Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Clint Easwood, La saga d’Iwo Jima, sortie en France en février 2007, 2 h 21, seconde partie du dip (...)

1L’historien construit, déconstruit des mémoires, mémoires de groupes sociaux, mémoires nationales. Le grand cinéaste américain, Clint Easwood, vient de rappeler salutairement aux Américains et à nous autres Européens, en tournant un film avec des acteurs japonais s’exprimant dans leur langue, que la Seconde guerre vue des deux bords du Pacifique n’avait pas tout à fait la même allure1. Croiser les points de vue, mettre en exergue les oublis, la dimension lacunaire de toute élaboration mémorielle, mais aussi rendre visibles les mémoires étouffées, celles des groupes dominés, des vaincus de l’histoire, c’est ce à quoi tend lui aussi, avec des moyens plus modestes, ce numéro 100 des Cahiers d’histoire. Le dossier coordonné par Mathias Delori nous ramène dans l’Europe née de l’après-guerre, celle du volontarisme politique de la réconciliation franco-allemande. Il nous ramène à ce que la construction politique officielle a négligé parmi les heurts, les souffrances de la brutale histoire récente, mais aussi, d’emblée, à la question de la réception de cette mémoire officielle par une opinion elle-même habitée par des mémoires vives qui opposent des résistances et contraignent les pouvoirs à des aménagements comme le souligne Valérie-Barbara Rozoux dans l’article qui ouvre le dossier. Ainsi en est-il allé de la tentative de Valéry Giscard d’Estaing que rappelle l’historienne, d’effacer le 8 mai du calendrier des fêtes nationales, tentative de minimiser le souvenir de l’affrontement franco-allemand qui suscita de si vives réactions dans la société française de 1975 que le Président dut revenir sur sa lecture de l’histoire. Quant aux mémoires dominées évoquées ici, ces mémoires dérangeantes du point de vue de l’idéologie de la réconciliation, celles de groupes vaincus, les historiens réunis au sein de ce dossier rappellent certains aspects de leur fonctionnement, analysés par des travaux récents. Mémoire des anciens collaborationnistes qui tentent de construire une représentation de la collaboration qui ne soit pas en rupture avec l’histoire en train de se faire mais cherchent au contraire à l’inscrire comme une anticipation dans la démarche de réconciliation ainsi que l’analyse ici Fritz Tauber. Mais aussi mémoire presque totalement occultée par l’histoire que celle des prisonniers de guerre allemands en France, malmenés dans la France exsangue des années de l’immédiat après-guerre, oubliés ensuite, témoins encombrants d’un passé révolu dans le cadre de la politique de réconciliation franco-allemande. Autres acteurs embarrassants dans le contexte de Guerre froide qui domine l’histoire d’après-guerre, les résistants allemands en France, notamment communistes, font eux aussi partie de ces groupes dont la mémoire a eu du mal à prendre place dans la mémoire collective aussi bien en France qu’en Allemagne de l’Ouest. « Les acteurs n’ignoraient pas la présence de résistants allemands, mais ils la passaient sous silence. Jusqu’en 1969, il ne fut pas mentionné en France que des étrangers avaient fait partie de la Résistance » écrit  Guilhelm Zumbaum-Tomasi dans l’article proposé dans ce dossier. À leur propos, Mathias Delori conclut le dossier sur une réflexion nourrie par Karl Jaspers et Jürgen Habermas sur un possible récit alternatif fondé sur « les solidarités transnationales de la Résistance », un « antifascisme dénationalisé » pouvant constituer « un possible non institutionnalisé » de la relation franco-allemande et prendre place dans l’avenir au sein d’un « patriotisme institutionnel » cher à Habermas.

  • 2  Les dossiers des précédents numéros des Cahiers ont été consacrés l’un aux « Relectures de l’histo (...)

2Ce dossier des Cahiers est donc peut-être encore plus fortement que les précédents dans ce travail du passé par le présent, un présent qui donne à voir « le  trop de mémoire ici, le trop d’oubli ailleurs » pour reprendre les termes de Paul Ricoeur2. Histoire au risque et au profit des mémoires, histoire aux prises avec les enjeux de son temps, histoire consciente de participer quoiqu’elle en veuille à la forme de l’emprise du passé sur le présent et à la représentation du devenir.

3Cette histoire, toujours en mouvement, au risque des croisements des regards, selon les espaces, les générations, selon le sort fait aux archives aussi comme nous le rappelle avec force Sonia Combes dans le présent dossier, c’est aussi celle que nous retrouvons dans Chantiers où William Guéraiche rend compte de l’enjeu de mémoire constitué par les massacres de Nankin de 1937 au sein des sociétés chinoises et japonaises contemporaines. L’article témoigne aussi par la source qu’il utilise, les échanges sur H-Asia, de l’impact des modes de diffusion des connaissances et des débats via internet sur les formes du débat historique contemporain, son horizon international, sa domination par les chercheurs anglo-saxons, sa forte réactivité à l’événement.

  • 3  Voir Didier Monciaud, « Écrire l’histoire des femmes d’un point de vue féministe égyptien » dans C (...)
  • 4  Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre, Danielle Tartakowski, Politiques du passé. Usages politiques (...)

4Les deux dimensions, et de l’importance des formes de la diffusion et de la façon dont l’histoire est toujours au risque du présent, se retrouvent explicitement dans les contributions de la rubrique Métiers. Nous y poursuivons notre réflexion sur les modalités de constitution des fonds d’archives dans Aux sources. Didier Monciaud  nous conduit à nouveau du côté des trésors de patience et d’enthousiasme de ceux qui constituent avec des moyens modestes les ressources d’une histoire balbutiante, ici celle des entreprises de l’Égypte du XXe siècle3. L’histoire au risque du présent, nous la retrouvons encore, à la fois dans les deux gros volumes de synthèses historiographiques autour des Usages politiques du passé dont Jocelyne Georges propose un compte rendu critique dans Transmettre,4et dans l’évocation de la contribution de Jean-Pierre Vernant à la relecture des mythes grecs, rendus à leur étrangeté par cet historien si peu étranger à son temps. En fin de numéro, Débat contribue à la poursuite de cette histoire toujours repensée au présent à travers une synthèse par Jean-Paul Scot de ses propositions quant à l’actualité de la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905.

5À la suite de ce numéro, qui fait la part belle au temps présent et à l’articulation toujours retravaillée des histoires et des mémoires, la prochaine livraison des Cahiers prendra un peu de champs en abordant l’histoire de ce groupe sans mémoire collective propre, sans existences collectives autres que celles forgées par les regards étrangers, plus ou moins puissants et dominants, les pauvres. Groupe défini par la privation et dont la privation s’exprime aussi par l’absence de parole propre, y compris quand la sphère politique se saisit d’eux ou quand ils se saisissent d’elle, rarement pour longtemps. Rendez-vous donc à ce numéro 101 des Cahiers d’histoire, autour de cette lassante rencontre des « pauvres » et de « la politique » , la politique qui dit là une de ses fonctions essentielles, ordonner la pauvreté. Mais, dans l’immédiat, la parole est aux historiens et politistes du présent dossier qui nous rappellent, à l’heure de l’Europe des 27 et du cinquième élargissement, l’enjeu politique primordial pendant plusieurs décennies, pas si lointaines, de la réconciliation franco-allemande dans le processus de construction européenne et le poids de cet enjeu politique puissant sur l’élaboration des mémoires franco-allemandes, y compris à travers le travail des historiens.

Haut de page

Notes

1  Clint Easwood, La saga d’Iwo Jima, sortie en France en février 2007, 2 h 21, seconde partie du diptyque du cinéaste sur la bataille pour l’île d’Iwo Jima, représentée du point de vue américain dans le film précédent sorti dans les salles à l’automne 2006, The Flag of our Fathers,titretraduit pour le public français par La mémoire de nos pères.

2  Les dossiers des précédents numéros des Cahiers ont été consacrés l’un aux « Relectures de l’histoire coloniales » (n° 99), l’autre à « l’histoire de France » dans le regard d’historiens américains contemporains (n° 96/97).

Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000.

3  Voir Didier Monciaud, « Écrire l’histoire des femmes d’un point de vue féministe égyptien » dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 96-97, p. 161-180.

4  Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre, Danielle Tartakowski, Politiques du passé. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2006 et Maryline Crivello, Patrick Garcia ,Nicolas Offenstadt, Concurrences des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 100 | 2007, 5-7.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 100 | 2007, mis en ligne le , consulté le 24 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/478

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page