés : comment penser qu’il y ait des gens qui, de l’argent, n’en aient pas ? Comment le justifier ? Comment le rendre supportable à ceux pour qui la question se posent, voire, si possible, aux pauvres eux-mêmes ?

4Le temps présent n’est guère favorable à cette réflexion. Les historiens sont plus prolixes de sociographies de banquiers ou de chefs d’entreprise que de pauvres, rendus une nouvelle fois à leur sort de « classes dangereuses» ou de quantité négligeable, tristes inévitables marges des fonctionnements globaux par lesquels le monde se transforme. Il est alors difficile de ne pas repenser à d’autres temps, où les pauvres eurent leur heure de gloire historiographique, où au tournant des années de croissance, vers 1960-1970, des historiens, souvent jeunes, pleins du dynamisme des reconstructions de l’après-guerre, prompts à dénoncer les scandales, scandales de l’inégalité mais aussi de l’oppression, cherchaient à comprendre les mécanismes de la production de la pauvreté dans les sociétés passées. Les pauvres étaient alors pour certains d’entre eux des figures de l’oppression, oppression aux multiples formes dont ils partageaient la dénonciation dans leur propre société. Oppression de l’exploitation, de la misère certes, mais aussi de plus en plus alors, de tous les systèmes de domination sociaux, de l’ordre judiciaire à l’ordre patriarcal de la famille. Pauvreté des marxistes croisée de celle de la psychanalyse qui apprenait à toute une génération que la misère pouvait aussi être sexuelle, pauvreté des masses et des marges, de la soumission et de la déviance, chères à Foucault, à Arlette Farge, en débat avec Michelle Perrot ou Maurice Agulhon, répression et aliénation, chères aux relectures de Marx.

5Ce dossier joue son rôle historiographique en nous faisant entendre combien ce bouillonnement est loin et en même temps combien la pauvreté multiforme de notre monde est assourdie, niée comme dimension structurante de l’ordre de ce monde, rendue à nouveau au silence des marges.

  • 3  « Here’s to you », paroles de Joan Baez, musique d’Ennio Morricone, traduction française de George (...)

6Dans cette perspective, il est troublant de se rappeler qu’en 1927 étaient exécutés aux Etats-Unis Sacco et Vanzetti. Cela aurait pu être un anniversaire. L’anniversaire de l’exécution des deux anarchistes italiens est bien silencieux en cette année 2007, silence qui contraste, oh combien, avec résonance de la fameuse ballade de Joan Baez qui fit si vite le tour du monde, hymne de toutes les résistances à l’oppression en un temps qui pensait proche la fin de bien des dominations. Qui de ceux qui ont vécu les années 1970 n’ont pas encore en tête ce fameux « Here’s to you Nicolas and Barth… », chanté sur tous les tons, écho téméraire du aussi fameux « We shall overcome… » ?3

7Exit l’horizon des victoires sur l’oppression. En cette année qui aurait pu être celle aussi de l’anniversaire d’une révolution en 1917, qui est pour nous, en France, celle de la victoire du libéralisme autoritaire et, aux Etats-Unis, celle, notamment, de la persévérance de la folie guerrière du président Bush, nous pouvons du moins renouer avec la courageuse persévérance de Jules Vallès, disant simplement dans le Cri du peuple du 30 janvier 1887 : « Soyons toujours avec le peuple, même s’il fait saigner nos idées »

Haut de page

Notes

1  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 96-97, « L’histoire de France. Regards d’historiens américains », dossier coordonné par David Shafer, Université de Californie.

2  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 100, « La réconciliation franco-allemande. Les oublis de la mémoire », dossier coordonné par Mathias Delori, IEP de Grenoble. L’article de « Chantiers » est de William Guéraiche, «  Controverse universitaire sur les violences en Chine », p. 121-134. Dans «Métiers » « Aux sources de l’histoire », se trouve l’interview de responsables du Centre de recherche d’histoire économique et de business du Caire par Didier Monciaud, p. 147-158.

3  « Here’s to you », paroles de Joan Baez, musique d’Ennio Morricone, traduction française de Georges Moustaki, espagnole de Carlos Ramon Amart, 1971.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 101 | 2007, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 101 | 2007, mis en ligne le , consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/479

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page