Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-5

Texte intégral

  • 1 Pour le contenu de la loi et les réactions des historiens à cette prise de position officielle, nou (...)
  • 2  Cette rencontre autour du "négationnisme en histoire coloniale" a eu lieu le 29 mars 2005 dans les (...)

1Relire le passé. Éternel travail des historiens qui fait l'histoire vivante. Mais les rythmes des relectures ne suivent pas tranquillement le fil des saisons et du nécessaire renouvellement des thématiques universitaires. Il est des temps où la relecture s'accélère, quand les heurts du présent multiplient les rappels du passé et, aussi, les appels au passé. La violence du monde contemporain, juxtaposant dans un espace désormais clos, l'accroissement spectaculaire des capacités technologiques, des richesses au sein de quelques puissances, tandis que les peuples d'autres nations, par dizaine, s'enfoncent dans la pauvreté, tandis qu'au sein de tous les États se creusent les inégalités, ces contradictions qui s'affichent désormais de toutes parts, ne peuvent que produire une histoire traversée elle-même par le conflit.  Au fur et à mesure que nous nous éloignons de l'ère dite "coloniale" et des luttes de la décolonisation, nous prenons une conscience nouvelle que tout cela s'est passé dans un temps court et proche que l'on a cru un peu vite révolu. L'épisode a pu sembler un temps appartenir définitivement au passé, à un temps tellement autre où les nations impérialistes  se constituaient aux dépens des autres des dépendances territoriales. Bien sûr, l'on savait que l'impérialisme prenait d'autres formes, domination économique au travers des firmes multinationales, dominations idéologiques, déstabilisation des régimes en place par les services secrets. Mais on pouvait penser que les luttes des peuples, les revendications de démocratie, la reconnaissance officielle de l'universalité des droits, permettraient de cheminer vers un ordre mondial dans lequel les "séquelles" de la colonisation ne seraient plus que des facteurs de retard, d'inégalité à compenser. Or les limites des indépendances nationales sont ces jours de lendemain d'agression israélienne contre le Liban, plus que jamais cruellement patentes. Les conséquences de la colonisation, comme, pour une période plus lointaine, celles de l'esclavage, se semblent devoir se ramifier sans fin dans notre monde. Les rapports de force économiques, mais aussi militaires, règlent les rapports entre les États, cheminant dans les voies, de fait, laissées ouvertes, de la colonisation et des négociations des fins de guerre d'indépendance. La page de la colonisation n'est pas tournée. Nous comprenons que pour notre présent comme pour le passé, hier nourrit longtemps demain. En même temps, le travail des historiens s'affûte. De fait, les générations au pouvoir du temps des guerres coloniales lâchent prise et disparaissent, des archives nouvelles sont accessibles. L'histoire de la fin de la période coloniale, des guerres d'indépendance connaît un essor nouveau. Cet essor se nourrit aussi de témoignages de contemporains et suscite à son tour d'autres témoignages. Il confronte, avec une force qui en dit long sur l'importance d'enjeux  longtemps refoulés, le travail des historiens à la mémoire, à une mémoire qui n'est pas celle des seuls témoins, mais aussi de groupes sociaux et politiques qui s'instituent en porteurs et garants de mémoire. Et le sort que l'on croyait tranché de la colonisation apparaît comme étonnamment ouvert. Alors que le terme même de colonisation réapparaît dans l'actualité pour désigner les phénomènes les plus divers - telle l'emprise des ressortissants britanniques sur les côtes bretonnes, dénoncée dernièrement par des manifestants comme une "colonisation anglaise" -, la domination coloniale a retrouvé des vertus que les détenteurs du pouvoir dans la République peuvent saluer ouvertement. Certes, le combat n'a jamais été abandonné par certains lobbies de nostalgiques. mais il restait cantonné à des milieux mêlés de près à ce passé, plus ou moins stimulés par les mouvements d'extrême-droite. La loi votée le 23 février 2005 par l'Assemblée nationale française a traduit la force nouvelle d'un courant de pensée conservateur, prêt à justifier ouvertement le bien-fondé de la domination coloniale1. Cette offensive, se traduisant en termes officiels et imposant l'infléchissement des contenus de l'histoire enseignée, a suscité de vives réactions des militants progressistes bien sûr mais aussi de la communauté des historiens profondément atteinte par cette intrusion explicite des pouvoirs politiques dans le travail historique. La rédaction des Cahiers a elle aussi immédiatement réagi à cette prise de position inouïe du pouvoir français. C'est dans ce contexte que nous avons suscité la rencontre d'historiens dès mars 2005 autour de l'hypothèse d'un négationnisme dans le domaine de l'histoire coloniale, négationnisme diffusé par des canaux divers, fruit de la fiction, d'écrits mémoriels comme de travaux d'historiens, dont l'impact idéologique pouvait servir la légitimation officielle de la colonisation2. Les interventions de cette après-midi, volontairement courtes pour laisser place à l'expression d'un public passionné, ont été reprises sous une forme écrite par la plupart des auteurs et elles constituent le présent dossier de ce numéro 99 des Cahiers. Le recours au terme de "négationnisme", mis en débat par Sébastien Jahan dans son introduction, a été repris par la plupart des intervenants qui constatent, face au besoin impérieux d'unification des mémoires, l'oubli, voire la négation, sinon des faits eux-mêmes, du moins de leur portée, de leur violence. Ce dossier consacré aux "relectures" de l'histoire coloniale en France est enrichi par deux contributions hors dossier qui éclairent chacune à leur façon le poids singulier des enjeux du travail de l'historien dans le champ de l'histoire de la colonisation en France. Le texte de Carole Reynaud-Paligot propose une lecture de la colonisation en mettant en exergue la dimension raciale de celle-ci, longtemps niée par l'historiographie française. Ainsi sa contribution est-elle aussi une relecture historiographique. Enfin, Daniel Hémery nous livre dans Débats une vaste réflexion sur les implications actuelles des heurts des mémoires dans les débats historiographiques contemporains. La conscience nouvelle des historiens de la fonction active de la mémoire dans les rapports de force sociaux a d'ailleurs été l'un des moteurs du renouveau du vaste domaine de l'histoire culturelle. Chantiers présente les luttes âpres livrées par les anciens protagonistes et leurs proches pour la construction de la mémoire collective de la dictature militaire dans le Brésil contemporain.

2Ce numéro des Cahiers fait donc la part belle aux lectures de la colonisation et ses vifs enjeux sociaux. Histoire plus que d'autres tiraillée par le poids de mémoires conflictuelles, remodelées au gré des affrontements tragiques du présent, elle nécessite plus encore que d'autres, le travail vigilant et critique des historiens. Ce à quoi espère contribuer ce numéro 99 des Cahiers.

Haut de page

Notes

1 Pour le contenu de la loi et les réactions des historiens à cette prise de position officielle, nous renvoyons aux textes publiés dans deux des derniers numéros des Cahiers, n° 94-95, Des révoltes de l'Europe à l'Amérique au temps de la Révolution française (1773 à 1802), et n° 96-97, L'histoire de France. Regards d'historiens américains.

2  Cette rencontre autour du "négationnisme en histoire coloniale" a eu lieu le 29 mars 2005 dans les locaux d'Espaces Marx, 64, boulevard Blanqui. Coordonnée par Sébastien Jahan et Anne Jollet, l'après-midi a réuni, par ordre d'intervention, Marcel Dorigny, Frédéric Régent, Alain Ruscio, Jean-Luc Einaudi, Catherine Coquio, Francis Arzalier, Raphaël Granvaud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 99 | 2006, 3-5.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 99 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 27 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/477

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page