Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Courageux, courageuses, lecteurs et lectrices des Cahiers d’histoire, nous vous demandons de nous suivre dans des chemins faits de détours. Nous espérons ne pas vous perdre dans ces cheminements. Ne pas nous perdre non plus. Des empires africains de notre précédent dossier à ce nouveau dossier sur les usages politiques du vêtement, il ne s’agit pas pour nous d’errance bien sûr, de vains détours. Il s’agit, vous le savez, d’un patient tissage qui vise à comprendre l’entrelacement des temps et des espaces dans l’histoire. À comprendre la complexité de chaque présent social, fait de présences du passé mais aussi, toujours, de la gestation de formes nouvelles. À comprendre les interactions entre les espaces, États, territoires. La diversité des angles d’approche ne masque pas, espérons-nous, la visée de compréhension globale de formes sociales en constante instabilité, mues par des rapports de force complexes qui portent en eux toujours, en dépit des effets massifs des inégalités de puissance, leur part imprescriptible d’imprévisibilité.

2Nous retrouverons cette importance accordée à une histoire qui, pour durer longtemps, dans ses oublis comme dans ses mémoires, demande constamment à ce que le sens des réalités sociales soit repensé à travers la problématique « Nation/s-Mondialisation/s » des 4e « Rencontres d’histoire critique  ». Ces Rencontres, fin novembre 2015, placent en leur cœur cette réalité structurante de notre monde politique, l’État-nation, remodelée par la mondialisation. Comment de cadre politique émancipateur, construit à travers des révolutions, des guerres de libération nationale, la nation peut se retourner en étau xénophobe ou en structure politique contraignante privée de réelle liberté d’initiative politique, soumise aux injonctions des pouvoirs supranationaux contemporains, moteurs de la mondialisation libérale, comme l’a montré la récente situation grecque. À la fois temps du délitement, de l’effondrement d’États-nations et de panique identitaire face à ces constats, notre présent rend cruciale l’historicisation de ces processus.

  • 1 Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste, trad. Laura Lafargue (1893), Les classi (...)

3Changement d’échelle comme les aiment les historiens, les articles du présent dossier des Cahiers situent l’observation au niveau des groupes sociaux et des individus. On y découvre en effet l’attention à ces codes ténus des sociétés dont les sémiologues du xxe siècle, puis les historiens, ont fait des objets de science. Évidemment, on pense aux éblouissantes évidences des structuralistes des années 1950, Claude Lévi-Strauss, Roland Barthes… Plus près de nous, à des historiens que citent nos auteurs, Daniel Roche, Nicole Pellegrin… Mais on repense aussi, plus globalement, à cette obsession sociale du vestimentaire qui hante le xixe siècle et dont on trouve l’expression métaphorique, si classique du temps et si étrangère à l’homme du xxie siècle, sous la plume de Marx et Engels, aux sources du communisme naissant1. Ainsi revient en tête la métaphore filée avec insistance, qui a laissé perplexe plus d’un jeune lecteur épris de luttes sociales : « Des étoffes légères de la spéculation, les socialistes allemands firent un ample vêtement, brodé de fines fleurs de leur rhétorique, tout imprégné d’une chaude rosée sentimentale, et ils en habillèrent le squelette de leurs vérités éternelles, ce qui, auprès d’un tel public, ne fit qu’activer l’écoulement de leur marchandise ».  Les mots sont disponibles, partagés, et permettent de tout dire, y compris la satire politique. Les romanciers en ont fait eux aussi l’usage gourmand que l’on sait et dont on trouve ici l’écho à travers l’analyse de l’Aurélien d’Aragon.

  • 2 Voir l’apport neuf des dossiers récents de deux revues d’histoire, même si la situation française y (...)
  • 3 Louis Aragon, « Un perpétuel printemps », Les Lettres françaises, n° 748, 20 au 26 novembre 1958.

4Couleurs des vêtements, façon de nouer sa cravate, de porter le chapeau, de tenir sa canne, ces choix vécus comme plus ou moins personnels véhiculent les signes de partis pris politiques et d’appartenances sociales, plus ou moins maîtrisés et conscients, qui se transforment avec le temps et les événements, jusqu’à s’inverser parfois. Les articles nous font retrouver avec bonheur la signification d’un liseré ou d’une broderie. Mais l’originalité du dossier coordonné par Annie Burger-Roussennac et Thierry Pastorello réside sans doute dans l’enracinement de ces interrogations sur le signe politique dans le vestimentaire au sein de l’univers culturel communiste. Qu’est-ce que la recherche vestimentaire, l’esthétisation des corps à travers les parures fait à la lutte des classes ? Est-ce trahir la classe que de se parer autant qu’on le peut, de savourer les éclats des couleurs, le tombé des tissus, d’aimer le « beau » qui est souvent aussi le « coûteux » ? Quand y a-t-il scandale ? Perversion de l’idéal ? Égotisme égoïste ? Comment « se faire beau », aimer « le beau », se soucier de son apparence et s’y connaître en qualité des parures, peut-il se conjuguer avec « dignité ouvrière » ? Et comment le luxe de la haute couture lui-même peut-il devenir un enjeu de conquête sociale et une source de légitime bonheur ? Questions qui se concrétisent autour de la valorisation de la haute couture dans l’Humanité des années 1980, alors que le journal est l’organe du Parti communiste français, ainsi qu’autour du défilé de mode réalisé par Yves Saint-Laurent à la fête de l’Humanité le 11 septembre 1988. Cristallisation autour d’une personnalité, celle du journaliste Michel Boué, à l’origine de cet événement, qui introduit une autre problématique sous-jacente, celle de ce que la mode et le vêtement comme fait de mode font au genre. Et singulièrement au genre et à la sexualité dans le monde communiste du xxe siècle. En dépit des travaux récents sur mode et vêtement, l’histoire des rapports complexes entretenus par les dirigeants/es et les militants/es des partis communistes du xxe siècle à l’être vestimentaire et à ce qu’il dit des « appartenances de genre » reste en grande partie à faire2. Les propos publiés ici de Dominique Desanti comme de Jean-Pierre Léonardini expriment les ambivalences des communistes français du second xxe siècle sur ces questions. Les auteurs rappellent comment Maurice Thorez, devenu dirigeant du PCF, porte le chapeau et non la casquette, expression de l’identité sociale ouvrière. Nulle recherche de marginalité esthétique et singularité à la marge. Codes subtils et non uniment partagés au sein du PCF, dirigeants comme militants. L’anecdote supposée, rapportée à propos de la mode dans Aurélien, d’un Aragon portant la casquette pour militer et dormant avec pour qu’elle paraisse usée, dit assez que dans les années trente la casquette comme expression de l’appartenance ouvrière s’impose… particulièrement pour un jeune intellectuel, quelque peu dandy. Cette ambivalence s’exprime aussi à travers l’accueil du roman d’Aragon lors de sa parution après-guerre. Phrases rapportées par Aragon, expressions de désarroi face aux étranges mœurs de ce romancier communiste : « Mais comment, comment avez-vous pu écrire cela de 1941 à 1943 ? Dans un pareil temps il n’y avait pas mieux à faire3 ? » Goût du vêtement, séduction de l’élégance, relèvent pour beaucoup d’une frivolité déplacée dans le monde de luttes des communistes. Et tout cela rejoue brutalement dans les transformations sociales des années 1970-1980 : comme l’homosexualité pour le vieux Duclos, ce goût n’est-il pas l’expression de la corruption des mœurs par le capitalisme décadent ? Beaucoup de communistes sont restés réticents à voir la mode comme « fait social global », à y mesurer à la fois la puissance de la création et l’habile travail de celles que Michel Boué appelait les « fées couturières » ou les « fées ouvrières », pour bien signifier qu’il n’y a pas de bel ouvrage sans beaucoup de travail, et de bon travail.

5Un dossier puzzle, plus que d’autres polyphonique, dans son contenu comme dans sa forme, qui, nous l’espérons, ouvrira des pistes nouvelles, notamment dans cette histoire complexe du communisme du xxe siècle qui peine, en dépit de tant de beaux travaux neufs, à trouver sa voie dans la jungle des règlements de compte hérités de la guerre froide.

6La suite de notre histoire emmènera les lecteurs/lectrices des Cahiers vers des horizons eux aussi politiques, mais dessinés à nouveau à l’échelle des anticipations politiques globalisantes avec un dossier consacré à l’histoire de l’écosocialisme, une histoire vivement travaillée par le présent (prochain n° 130). Le mot est récent, l’histoire en est plus longue qui dit l’incompatibilité de la protection de la nature et de l’économie capitaliste, en même temps que la difficulté à disjoindre projet d’égalité sociale et bonheur productiviste. Il s’agira donc encore, bien autrement, d’histoire du communisme. Décidément, un spectre hante… et pas seulement l’Europe.

Haut de page

Notes

1 Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste, trad. Laura Lafargue (1893), Les classiques des sciences sociales, p. 30.

2 Voir l’apport neuf des dossiers récents de deux revues d’histoire, même si la situation française y est peu présente : Vingtième siècle. Revue d’histoire, « Femmes, genre et communisme », dir. Christian Michel et Alix Heiniger, n° 126, 2015/2, et Clio, Femmes, genre et histoire, « Le socialisme réel à l’épreuve du genre », dir. Françoise Thébaud et Sandrine Kott, n° 41, 2015.

3 Louis Aragon, « Un perpétuel printemps », Les Lettres françaises, n° 748, 20 au 26 novembre 1958.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 129 | 2015, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 129 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4766

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page