Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

L’écriture de l’histoire dans les pays en développement, Revue Tiers Monde, n° 216, octobre-décembre 2013

Paris, Armand Colin, 240 p., 20 €.
Frank Noulin
Référence(s) :

L’écriture de l’histoire dans les pays en développement, Revue Tiers Monde, n° 216, octobre-décembre 2013, Paris, Armand Colin, 240 p., 20 €.

Texte intégral

1La revue Tiers Monde, produite par l’Institut d’étude du développement économique et social de l’université Paris-1, mène depuis 1960 un travail précieux de recherche et de réflexion sur ce qu’on appelle maintenant les « Suds ». Pluridisciplinaire, elle a focalisé d’abord son attention sur les questions brûlantes de développement et de gouvernance, puis a élargi ses centres d’intérêt durant les années 2000. Ainsi ce dossier nous offre-t-il une éclairante mise au point sur l’état de la science historique dans un large pan des pays en développement – Afrique subsaharienne, République populaire de Chine, Liban, Brésil – dont les historiens, soucieux de « décoloniser l’histoire » et de trouver leur propre voie, se sont efforcés d’élaborer une écriture de l’histoire qui se démarque de celle que les Occidentaux ont longtemps imposée. Les six contributions de ce dossier (cinq articles, un entretien) rendent donc compte dans leur variété et leur richesse des démarches novatrices que ces historiens ont mises en place et de leur contribution, dense et variée, à la production du savoir historique, notamment à travers la world/global history, sans passer sous silence les difficultés matérielles auxquelles les chercheurs des « Suds » sont encore trop souvent confrontés, ni les heurts avec les pouvoirs et leur volonté d’imposer une histoire officielle.

2De fait, dans un article riche en perspectives (« L’historiographie africaine en Afrique », p. 111-127), Catherine Coquery-Vidrovitch souligne à quel point l’histoire est vivante en Afrique et mérite que nous sortions de nos frontières hexagonales pour nous y intéresser. Elle retrace comment cette production historienne s’est construite à travers diverses écoles successives (Ibadan, Dar es Salam, Dakar), ce qui fait qu’à présent les historiens africains se sont réapproprié leur propre histoire. Malgré les difficultés matérielles indéniables, ces chercheurs produisent un savoir important, fondé sur une masse documentaire considérable, que la mondialisation des moyens de communication permet de diffuser amplement, même si une part non négligeable des travaux reste difficile d’accès, car non publiée. D’autre part, la diaspora des chercheurs africains constitue un réseau de première importance, qui permet à la recherche africaine de rencontrer un écho international croissant, surtout dans les pays anglophones. En effet, Catherine Coquery-Vidrovitch note que l’histoire de langue anglaise lui paraît en avance et plus abondante, même si la production francophone est riche elle aussi. Bref, cet article vient briser avec bonheur les préjugés que certains pourraient encore avoir sur un continent bien différent des clichés misérabilistes que véhiculent encore grand nombre de médias.

3Dans un article passionnant (« Vie, mort et résurrection de l’histoire du Liban, ou les vicissitudes du Phénix », p. 71-87), Candice Raymond retrace l’histoire de l’histoire du Liban, depuis les prémices libanistes jusqu’à notre époque. Elle montre avec rigueur à quel point la production et la diffusion du savoir historique au Liban sont restées dépendantes des projets politiques, qui assignent à l’histoire un rôle central dans la constitution et l’affirmation du sentiment identitaire. Elle a tout d’abord été mise au service du projet libaniste prôné par la communauté maronite, soucieuse de consolider son pouvoir au sein d’un « grand Liban » patronné par la France, puis instrumentalisée par les autres communautés désireuses d’enraciner leur identité dans un passé glorifié et recomposé. Ainsi, la question d’une histoire nationale acceptable par tous a-t-elle constitué un des enjeux du conflit intercommunautaire, et ce dès avant la guerre civile (1975-1990). La paix revenue, mais une paix fragile, sur le fil du rasoir, la solution a été de « démaronitiser l’histoire » pour produire une vision consensuelle et a minima du passé libanais, qui exalte le mythe d’une coexistence communautaire millénaire pourtant bien écornée par les événements récents. Bref, il s’agit de fabriquer une fiction qui puisse satisfaire toutes les parties concernées. Une étude de cas magistrale, qui nous rappelle combien l’histoire est trop souvent réduite à un récit chargé de produire à tout prix du sens et de l’appartenance et ne fournit plus, ainsi dénaturée, les clés de compréhension d’un monde cruel et complexe.

4Deux articles nous font connaître la richesse de la recherche historique contemporaine en République populaire de Chine. D’une part, Zhang Xupeng (« Historical Writing in People’s Republic of China since 1978 », p. 89-110) nous fournit une synthèse utile sur l’évolution de la pratique historienne en Chine depuis 1978, en mettant l’accent surtout sur l’histoire mondiale/globale et plaide pour l’émergence d’une écriture de l’histoire propre à la Chine, à la fois ouverte aux influences étrangères et fidèle aux traditions de la recherche chinoise. De son côté, Chloé Maurel (« Faire de l’histoire mondiale/globale en Chine à l’heure de la mondialisation », p. 19-43) montre que l’histoire mondiale, après des débuts difficiles, connaît à présent un véritable engouement en Chine, notamment en ce qui concerne les périodes anciennes (concept incluant ce que l’Occident appelle « Antiquité » et « Moyen Âge ») et les relations Orient-Occident. Pour que les chercheurs chinois tracent leur propre sillon, il leur a fallu prendre peu à peu leurs distances avec le dogme marxiste, sans tomber dans le piège épistémologique d’une histoire occidentalo-centrée. L’enjeu est de produire un savoir qui s’appuie sur la science occidentale tout en prenant en compte l’expérience chinoise dans toute sa profondeur et sa richesse. L’article de Chloé Maurel a le grand mérite de nous présenter un large éventail des recherches menées en Chine dans le cadre de l’histoire mondiale/globale et de nous mettre ainsi en contact avec des travaux stimulants, qui ne seraient pas forcément accessibles à un large public. Cela permet de réaliser à quel point la science historique est vivace et en plein essor en Chine, dans un dialogue fécond avec l’Occident.

5Enfin, Eliana De Freitas Dutra nous emmène au Brésil (« Une pratique au carrefour : l’historiographie brésilienne et ses défis contemporains », p. 45-70), domaine peut-être un peu méconnu du lectorat français, dont l’auteure démontre que nous devrions bien plus le fréquenter. Dans son article, assez technique et parfois ardu, elle analyse et même déconstruit la pratique historique brésilienne, à travers deux champs choisis pour leur pertinence scientifique et leur capacité à exprimer les enjeux propres à la société brésilienne : l’histoire de la lecture et celle de l’esclavage. Elle en tire le constat que la science historique reste centrale dans le combat pour construire une société plus juste et démocratique : combat dont on sait qu’il est loin d’être gagné, y compris dans nos contrées.

6À ces cinq articles s’ajoute un intéressant entretien (« Comment une maison d’édition française donne la parole aux historiens des Suds », p. 129-140) dans lequel Robert Ageneau, interrogé par Chloé Maurel, revient sur son parcours et le travail effectué au sein des éditions Karthala, qu’il a fondées en 1980 : un engagement sans faille au service d’un tiers-mondisme éclairé et humaniste.

7Voilà donc un panorama riche et éclectique, qui souligne à quel point la production de l’histoire est de plus en plus mondialisée, décloisonnée, combien nous devons sortir de nos frontières pour aller à la rencontre de cette vie intellectuelle intense dans ces pays réunis sous le vocable quelque peu barbare de « Suds » : rappel salutaire en notre époque gagnée par la tentation mortifère du repli sur soi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frank Noulin, « L’écriture de l’histoire dans les pays en développement, Revue Tiers Monde, n° 216, octobre-décembre 2013 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 129 | 2015, mis en ligne le 08 novembre 2015, consulté le 24 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4763

Haut de page

Auteur

Frank Noulin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page