Navigation – Plan du site
DOSSIER

Se vêtir de/en politique. Quelques usages politiques du vêtement

Annie Burger-Roussennac et Thierry Pastorello
p. 11-17

Texte intégral

« Vous verrez toujours un progrès social, un système rétrograde ou quelque lutte acharnée se formuler à l’aide d’une partie quelconque du vêtement. »

  • 1 Honoré de Balzac, Traité de la vie élégante, Paris, Mille et une nuits, 2002, p. 49.

Honoré de Balzac1

«  Je réclame un droit au luxe pour le peuple. Le peuple n’est pas voué au cambouis, au béton, à la crasse. »

  • 2 Entretien avec Philippe Vandel, le 19 septembre 2012. Site : <www.franceinfo.fr>, consulté le 20 août 2015.

Claude Cabanes2

  • 3 Marc Beaugé, « Est-ce bien raisonnable de s’habiller au fond ? » dans M. le magazine du Monde, 31 a (...)
  • 4 Marc Beaugé, « Yanis Varoufakis » dans M. le magazine du Monde, 4 avril 2015, p. 48.
  • 5 Roger Caillois, Les jeux et les hommes, Paris, Folio essais, 1992, note 1, p. 241.

1Dans M. le magazine du Monde, Marc Beaugé s’est fait depuis août 20133 une spécialité de « rhabiller » toutes les personnes publiques en analysant leurs usages vestimentaires, comme autant de signes révélateurs de l’air du temps. La chemise de Yanis Varoufakis pendant négligemment hors du pantalon lui paraît indiscutablement politique : « Quoi de mieux après tout, écrit-il, pour matérialiser un esprit de liberté et de totale insoumission à l’autorité, que de porter sa chemise hors de son jean4 ? » Cinquante-cinq ans plus tôt, Evita Peron, que ses ennemis tentent alors de discréditer en lui reprochant ses fourrures et ses diamants, fait applaudir ces choix par le peuple argentin en revendiquant pour les pauvres le droit de les porter, métamorphosant des vêtements et accessoires signes de richesse en signes dotés d’une grande puissance politique. « Chaque employée, commente Roger Caillois, se sentait elle aussi, par participation, couverte des plus coûteuses parures et des plus précieux joyaux, en la personne de celle qu’elle avait sous les yeux et qui la “représentait” à cette minute5. »

  • 6 Dominique et François Gaulme, Les habits du pouvoir, une histoire politique du vêtement masculin, P (...)

2Les choix de Yanis Varoufakis et d’Evita Peron illustrent deux usages politiques du vêtement. Celui de Yanis Varoufakis délivre un message non verbal, conforme à ses prises de position publiques de l’heure. Dans le monde de la communication et dans l’univers normé des hommes en costume-cravate, ses choix vestimentaires suscitent l’attention, le différencient davantage et ainsi redoublent le message. Evita Peron, épouse et conseillère du président Peron, est une incarnation du soutien populaire au régime argentin. Comédienne, elle connaît la puissance d’incarnation du costume. Excellente oratrice, ses mots lui fabriquent des habits féminins du pouvoir6 alors qu’elle n’est pas élue, et éligible seulement depuis peu, les femmes ne votant en Argentine que depuis septembre 1947. Ils effacent les frontières entre politique et société et réalisent un idéal du péronisme.

  • 7 Odile Blanc, Vivre habillé, Paris, Klincksieck, 2009, p. 41.
  • 8 Pierre Bourdieu, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. (...)

3S’habiller sert sous certaines latitudes à se protéger du froid ou des intempéries, à s’orner, et toujours à prendre la parole. Les vêtements choisis, chaque pièce isolément et la façon dont nous les combinons entre elles, fournissent à tout moment à tous ceux qui nous croisent dans l’espace public ou privé une pluralité d’informations non verbales sur notre sexe, sur les groupes auxquels nous appartenons et sur les fonctions que nous exerçons. « Être nu, c’est être sans parole », dit à Marcel Griaule un vieux chasseur aveugle qui lui sert de guide en pays dogon7. Le vêtement existe comme un langage que les physiologies de Balzac tentent d’analyser, un langage très présent dans À la Recherche du temps perdu de Marcel Proust, dont les spécialistes de la communication redisent aujourd’hui la puissance à longueur de colonnes. Ce langage est très social. Pour Pierre Bourdieu, dominants et dominés se distinguent les uns des autres par le degré de maîtrise du jeu lié au code des convenances qui règle les apparences8. Fixé par les dominants, ce code fait toujours l’objet d’un apprentissage douloureux des dominés, parce qu’il repose sur des valeurs opposées à celles des catégories populaires et qu’il existe deux esthétiques s’excluant l’une l’autre. Maîtriser ce code suppose à la fois la détention de ressources importantes et la capacité à lutter contre des goûts incorporés.

  • 9 Dominique Gaulme, François Gaulme, Les habits du pouvoir. Une histoire politique du vêtement mascul (...)
  • 10 Starhawk, « Tactiques pour le mouvement altermondialiste », dans Multitudes, revue politique, artis (...)

4Dans tous les lieux et milieux exerçant ou recherchant le pouvoir, en dehors des sociétés traditionnelles9, le code vestimentaire est aussi un langage politique. Le pouvoir monarchique, aristocratique, totalitaire ou démocratique se vêt d’habits, codifiés par les pratiques des hommes de pouvoir, fixés parfois dans de véritables uniformes. Les représentants du peuple, dans l’exercice de leurs fonctions, respectent un code vestimentaire. En tant qu’acteurs du champ politique, il arrive également qu’ils prennent position sur les normes et pratiques vestimentaires et/ou les utilisent à leurs fins, les instrumentalisent comme des médias au service de leurs luttes politiques. Ce langage politique du fait vestimentaire a une histoire. Des significations meurent alors que les habits auxquels elles étaient liées restent. Dans les années 1960 et 1970, porté et transformé par tous les contestataires, le jean fut le vêtement qui disait non au conformisme social. Une fois devenu vêtement quasi universel, porté par tous, récupéré jusque dans ses déchirures et ses broderies par les industriels de la mode, il a perdu sa signification politique initiale, que de nouveaux vêtements ont alors prise en charge. Dans les groupes altermondialistes10 par exemple, les idées s’affichent sur des tee-shirts et dans des tenues savamment composées, des « looks » refusant toutes les conventions sociales.

  • 11 Larissa Zakharova, S’habiller à la soviétique : la mode et le dégel en URSS, Paris, CNRS Éditions, (...)
  • 12 Judd Sfitziel, Fashioning socialism : clothing, politics and consumer culture in East-Germany, Oxfo (...)
  • 13 Voir les deux comptes rendus, Die Welt, 07/04/2012, « War für die Nazis eine Hose mehr al seine Hos (...)
  • 14 Nira Wickramasinghe, L’invention du vêtement national au Sri Lanka : habiller le corps colonisé, Pa (...)
  • 15 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement (xviie-xviiie siècles), Paris, Fa (...)
  • 16 Nicole Pellegrin, Les vêtements de la liberté. Abécédaire des pratiques vestimentaires françaises d (...)
  • 17 <anhima.fr/IMG/pdf/aff_tr_corps_gestes_vetements.pdf>, téléchargé le 22 octobre 2015.

5L’histoire du vêtement comme fait social, culturel et politique, centré sur les normes et les pratiques vestimentaires des groupes humains, allant au-delà des styles ou des apports des créateurs, est en train de s’imposer partout. Elle est très féconde déjà pour les réalités vestimentaires dans les régimes totalitaires. Les recherches s’y inscrivent dans l’histoire de la vie quotidienne, de la culture matérielle et de la consommation. La thèse pionnière de Larissa Zakharova montre comment les choix de l’État et les stratégies des consommateurs ont permis le développement d’une « mode soviétique » durant l’ère Brejnev11. Un chercheur américain traite le cas est-allemand avec des questionnements similaires12. En Allemagne, en 201213, une exposition sur le nazisme et la mode, fruit d’un travail collectif de chercheurs, financé par la fondation Volkswagen, le musée de l’Industrie de Ratingen et l’université de Marburg, présente à travers 600 objets les multiples enjeux de toutes les pratiques vestimentaires voulues, ordonnées, contrôlées par le IIIe Reich. Sont étudiées aussi les tentatives pour fixer des identités encore fragiles par des vêtements nationaux créés de toutes pièces après l’indépendance dans les anciennes colonies14. L’histoire contemporaine n’est pas le seul théâtre de ces interrogations croisant vêtement et politique. Aucune période n’échappe à ces questionnements. Daniel Roche15 et Nicole Pellegrin16 ont ouvert tôt la voie aux modernistes. À Caen, en 2013, une journée d’étude réunit des spécialistes des mondes antiques. Au programme : « Corps, gestes et vêtements : les manifestations du politique »17.

6Notre dossier s’inscrit dans ce nouveau champ historique. Il souhaite explorer les usages vestimentaires revendiqués par les groupes politiques, qu’ils servent de média pour renforcer la diffusion des idées politiques, qu’ils contribuent à fabriquer des identités politiques ou qu’ils fassent l’objet de luttes politiques.

7Les différentes contributions montrent que des combats politiques s’expriment depuis la Révolution française en termes vestimentaires de diverses manières, l’uniforme habit de pouvoir n’étant que l’une d’elles.

8Sous le Directoire, symbole politique d’adhésion aux principes de la République, dont le port est obligatoire depuis l’an II, la cocarde continue à s’imposer à tous. Mais pour Dominique Waquet, elle est le seul signe politique massivement encore présent dans la tenue des Français. La dureté de la situation économique fait que la majorité de la population pense d’abord à assurer sa survie. Seule une minorité peut investir l’habillement de symboles et aller au-delà de la fonctionnalité. Les costumes civils politisés, dont l’enquête de Dominique Waquet établit la combinatoire d’éléments, sont peu nombreux et la loi en interdit le port quand ils sont susceptibles de menacer la sûreté de l’État. Les sanctions pour «  faits de costume  » concernent moins de 1 % des affaires de police en 1796. Les costumes politisés déclinent ensuite, alors que fleurissent les modes sans signification politique, lancées par les femmes des puissants de l’heure. Seuls les habits des Directeurs sont alors des signes politiques, mais de faible efficacité.

9La connaissance directe des vêtements anciens et les traces littéraires des luttes qu’ils ont incarnées nourrissent les analyses d’Erwan De Fligué. De la Restauration à la Monarchie de Juillet, des lois n’ont cessé d’interdire le port d’emblèmes séditieux. Sont alors qualifiés comme tels tous les accessoires (cocardes, pommeaux de cannes, foulards imprimés, etc.) ornés de signes puisés dans les pratiques antérieures, utilisés par les hommes dans l’espace public pour signifier des opinions susceptibles de troubler l’ordre. Les pouvoirs successifs ont tous perçu le pouvoir politique de ces signes, n’hésitant pas à en fabriquer pour compromettre les opposants. Ces interdictions ont stimulé l’inventivité des opposants de tous bords, enrichissant le vocabulaire. Commence alors le règne du « chapeau à message » : le bolivar inspiré des luttes bolivariennes est porté par les Libéraux, auquel succède après 1830 le bousingot des jeunes romantiques opposants à la Monarchie de Juillet. D’autres signes, des faits d’habillement plus discrets, sont également utilisés, le boutonnage à gauche d’une redingote par exemple. Ces signes sont identifiés comme séditieux par le groupe englobant et assumés par leurs porteurs.

  • 18 Jean Vigreux, La faucille après le marteau, Besançon, PUFC, 2012, p. 206.
  • 19 L’Histoire, novembre 2015, p. 47. Commentant une photo du 14 juillet 1936, Annette Wieviorka soulig (...)

10Corinne Grenouillet montre comment les descriptions de choix vestimentaires appuyées sur une connaissance fine des codes mondains des Années folles irriguent Aurélien. Toutes les robes des héroïnes se réfèrent à des créations réelles ou reconstruites de grands couturiers, Paul Poiret, Gabrielle Chanel entre autres. Le terrain de ces pratiques offre à l’écrivain une image vestimentaire de la lutte de classes. À l’heure de l’engagement communiste (en 1941), Louis Aragon commence à écrire son roman. Cette peinture de sa vie d’avant a les vertus pédagogiques et politiques d’un savoir sociologique : elle dévoile les ressorts de la violence symbolique. En donnant à ses lecteurs les clés pour comprendre, Aragon leur permet de maîtriser ou refuser en toute conscience ces convenances sociales. Elle illustre aussi l’entre-deux mondes vestimentaires, casquette ouvrière et chapeau bourgeois, où évolue l’intellectuel Aragon avant le tournant de l’adoption par Maurice Thorez du chapeau comme « présentation de soi liée à la culture républicaine »18, au moment du Front populaire19.

  • 20 Dominique Desanti, Les Staliniens, une expérience politique (1944-1956), Paris, Fayard, 1975.

11Dominique Desanti (1914-2011), l’auteure des Staliniens20, journaliste, biographe, communiste convaincue de 1942 à 1956, témoigne au soir de sa vie de la permanence du souci des dirigeants du Parti communiste français de respecter dans leurs choix vestimentaires les convenances sociales et d’adopter pour leurs apparitions publiques les signes de la respectabilité bourgeoise : une robe haute couture faite par un camarade pour Jeannette Vermeersch, des costumes et cravates pour Maurice Thorez. Elle remarque aussi combien de nombreux intellectuel(le)s communistes se distinguent alors, par leur excentricité (Pablo Picasso) ou par leur refus de s’habiller (Irène Joliot-Curie, Colette Cassignol), détonant de ce fait dans l’univers des dirigeants comme des militants. Mais elle ne voit dans ces choix, admis selon elle, rien de politique.

  • 21 Louis Aragon, Henri Matisse roman, Paris, Gallimard, 1998. La première publication de « L’apologie (...)

12Les articles de Jean-Pierre Léonardini et de Thierry Pastorello documentent tous les deux, l’un comme témoin, l’autre en historien, un autre moment de l’histoire du Parti communiste français : la rencontre sur un fond de crise de la haute couture et du socialisme réel, entre le journal l’Humanité et le monde de la mode durant les années 1980. Elle est possible selon eux grâce à deux hommes, deux passeurs, le rédacteur en chef Claude Cabanes, dandy assumé dont l’épouse Marylène Chambas travaille dans la mode, et le journaliste Michel Boué, originaire comme lui de Fleurance dans le Gers, esthète, homosexuel « intentionnel » assumant son orientation sexuelle. Fasciné depuis sa jeunesse par l’univers de Marcel Proust, puis sous l’influence de « l’apologie du luxe21 » et de la figure de Louis Aragon, le journaliste Michel Boué, autour de 1985, ajoute à la fréquentation des salles de théâtre celle des défilés de mode de haute couture. Il devient ainsi parmi ses pairs, jusqu’à son décès en 1993, bien au-delà du monde communiste, l’un des spécialistes reconnus de la mode.

  • 22 Roland Barthes, « Histoire et sociologie du vêtement », dans Annales, 1957, p. 337.
  • 23 Sur cette absence, voir par exemple Laurence Benaïm, L’année de la mode, 1988-1989, Lyon, La Manufa (...)
  • 24 Il évoque un article de Maurice Thorez sur les articles de Paris, qu’il invite à relire, mais hélas (...)
  • 25 Se souvient Claude Cabanes. Notre entretien avec lui, avril 2015.

13Dans ses chroniques, Michel Boué initie les lecteurs de l’Humanité aux codes élaborés par les spécialistes des faits de costume, les couturiers et les créateurs, laissant de côté ceux nés de la propagation d’un fait d’habillement22. Dans ses articles, il est question du spectacle du luxe et des tendances lancées par les maisons de couture, jamais des foisonnements vestimentaires politisés des mouvements de jeunes (punks, new wave ou grunge) qui font également l’air du temps de la mode. À travers les fastes de la haute couture déclinante et des créateurs, Michel Boué met en avant le savoir-faire des petites mains, ces « fées couturières » dont le rôle dans le processus de création est évoqué à la marge par les autres journalistes de mode au même moment23, et considère la mode comme un art à part entière. Thierry Pastorello voit dans ce parti pris une filiation avec les décisions du Comité central d’Argenteuil (1966), là où Jean-Pierre Léonardini suggère un héritage thorézien24. Les huit années d’activité du journaliste dans la mode ont permis au journal communiste d’apparaître sous un jour inattendu, avide de rendre compte de ce qui se crée dans la société française et capable d’initiatives faisant date. Le défilé Yves Saint-Laurent, pendant la fête de l’Humanité 1988, en est le point culminant. Il inscrit la défense des savoir-faire de la haute couture dans les combats menés par le Parti communiste durant les années 1990. Ce combat pour le maintien d’une industrie française du luxe est aussi le théâtre d’autres luttes politiques. Internes à l’organisation communiste, elles opposent les tenants d’un communisme ouvriériste à ceux qui, en s’appuyant sur la lecture des œuvres d’Antonio Gramsci25, refusent la hiérarchie des fronts et plaident pour une prise en compte de l’individu.

Haut de page

Notes

1 Honoré de Balzac, Traité de la vie élégante, Paris, Mille et une nuits, 2002, p. 49.

2 Entretien avec Philippe Vandel, le 19 septembre 2012. Site : <www.franceinfo.fr>, consulté le 20 août 2015.

3 Marc Beaugé, « Est-ce bien raisonnable de s’habiller au fond ? » dans M. le magazine du Monde, 31 août 2013, p. 57.

4 Marc Beaugé, « Yanis Varoufakis » dans M. le magazine du Monde, 4 avril 2015, p. 48.

5 Roger Caillois, Les jeux et les hommes, Paris, Folio essais, 1992, note 1, p. 241.

6 Dominique et François Gaulme, Les habits du pouvoir, une histoire politique du vêtement masculin, Paris, Flammarion, 2012.

7 Odile Blanc, Vivre habillé, Paris, Klincksieck, 2009, p. 41.

8 Pierre Bourdieu, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 41 et 223.

9 Dominique Gaulme, François Gaulme, Les habits du pouvoir. Une histoire politique du vêtement masculin, Paris, Flammarion, 2012, p. 10 et suiv.

10 Starhawk, « Tactiques pour le mouvement altermondialiste », dans Multitudes, revue politique, artistique, philosophique, n° 50, automne 2012, consulté en ligne le 25 octobre 2015.

11 Larissa Zakharova, S’habiller à la soviétique : la mode et le dégel en URSS, Paris, CNRS Éditions, 2011.

12 Judd Sfitziel, Fashioning socialism : clothing, politics and consumer culture in East-Germany, Oxford-New York, 2005.

13 Voir les deux comptes rendus, Die Welt, 07/04/2012, « War für die Nazis eine Hose mehr al seine Hose ? » et WAZ, 16/03/2012, Lars von Gönna, « Kleidung im Nationalsozialismus », consultés le 23 octobre 2015.

14 Nira Wickramasinghe, L’invention du vêtement national au Sri Lanka : habiller le corps colonisé, Paris, Éditions Karthala, 2006.

15 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement (xviie-xviiie siècles), Paris, Fayard Points histoire, 2007 (première publication, 1989).

16 Nicole Pellegrin, Les vêtements de la liberté. Abécédaire des pratiques vestimentaires françaises de 1780 à 1800, Lyon, Alinéa, 1989.

17 <anhima.fr/IMG/pdf/aff_tr_corps_gestes_vetements.pdf>, téléchargé le 22 octobre 2015.

18 Jean Vigreux, La faucille après le marteau, Besançon, PUFC, 2012, p. 206.

19 L’Histoire, novembre 2015, p. 47. Commentant une photo du 14 juillet 1936, Annette Wieviorka souligne comme trait distinctif le port de l’écharpe tricolore de député. Mais le chapeau au premier plan joue un rôle comparable.

20 Dominique Desanti, Les Staliniens, une expérience politique (1944-1956), Paris, Fayard, 1975.

21 Louis Aragon, Henri Matisse roman, Paris, Gallimard, 1998. La première publication de « L’apologie du luxe » date de 1946.

22 Roland Barthes, « Histoire et sociologie du vêtement », dans Annales, 1957, p. 337.

23 Sur cette absence, voir par exemple Laurence Benaïm, L’année de la mode, 1988-1989, Lyon, La Manufacture, 1988, p. 276. Une photo d’Inès de la Fressange avec le premier et la première d’atelier Chanel est le seul moment où un atelier et ses ouvrier(ère)s apparaissent indirectement.

24 Il évoque un article de Maurice Thorez sur les articles de Paris, qu’il invite à relire, mais hélas sans le situer précisément.

25 Se souvient Claude Cabanes. Notre entretien avec lui, avril 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Burger-Roussennac et Thierry Pastorello, « Se vêtir de/en politique. Quelques usages politiques du vêtement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 129 | 2015, 11-17.

Référence électronique

Annie Burger-Roussennac et Thierry Pastorello, « Se vêtir de/en politique. Quelques usages politiques du vêtement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 129 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://chrhc.revues.org/4767

Haut de page

Auteurs

Annie Burger-Roussennac

Articles du même auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page